Archives par mot-clé : sciences sociales

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lus Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).

Appel à communication – Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté (05.11.2019)

Colloque Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté
28, 29 et, sous réserve, 30 avril 2020, Toulouse

Appel à communications
Le colloque « Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté » s’interrogera sur la façon dont partout les sociétés ont fait face au problème que pose l’absence d’enfants, notamment du point de vue des logiques de parenté. Croisant différentes perspectives théoriques et méthodologiques de l’anthropologie de la parenté, du genre et des techniques de procréation, ce colloque propose un dialogue entre des approches dites « classiques » et « nouvelles » dans l’étude de la parenté. Il s’agit en d’autres termes de faire dialoguer les travaux menés dans des contextes sociaux et culturels marqués par le développement des biotechnologies dans le domaine de la procréation et ceux conduits dans des sociétés et des groupes sociaux où la médecine procréative est peu, voire pas diffusée. Nous prenons ainsi le parti de considérer les techniques de procréation médicalement assistée comme des techniques de parenté parmi d’autres, disponibles pour pallier l’absence d’enfants.

Au-delà, ce colloque contribuera à comprendre, du point de vue de l’anthropologie et des sciences sociales en général, ce que cela fait de ne pas réussir à avoir d’enfants, dans nombre de sociétés, croisant à la fois l’étude de la parenté, mais aussi les sciences studies, l’anthropologie du genre et de la personne. Les sociétés euro-américaines sont traversées par des discussions nombreuses quant aux formes que prennent les familles contemporaines et à l’aide attendue par les personnes en manque d’enfant. L’analyse comparative que proposera ce colloque consistera à prendre un peu de recul avec ces discussions politiques et contribuera, notamment, à éclairer autrement ces enjeux.

Depuis les années 1980, les études en anthropologie de la parenté ont eu tendance à se scinder en deux grands courants, reproduisant le grand partage entre « the West and the rest ». Depuis le développement des techniques de procréation assistée à la fin des années 1970, mais aussi la crise des études de parenté provoquée en partie par le travail de D. Schneider dans les années 1980, un nouveau courant des études de parenté a vu le jour, les new kinship studies (Carsten 2000; Stone 2002; Franklin and McKinnon 2000). Des manifestations scientifiques ainsi que des publications se sont attachées à interroger la partition entre « l’Ouest et le reste », mais aussi entre le « Nord et le Sud », en étudiant notamment l’utilisation des techniques de procréation assistée dans différents pays  (Bonnet et Duchesne 2016; Anderson and Hecht 2002).

L’objectif du colloque est de proposer un espace de dialogue entre les différentes traditions dans les études de parenté en anthropologie et, au-delà, dans les sciences sociales. Loin de se centrer uniquement sur les techniques de procréation assistée, qui ont fait l’objet de nombreuses manifestations scientifiques ces dernières années, il s’agira d’élargir les questionnements à l’ensemble des pratiques sociales mobilisées autour de l’absence d’enfant. Partout en effet, l’absence d’enfant pose des problèmes du point de vue des logiques de parenté. Qu’un membre de la lignée tarde à avoir un enfant à son tour, voire qu’il n’en ait pas du tout, hypothèque sa perpétuation. La menace pour le groupe est d’autant plus importante dans les familles où les fratries sont réduites. Elle est par ailleurs plus ou moins prégnante selon le genre. Ici, que les fils restent sans enfant est particulièrement problématique. Là, c’est surtout sur les femmes que pèse l’absence d’enfants, que ce soit lorsqu’on attend d’elles qu’elles mettent au monde des enfants pour la lignée de leur mari, ou lorsqu’elles sont enjointes à devenir mères pour être tout à fait accomplies (Bonnet 1988).

Partout, des solutions ont été imaginées pour remédier à cette absence. La mise en œuvre de ces techniques de parenté est envisagée tantôt comme un droit des individus, tantôt comme un devoir auquel les personnes dépourvues d’enfant, comme les tiers aidants, ne peuvent se soustraire. Des solutions hautement technologiques ont été mises en œuvre dans les sociétés industrielles et post-industrielles. Elles se sont diffusées sur tous les continents avec un accès parfois très inégal selon leur coût (Ginsburg and Rapp 1995) et les équipements disponibles localement. Leur niveau de sophistication a introduit des nouveautés importantes : une femme peut porter un embryon conçu grâce à l’ovocyte d’une autre femme (Teman 2010; Roca i Escoda 2016) ou même porter l’embryon conçu par un autre couple (Cromer 2018; Mathieu 2017) ; les gamètes et embryons peuvent être cryoconservés pendant des années ; on peut prélever l’ADN mitochondrial et le remplacer grâce à une donneuse (Herbrand and Dimond 2018). Dans l’histoire des sociétés humaines, ces solutions sont d’une nouveauté radicale et alimentent de nombreuses questions quant à la constitution des personnes et leur origine. Cependant, si on excepte cette hypertechnicité, elles s’inscrivent dans le continuum de celles destinées à remédier à l’infertilité et déjà à l’œuvre dans de nombreuses sociétés (Héritier 1996). Un homme proche ou au contraire aussi éloigné que possible se substitue à un autre pour la procréation. Une femme, déjà mère, porte un enfant pour sa sœur ou sa co-épouse qui ne peut en avoir. Un couple déjà parents de plusieurs enfants donne un enfant, pour un temps limité ou pour toute la vie, à un autre couple dans leur groupe de parenté ou dans le proche voisinage qui en est dépourvu. Une institution confie un enfant en adoption. Partout, des tiers, souvent parmi les proches, mais pas toujours, interviennent et pallient l’absence d’enfant chez un couple en situation d’infertilité, quelle que soit l’origine de cette infertilité. Mais cette absence d’enfant peut également être volontaire (Gotman 2017), et peser tout autant sur les personnes.

Dans le cadre de cet appel à communication, nous proposons trois axes qui pourront être traités de manière transversale.

Personne et parenté
L’étude de la personne est un des éléments qui a joué un rôle crucial dans la revitalisation des études de parenté dans les années 1980 (Carsten 2014, 269) car elle permet de rassembler différents aspects du social qui avaient été jusqu’alors étudiés séparément : la parenté, le corps, les substances, les conceptions du soi, la maison, le genre, les relations dans lesquelles la personne est prise. Cet axe visera à continuer ce travail entamé dans les années 1980 sur la façon dont les études sur la personne peuvent nous renseigner sur notre conception de la parenté, et inversement, dans des moments où cette parenté se trouve menacée par l’absence d’enfant, qu’elle soit subie ou voulue.

Techniques de fertilité et d’infertilité
Cet axe accueillera des propositions venant explorer les différents savoirs et techniques utilisés pour assurer la venue d’un enfant, ou au contraire pour l’en empêcher. Dans cet axe les communications aborderont aussi bien les techniques les plus « traditionnelles » (rituels de fécondité, pèlerinages, prières, etc.), que les plus « modernes » (FIV, Time-Lapse, éclosion assistée, etc.) sans présupposer que ces différents dispositifs ne peuvent se mêler ni que certains seraient nécessairement plus ritualisés que d’autres. Il s’agira d’analyser la manière dont ces techniques, quelle qu’en soit la nature, permettent aux hommes et aux femmes d’agir sur le cours de leur existence mais aussi la façon dont elles peuvent être mobilisées pour renforcer l’assignation à un destin de parents.

Les tiers procréateurs
L’intervention de tiers procréateurs (Godelier 2004; Weiner 1978) est partout et toujours nécessaire à la venue d’un enfant. Ces tiers sont de divers ordres. Ils peuvent prendre la forme d’un donneur ou donneuse de gamètes, d’un amant de circonstance, d’une femme qui va porter un enfant pour autrui, mais cela peut également être des tiers non-humains. Ces derniers incluent non seulement les techniques elles-mêmes, c’est-à-dire l’ensemble des techniques et savoirs nécessaires pour réaliser par exemple une fécondation in vitro (Thompson 2005) ou permettre le bon déroulement d’un rituel de fécondité. Ils incluent également des esprits, des dieux, tout aussi nécessaires à la venue d’un enfant (Collard 2011), mais aussi la chance, la nature ou encore les hasards de la génétique (Porqueres i Gené 2014, 20).

Les propositions de communication devront se limiter à 3000 signes et devront nécessairement s’appuyer sur des matériaux empiriques. Elles détailleront le propos qui sera présenté, le terrain et la nature des données empiriques analysées. Les autrices et auteurs préciseront leurs appartenances disciplinaire et institutionnelle, leur statut et leur adresse électronique. Au-delà de l’anthropologie, les autres disciplines engagées dans les études de parenté sont également attendues. La langue principale du colloque sera le français, même si ponctuellement des communications pourront être en anglais.

Les propositions de communication devront être envoyées avant le 5 novembre 2019 à l’adresse suivante : colloque.absence.enfants@gmail.com
Une réponse sera envoyée pour chaque proposition avant mi-décembre 2019.

Lieu du colloque :
Université Toulouse Jean Jaurès, campus du Mirail, Maison de la recherche, Toulouse.

Appel en version PDF