Archives par mot-clé : procréation

Appel à articles – Droits et devoirs procréatifs : des normes aux pratiques (15.06.2020)

Date limite de réception des propositions (résumés) : 15 juin 2020
Remise des manuscrits complets : 23 novembre 2020
Parution : Été 2021

Irène-Lucile Hertzog et Marie Mathieu dirigent un numéro de la revue Enfances, familles et générations sur le thème des droits et devoirs procréatifs. Vous pouvez le consulter ici.

Appel à articles – Penser les « origines » dans les familles contemporaines : perspectives internationales (06.01.2020)

Argumentaire :
La notion d’origines ouvre une perspective inédite pour analyser les reconfigurations contemporaines de la parenté et des liens familiaux. Elle témoigne en effet d’une évolution profonde, liée à la dissociation croissante de la procréation et de la parenté, d’où semblent émerger des relations et des figures « nouvelles » : le recours aux technologies reproductives crée des situations où, comme dans l’adoption, des personnes procréent, mais ne deviennent pas — au sens légal — des parents. Les relations potentiellement liées à l’origine demeurent ainsi aux marges de la parenté. Les contributions attendues pour ce numéro pourront explorer ces marges en éclairant différentes dimensions du rapport aux origines.

Sous la direction de :
Agnès Martial, Centre national de la recherche scientifique (France)
Isabel Côté, Université du Québec en Outaouais (Canada)
Kévin Lavoie, Université Laval (Canada)

Les propositions et les manuscrits doivent être soumis sur notre site :http://www.efg.inrs.ca/formulaire-soumettre-proposition/

Télécharger l’appel

Colloque – Reproduction and risk (20.11.2019, Leicester)

BSA POSTGRADUATE STUDENT REGIONAL EVENT ‘REPRODUCTION AND RISK’, 20TH NOVEMBER 2019, COLLEGE COURT LEICESTER

This one-day conference is designed to stimulate theoretical conversations around the ways risk and anxiety are enacted across the reproductive life course, and, in turn, how they are theorised in various disciplinary sub-fields, such as the sociology of birth, reproductive sociology and the sociology of the family.

We are pleased to announce that Dr Zeynep Gurtin from the Institute for Women’s Health, UCL, will give the key-note address, discussing 'Anxious Reproduction and Reproductive Anxiety: How Risk, Uncertainty and Accountability Have Changed the Emotional Landscape of Parenthood'. Zeynep is a reproductive sociologist, focusing on the socio-cultural aspects of assisted reproduction and later motherhood. 

Dr Cathy Herbrand, Deputy Director of the Centre for Reproduction Research, DMU, will open the afternoon session with a talk on 'Making reproductive choices in the context of inherited disease: a complex balance between risks, experiential knowledge and practical constraints'. Cathy's research interests lie in the sociological and anthropological study of new family forms, biotechnologies, health and genetics, with a particular focus on reproductive decision-making and patients’ needs. 

With five post-graduate researchers presenting on diverse aspects of the reproductive experience, from 'artificial wombs' through to 'untangling tongue tie', this conference will explore how risk is conceptualised, learnt and enacted across the reproductive subfields, with the aim of developing our understanding of shared themes, tensions and theories.

The full programme with speaker profiles is now available on the BSA website.

Appel à communication – Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté (05.11.2019)

Colloque Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté
28, 29 et, sous réserve, 30 avril 2020, Toulouse

Appel à communications
Le colloque « Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté » s’interrogera sur la façon dont partout les sociétés ont fait face au problème que pose l’absence d’enfants, notamment du point de vue des logiques de parenté. Croisant différentes perspectives théoriques et méthodologiques de l’anthropologie de la parenté, du genre et des techniques de procréation, ce colloque propose un dialogue entre des approches dites « classiques » et « nouvelles » dans l’étude de la parenté. Il s’agit en d’autres termes de faire dialoguer les travaux menés dans des contextes sociaux et culturels marqués par le développement des biotechnologies dans le domaine de la procréation et ceux conduits dans des sociétés et des groupes sociaux où la médecine procréative est peu, voire pas diffusée. Nous prenons ainsi le parti de considérer les techniques de procréation médicalement assistée comme des techniques de parenté parmi d’autres, disponibles pour pallier l’absence d’enfants.

Au-delà, ce colloque contribuera à comprendre, du point de vue de l’anthropologie et des sciences sociales en général, ce que cela fait de ne pas réussir à avoir d’enfants, dans nombre de sociétés, croisant à la fois l’étude de la parenté, mais aussi les sciences studies, l’anthropologie du genre et de la personne. Les sociétés euro-américaines sont traversées par des discussions nombreuses quant aux formes que prennent les familles contemporaines et à l’aide attendue par les personnes en manque d’enfant. L’analyse comparative que proposera ce colloque consistera à prendre un peu de recul avec ces discussions politiques et contribuera, notamment, à éclairer autrement ces enjeux.

Depuis les années 1980, les études en anthropologie de la parenté ont eu tendance à se scinder en deux grands courants, reproduisant le grand partage entre « the West and the rest ». Depuis le développement des techniques de procréation assistée à la fin des années 1970, mais aussi la crise des études de parenté provoquée en partie par le travail de D. Schneider dans les années 1980, un nouveau courant des études de parenté a vu le jour, les new kinship studies (Carsten 2000; Stone 2002; Franklin and McKinnon 2000). Des manifestations scientifiques ainsi que des publications se sont attachées à interroger la partition entre « l’Ouest et le reste », mais aussi entre le « Nord et le Sud », en étudiant notamment l’utilisation des techniques de procréation assistée dans différents pays  (Bonnet et Duchesne 2016; Anderson and Hecht 2002).

L’objectif du colloque est de proposer un espace de dialogue entre les différentes traditions dans les études de parenté en anthropologie et, au-delà, dans les sciences sociales. Loin de se centrer uniquement sur les techniques de procréation assistée, qui ont fait l’objet de nombreuses manifestations scientifiques ces dernières années, il s’agira d’élargir les questionnements à l’ensemble des pratiques sociales mobilisées autour de l’absence d’enfant. Partout en effet, l’absence d’enfant pose des problèmes du point de vue des logiques de parenté. Qu’un membre de la lignée tarde à avoir un enfant à son tour, voire qu’il n’en ait pas du tout, hypothèque sa perpétuation. La menace pour le groupe est d’autant plus importante dans les familles où les fratries sont réduites. Elle est par ailleurs plus ou moins prégnante selon le genre. Ici, que les fils restent sans enfant est particulièrement problématique. Là, c’est surtout sur les femmes que pèse l’absence d’enfants, que ce soit lorsqu’on attend d’elles qu’elles mettent au monde des enfants pour la lignée de leur mari, ou lorsqu’elles sont enjointes à devenir mères pour être tout à fait accomplies (Bonnet 1988).

Partout, des solutions ont été imaginées pour remédier à cette absence. La mise en œuvre de ces techniques de parenté est envisagée tantôt comme un droit des individus, tantôt comme un devoir auquel les personnes dépourvues d’enfant, comme les tiers aidants, ne peuvent se soustraire. Des solutions hautement technologiques ont été mises en œuvre dans les sociétés industrielles et post-industrielles. Elles se sont diffusées sur tous les continents avec un accès parfois très inégal selon leur coût (Ginsburg and Rapp 1995) et les équipements disponibles localement. Leur niveau de sophistication a introduit des nouveautés importantes : une femme peut porter un embryon conçu grâce à l’ovocyte d’une autre femme (Teman 2010; Roca i Escoda 2016) ou même porter l’embryon conçu par un autre couple (Cromer 2018; Mathieu 2017) ; les gamètes et embryons peuvent être cryoconservés pendant des années ; on peut prélever l’ADN mitochondrial et le remplacer grâce à une donneuse (Herbrand and Dimond 2018). Dans l’histoire des sociétés humaines, ces solutions sont d’une nouveauté radicale et alimentent de nombreuses questions quant à la constitution des personnes et leur origine. Cependant, si on excepte cette hypertechnicité, elles s’inscrivent dans le continuum de celles destinées à remédier à l’infertilité et déjà à l’œuvre dans de nombreuses sociétés (Héritier 1996). Un homme proche ou au contraire aussi éloigné que possible se substitue à un autre pour la procréation. Une femme, déjà mère, porte un enfant pour sa sœur ou sa co-épouse qui ne peut en avoir. Un couple déjà parents de plusieurs enfants donne un enfant, pour un temps limité ou pour toute la vie, à un autre couple dans leur groupe de parenté ou dans le proche voisinage qui en est dépourvu. Une institution confie un enfant en adoption. Partout, des tiers, souvent parmi les proches, mais pas toujours, interviennent et pallient l’absence d’enfant chez un couple en situation d’infertilité, quelle que soit l’origine de cette infertilité. Mais cette absence d’enfant peut également être volontaire (Gotman 2017), et peser tout autant sur les personnes.

Dans le cadre de cet appel à communication, nous proposons trois axes qui pourront être traités de manière transversale.

Personne et parenté
L’étude de la personne est un des éléments qui a joué un rôle crucial dans la revitalisation des études de parenté dans les années 1980 (Carsten 2014, 269) car elle permet de rassembler différents aspects du social qui avaient été jusqu’alors étudiés séparément : la parenté, le corps, les substances, les conceptions du soi, la maison, le genre, les relations dans lesquelles la personne est prise. Cet axe visera à continuer ce travail entamé dans les années 1980 sur la façon dont les études sur la personne peuvent nous renseigner sur notre conception de la parenté, et inversement, dans des moments où cette parenté se trouve menacée par l’absence d’enfant, qu’elle soit subie ou voulue.

Techniques de fertilité et d’infertilité
Cet axe accueillera des propositions venant explorer les différents savoirs et techniques utilisés pour assurer la venue d’un enfant, ou au contraire pour l’en empêcher. Dans cet axe les communications aborderont aussi bien les techniques les plus « traditionnelles » (rituels de fécondité, pèlerinages, prières, etc.), que les plus « modernes » (FIV, Time-Lapse, éclosion assistée, etc.) sans présupposer que ces différents dispositifs ne peuvent se mêler ni que certains seraient nécessairement plus ritualisés que d’autres. Il s’agira d’analyser la manière dont ces techniques, quelle qu’en soit la nature, permettent aux hommes et aux femmes d’agir sur le cours de leur existence mais aussi la façon dont elles peuvent être mobilisées pour renforcer l’assignation à un destin de parents.

Les tiers procréateurs
L’intervention de tiers procréateurs (Godelier 2004; Weiner 1978) est partout et toujours nécessaire à la venue d’un enfant. Ces tiers sont de divers ordres. Ils peuvent prendre la forme d’un donneur ou donneuse de gamètes, d’un amant de circonstance, d’une femme qui va porter un enfant pour autrui, mais cela peut également être des tiers non-humains. Ces derniers incluent non seulement les techniques elles-mêmes, c’est-à-dire l’ensemble des techniques et savoirs nécessaires pour réaliser par exemple une fécondation in vitro (Thompson 2005) ou permettre le bon déroulement d’un rituel de fécondité. Ils incluent également des esprits, des dieux, tout aussi nécessaires à la venue d’un enfant (Collard 2011), mais aussi la chance, la nature ou encore les hasards de la génétique (Porqueres i Gené 2014, 20).

Les propositions de communication devront se limiter à 3000 signes et devront nécessairement s’appuyer sur des matériaux empiriques. Elles détailleront le propos qui sera présenté, le terrain et la nature des données empiriques analysées. Les autrices et auteurs préciseront leurs appartenances disciplinaire et institutionnelle, leur statut et leur adresse électronique. Au-delà de l’anthropologie, les autres disciplines engagées dans les études de parenté sont également attendues. La langue principale du colloque sera le français, même si ponctuellement des communications pourront être en anglais.

Les propositions de communication devront être envoyées avant le 5 novembre 2019 à l’adresse suivante : colloque.absence.enfants@gmail.com
Une réponse sera envoyée pour chaque proposition avant mi-décembre 2019.

Lieu du colloque :
Université Toulouse Jean Jaurès, campus du Mirail, Maison de la recherche, Toulouse.

Appel en version PDF

Rencontre – Donner naissance (13.10.2019, Paris)

Adel Tincelin et Céline Puill invitent l’autrice de « Donner Naissance » (éditions Cambourakis) au Checkpoint, centre de dépistage communautaire LGBT le dimanche 13 octobre prochain (suivez le lien pour l’adresse).

Ce moment sera l’occasion d’un échange privilégié avec l’autrice et activiste Alana Apfel de passage à Paris. La rencontre a lieu autour d’un brunch participatif, qui dépendra donc des contributions (solides et liquides) des participant-e-s.
La suite se passe par ici : https://www.helloasso.com/associations/les-flux/evenements/brunch-participatif-avec-alana-apfel  Vous pourrez y trouver plus d’informations sur l’événement, l’autrice et sa préfacière Silvia Federici.

Séminaire – Contraception en post-partum (11.10.2019, Paris)

Le Laboratoire Contraception&Genre vous convie à la dixième séance de son séminaire, qui aura lieu le vendredi 11 octobre 2019 à l’Institut National d’Études Démographiques (Ined), 133 Boulevard Davout, 75020 Paris de 14h à 17h.

Thème de la séance : Contraception en post-partum

  • Carole Brugeilles, Démographe, professeure à l’université Paris 10 Nanterre, directrice adjointe du Cresppa, pour une présentation intitulée Trajectoires obstétricales et planification familiale au Mexique. Au début des années 1970, le Mexique s’est doté d’une politique démographique néo-malthusienne qui a révolutionné les comportements et les normes procréatives et contraceptives. Le nombre moyen d’enfants par femme est passé de plus de 6 à 2,1 en 2018 ; la prévalence contraceptive chez les femmes en union de 12 % à 73,1 %. La stérilisation est désormais la 1ere méthode contraceptive. La grossesse, l’accouchement et le post-partum sont rapidement devenus les moments privilégiés de la mise en œuvre des programmes de planification familiale par le corps médical. Dans cette communication, en nous appuyant sur différentes enquêtes quantitatives et qualitatives, nous analyserons comment ce temps est devenu stratégique dans la promotion et la prescription de contraceptifs, les conséquences sur le choix de la méthode. Une attention particulière sera portée aux relations entre trajectoires obstétricales et usage des différents contraceptifs, dans un contexte où le taux de césarienne est passé de 12 % des accouchements en 1987 à 46 % en 2018. 
     
  • Nicola Boydell, Sociologue, chercheuse au Usher Institute, Université d’Edimbourg pour une présentation sur la fourniture d’une contraception intra-utérine post-partum (PPIUC) dans un service public de maternité en Ecosse. La PPIUC implique la fourniture d’une contraception intra-utérine aux femmes qui choisissent cette méthode dans les 48 heures qui suivent l’accouchement. Cette recherche qualitative présentera les modalités d’offre de la PPIUC et l’expérience qui en est faite, du point de vue des femmes et des professionnel.le.s de santé, à partir d’une étude dans deux maternités britanniques.

 L’entrée est libre mais nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire préalablement, pour des raisons d’accès au bâtiment : contraception.genre@gmail.com

Séminaire – Nouvelles perspectives sur les maternités : Regards croisés des sciences et de la littérature (Luxembourg)

 

La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au xxesiècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoïliés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

Programme

Vendredi 26 octobre 2018

Donner naissance : Penser la maternité

  • L’accouchement et son influence dans la littérature, Michel Clees, Médecin gynécologue (CHEM) et auteur luxembourgeois, Luxembourg 
  • L’illusion de la fusion : naissance, maternité et infanticide dans L’Obéissancede Suzanne Jacob, Andrea Oberhuber, Professeure des Universités en littératures française et québécoise (XIXe-XXIe siècles), Université de Montréal, Canada

Vendredi 23 novembre 2018  

Être mère au Moyen Âge, avis de la science et résistance de femmes

  • Être mère à la fin du Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) Didier Lett, Professeur des Universités en histoire médiévale, Université Paris-Diderot, France
  • Soin de la mère et de l’enfant dans les traités d’art médical en ancien occitan, Marjolaine Raguin, Marie-Curie Co-fund fellow, Université de Liège, Belgique
  • Conférence-lecture de Laura Freixas, auteure

Vendredi 25 janvier 2019

Corps des femmes et allaitement : le sein 

  • Le lait des femmes  Martine Sagaert, Professeure émérite en littérature, Université du Sud – Toulon-Var, France.
  • Représentations sociales et politiques du corps maternel dans la littérature marocaine : repenser les espaces hétérotopiques. Jean Zaganiaris, Enseignant-chercheur en sociologie, Université Mohammed-VI, Maroc

Vendredi 15 mars 2019

Éthique et maternités

  • Grossesse et accouchement interpellent toute l’éthique du soin Martin Winckler (Dr. Marc Zaffran), Médecin généraliste et auteur, Canada
  • Maternité et responsabilité. Réflexions sur la pensée de Levinas Anne Coignard,Docteure en philosophie de l’École polytechnique et chargée de cours au département de philosophie de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, France                               

Vendredi 26 avril 2019

Violence des mères

  • Quand la maternité engendre la mort : la violence des mères dans les romans policiers contemporains, Fabienne Soldini, Chargée de recherche en sociologie de la littérature, Laboratoire méditerranéen de sociologie – UMR 7305, CNRS / Aix-Marseille Universités, France
  • Regards sociologiques sur la violence maternelleColine Cardi, Maîtresse de conférences en sociologie et anthropologie, Université Paris-VIII, France

Vendredi 24 mai 2019

Maternités et homosexualité féminine : pour une réflexion sur les polémiques actuelles

  • La maternité par les marges : le point de vue des mères lesbiennesVirginie Descoutures, Maîtresse de conférences en sociologue, Université de Picardie – Jules-Verne 
  • Maternité pour tou.te.s – éclairée par le concept de ContinuumChristel Baltes-Löhr, Associate Professor en littérature, Université du Luxembourg

Avec le soutien de l’Université du Luxembourg, l’Université de Liège, l’Institut d’études romanes, médias et arts (IRMA), l’Unité de recherche « Identités. Politiques, Sociétés, Espaces » (IPSE), l’Unité de recherche « Transitions », l’Institut français du Luxembourg, Marie Sklodowska-Curie Actions – European Commission, et le FerULG.  

Renseignements

Entrée libre

  • Lieu : Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg
  • Horaires : de 15h à 17h30

En savoir plus

Colloque – Regards socio-anthropologiques autour de la naissance. Comment étudier les discriminations? Quels retours au terrain par les chercheur.e.s ? (26.03.2019, Paris)

Lieu : Paris Diderot, 8 rue Albert Einstein 75013 Paris, bâtiment Olympe de Gouge, 8ème étage, salle 870
Date : 26 mars 2019, 9h-17h30

Organisée par Priscille Sauvegrain (Sociologue, chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme), Mounia El Kotni (Fondation de France, Cems-EHESS) et Aurélie Racioppi (Doctorante en sociologie, Urmis)

L’inscription est gratuite mais obligatoire, sur le lien suivant :http://bit.ly/jeperinat19

9h – 9h30 : Accueil et mot des organisatrices Priscille Sauvegrain, Mounia El Kotni, Aurélie Racioppi

9h30-11h : Table ronde 1 – Grossesse et soins différenciés en Ile-de- France
« Une frontière de médecine négociée : Des pratiques de santé pendant la périnatalité chez des femmes d’origine chinoise à Paris », Simeng Wang (Sociologue, Cermes3, CNRS)
« Soins différenciés aux patientes perçues comme Africaines en périnatalité : une approche en méthodes mixtes », Priscille Sauvegrain (Sociologue, chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme)
« L’organisation institutionnelle protectrice ou productrice de discriminations ? Le cas du suivi du diabète de grossesse », Aurélie Racioppi (Doctorante en sociologie, Urmis)
Modératrice : Patricia Vasseur (Anthropologue et sage-femme, Conseil départemental de Seine-Saint-Denis)

11h15-12h45 : Table ronde 2 – Discriminations institutionnelles dans l’accès aux soins
« Une lecture pragmatiste des obstacles au suivi médical de grossesse », Raquel Rico Berrocal (Doctorante en sociologie, Cems, EHESS)
« Femmes enceintes migrantes à Lampedusa : accès à l’IVG, accouchements (hyper)médicalisés », Chiara Quagliariello (Socio-anthropologue, post-doctorante, HYPMEDPRO)
« Discriminer en toute légalité. L’accès au suivi de grossesse de femmes primo-arrivantes en Ile-de-France », Louise Virole-Mezouar (Sociologue, ATER à l’Ecole de Santé Publique – APEMAC)
Modératice : Mireille Eberhard (Sociologue, Université Denis Diderot)

12h45 – 14h15 : Déjeuner prévu sur place *** (sur inscription)

14h30-16h : Table ronde 3 – Médicalisation de la santé reproductive : regards internationaux
« De la médecine paternaliste à la sante néolibérale : épidémie de la césarienne en Turquie », Sezin Topçu (Historienne, sociologue des techniques, Cems,CNRS)
« Mettre la main sur le corps des femmes : hyperbiomédicalisation et accouchement à Phnom Penh, Cambodge », Clémence Schantz (Sociodémographe, post-doctorante, INED et Sage-femme)
« La naissance humanisée et la stratification de l’accès aux soins au Mexique », Mounia El Kotni (Anthropologue, post-doctorante, Fondation de France et Cems)
Modératrice : Elsa Boulet (Doctorante en sociologie, Centre Max Weber, Iris)

16h15-17h15 : Table ronde 4 – Restitution au terrain : questionnements éthiques et moraux
« Restituer des résultats : attentes, enjeux et décalages », Hélène Bretin (Sociologue, IRIS, Université Paris 13) et Karima Guenfoud (Sociologue, IRIS, Université Paris 13)
« Penser une éthique de la restitution face aux discriminations en santé reproductive», Laurence Kotobi (Anthropologue, UMR Passages CNRS, Université de Bordeaux)
Modératrice : Priscille Sauvegrain (Sociologue, Chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme)

17h15-17h30 Mot de conclusion des organisatrices

Colloque – Instituer la famille (21-22.02.2019, Toulouse)

Ethopol organise son colloque conclusif les 21 et 22 février prochains, à l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Gouvernement, subjectivité, engendrement

Il n’y aurait rien de plus naturel que la reproduction ; marque de notre existence biologique, elle s’imposerait à nous comme une pulsion, une nécessité, voire une finalité. Pourtant, derrière la fausse évidence de sa naturalité supposée, la reproduction fait l’objet d’attentions politiques et sociales particulièrement vives. Une multitude d’agents interviennent pour définir et encadrer la manière dont nous faisons famille aujourd’hui. Professionnel·le·s de l’action sociale, médecins, biologistes, juristes, éthicien·ne·s, psychologues… autant d’expert·e·s dont les savoirs sont mobilisés pour édicter les possibles familiaux, définir l’acceptabilité relative des projets reproductifs et mettre en place les conditions de leur réalisation. Or, si ces interventions peuvent se déployer sur un format coercitif ou restrictif (limitation de l’accès légal à l’adoption ou aux technologies d’assistance à la reproduction, par exemple), elles fonctionnent aussi sur le mode de l’invite à la réforme de soi. Les institutions ne font pas que permettre, interdire ou contraindre des projets familiaux : elles encouragent aussi les individus à transformer leurs désirs, réformer leurs attentes ou repenser leurs existences pour devenir – par et pour la prise en charge – de bons parents et de meilleurs sujets.

Pour clôturer son programme de recherche, l’équipe ETHOPOL invite, au cours de deux journées de colloque, d’autres chercheur·e·s à penser avec elle ces formes d’intervention pour renouveler, ensemble, l’appréhension du gouvernement des familles et de soi.

Programme

21 FEVRIER 2019

9h00 › 9h30 Accueil des participant·e·s, par Sébastien Roux & Anne-Sophie Vozari

9h30 › 12h30 Session 1 – CONDUITES ET FRONTIÈRES

Présidence : Rose-Marie Lagrave (EHESS, Iris)

Sarah Mazouz (CNRS, Ceraps) : Allégeance ou loyauté ? Affiliations citoyennes et anxiétés nationales en France et en Allemagne.

Mélanie Gourarier (CNRS, Legs) : Attestation familiale. L’administration des tests ADN de paternité aux États-Unis.

Jérôme Courduriès (Université de Toulouse Jean Jaurès, Lisst) : Les bonnes intentions. Être parent d’un enfant né d’une GPA en dépit de la loi.

Discussion : Annalisa Lendaro (CNRS, Certop).

14h00 › 17h00 Session 2 – RE/DIRIGER LA FAMILLE

Présidence Marc-Henry Soulet (Université de Fribourg)

Michela Villani (Université de Fribourg) : Les arts du renoncement. Sociologie de l’échec procréatif.

Anne-Sophie Vozari (EHESS, Iris) : De la félicité maternelle. Le traitement des dépressions périnatales.

Aurélie Fillod-Chabaud (Centre Norbert Elias) : « Ces enfants, au moins, on connaît leur histoire. » Les nouveaux territoires de l’adoption.

Discussion : Caroline Touraut (Ministère de la Justice)

22 FÉVRIER 2019

9h30 › 12h30 Session 3 – (S’)APPARENTER

Présidence Michael Stambolis-Ruhstorfer (Université Bordeaux Montaigne, Climas)

Sébastien Roux (CNRS, Lisst) : En conformité. Allocation d’enfants et hiérarchies adoptives.

Charlotte Faircloth (University College London) : “Identity work” and narratives of the natural in accounts of “attachment” parenting.

Anne-Sophie Giraud (CNRS, Lisst) : Les mystères de la procréation. Les tiers procréateurs à l’oeuvre dans l’engendrement.

Discussion Dominique Memmi (CNRS, Cresspa)

14h00 › 16h00 Session 4 – L’ORDRE DES FAMILLES. Table-ronde.

Agnès Fine (EHESS, Lisst)

Samuel Lezé (École Normale Supérieure de Lyon)

Marianne Modak (EESP)

Infos pratiques
Amphithéâtre F417
Maison de la recherche
Université Toulouse Jean Jaurès

Entrée libre

En savoir plus : Ethopol

Compte-rendu du colloque « Famille et parenté » (Sète, 06.2018)

L’atelier du CNRS « Famille et parenté » a eu lieu à Sète du 5 au 8 juin 2018. Organisé par le réseau Ethopole (et plus particulièrement par Sébastien Roux, Jérôme Courduriès, Anne-Sophie Vozari et  Marie-Ange Parisot), ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses de différents horizons disciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire…) et géographiques (Français, Suisses, Espagnols, Brésiliens,…). La conférence inaugurale de Sébastien Roux intitulée « vérités familiales » a introduit trois thématiques récurrentes dans les conférences et les communications qui ont été données pendant ce colloque, à savoir l’importance du droit, du médical (« vulgate psy » incluse) et de la mobilité géographique dans la manière dont on fait (ou non) famille ; thématiques qui s’articulent entre elles.

Différentes interventions ont montré l’actualité du traitement de l’articulation entre parenté biologique, légale et quotidienne, dans le cas des techniques de reproduction médicalement assistées (procréation médicalement assistée (PMA), gestation pour autrui (GPA)) et des procédures d’adoption. Comme le souligne Diana Marre, ces deux types de procédures présentent plusieurs points communs : elles sont considérées comme non-naturelles (par opposition à la procréation découlant d’un coït hétérosexuel), sont assistées par des tiers et sont encadrées par des normes.

Il s’agit pour le chercheur ou la chercheuse d’identifier « ce que charrie la chair » pour reprendre l’expression de Marie Le Clainche-Piel, comme dans l’intervention de Solène Brun (sur l’adoption par des parents blancs d’enfants non-blancs) qui illustre la manière dont la racialisation ne dérive pas automatiquement de la couleur de peau mais inclut des « manières » d’être pour reprendre les termes d’une enquêtée ; dans la conférence de Dominique Memmi sur l’importance croissante accordée au corps (par l’allaitement, le peau-à-peau ou le coupage du cordon ombilical par le père) dans la mise en place du lien parent-enfant suite à une naissance ; ou encore la naturalisation du désir d’enfant (Elsa Boulet). Dans certains cas, les individus utilisent la chair pour renforcer le lien de filiation, par exemple dans le cas de couples lesbiens espagnols ayant recours au même donneur pour plusieurs procédures de PMA ou « distribuant » la maternité techniquement avec une des conjointes qui porte le fœtus issus des ovocytes de l’autre conjointe (Marta Roca i Escoda). En effet, selon Charlotte Faircloth, avoir un enfant biologique est devenu d’autant plus important dans les représentations que les liens familiaux sont pensés comme fondés principalement sur l’affectivité, supposée temporaire.

Avec le développement des techniques médicales comme les tests ADN, les « liens de sang » fondent de plus en plus ce qui constitue la « vérité » du lien familial dans les pays occidentaux, selon les autorités (par exemple, les services de l’immigration états-uniens, qui présentent les tests ADN comme une pièce utile pour obtenir un regroupement familial, dans la communication de Mélanie Gourarier) et les adoptés (comme dans le cas d’une informatrice interrogée par Sébastien Roux, à la recherche de sa famille biologique en Ethiopie). Or, d’autres techniques médicales induisent un « trouble dans la filiation », comme les méthodes de reproductions médicalement assistées, d’où la disparition dans l’état civil du donneur de gamètes dans le cas d’une PMA avec don en France ou de la gestatrice dans le cas d’une GPA au Brésil. Dans une moindre mesure, ces techniques peuvent impacter la manière dont les individus créent leurs familles, par exemple par les tests prénataux supposés identifier les maladies génétiques des fœtus (Rayna Rapp).

Loin d’être passifs vis-à-vis des attentes étatiques en matière de filiation, les individus peuvent jouer des différences de législation d’un pays à l’autre (Diana Marre) ou sur les règles légales de leur propre pays afin de faire attester par la loi de leurs liens familiaux (Jérôme Courdurières, dans le cas de parents ayant eu recours à la GPA). C’était par exemple l’objet de la conférence de Claudia Fonseca sur la « circulation des enfants » au Brésil : en 1990, l’Etat brésilien s’inquiète de la prévalence d’adoptions formelles ou informelles décidées entre les individus (et non par l’intermédiaire de l’Etat) et met en place des moyens légaux (notamment l’établissement d’un acte de naissance suite aux accouchements à l’hôpital) pour établir la filiation. Or, les mères non-mariées déclarent rarement le géniteur et ce dernier se déclare rarement auprès de l’état civil (le mari de la mère est quant à lui automatiquement inscrit comme le père), ce qui permet l’adoption légale d’enfant lorsqu’un homme se déclare comme le géniteur de l’enfant. Dans un autre registre, la « loi de la parenté » telle qu’elle a pu être interprétée à partir des travaux de Claude Lévy-Strauss (prohibition de l’inceste comme fondement de la culture) ou de Lacan (« loi du père ») a pu être mobilisée par les opposants au « mariage pour tous » pour contester le droit aux personnes en couples de même sexe de « faire famille » légalement (Camille Robcis).

Le développement des théories psychanalytiques chez les experts et les autorités ont contribué à accorder une importance croissante à « l’authenticité » des liens familiaux, authenticité déterminée par les liens de filiation légaux ou biologiques (Sébastien Roux, Mélanie Gourarier) ou par les sentiments d’affection parent-enfant (Anne-Sophie Vozari). Ainsi, différents exposés ont montré le poids des autorités dans la « bonne » manière de faire famille, qui demandent aux parents de rendre des comptes de leurs pratiques de parenté ou de parentalité (Charlotte Faircloth). En effet, si les technologies et le droit par le biais de l’adoption offrent aux individus qui veulent ou ont des enfants différentes manières d’être parent, les experts et les agents de l’Etat les limitent en capturant les parents ou les futurs parents dans un faisceau d’attentes normatives. Ces attentes sont de différents ordres :
– remise en cause « l’authenticité » de la famille lorsque les liens du sang et les liens affectifs sont disjoints (par exemple dans le cas des demandes de regroupements familiaux aux Etats-Unis quand le père du requérant ou de la requérante n’est pas son père biologique, selon Mélanie Gourarier)
– nouvelles normes de la parentalité et des exigences croissantes quant à la disponibilité des mères à l’enfant (Anne-Sophie Vozari, Charlotte Faircloth)
– attentes normatives accrues de la part des intervenants quand l’arrivée de l’enfant ne découle pas d’une procréation hétérosexuelle autonome, qu’il s’agisse de juger si le couple requérant une procédure de PMA est suffisamment stable et « en âge de procréer » (Constance Schuller), d’amener les futurs parents à construire un « projet d’adoption » (Solène Brun)  ou les géniteurs (ou la génitrice) d’un enfant mise en adoption à élaborer un « projet de vie » pour ce dernier (Louise de Morati).

Deux autres thématiques ont été abordées de manière plus périphérique. D’une part, quelques communications portaient sur la parentalité à proprement parler, comme la communication de Marion Doe sur la suspicion d’incompétence parentale des mères aveugles, celle de Myriam Chatot sur l’articulation entre disponibilité et paternité dans le cas des pères en congé parental à plein temps et celle de Caroline Henchoz sur la circulation de l’argent dans les familles « transnationales ». D’autre part, deux communications ont abordé la question de l’articulation entre recherche et militantisme dans le cas de l’étude des « familles arc-en-ciel » (homoparentales) (Massimo Prearo, Virginie Descoutures).

Cet atelier a donc permis de montrer l’actualité des recherches sur la famille et la parenté, parfois perçues comme « passées de mode », et la fécondité de l’approche interdisciplinaire, du fait du développement des nouvelles techniques de procréation (médicalement assistées) et de la persistance du symbolique et des représentations sociales dans les manières de faire famille.

Notons que ce compte-rendu ne mentionne pas les interventions des sessions « Résistances politiques », « Présences à l’enfant », « Savoir/s » et « Liens », qui avaient lieu en parallèle d’une autre session.

Compte-rendu de la quatrième séance de RePPaMa (26.04.2018)

La présentation de Constance Schuller portait sur l’impact des conceptions des professionnels en matière de procréation et de parentalité sur la prise en charge de patients dans l’assistance médicale à la procréation (AMP). A partir de deux enquêtes, menées pendant plus de deux ans au sein de plusieurs centres d’AMP de la région parisienne, comprenant des observations de consultations et de réunions pluridisciplinaires, et des entretiens avec des patients et des spécialistes de l’infertilité ; elle a montré le poids important des représentations des soignants en matière d’accès à l’AMP. En effet, les critères légaux (caractère « pathologique » de l’infertilité, couple « stable et motivé », « en âge de procréer ») sont flous et laissent donc une place à l’interprétation du soignant. Or, les soignants mobilisent des conceptions normatives des capacités reproductives des hommes et des femmes (par exemple, les risques d’une paternité à un âge avancé sont peu évoqués, contrairement à ceux d’une maternité à un âge avancé) et de la parentalité. Ainsi, la maternité est « naturalisée » (l’accès d’une femme à la procédure dépend de la bonne capacité de son corps à mener la grossesse à terme), alors que la paternité est évaluée en fonction de critères sociaux (espérance de vie du géniteur potentiel, compétences éducatives). Ces visions normatives compliquent l’accès à la procédure pour des couples perçus comme « atypiques » (non-cohabitants, dits « sans sexualité » c’est-à-dire sans coït, homme et compagne non-officielle…) ou perçus comme ne permettant pas d’offrir les meilleures conditions de vie à l’enfant potentiellement né de la procédure (couples précaires, ayant une faible rémunération…). Le flou des conditions d’accès pose dès lors question quant à l’égalité d’accès aux soins, dans la mesure où un couple n’aura pas le même accès à l’AMP en fonction du centre (et de sa culture locale, de son attention aux taux de réussite ou non), de l’équipe, du médecin etc.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur l’influence du sexe des soignants sur les critères d’accès à l’AMP, le choix des techniques (fécondation in vitro, insémination artificielle…) et sur la connaissance par les patients des politiques de chaque centre.

 

Myriam Chatot commence sa présentation en présentant l’un des résultats de l’enquête UNAF : parmi les 46% de pères qui estiment manquer de temps avec leurs enfants, ¾ évoquent le travail comme le premier facteur qui les empêchent d’être présents et disponibles avec leurs enfants. Son intervention se base sur un corpus de 75 pères ayant au moins un enfant de moins de trois ans, dont 42 qui ont pris un congé parental (en savoir plus).  Les enquêtés rencontrés appartiennent en majorité aux classes moyennes et supérieures. La problématique de la présentation est :  comment les pères justifient les arbitrages concernant leur engagement professionnel et leur engagement parental ? Dans tous les entretiens, l’engagement professionnel (c’est-à-dire le fait de s’impliquer dans son activité professionnelle, tant sur le plan subjectif que temporel) est présenté comme incompatible avec l’engagement parental. Autrement dit, les pères qui sont impliqués dans leur travail (soit parce que leur conjointe est au foyer ou en congé parental ; soit parce que les deux parents sont cadres) expliquent que leur engagement parental (notamment en termes de temps passé avec les enfants) est limité. A l’inverse, les pères qui donnent la priorité à l’engagement parental (notamment les pères en congé parental, mais aussi des pères en couples hypogames) déclarent n’avoir jamais été impliqués dans leur travail (emploi « alimentaire ») ou s’en être désengagés pour être plus présents pour leurs enfants. Cette description de l’engagement parental et professionnel comme étant des vases communicants (si on est engagé dans une sphère, on ne peut être engagé dans l’autre) pose alors la question des motivations des pères à s’engager dans la parentalité : la paternité est-elle un moyen de se valoriser quand le travail fait défaut ?

La discussion a porté principalement sur la définition et les indicateurs concernant le concept d' »engagement ».

Programme de la quatrième séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 26 avril 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre quatrième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le 26 avril de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136.

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Constance Schuller et Myriam Chatot.
 

Constance Schuller (Paris 13, IRIS-EHESS), La prise en charge médicale de l’infertilité. – Des conceptions professionnelles normatives du « couple parent » idéal.

Myriam Chatot (EHESS, IRIS et CMH), Des pères empêchés de paternité ? – Engagement professionnel et engagement parental chez les pères.

Adresse de l’INED :
133 boulevard Davout 75020 Paris
M
étro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel