Archives par mot-clé : solo

Appel à projet – Trajectoires familiales et ruptures familiales, Évaluation des ordonnances Travail (04.11.2019)

France Stratégie et le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) lancent un appel à projets de recherche sur les trajectoires familiales et de niveau de vie suite à des ruptures familiales.

Si la vie en couple reste le mode de vie dominant à l’âge adulte, la proportion de personnes en couple a tendance à diminuer et les trajectoires sont de plus en plus discontinues. La succession de périodes de vie en couple et de vie sans conjoint est devenue aujourd’hui courante. À l’image ancienne du couple marié stable jusqu’au décès de l’un des conjoints s’est substitué tout un ensemble de configurations familiales entre lesquelles se construisent les trajectoires individuelles. La présence d’enfants, longtemps apanage des couples, se retrouve dans l’ensemble de ces configurations, les enfants vivant de plus en plus souvent, au gré des éventuelles séparations ou nouvelles unions, avec seulement l’un ou l’autre de leurs parents.

Au-delà de cette fluidité commune des parcours de vie, les trajectoires individuelles sont fortement différenciées entre hommes et femmes; elles sont aussi marquées par d’importantes différences sociales, les plus aisés se remettant en couple plus rapidement. Enfin, la présence et le nombre des enfants jouent là aussi un rôle central. Cela n’est pas sans conséquences sur le niveau de vie, celui-ci pouvant connaître des baisses et des hausses sensibles en fonction des ruptures et des éventuelles remises en couple. Parmi les familles monoparentales, les plus modestes connaissent les conditions de vie les plus difficiles. Cela n’est pas sans conséquences pour les enfants pour lesquels un éloignement parfois durable d’un des parents, cumulé avec des conditions de vie plus difficiles contribue à un risque plus élevé de reproduction des difficultés sociales.

Les comportements familiaux ont évolué ces dernières années, avec une hausse significative du nombre de ruptures chaque année : environ 380 000 enfants sont concernés aujourd’hui chaque année par la séparation de leurs parents, dont 60 % hors mariage. Les conditions juridiques encadrant la rupture ont également évolué, avec la création du divorce sans juge, et la garde alternée se développe. Enfin, pendant longtemps, on ne disposait pour étudier ces comportements familiaux que d’observations situées à une date donnée (enquêtes, recensements), éventuellement en utilisant une recomposition de la biographie faite à cette occasion (enquêtes Famille). Mais des sources nouvelles existent aujourd’hui, qui autorisent le suivi des trajectoires des adultes et des enfants.

Pour toutes ces raisons, un nouvel éclairage sur les trajectoires familiales et de niveau de vie suite à une rupture qui utiliserait des données récentes serait souhaitable. Une meilleure connaissance du devenir des enfants concernés par une séparation et de leurs parents gardiens et non gardiens est indispensable pour mieux orienter les politiques publiques à destination de ces enfants et viser à les protéger autant que possible de la pauvreté.

Le HCFEA et France Stratégie souhaitent donc, dans le cadre du présent appel à projets, susciter des projets de recherche qui leur permettent d’améliorer la qualité de la connaissance disponible sur les parcours familiaux et les trajectoires de niveau de vie suite à des ruptures familiales.

Clôture pour le dépôt des propositions détaillées : lundi 4 novembre 2019 à 14 h (heure de Paris)
https://www.strategie.gouv.fr/actualites/appel-projets-de-recherche-trajectoires-familiales-de-niveau-de-vie-suite-ruptures

Soutenance – Le traitement social des mères célibataires par des associations en Tunisie et au Maroc : mobilisation, compassion et défense de l’ordre moral par Iris Funk (04.10.2019, Paris)

14h00 à l’EHESS (105 boulevard Raspail 75006 Paris, salle 1)

Résumé de la thèse : En Tunisie et au Maroc, les tournants sociopolitiques, depuis 2011, confèrent une nouvelle force au mouvement associatif. Ils contribuent en effet à faire émerger et rendre visibles des questions sociales, autrefois passées sous silence. Ainsi, les « mères célibataires » deviennent, par la mobilisation associative, non seulement une catégorie d’intervention mais également un problème public. Or, l’État, en refusant de s’investir directement « pour ne pas encourager des conduites déviantes », délègue à ce secteur la contention du problème moral des femmes pauvres ayant des enfants illégitimes. Le traitement social des mères non mariées, conduit par ces associations avec leur interface internationale, prend alors la forme de care fondé sur le maternalisme et la normativité. De surcroît, ces organisations s’engagent dans la “réinsertion” des femmes qui, sans soutien familial, sont en marge de la protection sociale et juridique. En utilisant une sémantique compassionnelle sur la vulnérabilité et le besoin, elles veulent gagner l’opinion publique afin de produire des droits et des politiques publiques, montrant ainsi l’intentionnalité politique du care. Toutefois, ces actions reproduisent et creusent des inégalités le long des lignes de genre, de classe et de statut.

Grâce à une ethnographie de longue durée auprès d’organisations de protection de l’enfance et d’associations de soutien aux mères célibataires, ainsi que par une approche sociohistorique, cette thèse permet de suivre l’évolution du droit de la famille et des processus qui participent à la transformation des rapports sociaux entre les sexes dans ces sociétés du Maghreb. La comparaison entre les deux pays montrera les similitudes, les différences et les injonctions aussi bien morales que politiques propres à chacun en ce qui concerne le traitement social des femmes et des enfants en dehors du cadre du mariage.

Compte-rendu de la septième séance de l’atelier RePPaMA (07.03.2019)

Cette séance a constitué en deux présentations sur les parents séparés : celle d’Alexandra Piesen a porté sur les parents ayant la résidence principale de leur.s enfant.s et celle de Benoit Hachet sur les parents pratiquant la garde alternée.

Bien que les deux interventant.es aient opté pour des points d’entrée différents (articulation travail/famille et parentalité pour Alexandra Piesen et « refaire famille » dans le cas de Benoit Hachet), de nombreux parallèles se sont dessinés entre les deux présentations. Tout d’abord, les deux interventant.es ont mentionné l’importance pour les parents séparés de s’investir d’autant plus dans le temps passé avec l’enfant après la séparation, à plein temps pour les parents « solos » et la semaine où ils ont leur.s enfant.s pour les parents alternants. Ensuite, les deux interventant.es ont évoqué la recomposition des rôles suite à la séparation, qu’il s’agisse pour les mères alternantes d’adopter un rôle parental plus « authentique » en n’ayant plus à jouer le rôle de la mère et de la ménagère parfaites (et de ne plus se forcer à faire des activités familiales comme le camping) ; tandis qu’Alexandra Piesen a souligné la volonté (et la difficulté) des parents solos à « jouer les deux rôles », c’est-à-dire être à la fois paternant.es (exercice de l’autorité) et maternant.es (affection). Enfin, les deux communiquant.es ont évoqué le genre de la parentalité solo ou alternante. Du côté des parents solos, on constate par exemple une différence dans les conditions d’entrée dans la situation de parent solo : si quelques mères ont choisi de « faire un bébé toutes seules », ce n’était le cas d’aucun père interrogé (par exemple, en acceptant d’assumer seul un enfant après l’accouchement de la mère). D’autres expliquent qu’elles ont été contraintes à la séparation parce que l’équilibre familial était rompu (par des conflits entre les parents ou un comportement du père comme un adultère ou de l’alcoolisme). A l’inverse, presque tous les pères présentent leur entrée dans cette situation comme étant subie, du fait d’un départ brutal de la mère du domicile. Du côté des parents alternants, on constate des discours différents sur la remise en couple en fonction du sexe : les mères hésitent davantage à reformer un couple (et à plus forte raison cohabitant) et s’inquiètent davantage de la compatibilité entre le nouveau conjoint et les enfants que les hommes.

Par ailleurs, et sans que cette thématique n’ait été abordée frontalement par les interventant.es, on observe un rôle important des ressources dans les conditions d’exercice de la parentalité, comme le soutien de l’environnement amical ou familial (voire un « capital d’autochtonie », pour reprendre le terme de Christelle Avril ?), celles liées à l’environnement professionnel (une bonne insertion dans un emploi permet au parent solo d’aménager son activité professionnelle pour la rendre compatible avec l’exercice de la parentalité en solo, alors que les parents moins bien insérés optent parfois pour le chômage faute de possibilité de rendre leurs horaires compatibles avec la prise en charge des enfants) et à l’entente avec l’ex-conjoint.e. En effet, les deux présentations ont mentionné l’importance de l’entente entre les parents dans les conditions d’exercice de la parentalité solo ou alternante : une bonne entente peut constituer une ressource sur le plan organisationnel (par exemple, le parent non-gardien peut garder ponctuellement l’enfant à la demande du parent gardien) ou matérielle (par exemple, les vêtements circulent plus facilement entre les foyers de parents qui ont gardé de bonnes relations), et dans le cas des parents solo les relations entre les parents séparés conditionnent en partie le maintien du lien entre les enfants et la parent non-gardien.

Une différence importante peut cependant être observée entre les deux groupes : là où les parents solos se sentent stigmatisés et « surveillés » quant à leurs compétences parentales, c’est beaucoup moins vrai pour les parents alternants, signe que la bi-parentalité est une norme encore prégnante malgré le développement de « nouvelles formes de famille ».

Voir le programme de la séance

Atelier du 7 mars 2019 : Alexandra Piesen (chercheure associée au CERLIS) – Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alexandra Piesen (chercheuse associée au CERLIS) présentra une partie de sa thèse intitulée (Re)définition du rôle parental au regard de la parentalité solo contemporaine

Résumé : Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alors que l’accroissement du nombre de recherches sur le thème de la conciliation travail/famille s’explique par la hausse de la participation des femmes, et plus particulièrement des mères au marché du travail dans les pays industrialisés (St-Amour et Bourque, 2013), plusieurs interrogations relatives à cette articulation selon les configurations familiales demeurent. En effet, l’articulation vie privée/vie professionnelle se pose différemment pour les parents solos (Algava, 2002, 2005 ; Acs, Lhommeau, et Reynaud, 2015). Au sein de ces familles, où un seul parent assure l’essentiel du  travail parental et de la charge mentale qui l’accompagne, le poids de la conciliation peut sembler plus lourd à porter.

Cette communication issue d’un travail doctoral relatif au quotidien des parents solos, s’appuie sur une enquête qualitative réalisée entre 2015 et 2017. Cinquante-quatre entretiens semi-directifs ont été conduits avec des parents solos (dix-huit pères et trente-six mères). Ces entretiens ont abordé des thématiques variées relative au quotidien (entrée en parentalité solo, conséquences sur l’organisation quotidienne, familiale, professionnelle, amicale et amoureuse notamment). Nous faisons l’hypothèse selon laquelle il existe des difficultés spécifiques au travail parental des parents solos (Martial, 2009 ; Piesen, 2017) : gestion du quotidien plus complexe, charge mentale plus lourde, impossibilité matérielle d’externaliser la prise en charge des enfants, etc.

Dans le cadre de cette communication, nous nous intéresserons plus particulièrement aux façons dont ces parents solos articulent vie familiale et vie professionnelle au quotidien. Comment font les parents qui s’occupent quotidiennement de leur(s) enfant(s) sans médiation maternelle/paternelle ? Comment se sentent-ils/elles perçu.e.s et comment vivent-ils/elles leur parentalité solo au quotidien ? Comment ces parents vivent-ils/elles cette articulation entre travail de care et d’éducation et activité professionnelle ou recherche d’emploi ? Peut-on identifier des trajectoires spécifiques selon le sexe du parent solo ? Son origine sociale ?

Voir le programme de la séance

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 7 mars 2019

Nous avons le plaisir de vous convier à notre septième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 7 mars 2019 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 111 (133 boulevard Davout 75020 Paris métro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Alexandra PIESEN et Benoît HACHET.

Alexandra PIESEN (Docteure en sociologie à l’Université Paris Descartes- Chercheure associée au Cerlis) nous présentera son travail de thèse intitulé : Être parent solo: un exercice d’équilibriste au quotidien?
 
Benoît HACHET (Prag EHESS, IRIS) abordera son travail de thèse intitulé : Refaire famille en situation de résidence alternée
 

Appel à projet – Monoparentalité et discriminations (30.11.2018)

Le service du droit des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes (SDFE) lance un appel à projet de recherche “Monoparentalité et discriminations”. Cet appel à projet est doté d’un budget de 40 000€ et comporte deux axes :
– Les discriminations vécues par les familles monoparentales
– Les parcours professionnels des mères et pères à la tête de foyers monoparentaux.
Les dossiers de réponse doivent être envoyés avant le 30 novembre 2018 à la DGCS. Vous pouvez retrouver l’ensemble des informations ainsi que le dossier de réponse ici.

Soutenance – La résidence alternée : une sociologie de l’expérience temporelle des parents par Benoit Hachet (09.11.2018, Paris)

9h à 13h en salle 13 à l’EHESS, au 105 Bd Raspail, 75006 Paris

Résumé :
La résidence alternée, légalisée en France en 2002, est une pratique minoritaire qui touche toutes les catégories de la population des parents séparés. Elle est entendue de manière stricte comme une organisation qui sépare de façon égale les temps de résidence des enfants entre leurs deux parents. Sous ce principe de symétrie coparentale, le temps vécu par les parents est bichronique, marqué par la succession réitérée de temps de même dimension, les uns avec enfants et les autres sans. Nous explorons l’expérience temporelle de cette parentalité alternée à partir d’une méthode mixte qui croise l’analyse de 55 entretiens avec le traitement de 5 103 questionnaires passés auprès des allocataires de la Caisse d’allocations familiales qui ont des enfants en résidence alternée. Dans une première partie, nous contextualisons la question de la résidence alternée dans la France contemporaine. Nous présentons une cartographie des polémiques qu’elle soulève, précisons les évolutions juridiques et les modalités judiciaires de sa mise en place, avant de remarquer que les études existantes sur cet objet sont peu nombreuses et souvent partielles. Si les déterminants socio-économiques du choix de la résidence alternée sont assez bien connus, le fonctionnement concret des alternances est peu étudié. Notre contribution consiste à ouvrir cette boîte noire. Nous inscrivons notre recherche dans une perspective temporaliste qui consiste à interroger les temps différenciés de l’expérience humaine. Dans la deuxième partie, nous caractérisons l’économie générale du cadre temporel de la résidence alternée, en montrant que le partage égal des temps de résidence ne peut se soustraire au temps calendaire dominant. Les deux espaces créés dans ces conditions se constituent en territoires temporels sur lesquels chacun des parents exerce une souveraineté relative selon des règles qui se construisent à l’usage. Nous proposons une topologie des territoires de l’alternance, attentive à leur structure et à leur plasticité. Dans la troisième partie, nous envisageons l’expérience parentale de la succession des temps avec et sans enfant en commençant par préciser les différences de texture temporelle, avant de décrire les modalités de la concordance de ces temps. Nous terminons en changeant d’échelle temporelle pour interroger l’évolution de l’expérience parentale de l’alternance dans la durée, quand elle est confrontée à la survenance de divers événements comme la recomposition familiale ou la mobilité professionnelle. Dans l’ensemble de la thèse, nous sommes attentifs aux variations dans l’organisation et l’expérience temporelle de la résidence alternée selon les variables lourdes de la sociologie, le sexe, l’âge, le milieu social ou le lieu de résidence des parents.

Compte-rendu de la séance inaugurale de l’atelier RePPaMa (17.03.2017)

La première séance de l’atelier RePPaMa a consisté en deux présentations, la première d’Hélène Breda et la seconde de Maeli Saidi.

La présentation d’Hélène Breda, portant sur un corpus de six séries télévisées (Six feet under, Desperate Housewives, les Sopranos, Lost, the West Wing, 24h chrono), a mis en lumière des rôles parentaux différenciés en fonction du sexe du personnage au sein du corpus.

Les personnages de pères (Tony Soprano dans les Sopranos, Jack Bauer dans 24h chrono) se situent d’un point de vue narratif à la pointe d’une pyramide, dans la mesure où ils sont le centre des différentes intrigues et que ce sont les personnages qui ont le plus d’influence sur le déroulement de l’intrigue et les lignes d’action des autres personnages (pour ce dernier point, c’est également le cas de Nathaniel Fisher sénior, dans Six Feet Under). Leurs rôles parentaux illustrent l’ambivalence des modèles de paternité ; entre patriarche qui dirige la famille (Nathaniel Fisher sénior, Tony Soprano), endosse le rôle d’apporteur de ressources (Tony Soprano) et de protecteur (Jack Bauer) d’une part et « nouveau père » jouant un rôle affectif auprès de ses enfants (esquissé avec plus ou moins de succès par Tony Soprano, incarné avec plus de réussite par Jack Bauer) d’autre part.

A l’inverse, les personnages de mère sont souvent décentrés de la narration et se situent dans des configurations narratives qualifiées de « molécule ». Là où les pères ont généralement un ascendant vertical sur les autres membres de la famille, les mères se situent davantage dans une configuration de circulation horizontale, jouant le rôle de rassembleuse et de liant entre les personnages (comme les héroïnes de Desperate Housewives, Ruth Fisher dans  Six Feet Under et CJ Cregg dans the West Wing qui est l’attachée de presse du président et qui joue un rôle maternel dans la « famille professionnelle » que constitue le staff du président).

L’intérêt de l’approche méthodologique d’Hélène Breda, qui étudie les trames narratives des séries de son corpus en s’appuyant sur la métaphore du tissu (tressage et tissage narratifs, patchwork, etc.), est de mettre en évidence les parallèles entre la place du personnage dans la narration et son rôle parental auprès de sa famille.

La discussion qui a suivi la présentation a porté d’une part sur la méthodologie et d’autres parts sur des parallèles avec d’autres séries plus récentes.

 

La présentation de Maeli Saidi est basée sur un corpus d’une soixantaine d’entretiens avec des mères en situation de monoparentalité, réalisés en Île-de-France. Elles sont dans cette situation de monoparentalité depuis des durées variables (entre deux mois et trente ans), pour la plupart suite à un divorce et ont en moyenne deux enfants. Elles ont en moyenne entre 45 et 50 ans, et s’inscrivent dans des contextes socioculturels variés. L’exposé portait sur la capacité de ces femmes à « s’en sortir » après la séparation, notamment sur leur capacité à se construire une vie qui ne soit pas orientée uniquement vers la famille.

Trois étapes dans l’émancipation de ces femmes peuvent être identifiées, par rapport aux stigmates qui pèsent sur elles en tant que mères « solos » : se protéger, s’affirmer et lâcher prise. Ainsi, dans un premier temps, les mères ont à cœur de consolider la nouvelle cellule familiale après la séparation et se consacrent entièrement à leurs enfants, en recourant à l’aide de leurs familles pour surmonter cette épreuve. Dans un second temps, elles s’affirment, c’est-à-dire qu’elles prennent de la distance avec leurs familles et plus largement avec l’image de la mère « parfaite » qu’elles tentaient d’incarner, en négociant l’image d’elles-mêmes qu’elles projettent suivant leurs interlocuteurs. Dans un troisième temps, les mères lâchent prise et affichent leur vie personnelle au même titre que leur vie familiale. Pour mener à bien cette émancipation par rapport à une vie entièrement consacrée à la maternité, elles disposent de quatre supports : l’indépendance financière, un « jardin secret » (notamment des nouvelles relations affectives), un bon entourage et du temps pour soi.

La présentation s’est principalement concentrée sur le « jardin secret » et le réseau de sociabilité des mères. Il s’agissait d’une part de mettre en évidence les stratégies mises en œuvre par rapport dans la dissimulation ou la révélation de nouvelles relations conjugales (par exemple, prétendre à ses enfants qu’on va faire du sport pour aller voir son compagnon). D’autre part, on observe une recomposition du réseau amical des mères en situation de monoparentalité. Cette recomposition passe par un double mécanisme. Tout d’abord, les mères minorent leurs liens avec les anciennes amies et leurs familles (proches perçus comme ne comprenant pas la situation de la mère seule voire intrusifs). Ensuite, elles se construisent un nouveau cercle amical, constitué de femmes ayant une situation personnelle similaire (monoparentales, célibataires ou en difficultés), constituant une ressource sur le plan affectif mais aussi matériel.

La discussion après la présentation a porté sur les éléments déclencheurs du passage d’une étape à l’autre (événement, âge des enfants, effet de génération ou de socialisation…), sur la comparaison entre mères et pères en situation de monoparentalité et sur le choix des critères de réussite.

Voir le programme de la séance

“Suis-je un bon père ?” : une question qui ne se pose pas ?

“Hayden and Daddy” by Michael Crane is licensed under CC BY 2.0

Ni trop ni pas assez disponible. Etre aimante, mais pas étouffante. Protéger les enfants, mais les laisser faire leurs propres expériences. Les faire progresser, mais ne pas les forcer. Tout en prescriptions contradictoires, être une « bonne mère » est une injonction qui pèse fortement sur les femmes. Il ne s’agit pas seulement des « rappels à l’ordre » ou des conseils prodigués par l’entourage de la mère, mais aussi de l’image de la « bonne mère » que se forgent les femmes elles-mêmes. En témoigne cette déclaration d’une mère qui a pris un congé parental presque malgré elle :

Pendant ma grossesse, j’ai décidé que j’allais prendre un congé parental, pour mon premier. Mais ce n’était pas parce qu’il n’y avait pas de place en crèche, c’était parce que je voulais faire la bonne mère. Pour moi, la bonne mère, ça prend un congé parental. C’est pas parce que j’en avais vraiment envie ou que… Pour moi, une bonne mère prend un congé parental. […] J’étais en dépression post-natale. Parce que rester à la maison, c’est pas mon truc. Je les aime, mes enfants, mais passer toute la journée avec des gamins qui ne parlent pas, changer des couches, les biberons, pour moi c’était… La perte de liberté, je ne me sentais pas bien. Mais par contre j’aime mes enfants. Je le dis parce que… [rire] J’ai culpabilisé un moment en me disant « t’es une mauvaise mère, c’est pas possible », je les aime mais c’est pas mon truc.

Plus largement, Sarah Lécossais (2015) montre, à partir de l’étude de séries télévisées françaises de type « chroniques familiales », qu’il n’y a pour ainsi dire qu’un seul modèle de mères représenté dans ces séries : à l’écoute, disponibles, aimantes, mais surtout culpabilisées. Se demander si on est une « bonne mère » (ou se reprocher de ne pas l’être assez) semble à ce titre considéré comme le lot commun des femmes.

Qu’en est-il pour les pères ? Se demandent-ils s’ils sont des bons pères ? A partir de deux enquêtes sociologiques, l’une menée auprès de 39 pères qui ont pris un congé parental à temps plein ou à temps partiel en couple hétérosexuel et 18 pères en situation de monoparentalité, nous tenterons, sinon de répondre à cette question, au moins d’apporter quelques pistes de réponse.

Ce qui ressort des entretiens avec les pères en congé parental, c’est que la « bonne paternité » est largement une non-question pour eux. Certes, certains d’entre eux reconnaissent se poser de la question de temps en temps, notamment lorsque les pères se sentent en « échec éducatif » (par exemple, si l’enfant refuse d’obéir). Cependant, dans l’ensemble, ces hommes semblent plutôt sûrs de leurs compétences parentales. Par exemple, Hugo (en congé parental pendant 3 ans et demi) déclare :

[En tant que père,] je vais essayer de mieux que je peux. Je ne me mets pas une barrière, genre « Untel a dit ça, Untel a dit ça, Dolto a dit ça », non, j’en ai rien à foutre. Enfin, c’est intéressant, mais moi, ce que je peux donner, le meilleur de moi, je vais lui donner. Après, ça aura ses failles, ses qualités, ses défauts, mais voilà, moi je lui ai donné le mieux de ce que je pouvais. Et je continue.

S’ils se posent des questions, c’est plutôt sur la meilleure méthode à adopter que sur la pertinence de leurs choix ou de leur attitude avec les enfants. Par exemple, Fabien (en congé parental pendant 6 mois) se rappelle :

Au début, quand les deux garçons sont nés, c’est l’éternelle question, « est-ce que je le laisse pleurer, est-ce que je le laisse pas pleurer ? ». Et on a appris énormément de choses avec ça, et en même temps, ma conjointe a eu du mal à les laisser pleurer, moi je pensais qu’il fallait les laisser s’exprimer… On a trouvé un bon système, on a trouvé un équilibre, sur ce point crucial quand tu es parent, de ta parentalité, c’est le nerf de la guerre parce que tu veux que ton enfant il dorme etc., on a trouvé à nous deux, en puisant chacun de notre côté… Je ne sais pas si c’est du hasard, de l’inné, de l’acquis, par rapport aux enfants… Je trouve qu’on fait un bon duo.

A l’inverse, les pères solos semblent raisonner différemment. Conscients de la dimension atypique de leur paternité solo, les pères rencontrés évoquent régulièrement leurs inquiétudes quant à leurs compétences pour être un “bon” parent et un “bon” père. Il s’agit alors pour eux, non plus d’exercer au quotidien des pratiques parentales données mais de faire en sorte que ces dernières soient conformes aux discours relatifs à la “bonne” parentalité. Les pères solos rencontrés ne cherchent pas à être uniquement des pères mais à être de “bons” pères voire des pères parfaits.

Cette volonté semble liée à deux éléments principaux, d’une part, les circonstances ayant conduit ces hommes à la paternité solo et d’autre part, l’idée selon laquelle la mère est le parent “principal” (entendu comme le parent légitime par les institutions car le plus apte en termes de compétences parentales). En effet, pour la plupart des enquêtés, la paternité solo a été subie, la mère étant partie “du jour au lendemain”. Le père s’est alors retrouvé seul au quotidien avec ses enfants. Cette déstabilisation soudaine et souvent non anticipée amène ces pères à opérer un travail réflexif sur leur rôle parental. Alors qu’auparavant ils pouvaient être plus ou moins investis auprès de leur(s) enfant(s), il semble que l’entrée en parentalité solo entraîne des “reformulations” (Martial, 2016) de leur paternité. Désormais, ces pères mènent un travail constant au quotidien sur leurs pratiques afin que ces dernières s’inscrivent dans les normes de la “bonne” paternité.

Ainsi, plusieurs pères enquêtés font part de l’importance accrue qu’ils apportent à des activités telle que la préparation du repas, qui fait désormais l’objet de nombreuses réflexions: volonté de préparer des repas équilibrés, à partir de produits frais et variés, demande de conseils à des femmes considérées comme de “bonnes” cuisinières, etc.

Pour les pères solos enquêtés, un leitmotiv semble constant : être un “bon” parent c’est faire de l’enfant une priorité. Il s’agit alors de se consacrer pleinement à lui, quitte à mettre en retrait sa vie amicale et amoureuse jusqu’à ce que les enfants soient considérés comme “assez grands” pour être autonomes.

A l’inverse, pour les pères en congé parental, être un “bon” parent, c’est avant tout être présent, mais pas forcément au détriment d’autres dimensions de leurs vies. En effet, plusieurs d’entre eux insistent sur l’importance de se garder du temps pour soi, et du temps de couple, pour ne pas être seulement un parent.

A partir de cette comparaison de deux groupes de pères assez minoritaires (pères en congé parental et pères en situation monoparentale), on voit donc se dessiner l’importance de la relation de couple dans le sentiment de compétence en tant que père. En effet, les pères en congé parental manifestent une certaine assurance dans l’exercice de leur paternité, là où les pères solos semblent se considérer comme des parents moins bons que les mères, même s’ils tentent de les égaler. Est-ce parce que la présence de la mère (et la possibilité de l’imiter) prodigue au père un sentiment de confiance dans ses propres capacités, ou parce que le “bon père” est celui qui seconde la mère ? Nous laissons soin à d’autres recherches que les nôtres de répondre à cette question.

Myriam Chatot
Alexandra Piesen

Quelques recensions de livres parus récemment sur Lectures