Archives par mot-clé : travail reproductif

Parution – Les économies de la procréation médicalement assistée

Le dernier numéro de Nouvelles questions féministes porte sur Les économies de la procréation médicalement assistée. Il est coordonné par Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet.

Présentation du numéro

La procréation médicalement assistée (PMA) s’inscrit dans un marché globalisé qui est traversé et organisé par différents types d’économies –financière, morale, biologique et affective. Bien que profondément imbriquées, ces économies reposent sur des forces de travail, des modalités d’échange et des biens ou valeurs qui sont distincts. En proposant d’étudier les dynamiques économiques à l’œuvre dans la PMA, ce numéro de Nouvelles Questions Féministes met en lumière les processus matériels et symboliques qui contribuent à reproduire et produire d’anciennes et nouvelles formes d’inégalités. Les articles du Grand angle du numéro révèlent les reconfigurations du système de genre en revisitant le travail procréatif soumis aux logiques économiques d’un marché globalisé. Les auteures analysent ainsi les enchevêtrements complexes de cette chaîne mondiale de la procréation et sa stratification selon des lignes sexistes, racistes et classistes.

Sommaire

Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet
La production biomédicale d’enfants : entre stratification et globalisation

Claire Grino
Quand congeler revient déjà à genrer : une étude comparative du développement des techniques biomédicales de cryopréservation des gamètes humains mâles et femelles

Marie Mesnil
Des ovocytes sous contrôle. Regards franco-suisses sur l’encadrement juridique du don et de l’autoconservation d’ovocytes

Marlène Jouan et Clémence Clos
Le privé est politique… et économique ! Pour une économie politique du travail de gestation pour autrui

Carolin Schurr
De la biopolitique aux bioéconomies : PMA et (re)production de la blanchité sur le marché de la GPA au Mexique

Venetia Kantsa
Investissements futurs : Loi, technologies et l’ordre de la parenté en Grèce

Présentation du numéro
Edito
Résumés

Colloque – Féminismes Matérialistes 15-16.10.2020, Paris)

Le colloque « Féminismes Matérialistes : Héritages épistémologiques et politiques, Réappropriations contemporaines » aura lieu les 15 et 16 octobre prochains à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. Compte-tenu de la situation sanitaire actuelle, le nombre de places est limité : les personnes intéressées sont priées de s’inscrire par mail à l’adresse suivante : Philo-recherche@univ-paris1.fr 
En raison du nombre de places limitées, une captation audio des interventions est prévue ; les podcasts seront mis en ligne sur le site de l’ISJPS après le colloque.

Organisation : Audrey Benoit, Marie Garrau, Mona Gérardin-Laverge et Mickaëlle Provost 
Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. 

Jeudi 15 octobre
9h30 : Accueil et introduction des organisatrices 

10h-12h30. Session 1 : Travail et oppression 
(Présidence : Isabelle Aubert, U. Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Aurore KOECHLIN (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le concept de travail reproductif : enjeux théoriques et politiques »
Alexis CUKIER (U. de Poitiers) : « Travail, capitalisme et patriarcat dans les féminismes matérialistes en France et en Italie »
Marie GARRAU (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Travail de care ou travail reproductif ? » 

12h-14h : Pause déjeuner

14h-16h30. Session 2 : Le constructivisme matérialiste en question
(Présidence : Magali Bessone, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Marlène JOUAN (U. Grenoble Alpes) : « Penser le travail de gestation pour autrui : un enjeu féministe de réconciliation des « ancien » et « nouveau » matérialismes ? »
Claire GRINO (U. de Genève) : « Remue-ménage dans les théories féministes autour de la conception du corps : qu’en est-il de la perspective matérialiste aujourd’hui ? »
Mickaëlle PROVOST (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Tensions matérialistes à propos de l’expérience vécue de la domination » 

Vendredi 16 octobre 
9h30-12h. Session 3 : Peut-on encore parler de classe des femmes ?
(Présidence : Mona Gérardin-Laverge, U. Paris Ouest Nanterre, Audrey Benoit, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Isabelle CLAIR (CNRS, IRIS) : « Le féminisme matérialiste face au féminisme poststructuraliste »
Pauline CLOCHEC (U. Picardie Jules Verne) : « Classes de sexe et transsexualité »
Elsa DORLIN (U. Paris 8) : « L’idéologie du genre » 

12h-14h : Pause déjeuner 

14h-16h. Session 4 : Perspectives d’articulations théoriques et politiques
(Présidence : Alexandrine Guyard-Nédélec, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Sophie NOYE (SciencesPo Paris) : « Penser le sujet féministe entre classe et multitudes »
Vanina MOZZICONACCI (U. Paul Valéry-Montpellier) : « Des institutions utopiques. Articuler care et matérialisme à l’endroit de l’éducation féministe » 

Conclusion des organisatrices.

Programme en ligne