Archives par mot-clé : paternité

Compte-rendu de la Dixième séance de l’atelier REPPaMa (26.11.2020)

Le 26 novembre 2020 a eu lieu à l’Ined le dixième atelier du REPPaMa, au cours duquel deux communications ont été présentées.

Virginie Loizeau (doctorante en sociologie à Rennes 2) a présenté une communication intitulée : Maladie respiratoire chronique de l’enfant et dimension genrée des rôles parentaux : le cas de la mucoviscidose. Les parents d’enfants atteints de mucoviscidose sont enjoints par le corps médical à réaliser un travail domestique conséquent afin de prévenir les risques d’infections respiratoires de leurs enfants malades, afin de préserver leur capital pulmonaire. En examinant comment ce travail de prévention spécifique est réparti entre le père et la mère, Virginie Loizeau établit une typologie adaptée de l’analyse culturelle de Mary Douglas et fondée sur deux critères : la distinction entre groupe et grid (individu) et la distinction entre rôles prescrits et rôles construits. Dès lors, Virginie Loizeau identifie quatre types de familles parmi ses enquêté.es : les familles hiérarchiques, individualistes, égalitaires et fatalistes. Les trois premiers types sont répartis de manière égale au sein de l’échantillon. Les familles fatalistes ne concernent qu’une minorité d’enquêté.es et il s’agit de familles présentant des parcours biographiques spécifiques, marqué par un cumul des difficultés. La doctorante a ensuite présenté les trois types principaux de familles en mettant l’accent sur la spécialisation ou non des rôles des parents en fonction de leur sexe. Dans les familles hiérarchiques, les mères sont souvent au foyer ou travaillent à temps partiel et responsables des soins et du travail domestique de la santé, tandis que les pères sont responsables des conditions matérielles (par exemple investir pour rénover le lieu d’habitation dans un objectif de prévention des risques respiratoires). Dans les familles individualistes, le rôle du père et de la mère sont présentés comme coconstruits en fonction des qualités personnelles de chacun des parents ou comme interchangeables. Enfin, dans les couples égalitaires, chaque parent devient « expert » de son domaine de compétence traditionnelle (mère « fée du logis » et père « roi du bricolage »), mais cette spécialisation peut amener à un décloisonnement des savoirs genrés dans la mesure où les parents peuvent se suppléer en cas de besoin (par exemple, la mère connait les informations techniques et le père les informations relatives au ménage). Les questions ont porté sur la méthodologie de l’enquête et sur des précisions quant au rapport des enquêté.es au travail domestique.

Myriam Chatot, post-doctorante à l’Irisso, a présenté une communication intitulée : Familles confinées – Enjeux méthodologiques de l’enquête à distance. Sur la base de deux recherches en cours sur l’articulation travail-famille pendant le confinement de mars-mai 2020 réalisées par le réseau de l’association française de sociologie Articulation des temps sociaux, elle a présenté comment la crise sanitaire a impacté les manières de faire de la recherche de terrain, en s’intéressant à trois thématiques : la conception d’une enquête pendant et sur le confinement, les entretiens par téléphone et visioconférence et les enjeux qu’il y a à enquêter sur un « événement ». Il s’agissait de mettre en évidence les gains et les pertes pour le recueil de matériaux dans ces conditions particulières, en montrant comment cette situation exceptionnelle a permis de recueillir des données qualitatives sur la vie quotidienne des familles, qui sont parfois difficiles à collecter, mais nécessite une flexibilité de la part de l’enquêteur et de l’enquêtrice qui maitrise peu les conditions de passation des entretiens. Elle a également abordé la question du « travail de mémoire », observable par le biais de la confrontation des deux enquêtes (l’une ayant eu lieu pendant le confinement et l’autre retrospective) : lors de la deuxième enquête, les détails concrets sur le quotidien sont difficilement remémorables par les enquêté.es. De même, pour certain.es enquêté.es, l’entretien participe au travail de structuration des souvenirs, ce qui se traduit dans le récit par des contradictions. Les remarques ont porté sur des pistes d’analyse possibles de ces entretiens.

Annexe : méthodologie de l’entretien par téléphone
•Block, E. S., & Erskine, L. (2012). Interviewing by telephone: Specific considerations, opportunities, and challenges. International journal of qualitative methods, 11(4), 428-445.
•Burke, L. A., & Miller, M. K. (2001). Phone interviewing as a means of data collection: Lessons learned and practical recommendations. In Forum Qualitative Sozialforschung/Forum: Qualitative Social Research (Vol. 2, No. 2).
•Drabble, L., Trocki, K. F., Salcedo, B., Walker, P. C., & Korcha, R. A. (2016). Conducting qualitative interviews by telephone: Lessons learned from a study of alcohol use among sexual minority and heterosexual women. Qualitative Social Work, 15(1), 118-133.
•Holt, A. (2010). Using the telephone for narrative interviewing: a research note. Qualitative research, 10(1), 113-121.
•Shuy, R. W. (2002). In-person versus telephone interviewing. Handbook of interview research: Context and method, 537-555.
•Sturges, J. E., & Hanrahan, K. J. (2004). Comparing telephone and face-to-face qualitative interviewing: a research note. Qualitative research, 4(1), 107-118.

Compte-rendu de la neuvième séance de l’atelier REPPaMa (15.10.2020)

Le 15 octobre 2020 a eu lieu à l’Ined le neuvième atelier du REPPaMa, au cours duquel deux communications ont été présentées.

Kanako Takeda, doctorante en sociologie à l’EHESS et au Centre Georges Simmel a évoqué les « Anticipations parentales dans les couples transnationaux franco-japonais : analyse des impacts sur la (re)configuration des rapports conjugaux », à partir d’une recherche menée en master et poursuivie en doctorat.

Elle s’est appuyée sur vingt-trois entretiens biographiques semi-directifs auprès de femmes japonaises qui ont grandi au Japon mais résident en France, et qui sont en couple avec un Français ayant quant à lui grandi en France. Kanako Takeda a interrogé le choix de la France comme lieu de résidence de ces couples franco-japonais et elle a montré que le bien-être de la famille ou future famille est un critère déterminant dans cette décision. La France est perçue comme un environnement avantageux pour les femmes, leur permettant d’élever des enfants tout en travaillant alors que le Japon est présenté, au contraire, comme peu propice pour concilier carrière professionnelle et maternité. La chercheuse s’est ensuite intéressée aux reconfigurations du lien conjugal et des rôles familiaux qu’entrainent l’installation en France et le fait d’y fonder une famille. Pour ce faire, elle a distingué quatre types de parcours des femmes japonaises en distinguant le lieu de rencontre, le lieu de cohabitation au début de couple et le projet conjugal et parental. Elle a souligné que les femmes qui parlent français avant de migrer s’insèrent facilement dans le marché du travail, mais que l’organisation domestique et l’emploi du temps des enfants restent prioritaires. Celles qui ne parlaient pas français avant d’émigrer ont beaucoup de mal à trouver un emploi, ce qui affecte les relations conjugales et génère des asymétries avec leur conjoint. Alors que les travaux sur la migration féminine mettent souvent en évidence l’ébranlement des normes de genre qu’elle provoque, Kanako Takeda a décrit le paradoxe entre un projet migratoire et familial conçu comme facilitant la réalisation de soi pour les femmes japonaises, et une installation en France qui reproduit ou accentue les asymétries de genre au sein du couple.

La discussion qui s’est suivie a porté sur des enjeux méthodologiques, notamment dans la composition sociale et géographique du panel de femmes interrogées. Le contexte japonais de répartition du travail domestique et reproductif a également été débattu.

Marie-Noëlle Dabestani, doctorante en sciences de l’éducation à Paris 8 et au CIRCEFT-ESCOL, a ensuite présenté une communication intitulée : « Enquêter sur la relation entre école maternelle et familles. Cas d’un « jouet scolaire » et de son cahier introduits au domicile des parents ». Elle a présenté le cadre théorique, méthodologique et certains résultats de sa thèse qu’elle soutiendra en décembre, sur la réussite à l’école maternelle.

Depuis trente ans, l’institution scolaire pense la collaboration entre les familles et l’école comme une condition importante de la réussite des jeunes élèves. Marie-Noëlle Dabestani a étudié l’application de cet objectif de collaboration à partir de deux dispositifs pédagogiques : la cahier de vie, qui présente les activités faites à l’école et qui est ramené à la maison pendant les vacances, au cours desquelles les familles sont invitées à le compléter ; et la mascotte de la casse, qui est ramenée à la maison par les enfants à tour de rôle, avec son cahier dans lequel sont inscrites les activités faites avec cette peluche dans la famille. La chercheuse a mené des entretiens avec 27 mères d’enfants inscrits en maternelle dans des régions rurales, urbaines et industrielles, en zone d’éducation prioritaire ou non. Elle a interrogé des mères de classe supérieure et populaire, et s’est efforcée de conduire l’entretien en feuilletant le cahier de vie ou celui de la mascotte. Elle a aussi sollicité les enfants pour obtenir des précisions sur certaines réponses, lorsqu’ils étaient présents, permettant ainsi d’objectiver les pratiques des mères. Conjointement, elle a réalisé des entretiens avec 25 instituteur·ice·s.

Marie-Noëlle Dabestani a montré la connivence entre les familles à fort capital scolaire et l’école. Les premières se saisissent des deux dispositifs pédagogiques pour montrer l’acculturation de leur enfant aux normes scolaires, tandis que les instituteur·ice·s se tournent prioritairement vers les parents de classe supérieure pour faire fonctionner le système de la mascotte. Pour les familles de milieu populaire, ce « discours silencieux » de l’école peut au contraire être perçu comme un obstacle, car la dissociation entre le temps de l’école et celui de la maison est au contraire valorisée ; et les enseignant·e·s ont davantage tendance à tenir les familles populaires à l’écart de ces dispositifs pédagogiques.

Les participant·e·s de l’atelier sont revenu·e·s sur les enjeux méthodologiques de cette présentation, à travers le dispositif d’entretien dont le caractère novateur a été souligné. La discussion a aussi porté sur d’autres aspects de la thèse de Marie-Noëlle Dabestani, et notamment sa dimension socio-historique, à travers l’évolution du discours pédagogique et institutionnel sur la collaboration entre l’école et les parents.   

Séance de séminaire – Des hommes et des contraceptions

Le Laboratoire Contraception&Genre organise la douzième séance de son séminaire le mardi 22 septembre, de 14h30 à 17h30.
Compte tenu de la situation sanitaire, et afin de permettre au plus grand nombre d’y assister, la séance aura lieu en ligne, via Zoom. Si vous désirez y participer, merci de nous envoyer un mail à contraception.genre@gmail.com et nous vous communiquerons le lien la veille du séminaire.

Thème de la séance :Des hommes et des contraceptions
Intervenantes :

  • Mireille Le Guen, démographe, en post-doctorat à l’UCLouvain et associée à l’Ined, pour une présentation intitulée : « Étudier les pratiques contraceptives des hommes : révéler la norme contraceptive genrée et interroger les masculinités »    
  • Cécile Thomé, docteure en sociologie, post-doctorante à l’Ined, pour une présentation intitulée : « Étudier la contraception à travers les discours des hommes : une pratique « féminine » entre mises à distance et appropriations »

 La discussion sera assurée par des membres de l’ARDECOM

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lucie Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).

Soutenance de thèse d’Edouard Leport – 13 mars 2020 – Quand les pères montent la garde

Quand les pères montent la garde.
Discours, pratiques et conscience de domination dans les mobilisations collectives de pères séparés.

Elle se tiendra le *vendredi 13 mars 2020 à 14h* dans la salle de
conférences du CRESPPA, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris.
Le jury est composé de:

**Laure BERENI*, Directrice de recherche au CNRS (Centre Maurice
Halbwachs – ENS) Rapporteure
*Anne-Marie DEVREUX*, Directrice de recherche émérite au CNRS
(CRESPPA-CSU) Directrice de thèse
*Francis DUPUIS-DÉRI*, Professeur (IREF-REQEF Université du Québec à Montréal) Rapporteur
*Sibylle GOLLAC*, Chargée de recherche au CNRS (CRESPPA-CSU)**Examinatrice
*Lilian MATHIEU*, Directeur de recherche CNRS (Centre Max Weber – ENS) Examinateur
*Pascale MOLINIER*, Professeure des Universités (UTRPP-EA – Paris 13) Examinatrice

La soutenance est publique et sera suivie d’un pot auquel vous êtes
cordialement invité-e-s. Afin d’en faciliter l’organisation, merci de
m’indiquer votre présence à cette adresse : edouardleport@herbesfolles.org

*Résumé de la thèse*

Cette thèse analyse les modalités et les conséquences de la
mobilisation d’hommes en tant que pères dans la partie la plus
active du mouvement masculiniste français, les associations de pères séparés et divorcés.

Ce travail est fondé sur une enquête qualitative constituée de 24
entretiens semi-directifs approfondis avec des militants et des
bénéficiaires de 7 associations différentes, ainsi que 32
observations de permanences d’accueil et de conseil menées dans 3
de ces associations, terrain qui s’enrichit de l’analyse de
nombreuses sources écrites produites par le mouvement. Ces matériaux permettent d’étudier le discours construit et diffusé par les associations afin d’en comprendre la construction argumentative, d’analyser ses effets sur les pratiques collectives et
individuelles des pères concernés ainsi que sur leur subjectivité.

Dans une première partie, la structuration actuelle du mouvement
français pour les droits des pères est reconstituée dans une
cartographie insistant sur ses spécificités dans l’espace des
mouvements sociaux mais aussi dans l’espace international. Les
revendications et les répertoires d’action mobilisés sont étudiés
en lien avec leur rôle dans la production sociale d’un groupe de
« pères séparés, injustement privés de leurs enfants ».

La seconde partie de la thèse analyse la construction de la
structure argumentative du mouvement en insistant sur les
conséquences matérielles des conseils fournis aux pères venus
consulter les associations, et la portée des analyses et des
revendications diffusées. Les discriminations dénoncées par les
pères de ces associations révèlent leur attachement à la position
socialement dominante qu’ils occupent dans les rapports sociaux de
sexe et qui se trouve partiellement écornée par le divorce ou la
séparation.

Enfin, la troisième partie analyse le rôle du mouvement pour les
droits des pères dans la production et le renforcement de leur
subjectivité de dominants et montre comment ce mouvement incitent
les pères à dissimuler la conscience masculine de domination.

Cette thèse articule ainsi la sociologie des mouvements sociaux et
celle des groupes dominants avec l’étude des rapports sociaux de
sexe et le féminisme matérialiste.

Podcast – Môme

Laura Boit a créé un podcast sur le désir ou le non-désir d’enfant : môme. On y parle de nulliparité, de maternité, de paternité, de stérilisation, de contraception, d’avortement, de famille, de regret, de PMA, de GPA… A écouter par exemple sur Anchor.

Parution – actes de la journée d’étude « Maternités, paternités »

Les actes de la journée inaugurale du réseau, « Maternités, Paternités : Représentations, Pratiques, Nouvelles perspectives », sont publiés chez Encyclo ! Vous pouvez les lire ici.

Sommaire :

Séminaire – Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614) (06.02.2020, Paris)

Séminaire Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté

 Organisé par Laurent Barry (ehess, las), Claire Chatelain (cnrs, crm), Isabelle Daillant (cnrs, erea-lesc) et Michaël Gasperoni (cnrs, crm)

 1er et 3e jeudis du mois de 13 h à 15 h (salle 6, 105 bd Raspail, Paris), 

du 7 novembre 2019 au 4 juin 2020

Séance du 6 février 2020

Régine Maritz (fnrs/Centre Roland Mousnier)

Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614)

Cette contribution porte sur la cour princière de Wurtemberg dans le Saint Empire germanique sur une période d’environ trente ans à compter de 1580. Les rôles de parenté genrés du duc et de la duchesse, qui ont facilité la pratique du pouvoir de multiples façons, seront au cœur de l’exposé. La place de la duchesse dans le couple et dans la famille ducale était enracinée dans une pratique éducative plus large qui visait à enseigner aux femmes de la haute aristocratie à s’adapter au caractère de leur mari afin de stabiliser les mariages dynastiques en privilégiant le travail émotionnel féminin. Nous verrons combien l’ensemble de la structure administrative de la cour princière a été conçue pour se conformer à une sorte de macro-foyer domestique dominé par le duc et la duchesse. Les hommes et les femmes de la cour se sont vu attribuer des rôles spécifiques dans leur entourage, ancrant de fait chaque individu dans un système genré de parenté virtuelle avec la dynastie au pouvoir. Les groupes homosociaux de la cour ont ainsi favorisé un sentiment d’appartenance spécifique chez de nombreux courtisans. De manière plus générale, nous verrons que la réélaboration permanente de la catégorie du genre et de son contenu était en soi une pratique importante du pouvoir, qui a contribué à créer une cohésion entre les différents groupes de la société de cour et qui a préservé des zones de flexibilité au sein du système dynastique.

Soutenance – La paternité « ordinaire » en prison par Marine Quennehen (13.12.2019, Paris)

14h, à l’Institut national d’études démographiques (INED), en salle Alfred Sauvy (1er étage, 133 boulevard Davout 75020 Paris)

Résumé de la thèse : 

Comment l’incarcération affecte-t-elle le rôle paternel ? La prison produit des conditions spécifiques d’actualisation de ce rôle, définies par les conditions d’incarcération et d’autres éléments provenant du parcours biographique. Il s’agit d’appréhender la paternité non pas à travers une seule dimension (le lien père-enfant en prison), mais plusieurs (histoire familiale, conjugale, etc.).

Cette thèse fait dialoguer la sociologie de la famille, du genre et de la disqualification sociale, et propose une approche pluridimensionnelle de son objet, la paternité en prison. Nous distinguons et articulons trois dimensions : une analyse relationnelle de la paternité en contexte d’incarcération, saisie par les pratiques concrètes des pères détenus et de leur entourage ; une approche biographique replaçant le présent dans l’histoire familiale des pères rencontrés ; et enfin, une analyse « compréhensive » des normes, qui s’efforce de saisir comment ces hommes pensent et analysent leur rôle de père. Cette thèse repose sur des entretiens répétés avec soixante-dix détenus, rencontrés de deux à trois fois dans deux maisons d’arrêt et deux centres de détention. Cette méthodologie induit un retour réflexif des enquêtés sur eux-mêmes. Conjointement, des entretiens ont été réalisés avec différent∙es professionnel∙les travaillant en milieu carcéral, complétés par des observations ethnographiques en détention et lors de réunions des commissions d’aménagement des peines, dans le but de comprendre dans quelle mesure la paternité en prison était prise en compte par l’institution.

Cette thèse met en évidence deux résultats principaux. La paternité, tout d’abord, peine à acquérir une place prépondérante dans les récits, les pratiques et les espaces de la détention. Il n’existe pas d’attentes particulières de l’institution concernant les liens familiaux des hommes incarcérés. Les hommes détenus n’ont aucune visibilité sociale en tant que pères. Le second résultat est qu’il n’existe pas une paternité en prison, mais bien un éventail de situations paternelles. Nous avons forgé une typologie des paternités en prison qui se décline en quatre types : « marginale », « suspendue », « brisée » et « ressource ».

Informations pratiques
L’Ined se trouve à proximité des stations Marie de Miribel (T3b), Porte de Montreuil (M9), Porte de Bagnolet (M3), Alexandre Dumas (M2, un peu plus loin).
Cependant, compte tenu du mouvement social à la RATP, l’accès le plus simple vendredi devrait être :

  • M1 jusqu’à Porte de Vincennes (trafic normal) puis T3b jusqu’à Marie de Miribel
  • M1 jusqu’à Nation ou Porte de Vincennes puis marche (20min)
  • Entre 16h30 et 19h30 : M1 jusqu’à Nation puis M9 jusqu’à Porte de Montreuil

Journée d’étude – Doctorat et vie privée : quelles articulations ? (12.12.2019, Paris)

La neuvième journée d’étude des doctorant.es du Cerlis aura pour thème cette année « Doctorat et vie privée : quelles articulations ? » . Elle se déroulera le jeudi 12 décembre 2019 en salle Claude Simon de la Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris. La journée s’articulera autour de trois thématiques :
– Être le sujet de sa thèse ?
– Vie privée, ruptures et continuités des temporalités de la thèse
– Les doctorant.es en situation de mobilité sociale, « l’enfer c’est les autres » ?
La question des maternités et des paternités sera notamment abordée dans la deuxième session.

Programme

Colloque – Care-Practices of Fathers in International Comparison: Do Policies Matter? (16.01.2020, Landshut en Allemagne)

January 16-18, 2020 – University of Applied Sciences Landshut, Germany #fatherresearch2020

Ce colloque réunit un ensemble de chercheurs de sciences sociales travaillant sur la paternité dans différents pays européens, en Chine et aux Etats-Unis pour étudier les pratiques de care des pères dans une perspective internationale. Il s’agit particulièrement d’étudier l’articulation entre les pratiques de care des pères dans la vie quotidienne, les structures de l’État-providence dans leur dimension genrée et les politiques ciblant spécifiquement les pères. Les sessions mettront l’accent sur l’influence des politiques publiques, de la diversité des formes de famille et des événements de la vie sur l’engagement parental des pères, dans différents contextes nationaux.

L’objectif du colloque est également d’initier un réseau de recherche international sur les pères.

Programme et informations ici
Inscription avant le 1 décembre : 60 euros
Inscription à partir du 2 décembre : 100 euros

Colloque – Tuer les pères : femmes derrière la caméra dans les films de famille (09.12.2019, Paris)

En 1979, Roger Odin publie l’article « Rhétorique du film de famille » dans le numéro Rhétoriques, sémiotiques de la Revue d’Esthétique en proposant une définition du film de famille, à savoir « un film réalisé par un membre d’une famille, à propos d’objets ou d’événements liés d’une façon ou d’une autre à l’histoire de cette famille, et à usage privilégié des membres de cette famille ». La pratique familiale de la prise d’images a fait l’objet de nombreux travaux scientifiques au sein de plusieurs disciplines : de la sociologie (Bourdieu, 1965) à l’anthropologie (Chalfen, 1987), de l’histoire (Zimmermann, 1995) à la communication (Odin, 1995, 2011 ; Moran, 2002 ; Cati, 2009 ; Rascaroli, Young, Monahan, 2014 ; Sapio, 2016) en passant par les études cinématographiques (Turquety, Vignaux, 2016 ; Rodovalho, 2018). Les films de famille remplissent des fonctions essentielles au travers desquelles se trouvent mis en jeu la famille et ses membres, leur rôle et leur identité. Dans cette perspective, la réalisation et le visionnage en famille d’images privées contribuent à un processus de subjectivation et constituent des « espaces de communication » (Odin, 2011) caractérisés par de forts enjeux de pouvoir. 

Quarante ans après la publication de l’article de Roger Odin, Giuseppina Sapio et Beatriz Rodovalho ont souhaité proposer une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. Il s’agira alors de penser les manières de voir et de se voir qui existent au sein des groupes familiaux et que les dispositifs (caméras analogiques et numériques).

Lieu : Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle (4 rue des Irlandais, 75005 Paris)

Précisions et programme

Conférence – Quel congé paternité pour une réelle égalité ? (09.10.2019, Paris)

Mercredi 9 octobre 2019, de 17h00 à 19h00
Amphithéâtre Simone Veil – 28 rue des Saints-Pères 75007 Paris

Le « congé second parent », congé de paternité et d’accueil de l’enfant, est-il satisfaisant dans ses modalités actuelles ? Comment le réformer pour atteindre l’égalité entre les deux parents ?

Aujourd’hui, en France, le congé de paternité est facultatif. Sa durée maximale est fixée à 11 jours, 18 jours en cas de naissances multiples.
L’Inspection générale des affaires sociales et le Haut conseil de la famille se sont prononcés pour un allongement du congé second parent à quatre semaines. Cette proposition bénéficie d’un accueil plutôt favorable de l’opinion publique : 38% des françaises et français trouvent le congé de paternité trop court et 63% des 18-24 ans souhaitent qu’il soit allongé (Baromètre DREES, 2019). Pourtant, depuis sa création en 2002, le congé de paternité n’a pas évolué.
Des féministes relancent le débat : Le PA.F, collectif pour une PArentalité Féministe, réclame un congé garanti et égal en durée pour les deux parents.

Pourquoi et comment réformer le congé deuxième parent ? Faut-il défendre cette réforme comme un levier de justice sociale, de performance économique, ou d’urgence sanitaire ?

Une discussion avec :
• 𝗠𝗲𝗿𝗰𝗲𝗱𝗲𝘀 𝗘𝗿𝗿𝗮, présidente exécutive d’Havas Worldwide, fondatrice de BETC
• 𝗘𝗺𝗺𝗮𝗻𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗝𝗼𝘀𝘀𝗲, présidente Le PA.F – collectif pour une PArentalité Féministe
• 𝗛𝗲́𝗹𝗲̀𝗻𝗲 𝗣𝗲́𝗿𝗶𝘃𝗶𝗲𝗿, économiste à l’OFCE, directrice du Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre de Sciences Po, membre du Haut Conseil de la Famille.
• 𝗕𝗼𝗿𝗶𝘀 𝗩𝗮𝗹𝗹𝗮𝘂𝗱, député Parti Socialiste de la troisième circonscription des Landes, membre de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale.
𝗠𝗼𝗱𝗲́𝗿𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 : 𝗩𝗶𝗻𝗰𝗲𝗻𝘁 𝗘𝗱𝗶𝗻, journaliste indépendant.

Inscription obligatoire
Contact

Compte-rendu de la huitième séance de l’atelier RePPaMA (13.06.2019)

Lors de ce huitième atelier du REPPAMA, nous avons entendu deux communications.

La première intitulée « Être une mère moderne : la maternité dans Marie-Claire en 1954 » est issue du travail de thèse d’Alexie Geers mêlant histoire et sociologie du genre, de la culture et des classes sociales. Lors de son passage, Alexie Geers a montré que dans le magazine Marie-Claire s’adressant à cette époque à des femmes des milieux moyens et supérieurs, la maternité était traitée narrativement et visuellement comme un métier. Par ce biais, il s’agissait d’en faire une sphère de valorisation identitaire à diffuser un modèle de féminité, basé sur la maternité (par opposition à la période 1937-1944, où Marie Claire est centré sur la beauté). La chercheuse met en avant la mise en texte et image de l’amour dans la famille pensé comme le socle de sa stabilité. En outre, rappelant l’essor du taylorisme à cette époque, Alexie Geers s’est attachée à décrire les ressorts de la mission de modernisation des foyers confiée à ces femmes et largement relayée par Marie-Claire auprès d’elles. Pour ce faire, des campagnes publicitaires et des articles incitent les mères à se munir et à utiliser de nouveaux objets industriels (berceaux, chauffe-biberons etc.) et/ou issus de l’industrie agro-alimentaire naissante (lait infantile, etc.). Il s’agissait également de promouvoir les connaissances nouvelles issues de la psychologie du développement promouvant une éducation des enfants résolument moderne au service de leur épanouissement. Enfin, dans un dernier temps de son intervention, Alexie Geers a conclu sur la forte propension du magazine Marie-Claire à valoriser des modèles de féminité traversés par les codes de l’érotisme et de la séduction. Á cet égard, les mères modernes et professionnelles dépeintes dans ses pages n’en restaient pas moins représentées sous l’angle d’une grande importance accordée à leur apparence portant talons et tabliers laissant deviner leur taille affinée.

Les questions de fin de séance ont principalement porté sur la méthodologie adoptée pour le recueil des données (modalités d’accès aux archives, d’observation des images et des textes, de l’analyse des contenus, prise en considération du courrier des lecteurs dans les analyses). Des questions ont également été soulevées au sujet d’une lecture décoloniale et masculine (paternelle) des données et l’influence que celle-ci aurait pu avoir sur les résultats obtenus.

La deuxième communication intitulée « Combattre la mort ou la préparer pour « préserver » ses enfants » a été donnée par Anaïs Mary d’après trente entretiens menés dans le cadre de sa thèse en sociologie avec des parents (vingt-cinq mères et cinq pères) ayant eu un cancer. Après avoir rappelé les différences de différences et de pratiques concernant la parentalité en fonction du sexe du parent, la doctorante s’est intéressée à l’impact de la maladie sur la conception du rôle de parent des enquêtés. Le risque de mourir des suites de cette maladie est largement revenu dans les discours des personnes interrogées. Bien davantage pensé pour les enfants que pour soi, il suscite nombre de craintes qui émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions du rôle de parent est à l’origine de positionnements différents au sujet de la maladie. Pour les premier.ère.s, se pensant comme irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie et la mobilisation d’un vocabulaire guerrier (utilisation récurrente de termes ou expressions tels que « combat », « se battre » etc.). Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort est moins appréhendée en termes de tragédie familiale, mais comme un risque qui doit être anticipé.

Les questions adressées en fin de séance ont porté sur les possibilités de redéfinition du rôle du parent survivant pensées en fonction du genre, l’annonce du cancer, l’influence du type de cancer (notamment cancers du sein/de la prostate) sur les redéfinitions de la parentalité pendant la maladie…

Programme de la séance

Appel à communication – Ateliers RePPaMa 2019-2020

Le Réseau Pluridisciplinaire sur les Paternités et les Maternités (RePPaMa) cherche des intervenant.es pour ses ateliers de 2019-2020, qui auront lieu à l’INED (Paris). Durant ces ateliers, deux intervenante.s disposent de 45 minutes chacun.e  pour présenter leurs recherches et/ou effectuer une communication et/ou soulever des points de méthodologie. Chaque communication sera suivie d’une discussion d’une trentaine de minutes avec le public présent. Ces ateliers sont une occasion d’échanges dans un cadre bienveillant entre jeunes chercheur.euses travaillant sur les maternités et/ou les paternités appartenant à différentes disciplines des sciences humaines.

Si vous souhaitez intervenir, nous vous invitons à proposer une proposition de communication d’une page ou deux (au format PDF, ou traitement de texte comme Word ou OpenOffice) sur les thématiques des paternités et des maternités, à l’adresse suivante : reppama.contact@gmail.com. Le titre devra prendre la forme : RePPaMa2019 – Prénom Nom – Titre de la communication.

 Les dates d’ateliers pour 2019-2020 sont les suivantes :
– 24 octobre 2019
– 5 décembre 2019
– 26 juin 2020

Pour en savoir plus