Archives par mot-clé : rôles parentaux

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lucie Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).

Compte-rendu de la septième séance de l’atelier RePPaMA (07.03.2019)

Cette séance a constitué en deux présentations sur les parents séparés : celle d’Alexandra Piesen a porté sur les parents ayant la résidence principale de leur.s enfant.s et celle de Benoit Hachet sur les parents pratiquant la garde alternée.

Bien que les deux interventant.es aient opté pour des points d’entrée différents (articulation travail/famille et parentalité pour Alexandra Piesen et « refaire famille » dans le cas de Benoit Hachet), de nombreux parallèles se sont dessinés entre les deux présentations. Tout d’abord, les deux interventant.es ont mentionné l’importance pour les parents séparés de s’investir d’autant plus dans le temps passé avec l’enfant après la séparation, à plein temps pour les parents « solos » et la semaine où ils ont leur.s enfant.s pour les parents alternants. Ensuite, les deux interventant.es ont évoqué la recomposition des rôles suite à la séparation, qu’il s’agisse pour les mères alternantes d’adopter un rôle parental plus « authentique » en n’ayant plus à jouer le rôle de la mère et de la ménagère parfaites (et de ne plus se forcer à faire des activités familiales comme le camping) ; tandis qu’Alexandra Piesen a souligné la volonté (et la difficulté) des parents solos à « jouer les deux rôles », c’est-à-dire être à la fois paternant.es (exercice de l’autorité) et maternant.es (affection). Enfin, les deux communiquant.es ont évoqué le genre de la parentalité solo ou alternante. Du côté des parents solos, on constate par exemple une différence dans les conditions d’entrée dans la situation de parent solo : si quelques mères ont choisi de « faire un bébé toutes seules », ce n’était le cas d’aucun père interrogé (par exemple, en acceptant d’assumer seul un enfant après l’accouchement de la mère). D’autres expliquent qu’elles ont été contraintes à la séparation parce que l’équilibre familial était rompu (par des conflits entre les parents ou un comportement du père comme un adultère ou de l’alcoolisme). A l’inverse, presque tous les pères présentent leur entrée dans cette situation comme étant subie, du fait d’un départ brutal de la mère du domicile. Du côté des parents alternants, on constate des discours différents sur la remise en couple en fonction du sexe : les mères hésitent davantage à reformer un couple (et à plus forte raison cohabitant) et s’inquiètent davantage de la compatibilité entre le nouveau conjoint et les enfants que les hommes.

Par ailleurs, et sans que cette thématique n’ait été abordée frontalement par les interventant.es, on observe un rôle important des ressources dans les conditions d’exercice de la parentalité, comme le soutien de l’environnement amical ou familial (voire un « capital d’autochtonie », pour reprendre le terme de Christelle Avril ?), celles liées à l’environnement professionnel (une bonne insertion dans un emploi permet au parent solo d’aménager son activité professionnelle pour la rendre compatible avec l’exercice de la parentalité en solo, alors que les parents moins bien insérés optent parfois pour le chômage faute de possibilité de rendre leurs horaires compatibles avec la prise en charge des enfants) et à l’entente avec l’ex-conjoint.e. En effet, les deux présentations ont mentionné l’importance de l’entente entre les parents dans les conditions d’exercice de la parentalité solo ou alternante : une bonne entente peut constituer une ressource sur le plan organisationnel (par exemple, le parent non-gardien peut garder ponctuellement l’enfant à la demande du parent gardien) ou matérielle (par exemple, les vêtements circulent plus facilement entre les foyers de parents qui ont gardé de bonnes relations), et dans le cas des parents solo les relations entre les parents séparés conditionnent en partie le maintien du lien entre les enfants et la parent non-gardien.

Une différence importante peut cependant être observée entre les deux groupes : là où les parents solos se sentent stigmatisés et « surveillés » quant à leurs compétences parentales, c’est beaucoup moins vrai pour les parents alternants, signe que la bi-parentalité est une norme encore prégnante malgré le développement de « nouvelles formes de famille ».

Voir le programme de la séance

Appel à communication – Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation : persistances, conflictualités et redéfinition (1.03.2019)

Le Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA EA 3189) de l’Université de Bourgogne Franche-Comté organise un colloque international intitulé « Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation : persistances, conflictualités et redéfinitions » qui se tiendra à Besançon du 27 au 29 mai 2019
 
Les propositions de communication doivent être envoyées au plus tard le 1 mars 2019 à l’adresse colloque.parente@univ-fcomte.fr
 
L’objectif de ce colloque est d’explorer des points aveugles de la sociologie et de l’anthropologie de la famille en élargissant les regards aux relations familiales dans toutes leurs étendues (collatérales, alliés, lignées…). Il s’agira de s’intéresser notamment aux effets de distance, de présences et d’obligations, de conflictualités, en tenant compte des conditions sociales, matérielles, économiques des groupes, du genre mais aussi des redéfinitions individuelles et collectives des relations de parenté. Nous souhaitons donc réunir des contributions sociologiques, anthropologiques et en sciences humaines concernant autant la France et l’Europe que les autres continents.

Argumentaire

Hélène Breda – « Tissage narratif » et représentation des rôles parentaux dans les séries télévisées américaines contemporaines

Hélène BREDA
Docteure en Études Cinématographiques et Audiovisuelles
IRCAV
Université Paris 13

Résumé :

Cette communication visera à s’interroger sur la représentation des figures parentales dans les séries télévisées produites aux États-Unis depuis de début des années 2000. Plus précisément, nous présenterons dans notre intervention une méthodologie originale permettant d’aborder la question des rôles paternels et maternels selon une approche socio-narratologique.

Le postulat de départ de notre étude est le suivant : dans les séries américaines contemporaines, dotées d’une multitude d’intrigues complexes qui s’entrecroisent –phénomène suscitant souvent une comparaison avec un travail de « tissage », les agencements narratifs mettent au jour des enjeux socioculturels. En l’occurrence, il s’agira pour nous d’examiner la manière dont les structures narratives de quelques séries représentatives nous renseignent sur les questions de filiation qui y sont traitées.

Il s’agira dans un premier temps de justifier la pertinence d’un rapprochement entre narratologie et sociologie, en nous adossant à un « vocabulaire textile » partagé entre ces deux champs. La première étape de la démonstration consistera ainsi en une brève présentation de plusieurs modèles heuristiques identifiés au sein de « narrations tissées », à partir desquels sera mis en place un appareil théorique nous permettant de nous livrer à nos analyses ultérieures.

À la suite de cela, cette méthodologie sera appliquée pour traiter de la représentation des rôles parentaux dans un corpus défini. Notre approche socio-narratologique, qui prend en compte la temporalité longue des productions étudiées, a l’avantage de ne pas se réduire à l’analyse de figures figées. À l’inverse, elle permettra de prendre en considération l’évolution des dynamiques relationnelles entre pères, mères et enfants au fil des saisons.

Grâce aux outils analytiques ainsi convoqués, il sera possible de défendre l’idée selon laquelle différentes configurations narratives permettent de représenter des rapports parents/enfants variés. Nous comparerons par exemple la figure patriarcale autoritaire et surannée présente dans The Sopranos, laquelle s’inscrit dans une architecture narrative que nous qualifierons de « pyramidale », à des modèles se rapprochant des « nouveaux pères », dans des récits à la structure réticulaire.

Notre étude socio-narratologique revêtira une dimension genrée, puisqu’elle prendra en compte la différence des positions accordées aux personnages de mères et de pères au sein du « tissu narratif » des séries choisies.

Cette communication aura ainsi pour objectif d’expliquer comment les agencements narratifs complexes des séries télévisées contemporaines contribuent à exprimer des enjeux de filiation, que ce soit en perpétuant des modèles « traditionnels », ou à l’inverse en attestant d’une évolution des rôles parentaux, tant maternels que paternels.

Voir le programme de la séance

Atelier inaugural du réseau RePPaMA

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue du 1er atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le vendredi 17 mars de 10h à 12h30 en salle 42 à l’INED, 133 Boulevard Davout, 75020 Paris (Métro : Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet ; TramT3b Marie de Miribel).

Lors de cette séance inaugurale, nous accueillerons :
Hélène Breda (Docteure en études cinématographiques et audiovisuelles, Université Paris 13, IRCAV)
« « Tissage narratif » et représentation des rôles parentaux dans les séries télévisées américaines contemporaines. »

Maeli Saidi (Doctorante en sociologie, Université Paris Descartes, CERLIS)
« Résister à la « mère parfaite » : une manière pour la femme responsable d’une famille monoparentale de pouvoir être autonome. »

Voir l’affiche de la journée
Aller au compte-rendu