Compte-rendu de la douzième séance de l’atelier REPPaMa (25.03.2021)

Amélie Keyser-Verreault, chercheure postdoctorale à l’Institut Simone de Beauvoir, Université Concordia et Global Asia Research center, National Taiwan University a présenté une communication intitulée : « On ne naît pas belle, on le devient : devoir maternel et formation trans-individuelle de l’entrepreneure de l’esthétique à Taïwan ». Ayant mené soixante-dix entretiens semi-directifs et des observations participantes aux côtés de mères issues de milieux urbains favorisés, Amélie Keyser-Verreault a mis en exergue une forte prégnance des normes de beauté qui s’imposent aux femmes qui les incarnent et se les transmettent dans un cadre de « modernité compressée ». Cette expression marque la cohabitation de plusieurs ontologies oscillant entre confucianisme et néo-libéralisme dans le cadre desquelles les valeurs de compétition sont particulièrement valorisées. Celles-ci s’incarnent notamment dans une « anxiété dans la parentalité » dont tous les efforts vont être orientés vers la « production » d’enfants compétitifs. Ces derniers sont investis comme « capital humain » grâce auquel ils tireront des bénéfices d’ordre socio-économique dans le futur. La nature de ce capital est fortement dépendant de leur sexe. Pour les filles, il s’agit de la capacité à se conformer à un canon de beauté hégémonique (minceur, peau claire, apparence jeune, grands yeux, cheveux longs et soyeux, attitude “mignonne”), qui leur permettra de jouir d’avantages sociaux dans le cadre des institutions maritale et professionnelle.  Son acquisition implique un très fort investissement de la part des mères dès leur grossesse. À cet égard, ces dernières se voient enjointes de respecter un régime alimentaire censé promouvoir la blancheur de la peau de leurs filles. Demeurant dans le futur, ce souci sera conjugué à d’autres tenant de la transmission d’une attitude « mignonne » et d’une très grande attention portée à leur alimentation. La minceur constituant le gage primordial de la beauté à Taïwan, les mères, sous peine d’être dépréciées par leur entourage féminin et, dans une moindre mesure, masculin, sont incitées à « dresser l’appétit » de leurs enfants filles ou à les décourager de consommer des aliments réputés pour faire grossir. À contrario, des réprimandes, voire des châtiments corporels, peuvent être observés lorsque leurs comportements alimentaires contreviennent ou pourraient contrevenir aux normes sociales de minceur en vigueur faisant promotion d’un IMC inférieur à 18. Ne se vérifiant pas pour les garçons, Amélie Keyser-Verreault souligne cependant qu’il n’est pas souhaitable de lire ces données à la lumière d’un discours psychologisant occidental à orientation féministe. En effet, l’éducation de Taïwan ne semble en rien contradictoire avec l’épanouissement des enfants, garçons comme filles qui, une fois adultes, utilisent leur beauté à leur avantage. Elle n’y voit donc en rien une question d’aliénation ou de soumission au mythe de la beauté. Par ailleurs, ce contrôle social exercé sur l’apparence des filles (en particulier concernant leur poids) notamment par le biais de remarques est particulièrement important dans la société taïwanaise et dépasse les seules relations mère-fille.

Les questions adressées à Amélie Keyseur-Verreault portaient 1) sur la comparaison des gains tirés de la beauté pour les filles et ceux relevant des études pour les garçons, 2) sur le poids que prenaient les injonctions à la beauté pour les garçons et sur ce qu’ils pouvaient en tirer à l’âge adulte, 3) sur l’influence de la classe sociale sur la transmission de ces normes de beauté, 4) sur le rôle des hommes dans cette transmission, 5) sur la perception de l’enquêtrice par les enquêtées en perspective des canons de beauté Taïwanais, 6) sur la conciliation des différents types d’approches féministes et enfin 7) sur la pertinence d’un dispositif méthodologique qui aurait pu intégrer les enfants sur lesque(le)s pèsent ces normes de beauté ou les mères des femmes interrogées.

Laura Verquere, doctorante en sciences de la communication et de l’information à Sorbonne Université a présenté une communication intitulée : « Recomposition d’une masculinité hégémonique dans le cadre du problème public du congé paternité ». Sa recherche a pour objectif de saisir la structuration d’un problème public relevant du congé paternel afin de montrer, comment derrière l’objectif affiché de réduire les inégalités de genre, il contribue in fine à les reproduire. Pour en faire démonstration, elle mène une enquête de terrain auprès d’associations, de collectifs féministes et de pères, notamment certains d’entre eux qui ont connu un écho médiatique important à l’occasion de la parution d’une tribune parue en juin 2020 en faveur de l’allongement du congé paternité, mais aussi d’un corpus de presse (médias généralistes et presse “féminine”). Faisant porter sa communication sur cinq de ces pères “engagés”, Laura Verqueur a montré que derrière une rhétorique de paternité heureuse et moderne dont ils se font les porte-paroles, ces hommes contribuent à reconduire les structures de genre qui pourraient être qualifiées de « traditionnelles ». Ces hommes occupent une position sociale susceptible que leur parole soit relayée dans les médias : ils sont blancs, citadins, en couple hétérosexuel et mariés avec la mère de leurs enfants, et possèdent par ailleurs un capital culturel et économique important (diplômés de grandes écoles). Leur engagement se fonde sur des expériences parentales heureuses et positives et justifient leur prise de parole dans l’espace médiatique par le constat d’une absence de la voix des pères sur la parentalité. Leur engagement dans la parentalité est de nature lucrative et fortement individualisée, là où celui des femmes dans ce domaine est collectivisé et n’engage à aucune rémunération. En effet, leur expertise repose principalement sur la mise en récit de leur expérience parentale, par le biais de récits autobiographiques (publiés sous forme de livres ou de billets de blog) et peut donner lieu à une activité rémunérée de conseiller aux entreprises sur la paternité. En s’appuyant sur la figure du “nouveau père”, ils enjoignent les hommes à “oser faire autrement” que ce que prescrivent les modèles traditionnels de paternité. Cependant, le contenu donné à ce nouveau modèle de “super papa” n’est jamais explicité. S’ils affirment bousculer les stéréotypes de sexe, l’analyse de leurs discours et des codes visuels auxquels ils ont recours montre au contraire la prégnance d’une binarité de genre. Ainsi, leurs “emprunts” au féminin se limitent à la réappropriation de quelques traits qui lui seraient propres tels que l’amour porté à l’enfant, la douceur vis-à-vis de lui etc. La masculinité est à l’inverse prégnante par une rhétorique de la performance, du courage, et à la valorisation d’une paternité dont le pouvoir est au fondement. Cet élément prend forme dans le lexique utilisé dans les ouvrages de parentalité dont ils sont les auteurs dans lesquels les pères sont présentés sous les traits de « vikings », de « rois » ou encore de « dieux ».

Les questions adressées à Laura Verqueur portaient sur : 1) les mères engagées dans des collectifs féministes sur la parentalité 2) sur les congés (parentaux ou paternités) de ces hommes 3) sur la place des mères de leurs enfants dans leurs discours 4) sur l’étude par la chercheuse des pratiques parentales de ces hommes.

Appel à contributions – journée d’études: « Qui a gardé les enfants ? »

Pour une histoire sociale des prises en charge extra-familiales des enfants du premier âge depuis 1945
Lyon, 19 novembre 2021

Modalités pratiques
Modalités de soumission des propositions :
• un projet de communication ne dépassant pas 4000 caractères
• une courte notice biographique (discipline, champs de recherches, publications)
• à envoyer avant le 16 mai aux adresses suivantes :
elsa1.neuville@univ-lyon2.fr
michel.christian@unige.ch
La journée d’études se tiendra à Lyon, le 19 novembre 2021. Une prise en charge du déplacement
peut être envisagée. En cas d’impossibilité à tenir la journée en présentiel, des modalités d’organisation
à distance seront prévues.

Journée d’étude – Secrets de famille (08.04.2021)

Nous avons le plaisir de vous communiquer le programme de la journée d’étude « Secrets de familles. Comment enquêter sur l’espace privé ? », qui aura lieu le 8 avril 2021, de 9h30 à 17h15. Elle se déroulera sur Zoom ou à l’Ined (salle Sauvy sur le campus Condorcet), selon les conditions sanitaires.

Secrets de familles – comment enquêter sur l’espace privé ? 8 avril 2021 de 9h30 à 17h15

Sur Zoom ou à l’Ined (Salle Sauvy)- Campus Condorcet- Aubervilliers –

Ouverture de la journée à 9h30

Session 1 : Entrer dans la confidence – 9h40 – 12h

– Théoxane Camara (Université de Poitiers – Gresco) – De la monographie familiale à l’ethnographie familiale « en pointillés ». Enquêter les familles d’immigrés maliens par-delà les silences
– Amandine Rochedy (Université Toulouse – CERTOP/ISTHIA) – Ethnographie des socialisations alimentaires des enfants présentant des « troubles » du comportement alimentaire
Pause 10 minutes
– Gaëlle Larrieu (EHESS – OSC) – Entrer dans les familles pour étudier les secrets de famille : quand les parents révèlent à l’enquêtrice ce que les enfants ne savent pas
– Camille Masclet (CNRS – CESSP) – Etudier parents et enfants à l’âge adulte : des enjeux spécifiques ?
Pause de 5 minutes et 45 minutes de discussion

Pause repas 12h-13h30

Session 2 : Franchir le seuil (du domicile des familles) – 13h30 – 15h15

– Sarra Mougel (Université de Paris – Cerlis) – Le domicile des enfants malades : quel accès à l’intimité en hospitalisation pédiatrique à domicile ?
– Paule Perron (HEAD) et Fiona Del Puppo (LaSUR – EPFL) – Faire parler le logement – Le dessin d’architecture comme matériel d’enquête ethnographique dans le logement familial.
– Samuel Fely (EHESS) – Observer les enfants au sein de leurs familles : retour réflexif sur les contraintes de genre et de classe dans l’ouverture d’un terrain ethnographique.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

Pause de 15 minutes 

Session 3 : Ce que la famille laisse voir : collecter des matériaux indirects – 15h30 – 17h15

– Louise de Morati (Université Libre de Bruxelles – CHDAJ) – Recherche d’origines chez les personnes adoptées et issues de PMA avec don : usages des réseaux sociaux et enjeux de l’ethnographie numérique.
– Jessica Pothet (Université de Lorraine – 2L2S) Apports et limites de l’observation de mises en scènes de la maternité sur les réseaux sociaux. Réflexions à partir d’une recherche en cours.
– Hélène Malarmey (Université Paris-Dauphine – IRISSO) Pénétrer l’intimité des familles en étudiant leurs relations avec un tiers marchand. Enquête auprès des familles-clientes d’agences de garde d’enfants.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

********

L’inscription est obligatoire via ce lien.

Comité d’organisation (les coordinatrices du REPPaMa et du laboratoire junior : Parentalités plurielles et genre) : 
Inès Anrich (Paris 1 Panthéon-Sorbonne-CRHXIX), Myriam Chatot (EHESS-Iris-CMH), Marie-Caroline Compans (Ined, Paris 1-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (Ined-UVSQ-Printemps), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS). 

Colloque – Le corps maternel à l’épreuve du « progrès » : perspectives internationales sur la techno-obstétrique et ses critiques (05.03.2021)

Le colloque Le corps maternel à l’épreuve du « progrès » : perspectives internationales sur la techno-obstétrique et ses critiques aura lieu le 5 mars de 10h à 16h en distanciel. Pour recevoir l’accès Zoom, merci de vous inscrire auprès de Jennifer Gadenne.

En savoir plus sur l’ANR Hypmedpro.

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 25 mars 2021

Nous avons le plaisir de vous convier à notre onzième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 25 mars 2021 de 14h00 à 16h30 en ligne.

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Amélie Keyser-Verreault et de Laura Verquere.

Amélie Keyser-Verreault (Université du Québec) : On ne naît pas zhenmei, on le devient : surveiller la beauté de ses filles et enseigner le travail de l’esthétique, une responsabilité maternelle à Taïwan.

Laura Verquere (Celsa – GRIPIC) : Formes de maternité et paternité émergente dans le problème public du congé paternité : une approche relationnelle

L’atelier aura lieu par visioconférence. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Nouveau Carnet Hypothèses : Same-sex families

Un carnet Hypothèses intitulé Same-sex families, portant sur les recherches comparatives en sciences sociales sur les familles homoparentales, vient d’être mis en ligne.

Ce carnet de recherche est proposé par une équipe composée d’anthropologues, chercheurs confirmés et doctorantes, spécialistes des études de parenté et de genre et de l’homoparentalité : Chloé Chassagnac (doctorante, UT2J, LISST-Cas), Jérôme Courduriès (maître de conférences en anthropologie, UT2J, LISST-Cas), Flávio Luiz Tarnovski (professeur, Universidade Federal de Mato Grosso, Cuiabá-Brésil), Estelle Tzotzis (doctorante, UT2J, LISST-Cas). Tous les quatre ont été formés au sein de l’équipe de recherche en anthropologie toulousaine spécialisée dans l’étude de la parenté et du genre dans les sociétés occidentales contemporaines.

Le carnet Same-sex families contribuera à diffuser les résultats des travaux menés en France et dans d’autres contextes nationaux en sciences sociales sur l’homoparentalité et qui, malgré l’omniprésence du sujet dans les médias, restent relativement peu accessibles du grand public.

A bientôt sur https://families.hypotheses.org/ !

Compte-rendu de la onzième séance de l’atelier REPPaMa (28.01.2021)

Le 28 janvier 2021 a eu lieu le onzième atelier du REPPaMa au cours duquel nous avons entendu deux communications présentées par Lissell Quiroz et Camille Roudaut.

Enseignante-chercheure à l’Université de Cergy-Pontoise, Lissell Quiroz a réalisé une communication intitulée « La maternité des femmes autochtones à partir des cas des stérilisations forcées au Pérou (1996-2000) ». À cette occasion, elle est revenue sur la situation de 300 000 femmes qui ont subi des stérilisations forcées qui ont pris forme dans la réalisation d’opérations invalidantes voire létales menées sous la menace et/ou sans leur consentement éclairé. Très majoritairement originaires des zones Andaine et Amazonienne du pays, la chercheure a démontré que les femmes victimes de ces opérations n’avaient pas été ciblées au hasard par le gouvernement en place à cette période. En effet, les aires géographiques d’où elles sont originaires se distinguent par la présence de mouvements politiques d’extrême-gauche considérés comme des opposants au régime présidentiel d’Alberto Fujimori (1990-2000). En dépit de l’argument avancé de lutte contre la pauvreté justifiant cette « politique de planification familiale », il s’agissait dans les faits d’un instrument de répression lancé à l’encontre de ces « ennemis d’État ». En outre, croisant les questions de race et de genre et s’appuyant sur les travaux du sociologue Anibal Quijana et de la philosophe Maria Lugones qui ont théorisé le concept de « colonialité du genre », Lissel Quiroz a montré que cette campagne de stérilisations forcées était une incarnation moderne des formes de colonisation initiées par les découvertes de 1492. À cette date comme à l’aube du XXIe siècle, les populations autochtones, et plus encore particulièrement les femmes, étaient considérées comme inférieures et indignes du statut de mère tel qu’il est conçu en occident et duquel se réclamait le pouvoir installé à cette époque. Ces stérilisations étaient donc investies comme un moyen censé pallier les défaillances maternelles de ces mères autochtones qui n’ont pas été sans se défendre depuis. Ainsi de nombreuses femmes ont rendu publiques les dérives psychologiques et mortelles de cette « politique de planification familiale » entraînant la chute d’Alberte Fujimori reconnu coupable de crime contre l’humanité. 

Doctorante à l’Université de Paris et réalisant sa thèse dans le cadre d’un CIFRE avec le Conseil Départemental du Finistère, Camille Roudaut a effectué une communication intitulée « Qui est-ce ? Les désignations utilisées par les anciens enfants placés pour comprendre la place de leurs proches ». Camille Roudaut a interrogé vingt-et-un·e ancien·ne·s placé·e·s âgé·e·s en moyenne de vingt-cinq ans. Parmi eux·elles, neuf ont été placé·e·s en famille d’accueil, cinq en foyer et sept ont connu un « parcours hybride » alternant les placements en familles d’accueil et en foyers. La doctorante a d’abord mis en exergue quatre appellations – la famille de sang / la famille de cœur / la famille atypique / la famille naturelle – qui recouvrent différentes définitions que donnent ses enquêté·e·s de ce qu’est « la famille ». Le « sang » qui est un référentiel pour chacun·e désigne sa dimension biologique. Sous cette conception, font famille, toutes les personnes qui partagent le même sang. Si cette donnée biologique constitue un élément nécessaire pour la définir, elle n’est cependant pas une condition suffisante. Ainsi, le « cœur » qui exprime l’importance donnée à la qualité des relations entre les membres peut venir s’ajouter au biologique, voire avoir la priorité sur lui dans ce qui sert à définir une famille. Cette appréciation se retrouve également parmi les enquêté·e·s qui font usage de l’expression « famille atypique ». Cependant, pour eux·elles, viennent s’ajouter d’autres considérations d’ordres biologique et quotidien. En effet, dans une « famille atypique » sont intégré·e·s des membres de sa famille d’accueil, de sa famille biologique, des ami·e·s et les parents de ces dernier·ère·s. Ici, la famille est conçue comme un espace dans lequel des individus peuvent partager le même sang. Surtout, il va s’agir de donner un rôle prépondérant à l’éducation des enfants au quotidien, ainsi qu’à la qualité des relations entre ses membres. Enfin, la « famille naturelle » se compose de toutes les personnes avec lesquelles les enquêté·e·s vont se sentir la possibilité d’être authentiques. Au-delà de la qualité des relations, cette conception de la famille privilégie l’angle de la « révélation de soi » qui constitue l’une des fonctions des familles contemporaines telles qu’elles sont théorisées par le sociologue François de Singly.

Dans une seconde partie de son exposé, Camille Roudaut s’est consacrée aux appellations utilisées par les enfants placé·e·s pour désigner leurs assistantes familiales. Le corpus de Camille Roudaut n’étant composé que des ancien·ne·s enfants placé·e·s avec des assistantes familiales, nous utiliserons uniquement le féminin pour désigner cette profession. La prégnance du biologique se donne ici à voir sous l’interdiction formelle qui est faite par ces dernières, ainsi que par les institutions (Aide Sociale à l’Enfance – ASE), aux enfants placé·e·s de se servir de « papa » et « maman » ; l’usage de ces deux termes étant réservé aux parents.  Le plus souvent, Camille Roudaut a remarqué que les assistantes familiales sont appelées « tata », ce qui donne un aspect familial aux relations entretenues entre elles et les (ancien·ne·s) enfants placé·e·s tout en rappelant leur dimension professionnelle. Enfin, dans certains cas, le prénom va constituer la formule d’adresse privilégiée par les unes et les autres, faute de familiarisation préalable en raison d’un placement effectué dans l’urgence. Cela peut également résulter d’une réduction de la relation à ses seules orientations professionnelles.

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 28 janvier 2021

Nous avons le plaisir de vous convier à notre onzième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 28 janvier 2021 de 14h00 à 16h30 en ligne.

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Lissell Quiroz et de Camille Roudaut.

Lissell Quiroz (CY Cergy Paris Université – AGORA) : La maternité des femmes autochtones à partir du cas des stérilisations forcées au Pérou (1996-2000).

Camille Roudaut (Université de Paris, Cerlis, Conseil départemental du Finistère) : Qui est-ce ? Les désignations utilisées par les anciens enfants placés pour comprendre la place de leurs proches

L’atelier aura lieu par visioconférence. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Colloque – Maternités mystiques, spirituelles, ascétiques, monastiques (01.2021 – 03.2021)

Maternités mystiques, spirituelles, ascétiques, monastiques :Explorations à l’intersection du religieux et du maternel
https://www.colloquemater.ftsr.ulaval.ca
(Dimanche 10 janvier 2021 à 18h30, puis du 13 janvier au 10 mars 2021, les mercredis à midi)

Ce colloque qui explore une intersection particulière du religieux et du maternel a été réorganisé sous forme virtuelle. La soirée d’ouverture, avec la projection gratuite sur Viméo du film « Amoureuses » (K-Films Amérique, 2019) et la présence de la réalisatrice Louise Sigouin, aura lieu dimanche 10 janvier 2021, de 18h30 à 21h00. Ensuite, les mercredis à midi, du 13 janvier au 10 janvier 2021, neuf conférences traiteront de divers aspects liés à des maternités exceptionnelles ou ordinaires, dans des contextes historiques et contemporains, en lien au christianisme, au judaïsme, au bouddhisme, à l’hindouisme, au sikhisme et à des nouveaux mouvements religieux. 

Inscription gratuite
Lien au programme complet, par date
Résumés des conférences
Inscription gratuite pour recevoir les liens d’accès à la salle virtuelle des conférences (ainsi qu’au film lors de la soirée d’ouverture)
Ce colloque est organisé à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval (Québec) avec le soutien du Fonds Gérard Dion. 

Appel à communication – Secrets de familles (20.01.2021)

Le Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités a le plaisir de vous diffuser l’appel à communication : Secrets de familles – comment enquêter sur l’espace privé ?

La famille est un objet difficile à appréhender par le chercheur ou la chercheuse en sciences sociales, dans la mesure où ce qu’il s’y passe et les relations entre ses membres reste de l’ordre de l’intime, dissimulé derrière les murs du foyer. L’ordinaire de la vie familiale ne laisse que peu de traces et de documents. Recueillir des matériaux d’enquête consiste alors souvent à collecter la parole des intéressé.es, par le biais d’entretiens, de sources écrites personnelles ou institutionnelles. Cependant, d’autres méthodes peuvent être mobilisées par les chercheur.ses pour “voir” la famille plutôt que pour l’entendre se raconter. L’objectif de cette journée d’étude est de discuter des difficultés méthodologiques inhérentes aux enquêtes sur l’objet “famille”, d’entrer dans “les cuisines de la recherche” afin de découvrir certaines des méthodes originales mobilisées par des enquêteur.ices pour percer les secrets des familles.

Sont bienvenues toutes propositions de chercheur.euse en sciences humaines portant sur une enquête sur/relative à la famille, qui soit ont mobilisé d’autres matériaux que l’entretien ou les sources souvent utilisées pour écrire l’histoire ou le quotidien de la famille, soit offrent une relecture originale des corpus en question. Trois axes principaux de réflexion sont privilégiés.

1. Ethnographier la famille

L’observation directe des pratiques familiales est souvent exclue d’emblée par le chercheur ou la chercheuse : d’invité.e, iel peut vite devenir intrus.e s’iel s’attarde au domicile pour observer les pratiques familiales. Pourtant, négocier une ethnographie familiale est possible, pour peu que l’enquêteur.ice adapte son enquête aux contraintes de ses informateur.ices. Martine Croteau (2011) a ainsi réalisé plusieurs séances d’observation des repas (de la préparation au rangement) dans les familles. L’enquête peut aussi prendre la forme d’une ethnographie d’une famille unique, comme celle menée par Alain Cottereau et Mokhtar Mohatar Marzok (2012), qui se sont employés à répertorier et à quantifier au jour le jour le mode de vie d’une famille andalouse d’origine marocaine, par des séances d’observation, des entretiens, mais aussi par la reconstitution des dépenses et des emplois du temps des membres de la famille. Plus indirectement, l’ethnographie de la famille peut aussi passer par le recueil de traces des pratiques, qu’elles soient produites par les membres de la famille ou construites à la demande de l’enquêteur.ice (arbres généalogiques, cartes des déplacements, emplois du temps…). Cette récolte peut également prendre la forme de la collecte de sources privées directement auprès des familles pour les historien.nes, qui sont ainsi confronté.es à des enjeux éthiques comme le respect de l’intimité des familles et le devenir du matériau recueilli. Au terme de son étude sur le lien conjugal à l’épreuve de la Grande Guerre, Clémentine Vidal-Naquet (2014) s’interroge ainsi sur le devenir des correspondances entre les soldats et leurs épouses, qu’elle étudie, de l’intime à l’objet d’histoire. Etudier la famille peut enfin prendre la forme d’une ethnographie du domicile, comme le propose Perla Serfaty-Garzon (2003), qu’il s’agisse de rendre compte du rapport des membres de la famille au temps passé chez soi et aux différentes pièces, de leurs trajectoires résidentielles, du caractère “ouvert” ou “fermé” du domicile sur l’extérieur ou encore de la “culture du chez-soi” et du travail d’investissement du domicile (bricolage, rénovations, décoration, etc.) par ses habitant.es.

Comment alors négocier l’ethnographie des familles, selon quelles modalités, et quels sont les avantages et les limites de ce mode d’enquête ? Comment rendre compte du quotidien des familles et des relations qui unissent ses membres autrement que par les discours des intéressé.es sur la question ? Comment prendre en compte la dimension spatiale du domicile dans les enquêtes sur la famille ? Quelle posture adopter lorsque l’on est à la fois étranger et intégré au quotidien familial ? Enquêter sur le domicile peut-il être une porte d’entrée vers l’intimité des familles ? Quels types de traces peuvent être collectés, quels sont les apports et les limites de ces matériaux d’enquête ? Quels en sont les enjeux éthiques ? Comment se positionnent alors les chercheur.ses au sein de ce terrain en milieu privé ?

2. Observer la famille à travers la lentille : méthodologies visuelles, approches matérielles

Un autre moyen d’étudier la famille est de l’observer à travers les supports visuels ou matériels produits par les familles elles-mêmes et pour elles-mêmes, ou pour l’enquête. Ce peut être des photos du domicile ou d’activités quotidiennes, des albums ou des films de famille, etc. Par exemple, Manuel Charpy (2011) a étudié ensemble les images et le journal de Jules-Émile Scrive, patron lillois, en montrant comment les photographies de famille et les objets ayant appartenu à ses membres (jusqu’aux mèches de leurs cheveux) sont investis d’un récit et d’une mémoire familiale et participent de la production des liens familiaux. De même, Marion Braizaz (2019) a demandé à ses enquêtées préadolescentes de prendre en photo quotidiennement leurs repas afin de mieux comprendre leurs rapports au corps et à la nourriture. Une équipe de chercheur.euses a par ailleurs filmé des familles dans leur vie quotidienne pendant une semaine grâce à un ensemble de caméras installés au sein du domicile (Relieu, Zouinar, La Valle, 2007). Cependant, le caractère contraignant et parfois intrusif de ces méthodes peut décourager.

Quels types d’images ou d’objets peuvent alors servir dans le cadre d’une enquête sur la famille ? Comment négocier avec les familles l’accès par l’enquêteur.ice à ces images ou objets intimes ? Comment constituer un corpus de documents privés de familles “ordinaires” dans les enquêtes d’archives ? Comment traiter et classifier ces matériaux ? Comment prendre en compte les contraintes dans la production des photos ou des vidéos par la famille elle-même, en fonction des possibilités techniques et de l’accessibilité matérielle des appareils d’enregistrement ? En prolongeant les réflexions de Jitske Jasperse (2020) sur l’objet comme unique trace d’un pouvoir féminin absent des sources écrites médiévales, on se demandera si les approches visuelles et matérielles peuvent renouveler les questionnements ou compléter les recherches menées à partir de sources écrites et/ou orales.

3. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) comme accès à l’intimité des familles ?

La diffusion d’Internet et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) constitue pour les sciences sociales un nouveau champ de recherche sur la famille, en tant qu’objet et en tant que terrain d’enquête (cyber-ethnographie ou netnographie) (Bjork-James, 2015). Les approches possibles sont multiples : analyse des contenus textuels, photographiques ou vidéos des messages, posts, commentaires ou articles publiés sur des forums en ligne, sur des réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Instagram ou Youtube, sur des blogs ou sur des listes de diffusion. Il peut également s’agir d’analyses de contenus spécifiques à Internet ou aux NTIC comme les hashtags, les métadonnées, les memes, etc. Les blogs, les comptes de réseaux sociaux ou les forums centrés sur la parentalité ont largement été étudiés en tant que mise en scène d’une posture parentale spécifique, de la “réussite” familiale ou domestique ou comme diffuseur/prescripteur de normes parentales (Tiidenberg, Baym, 2017 ; Vincent, 2017). Comment les enquêteur.ices peuvent collecter et constituer une base de données à partir de ce type de sources ? Comment les analyser ? Quels sont les apports de l’utilisation de ce matériau à la compréhension de la famille ?

Internet et les NTIC peuvent également fournir aux enquêteur.ices de nouveaux moyens d’enquête. Il peut s’agir d’un accès plus facile à des catalogues de sources ou de données, ou de contacter le plus largement possible les détenteur.ices de sources privées utiles pour l’historien.nes (voir le projet “Le goût de l’archive à l’ère numérique”). Les chercheur.euses en sciences sociales disposent également de moyens renouvelés de faire de l’ethnographie, par exemple en recrutant des enquêté.es via des annonces en ligne, par le biais des appels vidéos ou par l’utilisation d’applications comme Indeemo qui permettent de faire de “l’ethnographie mobile”, afin que les informateur.ices documentent leur vie de tous les jours en envoyant à l’enquêteur.ice des photos, des vidéos ou des entrées de journaux personnels via l’application. Cette méthodologie d’enquête a par exemple été mise en place pour la recherche Fact-Covid. Comment Internet et les NTIC peuvent-ils renouveler les méthodes et les questionnements des enquêtes ethnographiques ou d’archives ? Permettent-ils l’accès à de nouveaux publics ou de collecter des données sur les aspects les plus difficiles à documenter de la vie des familles ? Quelles sont les limites de l’utilisation de ces outils comme moyen de collecter des matériaux ?

Ces trois axes ne sont que des suggestions et une proposition n’a pas à s’inscrire strictement dans l’un ou l’autre. Toute communication portant sur les difficultés à “entrer” dans les familles peut être proposée, qu’il s’agisse de terrains ou d’objets pour lesquels il est difficile d’accéder au domicile ou à la parole d’un ou de plusieurs membres de la famille, ou encore aux archives de famille en raison d’obstacles politiques, institutionnels, matériels, culturels… Plus largement, toute communication présentant la méthodologie d’une enquête originale sur la famille est bienvenue, par exemple à travers la relecture de matériaux fréquemment utilisés pour étudier la famille, ou l’utilisation de sources ou de matériaux ethnographiques plus inhabituels.

La journée d’étude se déroulera le 8 avril 2021 (sous réserve), en distanciel ou en présentiel suivant l’évolution de la situation sanitaire. Elle aura lieu à l’Ined, au campus Condorcet (Aubervilliers). Si vous souhaitez intervenir, merci d’envoyer à l’adresse de RePPaMa (reppama.contact@gmail.com) une proposition de communication d’une ou deux pages au format Word, OpenOffice ou pdf (intitulé Secrets_Prénom Nom_Titre de la communication) présentant le cadre de la recherche et la nature de l’enquête ou du matériau utilisé, ainsi que la méthodologie de la collecte des matériaux de recherche, ses enjeux, et les questionnements ou difficultés rencontrées avant le 20 janvier 2021. Les propositions en français et en anglais sont les bienvenues. Les réponses aux communicant.es potentiel.les seront envoyées dans le courant du mois de février.

Comité d’organisation (les coordinatrices du REPPaMa et du laboratoire junior : Parentalités plurielles et genre) :
Inès Anrich (Paris 1 Panthéon- Sorbonne), Myriam Chatot (Paris Dauphine, Irisso), Marie-Caroline Compans (Ined, Paris 1-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (Ined-UVSQ-Printemps), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS).

Bibliographie

Braizaz Marion, Préadolescence, rapport au corps et relations familiales : ce que la photo-elicitation apporte à l’enquête qualitative, 8ème Congrès de l’AFS, Aix-en-Provence, 2019.
Bjork-James Sophie, Feminist ethnography in cyberspace: Imagining families in the cloud, Sex Roles 2015, vol. 73, p. 113-124.
Charpy Manuel, Matières et mémoires. Usages des traces de soi et des siens dans une grande famille bourgeoise de la seconde moitié du XIXe siècle, Revue du Nord, vol. 390, n°2, 2011, p. 395-432.
Cottereau Alain et Mohatar Marzok Mokhtar, Une famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible, Paris, Bouchène, 2012.
Croteau Martine, Le repas familial : être en famille autour d’un menu rassembleur : étude de cas des repas familiaux de deux familles de la région de Québec, mémoire présenté à l’université de Laval, 2011.
Jasperse Jitske, Mevieval Women, Material Culture and Power. Matilda Plantagenet and her Sisters, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2020.
Relieu Marc, Zouinar Moustafa,, La Valle Natalia, At home with video cameras, Home Cultures, vol. 4, n°1, 2007, p. 45-68.
Serfaty-Garzon Perla, Chez soi – les territoires de l’intimité, Paris, Armand Colin, 2003.
Tiidenberg Katrin, Baym Nancy, Learn It, Buy It, Work It: Intensive Pregnancy on Instagram, Social Media + Society, 2017.
Vidal-Naquet Clémentine, Couples dans la Grande Guerre : le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Paris, Les Belles Lettres, 2014.
Vincent Justine, Analyse des fils de discussion d’un forum dédié aux beaux-parents : quels apports de l’outil pour saisir les normes en famille recomposée ?, Journée transversale des doctorants du Centre Max Weber, 2017.

Parution – Le déterminisme parental en question : la «parentalisation » du social

Le déterminisme parental en question: la «parentalisation du social»

Depuis le début du 20e siècle, sont mis en place dans de nombreux pays du monde des politiques et dispositifs de soutien à la parentalité.

Organisé autour de douze contributions, ce numéro de Lien social et Politiques propose un bilan international de la montée en généralité de ce paradigme de l’intervention auprès des parents, que ce soit à travers les cultures et normes véhiculées, des politiques étatiques ou des interventions locales.

Sous la direction de Claude Martin et Xavier Leloup —
 L’intégralité du numéro est disponible en libre accès ici.

Soutenance – Le jeu de la pourpre et du bâtard : Les enfants illégitimes de patriciens face à l’aristocratie vénitienne à travers cinq procès en justice civile au dernier siècle de la République (1694-1780) par Marie Malherbe (18.12.2020)

Mme Marie Malherbe soutiendra sa thèse d’histoire le 18 décembre 2020, à l’Université de Rouen Normandie (soutenance ‘en distanciel’), réalisée en cotutelle internationale Université de Rouen Normandie et Università degli Studi di Padova (Italie) :

« Le jeu de la pourpre et du bâtard : Les enfants illégitimes de patriciens face à l’aristocratie vénitienne à travers cinq procès en justice civile au dernier siècle de la République (1694-1780) »

RÉSUMÉ
Le régime politique original de la République aristocratique de Venise a produit un « système patricien » dans lequel familles et gouvernement sont intrinsèquement liés. De façon non surprenante, l’accès exclusif au pouvoir politique a généré des règles strictes d’hypodescendance. À partir de la moitié du XVIIe siècle, les défis économiques et politiques de la République ont à la fois remis en question et exacerbé la rigidité de ce modèle de parenté au bord de la rupture. Les enfants illégitimes de pères patriciens incarnent toute cette tension. Le statut successoral de ces êtres hybrides reflète la place que ceux-ci étaient censés occuper -ou ne pas occuper- dans la famille et la société, la marge de manœuvre laissée par les normes juridiques donnant lieu à une variété de cas de figure, mais aussi à des conflits.  
Les archives vénitiennes ont révélé des factums destinés à des procès intentés par des enfants illégitimes devenus adultes contre les héritiers patriciens de leur père, entre 1694 et 1783. Cette thèse est la première recherche basée sur les factums vénitiens d’Ancien Régime en justice civile, ou stampe in causa.  
Ces affaires mettent en scène des protagonistes variés, hommes et femmes, patriciens et non patriciens, bien-nés et mal-nés, essayant de faire le meilleur usage possible de la matière juridique et des procédures à leur disposition pour faire entendre leur voix. Ces voix discordantes, autant que celles des juges des diverses cours compétentes, prouvent la coexistence d’interprétations contradictoires de la parenté. Ce travail se propose d’analyser ces affrontements dans une perspective d’anthropologie juridique afin de dégager les « règles » complexes et inattendues de ce qui, dans un système judiciaire sophistiqué, apparaît comme un subtil ‘jeu de la pourpre et du bâtard’.

JURY
• Prof. Anna Bellavitis, Professeure d’histoire moderne, GRHIS-Université de Rouen, directrice de thèse
• Prof. Luciano Pezzolo, Professore ordinario di storia moderna, Università Ca’Foscari (Venise), codirecteur de thèse
• Prof. Claire Châtelain, chargée de recherches HDR/CNRS, Centre R. Mousnier/Sorbonne Université (Paris), examinatrice
• Prof. Roberto Bizzocchi, Professore ordinario di storia moderna, Università di Pisa (Pise), examinateur
• Prof. Margareth Lanzinger, Professorin für Wirtschafts- und Sozialgeschichte des 16. bis 19. Jahrhunderts, Universität Wien (Vienne), rapporteure
• Prof. Francisco García González, Profesor Catedratico de Historia moderna, Universidad de Castilla-La Mancha (Albacete), rapporteur

Plus d’informations

Appel à articles – Families and COVID-19: an interactive relationship (07.02.2021)

The deadline for submitting an abstract to the special issue « Families and COVID-19: an interactive relationship » of Frontiers in Sociology is 7th February 2021.
Since the co-editors are eager to follow the progression of this Special issue, they invite you to: 
1. Confirm your interest in this project and/or your intention to submit a paper proposal 
2. Before submitting a proposal on-line, send us the title & names of all the co-authors 

· an indication of the type (theoretical/conceptual analysis), empirical (research report, methods), research/policy review, with estimated and length (4-8,000 words)
· an abstract of 250-350 words maximum
· a time frame indicating the current stage of the work (data collected, project completion date) and the expected article submission date (whether within 6 months of the closing date for abstracts)
As indicated previously, the articles will be published online as soon as they have been reviewed and accepted for publication, and editorials will be written when all the articles have been received.

Please send your responses to Linda Hantrais, who is centralizing the information on their behalf : L.Hantrais@lse.ac.uk

Lien vers l’appel

Appel à chapitres – Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice (31.01.2021)

Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice. Editors: Prof. Marie-Pierre Moreau, Dr Catherine Lee and Dr Cynthia Okpokiri, Anglia Ruskin University, UK.

The Covid-19 pandemic, resurgence of social movements, tensions between the conservative, far-right politics, socialist principles, and neoliberal ideologies have converged to create an unprecedented situation, characterised by acute changes and uncertainties. Set against this context, this edited volume is concerned with the reproduction and transformation of family norms in contemporary times. It is underpinned by two main ambitions. First, we wish to document and question what ‘counts’ as a family in contemporary times. What families are rendered in/visible and mis/recognised and how are these processes of in/visibility and mis/recognition framed by the discourses of power which operate in various institutional and geographical contexts? Second, we want to explore how family forms are changing in the current climate of uncertainties and profound socio-economic, cultural and political shifts. 

We call for contributions which critically explore the following themes: 

  • Family forms:  the diversity of family formations and what makes a family in contemporary times, including work concerned with non-traditional, non-heteronormative, non-Eurocentric definitions of the family, such as single-parent families, one-person families, childless families, families with animal companions, LGBTQ families, families across the Global South, extended families, mixed heritage families, transnational families, step families, blended families and families of ‘choice’. 
  • Power relationships: how power relationships linked to gender, class, ethnicity, sexuality, faith,dis/ability and other in/equalities intersect and or operate in defining what counts as a family. 
  • Family narratives: how individuals and groups negotiate discourses of the family and their implications with regards to power relationships, including how activists and minority and majority groups reproduce or challenge family norms and work towards the promotion of alternative definitions of the family. 
  • Systemic influences on family: contemporary disruptions to prevailing family norms, including the shift in private/public boundaries and the use and impact of traditional and social media on family dynamics. 
  • Family practices: how mundane, everyday activities of family life sustain or negate individual and collective subjectivities. 

While we anticipate that the volume will be sociologically informed, we welcome work informed by a broad range of conceptual and methodological approaches, including ethnographies, autoethnographies, case studies, empirical studies, policy analysis and discussion pieces.  

A range of focuses are expected, with all contributions brought together through: 
1) a shared critical stance towards normative constructions of the family
2) a key concern for diversity, equity and intersectionality.  

We welcome work that concentrates on what happens within the family as well as work concerned with what local, organisational, national, international and transnational policies and discourses ‘do’ to families. We encourage the submission of work documenting and exploring family discourses in multiple fields, including, for example, education, paid and unpaid work, social work and social policy. 

Scholars at various stages of their career and from various parts of the world are welcome, particularly First Nations communities and those in the Global South.  

We have approached Bloomsbury who have expressed an interest in this project. We are now in the process of identifying contributors, before submitting a proposal by Spring 2021. If the proposal is successful, we will expect to receive the draft chapters from contributors by Autumn 2021, with the book published in 2022.  

If you are interested, please do send a 250-word abstract, by 31 January 2021, to marie-pierre.moreau@aru.ac.uk

Lien vers l’appel

Compte-rendu de la dixième séance de l’atelier REPPaMa (26.11.2020)

Le 26 novembre 2020 a eu lieu à l’Ined le dixième atelier du REPPaMa, au cours duquel deux communications ont été présentées.

Virginie Loizeau (doctorante en sociologie à Rennes 2) a présenté une communication intitulée : Maladie respiratoire chronique de l’enfant et dimension genrée des rôles parentaux : le cas de la mucoviscidose. Les parents d’enfants atteints de mucoviscidose sont enjoints par le corps médical à réaliser un travail domestique conséquent afin de prévenir les risques d’infections respiratoires de leurs enfants malades, afin de préserver leur capital pulmonaire. En examinant comment ce travail de prévention spécifique est réparti entre le père et la mère, Virginie Loizeau établit une typologie adaptée de l’analyse culturelle de Mary Douglas et fondée sur deux critères : la distinction entre groupe et grid (individu) et la distinction entre rôles prescrits et rôles construits. Dès lors, Virginie Loizeau identifie quatre types de familles parmi ses enquêté.es : les familles hiérarchiques, individualistes, égalitaires et fatalistes. Les trois premiers types sont répartis de manière égale au sein de l’échantillon. Les familles fatalistes ne concernent qu’une minorité d’enquêté.es et il s’agit de familles présentant des parcours biographiques spécifiques, marqué par un cumul des difficultés. La doctorante a ensuite présenté les trois types principaux de familles en mettant l’accent sur la spécialisation ou non des rôles des parents en fonction de leur sexe. Dans les familles hiérarchiques, les mères sont souvent au foyer ou travaillent à temps partiel et responsables des soins et du travail domestique de la santé, tandis que les pères sont responsables des conditions matérielles (par exemple investir pour rénover le lieu d’habitation dans un objectif de prévention des risques respiratoires). Dans les familles individualistes, le rôle du père et de la mère sont présentés comme coconstruits en fonction des qualités personnelles de chacun des parents ou comme interchangeables. Enfin, dans les couples égalitaires, chaque parent devient « expert » de son domaine de compétence traditionnelle (mère « fée du logis » et père « roi du bricolage »), mais cette spécialisation peut amener à un décloisonnement des savoirs genrés dans la mesure où les parents peuvent se suppléer en cas de besoin (par exemple, la mère connait les informations techniques et le père les informations relatives au ménage). Les questions ont porté sur la méthodologie de l’enquête et sur des précisions quant au rapport des enquêté.es au travail domestique.

Myriam Chatot, post-doctorante à l’Irisso, a présenté une communication intitulée : Familles confinées – Enjeux méthodologiques de l’enquête à distance. Sur la base de deux recherches en cours sur l’articulation travail-famille pendant le confinement de mars-mai 2020 réalisées par le réseau de l’association française de sociologie Articulation des temps sociaux, elle a présenté comment la crise sanitaire a impacté les manières de faire de la recherche de terrain, en s’intéressant à trois thématiques : la conception d’une enquête pendant et sur le confinement, les entretiens par téléphone et visioconférence et les enjeux qu’il y a à enquêter sur un « événement ». Il s’agissait de mettre en évidence les gains et les pertes pour le recueil de matériaux dans ces conditions particulières, en montrant comment cette situation exceptionnelle a permis de recueillir des données qualitatives sur la vie quotidienne des familles, qui sont parfois difficiles à collecter, mais nécessite une flexibilité de la part de l’enquêteur et de l’enquêtrice qui maitrise peu les conditions de passation des entretiens. Elle a également abordé la question du « travail de mémoire », observable par le biais de la confrontation des deux enquêtes (l’une ayant eu lieu pendant le confinement et l’autre retrospective) : lors de la deuxième enquête, les détails concrets sur le quotidien sont difficilement remémorables par les enquêté.es. De même, pour certain.es enquêté.es, l’entretien participe au travail de structuration des souvenirs, ce qui se traduit dans le récit par des contradictions. Les remarques ont porté sur des pistes d’analyse possibles de ces entretiens.

Annexe : méthodologie de l’entretien par téléphone

  • Block, E. S., & Erskine, L. (2012). Interviewing by telephone: Specific considerations, opportunities, and challenges. International journal of qualitative methods, 11(4), 428-445.
  • Burke, L. A., & Miller, M. K. (2001). Phone interviewing as a means of data collection: Lessons learned and practical recommendations. In Forum Qualitative Sozialforschung/Forum: Qualitative Social Research (Vol. 2, No. 2).
  • Drabble, L., Trocki, K. F., Salcedo, B., Walker, P. C., & Korcha, R. A. (2016). Conducting qualitative interviews by telephone: Lessons learned from a study of alcohol use among sexual minority and heterosexual women. Qualitative Social Work, 15(1), 118-133.
  • Holt, A. (2010). Using the telephone for narrative interviewing: a research note. Qualitative research, 10(1), 113-121.
  • Shuy, R. W. (2002). In-person versus telephone interviewing. Handbook of interview research: Context and method, 537-555.
  • Sturges, J. E., & Hanrahan, K. J. (2004). Comparing telephone and face-to-face qualitative interviewing: a research note. Qualitative research, 4(1), 107-118.

Méthodologie de l’entretien par visio

  • Lo Iacono, V., Symonds, P., & Brown, D. H. K. (2016). Skype as a Tool for Qualitative Research Interviews, Sociological Research Online, 21(2), 103–117.
  • Seitz, S. (2016). Pixilated partnerships, overcoming obstacles in qualitative interviews via Skype: a research note., Qualitative Research, 16(2), 229–235.
  • Deakin, H., & Wakefield, K. (2014). Skype interviewing: reflections of two PhD researchers. Qualitative Research, 14(5), 603–616.
  • Soyer, L. & Tanda, N. (2016). Skype, un média innovant pour optimiser la coopération à distance entre chercheur et participants à la recherche. », Innovations Pédagogiques, nous partageons et vous? Oser l’innovation pédagogique. Analyse, 3(1), 27-42.

Réseau d'études pluridisciplinaires sur les paternités et les maternités

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search