Archives par mot-clé : père

Soutenance – La paternité “ordinaire” en prison par Marine Quennehen (13.12.2019, Paris)

14h, à l’Institut national d’études démographiques (INED), en salle Alfred Sauvy (1er étage, 133 boulevard Davout 75020 Paris)

Résumé de la thèse : 

Comment l’incarcération affecte-t-elle le rôle paternel ? La prison produit des conditions spécifiques d’actualisation de ce rôle, définies par les conditions d’incarcération et d’autres éléments provenant du parcours biographique. Il s’agit d’appréhender la paternité non pas à travers une seule dimension (le lien père-enfant en prison), mais plusieurs (histoire familiale, conjugale, etc.).

Cette thèse fait dialoguer la sociologie de la famille, du genre et de la disqualification sociale, et propose une approche pluridimensionnelle de son objet, la paternité en prison. Nous distinguons et articulons trois dimensions : une analyse relationnelle de la paternité en contexte d’incarcération, saisie par les pratiques concrètes des pères détenus et de leur entourage ; une approche biographique replaçant le présent dans l’histoire familiale des pères rencontrés ; et enfin, une analyse « compréhensive » des normes, qui s’efforce de saisir comment ces hommes pensent et analysent leur rôle de père. Cette thèse repose sur des entretiens répétés avec soixante-dix détenus, rencontrés de deux à trois fois dans deux maisons d’arrêt et deux centres de détention. Cette méthodologie induit un retour réflexif des enquêtés sur eux-mêmes. Conjointement, des entretiens ont été réalisés avec différent∙es professionnel∙les travaillant en milieu carcéral, complétés par des observations ethnographiques en détention et lors de réunions des commissions d’aménagement des peines, dans le but de comprendre dans quelle mesure la paternité en prison était prise en compte par l’institution.

Cette thèse met en évidence deux résultats principaux. La paternité, tout d’abord, peine à acquérir une place prépondérante dans les récits, les pratiques et les espaces de la détention. Il n’existe pas d’attentes particulières de l’institution concernant les liens familiaux des hommes incarcérés. Les hommes détenus n’ont aucune visibilité sociale en tant que pères. Le second résultat est qu’il n’existe pas une paternité en prison, mais bien un éventail de situations paternelles. Nous avons forgé une typologie des paternités en prison qui se décline en quatre types : « marginale », « suspendue », « brisée » et « ressource ».

Informations pratiques
L’Ined se trouve à proximité des stations Marie de Miribel (T3b), Porte de Montreuil (M9), Porte de Bagnolet (M3), Alexandre Dumas (M2, un peu plus loin).
Cependant, compte tenu du mouvement social à la RATP, l’accès le plus simple vendredi devrait être :

  • M1 jusqu’à Porte de Vincennes (trafic normal) puis T3b jusqu’à Marie de Miribel
  • M1 jusqu’à Nation ou Porte de Vincennes puis marche (20min)
  • Entre 16h30 et 19h30 : M1 jusqu’à Nation puis M9 jusqu’à Porte de Montreuil

Journée d’étude – Doctorat et vie privée : quelles articulations ? (12.12.2019, Paris)

La neuvième journée d’étude des doctorant.es du Cerlis aura pour thème cette année “Doctorat et vie privée : quelles articulations ?” . Elle se déroulera le jeudi 12 décembre 2019 en salle Claude Simon de la Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris. La journée s’articulera autour de trois thématiques :
– Être le sujet de sa thèse ?
– Vie privée, ruptures et continuités des temporalités de la thèse
– Les doctorant.es en situation de mobilité sociale, “l’enfer c’est les autres” ?
La question des maternités et des paternités sera notamment abordée dans la deuxième session.

Programme

Colloque – Care-Practices of Fathers in International Comparison: Do Policies Matter? (16.01.2020, Landshut en Allemagne)

January 16-18, 2020 – University of Applied Sciences Landshut, Germany #fatherresearch2020

Ce colloque réunit un ensemble de chercheurs de sciences sociales travaillant sur la paternité dans différents pays européens, en Chine et aux Etats-Unis pour étudier les pratiques de care des pères dans une perspective internationale. Il s’agit particulièrement d’étudier l’articulation entre les pratiques de care des pères dans la vie quotidienne, les structures de l’État-providence dans leur dimension genrée et les politiques ciblant spécifiquement les pères. Les sessions mettront l’accent sur l’influence des politiques publiques, de la diversité des formes de famille et des événements de la vie sur l’engagement parental des pères, dans différents contextes nationaux.

L’objectif du colloque est également d’initier un réseau de recherche international sur les pères.

Programme et informations ici
Inscription avant le 1 décembre : 60 euros
Inscription à partir du 2 décembre : 100 euros

Colloque – Tuer les pères : femmes derrière la caméra dans les films de famille (09.12.2019, Paris)

En 1979, Roger Odin publie l’article « Rhétorique du film de famille » dans le numéro Rhétoriques, sémiotiques de la Revue d’Esthétique en proposant une définition du film de famille, à savoir « un film réalisé par un membre d’une famille, à propos d’objets ou d’événements liés d’une façon ou d’une autre à l’histoire de cette famille, et à usage privilégié des membres de cette famille ». La pratique familiale de la prise d’images a fait l’objet de nombreux travaux scientifiques au sein de plusieurs disciplines : de la sociologie (Bourdieu, 1965) à l’anthropologie (Chalfen, 1987), de l’histoire (Zimmermann, 1995) à la communication (Odin, 1995, 2011 ; Moran, 2002 ; Cati, 2009 ; Rascaroli, Young, Monahan, 2014 ; Sapio, 2016) en passant par les études cinématographiques (Turquety, Vignaux, 2016 ; Rodovalho, 2018). Les films de famille remplissent des fonctions essentielles au travers desquelles se trouvent mis en jeu la famille et ses membres, leur rôle et leur identité. Dans cette perspective, la réalisation et le visionnage en famille d’images privées contribuent à un processus de subjectivation et constituent des « espaces de communication » (Odin, 2011) caractérisés par de forts enjeux de pouvoir. 

Quarante ans après la publication de l’article de Roger Odin, Giuseppina Sapio et Beatriz Rodovalho ont souhaité proposer une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. Il s’agira alors de penser les manières de voir et de se voir qui existent au sein des groupes familiaux et que les dispositifs (caméras analogiques et numériques).

Lieu : Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle (4 rue des Irlandais, 75005 Paris)

Précisions et programme

Appel à communication – Tuer les pères : femmes derrière la caméra dans les films de famille (05.07.2019)

9 décembre 2019, IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Organisée par Beatriz Rodovalho & Giuseppina Sapio

La journée d’études « Tuer les pères : Femmes derrière la caméra dans les films de famille » propose une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. En affirmant et en perpétuant l’institution familiale dans sa configuration patriarcale, nucléaire et hétérosexuelle, le film de famille a contribué à reproduire les codes et les hiérarchies de genre et de sexualité de la société bourgeoise. En concevant le cinéma d’amateur comme une « technologie de genre » (De Lauretis, 1987), nous invitons des communications portant sur les images réalisées par des femmes-amatrices afin de découvrir et décortiquer leur propre « regard familial ».

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer conjointement aux coordinatrices, Beatriz Rodovalho et Giuseppina Sapio, à l’adresse : filmsdefamille2019@gmail.com

Elles comporteront : le titre de la communication, un résumé de 500 mots (maximum), une bibliographie indicative, cinq mots clefs et une courte note bio-bibliographique (150 mots maximum).

La date limite de soumission des propositions est fixée au 5 juillet 2019.

Consulter l‘intégralité de l’appel

Atelier du 13 juin 2019 : Anaïs Mary (doctorante au CERLIS) – « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants »

Anaïs Mary présentera les premières résultats de sa thèse intitulée provisoirement “redéfinitions des liens parents/enfants à la suite d’un cancer”

Résumé : « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des
enfants »

Dans les trente entretiens menés avec des parents, vingt-cinq mères et cinq pères, ayant eu un cancer, les possibilités de mourir des suites de celui-ci sont largement revenues. Dans le cadre de cette communication, je m’attacherai à montrer que la mort suscite des craintes, moins tournées vers soi que vers les enfants. Ces craintes émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions vont apparaître des rapports très différents à la mort rendant plurielles les expériences faites du cancer. Pour les premier.ère.s, partant de l’idée qu’ils.elles sont irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie qui s’entend entre autres éléments dans l’emploi d’un vocabulaire guerrier. Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort, bien que non-souhaitée n’est pas vécue aussi dramatiquement que chez leurs homologues. Aussi, vont-ils laisser une place plus grande à la maladie (ex : fatigue qui se donne à voir et se vit sans culpabilité etc.) et ne rien laisser transparaître d’un rapport combatif à cette dernière.

Notice biographique : Doctorante en deuxième année, je mène une thèse en sociologie à l’Université Paris Descartes sous la direction d’Elsa RAMOS, Maître de conférences HDR rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Ma thèse, dont le titre provisoire est « redéfinitions des liens parents/enfants à la
suite d’un cancer », est financée par la Ligue contre le cancer.

Voir le programme de la séance