Se soustraire à la maternité – Paris, 18.03.2019

Le lundi 18 mars 2019, de 13h30 à 16h30, le groupe Genre, normes procréatives et parentalité (GNP) vous convions en salle 311, sur le site Pouchet au 59-61 rue Pouchet, Paris (métro Guy Môquet / Brochant / Porte de Clichy) pour le 5ème rendez-vous de l’année.

Les intervenantes :
– Vanessa BRANDALESI (doctorante, UNIGE): « « Je ne suis pas un utérus sur pattes ». Comment les femmes sans enfant en Suisse expérimentent les normes de genre»
– Laurine THIZY (doctorante, Université Paris 8/CSU-CRESPPA ; chargée de cours à l’ENS de Lyon) : « L’IVG, entre remise en cause et renouvellement de l’injonction à la maternité »
Leurs communications seront discutées par Coline CARDI (MCF, Univ. Paris 8, CSU)

Nous vous rappelons que l’atelier est ouvert à tou.tes (masterantes, doctorantes et docteures), aucune inscription préalable n’est nécessaire.

En savoir plus

Nouvelles perspectives sur les maternités : Regards croisés des sciences et de la littérature – séminaire (Luxembourg)

 

La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au xxesiècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoïliés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

Programme

Vendredi 26 octobre 2018

Donner naissance : Penser la maternité

  • L’accouchement et son influence dans la littérature, Michel Clees, Médecin gynécologue (CHEM) et auteur luxembourgeois, Luxembourg 
  • L’illusion de la fusion : naissance, maternité et infanticide dans L’Obéissancede Suzanne Jacob, Andrea Oberhuber, Professeure des Universités en littératures française et québécoise (XIXe-XXIe siècles), Université de Montréal, Canada

Vendredi 23 novembre 2018  

Être mère au Moyen Âge, avis de la science et résistance de femmes

  • Être mère à la fin du Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) Didier Lett, Professeur des Universités en histoire médiévale, Université Paris-Diderot, France
  • Soin de la mère et de l’enfant dans les traités d’art médical en ancien occitan, Marjolaine Raguin, Marie-Curie Co-fund fellow, Université de Liège, Belgique
  • Conférence-lecture de Laura Freixas, auteure

Vendredi 25 janvier 2019

Corps des femmes et allaitement : le sein 

  • Le lait des femmes  Martine Sagaert, Professeure émérite en littérature, Université du Sud – Toulon-Var, France.
  • Représentations sociales et politiques du corps maternel dans la littérature marocaine : repenser les espaces hétérotopiques. Jean Zaganiaris, Enseignant-chercheur en sociologie, Université Mohammed-VI, Maroc

Vendredi 15 mars 2019

Éthique et maternités

  • Grossesse et accouchement interpellent toute l’éthique du soin Martin Winckler (Dr. Marc Zaffran), Médecin généraliste et auteur, Canada
  • Maternité et responsabilité. Réflexions sur la pensée de Levinas Anne Coignard,Docteure en philosophie de l’École polytechnique et chargée de cours au département de philosophie de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, France                               

Vendredi 26 avril 2019

Violence des mères

  • Quand la maternité engendre la mort : la violence des mères dans les romans policiers contemporains, Fabienne Soldini, Chargée de recherche en sociologie de la littérature, Laboratoire méditerranéen de sociologie – UMR 7305, CNRS / Aix-Marseille Universités, France
  • Regards sociologiques sur la violence maternelleColine Cardi, Maîtresse de conférences en sociologie et anthropologie, Université Paris-VIII, France

Vendredi 24 mai 2019

Maternités et homosexualité féminine : pour une réflexion sur les polémiques actuelles

  • La maternité par les marges : le point de vue des mères lesbiennesVirginie Descoutures, Maîtresse de conférences en sociologue, Université de Picardie – Jules-Verne 
  • Maternité pour tou.te.s – éclairée par le concept de ContinuumChristel Baltes-Löhr, Associate Professor en littérature, Université du Luxembourg

Avec le soutien de l’Université du Luxembourg, l’Université de Liège, l’Institut d’études romanes, médias et arts (IRMA), l’Unité de recherche « Identités. Politiques, Sociétés, Espaces » (IPSE), l’Unité de recherche « Transitions », l’Institut français du Luxembourg, Marie Sklodowska-Curie Actions – European Commission, et le FerULG.  

Renseignements

Entrée libre

  • Lieu : Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg
  • Horaires : de 15h à 17h30

En savoir plus

Appel à communication – La famille au Moyen Âge entre normes et pratiques (03.05.2019)

Ces journées d’étude auront pour ambition d’aborder le thème de la famille dans les sociétés médiévales chrétiennes et musulmanes. Elles porteront sur les décalages qui pouvaient exister à une même époque et dans un espace donné entre les normes et les pratiques associées à la famille. En effet, les modèles normatifs – qu’il s’agisse de règles contraignantes ou de prescriptions morales – établissent une définition dominante du groupe familial qui ne se recoupe pas forcément avec les réalités observées dans les actes de la pratique ou les représentations véhiculées par les sources littéraires. Dans l’esprit du laboratoire, ces journées sont ouvertes aux historiens, aux littéraires et aux archéologues travaillant sur les mondes chrétiens et musulmans médiévaux.

Argumentaire

Les doctorants du CIHAM (Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux) vous invitent à participer à leurs journées d’étude intitulées La famille au Moyen Âge entre normes et pratiques. Elles se tiendront à Lyon les 24 et 25 octobre 2019. Les propositions de communication sont à envoyer pour le 3 mai 2019 à l’adresse cihamjournees@gmail.com

Incluant tout type de normes, juridiques, morales, religieuses, on se posera la question du rôle de la pratique dans l’élaboration des modèles normatifs familiaux. Dans la sphère juridique, par exemple, l’étude de l’émergence de nouvelles règles à travers l’évolution de la jurisprudence ou la diffusion du droit romain et la confrontation avec d’autres pratiques, pourra montrer comment ces modèles se recomposent. Plus largement on questionnera les mutations des règles morales et religieuses en rapport avec la pratique, comme l’assouplissement de la définition de l’inceste par l’Eglise en réponse à l’endogamie de la haute noblesse.

Le décalage entre normes et pratiques pourra également être étudié à travers les productions culturelles, qu’elles soient littéraires, iconographiques ou emblématiques. On s’intéressera particulièrement à la production littéraire ou artistique, qui peut aussi bien renforcer et fonder un cadre prescriptif que le remettre en cause. Comment les auteurs jouent-ils avec la vision de l’inceste, de la bâtardise, ou au contraire entérinent-t-ils des modèles familiaux plus traditionnels ? Il sera pertinent de rendre compte des diverses modalités de représentation de la famille dans ses rapports avec les normes lorsqu’ils sont, par exemple, moteurs de l’intrigue et ressorts du tragique ou du comique. Plus largement, nous invitons les participants à se pencher sur la représentation de l’affiliation familiale par les systèmes de signes, qu’il s’agisse des enluminures, de la peinture, mais aussi de la généalogie, de l’héraldique ou de l’emblématique. Cela peut permettre de mesurer le conformisme ou l’originalité de la représentation de la famille par elle-même.

L’étude des sources matérielles – architecturales et archéologiques – sera l’occasion d’illustrer un autre aspect des pratiques familiales. Par exemple, les traces de l’organisation spatiale et symbolique de l’habitat ou bien celle des sépultures peuvent renseigner sur l’écart entre les normes et les modes de vie.

Cette discordance permet également d’aborder la famille comme une construction culturelle plurielle, et place au centre de l’analyse les acteurs en questionnant le rapport à la norme conçu comme générateur de stratégies. Ainsi, un des axes principaux de réflexion ouvert par ces journées d’étude sera centré sur la manière dont les individus ou les groupes familiaux appréhendent, interprètent ou contournent les règles morales, religieuses ou juridiques. On pourra examiner comment les stratégies matrimoniales ou successorales entrent en conflit avec les normes les plus répandues telles que les règles d’héritage, la prohibition de l’inceste ou bien la définition d’une parenté légitime (qui suppose a contrario d’interroger la place de la parenté naturelle ou filiation illégitime dans la famille médiévale).

Enfin, seront éminemment appréciées les propositions de communication analysant l’évolution des pratiques familiales dans le contexte d’une pluralité de modèles normatifs, notamment dans les aires de contacts religieux et culturels, par exemple les aires de contact entre l’islam et la chrétienté.

Modalités de soumission

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF

avant le 3 mai 2019

à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

En savoir plus

Atelier du 7 mars 2019 : Alexandra Piesen (chercheure associée au CERLIS) – Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alexandra Piesen (chercheuse associée au CERLIS) présentra une partie de sa thèse intitulée (Re)définition du rôle parental au regard de la parentalité solo contemporaine

Résumé : Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alors que l’accroissement du nombre de recherches sur le thème de la conciliation travail/famille s’explique par la hausse de la participation des femmes, et plus particulièrement des mères au marché du travail dans les pays industrialisés (St-Amour et Bourque, 2013), plusieurs interrogations relatives à cette articulation selon les configurations familiales demeurent. En effet, l’articulation vie privée/vie professionnelle se pose différemment pour les parents solos (Algava, 2002, 2005 ; Acs, Lhommeau, et Reynaud, 2015). Au sein de ces familles, où un seul parent assure l’essentiel du  travail parental et de la charge mentale qui l’accompagne, le poids de la conciliation peut sembler plus lourd à porter.

Cette communication issue d’un travail doctoral relatif au quotidien des parents solos, s’appuie sur une enquête qualitative réalisée entre 2015 et 2017. Cinquante-quatre entretiens semi-directifs ont été conduits avec des parents solos (dix-huit pères et trente-six mères). Ces entretiens ont abordé des thématiques variées relative au quotidien (entrée en parentalité solo, conséquences sur l’organisation quotidienne, familiale, professionnelle, amicale et amoureuse notamment). Nous faisons l’hypothèse selon laquelle il existe des difficultés spécifiques au travail parental des parents solos (Martial, 2009 ; Piesen, 2017) : gestion du quotidien plus complexe, charge mentale plus lourde, impossibilité matérielle d’externaliser la prise en charge des enfants, etc.

Dans le cadre de cette communication, nous nous intéresserons plus particulièrement aux façons dont ces parents solos articulent vie familiale et vie professionnelle au quotidien. Comment font les parents qui s’occupent quotidiennement de leur(s) enfant(s) sans médiation maternelle/paternelle ? Comment se sentent-ils/elles perçu.e.s et comment vivent-ils/elles leur parentalité solo au quotidien ? Comment ces parents vivent-ils/elles cette articulation entre travail de care et d’éducation et activité professionnelle ou recherche d’emploi ? Peut-on identifier des trajectoires spécifiques selon le sexe du parent solo ? Son origine sociale ?

Voir le programme de la séance

Appel à communication – Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation : persistances, conflictualités et redéfinition (1.03.2019)

Le Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA EA 3189) de l’Université de Bourgogne Franche-Comté organise un colloque international intitulé “Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation : persistances, conflictualités et redéfinitions” qui se tiendra à Besançon du 27 au 29 mai 2019
 
Les propositions de communication doivent être envoyées au plus tard le 1 mars 2019 à l’adresse colloque.parente@univ-fcomte.fr
 
L’objectif de ce colloque est d’explorer des points aveugles de la sociologie et de l’anthropologie de la famille en élargissant les regards aux relations familiales dans toutes leurs étendues (collatérales, alliés, lignées…). Il s’agira de s’intéresser notamment aux effets de distance, de présences et d’obligations, de conflictualités, en tenant compte des conditions sociales, matérielles, économiques des groupes, du genre mais aussi des redéfinitions individuelles et collectives des relations de parenté. Nous souhaitons donc réunir des contributions sociologiques, anthropologiques et en sciences humaines concernant autant la France et l’Europe que les autres continents.

Argumentaire

Regards socio-anthropologiques autour de la naissance. Comment étudier les discriminations? Quels retours au terrain par les chercheur.e.s ? – 26 mars 2019, Paris

Lieu : Paris Diderot, 8 rue Albert Einstein 75013 Paris, bâtiment Olympe de Gouge, 8ème étage, salle 870
Date : 26 mars 2019, 9h-17h30

Organisée par Priscille Sauvegrain (Sociologue, chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme), Mounia El Kotni (Fondation de France, Cems-EHESS) et Aurélie Racioppi (Doctorante en sociologie, Urmis)

L’inscription est gratuite mais obligatoire, sur le lien suivant :http://bit.ly/jeperinat19

9h – 9h30 : Accueil et mot des organisatrices Priscille Sauvegrain, Mounia El Kotni, Aurélie Racioppi

9h30-11h : Table ronde 1 – Grossesse et soins différenciés en Ile-de- France
« Une frontière de médecine négociée : Des pratiques de santé pendant la périnatalité chez des femmes d’origine chinoise à Paris », Simeng Wang (Sociologue, Cermes3, CNRS)
« Soins différenciés aux patientes perçues comme Africaines en périnatalité : une approche en méthodes mixtes », Priscille Sauvegrain (Sociologue, chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme)
« L’organisation institutionnelle protectrice ou productrice de discriminations ? Le cas du suivi du diabète de grossesse », Aurélie Racioppi (Doctorante en sociologie, Urmis)
Modératrice : Patricia Vasseur (Anthropologue et sage-femme, Conseil départemental de Seine-Saint-Denis)

11h15-12h45 : Table ronde 2 – Discriminations institutionnelles dans l’accès aux soins
« Une lecture pragmatiste des obstacles au suivi médical de grossesse », Raquel Rico Berrocal (Doctorante en sociologie, Cems, EHESS)
« Femmes enceintes migrantes à Lampedusa : accès à l’IVG, accouchements (hyper)médicalisés », Chiara Quagliariello (Socio-anthropologue, post-doctorante, HYPMEDPRO)
« Discriminer en toute légalité. L’accès au suivi de grossesse de femmes primo-arrivantes en Ile-de-France », Louise Virole-Mezouar (Sociologue, ATER à l’Ecole de Santé Publique – APEMAC)
Modératice : Mireille Eberhard (Sociologue, Université Denis Diderot)

12h45 – 14h15 : Déjeuner prévu sur place *** (sur inscription)

14h30-16h : Table ronde 3 – Médicalisation de la santé reproductive : regards internationaux
« De la médecine paternaliste à la sante néolibérale : épidémie de la césarienne en Turquie », Sezin Topçu (Historienne, sociologue des techniques, Cems,CNRS)
« Mettre la main sur le corps des femmes : hyperbiomédicalisation et accouchement à Phnom Penh, Cambodge », Clémence Schantz (Sociodémographe, post-doctorante, INED et Sage-femme)
« La naissance humanisée et la stratification de l’accès aux soins au Mexique », Mounia El Kotni (Anthropologue, post-doctorante, Fondation de France et Cems)
Modératrice : Elsa Boulet (Doctorante en sociologie, Centre Max Weber, Iris)

16h15-17h15 : Table ronde 4 – Restitution au terrain : questionnements éthiques et moraux
« Restituer des résultats : attentes, enjeux et décalages », Hélène Bretin (Sociologue, IRIS, Université Paris 13) et Karima Guenfoud (Sociologue, IRIS, Université Paris 13)
« Penser une éthique de la restitution face aux discriminations en santé reproductive», Laurence Kotobi (Anthropologue, UMR Passages CNRS, Université de Bordeaux)
Modératrice : Priscille Sauvegrain (Sociologue, Chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme)

17h15-17h30 Mot de conclusion des organisatrices

Atelier du 7 mars 2019 : Benoît Hachet (professeur agrégé à l’EHESS) – Refaire famille en situation de résidence alternée

Benoît Hachet (professeur agrégé à l’EHESS) présentera son travail de thèse intitulé La résidence alternée : une sociologie de l’expérience temporelle des parents.

Résumé : Refaire famille en situation de résidence alternée

Quand ils ont des enfants en résidence alternée, les parents séparés partagent le temps de présence de ces derniers entre leurs deux domiciles. Le plus souvent l’alternance se fait selon un rythme hebdomadaire. Cette forme d’organisation post divorce se développe depuis la fin du XXème siècle en parallèle avec la montée des valeurs de coparentalité. Sur les dernières années, la résidence en alternance s’est répandue dans tous les milieux sociaux et elle est par exemple moins fréquente à Paris ou en région Parisienne qu’en province (Insee, 2019). La résidence alternée demeure néanmoins une pratique très minoritaire qui ne concerne que moins de 4 % des enfants d’une génération. L’objectif de la communication est de monter comment les alternants organisent ou réorganisent leur vie familiale dans ce cadre temporellement et géographiquement contraint. Les données mobilisées, issues de ma thèse, sont à la fois qualitatives (55 entretiens) et quantitatives (5 103 questionnaires traités).

Nous montrons que « refaire famille » pour les alternants se conjugue de différentes manières.

  • Ils refont famille avec leurs enfants dans des conditions le plus souvent différentes de celles qui existaient avant la séparation. C’est souvent l’occasion d’affirmer des préférences familiales qui étaient auparavant l’objet de compromis constants. La particularité de cette organisation est de ne refaire famille qu’à mi-temps, même s’il existe des contacts avec les enfants en dehors des périodes de co-résidence.
  • Les parents refont aussi famille avec leurs enfants et leur ex conjoint selon des modalités variables. Certains fêtent les anniversaires ensemble (plutôt dans les classes aisées) et d’autres se voient plus au moment des transitions (plus dans les classes populaires).
  • Les parents refont enfin famille quand ils s’engagent dans une nouvelle relation de couple, qu’elle soit cohabitante ou non. Dans une phase préalable, se pose la question de la désirabilité et de la possibilité (géographique) de reconstruction d’une famille. Nos résultats confirment que les femmes alternantes se remettent plus en couple que les hommes alternants, ce qui particularise cette organisation par rapport aux connaissances que l’on a sur les recompositions familiales post divorces qui sont généralement plus favorables aux hommes. « Les enfants de l’autre » ou les nouveaux enfants qui naissent de ces relations participent à diverses formes de recompositions familiales qui ont en commun qu’une partie des enfants au moins continuent à changer de domicile une semaine sur deux.

Voir le programme de la séance

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 7 mars 2019

Nous avons le plaisir de vous convier à notre septième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 7 mars 2019 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 111 (133 boulevard Davout 75020 Paris métro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Alexandra PIESEN et Benoît HACHET.

Alexandra PIESEN (Docteure en sociologie à l’Université Paris Descartes- Chercheure associée au Cerlis) nous présentera son travail de thèse intitulé : Être parent solo: un exercice d’équilibriste au quotidien?
 
Benoît HACHET (Prag EHESS, IRIS) abordera son travail de thèse intitulé : Refaire famille en situation de résidence alternée
 

La famille par contrat

Date :  Jeudi 7 Février 2019 – 18:00 à 20:00
Lieu :  MSH Lyon St-Etienne, 14 av. Berthelot, Lyon 7e (espace Marc Bloch, rdc)
La construction politique de l’alliance et de la parenté

Rencontres du genre organisées par la MSH Lyon St-Etienne, dans le cadre de son axe scientifique Genre
Evénement ouvert à tous.

En cinquante ans, le modèle dominant de la famille nucléaire, unie pour la vie, a volé en éclats. La famille est progressivement devenue un instrument d’autoréalisation des membres qui la composent plutôt qu’une fin en soi, tandis que les impératifs économiques, la circulation accrue des personnes, l’égalité femmes-hommes et la reconnaissance des sexualités minoritaires ont bouleversé les agencements familiaux. En Occident, les familles sont nucléaires, monoparentales, recomposées ou homoparentales, composées d’enfants biologiques, adoptifs ou issus d’une assistance médicale à la procréation. Face à cette réalité multiple, l’Etat doit reconnaître la légitimité d’un tel pluralisme en ne privilégiant aucune forme familiale sur une autre, sous peine de compromettre l’égalité et la paix sociale.

Daniel Borrillo montre dans ses travaux que la contractualisation et la déjudiciarisation sont les principes qui permettront d’accompagner ce processus qui place le fait familial au cœur de la vie privée et surtout de garantir la pluralité familiale.

Intervenant : Daniel Borrillo est juriste et sociologue du droit, chercheur associé au CERSA. Il a publié en 2018 l’ouvrage intitulé “La famille par contrat” (PUF).

Evénement organisé par Anne Verjus (TRIANGLE, Univ. Lyon 2) et Marianne Thivend (LARHRA, Univ. Lyon 2)

Informations pratiques
Inscription gratuite mais obligatoire >> formulaire en ligne
Contact : communication@msh-lse.fr ou Tél. 04 72 72 64 76

En savoir plus

Instituer la famille – 21-22 février 2019, Toulouse

Ethopol organise son colloque conclusif les 21 et 22 février prochains, à l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Gouvernement, subjectivité, engendrement

Il n’y aurait rien de plus naturel que la reproduction ; marque de notre existence biologique, elle s’imposerait à nous comme une pulsion, une nécessité, voire une finalité. Pourtant, derrière la fausse évidence de sa naturalité supposée, la reproduction fait l’objet d’attentions politiques et sociales particulièrement vives. Une multitude d’agents interviennent pour définir et encadrer la manière dont nous faisons famille aujourd’hui. Professionnel·le·s de l’action sociale, médecins, biologistes, juristes, éthicien·ne·s, psychologues… autant d’expert·e·s dont les savoirs sont mobilisés pour édicter les possibles familiaux, définir l’acceptabilité relative des projets reproductifs et mettre en place les conditions de leur réalisation. Or, si ces interventions peuvent se déployer sur un format coercitif ou restrictif (limitation de l’accès légal à l’adoption ou aux technologies d’assistance à la reproduction, par exemple), elles fonctionnent aussi sur le mode de l’invite à la réforme de soi. Les institutions ne font pas que permettre, interdire ou contraindre des projets familiaux : elles encouragent aussi les individus à transformer leurs désirs, réformer leurs attentes ou repenser leurs existences pour devenir – par et pour la prise en charge – de bons parents et de meilleurs sujets.

Pour clôturer son programme de recherche, l’équipe ETHOPOL invite, au cours de deux journées de colloque, d’autres chercheur·e·s à penser avec elle ces formes d’intervention pour renouveler, ensemble, l’appréhension du gouvernement des familles et de soi.

Programme

21 FEVRIER 2019

9h00 › 9h30 Accueil des participant·e·s, par Sébastien Roux & Anne-Sophie Vozari

9h30 › 12h30 Session 1 – CONDUITES ET FRONTIÈRES

Présidence : Rose-Marie Lagrave (EHESS, Iris)

Sarah Mazouz (CNRS, Ceraps) : Allégeance ou loyauté ? Affiliations citoyennes et anxiétés nationales en France et en Allemagne.

Mélanie Gourarier (CNRS, Legs) : Attestation familiale. L’administration des tests ADN de paternité aux États-Unis.

Jérôme Courduriès (Université de Toulouse Jean Jaurès, Lisst) : Les bonnes intentions. Être parent d’un enfant né d’une GPA en dépit de la loi.

Discussion : Annalisa Lendaro (CNRS, Certop).

14h00 › 17h00 Session 2 – RE/DIRIGER LA FAMILLE

Présidence Marc-Henry Soulet (Université de Fribourg)

Michela Villani (Université de Fribourg) : Les arts du renoncement. Sociologie de l’échec procréatif.

Anne-Sophie Vozari (EHESS, Iris) : De la félicité maternelle. Le traitement des dépressions périnatales.

Aurélie Fillod-Chabaud (Centre Norbert Elias) : « Ces enfants, au moins, on connaît leur histoire. » Les nouveaux territoires de l’adoption.

Discussion : Caroline Touraut (Ministère de la Justice)

22 FÉVRIER 2019

9h30 › 12h30 Session 3 – (S’)APPARENTER

Présidence Michael Stambolis-Ruhstorfer (Université Bordeaux Montaigne, Climas)

Sébastien Roux (CNRS, Lisst) : En conformité. Allocation d’enfants et hiérarchies adoptives.

Charlotte Faircloth (University College London) : “Identity work” and narratives of the natural in accounts of “attachment” parenting.

Anne-Sophie Giraud (CNRS, Lisst) : Les mystères de la procréation. Les tiers procréateurs à l’oeuvre dans l’engendrement.

Discussion Dominique Memmi (CNRS, Cresspa)

14h00 › 16h00 Session 4 – L’ORDRE DES FAMILLES. Table-ronde.

Agnès Fine (EHESS, Lisst)

Samuel Lezé (École Normale Supérieure de Lyon)

Marianne Modak (EESP)

Infos pratiques
Amphithéâtre F417
Maison de la recherche
Université Toulouse Jean Jaurès

Entrée libre

En savoir plus : Ethopol

Compte-rendu de la sixième séance de l’atelier RePPaMa (29.11.2018)

La présentation d’Inès Tiab portait sur l’analyse dans une perspective goffmanienne de neuf comptes Instagram de jeunes mères aux influences variables sur ce réseau – la plus suivie comptant environ 20 000 abonné.e.s à son compte contre quelques centaines pour la moins suivie. Dans son travail, Inès Tiab défend la thèse suivante : sur Instagram, les jeunes mères cherchent à se faire reconnaître comme « bonnes-mères » aux yeux de leurs communautés d’abonné.e.s. Ayant à cœur d’être au plus proche des besoins de leurs enfants, les publications – les photos et les légendes qui les accompagnent – « mettent en scène » le quotidien de ces jeunes mères pour beaucoup consacré à des pratiques de « maternage intensif » (allaitement, portage, co-dodo, etc.). Au-delà de la seule reconnaissance en tant que« bonnes-mères », il s’agit également pour ces femmes de se faire reconnaître en tant qu’individues réalisées tant d’un point de vue maternel que personnel. La réalisation maternelle se donne à voir par l’intermédiaire de contenus qui donnent l’image d’une maternité qui se vit sous le mode de la complicité mère/enfants et sans culpabilité ; ces mères y revendiquant avec force et humour le titre de « mères parfaitement imparfaites ». La réalisation personnelle quant à elle trouve son incarnation dans la diffusion de publications où elles s’affichent sous le jour d’une féminité assumée reprenant les codes de l’érotisme (moue, poses lascives etc.) comme pour affirmer qu’être (de bonnes) mères ne les empêche pas d’être des femmes désirables et épanouies.

Les questions ont porté sur la place laissée (ou non) à la question du milieu social dans les analyses. Les aspects méthodologiques renvoyant aux procédures utilisées pour le codage textuel des légendes des photos et à la pertinence d’une poursuite de cette recherche par la conduite d’entretiens ont également fait l’objet des interrogations des personnes en présence.

***  

La présentation de Maya Paltineau était essentiellement méthodologique : à partir de son enquête sur la parentalité (et plus particulièrement du maternage proximal ou intensif) sur les réseaux sociaux (entendus au sens large, comme outils mettant en relation les individu.e.s), elle a exposé les avantages et les inconvénients de différents réseaux (blogs, Twitter, Facebook, Youtube, Instagram, Snapchat)pour l’enquêteur.trice. Les enjeux éthiques d’un terrain de recherche sur Internet ont également été abordés : peut-on analyser du contenu public publié sur Internet sans en informer le ou la producteur.trice ? Comment anonymiser quand on reproduit des textes ou des images extrait.e.s du terrain,tout en respectant la propriété intellectuelle et la rigueur méthodologique de présentation du terrain ? Quels sont les impératifs légaux du chercheur et de la chercheuse sur ces thématiques en cas de publication ? Si le dernier point fait l’objet d’une réponse univoque (en cas de publication de la recherche, l’auteur.trice doit avoir l’accord des enquêté.e.s selon la CNIL), les deux premiers relèvent davantage du « bricolage » de l’enquêteur.trice. La recherche de Maya Paltineau a été abordée de manière périphérique, défendant la thèse que la parentalité relevant du maternage proximal ou intensif (allaitement long et à la demande, co-dodo, portage de l’enfant…) est désormais une norme largement partagée au sein de la société française contemporaine, construite avec et par les réseaux sociaux.

Les questions ont porté sur les enjeux méthodologiques de la recherche de terrain sur Internet et sur l’existence ou non d’une norme du maternage intensive (et si oui, si elle ne concerne qu’une frange de la population, ou si elle est devenue « légitime » et si chaque parent se positionne par rapport à elle).

Voir le programme de la séance

Soutenance 13/12/2018 : Les lesbiennes en France – représentations du genre et pratiques de résistance à la domination par Camille Frémont

14h à l’Université de Caen Normandie (Campus 1, Bâtiment D (Droit), Salle du Belvédère, 4ème étage)

Résumé de la thèse : En France, dans une société hétéronormative à domination masculine, quelles représentations les mères lesbiennes ont-elles du genre et de la socialisation de genre de leurs enfants ? L’hypothèse principale qui sous-tend la recherche est que la position particulière des lesbiennes dans le système du genre – à la fois dominées et transfuges de la classe des femmes – leur permet un point de vue critique des normes dominantes et les prédispose à transmettre des modèles qui remettent en cause l’ordre du genre. Dans un contexte français d’institutionnalisation progressive de l’homoparentalité marqué par un débat public très houleux (2012-2013), 36 entretiens semi-directifs longs ont été réalisés entre 2011 et 2014 avec des femmes lesbiennes ayant des enfants de moins de douze ans conçus en contexte lesboparental. Malgré une certaine homogénéité des profils qui classent les enquêtées parmi les catégories sociales privilégiées, on constate une hétérogénéité des représentations et des pratiques pour composer avec les normes dominantes. Les mères lesbiennes rencontrées me semblent être des « résistantes ordinaires » à la domination : sans adhésion idéologique aux normes qui les assujettissent, elles sont animées d’une volonté d’intégration. Pragmatiques dans leur lecture du contexte et du contrat social, elles sont attentives à se préserver et à préserver leur famille des effets de l’homophobie. Elles déploient leur résistance du côté de l’infrapolitique pour repousser les limites établies par le cadre contraignant.

Soutenance 19/11/2018 : Des grossesses catastrophiques. Une sociologie des logiques reproductives dans les mises en récit judiciaires et biographiques de néonaticide par Julie Ancian

14h, à l’université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères 75006, en Salle des Thèses (5ème étage du bâtiment Jacob)

Résumé de la thèse :
Le terme d’infanticide recouvre des homicides divers, souvent appréhendés de manière indifférenciée. Parmi eux, le néonaticide désigne le meurtre d’un nouveau-né dans les vingt-quatre heures qui suivent sa naissance. Dans les pays connaissant une forte diffusion de la contraception et de l’accès à l’avortement, cette conduite – anciennement associée à un mode de régulation des naissances – est devenue marginale. Cette recherche propose une approche sociologique de la pratique du néonaticide fondée sur ses mises en récits par la justice et par les auteures elles-mêmes en France (2005-2015). L’enquête s’est appuyée sur des séries d’entretiens approfondis avec cinq femmes jugées pour ces faits et l’observation de cinq procès en cour d’assises. Ces matériaux ont été complétés par l’analyse d’entretiens avec des avocat·e·s et magistrat·e·s, de dossiers judiciaires et d’un corpus d’articles de presse portant sur 75 affaires jugées sur la même période. Les récits judiciaires dévoilent la prégnance d’une approche essentialiste de la maternité et de la procréation qui pèse sur les efforts de mise en intelligibilité déployés par les professionnel·le·s. L’analyse des parcours de ces femmes, de leurs processus de socialisation, de leurs situations conjugales et familiales et de leurs ressources, permet d’identifier les obstacles rencontrés pour mettre en œuvre une contraception efficace ou accéder à l’IVG. En appréhendant le néonaticide comme l’ultime moyen d’éviter une naissance jugée catastrophique, cette étude s’éloigne de la lecture individualisante imposée par le traitement judiciaire et documente l’agentivité reproductive des femmes.

Appel à article – « Les trajectoires de parentalité » (1.04.201)

La revue française des affaires sociales lance un appel à contribution sur “les trajectoires de parentalité”. Il s’adresse aux chercheurs en sociologie, sciences de l’éducation, anthropologie, sciences politiques, démographie, économie, philosophie, histoire. Deux axes sont proposés :
– La parentalité aux différents âges de l’enfant
– Les incidents biographiques dans la parentalité
Ce dossier sera coordonné par la DREES, les articles sont attendus avant le lundi 1er avril 2019. Vous pouvez retrouver l’ensemble des informations et contacts ici.

Appel à projet – Monoparentalité et discriminations (30.11.2018)

Le service du droit des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes (SDFE) lance un appel à projet de recherche “Monoparentalité et discriminations”. Cet appel à projet est doté d’un budget de 40 000€ et comporte deux axes :
– Les discriminations vécues par les familles monoparentales
– Les parcours professionnels des mères et pères à la tête de foyers monoparentaux.
Les dossiers de réponse doivent être envoyés avant le 30 novembre 2018 à la DGCS. Vous pouvez retrouver l’ensemble des informations ainsi que le dossier de réponse ici.

Réseau d'études pluridisciplinaires sur les paternités et les maternités