Archives par mot-clé : santé

Soutenance – L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle par Léa Linconstant (16.07.2020, Aix en Provence)

Léa Linconstant soutiendra sa thèse en anthropologie intitulée :   L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle. Fabriquer des patients pour faire des parents (Lombardie, Italie)  le jeudi 16 juillet 2020 à 14h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence). Dans les conditions actuelles, cette soutenance n’est pas ouverte au public.

Le jury est composé de :
Laurence Hérault, Professeure, AMU (directrice de thèse)
Irène Théry, Directrice d’études, EHESS (Rapporteure)
Séverine Mathieu, Directrice d’études, EPHE (Rapporteure)
Agnès Martial, Directrice de recherche, CNRS, CNE (Examinatrice)
Claudia Mattalucci, Ricercatrice, Università di Milano Bicocca (Examinatrice
Jérôme Courduriès, Maître de conférence, Université Toulouse Jean Jaurès (Examinateur)

Résumé
La loi italienne définit l’assistance médicale à la procréation (AMP) comme un traitement thérapeutique permettant de soigner une maladie, l’infertilité. Les parcours d’AMP donnent à voir une forme d’association particulière entre un environnement médical et la constitution de familles alors même que la grossesse n’est pas encore survenue. Ma recherche s’intéresse aux relations qui se nouent entre les professionnels et les consultants au fil des parcours d’assistance médicale à la procréation. Il s’agit de montrer comment ces relations particulières façonnent les représentations et le vécu de l’infertilité et des technologies reproductives. À travers une exploration inédite des dichotomies qui traversent le champ italien de l’AMP telles que normal/pathologique, thérapeutique/de convenance et privé/public, cette étude contribue à la réflexion sur la place du tiers au sein des techniques de reproduction assistée. Si dans le cadre de mon ethnographie, il n’y a pas de recours à un tiers donneur – les couples bénéficient d’une AMP strictement intraconjugale – le processus de procréation s’inscrit néanmoins dans une « action collective à plusieurs partenaires » (Théry, 2010) au sein de laquelle s’insère un tiers, entendu comme un élément extérieur au couple : le corps médical. Les parcours d’AMP relèvent par conséquent d’un processus au cours duquel chacune des places et des statuts attribués se modifient et évoluent par un travail sur les corps et les relations de l’ensemble des protagonistes. Il s’agit alors de comprendre comment les parcours d’AMP conduisent à une reformulation singulière du soin et de la parenté en Italie.

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lucie Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).

Colloque – La fabrique des parents (programme actualisé)


La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels

6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

Informations : Nous soutenons vivement les mobilisations en cours et souhaitons apporter notre part au mouvement actuel. Nous avons souhaité le faire en maintenant l’événement, afin de proposer un espace d’échanges. Nous allons dégager un temps pour réfléchir sur les politiques sociales menées et à venir, et en particulier les politiques familiales et éducatives puisque cela touche à des thématiques du colloque.  Nous avons estimé qu’annuler cet événement pénaliserait les personnes ayant un statut précaire (communicant·e·s et organisatrices du colloque). Un report affecterait lourdement les conditions matérielles de tenue du colloque, compte tenu des frais engagés. Nous respectons naturellement la décision des communicant·e·s qui ont annulé leur participation à l’événement en soutien aux actions menées.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 14h30 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2)

  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Myriam Chatot (EHESS) : Les pères en congé parental, une socialisation à la parentalité

14h30-15h30 : Table ronde : Retraites, inégalités de genre, santé (Julie Tréguier, Emmanuelle Cambois ; Ined)

Pause : 15h30 – 16h00

16h00- 16h30 : Présentation du numéro spécial sur la parentalité de la Revue française des affaires sociales (RFAS)

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une « bonne mère » lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée « Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires »

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des « années 1968 »
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h00 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Benoît Hachet (EHESS) : « Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation » : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h00-15h45 : Discussion collective sur la LPPR

15h45 – 16h15 : Pause

16h15 – 17h45 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus

Calenda (programme initial)

Revue – Des parentalités bousculées

Début de l’avant-propos du numéro de la Revue Française des Affaires Sociales intitulé « des parentalités bousculées » :

La famille est au cœur de transformations importantes. Les situations familiales se complexifient et la place de l’enfant est devenue centrale dans les sociétés occidentales (Déchaux, 2014). Les normes familiales se sont multipliées : cette diversification des modes de vie familiaux témoigne de l’autonomisation des individus dans leur vie privée (Singly, 2003). Parallèlement, l’injonction à être un « bon parent » (Le Pape, 2012 ; Martin, 2014) s’est renforcée, la relation parent-enfant étant de plus en plus présentée comme un facteur d’épanouissement et de réalisation personnelle. D’ailleurs, les nouvelles politiques de soutien à la parentalité sont axées sur la qualité de cette relation, comme l’explique ici Pierre Mazet dans son point de vue sur la politique de soutien à la parentalité (p. 237). On note ainsi une tension entre, d’une part, une plus grande liberté d’élever ses enfants en sortant d’un dogme familial unique et, d’autre part, la multiplication de normes qui, pour être moins coercitives, n’en sont pas, pour autant, moins contraignantes. Comme le souligne Gérard Neyrand dans son point de vue sur le dossier (p. 247), ces tensions induisent ainsi, chez certains parents, un sentiment de perte de repères. Le début du xxie siècle est donc celui du doute sur la parentalité.

Dans ce contexte, les recherches sur la « parentalité » se sont multipliées en sciences sociales depuis les années 1990 (Martin, 2018). Si certains de ces travaux s’attachent à analyser les normes et pratiques parentales, d’autres s’intéressent aux politiques familiales ou encore aux professionnels qui gravitent autour de l’enfant. Cependant, l’état des savoirs est essentiellement centré sur certains moments de la vie de l’enfant, sur certaines pratiques et sur certaines catégories de parents. Pour un état des lieux plus complet des connaissances sur la parentalité, nous renvoyons ici le lecteur à l’appel à contribution qui initiait le dossier (p. 263).

À l’origine, cet appel avait l’ambition de porter un regard nouveau sur la parentalité en la considérant davantage comme un processus dynamique que comme un état. Deux axes avaient été envisagés afin d’analyser des trajectoires de parentalité : un premier centré sur la parentalité aux différents âges de l’enfant ; un second axe portant sur les incidents biographiques dans la parentalité (séparation conjugale, maladie, deuil…). L’idée était de considérer la parentalité comme étant non linéaire : elle évolue en fonction de l’âge des enfants, elle varie d’un enfant à l’autre, elle se construit et se réajuste en fonction du regard des autres.

Au bout du compte, les articles que nous avons retenus pour composer ce dossier traitent d’incidents biographiques ou de situations particulières d’une grande diversité. Plusieurs articles portent sur la naissance d’un enfant dans des contextes spécifiques : arrivée d’un deuxième enfant (Clément, Hamelin, Paillet et al.), deuil périnatal (Charrier et Clavandier), entrée en parentalité en famille recomposée (Vincent), en sortant de l’Aide sociale à l’enfance (Ganne, Dietrich-Ragon, Frechon) ou en situation de handicap visuel (Doé). D’autres articles s’intéressent à un incident biographique, au sens large, dans la trajectoire parentale : survenue d’un cancer (Mary), incarcération (Quennehen), séparation conjugale (Le Pape et Virot), convocation d’un enfant devant un conseil de discipline (Yadan).

Ces différents articles reçus en réponse à notre appel à contribution nous ont amenés à repenser ce dossier, de la notion de trajectoires de parentalité à celle de parentalités « bousculées ». [suite]

Les articles sont disponibles sur Cairn.

Colloque – La fabrique des parents (06.02.2020, Aubervilliers)

La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels 6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

En raison des mouvements sociaux au sein de l’enseignement supérieur en janvier 2020, le programme a connu d’importantes modifications. Merci de vous reporter à l’onglet en haut de la page pour connaitre le programme actualisé.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 15h45 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2) – présentation sur l’usage de la notion de parentalité en sociologie

  • Elsa Boulet (EHESS) : Devenir parent « au bon moment » : l’inscription sociale de la norme procréative
  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus
  • Josiane Tousse-Djou (Université de Yaoundé II Soa) : « Rester sans enfant » ou parent à « tout prix » en Afrique : enquête sur le problème de stérilité et infertilité au Cameroun

Pause : 15h45 – 16h15

16h10- 16h30 : Présentation du numéro spécial de la Revue française des affaires sociales (RFAS) sur la parentalité, avec Marie-Clémence Le Pape, Pauline Virot et Guillemette Buisson

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une « bonne mère » lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée « Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires »

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des « années 1968 »
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.
  • Pauline Proboeuf (Sciences Po): Les incidences biographiques des choix de scolarisation alternative

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h30 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Marie Cartier (Université de Nantes), Anaïs Collet (Université de Strasbourg), Estelle Czerny (Université de Strasbourg), Pierre Gilbert (Paris 8), Marie-Hélène Lechien (EHESS) et Sylvie Monchatre (Université Lyon 2) : Allez les pères ! Les conditions de l’engagement masculin dans les tâches parentales et domestiques
  • Benoît Hachet (EHESS) : « Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation » : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h30 – 16h00 : Pause

16h00 – 17h30 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Amélie Grysole (CNAM) : La fabrique d’enfants redevables
  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?

Calenda

Séminaire – Gestion de la fécondité en contexte d’illégalité (Paris, 28.11.2019)

Le Laboratoire Contraception&Genre vous convie à la onzième séance de son séminaire, qui aura lieu le jeudi 28 novembre 2019, à l’Université Paris Descartes, 45 rue des Saints Pères, 75006 Paris de 9h30 à 12h30, salle Avogadro F, au 2e étage du bâtiment principal.

Gestion de la fécondité en contexte d’illégalité
Intervenant.e.s :
Francis Akindes, Sociologue, professeur à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké et responsable de la Chaire Unesco de Bioéthique, pour une présentation sur la pratique de l’avortement clandestin et les conséquences sur la santé des femmes en Côte d’Ivoire
Valentine Becquet, Démographe, chargée de recherche à l’Institut national d’études démographiques (Ined), pour une présentation sur les comportements et désirs reproductifs des travailleuses du sexe en Côte d’Ivoire.

L’entrée est libre mais l’inscription est obligatoire : contraception.genre@gmail.com

Site du laboratoire junior

Soutenance – La sexualité aux temps de la contraception : Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 – années 2010) par Cécile Thomé (18.11.2019, Paris)

14h à l’Ined, salle Alfred Sauvy (133, boulevard Davout, 75020 Paris)

Résumé de la thèse
Ce travail de thèse porte sur les recompositions de la sexualité hétérosexuelle et des rapports de genre en France, depuis les années 1960, dans un contexte de généralisation de l’utilisation de la contraception médicale. Il vise à faire la sociogenèse des scripts de la sexualité « contraceptée », que cette contraception soit assurée par des moyens « médicaux » (méthodes hormonales, stérilet au cuivre, stérilisation), des méthodes barrières (préservatif masculin ou féminin, diaphragme, spermicides) ou encore par des méthodes alternatives souvent qualifiées de « naturelles », comme le retrait ou les méthodes d’auto-observation (méthode Ogino, méthode des températures, méthode Billings, méthode symptothermique). Le travail s’appuie sur trois types de matériaux : des données d’archives et des témoignages écrits, une analyse secondaire de données quantitatives et 71 entretiens semi-directifs avec des hommes et des femmes ayant entre 20 et 84 ans. Il s’agit, à partir de ces matériaux, de rendre compte des représentations naturalisées de la sexualité, du désir et du plaisir sexuels, ainsi que des rapports de pouvoir qui sont mis au jour par l’étude concrète des pratiques contraceptives et sexuelles. La thèse restitue d’abord la construction et le déroulement de l’enquête, en interrogeant épistémologiquement la sexualité aux différentes ères de la contraception. Il s’agit de réfléchir à la construction d’un objet qui ne va pas « de soi », ainsi que de mener une réflexion méthodologique sur les conditions de possibilité d’une telle recherche sur la sexualité. Puis c’est une démarche sociohistorique qui est adoptée, avec l’étude de l’évolution de l’articulation entre sexualité et contraception, en particulier autour de la diffusion de la contraception médicale (années 1960-1970) et de celle du préservatif (années 1980-1990). La recherche montre que le plaisir sexuel des femmes n’est pas né avec la pilule, mais également que les rapports de genre autour de la sexualité se sont largement recomposés dans cette période, alors que la contraception passait du statut de compétence masculine à celui de responsabilité féminine. En se centrant ensuite sur le milieu des années 2010, la thèse s’appuie sur l’étude détaillée des pratiques contraceptives, pour approcher la sexualité et les réflexivités sexuelles créées par chaque méthode. Revenant successivement sur les méthodes médicales, les méthodes barrières et les méthodes alternatives de contraception, elle met au jour trois types de réflexivité sur la sexualité (attentive, obligatoire et amplifiée). Le travail contraceptif impliqué par chaque méthode y est également interrogé, de même que ses effets en matière de désirs, de plaisirs et de pratiques sexuelles. Enfin, ce travail met en évidence, grâce à l’étude de la contraception, certains fondements de la sexualité hétérosexuelle contemporaine. Ce sont en particulier la force de la réciprocité, la centralité de la pénétration pénovaginale et la nécessité des disponibilités physique et émotionnelle pour le bon déroulement du script « banal » qui sont mises en évidence, ainsi que le travail des femmes sur la sexualité pour produire la spontanéité de ce script.

Live-tweet de la soutenance

Séminaire – Santé reproductive, technopouvoirs et féminisme (Paris, 2019-2020)

1er et 5e lundis du mois de 13 h à 16 h (salle AS1_24, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2019 au 4 mai 2020. Séance supplémentaire le 8 juin 2020 (salle AS1_23, même horaire, même adresse)

Ce séminaire de recherche vise à enquêter sur les rapports des mouvements féministes au progrès technique et biomédical, et ce dans une perspective à la fois transnationale, socio-historique et intersectionnelle. Nous analyserons les relations en constante mutation entre genre, santé et action collective en nous appuyant sur la grande variété d’expériences, réflexions et actions  féminines. Nous chercherons à saisir les controverses, débats et contestations relatifs aux technologies reproductives en lien avec les transformations des conceptions féministes de la nature, du biologique et du médical. Nous nous intéresserons également aux dénonciations, parfois croisées, des ‘dégâts’  de la société industrielle et de la biomédecine reproductive, décriés en tant que manifestations de multiples (in)justices reproductives et/ou environnementales. Seront ainsi mobilisées une kyrielle d’études empiriques allant des mouvements self-help d’avortement et d’accouchement aux réseaux internationaux d’opposition aux technologies reproductives lancés dès les années 1970 en passant par les ‘épidémiologies populaires’ engagées autour des effets secondaires de la pilule ou encore des médicaments consommés pendant la grossesse.

Programme détaillé

Ce séminaire de recherche fait partie du projet ANR « Hypmedpro » coordonné par Sezin Topçu. Pour plus d’information sur le projet : https://hypmedpro.hypotheses.org

Appel à articles – Fécondité et accouchement au Cameroun et en Afrique d’hier à demain (10.07.2019)

Publication envisagée en décembre 2020

Résumé : Donner la vie ! C’est un acte multimillénaire qui entretient la perpétuation des êtres sur la terre. La fécondité humaine est donc au cœur de la présence continue de l’homme dans le cycle de la vie. La fécondité, élément qui rend possible la grossesse, entraine à son tour l’accouchement. Malgré que l’accouchement soit un acte naturel, il n’en demeure pas moins qu’à travers le temps et l’espace, les hommes aient développé des rites, des savoirs, des connaissances s’élevant au stade de science pour comprendre les mécanismes, les contraintes et les exigences de la conception et de la mise au monde de l’enfant.

Propositions de résumés

Elles doivent être écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots avec cinq mots clés, et envoyées simultanément aux adresses enokapaul@yahoo.fr et kep_son2003@yahoo.fr.

  • Date de publication de l’appel : 10 juin 2019;
  • Date limite de recevabilité des résumés : 10 juillet 2019;
  • Notification aux auteurs dont les résumés seront retenus : 10 août 2019;
  • Envoi du texte complet : 20 décembre 2019 ;
  • Retour aux auteurs pour corrections éventuelles : 31 mars 2020

En savoir plus

Appel à communication – Intersectionality, Families and Relationships (31.08.2019)

CRFR International Conference: Intersectionality, Families and Relationships,
22 – 24 June 2020
University of Edinburg

We are pleased to announce the call for papers for our 6th International conference on Intersectionality, Families and Relationships. Leading social theorist and activist Patricia Hill Collins will open the conference, providing the platform for an exciting and vibrant dialogue on how intersectionality, past and present, can deepen our understandings of families and relationships and the power relations within.  We welcome papers reporting empirical research findings, methodological approaches to researching intersectionality, as well as those more theoretical in orientation. We are especially keen to include the experiences and perspectives of those working outside academia, in policy and practice settings, and would welcome papers from professionals working in these contexts.
Contributions may include, but are not limited to, the role of intersectionality in families and/or relationships in the following areas:
– RACE & ETHNICITY
– SEXUALITY & GENDER
– SOCIAL CLASS AND INEQUALITIES
– INTERSECTIONAL CHILDHOODS & YOUTHS
– SPATIAL MOBILITIES, FAMILIES & COMMUNITY
– DISABILITY STUDIES
– HEALTH & ILLNESS
– OLDER PEOPLE
– ENVIRONMENT, SUSTAINABILITY & CLIMATE CHANGE
– INTERSECTIONALITY, PRACTICE & PROFESSIONAL PERSPECTIVE
– DIGITAL DOMAINS, INTERSECTIONALITY, FAMILIES & RELATIONSHIPS
– INTERSECTIONAL METHODS & ETHICAL ISSUES

The call for papers is open until 31st August 2019.Abstracts received after this date will not be considered. The link to submit your abstract is here.

En savoir plus

Colloque – Regards socio-anthropologiques autour de la naissance. Comment étudier les discriminations? Quels retours au terrain par les chercheur.e.s ? (26.03.2019, Paris)

Lieu : Paris Diderot, 8 rue Albert Einstein 75013 Paris, bâtiment Olympe de Gouge, 8ème étage, salle 870
Date : 26 mars 2019, 9h-17h30

Organisée par Priscille Sauvegrain (Sociologue, chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme), Mounia El Kotni (Fondation de France, Cems-EHESS) et Aurélie Racioppi (Doctorante en sociologie, Urmis)

L’inscription est gratuite mais obligatoire, sur le lien suivant :http://bit.ly/jeperinat19

9h – 9h30 : Accueil et mot des organisatrices Priscille Sauvegrain, Mounia El Kotni, Aurélie Racioppi

9h30-11h : Table ronde 1 – Grossesse et soins différenciés en Ile-de- France
« Une frontière de médecine négociée : Des pratiques de santé pendant la périnatalité chez des femmes d’origine chinoise à Paris », Simeng Wang (Sociologue, Cermes3, CNRS)
« Soins différenciés aux patientes perçues comme Africaines en périnatalité : une approche en méthodes mixtes », Priscille Sauvegrain (Sociologue, chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme)
« L’organisation institutionnelle protectrice ou productrice de discriminations ? Le cas du suivi du diabète de grossesse », Aurélie Racioppi (Doctorante en sociologie, Urmis)
Modératrice : Patricia Vasseur (Anthropologue et sage-femme, Conseil départemental de Seine-Saint-Denis)

11h15-12h45 : Table ronde 2 – Discriminations institutionnelles dans l’accès aux soins
« Une lecture pragmatiste des obstacles au suivi médical de grossesse », Raquel Rico Berrocal (Doctorante en sociologie, Cems, EHESS)
« Femmes enceintes migrantes à Lampedusa : accès à l’IVG, accouchements (hyper)médicalisés », Chiara Quagliariello (Socio-anthropologue, post-doctorante, HYPMEDPRO)
« Discriminer en toute légalité. L’accès au suivi de grossesse de femmes primo-arrivantes en Ile-de-France », Louise Virole-Mezouar (Sociologue, ATER à l’Ecole de Santé Publique – APEMAC)
Modératice : Mireille Eberhard (Sociologue, Université Denis Diderot)

12h45 – 14h15 : Déjeuner prévu sur place *** (sur inscription)

14h30-16h : Table ronde 3 – Médicalisation de la santé reproductive : regards internationaux
« De la médecine paternaliste à la sante néolibérale : épidémie de la césarienne en Turquie », Sezin Topçu (Historienne, sociologue des techniques, Cems,CNRS)
« Mettre la main sur le corps des femmes : hyperbiomédicalisation et accouchement à Phnom Penh, Cambodge », Clémence Schantz (Sociodémographe, post-doctorante, INED et Sage-femme)
« La naissance humanisée et la stratification de l’accès aux soins au Mexique », Mounia El Kotni (Anthropologue, post-doctorante, Fondation de France et Cems)
Modératrice : Elsa Boulet (Doctorante en sociologie, Centre Max Weber, Iris)

16h15-17h15 : Table ronde 4 – Restitution au terrain : questionnements éthiques et moraux
« Restituer des résultats : attentes, enjeux et décalages », Hélène Bretin (Sociologue, IRIS, Université Paris 13) et Karima Guenfoud (Sociologue, IRIS, Université Paris 13)
« Penser une éthique de la restitution face aux discriminations en santé reproductive», Laurence Kotobi (Anthropologue, UMR Passages CNRS, Université de Bordeaux)
Modératrice : Priscille Sauvegrain (Sociologue, Chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme)

17h15-17h30 Mot de conclusion des organisatrices

Compte-rendu de la quatrième séance de RePPaMa (26.04.2018)

La présentation de Constance Schuller portait sur l’impact des conceptions des professionnels en matière de procréation et de parentalité sur la prise en charge de patients dans l’assistance médicale à la procréation (AMP). A partir de deux enquêtes, menées pendant plus de deux ans au sein de plusieurs centres d’AMP de la région parisienne, comprenant des observations de consultations et de réunions pluridisciplinaires, et des entretiens avec des patients et des spécialistes de l’infertilité ; elle a montré le poids important des représentations des soignants en matière d’accès à l’AMP. En effet, les critères légaux (caractère « pathologique » de l’infertilité, couple « stable et motivé », « en âge de procréer ») sont flous et laissent donc une place à l’interprétation du soignant. Or, les soignants mobilisent des conceptions normatives des capacités reproductives des hommes et des femmes (par exemple, les risques d’une paternité à un âge avancé sont peu évoqués, contrairement à ceux d’une maternité à un âge avancé) et de la parentalité. Ainsi, la maternité est « naturalisée » (l’accès d’une femme à la procédure dépend de la bonne capacité de son corps à mener la grossesse à terme), alors que la paternité est évaluée en fonction de critères sociaux (espérance de vie du géniteur potentiel, compétences éducatives). Ces visions normatives compliquent l’accès à la procédure pour des couples perçus comme « atypiques » (non-cohabitants, dits « sans sexualité » c’est-à-dire sans coït, homme et compagne non-officielle…) ou perçus comme ne permettant pas d’offrir les meilleures conditions de vie à l’enfant potentiellement né de la procédure (couples précaires, ayant une faible rémunération…). Le flou des conditions d’accès pose dès lors question quant à l’égalité d’accès aux soins, dans la mesure où un couple n’aura pas le même accès à l’AMP en fonction du centre (et de sa culture locale, de son attention aux taux de réussite ou non), de l’équipe, du médecin etc.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur l’influence du sexe des soignants sur les critères d’accès à l’AMP, le choix des techniques (fécondation in vitro, insémination artificielle…) et sur la connaissance par les patients des politiques de chaque centre.

 

Myriam Chatot commence sa présentation en présentant l’un des résultats de l’enquête UNAF : parmi les 46% de pères qui estiment manquer de temps avec leurs enfants, ¾ évoquent le travail comme le premier facteur qui les empêchent d’être présents et disponibles avec leurs enfants. Son intervention se base sur un corpus de 75 pères ayant au moins un enfant de moins de trois ans, dont 42 qui ont pris un congé parental (en savoir plus).  Les enquêtés rencontrés appartiennent en majorité aux classes moyennes et supérieures. La problématique de la présentation est :  comment les pères justifient les arbitrages concernant leur engagement professionnel et leur engagement parental ? Dans tous les entretiens, l’engagement professionnel (c’est-à-dire le fait de s’impliquer dans son activité professionnelle, tant sur le plan subjectif que temporel) est présenté comme incompatible avec l’engagement parental. Autrement dit, les pères qui sont impliqués dans leur travail (soit parce que leur conjointe est au foyer ou en congé parental ; soit parce que les deux parents sont cadres) expliquent que leur engagement parental (notamment en termes de temps passé avec les enfants) est limité. A l’inverse, les pères qui donnent la priorité à l’engagement parental (notamment les pères en congé parental, mais aussi des pères en couples hypogames) déclarent n’avoir jamais été impliqués dans leur travail (emploi « alimentaire ») ou s’en être désengagés pour être plus présents pour leurs enfants. Cette description de l’engagement parental et professionnel comme étant des vases communicants (si on est engagé dans une sphère, on ne peut être engagé dans l’autre) pose alors la question des motivations des pères à s’engager dans la parentalité : la paternité est-elle un moyen de se valoriser quand le travail fait défaut ?

La discussion a porté principalement sur la définition et les indicateurs concernant le concept d' »engagement ».

Programme de la quatrième séance