Archives par mot-clé : réseaux sociaux

Journée d’étude – Secrets de famille (08.04.2021)

Nous avons le plaisir de vous communiquer le programme de la journée d’étude « Secrets de familles. Comment enquêter sur l’espace privé ? », qui aura lieu le 8 avril 2021, de 9h30 à 17h15. Elle se déroulera sur Zoom ou à l’Ined (salle Sauvy sur le campus Condorcet), selon les conditions sanitaires.

Secrets de familles – comment enquêter sur l’espace privé ? 8 avril 2021 de 9h30 à 17h15

Sur Zoom ou à l’Ined (Salle Sauvy)- Campus Condorcet- Aubervilliers –

Ouverture de la journée à 9h30

Session 1 : Entrer dans la confidence – 9h40 – 12h

– Théxane Camara (Université de Poitiers – Gresco) – De la monographie familiale à l’ethnographie familiale « en pointillés ». Enquêter les familles d’immigrés maliens par-delà les silences
– Amandine Rochedy (Université Toulouse – CERTOP/ISTHIA) – Ethnographie des socialisations alimentaires des enfants présentant des « troubles » du comportement alimentaire
Pause 10 minutes
– Gaëlle Larrieu (EHESS – OSC) – Entrer dans les familles pour étudier les secrets de famille : quand les parents révèlent à l’enquêtrice ce que les enfants ne savent pas
– Camille Masclet (CNRS – CESSP) – Etudier parents et enfants à l’âge adulte : des enjeux spécifiques ?
Pause de 5 minutes et 45 minutes de discussion

Pause repas 12h-13h30

Session 2 : Franchir le seuil (du domicile des familles) – 13h30 – 15h15

– Sarra Mougel (Université de Paris – Cerlis) – Le domicile des enfants malades : quel accès à l’intimité en hospitalisation pédiatrique à domicile ?
– Paule Perron (HEAD) et Fiona Del Puppo (LaSUR – EPFL) – Faire parler le logement – Le dessin d’architecture comme matériel d’enquête ethnographique dans le logement familial.
– Samuel Fely (EHESS) – Observer les enfants au sein de leurs familles : retour réflexif sur les contraintes de genre et de classe dans l’ouverture d’un terrain ethnographique.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

Pause de 15 minutes 

Session 3 : Ce que la famille laisse voir : collecter des matériaux indirects – 15h30 – 17h15

– Louise de Morati (Université Libre de Bruxelles – CHDAJ) – Recherche d’origines chez les personnes adoptées et issues de PMA avec don : usages des réseaux sociaux et enjeux de l’ethnographie numérique.
– Jessica Pothet (Université de Lorraine – 2L2S) Apports et limites de l’observation de mises en scènes de la maternité sur les réseaux sociaux. Réflexions à partir d’une recherche en cours.
– Hélène Malarmey (Université Paris-Dauphine – IRISSO) Pénétrer l’intimité des familles en étudiant leurs relations avec un tiers marchand. Enquête auprès des familles-clientes d’agences de garde d’enfants.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

********

L’inscription est obligatoire via ce lien.

Comité d’organisation (les coordinatrices du REPPaMa et du laboratoire junior : Parentalités plurielles et genre) : 
Inès Anrich (Paris 1 Panthéon-Sorbonne-CRHXIX), Myriam Chatot (EHESS-Iris-CMH), Marie-Caroline Compans (Ined, Paris 1-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (Ined-UVSQ-Printemps), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS). 

Compte-rendu de la sixième séance de l’atelier RePPaMa (29.11.2018)

La présentation d’Inès Tiab portait sur l’analyse dans une perspective goffmanienne de neuf comptes Instagram de jeunes mères aux influences variables sur ce réseau – la plus suivie comptant environ 20 000 abonné.e.s à son compte contre quelques centaines pour la moins suivie. Dans son travail, Inès Tiab défend la thèse suivante : sur Instagram, les jeunes mères cherchent à se faire reconnaître comme « bonnes-mères » aux yeux de leurs communautés d’abonné.e.s. Ayant à cœur d’être au plus proche des besoins de leurs enfants, les publications – les photos et les légendes qui les accompagnent – « mettent en scène » le quotidien de ces jeunes mères pour beaucoup consacré à des pratiques de « maternage intensif » (allaitement, portage, co-dodo, etc.). Au-delà de la seule reconnaissance en tant que« bonnes-mères », il s’agit également pour ces femmes de se faire reconnaître en tant qu’individues réalisées tant d’un point de vue maternel que personnel. La réalisation maternelle se donne à voir par l’intermédiaire de contenus qui donnent l’image d’une maternité qui se vit sous le mode de la complicité mère/enfants et sans culpabilité ; ces mères y revendiquant avec force et humour le titre de « mères parfaitement imparfaites ». La réalisation personnelle quant à elle trouve son incarnation dans la diffusion de publications où elles s’affichent sous le jour d’une féminité assumée reprenant les codes de l’érotisme (moue, poses lascives etc.) comme pour affirmer qu’être (de bonnes) mères ne les empêche pas d’être des femmes désirables et épanouies.

Les questions ont porté sur la place laissée (ou non) à la question du milieu social dans les analyses. Les aspects méthodologiques renvoyant aux procédures utilisées pour le codage textuel des légendes des photos et à la pertinence d’une poursuite de cette recherche par la conduite d’entretiens ont également fait l’objet des interrogations des personnes en présence.

***  

La présentation de Maya Paltineau était essentiellement méthodologique : à partir de son enquête sur la parentalité (et plus particulièrement du maternage proximal ou intensif) sur les réseaux sociaux (entendus au sens large, comme outils mettant en relation les individu.e.s), elle a exposé les avantages et les inconvénients de différents réseaux (blogs, Twitter, Facebook, Youtube, Instagram, Snapchat)pour l’enquêteur.trice. Les enjeux éthiques d’un terrain de recherche sur Internet ont également été abordés : peut-on analyser du contenu public publié sur Internet sans en informer le ou la producteur.trice ? Comment anonymiser quand on reproduit des textes ou des images extrait.e.s du terrain,tout en respectant la propriété intellectuelle et la rigueur méthodologique de présentation du terrain ? Quels sont les impératifs légaux du chercheur et de la chercheuse sur ces thématiques en cas de publication ? Si le dernier point fait l’objet d’une réponse univoque (en cas de publication de la recherche, l’auteur.trice doit avoir l’accord des enquêté.e.s selon la CNIL), les deux premiers relèvent davantage du « bricolage » de l’enquêteur.trice. La recherche de Maya Paltineau a été abordée de manière périphérique, défendant la thèse que la parentalité relevant du maternage proximal ou intensif (allaitement long et à la demande, co-dodo, portage de l’enfant…) est désormais une norme largement partagée au sein de la société française contemporaine, construite avec et par les réseaux sociaux.

Les questions ont porté sur les enjeux méthodologiques de la recherche de terrain sur Internet et sur l’existence ou non d’une norme du maternage intensive (et si oui, si elle ne concerne qu’une frange de la population, ou si elle est devenue « légitime » et si chaque parent se positionne par rapport à elle).

Voir le programme de la séance

Atelier du 29 novembre : Maya PALTINEAU (Chercheure associée au CRIDIS, à l’Université de Louvain) : La parentalité sur les réseaux sociaux

Maya PALTINEAU (Chercheure associée au CRIDIS, à l’Université de Louvain)  nous présentera son travail sur La parentalité sur les réseaux sociaux

Comment les réseaux sociaux construisent-ils la parentalité contemporaine ?

Nos recherches sur la parentalité contemporaine ont mis à jour des comportements parentaux de type identitaire : les adultes utilisent de plus en plus leur rôle de parent en tant que levier pur un développement personnel, et une affirmation de soi.

Or ce processus actif de parentalisation et de revendication de ses propres valeurs parentales ne serait pas le même sans la place que prennent les parents sur les réseaux sociaux. Les jeunes parents ont multiplié ces dix dernières années l’expression de leur parentalité sur internet : en commençant par les blogs puis par les réseaux sociaux les plus anciens tels que Facebook, jusqu’à inonder plus récemment Instagram et Snapchat d’images et de courtes vidéos de leur quotidien de parent.

Notre travail explique comment l’essor des réseaux sociaux façonne la parentalité moderne : notre hypothèse est que la parentalité contemporaine est de type identitaire, et que sans les réseaux sociaux, elle n’aurait pas pu prendre cette forme. La parentalité contemporaine est intrinsèquement liée à l’utilisation croissante d’internet et des réseaux sociaux, qui lui donnent une signification symbolique particulière en même temps qu’un lieu d’expression privilégié.

 Voir le programme de la séance

Atelier du 29 novembre : Inès TIAB (pré-doctorante en sociologie ENS-EHESS) : Construire la mythologie du soi-mère sur Instagram

Inès TIAB (pré-doctorante en sociologie ENS-EHESS) nous présentera son travail de mémoire intitulé : Construire la mythologie du soi-mère sur Instagram

Résumé :

En cette deuxième décennie des années 2000, plus de dix ans après le lancement de Facebook, la première génération de personnes ayant connu et utilisé les réseaux sociaux dès l’enfance entre dans l’âge social d’adulte et fait l’expérience de la parentalité. Ces individu.e.s illustrent massivement cette transition biographique sur les plateformes virtuelles du web 2.0, et notamment sur Instagram, qui en tant que réseau social de partage d’images semble jouer le rôle d’un album photo contemporain. Le fait de devenir parent est un support de l’expression de soi qui semble particulièrement valorisé à l’heure actuelle : la publication la plus likée de l’application est la première photo que poste le mannequin Kylie Jenner de sa fille Stormi, qui remporte 18 millions de likes. Des milliers d’individu.e.s, et surtout des femmes partagent quotidiennement des images et des textes à propos de leur expérience de la parentalité sur Instagram. Quels types de valeurs cherchent-elles à faire reconnaître en s’exposant comme des mères ? A travers une enquête menée en ligne sur les comptes Instagram de neuf jeunes mères, nous avons tenté d’éclaircir les modalités de l’expression de soi pour des femmes faisant l’expérience d’une des transitions biographiques les plus importantes de leur vie. En repartant des travaux d’Erving Goffman à propos de l’artificialité de la présentation de soi dans les interactions de face à face, nous avons cherché à démontrer, que de la même manière, l’expression de soi sur les réseaux sociaux est construite de manière à faire émerger une image positive de soi auprès d’autrui. Par ailleurs, Instagram, au même titre que les réseaux sociaux dans leur globalité est un dispositif dans lequel s’actualise de manière particulièrement significative les normes sociales, ainsi que leurs appropriations inégales selon les ressources sociales de chacun.e. L’objectif de notre étude est de démontrer que le fait de s’exposer pour ces jeunes femmes revient à lutter pour se faire reconnaître en tant que – bonne – mère mais surtout en tant qu’individue réalisée. Ainsi, entremêlée aux normes de genre qui sont particulièrement prégnantes dans notre objet,
l’injonction individualiste à s’affirmer dans sa singularité est au cœur de la construction de soi en tant que mère qui a cours sur Instagram.

Voir le programme de la séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 29 novembre 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre sixième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités  qui aura lieu le 29 novembre 2018 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136 (133 boulevard Davout 75020 Paris, métro : Porte de Bagnolet, tram : Marie de Miribel)

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Inès TAIAB et Maya PALTINEAU.

Inès TIAB (pré-doctorante en sociologie ENS-EHESS) nous présentera son travail de mémoire intitulé : Construire la mythologie du soi-mère sur Instagram

Maya PALTINEAU (Chercheure associée au CRIDIS, à l’Université de Louvain) abordera sa recherche intitulée : La parentalité sur les réseaux sociaux

Rappel : Nous cherchons des communiquant.e.s. pour les prochain ateliers qui se dérouleront entre novembre 2018 et juin 2019. N’hésitez pas à consulter notre page « appel à communication permanent » pour en savoir plus.

Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa

Myriam Chatot (doctorante en sociologie, EHESS)
Anaïs Mary (doctorante en sociologie, Paris Descartes)
Alexandra Piesen (docteure en sociologie, Paris Descartes)
Marine Quennehen (doctorante en sociologie, EHESS)