Archives par mot-clé : reproduction

Appel à chapitres – Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice (31.01.2021)

Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice. Editors: Prof. Marie-Pierre Moreau, Dr Catherine Lee and Dr Cynthia Okpokiri, Anglia Ruskin University, UK.

The Covid-19 pandemic, resurgence of social movements, tensions between the conservative, far-right politics, socialist principles, and neoliberal ideologies have converged to create an unprecedented situation, characterised by acute changes and uncertainties. Set against this context, this edited volume is concerned with the reproduction and transformation of family norms in contemporary times. It is underpinned by two main ambitions. First, we wish to document and question what ‘counts’ as a family in contemporary times. What families are rendered in/visible and mis/recognised and how are these processes of in/visibility and mis/recognition framed by the discourses of power which operate in various institutional and geographical contexts? Second, we want to explore how family forms are changing in the current climate of uncertainties and profound socio-economic, cultural and political shifts. 

We call for contributions which critically explore the following themes: 

  • Family forms:  the diversity of family formations and what makes a family in contemporary times, including work concerned with non-traditional, non-heteronormative, non-Eurocentric definitions of the family, such as single-parent families, one-person families, childless families, families with animal companions, LGBTQ families, families across the Global South, extended families, mixed heritage families, transnational families, step families, blended families and families of ‘choice’. 
  • Power relationships: how power relationships linked to gender, class, ethnicity, sexuality, faith,dis/ability and other in/equalities intersect and or operate in defining what counts as a family. 
  • Family narratives: how individuals and groups negotiate discourses of the family and their implications with regards to power relationships, including how activists and minority and majority groups reproduce or challenge family norms and work towards the promotion of alternative definitions of the family. 
  • Systemic influences on family: contemporary disruptions to prevailing family norms, including the shift in private/public boundaries and the use and impact of traditional and social media on family dynamics. 
  • Family practices: how mundane, everyday activities of family life sustain or negate individual and collective subjectivities. 

While we anticipate that the volume will be sociologically informed, we welcome work informed by a broad range of conceptual and methodological approaches, including ethnographies, autoethnographies, case studies, empirical studies, policy analysis and discussion pieces.  

A range of focuses are expected, with all contributions brought together through: 
1) a shared critical stance towards normative constructions of the family
2) a key concern for diversity, equity and intersectionality.  

We welcome work that concentrates on what happens within the family as well as work concerned with what local, organisational, national, international and transnational policies and discourses ‘do’ to families. We encourage the submission of work documenting and exploring family discourses in multiple fields, including, for example, education, paid and unpaid work, social work and social policy. 

Scholars at various stages of their career and from various parts of the world are welcome, particularly First Nations communities and those in the Global South.  

We have approached Bloomsbury who have expressed an interest in this project. We are now in the process of identifying contributors, before submitting a proposal by Spring 2021. If the proposal is successful, we will expect to receive the draft chapters from contributors by Autumn 2021, with the book published in 2022.  

If you are interested, please do send a 250-word abstract, by 31 January 2021, to marie-pierre.moreau@aru.ac.uk

Lien vers l’appel

Atelier – La naissance en France (04.12.2020)

Le réseau doctoral en santé publique organise un atelier intitulé « Une perspective pluridisciplinaire sur la naissance » le 4 décembre 2020.

Présentation
La prise de contrôle de la médecine clinique sur la naissance a débuté dans la seconde moitié du 18ème siècle. L’obstétrique scientifique masculine s’impose alors dans un domaine traditionnellement occupé par les sages-femmes.
Dès la seconde moitié du 19e siècle, ce sont plus de 50% des accouchements qui se déroulent à l’hôpital sous la tutelle des médecins.
Héritière de cette histoire, la naissance est toujours sujet de préoccupation dans la société française.
A l’heure où les violences gynécologiques et obstétricales sont dénoncées, où des alternatives se dessinent difficilement pour une prise en charge moins médicalisée des naissances, un éclairage pluridsiciplinaire s’impose.
Le 4 décembre 2020, de 9h à 13h, nous aborderons par l’écoute et le débat le vaste sujet de la naissance en France. Nous sommes honoré.e.s de pouvoir réunir, lors de ce séminaire en ligne, des expertes du sujet qui nous apporterons leurs éclairages scientifiques et pratiques sur les enjeux et dynamiques autour de la naissance en France.

Le programme et les modalités d’inscription sont à retrouver sur le site de l’atelier.

Parution – Les économies de la procréation médicalement assistée

Le dernier numéro de Nouvelles questions féministes porte sur Les économies de la procréation médicalement assistée. Il est coordonné par Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet.

Présentation du numéro

La procréation médicalement assistée (PMA) s’inscrit dans un marché globalisé qui est traversé et organisé par différents types d’économies –financière, morale, biologique et affective. Bien que profondément imbriquées, ces économies reposent sur des forces de travail, des modalités d’échange et des biens ou valeurs qui sont distincts. En proposant d’étudier les dynamiques économiques à l’œuvre dans la PMA, ce numéro de Nouvelles Questions Féministes met en lumière les processus matériels et symboliques qui contribuent à reproduire et produire d’anciennes et nouvelles formes d’inégalités. Les articles du Grand angle du numéro révèlent les reconfigurations du système de genre en revisitant le travail procréatif soumis aux logiques économiques d’un marché globalisé. Les auteures analysent ainsi les enchevêtrements complexes de cette chaîne mondiale de la procréation et sa stratification selon des lignes sexistes, racistes et classistes.

Sommaire

Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet
La production biomédicale d’enfants : entre stratification et globalisation

Claire Grino
Quand congeler revient déjà à genrer : une étude comparative du développement des techniques biomédicales de cryopréservation des gamètes humains mâles et femelles

Marie Mesnil
Des ovocytes sous contrôle. Regards franco-suisses sur l’encadrement juridique du don et de l’autoconservation d’ovocytes

Marlène Jouan et Clémence Clos
Le privé est politique… et économique ! Pour une économie politique du travail de gestation pour autrui

Carolin Schurr
De la biopolitique aux bioéconomies : PMA et (re)production de la blanchité sur le marché de la GPA au Mexique

Venetia Kantsa
Investissements futurs : Loi, technologies et l’ordre de la parenté en Grèce

Présentation du numéro
Edito
Résumés

Appel à articles – Droits et devoirs procréatifs : des normes aux pratiques (15.06.2020)

Date limite de réception des propositions (résumés) : 15 juin 2020
Remise des manuscrits complets : 23 novembre 2020
Parution : Été 2021

Irène-Lucile Hertzog et Marie Mathieu dirigent un numéro de la revue Enfances, familles et générations sur le thème des droits et devoirs procréatifs. Vous pouvez le consulter ici.

Livre – Familles : nouvelle génération

Il n’y aurait rien de plus naturel que la reproduction ; marque de notre existence biologique, elle s’imposerait à nous comme une pulsion, voire une finalité. Pourtant, derrière sa fausse évidence, la reproduction fait l’objet de vives attentions politiques et sociales. Une multitude d’agents interviennent pour définir et encadrer la manière dont nous faisons famille aujourd’hui. Professionnels de l’action sociale, médecins, biologistes, juristes, éthiciens, psychologues… autant d’experts dont les savoirs et les actions édictent les possibles familiaux, définissent l’acceptabilité relative des projets reproductifs et mettent en place les conditions de leur réalisation.
Ces interventions fonctionnent aussi sur le mode de l’invite à la réforme de soi. Les institutions encouragent les individus à transformer leurs désirs, réformer leurs attentes ou repenser leurs existences. Familles, nouvelle génération apporte un éclairage empirique et informé sur ces processus et les enjeux politiques qu’ils soulèvent, tout en proposant une réflexion critique d’ampleur sur la manière dont on gouverne aujourd’hui la vie.

Sébastien Roux et Anne-Sophie Vozari, dir., Familles : nouvelle génération, PUF, La vie des idées. Ont contribué à cet ouvrage : Jérôme Courduries, Mélanie Gourarier, Sébastien Roux, Michela Villani, Anne-Sophie Vozari.

Sommaire

Rencontre – Être mère, est-ce si naturel que ça ? (26.11.2019, Paris)

Le collectif pour une parentalité féministe (PA.F) organise une rencontre le 26 novembre à 19h, au Pavillon des canaux (Paris, 19ème)

« On nous l’avait promis, ce serait simple, évident même. Nous étions faites pour ça. Et puis l’enfant est arrivé et avec lui du bonheur, mais aussi un grand vertige et beaucoup de doutes. Sans que personne ne nous ait prévenues. Où se cache donc le miraculeux instinct maternel des femmes que nous sommes ? Qu’est ce que la maternité a de réellement naturel ? Quelles normes la société fait elle peser sur toutes celles qui donnent la vie, et plus largement sur tous ceux qui deviennent parents ? »

Pour sa 3e soirée débat, le PA.F a invité :
– Elsa Boulet (sociologue),
– Caroline Duval (psychologue en PMI),
– Renée Greusard (journaliste et autrice de « Enceinte, tout est possible »)
pour une discussion sur la construction sociale de la maternité.

De 19 h à 21 h
Participation libre
Possibilité de se restaurer sur place à l’issue de la rencontre

INFOS PRATIQUES
Le Pavillon des Canaux
39 quai de la Loire 75019 Paris
Ⓜ 5 : Laumière
Ⓜ 7 : Crimée
Événement Facebook

Séminaire – Gestion de la fécondité en contexte d’illégalité (Paris, 28.11.2019)

Le Laboratoire Contraception&Genre vous convie à la onzième séance de son séminaire, qui aura lieu le jeudi 28 novembre 2019, à l’Université Paris Descartes, 45 rue des Saints Pères, 75006 Paris de 9h30 à 12h30, salle Avogadro F, au 2e étage du bâtiment principal.

Gestion de la fécondité en contexte d’illégalité
Intervenant.e.s :
Francis Akindes, Sociologue, professeur à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké et responsable de la Chaire Unesco de Bioéthique, pour une présentation sur la pratique de l’avortement clandestin et les conséquences sur la santé des femmes en Côte d’Ivoire
Valentine Becquet, Démographe, chargée de recherche à l’Institut national d’études démographiques (Ined), pour une présentation sur les comportements et désirs reproductifs des travailleuses du sexe en Côte d’Ivoire.

L’entrée est libre mais l’inscription est obligatoire : contraception.genre@gmail.com

Site du laboratoire junior

Appel à articles – Penser les « origines » dans les familles contemporaines : perspectives internationales (06.01.2020)

Argumentaire :
La notion d’origines ouvre une perspective inédite pour analyser les reconfigurations contemporaines de la parenté et des liens familiaux. Elle témoigne en effet d’une évolution profonde, liée à la dissociation croissante de la procréation et de la parenté, d’où semblent émerger des relations et des figures « nouvelles » : le recours aux technologies reproductives crée des situations où, comme dans l’adoption, des personnes procréent, mais ne deviennent pas — au sens légal — des parents. Les relations potentiellement liées à l’origine demeurent ainsi aux marges de la parenté. Les contributions attendues pour ce numéro pourront explorer ces marges en éclairant différentes dimensions du rapport aux origines.

Sous la direction de :
Agnès Martial, Centre national de la recherche scientifique (France)
Isabel Côté, Université du Québec en Outaouais (Canada)
Kévin Lavoie, Université Laval (Canada)

Les propositions et les manuscrits doivent être soumis sur notre site :http://www.efg.inrs.ca/formulaire-soumettre-proposition/

Télécharger l’appel

Soutenance – La sexualité aux temps de la contraception : Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 – années 2010) par Cécile Thomé (18.11.2019, Paris)

14h à l’Ined, salle Alfred Sauvy (133, boulevard Davout, 75020 Paris)

Résumé de la thèse
Ce travail de thèse porte sur les recompositions de la sexualité hétérosexuelle et des rapports de genre en France, depuis les années 1960, dans un contexte de généralisation de l’utilisation de la contraception médicale. Il vise à faire la sociogenèse des scripts de la sexualité « contraceptée », que cette contraception soit assurée par des moyens « médicaux » (méthodes hormonales, stérilet au cuivre, stérilisation), des méthodes barrières (préservatif masculin ou féminin, diaphragme, spermicides) ou encore par des méthodes alternatives souvent qualifiées de « naturelles », comme le retrait ou les méthodes d’auto-observation (méthode Ogino, méthode des températures, méthode Billings, méthode symptothermique). Le travail s’appuie sur trois types de matériaux : des données d’archives et des témoignages écrits, une analyse secondaire de données quantitatives et 71 entretiens semi-directifs avec des hommes et des femmes ayant entre 20 et 84 ans. Il s’agit, à partir de ces matériaux, de rendre compte des représentations naturalisées de la sexualité, du désir et du plaisir sexuels, ainsi que des rapports de pouvoir qui sont mis au jour par l’étude concrète des pratiques contraceptives et sexuelles. La thèse restitue d’abord la construction et le déroulement de l’enquête, en interrogeant épistémologiquement la sexualité aux différentes ères de la contraception. Il s’agit de réfléchir à la construction d’un objet qui ne va pas « de soi », ainsi que de mener une réflexion méthodologique sur les conditions de possibilité d’une telle recherche sur la sexualité. Puis c’est une démarche sociohistorique qui est adoptée, avec l’étude de l’évolution de l’articulation entre sexualité et contraception, en particulier autour de la diffusion de la contraception médicale (années 1960-1970) et de celle du préservatif (années 1980-1990). La recherche montre que le plaisir sexuel des femmes n’est pas né avec la pilule, mais également que les rapports de genre autour de la sexualité se sont largement recomposés dans cette période, alors que la contraception passait du statut de compétence masculine à celui de responsabilité féminine. En se centrant ensuite sur le milieu des années 2010, la thèse s’appuie sur l’étude détaillée des pratiques contraceptives, pour approcher la sexualité et les réflexivités sexuelles créées par chaque méthode. Revenant successivement sur les méthodes médicales, les méthodes barrières et les méthodes alternatives de contraception, elle met au jour trois types de réflexivité sur la sexualité (attentive, obligatoire et amplifiée). Le travail contraceptif impliqué par chaque méthode y est également interrogé, de même que ses effets en matière de désirs, de plaisirs et de pratiques sexuelles. Enfin, ce travail met en évidence, grâce à l’étude de la contraception, certains fondements de la sexualité hétérosexuelle contemporaine. Ce sont en particulier la force de la réciprocité, la centralité de la pénétration pénovaginale et la nécessité des disponibilités physique et émotionnelle pour le bon déroulement du script « banal » qui sont mises en évidence, ainsi que le travail des femmes sur la sexualité pour produire la spontanéité de ce script.

Live-tweet de la soutenance

Conférence – Violences Obstetricales : enjeux épistémologiques et controverses (Paris, 06.12.2019)

Organisatrices : Virginie Rozée (Ined) et Clémence Schantz Inguenault (EHESS)

Cette conférence internationale vise à analyser les violences obstétricales biomédicales qui s’exercent sur le corps reproducteur des femmes, et à réfléchir aux enjeux épistémologiques et aux controverses qu’elles soulèvent. Parmi les enjeux, les réflexions porteront sur la dimension structurelle et symbolique de ces violences et la façon dont leur analyse permet de repenser le genre. Quant aux controverses, seront interrogées les raisons de ces violences et les solutions envisagées. La biomédicalisation du corps reproducteur sera ainsi appréhendée au prisme de la tension qui peut exister entre une possible émancipation et le risque de glisser vers une représentation essentialiste du corps des femmes. Cette journée permettra de documenter de façon empirique un sujet largement médiatisé et pourtant peu étudié en sciences sociales. Nous souhaitons interroger le terme même de violence obstétricale, et espérons par la suite motiver davantage de recherches sur le sujet, en s’inspirant à la fois des études de genre sur la biomédicalisation et les violences. Enfin, cette journée souhaite constituer un espace d’échanges et de réflexions sur cette thématique entre chercheur.e.s, professionnel.le.s de santé et usager.ère.s.

L’inscription est obligatoire.

Séminaire – Santé reproductive, technopouvoirs et féminisme (Paris, 2019-2020)

1er et 5e lundis du mois de 13 h à 16 h (salle AS1_24, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2019 au 4 mai 2020. Séance supplémentaire le 8 juin 2020 (salle AS1_23, même horaire, même adresse)

Ce séminaire de recherche vise à enquêter sur les rapports des mouvements féministes au progrès technique et biomédical, et ce dans une perspective à la fois transnationale, socio-historique et intersectionnelle. Nous analyserons les relations en constante mutation entre genre, santé et action collective en nous appuyant sur la grande variété d’expériences, réflexions et actions  féminines. Nous chercherons à saisir les controverses, débats et contestations relatifs aux technologies reproductives en lien avec les transformations des conceptions féministes de la nature, du biologique et du médical. Nous nous intéresserons également aux dénonciations, parfois croisées, des ‘dégâts’  de la société industrielle et de la biomédecine reproductive, décriés en tant que manifestations de multiples (in)justices reproductives et/ou environnementales. Seront ainsi mobilisées une kyrielle d’études empiriques allant des mouvements self-help d’avortement et d’accouchement aux réseaux internationaux d’opposition aux technologies reproductives lancés dès les années 1970 en passant par les ‘épidémiologies populaires’ engagées autour des effets secondaires de la pilule ou encore des médicaments consommés pendant la grossesse.

Programme détaillé

Ce séminaire de recherche fait partie du projet ANR « Hypmedpro » coordonné par Sezin Topçu. Pour plus d’information sur le projet : https://hypmedpro.hypotheses.org

Colloque – Reproduction and risk (20.11.2019, Leicester)

BSA POSTGRADUATE STUDENT REGIONAL EVENT ‘REPRODUCTION AND RISK’, 20TH NOVEMBER 2019, COLLEGE COURT LEICESTER

This one-day conference is designed to stimulate theoretical conversations around the ways risk and anxiety are enacted across the reproductive life course, and, in turn, how they are theorised in various disciplinary sub-fields, such as the sociology of birth, reproductive sociology and the sociology of the family.

We are pleased to announce that Dr Zeynep Gurtin from the Institute for Women’s Health, UCL, will give the key-note address, discussing 'Anxious Reproduction and Reproductive Anxiety: How Risk, Uncertainty and Accountability Have Changed the Emotional Landscape of Parenthood'. Zeynep is a reproductive sociologist, focusing on the socio-cultural aspects of assisted reproduction and later motherhood. 

Dr Cathy Herbrand, Deputy Director of the Centre for Reproduction Research, DMU, will open the afternoon session with a talk on 'Making reproductive choices in the context of inherited disease: a complex balance between risks, experiential knowledge and practical constraints'. Cathy's research interests lie in the sociological and anthropological study of new family forms, biotechnologies, health and genetics, with a particular focus on reproductive decision-making and patients’ needs. 

With five post-graduate researchers presenting on diverse aspects of the reproductive experience, from 'artificial wombs' through to 'untangling tongue tie', this conference will explore how risk is conceptualised, learnt and enacted across the reproductive subfields, with the aim of developing our understanding of shared themes, tensions and theories.

The full programme with speaker profiles is now available on the BSA website.

Rencontre – Donner naissance (13.10.2019, Paris)

Adel Tincelin et Céline Puill invitent l’autrice de « Donner Naissance » (éditions Cambourakis) au Checkpoint, centre de dépistage communautaire LGBT le dimanche 13 octobre prochain (suivez le lien pour l’adresse).

Ce moment sera l’occasion d’un échange privilégié avec l’autrice et activiste Alana Apfel de passage à Paris. La rencontre a lieu autour d’un brunch participatif, qui dépendra donc des contributions (solides et liquides) des participant-e-s.
La suite se passe par ici : https://www.helloasso.com/associations/les-flux/evenements/brunch-participatif-avec-alana-apfel  Vous pourrez y trouver plus d’informations sur l’événement, l’autrice et sa préfacière Silvia Federici.

Soutenance – Des grossesses catastrophiques. Une sociologie des logiques reproductives dans les mises en récit judiciaires et biographiques de néonaticide par Julie Ancian (19.11.2018, Paris)

14h, à l’université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères 75006, en Salle des Thèses (5ème étage du bâtiment Jacob)

Résumé de la thèse :
Le terme d’infanticide recouvre des homicides divers, souvent appréhendés de manière indifférenciée. Parmi eux, le néonaticide désigne le meurtre d’un nouveau-né dans les vingt-quatre heures qui suivent sa naissance. Dans les pays connaissant une forte diffusion de la contraception et de l’accès à l’avortement, cette conduite – anciennement associée à un mode de régulation des naissances – est devenue marginale. Cette recherche propose une approche sociologique de la pratique du néonaticide fondée sur ses mises en récits par la justice et par les auteures elles-mêmes en France (2005-2015). L’enquête s’est appuyée sur des séries d’entretiens approfondis avec cinq femmes jugées pour ces faits et l’observation de cinq procès en cour d’assises. Ces matériaux ont été complétés par l’analyse d’entretiens avec des avocat·e·s et magistrat·e·s, de dossiers judiciaires et d’un corpus d’articles de presse portant sur 75 affaires jugées sur la même période. Les récits judiciaires dévoilent la prégnance d’une approche essentialiste de la maternité et de la procréation qui pèse sur les efforts de mise en intelligibilité déployés par les professionnel·le·s. L’analyse des parcours de ces femmes, de leurs processus de socialisation, de leurs situations conjugales et familiales et de leurs ressources, permet d’identifier les obstacles rencontrés pour mettre en œuvre une contraception efficace ou accéder à l’IVG. En appréhendant le néonaticide comme l’ultime moyen d’éviter une naissance jugée catastrophique, cette étude s’éloigne de la lecture individualisante imposée par le traitement judiciaire et documente l’agentivité reproductive des femmes.

Compte-rendu de la quatrième séance de RePPaMa (26.04.2018)

La présentation de Constance Schuller portait sur l’impact des conceptions des professionnels en matière de procréation et de parentalité sur la prise en charge de patients dans l’assistance médicale à la procréation (AMP). A partir de deux enquêtes, menées pendant plus de deux ans au sein de plusieurs centres d’AMP de la région parisienne, comprenant des observations de consultations et de réunions pluridisciplinaires, et des entretiens avec des patients et des spécialistes de l’infertilité ; elle a montré le poids important des représentations des soignants en matière d’accès à l’AMP. En effet, les critères légaux (caractère « pathologique » de l’infertilité, couple « stable et motivé », « en âge de procréer ») sont flous et laissent donc une place à l’interprétation du soignant. Or, les soignants mobilisent des conceptions normatives des capacités reproductives des hommes et des femmes (par exemple, les risques d’une paternité à un âge avancé sont peu évoqués, contrairement à ceux d’une maternité à un âge avancé) et de la parentalité. Ainsi, la maternité est « naturalisée » (l’accès d’une femme à la procédure dépend de la bonne capacité de son corps à mener la grossesse à terme), alors que la paternité est évaluée en fonction de critères sociaux (espérance de vie du géniteur potentiel, compétences éducatives). Ces visions normatives compliquent l’accès à la procédure pour des couples perçus comme « atypiques » (non-cohabitants, dits « sans sexualité » c’est-à-dire sans coït, homme et compagne non-officielle…) ou perçus comme ne permettant pas d’offrir les meilleures conditions de vie à l’enfant potentiellement né de la procédure (couples précaires, ayant une faible rémunération…). Le flou des conditions d’accès pose dès lors question quant à l’égalité d’accès aux soins, dans la mesure où un couple n’aura pas le même accès à l’AMP en fonction du centre (et de sa culture locale, de son attention aux taux de réussite ou non), de l’équipe, du médecin etc.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur l’influence du sexe des soignants sur les critères d’accès à l’AMP, le choix des techniques (fécondation in vitro, insémination artificielle…) et sur la connaissance par les patients des politiques de chaque centre.

 

Myriam Chatot commence sa présentation en présentant l’un des résultats de l’enquête UNAF : parmi les 46% de pères qui estiment manquer de temps avec leurs enfants, ¾ évoquent le travail comme le premier facteur qui les empêchent d’être présents et disponibles avec leurs enfants. Son intervention se base sur un corpus de 75 pères ayant au moins un enfant de moins de trois ans, dont 42 qui ont pris un congé parental (en savoir plus).  Les enquêtés rencontrés appartiennent en majorité aux classes moyennes et supérieures. La problématique de la présentation est :  comment les pères justifient les arbitrages concernant leur engagement professionnel et leur engagement parental ? Dans tous les entretiens, l’engagement professionnel (c’est-à-dire le fait de s’impliquer dans son activité professionnelle, tant sur le plan subjectif que temporel) est présenté comme incompatible avec l’engagement parental. Autrement dit, les pères qui sont impliqués dans leur travail (soit parce que leur conjointe est au foyer ou en congé parental ; soit parce que les deux parents sont cadres) expliquent que leur engagement parental (notamment en termes de temps passé avec les enfants) est limité. A l’inverse, les pères qui donnent la priorité à l’engagement parental (notamment les pères en congé parental, mais aussi des pères en couples hypogames) déclarent n’avoir jamais été impliqués dans leur travail (emploi « alimentaire ») ou s’en être désengagés pour être plus présents pour leurs enfants. Cette description de l’engagement parental et professionnel comme étant des vases communicants (si on est engagé dans une sphère, on ne peut être engagé dans l’autre) pose alors la question des motivations des pères à s’engager dans la parentalité : la paternité est-elle un moyen de se valoriser quand le travail fait défaut ?

La discussion a porté principalement sur la définition et les indicateurs concernant le concept d' »engagement ».

Programme de la quatrième séance