Archives par mot-clé : résidence aternée

Atelier du 7 mars 2019 : Benoît Hachet (professeur agrégé à l’EHESS) – Refaire famille en situation de résidence alternée

Benoît Hachet (professeur agrégé à l’EHESS) présentera son travail de thèse intitulé La résidence alternée : une sociologie de l’expérience temporelle des parents.

Résumé : Refaire famille en situation de résidence alternée

Quand ils ont des enfants en résidence alternée, les parents séparés partagent le temps de présence de ces derniers entre leurs deux domiciles. Le plus souvent l’alternance se fait selon un rythme hebdomadaire. Cette forme d’organisation post divorce se développe depuis la fin du XXème siècle en parallèle avec la montée des valeurs de coparentalité. Sur les dernières années, la résidence en alternance s’est répandue dans tous les milieux sociaux et elle est par exemple moins fréquente à Paris ou en région Parisienne qu’en province (Insee, 2019). La résidence alternée demeure néanmoins une pratique très minoritaire qui ne concerne que moins de 4 % des enfants d’une génération. L’objectif de la communication est de monter comment les alternants organisent ou réorganisent leur vie familiale dans ce cadre temporellement et géographiquement contraint. Les données mobilisées, issues de ma thèse, sont à la fois qualitatives (55 entretiens) et quantitatives (5 103 questionnaires traités).

Nous montrons que « refaire famille » pour les alternants se conjugue de différentes manières.

  • Ils refont famille avec leurs enfants dans des conditions le plus souvent différentes de celles qui existaient avant la séparation. C’est souvent l’occasion d’affirmer des préférences familiales qui étaient auparavant l’objet de compromis constants. La particularité de cette organisation est de ne refaire famille qu’à mi-temps, même s’il existe des contacts avec les enfants en dehors des périodes de co-résidence.
  • Les parents refont aussi famille avec leurs enfants et leur ex conjoint selon des modalités variables. Certains fêtent les anniversaires ensemble (plutôt dans les classes aisées) et d’autres se voient plus au moment des transitions (plus dans les classes populaires).
  • Les parents refont enfin famille quand ils s’engagent dans une nouvelle relation de couple, qu’elle soit cohabitante ou non. Dans une phase préalable, se pose la question de la désirabilité et de la possibilité (géographique) de reconstruction d’une famille. Nos résultats confirment que les femmes alternantes se remettent plus en couple que les hommes alternants, ce qui particularise cette organisation par rapport aux connaissances que l’on a sur les recompositions familiales post divorces qui sont généralement plus favorables aux hommes. « Les enfants de l’autre » ou les nouveaux enfants qui naissent de ces relations participent à diverses formes de recompositions familiales qui ont en commun qu’une partie des enfants au moins continuent à changer de domicile une semaine sur deux.

Voir le programme de la séance

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 7 mars 2019

Nous avons le plaisir de vous convier à notre septième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 7 mars 2019 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 111 (133 boulevard Davout 75020 Paris métro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Alexandra PIESEN et Benoît HACHET.

Alexandra PIESEN (Docteure en sociologie à l’Université Paris Descartes- Chercheure associée au Cerlis) nous présentera son travail de thèse intitulé : Être parent solo: un exercice d’équilibriste au quotidien?
 
Benoît HACHET (Prag EHESS, IRIS) abordera son travail de thèse intitulé : Refaire famille en situation de résidence alternée
 

Soutenance – La résidence alternée : une sociologie de l’expérience temporelle des parents par Benoit Hachet (09.11.2018, Paris)

9h à 13h en salle 13 à l’EHESS, au 105 Bd Raspail, 75006 Paris

Résumé :
La résidence alternée, légalisée en France en 2002, est une pratique minoritaire qui touche toutes les catégories de la population des parents séparés. Elle est entendue de manière stricte comme une organisation qui sépare de façon égale les temps de résidence des enfants entre leurs deux parents. Sous ce principe de symétrie coparentale, le temps vécu par les parents est bichronique, marqué par la succession réitérée de temps de même dimension, les uns avec enfants et les autres sans. Nous explorons l’expérience temporelle de cette parentalité alternée à partir d’une méthode mixte qui croise l’analyse de 55 entretiens avec le traitement de 5 103 questionnaires passés auprès des allocataires de la Caisse d’allocations familiales qui ont des enfants en résidence alternée. Dans une première partie, nous contextualisons la question de la résidence alternée dans la France contemporaine. Nous présentons une cartographie des polémiques qu’elle soulève, précisons les évolutions juridiques et les modalités judiciaires de sa mise en place, avant de remarquer que les études existantes sur cet objet sont peu nombreuses et souvent partielles. Si les déterminants socio-économiques du choix de la résidence alternée sont assez bien connus, le fonctionnement concret des alternances est peu étudié. Notre contribution consiste à ouvrir cette boîte noire. Nous inscrivons notre recherche dans une perspective temporaliste qui consiste à interroger les temps différenciés de l’expérience humaine. Dans la deuxième partie, nous caractérisons l’économie générale du cadre temporel de la résidence alternée, en montrant que le partage égal des temps de résidence ne peut se soustraire au temps calendaire dominant. Les deux espaces créés dans ces conditions se constituent en territoires temporels sur lesquels chacun des parents exerce une souveraineté relative selon des règles qui se construisent à l’usage. Nous proposons une topologie des territoires de l’alternance, attentive à leur structure et à leur plasticité. Dans la troisième partie, nous envisageons l’expérience parentale de la succession des temps avec et sans enfant en commençant par préciser les différences de texture temporelle, avant de décrire les modalités de la concordance de ces temps. Nous terminons en changeant d’échelle temporelle pour interroger l’évolution de l’expérience parentale de l’alternance dans la durée, quand elle est confrontée à la survenance de divers événements comme la recomposition familiale ou la mobilité professionnelle. Dans l’ensemble de la thèse, nous sommes attentifs aux variations dans l’organisation et l’expérience temporelle de la résidence alternée selon les variables lourdes de la sociologie, le sexe, l’âge, le milieu social ou le lieu de résidence des parents.