Appel à candidature – Prix de Master 2 et Cifre Cnaf (09.09.2019)

Dans le cadre de sa mission d’encouragement à la recherche, la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf) propose :

>> deux prix du meilleur mémoire de recherche réalisé en master 2 (7.000 € et 5.000 €), soutenus au titre de l’année 2018-2019

>> une convention industrielle de formation par la recherche (Cifre), à savoir un contrat à durée déterminée de trois ans, adossé à la Cifre (salaire brut annuel 25.000 € pendant trois ans), pour des étudiant-e-s s’inscrivant en première année de thèse pour l’année à venir.

Ces mémoires ou projets de thèse doivent relever des sciences humaines et sociales, de l’économie, de la gestion ou du droit.

Les projets de thèse et les mémoires doivent s’inscrire dans le cadre général des missions de la branche Famille :

  • les évolutions des structures familiales ;
  • l’analyse des prestations et des politiques familiales ;
  • l’étude des problèmes sociaux en lien avec la famille.

Les candidatures doivent être déposées avant le 9 septembre prochain. Le jury de sélection se tiendra le 13 novembre 2019.

Toutes les informations sont disponibles sur cette page :
http://www.caf.fr/presse-institutionnel/recherche-et-statistiques/jeunes-chercheurs/appel-a-candidatures-prix-et-cifre-cnaf-2019

La maternité comme pouvoir des faibles : comment la maternité est devenue une injonction

La revue Simonae a publié un article donnant quelques éléments sur l’histoire de les changements intervenus dans la perception de l’amour maternel, d’un sentiment étrange à une émotion encensée et obligatoire. A lire ici.

Appel à articles – Fécondité et accouchement au Cameroun et en Afrique d’hier à demain (10.07.2019)

Publication envisagée en décembre 2020

Résumé : Donner la vie ! C’est un acte multimillénaire qui entretient la perpétuation des êtres sur la terre. La fécondité humaine est donc au cœur de la présence continue de l’homme dans le cycle de la vie. La fécondité, élément qui rend possible la grossesse, entraine à son tour l’accouchement. Malgré que l’accouchement soit un acte naturel, il n’en demeure pas moins qu’à travers le temps et l’espace, les hommes aient développé des rites, des savoirs, des connaissances s’élevant au stade de science pour comprendre les mécanismes, les contraintes et les exigences de la conception et de la mise au monde de l’enfant.

Propositions de résumés

Elles doivent être écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots avec cinq mots clés, et envoyées simultanément aux adresses enokapaul@yahoo.fr et kep_son2003@yahoo.fr.

  • Date de publication de l’appel : 10 juin 2019;
  • Date limite de recevabilité des résumés : 10 juillet 2019;
  • Notification aux auteurs dont les résumés seront retenus : 10 août 2019;
  • Envoi du texte complet : 20 décembre 2019 ;
  • Retour aux auteurs pour corrections éventuelles : 31 mars 2020

En savoir plus

Compte-rendu de la huitième séance de l’atelier RePPaMA (13.06.2019)

Lors de ce huitième atelier du REPPAMA, nous avons entendu deux communications.

La première intitulée « Être une mère moderne : la maternité dans Marie-Claire en 1954 » est issue du travail de thèse d’Alexie Geers mêlant histoire et sociologie du genre, de la culture et des classes sociales. Lors de son passage, Alexie Geers a montré que dans le magazine Marie-Claire s’adressant à cette époque à des femmes des milieux moyens et supérieurs, la maternité était traitée narrativement et visuellement comme un métier. Par ce biais, il s’agissait d’en faire une sphère de valorisation identitaire à diffuser un modèle de féminité, basé sur la maternité (par opposition à la période 1937-1944, où Marie Claire est centré sur la beauté). La chercheuse met en avant la mise en texte et image de l’amour dans la famille pensé comme le socle de sa stabilité. En outre, rappelant l’essor du taylorisme à cette époque, Alexie Geers s’est attachée à décrire les ressorts de la mission de modernisation des foyers confiée à ces femmes et largement relayée par Marie-Claire auprès d’elles. Pour ce faire, des campagnes publicitaires et des articles incitent les mères à se munir et à utiliser de nouveaux objets industriels (berceaux, chauffe-biberons etc.) et/ou issus de l’industrie agro-alimentaire naissante (lait infantile, etc.). Il s’agissait également de promouvoir les connaissances nouvelles issues de la psychologie du développement promouvant une éducation des enfants résolument moderne au service de leur épanouissement. Enfin, dans un dernier temps de son intervention, Alexie Geers a conclu sur la forte propension du magazine Marie-Claire à valoriser des modèles de féminité traversés par les codes de l’érotisme et de la séduction. Á cet égard, les mères modernes et professionnelles dépeintes dans ses pages n’en restaient pas moins représentées sous l’angle d’une grande importance accordée à leur apparence portant talons et tabliers laissant deviner leur taille affinée.

Les questions de fin de séance ont principalement porté sur la méthodologie adoptée pour le recueil des données (modalités d’accès aux archives, d’observation des images et des textes, de l’analyse des contenus, prise en considération du courrier des lecteurs dans les analyses). Des questions ont également été soulevées au sujet d’une lecture décoloniale et masculine (paternelle) des données et l’influence que celle-ci aurait pu avoir sur les résultats obtenus.

La deuxième communication intitulée « Combattre la mort ou la préparer pour « préserver » ses enfants » a été donnée par Anaïs Mary d’après trente entretiens menés dans le cadre de sa thèse en sociologie avec des parents (vingt-cinq mères et cinq pères) ayant eu un cancer. Après avoir rappelé les différences de différences et de pratiques concernant la parentalité en fonction du sexe du parent, la doctorante s’est intéressée à l’impact de la maladie sur la conception du rôle de parent des enquêtés. Le risque de mourir des suites de cette maladie est largement revenu dans les discours des personnes interrogées. Bien davantage pensé pour les enfants que pour soi, il suscite nombre de craintes qui émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions du rôle de parent est à l’origine de positionnements différents au sujet de la maladie. Pour les premier.ère.s, se pensant comme irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie et la mobilisation d’un vocabulaire guerrier (utilisation récurrente de termes ou expressions tels que « combat », « se battre » etc.). Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort est moins appréhendée en termes de tragédie familiale, mais comme un risque qui doit être anticipé.

Les questions adressées en fin de séance ont porté sur les possibilités de redéfinition du rôle du parent survivant pensées en fonction du genre, l’annonce du cancer, l’influence du type de cancer (notamment cancers du sein/de la prostate) sur les redéfinitions de la parentalité pendant la maladie…

Programme de la séance

Appel à communication – Ateliers RePPaMa 2019-2020

Le Réseau Pluridisciplinaire sur les Paternités et les Maternités (RePPaMa) cherche des intervenant.es pour ses ateliers de 2019-2020, qui auront lieu à l’INED (Paris). Durant ces ateliers, deux intervenante.s disposent de 45 minutes chacun.e  pour présenter leurs recherches et/ou effectuer une communication et/ou soulever des points de méthodologie. Chaque communication sera suivie d’une discussion d’une trentaine de minutes avec le public présent. Ces ateliers sont une occasion d’échanges dans un cadre bienveillant entre jeunes chercheur.euses travaillant sur les maternités et/ou les paternités appartenant à différentes disciplines des sciences humaines.

Si vous souhaitez intervenir, nous vous invitons à proposer une proposition de communication d’une page ou deux (au format PDF, ou traitement de texte comme Word ou OpenOffice) sur les thématiques des paternités et des maternités, à l’adresse suivante : reppama.contact@gmail.com. Le titre devra prendre la forme : RePPaMa2019 – Prénom Nom – Titre de la communication.

 Les dates d’ateliers pour 2019-2020 sont les suivantes :
– 24 octobre 2019
– 5 décembre 2019
– 26 juin 2020

Pour en savoir plus

Appel à communication – Tuer les pères : femmes derrière la caméra dans les films de famille (05.07.2019)

9 décembre 2019, IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Organisée par Beatriz Rodovalho & Giuseppina Sapio

La journée d’études « Tuer les pères : Femmes derrière la caméra dans les films de famille » propose une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. En affirmant et en perpétuant l’institution familiale dans sa configuration patriarcale, nucléaire et hétérosexuelle, le film de famille a contribué à reproduire les codes et les hiérarchies de genre et de sexualité de la société bourgeoise. En concevant le cinéma d’amateur comme une « technologie de genre » (De Lauretis, 1987), nous invitons des communications portant sur les images réalisées par des femmes-amatrices afin de découvrir et décortiquer leur propre « regard familial ».

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer conjointement aux coordinatrices, Beatriz Rodovalho et Giuseppina Sapio, à l’adresse : filmsdefamille2019@gmail.com

Elles comporteront : le titre de la communication, un résumé de 500 mots (maximum), une bibliographie indicative, cinq mots clefs et une courte note bio-bibliographique (150 mots maximum).

La date limite de soumission des propositions est fixée au 5 juillet 2019.

Consulter l‘intégralité de l’appel

Appel à communication – Intersectionality, Families and Relationships (31.08.2019)

CRFR International Conference: Intersectionality, Families and Relationships,
22 – 24 June 2020
University of Edinburg

We are pleased to announce the call for papers for our 6th International conference on Intersectionality, Families and Relationships. Leading social theorist and activist Patricia Hill Collins will open the conference, providing the platform for an exciting and vibrant dialogue on how intersectionality, past and present, can deepen our understandings of families and relationships and the power relations within.  We welcome papers reporting empirical research findings, methodological approaches to researching intersectionality, as well as those more theoretical in orientation. We are especially keen to include the experiences and perspectives of those working outside academia, in policy and practice settings, and would welcome papers from professionals working in these contexts.
Contributions may include, but are not limited to, the role of intersectionality in families and/or relationships in the following areas:
– RACE & ETHNICITY
– SEXUALITY & GENDER
– SOCIAL CLASS AND INEQUALITIES
– INTERSECTIONAL CHILDHOODS & YOUTHS
– SPATIAL MOBILITIES, FAMILIES & COMMUNITY
– DISABILITY STUDIES
– HEALTH & ILLNESS
– OLDER PEOPLE
– ENVIRONMENT, SUSTAINABILITY & CLIMATE CHANGE
– INTERSECTIONALITY, PRACTICE & PROFESSIONAL PERSPECTIVE
– DIGITAL DOMAINS, INTERSECTIONALITY, FAMILIES & RELATIONSHIPS
– INTERSECTIONAL METHODS & ETHICAL ISSUES

The call for papers is open until 31st August 2019.Abstracts received after this date will not be considered. The link to submit your abstract is here.

En savoir plus

Appel à contribution – Entre parentalité positive, déterminisme parental et usages politiques des neurosciences : la socialisation primaire au 21e siècle (10.09.2019)

Lien social et Politiques vous invite à consulter son nouvel appel de contributions sur le thème « fabrique des parents efficaces et déterminisme parental ».

Ce numéro 85 de la revue sera dirigé par Claude Martin (Directeur de recherche au CNRS, UMR 6051 Arènes Université de Rennes, École des hautes études en santé publique)et Xavier Leloup (Professeur agrégé, INRS Urbanisation, Culture et Société)

Les propositions sont attendues pour le 10 septembre 2019

L’idée de « déterminisme parental » a été avancée à la fin des années 1990 par Frank Furedi pour épingler une tendance croissante dès cette époque à faire des pratiques et comportements parentaux la cause première de nombre de problèmes sociaux. Des néologismes sont apparus sensiblement au même moment (parenting, en anglais, parentalité, en français), pour désigner ces pratiques et comportements parentaux et privilégier, en somme, des réflexions sur ce que font les parents, plutôt que sur qui ils sont.

Frank Furedi écrivait ainsi en 2001 : « Le parenting est devenu l’une des questions les plus vivement débattues du 21e siècle. Si la culture occidentale attache une telle importance au parenting, c’est qu’il est considéré potentiellement comme la source de tous les problèmes sociaux qui affectent nos communautés (…). Le déficit de compétence parentale est accusé d’être la cause des problèmes de santé mentale des enfants, des difficultés éducatives, des comportements antisociaux ; les conséquences destructrices de cette mauvaise parentalité produisant leurs effets tout au long de la vie d’un individu ».

Lien vers l’appel à contribution

Appel à contribution – Maternités, ̶m̶a̶t̶e̶r̶n̶i̶t̶é̶s̶ (30.09.2019)

Maternités désirées, maternité subies, maternités absentes, maternités refusées, maternités regrettées, maternités plurielles, maternités pour autrui, maternité opprimée, maternité comme épanouissement, comme travail … Pour son troisième numéro, la revue En Marges ! se penche sur non pas sur «la» mais sur «les maternités» et recherche des contributions — avec une forte composante analytique de préférence — sur ce thème au carrefour de l’intime et du politique.

Si vous travaillez sur cette thématique, vous pouvez envoyer vos contributions, sous quelque forme que ce soit (article académique, podcasts, fiction, etc.), avant le 30 septembre 2019. Consignes disponibles dans la rubrique Contribuer.

Atelier du 13 juin 2019 : Anaïs Mary (doctorante au CERLIS) – « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants »

Anaïs Mary présentera les premières résultats de sa thèse intitulée provisoirement “redéfinitions des liens parents/enfants à la suite d’un cancer”

Résumé : « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des
enfants »

Dans les trente entretiens menés avec des parents, vingt-cinq mères et cinq pères, ayant eu un cancer, les possibilités de mourir des suites de celui-ci sont largement revenues. Dans le cadre de cette communication, je m’attacherai à montrer que la mort suscite des craintes, moins tournées vers soi que vers les enfants. Ces craintes émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions vont apparaître des rapports très différents à la mort rendant plurielles les expériences faites du cancer. Pour les premier.ère.s, partant de l’idée qu’ils.elles sont irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie qui s’entend entre autres éléments dans l’emploi d’un vocabulaire guerrier. Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort, bien que non-souhaitée n’est pas vécue aussi dramatiquement que chez leurs homologues. Aussi, vont-ils laisser une place plus grande à la maladie (ex : fatigue qui se donne à voir et se vit sans culpabilité etc.) et ne rien laisser transparaître d’un rapport combatif à cette dernière.

Notice biographique : Doctorante en deuxième année, je mène une thèse en sociologie à l’Université Paris Descartes sous la direction d’Elsa RAMOS, Maître de conférences HDR rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Ma thèse, dont le titre provisoire est « redéfinitions des liens parents/enfants à la
suite d’un cancer », est financée par la Ligue contre le cancer.

Voir le programme de la séance

 

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 13 juin 2019

Nous avons le plaisir de vous convier à notre huitième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 13 juin 2019 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 42 (rez-de-jardin) (133 boulevard Davout 75020 Paris métro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Alexie Geers et Anaïs Mary.

Alexie Geers (Docteure de l’EHESS (et chercheuse
associée au CEREP de l’Université de Reims) nous présentera son travail de thèse intitulé : Être une mère moderne : la maternité dans Marie-Claire en 1954
 
Anaïs Mary (Doctorante en sociologie, Université Paris Descartes au Cerlis) nous présentera sa recherche doctorale en cours : Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants (résumé)
 
Nous vous invitons également à consulter notre appel à communication pour le deuxième colloque du RePPaMa “La fabrique des parents” sur la parentalité.
 

PhD in Family Sociology – Gendered Care Perspective (Antwerp) (30.06.2019)

The Centre for Population, Family and Health (CPFH) is seeking to fill the following full-time (100%) vacancy: Doctoral Grant (Fonds Voor Wetenschappelijk Onderzoek-Vlaanderen (FWO)) in the area of family sociology

Job description

  • You prepare a doctoral thesis in the field of family sociology, working on a project on family dynamics and upward solidarity (intergenerational care for parents).
  • You work in close collaboration with your supervisors and colleagues studying related research themes.

 

Project abstract

The sociological field of intergenerational solidarity studies the type and intensity of interactions between adult children and their parents. For upward informal caregiving (children looking after their parents), it has been acknowledged that care arrangements are shaped within families. Although it are individual children who care for their parents, the amount of care a child provides is generally the outcome of a collective family decision. Gender stands out as a determinant of the care a child provides. Caregiving is unfairly weighted against women, especially in male-dominated families. An important feature of informal caregiving is its fluidity.

This project examines the extent to which caregiving is subject to change, and how this relates to the gender composition of children and other aspects of the family context. Using a rich longitudinal panel (Share), we pursue 4 aims: (1) to examine to what extent the gender composition of siblings affects the care use of parents, (2) to assess the association between gender composition and stability of the adult-child care network, (3) to study the stability and redistribution of the informal care burden and how this relates to siblings’ gender composition, and (4) to investigate how the care network and distribution of sibling care vary when parents’ care needs change.

Profile and requirements

  • You hold a master degree in social sciences, preferably in sociology, or economic sciences.
  • You can submit outstanding academic results.
  • You have an interest in family sociology and intergenerational solidarity.
  • You are capable of executing quantitative research.
  • You are capable of applying (or learning) advanced statistical analysis techniques (multi-level analysis, structural equation modeling).
  • Your academic English and writing skills allow you to successfully communicate research results.
  • Your academic qualities comply with the requirements stipulated in the university’s policy.
  • You are quality-oriented, conscientious, creative and cooperative.
  • Also master students in the final year of their degree can apply.
  • Foreign candidates are encouraged to apply.

We offer

  • a doctoral scholarship for a period of two years, with the possibility of renewal for a further two-year period after positive evaluation;
  • the start date of scholarship will be September 1st or October 1st 2019;
  • a monthly grant amount ranging from € 2.373,36 – € 2.516.73;
  • a dynamic and stimulating work environment.

How to apply?

  • Applications may only be submitted online, until June 30th 2019.
  • A pre-selection will be made from amongst the submitted applications. The remainder of the selection procedure is specific to the position and will be determined by the selection panel.
  • The interviews will take place on Friday July 5th.
  • More information about the application form can be obtained from vacatures@uantwerpen.be.
  • For questions about the profile and the description of duties, please contact prof. Dimitri Mortelmans (dimitri.mortelmans@uantwerpen.be) or dr. Jorik Vergauwen (jorik.vergauwen@uantwerpen.be).

Appel à communication – La fabrique des parents (02.09.2019)

La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels
Condorcet
6 et 7 février 2020

L’objectif de cette journée est d’étudier la parentalité sous toutes ses formes, à travers trois questions principales : quelles sont les modalités d’entrée et d’exercice de la parentalité, en fonction des contextes sociaux, économiques, politiques, légaux, historiques, géographiques ou de la trajectoire propre du parent ? Comment évolue la parentalité en fonction de l’âge de l’enfant ? Comment les normes de parentalité (“bonne” ou “mauvaise” manière d’être parent, déclinaison de la parentalité en fonction du sexe du parent) influencent son exercice ? Cet appel est ouvert à toutes les disciplines de sciences humaines : histoire, sociologie, anthropologie, droit, géographie, démographie, etc.

Les propositions de communication (4000 signes maximum espaces compris, titre, résumé de 400 signes maximum et principales références bibliographiques) devront être envoyées le 2 septembre 2019 au plus tard, par courriel à l’adresse : reppama.contact@gmail.com.

Détail de l’appel

Se soustraire à la maternité – Paris, 18.03.2019

Le lundi 18 mars 2019, de 13h30 à 16h30, le groupe Genre, normes procréatives et parentalité (GNP) vous convie en salle 311, sur le site Pouchet au 59-61 rue Pouchet, Paris (métro Guy Môquet / Brochant / Porte de Clichy) pour le 5ème rendez-vous de l’année.

Les intervenantes :
– Vanessa BRANDALESI (doctorante, UNIGE): « « Je ne suis pas un utérus sur pattes ». Comment les femmes sans enfant en Suisse expérimentent les normes de genre»
– Laurine THIZY (doctorante, Université Paris 8/CSU-CRESPPA ; chargée de cours à l’ENS de Lyon) : « L’IVG, entre remise en cause et renouvellement de l’injonction à la maternité »
Leurs communications seront discutées par Coline CARDI (MCF, Univ. Paris 8, CSU)

Nous vous rappelons que l’atelier est ouvert à tou.tes (masterantes, doctorantes et docteures), aucune inscription préalable n’est nécessaire.

En savoir plus

Nouvelles perspectives sur les maternités : Regards croisés des sciences et de la littérature – séminaire (Luxembourg)

 

La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au xxesiècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoïliés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

Programme

Vendredi 26 octobre 2018

Donner naissance : Penser la maternité

  • L’accouchement et son influence dans la littérature, Michel Clees, Médecin gynécologue (CHEM) et auteur luxembourgeois, Luxembourg 
  • L’illusion de la fusion : naissance, maternité et infanticide dans L’Obéissancede Suzanne Jacob, Andrea Oberhuber, Professeure des Universités en littératures française et québécoise (XIXe-XXIe siècles), Université de Montréal, Canada

Vendredi 23 novembre 2018  

Être mère au Moyen Âge, avis de la science et résistance de femmes

  • Être mère à la fin du Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) Didier Lett, Professeur des Universités en histoire médiévale, Université Paris-Diderot, France
  • Soin de la mère et de l’enfant dans les traités d’art médical en ancien occitan, Marjolaine Raguin, Marie-Curie Co-fund fellow, Université de Liège, Belgique
  • Conférence-lecture de Laura Freixas, auteure

Vendredi 25 janvier 2019

Corps des femmes et allaitement : le sein 

  • Le lait des femmes  Martine Sagaert, Professeure émérite en littérature, Université du Sud – Toulon-Var, France.
  • Représentations sociales et politiques du corps maternel dans la littérature marocaine : repenser les espaces hétérotopiques. Jean Zaganiaris, Enseignant-chercheur en sociologie, Université Mohammed-VI, Maroc

Vendredi 15 mars 2019

Éthique et maternités

  • Grossesse et accouchement interpellent toute l’éthique du soin Martin Winckler (Dr. Marc Zaffran), Médecin généraliste et auteur, Canada
  • Maternité et responsabilité. Réflexions sur la pensée de Levinas Anne Coignard,Docteure en philosophie de l’École polytechnique et chargée de cours au département de philosophie de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, France                               

Vendredi 26 avril 2019

Violence des mères

  • Quand la maternité engendre la mort : la violence des mères dans les romans policiers contemporains, Fabienne Soldini, Chargée de recherche en sociologie de la littérature, Laboratoire méditerranéen de sociologie – UMR 7305, CNRS / Aix-Marseille Universités, France
  • Regards sociologiques sur la violence maternelleColine Cardi, Maîtresse de conférences en sociologie et anthropologie, Université Paris-VIII, France

Vendredi 24 mai 2019

Maternités et homosexualité féminine : pour une réflexion sur les polémiques actuelles

  • La maternité par les marges : le point de vue des mères lesbiennesVirginie Descoutures, Maîtresse de conférences en sociologue, Université de Picardie – Jules-Verne 
  • Maternité pour tou.te.s – éclairée par le concept de ContinuumChristel Baltes-Löhr, Associate Professor en littérature, Université du Luxembourg

Avec le soutien de l’Université du Luxembourg, l’Université de Liège, l’Institut d’études romanes, médias et arts (IRMA), l’Unité de recherche « Identités. Politiques, Sociétés, Espaces » (IPSE), l’Unité de recherche « Transitions », l’Institut français du Luxembourg, Marie Sklodowska-Curie Actions – European Commission, et le FerULG.  

Renseignements

Entrée libre

  • Lieu : Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg
  • Horaires : de 15h à 17h30

En savoir plus

Réseau d'études pluridisciplinaires sur les paternités et les maternités