Archives par mot-clé : paternité

Compte-rendu de la huitième séance de l’atelier RePPaMA (13.06.2019)

Lors de ce huitième atelier du REPPAMA, nous avons entendu deux communications.

La première intitulée « Être une mère moderne : la maternité dans Marie-Claire en 1954 » est issue du travail de thèse d’Alexie Geers mêlant histoire et sociologie du genre, de la culture et des classes sociales. Lors de son passage, Alexie Geers a montré que dans le magazine Marie-Claire s’adressant à cette époque à des femmes des milieux moyens et supérieurs, la maternité était traitée narrativement et visuellement comme un métier. Par ce biais, il s’agissait d’en faire une sphère de valorisation identitaire à diffuser un modèle de féminité, basé sur la maternité (par opposition à la période 1937-1944, où Marie Claire est centré sur la beauté). La chercheuse met en avant la mise en texte et image de l’amour dans la famille pensé comme le socle de sa stabilité. En outre, rappelant l’essor du taylorisme à cette époque, Alexie Geers s’est attachée à décrire les ressorts de la mission de modernisation des foyers confiée à ces femmes et largement relayée par Marie-Claire auprès d’elles. Pour ce faire, des campagnes publicitaires et des articles incitent les mères à se munir et à utiliser de nouveaux objets industriels (berceaux, chauffe-biberons etc.) et/ou issus de l’industrie agro-alimentaire naissante (lait infantile, etc.). Il s’agissait également de promouvoir les connaissances nouvelles issues de la psychologie du développement promouvant une éducation des enfants résolument moderne au service de leur épanouissement. Enfin, dans un dernier temps de son intervention, Alexie Geers a conclu sur la forte propension du magazine Marie-Claire à valoriser des modèles de féminité traversés par les codes de l’érotisme et de la séduction. Á cet égard, les mères modernes et professionnelles dépeintes dans ses pages n’en restaient pas moins représentées sous l’angle d’une grande importance accordée à leur apparence portant talons et tabliers laissant deviner leur taille affinée.

Les questions de fin de séance ont principalement porté sur la méthodologie adoptée pour le recueil des données (modalités d’accès aux archives, d’observation des images et des textes, de l’analyse des contenus, prise en considération du courrier des lecteurs dans les analyses). Des questions ont également été soulevées au sujet d’une lecture décoloniale et masculine (paternelle) des données et l’influence que celle-ci aurait pu avoir sur les résultats obtenus.

La deuxième communication intitulée « Combattre la mort ou la préparer pour « préserver » ses enfants » a été donnée par Anaïs Mary d’après trente entretiens menés dans le cadre de sa thèse en sociologie avec des parents (vingt-cinq mères et cinq pères) ayant eu un cancer. Après avoir rappelé les différences de différences et de pratiques concernant la parentalité en fonction du sexe du parent, la doctorante s’est intéressée à l’impact de la maladie sur la conception du rôle de parent des enquêtés. Le risque de mourir des suites de cette maladie est largement revenu dans les discours des personnes interrogées. Bien davantage pensé pour les enfants que pour soi, il suscite nombre de craintes qui émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions du rôle de parent est à l’origine de positionnements différents au sujet de la maladie. Pour les premier.ère.s, se pensant comme irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie et la mobilisation d’un vocabulaire guerrier (utilisation récurrente de termes ou expressions tels que « combat », « se battre » etc.). Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort est moins appréhendée en termes de tragédie familiale, mais comme un risque qui doit être anticipé.

Les questions adressées en fin de séance ont porté sur les possibilités de redéfinition du rôle du parent survivant pensées en fonction du genre, l’annonce du cancer, l’influence du type de cancer (notamment cancers du sein/de la prostate) sur les redéfinitions de la parentalité pendant la maladie…

Programme de la séance

Appel à communication – Ateliers RePPaMa 2019-2020

Le Réseau Pluridisciplinaire sur les Paternités et les Maternités (RePPaMa) cherche des intervenant.es pour ses ateliers de 2019-2020, qui auront lieu à l’INED (Paris). Durant ces ateliers, deux intervenante.s disposent de 45 minutes chacun.e  pour présenter leurs recherches et/ou effectuer une communication et/ou soulever des points de méthodologie. Chaque communication sera suivie d’une discussion d’une trentaine de minutes avec le public présent. Ces ateliers sont une occasion d’échanges dans un cadre bienveillant entre jeunes chercheur.euses travaillant sur les maternités et/ou les paternités appartenant à différentes disciplines des sciences humaines.

Si vous souhaitez intervenir, nous vous invitons à proposer une proposition de communication d’une page ou deux (au format PDF, ou traitement de texte comme Word ou OpenOffice) sur les thématiques des paternités et des maternités, à l’adresse suivante : reppama.contact@gmail.com. Le titre devra prendre la forme : RePPaMa2019 – Prénom Nom – Titre de la communication.

 Les dates d’ateliers pour 2019-2020 sont les suivantes :
– 24 octobre 2019
– 5 décembre 2019
– 26 juin 2020

Pour en savoir plus

Appel à communication – Tuer les pères : femmes derrière la caméra dans les films de famille (05.07.2019)

9 décembre 2019, IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Organisée par Beatriz Rodovalho & Giuseppina Sapio

La journée d’études « Tuer les pères : Femmes derrière la caméra dans les films de famille » propose une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. En affirmant et en perpétuant l’institution familiale dans sa configuration patriarcale, nucléaire et hétérosexuelle, le film de famille a contribué à reproduire les codes et les hiérarchies de genre et de sexualité de la société bourgeoise. En concevant le cinéma d’amateur comme une « technologie de genre » (De Lauretis, 1987), nous invitons des communications portant sur les images réalisées par des femmes-amatrices afin de découvrir et décortiquer leur propre « regard familial ».

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer conjointement aux coordinatrices, Beatriz Rodovalho et Giuseppina Sapio, à l’adresse : filmsdefamille2019@gmail.com

Elles comporteront : le titre de la communication, un résumé de 500 mots (maximum), une bibliographie indicative, cinq mots clefs et une courte note bio-bibliographique (150 mots maximum).

La date limite de soumission des propositions est fixée au 5 juillet 2019.

Consulter l‘intégralité de l’appel

Atelier du 13 juin 2019 : Anaïs Mary (doctorante au CERLIS) – « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants »

Anaïs Mary présentera les premières résultats de sa thèse intitulée provisoirement « redéfinitions des liens parents/enfants à la suite d’un cancer »

Résumé : « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des
enfants »

Dans les trente entretiens menés avec des parents, vingt-cinq mères et cinq pères, ayant eu un cancer, les possibilités de mourir des suites de celui-ci sont largement revenues. Dans le cadre de cette communication, je m’attacherai à montrer que la mort suscite des craintes, moins tournées vers soi que vers les enfants. Ces craintes émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions vont apparaître des rapports très différents à la mort rendant plurielles les expériences faites du cancer. Pour les premier.ère.s, partant de l’idée qu’ils.elles sont irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie qui s’entend entre autres éléments dans l’emploi d’un vocabulaire guerrier. Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort, bien que non-souhaitée n’est pas vécue aussi dramatiquement que chez leurs homologues. Aussi, vont-ils laisser une place plus grande à la maladie (ex : fatigue qui se donne à voir et se vit sans culpabilité etc.) et ne rien laisser transparaître d’un rapport combatif à cette dernière.

Notice biographique : Doctorante en deuxième année, je mène une thèse en sociologie à l’Université Paris Descartes sous la direction d’Elsa RAMOS, Maître de conférences HDR rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Ma thèse, dont le titre provisoire est « redéfinitions des liens parents/enfants à la
suite d’un cancer », est financée par la Ligue contre le cancer.

Voir le programme de la séance

 

Appel à communication – La fabrique des parents (02.09.2019)

La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels
Condorcet
6 et 7 février 2020

La diffusion du néologisme “parentalité” à la fin du XXe siècle témoigne d’une attention croissante de l’opinion publique à la manière dont les parents s’occupent des enfants. La parentalité est supposée être une affaire personnelle et/ou conjugale. Chaque parent serait alors libre de devenir parent par les moyens de son choix et d’élever ses enfants selon ses convictions éducatives propres, dans un contexte de diversification des modèles familiaux (techniques médicales d’aide à la procréation, mono- ou homo-parentalité, familles recomposées, etc.). La parentalité ou parenté quotidienne (Weber, 2013) est en réalité étroitement encadrée par des normes et des institutions. L’objet “parentalité” est défini ici comme l’exercice du rôle ou de la fonction de parent. Les objectifs de ces journées sont donc doubles : documenter la pluralité des modalités de l’exercice du rôle de parent (en fonction des configurations parentales, des modalités d’entrée dans le rôle de parent, la diversité des styles éducatifs, la répartition des responsabilités parentales entre les parents, etc.) et rendre compte de l’encadrement de cet exercice (tant à l’échelle nationale qu’à un niveau méso ou microsocial).

La manière dont un individu devient parent et s’occupe de ses enfants intéresse l’ensemble des sciences sociales, de la sociologie à l’histoire en passant par la psychologie ou le droit. L’objet de cette journée d’étude est de réunir les chercheur.es de différents horizons disciplinaires afin d’appréhender ce sujet d’étude commun. Le titre de cette journée, “La fabrique des parents”, ne doit pas pour autant être entendu dans une approche verticale, du haut vers le bas, et univoque (il y aurait une seule manière de fabriquer des parents). Il s’agit au contraire d’attirer l’attention sur les processus, les acteurs, les ressources, les contextes qui agissent sur les manières dont un individu exerce le rôle ou la fonction de parent. Nous nous concentrerons sur trois questions transversales : quelles sont les modalités d’entrée et d’exercice de la parentalité, en fonction des contextes sociaux, économiques, politiques, légaux, historiques, géographiques ou de la trajectoire propre du parent ? Comment évolue la parentalité en fonction de l’âge de l’enfant ? Comment les normes de parentalité (“bonne” ou “mauvaise” manière d’être parent, déclinaison de la parentalité en fonction du sexe du parent) influencent la parentalité ?

Notons que le terme “parent” ne renvoie pas seulement aux parents “biologiques” ou “statutaires” (c’est-à-dire reconnus comme tels par l’état civil), pas plus qu’il ne désigne exclusivement les adultes vivant avec l’enfant. Au contraire, le terme “parent” est entendu ici comme un terme générique désignant les individus amenés à s’occuper des enfants dans le cadre privé (par opposition au cadre professionnel), qu’ils soient reconnus comme tels ou non (beaux-parents, grands-parents, parrains et marraines, frères et soeurs…). De même, la mobilisation de ce terme neutre du point de vue du sexe ne doit pas occulter la question du genre dans la parentalité. Des propositions portant sur la représentation des parentalités (dans les arts ou la fiction) sont également bienvenues.

L’enjeu de ce colloque sera d’interroger la parenté quotidienne et non quotidienne, à travers les dimensions biologiques, statutaires, affectives et économiques. Ces différents questionnements seront explorés lors de ce colloque à partir de trois axes proposés : devenir parent, être parent d’un mineur et être parent d’un adulte. Ces axes ne sont cependant que des pistes de réflexion : toute proposition concernant la parentalité est bienvenue, qu’elle s’inscrive ou non dans l’un des axes ou l’une des questions soulevées.

Axe I. Devenir parent

Formuler ou non le désir d’un (nouvel) enfant et les modalités de réalisation d’un projet de devenir parent ou d’agrandir sa famille donnent à voir comment se déclinent les rapports de genre et comment ces derniers évoluent et diffèrent selon les contextes. On peut par exemple interroger le caractère prévu ou non prévu d’une naissance et son vécu, dans le cadre de grossesses précoces ou plus tardives. Une (nouvelle) naissance peut être désirée comme accomplissement ou concrétisation d’un couple, que ce soit une première union ou après une rupture et une remise en union, et dans le cadre de familles recomposées. Dans ce dernier cas, comment est alors formulé un désir d’enfant conjointement au rôle de beau-parent ? Dans quelle mesure l’âge des potentiels parents joue-t-il un rôle ? Par ailleurs, le recours à la l’Aide médicale à la procréation (AMP) connait des développements croissants, et est aujourd’hui envisagé en première intention face à l’adoption. Parmi les motivations des individus, figure en partie la volonté de transmission d’un patrimoine biologique, mais qu’en est-il dans le cadre d’un don d’ovocytes ou de sperme ? Et comment les individus ayant eu recours à un don de gamètes ou à l’adoption perçoivent-ils leur rôle de parent ? En quoi ces modes d’accès au statut de parent modifient-ils aussi les rapports de genre ? Le don de gamètes et la congélation d’ovocytes donnent par exemple la possibilité d’avoir un enfant aux femmes seules, et à des âges tardifs, la rencontre d’un géniteur masculin n’étant plus nécessaire pour procréer. Comment et dans quelles circonstances ces maternités en solo sont-elles envisagées ? De plus, si le recours à l’Aide médicale à la procréation (AMP) par des couples hétérosexuels témoigne de vécus et gestions de l’infertilité différentes entre hommes et femmes, qu’en est-il lorsque les techniques de procréation médicale permettent d’avoir un enfant aux couples de même sexe ou à des coparents n’ayant pas eu de relation conjugale et sexuelle ?

Au-delà des modalités d’entrée dans la parentalité, se projeter en tant que parent et se préparer à l’arrivée d’un enfant avant la naissance sont des moments durant lesquels peuvent également se cristalliser des rapports et représentations du genre. Le vécu de la grossesse est souvent étudié du point de vue des femmes, dans leur rapport à leur féminité, à la médicalisation de leur suivi (rapport aux professionnels, aux techniques médicales…), ou dans une perspective historique (Berthiaud, 2009). Qu’en est-il du point de vue des hommes ? Quelle est la gestion de la grossesse par le couple ? Comment les individus se préparent-ils à une naissance, par exemple au regard de l’anticipation du genre permise par la connaissance du sexe du fœtus (Pelage et al., 2016) ? En quoi l’activité professionnelle ou la sphère familiale s’en trouvent modifiées, pour les futures mères, mais aussi les futurs pères ?

Enfin, l’arrivée d’un enfant peut être attendue, mais ne pas se réaliser. C’est le cas de morts périnatales ou de fausses-couches, des évènements permettant des discussions et réflexions entre disciplines sur la parentalité non réalisée et pourtant désirée (Charrier et al., 2018). Quel statut ont les individus concernés ? Quelles influences ces expériences peuvent-elles avoir sur le désir d’enfant ?

Axe II. Être parent d’un mineur : apprendre à être parent, enseigner à devenir un adulte

La “fabrique des parents” d’un enfant mineur peut être entendue de manière double : la genèse de la parentalité (apprentissage de manières de faire et de manières d’être avec un enfant, adoption d’une philosophie éducative) et son exercice concret. Si différents âges (premier âge/enfance/adolescence) sont distingués ici, il ne s’agit pas de les envisager comme des bornes rigides, mais de rendre compte d’enjeux différents de la parentalité en fonction du développement de l’enfant.

L’enfance

La parentalité pendant la petite enfance (les enfants de moins de trois ans) fait depuis longtemps l’objet d’une attention particulière de la part des expert.es de la parentalité, comme en témoignent les changements fréquents de normes de puériculture. Pensée comme un âge crucial, où l’enfant est particulièrement fragile et perméable, la petite enfance est aussi un moment important de l’apprentissage de l’exercice de la fonction de parent. Au-delà de la question de la conciliation travail-famille, largement documentée, il s’agira donc de comprendre comment on devient parent d’un enfant en bas âge. Plus spécifiquement, comment les parents apprennent-ils à s’occuper d’un enfant ? Quels sont les débats, les acteurs et les cadres culturels intervenant dans la définition et la transmission des normes de puériculture, d’éducation ? Comment arbitrent les parents entre les différentes sources d’information ? Quels objets, gestes ou attitudes sont considérés comme “bons” ou “mauvais”, utiles ou inutiles, et pourquoi sont-ils envisagés comme tels ? Comment cet apprentissage ou cette perception diffèrent-ils en fonction du sexe du parent ou de l’enfant ? À qui est confiée la garde des enfants, qui en est jugée responsable ? Comment diffèrent cet apprentissage ou les personnes désignées comme responsables (ou jugées dignes de l’être) de l’enfant en fonction des contextes et des périodes ?

À mesure que le nourrisson puis le bambin devient un enfant, la parentalité évolue du pouponnage à l’éducation : il s’agit de lui transmettre les savoirs et les manières d’être liés à la vie en société et au sein de la cellule familiale, et de lui inculquer des principes et des valeurs supposés orienter ses actions présentes et futures, mais aussi préserver le lien affectif entre parent et enfant. Quelles sont les transformations que connait la parentalité à mesure que l’enfant grandit ? Comment les transformations de la famille (constitution d’une fratrie, séparation des parents, intervention croissante ou désengagement d’un membre de la parentèle…) affectent-elles la parentalité ? L’avancée en âge de l’enfant peut également être à l’origine d’un changement dans le style éducatif : que signifie pour un parent “bien” élever son enfant ? Quels acteurs ou ressources interviennent dans la définition de principes éducatifs ? Comment ces principes sont-ils mis en place, quels obstacles rencontrent-ils ? Qu’est-ce que les parents jugent important de transmettre à leurs enfants, aussi bien en matière

de valeurs que de goûts ou d’activités ? Quels outils ou méthodes valorisent-ils ou au contraire rejettent-ils dans cette transmission ? Comment les principes, les méthodes ou les outils diffèrent-ils en fonction des contextes et des périodes ?

L’adolescence

Le temps de l’adolescence reste difficile à qualifier et lorsqu’il s’agit de définir cette classe d’âge nous procédons souvent plus par élimination : l’adolescent n’est plus un enfant et pas encore un adulte. Nous bornerons l’adolescence à l’entrée au collège d’une part, et à la majorité d’autre part. Si les bornes temporelles sont mouvantes, l’adolescence se caractérise, toutefois, par une période de transformations identitaires marquée par une émancipation progressive de la sphère familiale. Les propositions de communication pourront donc étudier les relations entre parents et adolescent.e.s à la lumière de ces transformations afin d’en mesurer les conséquences (effectives) en matière de rôles et de pratiques parentales. Il est entendu que le contexte socioculturel, l’époque, ainsi que l’aire géographique dans laquelle grandit l’enfant vont déterminer les cadres sociaux de cette période spécifique (11-18 ans), mais également la façon dont ses parents vivent et se représentent celle-ci.

Le premier type de changement a trait au statut complexe, parfois ambigu de l’adolescent.e au sein de la famille. Sans disposer du statut d’adulte, l’adolescent.e semble toutefois gagner en droit et en pouvoir. C’est plus précisément sous l’angle du gain d’autonomie qu’est analysée l’adolescence. Les parents, acteurs secondaires des recherches sur les adolescent.e.s, semblent être présents pour mieux souligner la mise à l’écart dont ils font l’objet. Nous proposons de déplacer la focale afin de saisir le vécu des parents au cours de cette période spécifique. Dans le contexte particulier d’une autonomie croissante prise par l’enfant, comment les parentalités se déclinent-elles ? De quelles façons les parents vont-ils accompagner, encourager ou freiner cette autonomie naissante ?

L’influence des pairs durant l’adolescence est le deuxième élément à prendre en compte. Participant à la formation identitaire du jeune, les relations entre adolescent.e.s sont inhérentes à la définition de cette classe d’âge au point qu’il existerait une « tyrannie du groupe de pairs » (Arendt, 1972). Comment les parents vivent-ils la coexistence entre leur modèle normatif et le modèle juvénile ? De quelles manières s’impose, ou se négocie, le contrôle des activités et des relations amicales de l’enfant en fonction du contexte social et du genre ? Par ailleurs, l’adolescence est également marquée par des transformations sur le plan physique et sexuel. Si ces aspects de la vie adolescente sont régulièrement sondés par des chercheurs (Clair, 2008, Maillochon, 2012, Amsellem-Mainguy & Vuattoux 2018), le point de vue des parents concernant leurs propres transmissions en termes d’éducation à la sexualité, de normes de genre et de santé fait plus rarement l’objet d’études. Comment et à quel âge les parents abordent-ils les questions de sexualité avec leur(s) enfant(s) ? Quel est leur rôle en termes de transmissions des normes de genre ? Par ailleurs, comment se positionnent-ils par rapport aux différentes instances socialisatrices qui diffusent également des connaissances et prescriptions sur ces questions (école, pairs, etc.) ? Les parents sont-ils perçus comme une ressource ou, au contraire, mis à l’écart par l’adolescent.e lorsqu’il s’agit de parler de sexualité ?

L’institution scolaire et la famille

Enfin, la dernière mutation s’inscrit sur le plan scolaire. Si l’influence de l’institution scolaire sur le quotidien des familles n’est plus à prouver (Montandon, Perrenoud, 1994), il semblerait toutefois s’opérer un « brouillage » entre les missions dédiées à la famille et à l’école. Bien que ces deux institutions se voient liées pour une durée plus longue du fait de l’allongement de la scolarité, celles-ci semblent tantôt en concurrence, tantôt partenaires. Or, s’il est une dimension commune au vécu de parents, c’est sans doute le statut de parents d’élèves. À ce sujet, les recherches (Dubet, 1997, Périer, 2007, Payet, 2017) semblent unanimes : les parents de tous milieux sociaux se sentent concernés par la question scolaire. Comment se déclinent les différentes figures de parent d’élève en fonction des contextes géographiques, mais également de la forme scolaire spécifique du collège et du lycée ? Quelles sont les représentations et les attentes des parents à l’égard de l’institution scolaire et de ses acteurs ? Quelles sont les connaissances et stratégies mises en place par les parents et l’adolescent.e concernant l’orientation scolaire ? Dans quelle mesure le rôle des parents (tel qu’ils l’envisagent ou qu’il est envisagé par la société ou le groupe auquel ils appartiennent) se redéfinit ou est en concurrence avec celui de l’école ? De plus, ces interrogations nous placent dans un contexte social dans lequel l’école est le principal vecteur de transmission des connaissances, envisagées comme des valeurs civiques et/ou un socle commun de savoirs jugés indispensables. Qu’en est-il dans d’autres contextes historiques ou culturels, où l’acteur chargé de la transmission de connaissances n’est pas l’école, mais un précepteur, un compagnon, etc. ?

Axe III. Être parent d’un adulte

Dans ce troisième axe, nous nous intéresserons à ce qu’il advient de la parentalité lorsque les enfants – ici, entendus dans son sens filial – deviennent adultes. L’intérêt de cette question se pose dans un contexte d’allongement des études et de durcissement des conditions d’entrée sur le marché du travail qui tend à retarder l’accès des jeunes à un logement personnel qui constituait l’une des premières modalités du « devenir adulte » (Gaviria, 2005). En conséquence, qu’elle soit liée à des contraintes d’ordre financier ou qu’elle soit désirée, la cohabitation entre (au moins) deux générations d’adultes semble (re)devenir une réalité sociale de plus en plus prégnante. Dans ce contexte de dépendance financière et de plus en plus souvent résidentielle, comment penser sa conciliation avec les aspirations d’autonomie des uns et des autres ? Quelles conséquences sur les relations entretenues ? Ces questions seront à explorer du côté des enfants désireux de se donner leurs propres règles de vie en dépit de leur(s) dépendance(s). Elles seront également à considérer pour les parents pris entre l’obligation légale de répondre aux besoins financiers, matériels et moraux de leurs enfants et la possibilité de prendre de la distance moyennant l’émancipation partielle ou totale de ces derniers. Ces tensions seront non seulement à interroger pour les « jeunes adultes » entendus comme des individus en études ou récemment diplômés, mais elle sera également à explorer pour ceux qui après une reconversion/rupture professionnelle, conjugale, etc. retournent vivre au domicile parental ou encore pour des individus qui n’en sont jamais partis – notamment pour des cas de personnes porteuses de handicaps moteur et/ou mental contrevenant à leur indépendance.

Outre l’allongement des études et le durcissement des conditions d’entrée sur le marché du travail, la société française est également marquée par l’allongement de l’espérance de vie. De ce fait, de nombreux enfants sont amenés à connaitre leurs grands-parents, et cela même une fois devenus adultes. Nous porterons une grande attention aux recherches qui traiteront du rôle que les grands-parents occupent auprès de leurs petits-enfants, mais également auprès de leurs enfants devenus parents. Comment interviennent-ils dans l’éducation de leurs petits-enfants ? Quelle place leur est accordée dans l’éducation de leurs petits-enfants par leurs enfants ? Quelle place s’accordent-ils eux en tant que grands-parents ? Quelles relations entretiennent-ils avec leurs petits-enfants ? Par quelles tensions sont-elles traversées ? De façon générale, il s’agira ici de faire travailler le rôle accordé aux grands-parents et aux autres membres de la parenté concernant la parentalité en regard des contextes culturels, géographiques et historiques variés.

Les propositions de communication (4000 signes maximum espaces compris + titre + résumé de 400 signes maximum + principales références bibliographiques) devront être envoyées le 15 septembre 2019 au plus tard, dans un fichier (de préférence au format PDF, ou .doc, .docx ou .odt), par courriel à l’adresse : reppama.contact@gmail.com. Le nom du fichier devra être sous la forme : Fabrique2020 – Prénom Nom – Titre de la proposition de communication. La proposition devra être accompagnée d’une courte présentation de l’auteur.e (statut(s), discipline(s), établissement(s) et laboratoire(s) de rattachement). Les résultats de la sélection seront communiqués le 4 novembre 2019

Comité scientifique :

Aude Béliard (Université Paris Descartes), Yazid Ben Hounet (EHESS), Danielle Boyer (CNAF), Nolwenn Bühler (Université de Lausanne), Coline Cardi (Université de Paris 8), Claire Chatelain (Université de Lille), Aurélie Damet (Université Paris 1), François De Singly (Université Paris Descartes), Vincent Gourdon (CNRS-Université de Paris-Sorbonne), Emmanuel Gratton (Université d’Angers), Laurence Hérault (Université de Provence), Nathalie Le Bouteillec (CURAPP- Ined), Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2), Agnès Martial (CNRS-EHESS), Séverine Mayol (Université Saint Quentin en Yvelines), Elsa Ramos (Université Paris Descartes), Virginie Rozée (Ined), Anne Salles (Université Paris-Sorbonne – Ined), Olivia Samuel (UVSQ), Laurent Toulemon (Ined).

Comité d’organisation :

Myriam Chatot (EHESS-Iris-CMH), Marie-Caroline Compans (Ined-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (EHESS-CESPRA, Ined), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS).

Lien Calenda

Bibliographie indicative

Amsellem-Mainguy Y., Vuattoux A., (2018). Construire, explorer et partager sa sexualité en ligne, Paris, INJEP Rapport d’étude

Arendt H., (1972). La crise de la culture, Paris, Gallimard.

Berthiaud, E., (2009). Grossesse désirée, grossesse imposée : le vécu de la grossesse aux XVIIIe-XIXe siècles en France dans les écrits féminins privés. Histoire, économie & société, 28e année (4),

Charrier P., Clavandier G., Gourdon V., Rollet C., Sage Pranchère N. (dir)., (2018). Morts avant de naître. La mort périnatale, Tours, Presses universitaires François Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 437 p.

Clair I., (2008). Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin

Dubet F., (1996). Ecole, familles. Le malentendu, Paris, Textuel

Gaviria, S., (2015). Quitter ses parents : Une comparaison franco-espagnole. Consulté à l’adresse http://books.openedition.org/pur/12320

Maillochon, F., (2012). Premières relations sexuelles et prises de risque : L’éclairage des enquêtes statistiques réalisées en France. Agora débats/jeunesses, 60(1), 59-66.

Montandon C., Perrenoud P., (1994). Entre parents et enseignants : un dialogue impossible ? Berne, Lang

Payet, J-P., (2017). Ecole et familles, une approche sociologique. Louvain, De Boeck

Pelage, A., Brachet, S., Brugeilles, C., Paillet, A., Rollet, C., & Samuel, O., (2016). « Alors c’est quoi, une fille ou un garçon ? »: Travail de préparation autour du genre pendant la grossesse. Actes de la recherche en sciences sociales, 214(4), 30.

Weber F., (2013). Penser la parenté aujourd’hui: la force du quotidien, Sciences sociales, Paris.

Programme

Colloque – La place des pères (11.10.2018, Paris)

L’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF) organise un colloque pluridisciplinaire sur la place des pères dans la société française contemporaine, à Paris, le 11 octobre 2018.

La question des pères, de leur rôle et de leur place dans les familles d’aujourd’hui se trouve à la croisée de nombreux enjeux sociétaux. Entre éloge des « nouveaux pères » et crainte d’une fragilisation, voire d’une déperdition du lien paternel par rapport au lien maternel, quelles évolutions ont affecté le rôle des pères ?

Comment sécuriser et préserver ce lien auquel tout enfant a droit avec ses deux parents, même après une séparation ?

Quel enjeux autour des congés parentaux en discussion au niveau européen, en termes d’implication des pères, d’équilibre des rôles parentaux et pour l’égalité entre les femmes et les hommes ?

Cette journée sera l’occasion pour chercheurs (économie, démographie, sociologie…), professionnels (droit, accompagnement social, médiateurs familiaux…), et témoins (pères, journalistes, entreprises…) de croiser leurs champs d’expertise, autour de trois tables-rondes thématiques.

Attention ! Le nombre de places est limité. Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire pour participer à cette journée et accéder au programme indicatif ici.

Compte-rendu de la cinquième séance de l’atelier RePPaMa (21.06.2018)

La présentation de Chloë Cottrell portait sur des hommes devenus pères jeunes (avant 25 ans) en Angleterre. Elle s’appuyait sur un corpus d’entretiens avec 35 pères rencontrés par le biais de centres pour parents qui organisaient des groupes de discussion pour les jeunes pères. Ces pères appartiennent pour la majorité d’entre eux aux catégories « ouvriers » et « employés », et ont pour une partie d’entre eux un passé de délinquant. Dans la majorité des cas, la grossesse de la partenaire n’est pas prévue et est décrite comme un « choc » par les enquêtés. Cette arrivée imprévue d’un enfant les amène à revoir leur trajectoire future, de façon à le prendre en compte dans leurs projets. Rétrospectivement, l’enfant est cependant perçu comme une opportunité par une partie des interrogés, en leur permettant de sortir de la délinquance. Cependant, le maintien du lien père-enfant est souvent compromis par la séparation conjugale des parents, voire dans certains cas par des décisions de justice. L’hypothèse de Chloë Cottrell est que ces hommes ont des représentations et des pratiques en matière de paternité similaires à celles de la majorité des pères, mais que ces jeunes pères étaient sur des trajectoires biographiques qui les ont amenés à devenir père à un âge jugé « jeune » dans la société britannique contemporaine.

Les questions ont principalement porté sur la méthodologie et son impact sur les données collectées (comme le fait que rencontrer les pères par des centres et par le biais de travailleurs sociaux produit probablement des effets de sélection) et le choix des catégories (d’âge, du terme « jeune père »).

La communication de Rose-Myrlie Joseph portait sur la maternité en Haïti. Elle s’appuyait sur une enquête par entretiens répétés (un par an pendant trois ans) avec des femmes haïtiennes en Haïti et en France. L’absence de moyens de contraception et l’illégalité de l’avortement contribuent à ce que la grossesse soit perçue comme la conséquence inévitable de la sexualité (hétérosexuelle) dans les représentations notamment féminines. Or, si les femmes « assument » l’arrivée de l’enfant, les hommes se défaussent généralement de cette responsabilité en arguant que l’enfant n’est pas le leur et n’endossent pas un rôle de conjoint de la mère, ni de père de l’enfant après la naissance, attitude qualifiée de « paternité au rabais » par la chercheuse. Or, les soins concernant la grossesse, l’accouchement, et les coûts de l’éducation de l’enfant appauvrissent la mère, d’autant que la garde d’un enfant en bas-âge rend plus difficile pour la mère l’exercice d’une activité rémunérée. Faute d’alternative pour assurer leur survie et celle de leur(s) enfant(s), les mères prennent un amant pour les aider économiquement, mais cette nouvelle relation débouche généralement sur une nouvelle grossesse, qui provoque à son tour le départ du géniteur. Ainsi, les comportements féminins et masculins face à la procréation débouchent sur une polyandrie (basée sur un échange économico-sexuel) et une maternité en série pour les femmes haïtiennes.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la marge de manœuvre dont disposent éventuellement les femmes (recours à un réseau d’entraide féminin, possibilité d’avoir une activité rémunérée), le projet migratoire des informatrices et leurs attentes romantiques concernant une nouvelle relation conjugale en France, la chaîne internationale du care, le rapport aux aides financières en France auxquelles ces femmes peuvent avoir accès et la question de l’éducation des garçons.

Programme de la cinquième séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 21 juin 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre cinquième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le 21 juin de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136. 

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Rose-Myrlie Joseph et Chloë Cottrell.
 

Rose-Myrlie Joseph, (Docteure en sociologie et en études de genre, membre du Laboratoire de Changement Social et Politique de
L’université Paris-Diderot (LCSP – Paris 7)) – Parentalité en migration : une réactualisation des vieilles pratiques ?

Chloë Cottrell, (Doctorante en civilisation britannique contemporaine à l’Université de Tours (ICD))Être un jeune père : témoignages de jeunes pères en Angleterre.

Adresse de l’INED :
133 boulevard Davout 75020 Paris
M
étro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel
Nous cherchons des communiquant.e.s. pour les prochain ateliers qui se dérouleront entre septembre 2018 et juin 2019

Durant ces ateliers, deux intervenant.e.s disposeront de 45 minutes chacun.e pour présenter leurs recherches et/ou effectuer une communication et/ou soulever des points de méthodologie. Chaque communication sera suivie d’une discussion d’une trentaine de minutes avec le public présent.
Pour organiser au mieux les prochaines séances, nous vous invitons à nous solliciter et à proposer un résumé de communication (au format PDF) sur les thématiques des paternités et des maternités.
Nous souhaitons également, à terme, organiser une journée d’étude. Vous pouvez nous joindre à cette adresse : reppama.contact@gmail.com.
L’objectif de ces ateliers: Ces ateliers et ces journées d’études aborderont notamment les représentations et pratiques liées à la parentalité, aux maternités et paternités – d’un point de vue biologique, légal et/ou social – dans des contextes géographiques, historiques, économiques, sociaux, culturels différents. « Être père » ou « être mère » renvoie à une multitude de pratiques, d’enjeux, de définitions suivant les espaces, les époques et les groupes sociaux. Comment hommes et femmes s’approprient-ils les identités parentales et quelles sont les positions assignées à chacun des deux sexes dans leur rapport à la parentalité ? Quelles sont les manières d’endosser, voire de performer, les rôles perçus comme paternels ou maternels dans une société donnée à un moment donné ?

Nombreuses sont les problématiques liées à l’étude des maternités et des paternités et le REPPaMa souhaite que ces rencontres puissent être pour chacun.e un lieu de réflexion, de débat et d’apprentissage dans une perspective pluridisciplinaire.

Nous souhaitons à la fois  fédérer un réseau structuré de jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s) dans un esprit de pluridisciplinarité et de créer des rendez-vous scientifiques (ateliers et journées d’études) tout au long de l’année.

Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa
Myriam Chatot (doctorante en sociologie, EHESS)
Alexandra Piesen (docteure en sociologie, Paris Descartes)
Marine Quennehen (doctorante en sociologie, EHESS)

Compte-rendu de la quatrième séance de RePPaMa (26.04.2018)

La présentation de Constance Schuller portait sur l’impact des conceptions des professionnels en matière de procréation et de parentalité sur la prise en charge de patients dans l’assistance médicale à la procréation (AMP). A partir de deux enquêtes, menées pendant plus de deux ans au sein de plusieurs centres d’AMP de la région parisienne, comprenant des observations de consultations et de réunions pluridisciplinaires, et des entretiens avec des patients et des spécialistes de l’infertilité ; elle a montré le poids important des représentations des soignants en matière d’accès à l’AMP. En effet, les critères légaux (caractère « pathologique » de l’infertilité, couple « stable et motivé », « en âge de procréer ») sont flous et laissent donc une place à l’interprétation du soignant. Or, les soignants mobilisent des conceptions normatives des capacités reproductives des hommes et des femmes (par exemple, les risques d’une paternité à un âge avancé sont peu évoqués, contrairement à ceux d’une maternité à un âge avancé) et de la parentalité. Ainsi, la maternité est « naturalisée » (l’accès d’une femme à la procédure dépend de la bonne capacité de son corps à mener la grossesse à terme), alors que la paternité est évaluée en fonction de critères sociaux (espérance de vie du géniteur potentiel, compétences éducatives). Ces visions normatives compliquent l’accès à la procédure pour des couples perçus comme « atypiques » (non-cohabitants, dits « sans sexualité » c’est-à-dire sans coït, homme et compagne non-officielle…) ou perçus comme ne permettant pas d’offrir les meilleures conditions de vie à l’enfant potentiellement né de la procédure (couples précaires, ayant une faible rémunération…). Le flou des conditions d’accès pose dès lors question quant à l’égalité d’accès aux soins, dans la mesure où un couple n’aura pas le même accès à l’AMP en fonction du centre (et de sa culture locale, de son attention aux taux de réussite ou non), de l’équipe, du médecin etc.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur l’influence du sexe des soignants sur les critères d’accès à l’AMP, le choix des techniques (fécondation in vitro, insémination artificielle…) et sur la connaissance par les patients des politiques de chaque centre.

 

Myriam Chatot commence sa présentation en présentant l’un des résultats de l’enquête UNAF : parmi les 46% de pères qui estiment manquer de temps avec leurs enfants, ¾ évoquent le travail comme le premier facteur qui les empêchent d’être présents et disponibles avec leurs enfants. Son intervention se base sur un corpus de 75 pères ayant au moins un enfant de moins de trois ans, dont 42 qui ont pris un congé parental (en savoir plus).  Les enquêtés rencontrés appartiennent en majorité aux classes moyennes et supérieures. La problématique de la présentation est :  comment les pères justifient les arbitrages concernant leur engagement professionnel et leur engagement parental ? Dans tous les entretiens, l’engagement professionnel (c’est-à-dire le fait de s’impliquer dans son activité professionnelle, tant sur le plan subjectif que temporel) est présenté comme incompatible avec l’engagement parental. Autrement dit, les pères qui sont impliqués dans leur travail (soit parce que leur conjointe est au foyer ou en congé parental ; soit parce que les deux parents sont cadres) expliquent que leur engagement parental (notamment en termes de temps passé avec les enfants) est limité. A l’inverse, les pères qui donnent la priorité à l’engagement parental (notamment les pères en congé parental, mais aussi des pères en couples hypogames) déclarent n’avoir jamais été impliqués dans leur travail (emploi « alimentaire ») ou s’en être désengagés pour être plus présents pour leurs enfants. Cette description de l’engagement parental et professionnel comme étant des vases communicants (si on est engagé dans une sphère, on ne peut être engagé dans l’autre) pose alors la question des motivations des pères à s’engager dans la parentalité : la paternité est-elle un moyen de se valoriser quand le travail fait défaut ?

La discussion a porté principalement sur la définition et les indicateurs concernant le concept d' »engagement ».

Programme de la quatrième séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 26 avril 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre quatrième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le 26 avril de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136.

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Constance Schuller et Myriam Chatot.
 

Constance Schuller (Paris 13, IRIS-EHESS), La prise en charge médicale de l’infertilité. – Des conceptions professionnelles normatives du « couple parent » idéal.

Myriam Chatot (EHESS, IRIS et CMH), Des pères empêchés de paternité ? – Engagement professionnel et engagement parental chez les pères.

Adresse de l’INED :
133 boulevard Davout 75020 Paris
M
étro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel

Compte-rendu de la deuxième séance de l’atelier RePPaMa (01.06.2017)

La deuxième séance de l’atelier RePPama a consisté en deux présentations, la première de Miyako Hayakawa, doctorante en anthropologie, et la seconde de Giuseppina Sapio, docteure en Arts et médias.

La présentation de Miyako Hayakawa, portant sur 15 entretiens avec des femmes japonaises expatriées en France et des observations, a mis en lumière la pratique de la maternité intensive.

Pour nous décrire la maternité intensive, la chercheuse s’appuie sur le concept de Maternal proximal (maternage proximal)  qui consiste à :
– l’allaitement maternel de longue durée à la demande de l’enfant
– le co-dodo
– le portage de l’enfant contre le dos

Cette pratique du maternage existait déjà au Japon : toutefois, elle consistait surtout à protéger la famille des gênes engendrées par l’enfant. En effet, l’allaitement tardif avait une fonction de contraception, le co-dodo évitait de réveiller toute la maisonnée et le portage permettait de continuer à travailler dans les champs. Or, depuis les années 70, ce maternage a pris un sens nouveau tourné vers l’enfant et ses besoins, visant à renforcer le lien mère-enfant.

Malgré le choix de la chercheuse de ne pas sélectionner les enquêtées selon leurs pratiques de maternage, elle a retrouvé une grande similarité entre ces femmes. La maternité intensive est apparue comme un des résultats de sa thèse tandis qu’elle cherchait à comprendre le modèle familial des migrants japonais en France et les rapports sociaux de genre.Or, ce choix de modèle familial a des effets à la fois sur le bien-être des femmes et le couple. En effet, le maternage proximal semble à l’origine d’un renforcement du lien mère-enfant au détriment du lien conjugal : le père est exclu de la relation parentale, y compris spatialement (la mère dort avec l’enfant, le père dans une autre pièce), ce qui contribue à limiter les rapports sexuels conjugaux.

Contrairement à ce qu’on aurait pu supposer, les enquêtées présentent une assez faible acculturation au maternage « à la française », construit dans l’exposé en miroir du maternage intensif : autonomie de l’enfant et distance mère/enfant, par l’allaitement de courte durée ou recours au biberon, le berceau et le recours à des modes de garde autre que la mère. En effet, les Japonaises expatriées ont peu de liens avec des Français(e)s et ont « importé » leurs pratiques maternelles, sans envisager d’opter pour un autre modèle de maternage.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la mise en relation du concept de maternage avec d’autres pays, la conciliation entre maternité intensive et travail et la place des pères dans la famille.

La présentation de Giuseppina Sapio portait sur les films de famille des années 60 à aujourd’hui. L’originalité de sa thèse était de regarder ces films avec les acteurs eux-mêmes et de réaliser des entretiens avec les parents d’un côté et les enfants de l’autre pour revenir sur le contexte de production. La chercheuse a ainsi suivi six familles dont les modèles étaient diversifiés (famille nucléaire, adoptante et recomposée).

La première partie de la présentation portait sur les concepts utilisés pour décrire les films de famille : cinéma d’amateur, home movie mais aussi la théorie semio-pragmatique et la notion d’espace de communication.

Une fois le cadre posé, la chercheuse nous a montré l’évolution des films de famille des années 1960 à aujourd’hui à travers les limites techniques mais surtout l’évolution des pratiques. Le premier aspect abordé est le mode ludique. Filmer est un jeu individuel ou collectif où l’on va faire « comme si »  on était dans la « réalité ». On passe donc du game qui avait un but précis et où les rôles étaient définis notamment par le père de famille (dans les années 1960) vers le play où l’activité est créative, les interactions plus libre et où la camera tourne entre les acteurs (depuis les années 1980).

Concernant le niveau énonciatif, la première période (les années 1960) correspond à un je individuel, celui qui filme fait l’histoire. Le but étant d’avoir une image satisfaisante de la famille qui se conformait au modèle familial de l’époque et tout ça dans un temps très court. Les films sont réalisés pendant des événements déjà ritualisés comme les fêtes de famille. La deuxième période (années 1980) est le collectif. Ce qui compte est de montrer la famille unie mais avec les spécificités de chacun des membres, en laissant plus de place à la spontanéité et à la parole individuelle. Enfin, la troisième période (celle du numérique) est tournée vers la reconnaissance de l’autre. L’idée étant que sur un même événement, il est possible d’avoir plusieurs points de vue, par exemple par le recours à plusieurs caméras (avec les téléphones portables). La nouveauté est de voir la place de l’enfant reconnu en tant qu’acteur et créateur.

Le cœur de la présentation porte sur le point de vue des acteurs sur la production de ces films. L’effet lissé des plans ne permet pas de voir les failles et les conflits de la famille. C’est donc le retour réflexif des acteurs sur ces films qui les autorise à se situer, à critiquer, à croire ou à refuser l’image de la famille heureuse immortalisée pendant ce laps de temps. Les films opèrent donc sur la présentation de soi et autorisent à performer son rôle mais c’est véritablement les acteurs qui vont donner les codes d’interprétation au chercheur.

Giuseppina Sapio souligne également l’effet de l’évolution des techniques sur les films de famille. Dans les années 1960, la caméra est un appareil cher (qui est donc accaparé par le père de famille, perçu comme le seul à même de le manipuler correctement), qui impose une pratique de montage (du fait du recours aux pellicules) et une forme de ritualisation du visionnage, puisque le film est projeté. Avec la diffusion de la VSH puis le numérique et la démocratisation de la caméra (en termes de prix et d’inclusion de ces équipements dans la vie quotidienne avec les téléphones portables), les pratiques entourant la production et le visionnage des films de famille se transforment, d’une part parce que la production de film est plus simple et moins coûteuse (d’où la moindre mise en scène dans les films : les maladresses dans le tournage sont perçues comme une preuve d’authenticité et non comme du gâchis), et d’autre part par une réduction du temps entre production et visionnage (qui convergent : dans les années 2000, on regarde le film juste après le tournage, mais pas forcément après).

La discussion qui a suivi la présentation portait sur l’accès à ce matériau, la place du père dans les films des années 1960 et de son absence dans les films, puis sur les effets de la technique dans les choix filmiques et la présentation de soi et, pour conclure, l’évolution des rituels de visionnage.

Voir le programme de la séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 1er juin 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la seconde séance des ateliers du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le jeudi 1er juin de 10h à 12h30 à l’INED (salle 433).

Lors de cette séance, nous accueillerons :

 

Accès :

L’atelier aura lieu le jeudi 1er juin à l’INED, 133 Boulevard Davout, 75020 Paris.
Métro : Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet
Tram T3b Marie de Miribel

Contact : reppama.contact@gmail.com

Calenda
Voir le compte-rendu

Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Le 2 avril, Libération a publié un article sur les pères monoparentaux ou « pères solos », s’appuyant entre autres sur un article d’Alexandra Piesen, publié dans la Revue des politiques sociales et familiales.

Le titre provocateur de l’article de Libération (« Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ? ») soulève un point important pour l’étude des maternités et des paternités : dans quelle mesure ce qui est considéré comme le « propre » de la maternité ou de la paternité est en fait produit par les rôles généralement endossés par les parents en fonction de leur sexe ? Les enquêtes sur les situations d’inversion du genre interrogent les changements induits sur les rôles genrés, mais aussi les résistances, quand un homme endosse un rôle traditionnellement féminin (ou inversement).

Pour lire l’article de Libération : Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Les nouveaux pères, enfin une réalité ?

En 2016, l’UNAF a publié les résultats d’une enquête quantitative sur la paternité en France, interrogeant les pratiques et les représentations des pères concernant la paternité, de leur définition du « bon père » à leur avis sur la représentation des figures paternelles dans les médias. Si les hommes interrogés dans cette enquête déclarent pour la majorité d’entre eux vouloir être des pères présents pour leurs enfants et plus proches d’eux que ne l’étaient leurs propres pères, la répartition des tâches parentales déclarées par eux laisse apparaître une prise en charge des enfants majoritairement par les mères, ce qui fait écho à de nombreuses enquêtes quantitatives sur la répartition des tâches domestiques au sein du couple. Comme le disait  Anne-Marie Devreux en 1998 : « comment font-ils pour s’impliquer davantage sans y passer plus de temps ? ». Mystère.

Pour aller plus loin : 

Résumé de l’enquête sur le Monde
Synthèse de l’UNAF

Compte-rendu de la séance inaugurale de l’atelier RePPaMa (17.03.2017)

La première séance de l’atelier RePPaMa a consisté en deux présentations, la première d’Hélène Breda et la seconde de Maeli Saidi.

La présentation d’Hélène Breda, portant sur un corpus de six séries télévisées (Six feet under, Desperate Housewives, les Sopranos, Lost, the West Wing, 24h chrono), a mis en lumière des rôles parentaux différenciés en fonction du sexe du personnage au sein du corpus.

Les personnages de pères (Tony Soprano dans les Sopranos, Jack Bauer dans 24h chrono) se situent d’un point de vue narratif à la pointe d’une pyramide, dans la mesure où ils sont le centre des différentes intrigues et que ce sont les personnages qui ont le plus d’influence sur le déroulement de l’intrigue et les lignes d’action des autres personnages (pour ce dernier point, c’est également le cas de Nathaniel Fisher sénior, dans Six Feet Under). Leurs rôles parentaux illustrent l’ambivalence des modèles de paternité ; entre patriarche qui dirige la famille (Nathaniel Fisher sénior, Tony Soprano), endosse le rôle d’apporteur de ressources (Tony Soprano) et de protecteur (Jack Bauer) d’une part et « nouveau père » jouant un rôle affectif auprès de ses enfants (esquissé avec plus ou moins de succès par Tony Soprano, incarné avec plus de réussite par Jack Bauer) d’autre part.

A l’inverse, les personnages de mère sont souvent décentrés de la narration et se situent dans des configurations narratives qualifiées de « molécule ». Là où les pères ont généralement un ascendant vertical sur les autres membres de la famille, les mères se situent davantage dans une configuration de circulation horizontale, jouant le rôle de rassembleuse et de liant entre les personnages (comme les héroïnes de Desperate Housewives, Ruth Fisher dans  Six Feet Under et CJ Cregg dans the West Wing qui est l’attachée de presse du président et qui joue un rôle maternel dans la « famille professionnelle » que constitue le staff du président).

L’intérêt de l’approche méthodologique d’Hélène Breda, qui étudie les trames narratives des séries de son corpus en s’appuyant sur la métaphore du tissu (tressage et tissage narratifs, patchwork, etc.), est de mettre en évidence les parallèles entre la place du personnage dans la narration et son rôle parental auprès de sa famille.

La discussion qui a suivi la présentation a porté d’une part sur la méthodologie et d’autres parts sur des parallèles avec d’autres séries plus récentes.

 

La présentation de Maeli Saidi est basée sur un corpus d’une soixantaine d’entretiens avec des mères en situation de monoparentalité, réalisés en Île-de-France. Elles sont dans cette situation de monoparentalité depuis des durées variables (entre deux mois et trente ans), pour la plupart suite à un divorce et ont en moyenne deux enfants. Elles ont en moyenne entre 45 et 50 ans, et s’inscrivent dans des contextes socioculturels variés. L’exposé portait sur la capacité de ces femmes à « s’en sortir » après la séparation, notamment sur leur capacité à se construire une vie qui ne soit pas orientée uniquement vers la famille.

Trois étapes dans l’émancipation de ces femmes peuvent être identifiées, par rapport aux stigmates qui pèsent sur elles en tant que mères « solos » : se protéger, s’affirmer et lâcher prise. Ainsi, dans un premier temps, les mères ont à cœur de consolider la nouvelle cellule familiale après la séparation et se consacrent entièrement à leurs enfants, en recourant à l’aide de leurs familles pour surmonter cette épreuve. Dans un second temps, elles s’affirment, c’est-à-dire qu’elles prennent de la distance avec leurs familles et plus largement avec l’image de la mère « parfaite » qu’elles tentaient d’incarner, en négociant l’image d’elles-mêmes qu’elles projettent suivant leurs interlocuteurs. Dans un troisième temps, les mères lâchent prise et affichent leur vie personnelle au même titre que leur vie familiale. Pour mener à bien cette émancipation par rapport à une vie entièrement consacrée à la maternité, elles disposent de quatre supports : l’indépendance financière, un « jardin secret » (notamment des nouvelles relations affectives), un bon entourage et du temps pour soi.

La présentation s’est principalement concentrée sur le « jardin secret » et le réseau de sociabilité des mères. Il s’agissait d’une part de mettre en évidence les stratégies mises en œuvre par rapport dans la dissimulation ou la révélation de nouvelles relations conjugales (par exemple, prétendre à ses enfants qu’on va faire du sport pour aller voir son compagnon). D’autre part, on observe une recomposition du réseau amical des mères en situation de monoparentalité. Cette recomposition passe par un double mécanisme. Tout d’abord, les mères minorent leurs liens avec les anciennes amies et leurs familles (proches perçus comme ne comprenant pas la situation de la mère seule voire intrusifs). Ensuite, elles se construisent un nouveau cercle amical, constitué de femmes ayant une situation personnelle similaire (monoparentales, célibataires ou en difficultés), constituant une ressource sur le plan affectif mais aussi matériel.

La discussion après la présentation a porté sur les éléments déclencheurs du passage d’une étape à l’autre (événement, âge des enfants, effet de génération ou de socialisation…), sur la comparaison entre mères et pères en situation de monoparentalité et sur le choix des critères de réussite.

Voir le programme de la séance