Archives par mot-clé : paternité

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 21 juin 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre cinquième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le 21 juin de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136. 

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Rose-Myrlie Joseph et Chloë Cottrell.
 

Rose-Myrlie Joseph, (Docteure en sociologie et en études de genre, membre du Laboratoire de Changement Social et Politique de
L’université Paris-Diderot (LCSP – Paris 7)) – Parentalité en migration : une réactualisation des vieilles pratiques ?

Chloë Cottrell, (Doctorante en civilisation britannique contemporaine à l’Université de Tours (ICD))Être un jeune père : témoignages de jeunes pères en Angleterre.

Adresse de l’INED :
133 boulevard Davout 75020 Paris
M
étro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel
Nous cherchons des communiquant.e.s. pour les prochain ateliers qui se dérouleront entre septembre 2018 et juin 2019

Durant ces ateliers, deux intervenant.e.s disposeront de 45 minutes chacun.e pour présenter leurs recherches et/ou effectuer une communication et/ou soulever des points de méthodologie. Chaque communication sera suivie d’une discussion d’une trentaine de minutes avec le public présent.
Pour organiser au mieux les prochaines séances, nous vous invitons à nous solliciter et à proposer un résumé de communication (au format PDF) sur les thématiques des paternités et des maternités.
Nous souhaitons également, à terme, organiser une journée d’étude. Vous pouvez nous joindre à cette adresse : reppama.contact@gmail.com.
L’objectif de ces ateliers: Ces ateliers et ces journées d’études aborderont notamment les représentations et pratiques liées à la parentalité, aux maternités et paternités – d’un point de vue biologique, légal et/ou social – dans des contextes géographiques, historiques, économiques, sociaux, culturels différents. « Être père » ou « être mère » renvoie à une multitude de pratiques, d’enjeux, de définitions suivant les espaces, les époques et les groupes sociaux. Comment hommes et femmes s’approprient-ils les identités parentales et quelles sont les positions assignées à chacun des deux sexes dans leur rapport à la parentalité ? Quelles sont les manières d’endosser, voire de performer, les rôles perçus comme paternels ou maternels dans une société donnée à un moment donné ?

Nombreuses sont les problématiques liées à l’étude des maternités et des paternités et le REPPaMa souhaite que ces rencontres puissent être pour chacun.e un lieu de réflexion, de débat et d’apprentissage dans une perspective pluridisciplinaire.

Nous souhaitons à la fois  fédérer un réseau structuré de jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s) dans un esprit de pluridisciplinarité et de créer des rendez-vous scientifiques (ateliers et journées d’études) tout au long de l’année.

Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa
Myriam Chatot (doctorante en sociologie, EHESS)
Alexandra Piesen (docteure en sociologie, Paris Descartes)
Marine Quennehen (doctorante en sociologie, EHESS)

Compte-rendu de la quatrième séance de RePPaMa (26.04.2018)

La présentation de Constance Schuller portait sur l’impact des conceptions des professionnels en matière de procréation et de parentalité sur la prise en charge de patients dans l’assistance médicale à la procréation (AMP). A partir de deux enquêtes, menées pendant plus de deux ans au sein de plusieurs centres d’AMP de la région parisienne, comprenant des observations de consultations et de réunions pluridisciplinaires, et des entretiens avec des patients et des spécialistes de l’infertilité ; elle a montré le poids important des représentations des soignants en matière d’accès à l’AMP. En effet, les critères légaux (caractère « pathologique » de l’infertilité, couple « stable et motivé », « en âge de procréer ») sont flous et laissent donc une place à l’interprétation du soignant. Or, les soignants mobilisent des conceptions normatives des capacités reproductives des hommes et des femmes (par exemple, les risques d’une paternité à un âge avancé sont peu évoqués, contrairement à ceux d’une maternité à un âge avancé) et de la parentalité. Ainsi, la maternité est « naturalisée » (l’accès d’une femme à la procédure dépend de la bonne capacité de son corps à mener la grossesse à terme), alors que la paternité est évaluée en fonction de critères sociaux (espérance de vie du géniteur potentiel, compétences éducatives). Ces visions normatives compliquent l’accès à la procédure pour des couples perçus comme « atypiques » (non-cohabitants, dits « sans sexualité » c’est-à-dire sans coït, homme et compagne non-officielle…) ou perçus comme ne permettant pas d’offrir les meilleures conditions de vie à l’enfant potentiellement né de la procédure (couples précaires, ayant une faible rémunération…). Le flou des conditions d’accès pose dès lors question quant à l’égalité d’accès aux soins, dans la mesure où un couple n’aura pas le même accès à l’AMP en fonction du centre (et de sa culture locale, de son attention aux taux de réussite ou non), de l’équipe, du médecin etc.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur l’influence du sexe des soignants sur les critères d’accès à l’AMP, le choix des techniques (fécondation in vitro, insémination artificielle…) et sur la connaissance par les patients des politiques de chaque centre.

 

Myriam Chatot commence sa présentation en présentant l’un des résultats de l’enquête UNAF : parmi les 46% de pères qui estiment manquer de temps avec leurs enfants, ¾ évoquent le travail comme le premier facteur qui les empêchent d’être présents et disponibles avec leurs enfants. Son intervention se base sur un corpus de 75 pères ayant au moins un enfant de moins de trois ans, dont 42 qui ont pris un congé parental (en savoir plus).  Les enquêtés rencontrés appartiennent en majorité aux classes moyennes et supérieures. La problématique de la présentation est :  comment les pères justifient les arbitrages concernant leur engagement professionnel et leur engagement parental ? Dans tous les entretiens, l’engagement professionnel (c’est-à-dire le fait de s’impliquer dans son activité professionnelle, tant sur le plan subjectif que temporel) est présenté comme incompatible avec l’engagement parental. Autrement dit, les pères qui sont impliqués dans leur travail (soit parce que leur conjointe est au foyer ou en congé parental ; soit parce que les deux parents sont cadres) expliquent que leur engagement parental (notamment en termes de temps passé avec les enfants) est limité. A l’inverse, les pères qui donnent la priorité à l’engagement parental (notamment les pères en congé parental, mais aussi des pères en couples hypogames) déclarent n’avoir jamais été impliqués dans leur travail (emploi “alimentaire”) ou s’en être désengagés pour être plus présents pour leurs enfants. Cette description de l’engagement parental et professionnel comme étant des vases communicants (si on est engagé dans une sphère, on ne peut être engagé dans l’autre) pose alors la question des motivations des pères à s’engager dans la parentalité : la paternité est-elle un moyen de se valoriser quand le travail fait défaut ?

La discussion a porté principalement sur la définition et les indicateurs concernant le concept d'”engagement”.

Programme de la quatrième séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 26 avril 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre quatrième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le 26 avril de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136.

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Constance Schuller et Myriam Chatot.
 

Constance Schuller (Paris 13, IRIS-EHESS), La prise en charge médicale de l’infertilité. – Des conceptions professionnelles normatives du « couple parent » idéal.

Myriam Chatot (EHESS, IRIS et CMH), Des pères empêchés de paternité ? – Engagement professionnel et engagement parental chez les pères.

Adresse de l’INED :
133 boulevard Davout 75020 Paris
M
étro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel

Compte-rendu de la deuxième séance de l’atelier RePPaMa (01.06.2017)

La deuxième séance de l’atelier RePPama a consisté en deux présentations, la première de Miyako Hayakawa, doctorante en anthropologie, et la seconde de Giuseppina Sapio, docteure en Arts et médias.

La présentation de Miyako Hayakawa, portant sur 15 entretiens avec des femmes japonaises expatriées en France et des observations, a mis en lumière la pratique de la maternité intensive.

Pour nous décrire la maternité intensive, la chercheuse s’appuie sur le concept de Maternal proximal (maternage proximal)  qui consiste à :
– l’allaitement maternel de longue durée à la demande de l’enfant
– le co-dodo
– le portage de l’enfant contre le dos

Cette pratique du maternage existait déjà au Japon : toutefois, elle consistait surtout à protéger la famille des gênes engendrées par l’enfant. En effet, l’allaitement tardif avait une fonction de contraception, le co-dodo évitait de réveiller toute la maisonnée et le portage permettait de continuer à travailler dans les champs. Or, depuis les années 70, ce maternage a pris un sens nouveau tourné vers l’enfant et ses besoins, visant à renforcer le lien mère-enfant.

Malgré le choix de la chercheuse de ne pas sélectionner les enquêtées selon leurs pratiques de maternage, elle a retrouvé une grande similarité entre ces femmes. La maternité intensive est apparue comme un des résultats de sa thèse tandis qu’elle cherchait à comprendre le modèle familial des migrants japonais en France et les rapports sociaux de genre.Or, ce choix de modèle familial a des effets à la fois sur le bien-être des femmes et le couple. En effet, le maternage proximal semble à l’origine d’un renforcement du lien mère-enfant au détriment du lien conjugal : le père est exclu de la relation parentale, y compris spatialement (la mère dort avec l’enfant, le père dans une autre pièce), ce qui contribue à limiter les rapports sexuels conjugaux.

Contrairement à ce qu’on aurait pu supposer, les enquêtées présentent une assez faible acculturation au maternage « à la française », construit dans l’exposé en miroir du maternage intensif : autonomie de l’enfant et distance mère/enfant, par l’allaitement de courte durée ou recours au biberon, le berceau et le recours à des modes de garde autre que la mère. En effet, les Japonaises expatriées ont peu de liens avec des Français(e)s et ont « importé » leurs pratiques maternelles, sans envisager d’opter pour un autre modèle de maternage.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la mise en relation du concept de maternage avec d’autres pays, la conciliation entre maternité intensive et travail et la place des pères dans la famille.

La présentation de Giuseppina Sapio portait sur les films de famille des années 60 à aujourd’hui. L’originalité de sa thèse était de regarder ces films avec les acteurs eux-mêmes et de réaliser des entretiens avec les parents d’un côté et les enfants de l’autre pour revenir sur le contexte de production. La chercheuse a ainsi suivi six familles dont les modèles étaient diversifiés (famille nucléaire, adoptante et recomposée).

La première partie de la présentation portait sur les concepts utilisés pour décrire les films de famille : cinéma d’amateur, home movie mais aussi la théorie semio-pragmatique et la notion d’espace de communication.

Une fois le cadre posé, la chercheuse nous a montré l’évolution des films de famille des années 1960 à aujourd’hui à travers les limites techniques mais surtout l’évolution des pratiques. Le premier aspect abordé est le mode ludique. Filmer est un jeu individuel ou collectif où l’on va faire “comme si”  on était dans la “réalité”. On passe donc du game qui avait un but précis et où les rôles étaient définis notamment par le père de famille (dans les années 1960) vers le play où l’activité est créative, les interactions plus libre et où la camera tourne entre les acteurs (depuis les années 1980).

Concernant le niveau énonciatif, la première période (les années 1960) correspond à un je individuel, celui qui filme fait l’histoire. Le but étant d’avoir une image satisfaisante de la famille qui se conformait au modèle familial de l’époque et tout ça dans un temps très court. Les films sont réalisés pendant des événements déjà ritualisés comme les fêtes de famille. La deuxième période (années 1980) est le collectif. Ce qui compte est de montrer la famille unie mais avec les spécificités de chacun des membres, en laissant plus de place à la spontanéité et à la parole individuelle. Enfin, la troisième période (celle du numérique) est tournée vers la reconnaissance de l’autre. L’idée étant que sur un même événement, il est possible d’avoir plusieurs points de vue, par exemple par le recours à plusieurs caméras (avec les téléphones portables). La nouveauté est de voir la place de l’enfant reconnu en tant qu’acteur et créateur.

Le cœur de la présentation porte sur le point de vue des acteurs sur la production de ces films. L’effet lissé des plans ne permet pas de voir les failles et les conflits de la famille. C’est donc le retour réflexif des acteurs sur ces films qui les autorise à se situer, à critiquer, à croire ou à refuser l’image de la famille heureuse immortalisée pendant ce laps de temps. Les films opèrent donc sur la présentation de soi et autorisent à performer son rôle mais c’est véritablement les acteurs qui vont donner les codes d’interprétation au chercheur.

Giuseppina Sapio souligne également l’effet de l’évolution des techniques sur les films de famille. Dans les années 1960, la caméra est un appareil cher (qui est donc accaparé par le père de famille, perçu comme le seul à même de le manipuler correctement), qui impose une pratique de montage (du fait du recours aux pellicules) et une forme de ritualisation du visionnage, puisque le film est projeté. Avec la diffusion de la VSH puis le numérique et la démocratisation de la caméra (en termes de prix et d’inclusion de ces équipements dans la vie quotidienne avec les téléphones portables), les pratiques entourant la production et le visionnage des films de famille se transforment, d’une part parce que la production de film est plus simple et moins coûteuse (d’où la moindre mise en scène dans les films : les maladresses dans le tournage sont perçues comme une preuve d’authenticité et non comme du gâchis), et d’autre part par une réduction du temps entre production et visionnage (qui convergent : dans les années 2000, on regarde le film juste après le tournage, mais pas forcément après).

La discussion qui a suivi la présentation portait sur l’accès à ce matériau, la place du père dans les films des années 1960 et de son absence dans les films, puis sur les effets de la technique dans les choix filmiques et la présentation de soi et, pour conclure, l’évolution des rituels de visionnage.

Voir le programme de la séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 1er juin 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la seconde séance des ateliers du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le jeudi 1er juin de 10h à 12h30 à l’INED (salle 433).

Lors de cette séance, nous accueillerons :

 

Accès :

L’atelier aura lieu le jeudi 1er juin à l’INED, 133 Boulevard Davout, 75020 Paris.
Métro : Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet
Tram T3b Marie de Miribel

Contact : reppama.contact@gmail.com

Calenda
Voir le compte-rendu

Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Le 2 avril, Libération a publié un article sur les pères monoparentaux ou « pères solos », s’appuyant entre autres sur un article d’Alexandra Piesen, publié dans la Revue des politiques sociales et familiales.

Le titre provocateur de l’article de Libération (“Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?”) soulève un point important pour l’étude des maternités et des paternités : dans quelle mesure ce qui est considéré comme le “propre” de la maternité ou de la paternité est en fait produit par les rôles généralement endossés par les parents en fonction de leur sexe ? Les enquêtes sur les situations d’inversion du genre interrogent les changements induits sur les rôles genrés, mais aussi les résistances, quand un homme endosse un rôle traditionnellement féminin (ou inversement).

Pour lire l’article de Libération : Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Les nouveaux pères, enfin une réalité ?

En 2016, l’UNAF a publié les résultats d’une enquête quantitative sur la paternité en France, interrogeant les pratiques et les représentations des pères concernant la paternité, de leur définition du “bon père” à leur avis sur la représentation des figures paternelles dans les médias. Si les hommes interrogés dans cette enquête déclarent pour la majorité d’entre eux vouloir être des pères présents pour leurs enfants et plus proches d’eux que ne l’étaient leurs propres pères, la répartition des tâches parentales déclarées par eux laisse apparaître une prise en charge des enfants majoritairement par les mères, ce qui fait écho à de nombreuses enquêtes quantitatives sur la répartition des tâches domestiques au sein du couple. Comme le disait  Anne-Marie Devreux en 1998 : « comment font-ils pour s’impliquer davantage sans y passer plus de temps ? ». Mystère.

Pour aller plus loin : 

Résumé de l’enquête sur le Monde
Synthèse de l’UNAF

Compte-rendu de la séance inaugurale de l’atelier RePPaMa (17.03.2017)

La première séance de l’atelier RePPaMa a consisté en deux présentations, la première d’Hélène Breda et la seconde de Maeli Saidi.

La présentation d’Hélène Breda, portant sur un corpus de six séries télévisées (Six feet under, Desperate Housewives, les Sopranos, Lost, the West Wing, 24h chrono), a mis en lumière des rôles parentaux différenciés en fonction du sexe du personnage au sein du corpus.

Les personnages de pères (Tony Soprano dans les Sopranos, Jack Bauer dans 24h chrono) se situent d’un point de vue narratif à la pointe d’une pyramide, dans la mesure où ils sont le centre des différentes intrigues et que ce sont les personnages qui ont le plus d’influence sur le déroulement de l’intrigue et les lignes d’action des autres personnages (pour ce dernier point, c’est également le cas de Nathaniel Fisher sénior, dans Six Feet Under). Leurs rôles parentaux illustrent l’ambivalence des modèles de paternité ; entre patriarche qui dirige la famille (Nathaniel Fisher sénior, Tony Soprano), endosse le rôle d’apporteur de ressources (Tony Soprano) et de protecteur (Jack Bauer) d’une part et « nouveau père » jouant un rôle affectif auprès de ses enfants (esquissé avec plus ou moins de succès par Tony Soprano, incarné avec plus de réussite par Jack Bauer) d’autre part.

A l’inverse, les personnages de mère sont souvent décentrés de la narration et se situent dans des configurations narratives qualifiées de « molécule ». Là où les pères ont généralement un ascendant vertical sur les autres membres de la famille, les mères se situent davantage dans une configuration de circulation horizontale, jouant le rôle de rassembleuse et de liant entre les personnages (comme les héroïnes de Desperate Housewives, Ruth Fisher dans  Six Feet Under et CJ Cregg dans the West Wing qui est l’attachée de presse du président et qui joue un rôle maternel dans la « famille professionnelle » que constitue le staff du président).

L’intérêt de l’approche méthodologique d’Hélène Breda, qui étudie les trames narratives des séries de son corpus en s’appuyant sur la métaphore du tissu (tressage et tissage narratifs, patchwork, etc.), est de mettre en évidence les parallèles entre la place du personnage dans la narration et son rôle parental auprès de sa famille.

La discussion qui a suivi la présentation a porté d’une part sur la méthodologie et d’autres parts sur des parallèles avec d’autres séries plus récentes.

 

La présentation de Maeli Saidi est basée sur un corpus d’une soixantaine d’entretiens avec des mères en situation de monoparentalité, réalisés en Île-de-France. Elles sont dans cette situation de monoparentalité depuis des durées variables (entre deux mois et trente ans), pour la plupart suite à un divorce et ont en moyenne deux enfants. Elles ont en moyenne entre 45 et 50 ans, et s’inscrivent dans des contextes socioculturels variés. L’exposé portait sur la capacité de ces femmes à « s’en sortir » après la séparation, notamment sur leur capacité à se construire une vie qui ne soit pas orientée uniquement vers la famille.

Trois étapes dans l’émancipation de ces femmes peuvent être identifiées, par rapport aux stigmates qui pèsent sur elles en tant que mères « solos » : se protéger, s’affirmer et lâcher prise. Ainsi, dans un premier temps, les mères ont à cœur de consolider la nouvelle cellule familiale après la séparation et se consacrent entièrement à leurs enfants, en recourant à l’aide de leurs familles pour surmonter cette épreuve. Dans un second temps, elles s’affirment, c’est-à-dire qu’elles prennent de la distance avec leurs familles et plus largement avec l’image de la mère « parfaite » qu’elles tentaient d’incarner, en négociant l’image d’elles-mêmes qu’elles projettent suivant leurs interlocuteurs. Dans un troisième temps, les mères lâchent prise et affichent leur vie personnelle au même titre que leur vie familiale. Pour mener à bien cette émancipation par rapport à une vie entièrement consacrée à la maternité, elles disposent de quatre supports : l’indépendance financière, un « jardin secret » (notamment des nouvelles relations affectives), un bon entourage et du temps pour soi.

La présentation s’est principalement concentrée sur le « jardin secret » et le réseau de sociabilité des mères. Il s’agissait d’une part de mettre en évidence les stratégies mises en œuvre par rapport dans la dissimulation ou la révélation de nouvelles relations conjugales (par exemple, prétendre à ses enfants qu’on va faire du sport pour aller voir son compagnon). D’autre part, on observe une recomposition du réseau amical des mères en situation de monoparentalité. Cette recomposition passe par un double mécanisme. Tout d’abord, les mères minorent leurs liens avec les anciennes amies et leurs familles (proches perçus comme ne comprenant pas la situation de la mère seule voire intrusifs). Ensuite, elles se construisent un nouveau cercle amical, constitué de femmes ayant une situation personnelle similaire (monoparentales, célibataires ou en difficultés), constituant une ressource sur le plan affectif mais aussi matériel.

La discussion après la présentation a porté sur les éléments déclencheurs du passage d’une étape à l’autre (événement, âge des enfants, effet de génération ou de socialisation…), sur la comparaison entre mères et pères en situation de monoparentalité et sur le choix des critères de réussite.

Voir le programme de la séance

“Suis-je un bon père ?” : une question qui ne se pose pas ?

“Hayden and Daddy” by Michael Crane is licensed under CC BY 2.0

Ni trop ni pas assez disponible. Etre aimante, mais pas étouffante. Protéger les enfants, mais les laisser faire leurs propres expériences. Les faire progresser, mais ne pas les forcer. Tout en prescriptions contradictoires, être une « bonne mère » est une injonction qui pèse fortement sur les femmes. Il ne s’agit pas seulement des « rappels à l’ordre » ou des conseils prodigués par l’entourage de la mère, mais aussi de l’image de la « bonne mère » que se forgent les femmes elles-mêmes. En témoigne cette déclaration d’une mère qui a pris un congé parental presque malgré elle :

Pendant ma grossesse, j’ai décidé que j’allais prendre un congé parental, pour mon premier. Mais ce n’était pas parce qu’il n’y avait pas de place en crèche, c’était parce que je voulais faire la bonne mère. Pour moi, la bonne mère, ça prend un congé parental. C’est pas parce que j’en avais vraiment envie ou que… Pour moi, une bonne mère prend un congé parental. […] J’étais en dépression post-natale. Parce que rester à la maison, c’est pas mon truc. Je les aime, mes enfants, mais passer toute la journée avec des gamins qui ne parlent pas, changer des couches, les biberons, pour moi c’était… La perte de liberté, je ne me sentais pas bien. Mais par contre j’aime mes enfants. Je le dis parce que… [rire] J’ai culpabilisé un moment en me disant « t’es une mauvaise mère, c’est pas possible », je les aime mais c’est pas mon truc.

Plus largement, Sarah Lécossais (2015) montre, à partir de l’étude de séries télévisées françaises de type « chroniques familiales », qu’il n’y a pour ainsi dire qu’un seul modèle de mères représenté dans ces séries : à l’écoute, disponibles, aimantes, mais surtout culpabilisées. Se demander si on est une « bonne mère » (ou se reprocher de ne pas l’être assez) semble à ce titre considéré comme le lot commun des femmes.

Qu’en est-il pour les pères ? Se demandent-ils s’ils sont des bons pères ? A partir de deux enquêtes sociologiques, l’une menée auprès de 39 pères qui ont pris un congé parental à temps plein ou à temps partiel en couple hétérosexuel et 18 pères en situation de monoparentalité, nous tenterons, sinon de répondre à cette question, au moins d’apporter quelques pistes de réponse.

Ce qui ressort des entretiens avec les pères en congé parental, c’est que la « bonne paternité » est largement une non-question pour eux. Certes, certains d’entre eux reconnaissent se poser de la question de temps en temps, notamment lorsque les pères se sentent en « échec éducatif » (par exemple, si l’enfant refuse d’obéir). Cependant, dans l’ensemble, ces hommes semblent plutôt sûrs de leurs compétences parentales. Par exemple, Hugo (en congé parental pendant 3 ans et demi) déclare :

[En tant que père,] je vais essayer de mieux que je peux. Je ne me mets pas une barrière, genre « Untel a dit ça, Untel a dit ça, Dolto a dit ça », non, j’en ai rien à foutre. Enfin, c’est intéressant, mais moi, ce que je peux donner, le meilleur de moi, je vais lui donner. Après, ça aura ses failles, ses qualités, ses défauts, mais voilà, moi je lui ai donné le mieux de ce que je pouvais. Et je continue.

S’ils se posent des questions, c’est plutôt sur la meilleure méthode à adopter que sur la pertinence de leurs choix ou de leur attitude avec les enfants. Par exemple, Fabien (en congé parental pendant 6 mois) se rappelle :

Au début, quand les deux garçons sont nés, c’est l’éternelle question, « est-ce que je le laisse pleurer, est-ce que je le laisse pas pleurer ? ». Et on a appris énormément de choses avec ça, et en même temps, ma conjointe a eu du mal à les laisser pleurer, moi je pensais qu’il fallait les laisser s’exprimer… On a trouvé un bon système, on a trouvé un équilibre, sur ce point crucial quand tu es parent, de ta parentalité, c’est le nerf de la guerre parce que tu veux que ton enfant il dorme etc., on a trouvé à nous deux, en puisant chacun de notre côté… Je ne sais pas si c’est du hasard, de l’inné, de l’acquis, par rapport aux enfants… Je trouve qu’on fait un bon duo.

A l’inverse, les pères solos semblent raisonner différemment. Conscients de la dimension atypique de leur paternité solo, les pères rencontrés évoquent régulièrement leurs inquiétudes quant à leurs compétences pour être un “bon” parent et un “bon” père. Il s’agit alors pour eux, non plus d’exercer au quotidien des pratiques parentales données mais de faire en sorte que ces dernières soient conformes aux discours relatifs à la “bonne” parentalité. Les pères solos rencontrés ne cherchent pas à être uniquement des pères mais à être de “bons” pères voire des pères parfaits.

Cette volonté semble liée à deux éléments principaux, d’une part, les circonstances ayant conduit ces hommes à la paternité solo et d’autre part, l’idée selon laquelle la mère est le parent “principal” (entendu comme le parent légitime par les institutions car le plus apte en termes de compétences parentales). En effet, pour la plupart des enquêtés, la paternité solo a été subie, la mère étant partie “du jour au lendemain”. Le père s’est alors retrouvé seul au quotidien avec ses enfants. Cette déstabilisation soudaine et souvent non anticipée amène ces pères à opérer un travail réflexif sur leur rôle parental. Alors qu’auparavant ils pouvaient être plus ou moins investis auprès de leur(s) enfant(s), il semble que l’entrée en parentalité solo entraîne des “reformulations” (Martial, 2016) de leur paternité. Désormais, ces pères mènent un travail constant au quotidien sur leurs pratiques afin que ces dernières s’inscrivent dans les normes de la “bonne” paternité.

Ainsi, plusieurs pères enquêtés font part de l’importance accrue qu’ils apportent à des activités telle que la préparation du repas, qui fait désormais l’objet de nombreuses réflexions: volonté de préparer des repas équilibrés, à partir de produits frais et variés, demande de conseils à des femmes considérées comme de “bonnes” cuisinières, etc.

Pour les pères solos enquêtés, un leitmotiv semble constant : être un “bon” parent c’est faire de l’enfant une priorité. Il s’agit alors de se consacrer pleinement à lui, quitte à mettre en retrait sa vie amicale et amoureuse jusqu’à ce que les enfants soient considérés comme “assez grands” pour être autonomes.

A l’inverse, pour les pères en congé parental, être un “bon” parent, c’est avant tout être présent, mais pas forcément au détriment d’autres dimensions de leurs vies. En effet, plusieurs d’entre eux insistent sur l’importance de se garder du temps pour soi, et du temps de couple, pour ne pas être seulement un parent.

A partir de cette comparaison de deux groupes de pères assez minoritaires (pères en congé parental et pères en situation monoparentale), on voit donc se dessiner l’importance de la relation de couple dans le sentiment de compétence en tant que père. En effet, les pères en congé parental manifestent une certaine assurance dans l’exercice de leur paternité, là où les pères solos semblent se considérer comme des parents moins bons que les mères, même s’ils tentent de les égaler. Est-ce parce que la présence de la mère (et la possibilité de l’imiter) prodigue au père un sentiment de confiance dans ses propres capacités, ou parce que le “bon père” est celui qui seconde la mère ? Nous laissons soin à d’autres recherches que les nôtres de répondre à cette question.

Myriam Chatot
Alexandra Piesen

Colloque – Masculinités non-hégémoniques (15-16.05.2017, Louvain-La-Neuve en Belgique)

Un colloque sur les masculinités non-hégémonique est organisé le 15 et 16 mai 2017 à Louvain-La-Neuve (en Belgique). A signaler particulièrement une session sur paternités et masculinités, le 16 en début d’après-midi (intervenants : Séverine Mayol sur les paternités sans-domicile, Alain Ducousso-Lacaze sur les paternités gay et Martine Gross, Bérengère Rubio et Olivier Vecho sur les paternités par la gestion pour autrui).

Résumé

Le colloque débutera le 15 mai autour d’une présentation magistrale qui posera les bases théoriques et les enjeux socio-politiques qui se trouvent derrière le genre, et plus particulièrement autour de la question des masculinités. L’intervention sera suivie le lendemain par une journée composée d’une conférence abordant l’étude des masculinités depuis une approche intersectionnelle, ainsi que de trois sessions thématiques, privilégiant chacune un angle de vue lié à des questions centrales dans la construction genrée des individus dans nos sociétés contemporaines.

Programme

Quelques recensions de livres parus récemment sur Lectures