Archives par mot-clé : parentalité

Compte-rendu de la douzième séance de l’atelier REPPaMa (25.03.2021)

Amélie Keyser-Verreault, chercheure postdoctorale à l’Institut Simone de Beauvoir, Université Concordia et Global Asia Research center, National Taiwan University a présenté une communication intitulée : « On ne naît pas belle, on le devient : devoir maternel et formation trans-individuelle de l’entrepreneure de l’esthétique à Taïwan ». Ayant mené soixante-dix entretiens semi-directifs et des observations participantes aux côtés de mères issues de milieux urbains favorisés, Amélie Keyser-Verreault a mis en exergue une forte prégnance des normes de beauté qui s’imposent aux femmes qui les incarnent et se les transmettent dans un cadre de « modernité compressée ». Cette expression marque la cohabitation de plusieurs ontologies oscillant entre confucianisme et néo-libéralisme dans le cadre desquelles les valeurs de compétition sont particulièrement valorisées. Celles-ci s’incarnent notamment dans une « anxiété dans la parentalité » dont tous les efforts vont être orientés vers la « production » d’enfants compétitifs. Ces derniers sont investis comme « capital humain » grâce auquel ils tireront des bénéfices d’ordre socio-économique dans le futur. La nature de ce capital est fortement dépendant de leur sexe. Pour les filles, il s’agit de la capacité à se conformer à un canon de beauté hégémonique (minceur, peau claire, apparence jeune, grands yeux, cheveux longs et soyeux, attitude “mignonne”), qui leur permettra de jouir d’avantages sociaux dans le cadre des institutions maritale et professionnelle.  Son acquisition implique un très fort investissement de la part des mères dès leur grossesse. À cet égard, ces dernières se voient enjointes de respecter un régime alimentaire censé promouvoir la blancheur de la peau de leurs filles. Demeurant dans le futur, ce souci sera conjugué à d’autres tenant de la transmission d’une attitude « mignonne » et d’une très grande attention portée à leur alimentation. La minceur constituant le gage primordial de la beauté à Taïwan, les mères, sous peine d’être dépréciées par leur entourage féminin et, dans une moindre mesure, masculin, sont incitées à « dresser l’appétit » de leurs enfants filles ou à les décourager de consommer des aliments réputés pour faire grossir. À contrario, des réprimandes, voire des châtiments corporels, peuvent être observés lorsque leurs comportements alimentaires contreviennent ou pourraient contrevenir aux normes sociales de minceur en vigueur faisant promotion d’un IMC inférieur à 18. Ne se vérifiant pas pour les garçons, Amélie Keyser-Verreault souligne cependant qu’il n’est pas souhaitable de lire ces données à la lumière d’un discours psychologisant occidental à orientation féministe. En effet, l’éducation de Taïwan ne semble en rien contradictoire avec l’épanouissement des enfants, garçons comme filles qui, une fois adultes, utilisent leur beauté à leur avantage. Elle n’y voit donc en rien une question d’aliénation ou de soumission au mythe de la beauté. Par ailleurs, ce contrôle social exercé sur l’apparence des filles (en particulier concernant leur poids) notamment par le biais de remarques est particulièrement important dans la société taïwanaise et dépasse les seules relations mère-fille.

Les questions adressées à Amélie Keyseur-Verreault portaient 1) sur la comparaison des gains tirés de la beauté pour les filles et ceux relevant des études pour les garçons, 2) sur le poids que prenaient les injonctions à la beauté pour les garçons et sur ce qu’ils pouvaient en tirer à l’âge adulte, 3) sur l’influence de la classe sociale sur la transmission de ces normes de beauté, 4) sur le rôle des hommes dans cette transmission, 5) sur la perception de l’enquêtrice par les enquêtées en perspective des canons de beauté Taïwanais, 6) sur la conciliation des différents types d’approches féministes et enfin 7) sur la pertinence d’un dispositif méthodologique qui aurait pu intégrer les enfants sur lesque(le)s pèsent ces normes de beauté ou les mères des femmes interrogées.

Laura Verquere, doctorante en sciences de la communication et de l’information à Sorbonne Université a présenté une communication intitulée : « Recomposition d’une masculinité hégémonique dans le cadre du problème public du congé paternité ». Sa recherche a pour objectif de saisir la structuration d’un problème public relevant du congé paternel afin de montrer, comment derrière l’objectif affiché de réduire les inégalités de genre, il contribue in fine à les reproduire. Pour en faire démonstration, elle mène une enquête de terrain auprès d’associations, de collectifs féministes et de pères, notamment certains d’entre eux qui ont connu un écho médiatique important à l’occasion de la parution d’une tribune parue en juin 2020 en faveur de l’allongement du congé paternité, mais aussi d’un corpus de presse (médias généralistes et presse “féminine”). Faisant porter sa communication sur cinq de ces pères “engagés”, Laura Verqueur a montré que derrière une rhétorique de paternité heureuse et moderne dont ils se font les porte-paroles, ces hommes contribuent à reconduire les structures de genre qui pourraient être qualifiées de « traditionnelles ». Ces hommes occupent une position sociale susceptible que leur parole soit relayée dans les médias : ils sont blancs, citadins, en couple hétérosexuel et mariés avec la mère de leurs enfants, et possèdent par ailleurs un capital culturel et économique important (diplômés de grandes écoles). Leur engagement se fonde sur des expériences parentales heureuses et positives et justifient leur prise de parole dans l’espace médiatique par le constat d’une absence de la voix des pères sur la parentalité. Leur engagement dans la parentalité est de nature lucrative et fortement individualisée, là où celui des femmes dans ce domaine est collectivisé et n’engage à aucune rémunération. En effet, leur expertise repose principalement sur la mise en récit de leur expérience parentale, par le biais de récits autobiographiques (publiés sous forme de livres ou de billets de blog) et peut donner lieu à une activité rémunérée de conseiller aux entreprises sur la paternité. En s’appuyant sur la figure du “nouveau père”, ils enjoignent les hommes à “oser faire autrement” que ce que prescrivent les modèles traditionnels de paternité. Cependant, le contenu donné à ce nouveau modèle de “super papa” n’est jamais explicité. S’ils affirment bousculer les stéréotypes de sexe, l’analyse de leurs discours et des codes visuels auxquels ils ont recours montre au contraire la prégnance d’une binarité de genre. Ainsi, leurs “emprunts” au féminin se limitent à la réappropriation de quelques traits qui lui seraient propres tels que l’amour porté à l’enfant, la douceur vis-à-vis de lui etc. La masculinité est à l’inverse prégnante par une rhétorique de la performance, du courage, et à la valorisation d’une paternité dont le pouvoir est au fondement. Cet élément prend forme dans le lexique utilisé dans les ouvrages de parentalité dont ils sont les auteurs dans lesquels les pères sont présentés sous les traits de « vikings », de « rois » ou encore de « dieux ».

Les questions adressées à Laura Verqueur portaient sur : 1) les mères engagées dans des collectifs féministes sur la parentalité 2) sur les congés (parentaux ou paternités) de ces hommes 3) sur la place des mères de leurs enfants dans leurs discours 4) sur l’étude par la chercheuse des pratiques parentales de ces hommes.

Journée d’étude – Secrets de famille (08.04.2021)

Nous avons le plaisir de vous communiquer le programme de la journée d’étude « Secrets de familles. Comment enquêter sur l’espace privé ? », qui aura lieu le 8 avril 2021, de 9h30 à 17h15. Elle se déroulera sur Zoom ou à l’Ined (salle Sauvy sur le campus Condorcet), selon les conditions sanitaires.

Secrets de familles – comment enquêter sur l’espace privé ? 8 avril 2021 de 9h30 à 17h15

Sur Zoom ou à l’Ined (Salle Sauvy)- Campus Condorcet- Aubervilliers –

Ouverture de la journée à 9h30

Session 1 : Entrer dans la confidence – 9h40 – 12h

– Théoxane Camara (Université de Poitiers – Gresco) – De la monographie familiale à l’ethnographie familiale « en pointillés ». Enquêter les familles d’immigrés maliens par-delà les silences
– Amandine Rochedy (Université Toulouse – CERTOP/ISTHIA) – Ethnographie des socialisations alimentaires des enfants présentant des « troubles » du comportement alimentaire
Pause 10 minutes
– Gaëlle Larrieu (EHESS – OSC) – Entrer dans les familles pour étudier les secrets de famille : quand les parents révèlent à l’enquêtrice ce que les enfants ne savent pas
– Camille Masclet (CNRS – CESSP) – Etudier parents et enfants à l’âge adulte : des enjeux spécifiques ?
Pause de 5 minutes et 45 minutes de discussion

Pause repas 12h-13h30

Session 2 : Franchir le seuil (du domicile des familles) – 13h30 – 15h15

– Sarra Mougel (Université de Paris – Cerlis) – Le domicile des enfants malades : quel accès à l’intimité en hospitalisation pédiatrique à domicile ?
– Paule Perron (HEAD) et Fiona Del Puppo (LaSUR – EPFL) – Faire parler le logement – Le dessin d’architecture comme matériel d’enquête ethnographique dans le logement familial.
– Samuel Fely (EHESS) – Observer les enfants au sein de leurs familles : retour réflexif sur les contraintes de genre et de classe dans l’ouverture d’un terrain ethnographique.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

Pause de 15 minutes 

Session 3 : Ce que la famille laisse voir : collecter des matériaux indirects – 15h30 – 17h15

– Louise de Morati (Université Libre de Bruxelles – CHDAJ) – Recherche d’origines chez les personnes adoptées et issues de PMA avec don : usages des réseaux sociaux et enjeux de l’ethnographie numérique.
– Jessica Pothet (Université de Lorraine – 2L2S) Apports et limites de l’observation de mises en scènes de la maternité sur les réseaux sociaux. Réflexions à partir d’une recherche en cours.
– Hélène Malarmey (Université Paris-Dauphine – IRISSO) Pénétrer l’intimité des familles en étudiant leurs relations avec un tiers marchand. Enquête auprès des familles-clientes d’agences de garde d’enfants.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

********

L’inscription est obligatoire via ce lien.

Comité d’organisation (les coordinatrices du REPPaMa et du laboratoire junior : Parentalités plurielles et genre) : 
Inès Anrich (Paris 1 Panthéon-Sorbonne-CRHXIX), Myriam Chatot (EHESS-Iris-CMH), Marie-Caroline Compans (Ined, Paris 1-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (Ined-UVSQ-Printemps), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS). 

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 25 mars 2021

Nous avons le plaisir de vous convier à notre onzième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 25 mars 2021 de 14h00 à 16h30 en ligne.

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Amélie Keyser-Verreault et de Laura Verquere.

Amélie Keyser-Verreault (Université du Québec) : On ne naît pas zhenmei, on le devient : surveiller la beauté de ses filles et enseigner le travail de l’esthétique, une responsabilité maternelle à Taïwan.

Laura Verquere (Celsa – GRIPIC) : Formes de maternité et paternité émergente dans le problème public du congé paternité : une approche relationnelle

L’atelier aura lieu par visioconférence. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Appel à communication – Secrets de familles (20.01.2021)

Le Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités a le plaisir de vous diffuser l’appel à communication : Secrets de familles – comment enquêter sur l’espace privé ?

La famille est un objet difficile à appréhender par le chercheur ou la chercheuse en sciences sociales, dans la mesure où ce qu’il s’y passe et les relations entre ses membres reste de l’ordre de l’intime, dissimulé derrière les murs du foyer. L’ordinaire de la vie familiale ne laisse que peu de traces et de documents. Recueillir des matériaux d’enquête consiste alors souvent à collecter la parole des intéressé.es, par le biais d’entretiens, de sources écrites personnelles ou institutionnelles. Cependant, d’autres méthodes peuvent être mobilisées par les chercheur.ses pour “voir” la famille plutôt que pour l’entendre se raconter. L’objectif de cette journée d’étude est de discuter des difficultés méthodologiques inhérentes aux enquêtes sur l’objet “famille”, d’entrer dans “les cuisines de la recherche” afin de découvrir certaines des méthodes originales mobilisées par des enquêteur.ices pour percer les secrets des familles.

Sont bienvenues toutes propositions de chercheur.euse en sciences humaines portant sur une enquête sur/relative à la famille, qui soit ont mobilisé d’autres matériaux que l’entretien ou les sources souvent utilisées pour écrire l’histoire ou le quotidien de la famille, soit offrent une relecture originale des corpus en question. Trois axes principaux de réflexion sont privilégiés.

1. Ethnographier la famille

L’observation directe des pratiques familiales est souvent exclue d’emblée par le chercheur ou la chercheuse : d’invité.e, iel peut vite devenir intrus.e s’iel s’attarde au domicile pour observer les pratiques familiales. Pourtant, négocier une ethnographie familiale est possible, pour peu que l’enquêteur.ice adapte son enquête aux contraintes de ses informateur.ices. Martine Croteau (2011) a ainsi réalisé plusieurs séances d’observation des repas (de la préparation au rangement) dans les familles. L’enquête peut aussi prendre la forme d’une ethnographie d’une famille unique, comme celle menée par Alain Cottereau et Mokhtar Mohatar Marzok (2012), qui se sont employés à répertorier et à quantifier au jour le jour le mode de vie d’une famille andalouse d’origine marocaine, par des séances d’observation, des entretiens, mais aussi par la reconstitution des dépenses et des emplois du temps des membres de la famille. Plus indirectement, l’ethnographie de la famille peut aussi passer par le recueil de traces des pratiques, qu’elles soient produites par les membres de la famille ou construites à la demande de l’enquêteur.ice (arbres généalogiques, cartes des déplacements, emplois du temps…). Cette récolte peut également prendre la forme de la collecte de sources privées directement auprès des familles pour les historien.nes, qui sont ainsi confronté.es à des enjeux éthiques comme le respect de l’intimité des familles et le devenir du matériau recueilli. Au terme de son étude sur le lien conjugal à l’épreuve de la Grande Guerre, Clémentine Vidal-Naquet (2014) s’interroge ainsi sur le devenir des correspondances entre les soldats et leurs épouses, qu’elle étudie, de l’intime à l’objet d’histoire. Etudier la famille peut enfin prendre la forme d’une ethnographie du domicile, comme le propose Perla Serfaty-Garzon (2003), qu’il s’agisse de rendre compte du rapport des membres de la famille au temps passé chez soi et aux différentes pièces, de leurs trajectoires résidentielles, du caractère “ouvert” ou “fermé” du domicile sur l’extérieur ou encore de la “culture du chez-soi” et du travail d’investissement du domicile (bricolage, rénovations, décoration, etc.) par ses habitant.es.

Comment alors négocier l’ethnographie des familles, selon quelles modalités, et quels sont les avantages et les limites de ce mode d’enquête ? Comment rendre compte du quotidien des familles et des relations qui unissent ses membres autrement que par les discours des intéressé.es sur la question ? Comment prendre en compte la dimension spatiale du domicile dans les enquêtes sur la famille ? Quelle posture adopter lorsque l’on est à la fois étranger et intégré au quotidien familial ? Enquêter sur le domicile peut-il être une porte d’entrée vers l’intimité des familles ? Quels types de traces peuvent être collectés, quels sont les apports et les limites de ces matériaux d’enquête ? Quels en sont les enjeux éthiques ? Comment se positionnent alors les chercheur.ses au sein de ce terrain en milieu privé ?

2. Observer la famille à travers la lentille : méthodologies visuelles, approches matérielles

Un autre moyen d’étudier la famille est de l’observer à travers les supports visuels ou matériels produits par les familles elles-mêmes et pour elles-mêmes, ou pour l’enquête. Ce peut être des photos du domicile ou d’activités quotidiennes, des albums ou des films de famille, etc. Par exemple, Manuel Charpy (2011) a étudié ensemble les images et le journal de Jules-Émile Scrive, patron lillois, en montrant comment les photographies de famille et les objets ayant appartenu à ses membres (jusqu’aux mèches de leurs cheveux) sont investis d’un récit et d’une mémoire familiale et participent de la production des liens familiaux. De même, Marion Braizaz (2019) a demandé à ses enquêtées préadolescentes de prendre en photo quotidiennement leurs repas afin de mieux comprendre leurs rapports au corps et à la nourriture. Une équipe de chercheur.euses a par ailleurs filmé des familles dans leur vie quotidienne pendant une semaine grâce à un ensemble de caméras installés au sein du domicile (Relieu, Zouinar, La Valle, 2007). Cependant, le caractère contraignant et parfois intrusif de ces méthodes peut décourager.

Quels types d’images ou d’objets peuvent alors servir dans le cadre d’une enquête sur la famille ? Comment négocier avec les familles l’accès par l’enquêteur.ice à ces images ou objets intimes ? Comment constituer un corpus de documents privés de familles “ordinaires” dans les enquêtes d’archives ? Comment traiter et classifier ces matériaux ? Comment prendre en compte les contraintes dans la production des photos ou des vidéos par la famille elle-même, en fonction des possibilités techniques et de l’accessibilité matérielle des appareils d’enregistrement ? En prolongeant les réflexions de Jitske Jasperse (2020) sur l’objet comme unique trace d’un pouvoir féminin absent des sources écrites médiévales, on se demandera si les approches visuelles et matérielles peuvent renouveler les questionnements ou compléter les recherches menées à partir de sources écrites et/ou orales.

3. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) comme accès à l’intimité des familles ?

La diffusion d’Internet et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) constitue pour les sciences sociales un nouveau champ de recherche sur la famille, en tant qu’objet et en tant que terrain d’enquête (cyber-ethnographie ou netnographie) (Bjork-James, 2015). Les approches possibles sont multiples : analyse des contenus textuels, photographiques ou vidéos des messages, posts, commentaires ou articles publiés sur des forums en ligne, sur des réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Instagram ou Youtube, sur des blogs ou sur des listes de diffusion. Il peut également s’agir d’analyses de contenus spécifiques à Internet ou aux NTIC comme les hashtags, les métadonnées, les memes, etc. Les blogs, les comptes de réseaux sociaux ou les forums centrés sur la parentalité ont largement été étudiés en tant que mise en scène d’une posture parentale spécifique, de la “réussite” familiale ou domestique ou comme diffuseur/prescripteur de normes parentales (Tiidenberg, Baym, 2017 ; Vincent, 2017). Comment les enquêteur.ices peuvent collecter et constituer une base de données à partir de ce type de sources ? Comment les analyser ? Quels sont les apports de l’utilisation de ce matériau à la compréhension de la famille ?

Internet et les NTIC peuvent également fournir aux enquêteur.ices de nouveaux moyens d’enquête. Il peut s’agir d’un accès plus facile à des catalogues de sources ou de données, ou de contacter le plus largement possible les détenteur.ices de sources privées utiles pour l’historien.nes (voir le projet “Le goût de l’archive à l’ère numérique”). Les chercheur.euses en sciences sociales disposent également de moyens renouvelés de faire de l’ethnographie, par exemple en recrutant des enquêté.es via des annonces en ligne, par le biais des appels vidéos ou par l’utilisation d’applications comme Indeemo qui permettent de faire de “l’ethnographie mobile”, afin que les informateur.ices documentent leur vie de tous les jours en envoyant à l’enquêteur.ice des photos, des vidéos ou des entrées de journaux personnels via l’application. Cette méthodologie d’enquête a par exemple été mise en place pour la recherche Fact-Covid. Comment Internet et les NTIC peuvent-ils renouveler les méthodes et les questionnements des enquêtes ethnographiques ou d’archives ? Permettent-ils l’accès à de nouveaux publics ou de collecter des données sur les aspects les plus difficiles à documenter de la vie des familles ? Quelles sont les limites de l’utilisation de ces outils comme moyen de collecter des matériaux ?

Ces trois axes ne sont que des suggestions et une proposition n’a pas à s’inscrire strictement dans l’un ou l’autre. Toute communication portant sur les difficultés à “entrer” dans les familles peut être proposée, qu’il s’agisse de terrains ou d’objets pour lesquels il est difficile d’accéder au domicile ou à la parole d’un ou de plusieurs membres de la famille, ou encore aux archives de famille en raison d’obstacles politiques, institutionnels, matériels, culturels… Plus largement, toute communication présentant la méthodologie d’une enquête originale sur la famille est bienvenue, par exemple à travers la relecture de matériaux fréquemment utilisés pour étudier la famille, ou l’utilisation de sources ou de matériaux ethnographiques plus inhabituels.

La journée d’étude se déroulera le 8 avril 2021 (sous réserve), en distanciel ou en présentiel suivant l’évolution de la situation sanitaire. Elle aura lieu à l’Ined, au campus Condorcet (Aubervilliers). Si vous souhaitez intervenir, merci d’envoyer à l’adresse de RePPaMa (reppama.contact@gmail.com) une proposition de communication d’une ou deux pages au format Word, OpenOffice ou pdf (intitulé Secrets_Prénom Nom_Titre de la communication) présentant le cadre de la recherche et la nature de l’enquête ou du matériau utilisé, ainsi que la méthodologie de la collecte des matériaux de recherche, ses enjeux, et les questionnements ou difficultés rencontrées avant le 20 janvier 2021. Les propositions en français et en anglais sont les bienvenues. Les réponses aux communicant.es potentiel.les seront envoyées dans le courant du mois de février.

Comité d’organisation (les coordinatrices du REPPaMa et du laboratoire junior : Parentalités plurielles et genre) :
Inès Anrich (Paris 1 Panthéon- Sorbonne), Myriam Chatot (Paris Dauphine, Irisso), Marie-Caroline Compans (Ined, Paris 1-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (Ined-UVSQ-Printemps), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS).

Bibliographie

Braizaz Marion, Préadolescence, rapport au corps et relations familiales : ce que la photo-elicitation apporte à l’enquête qualitative, 8ème Congrès de l’AFS, Aix-en-Provence, 2019.
Bjork-James Sophie, Feminist ethnography in cyberspace: Imagining families in the cloud, Sex Roles 2015, vol. 73, p. 113-124.
Charpy Manuel, Matières et mémoires. Usages des traces de soi et des siens dans une grande famille bourgeoise de la seconde moitié du XIXe siècle, Revue du Nord, vol. 390, n°2, 2011, p. 395-432.
Cottereau Alain et Mohatar Marzok Mokhtar, Une famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible, Paris, Bouchène, 2012.
Croteau Martine, Le repas familial : être en famille autour d’un menu rassembleur : étude de cas des repas familiaux de deux familles de la région de Québec, mémoire présenté à l’université de Laval, 2011.
Jasperse Jitske, Mevieval Women, Material Culture and Power. Matilda Plantagenet and her Sisters, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2020.
Relieu Marc, Zouinar Moustafa,, La Valle Natalia, At home with video cameras, Home Cultures, vol. 4, n°1, 2007, p. 45-68.
Serfaty-Garzon Perla, Chez soi – les territoires de l’intimité, Paris, Armand Colin, 2003.
Tiidenberg Katrin, Baym Nancy, Learn It, Buy It, Work It: Intensive Pregnancy on Instagram, Social Media + Society, 2017.
Vidal-Naquet Clémentine, Couples dans la Grande Guerre : le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Paris, Les Belles Lettres, 2014.
Vincent Justine, Analyse des fils de discussion d’un forum dédié aux beaux-parents : quels apports de l’outil pour saisir les normes en famille recomposée ?, Journée transversale des doctorants du Centre Max Weber, 2017.

Parution – Le déterminisme parental en question : la «parentalisation » du social

Le déterminisme parental en question: la «parentalisation du social»

Depuis le début du 20e siècle, sont mis en place dans de nombreux pays du monde des politiques et dispositifs de soutien à la parentalité.

Organisé autour de douze contributions, ce numéro de Lien social et Politiques propose un bilan international de la montée en généralité de ce paradigme de l’intervention auprès des parents, que ce soit à travers les cultures et normes véhiculées, des politiques étatiques ou des interventions locales.

Sous la direction de Claude Martin et Xavier Leloup —
 L’intégralité du numéro est disponible en libre accès ici.

Appel à chapitres – Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice (31.01.2021)

Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice. Editors: Prof. Marie-Pierre Moreau, Dr Catherine Lee and Dr Cynthia Okpokiri, Anglia Ruskin University, UK.

The Covid-19 pandemic, resurgence of social movements, tensions between the conservative, far-right politics, socialist principles, and neoliberal ideologies have converged to create an unprecedented situation, characterised by acute changes and uncertainties. Set against this context, this edited volume is concerned with the reproduction and transformation of family norms in contemporary times. It is underpinned by two main ambitions. First, we wish to document and question what ‘counts’ as a family in contemporary times. What families are rendered in/visible and mis/recognised and how are these processes of in/visibility and mis/recognition framed by the discourses of power which operate in various institutional and geographical contexts? Second, we want to explore how family forms are changing in the current climate of uncertainties and profound socio-economic, cultural and political shifts. 

We call for contributions which critically explore the following themes: 

  • Family forms:  the diversity of family formations and what makes a family in contemporary times, including work concerned with non-traditional, non-heteronormative, non-Eurocentric definitions of the family, such as single-parent families, one-person families, childless families, families with animal companions, LGBTQ families, families across the Global South, extended families, mixed heritage families, transnational families, step families, blended families and families of ‘choice’. 
  • Power relationships: how power relationships linked to gender, class, ethnicity, sexuality, faith,dis/ability and other in/equalities intersect and or operate in defining what counts as a family. 
  • Family narratives: how individuals and groups negotiate discourses of the family and their implications with regards to power relationships, including how activists and minority and majority groups reproduce or challenge family norms and work towards the promotion of alternative definitions of the family. 
  • Systemic influences on family: contemporary disruptions to prevailing family norms, including the shift in private/public boundaries and the use and impact of traditional and social media on family dynamics. 
  • Family practices: how mundane, everyday activities of family life sustain or negate individual and collective subjectivities. 

While we anticipate that the volume will be sociologically informed, we welcome work informed by a broad range of conceptual and methodological approaches, including ethnographies, autoethnographies, case studies, empirical studies, policy analysis and discussion pieces.  

A range of focuses are expected, with all contributions brought together through: 
1) a shared critical stance towards normative constructions of the family
2) a key concern for diversity, equity and intersectionality.  

We welcome work that concentrates on what happens within the family as well as work concerned with what local, organisational, national, international and transnational policies and discourses ‘do’ to families. We encourage the submission of work documenting and exploring family discourses in multiple fields, including, for example, education, paid and unpaid work, social work and social policy. 

Scholars at various stages of their career and from various parts of the world are welcome, particularly First Nations communities and those in the Global South.  

We have approached Bloomsbury who have expressed an interest in this project. We are now in the process of identifying contributors, before submitting a proposal by Spring 2021. If the proposal is successful, we will expect to receive the draft chapters from contributors by Autumn 2021, with the book published in 2022.  

If you are interested, please do send a 250-word abstract, by 31 January 2021, to marie-pierre.moreau@aru.ac.uk

Lien vers l’appel

Compte-rendu de la dixième séance de l’atelier REPPaMa (26.11.2020)

Le 26 novembre 2020 a eu lieu à l’Ined le dixième atelier du REPPaMa, au cours duquel deux communications ont été présentées.

Virginie Loizeau (doctorante en sociologie à Rennes 2) a présenté une communication intitulée : Maladie respiratoire chronique de l’enfant et dimension genrée des rôles parentaux : le cas de la mucoviscidose. Les parents d’enfants atteints de mucoviscidose sont enjoints par le corps médical à réaliser un travail domestique conséquent afin de prévenir les risques d’infections respiratoires de leurs enfants malades, afin de préserver leur capital pulmonaire. En examinant comment ce travail de prévention spécifique est réparti entre le père et la mère, Virginie Loizeau établit une typologie adaptée de l’analyse culturelle de Mary Douglas et fondée sur deux critères : la distinction entre groupe et grid (individu) et la distinction entre rôles prescrits et rôles construits. Dès lors, Virginie Loizeau identifie quatre types de familles parmi ses enquêté.es : les familles hiérarchiques, individualistes, égalitaires et fatalistes. Les trois premiers types sont répartis de manière égale au sein de l’échantillon. Les familles fatalistes ne concernent qu’une minorité d’enquêté.es et il s’agit de familles présentant des parcours biographiques spécifiques, marqué par un cumul des difficultés. La doctorante a ensuite présenté les trois types principaux de familles en mettant l’accent sur la spécialisation ou non des rôles des parents en fonction de leur sexe. Dans les familles hiérarchiques, les mères sont souvent au foyer ou travaillent à temps partiel et responsables des soins et du travail domestique de la santé, tandis que les pères sont responsables des conditions matérielles (par exemple investir pour rénover le lieu d’habitation dans un objectif de prévention des risques respiratoires). Dans les familles individualistes, le rôle du père et de la mère sont présentés comme coconstruits en fonction des qualités personnelles de chacun des parents ou comme interchangeables. Enfin, dans les couples égalitaires, chaque parent devient « expert » de son domaine de compétence traditionnelle (mère « fée du logis » et père « roi du bricolage »), mais cette spécialisation peut amener à un décloisonnement des savoirs genrés dans la mesure où les parents peuvent se suppléer en cas de besoin (par exemple, la mère connait les informations techniques et le père les informations relatives au ménage). Les questions ont porté sur la méthodologie de l’enquête et sur des précisions quant au rapport des enquêté.es au travail domestique.

Myriam Chatot, post-doctorante à l’Irisso, a présenté une communication intitulée : Familles confinées – Enjeux méthodologiques de l’enquête à distance. Sur la base de deux recherches en cours sur l’articulation travail-famille pendant le confinement de mars-mai 2020 réalisées par le réseau de l’association française de sociologie Articulation des temps sociaux, elle a présenté comment la crise sanitaire a impacté les manières de faire de la recherche de terrain, en s’intéressant à trois thématiques : la conception d’une enquête pendant et sur le confinement, les entretiens par téléphone et visioconférence et les enjeux qu’il y a à enquêter sur un « événement ». Il s’agissait de mettre en évidence les gains et les pertes pour le recueil de matériaux dans ces conditions particulières, en montrant comment cette situation exceptionnelle a permis de recueillir des données qualitatives sur la vie quotidienne des familles, qui sont parfois difficiles à collecter, mais nécessite une flexibilité de la part de l’enquêteur et de l’enquêtrice qui maitrise peu les conditions de passation des entretiens. Elle a également abordé la question du « travail de mémoire », observable par le biais de la confrontation des deux enquêtes (l’une ayant eu lieu pendant le confinement et l’autre retrospective) : lors de la deuxième enquête, les détails concrets sur le quotidien sont difficilement remémorables par les enquêté.es. De même, pour certain.es enquêté.es, l’entretien participe au travail de structuration des souvenirs, ce qui se traduit dans le récit par des contradictions. Les remarques ont porté sur des pistes d’analyse possibles de ces entretiens.

Annexe : méthodologie de l’entretien par téléphone

  • Block, E. S., & Erskine, L. (2012). Interviewing by telephone: Specific considerations, opportunities, and challenges. International journal of qualitative methods, 11(4), 428-445.
  • Burke, L. A., & Miller, M. K. (2001). Phone interviewing as a means of data collection: Lessons learned and practical recommendations. In Forum Qualitative Sozialforschung/Forum: Qualitative Social Research (Vol. 2, No. 2).
  • Drabble, L., Trocki, K. F., Salcedo, B., Walker, P. C., & Korcha, R. A. (2016). Conducting qualitative interviews by telephone: Lessons learned from a study of alcohol use among sexual minority and heterosexual women. Qualitative Social Work, 15(1), 118-133.
  • Holt, A. (2010). Using the telephone for narrative interviewing: a research note. Qualitative research, 10(1), 113-121.
  • Shuy, R. W. (2002). In-person versus telephone interviewing. Handbook of interview research: Context and method, 537-555.
  • Sturges, J. E., & Hanrahan, K. J. (2004). Comparing telephone and face-to-face qualitative interviewing: a research note. Qualitative research, 4(1), 107-118.

Méthodologie de l’entretien par visio

  • Lo Iacono, V., Symonds, P., & Brown, D. H. K. (2016). Skype as a Tool for Qualitative Research Interviews, Sociological Research Online, 21(2), 103–117.
  • Seitz, S. (2016). Pixilated partnerships, overcoming obstacles in qualitative interviews via Skype: a research note., Qualitative Research, 16(2), 229–235.
  • Deakin, H., & Wakefield, K. (2014). Skype interviewing: reflections of two PhD researchers. Qualitative Research, 14(5), 603–616.
  • Soyer, L. & Tanda, N. (2016). Skype, un média innovant pour optimiser la coopération à distance entre chercheur et participants à la recherche. », Innovations Pédagogiques, nous partageons et vous? Oser l’innovation pédagogique. Analyse, 3(1), 27-42.

Appel à articles – Familles et professionnel.le.s (15.05.2021)

Familles et professionnel.le.s

Appels à articles

Revue Recherches familiales n° 19

L’intervention des professionnel.le.s auprès des familles interroge d’emblée le sujet de la rencontre de ces protagonistes ainsi que la question de leurs places, positions et compétences respectives. Les missions professionnelles des intervenant.e.s sont multiples et s’inscrivent dans différents domaines de la vie quotidienne en lien avec l’éducation, la santé, la justice, le logement, l’économie… Dans ce champ professionnel élargi et toujours plus difficile à délimiter, on trouve les métiers de l’intervention sociale, de la protection juridique, de la santé, du care… les professionnel.le.s proposant aide, assistance, soin, accompagnement, éducation spécialisée, accueil à domicile, répit, avec en toile de fond des valeurs et normes à défendre et à préserver, telles que l’intimité, le respect, ou encore la dignité et l’autonomie des personnes.

Comme en témoignent un certain nombre de textes législatifs, fondateurs au regard de la présence et des droits des proches dans le paysage institutionnel (cf. notamment la loi du 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale), la famille, bien qu’elle ne soit pas une personne morale dotée de la personnalité juridique, est appelée à occuper de plus en plus une place d’acteur, de « co-partenaire » auprès des organisations et des professionnel.les. Cette participation active de la famille, qu’elle corresponde à une volonté d’intégration de la part d’instances décisionnelles ou qu’elle soit le fait de mobilisations collectives (associations d’usagers et de malades, de parents d’enfant placés ou d’anciens enfants placés, de parents apportant du soutien auprès de jeunes adultes en situation de handicap et de personnes âgées rencontrant des limitations …), implique de facto, une recomposition des rapports de pouvoirs et de savoirs entre les acteurs engagés. Elle interroge en outre, à travers les discours en situation, la nature et la qualité de leur relation ainsi que les différents niveaux d’interactions.

Dans ce numéro 19 de Recherches Familiales, nous souhaitons observer les enjeux actuels soulevés par les rapports qu’entretiennent familles, organisations et professionnel.le.s au regard de l’évolution et l’institutionnalisation de leurs liens. Autour d’une famille et de son accompagnement par les professionnel.les, ce questionnement pourra être étendu d’une part aux relations inter-professionnelles et, d’autre part, aux postures des intervenants dans les cadres institutionnels qui encadrent leurs pratiques.

Comme le montre l’évolution des pratiques parentales notamment avec l’apparition et l’usage du terme de parentalité en milieux professionnels, vocable que l’on retrouve dans le discours éducatif et social au cours des années 90, en requalifiant notamment la fonction de parent, ce terme a favorisé la mise en place de nombreuses mesures de soutien à destination des familles, portées par différents réseaux d’acteurs accompagnés par les pouvoirs publics. La transformation des relations professionnels-familles, dans le cadre du soutien à la parentalité, témoigne ici de la volonté de promouvoir des relations de coopération avec et entre les familles et interroge de fait le champ des responsabilités partagées entre organisations, professionnels et parents, ce qui donne lieu à l’apparition ou au développement de nouveaux métiers et dispositifs d’accompagnement et de soutien (Reaap, LAEP, Clas, médiation familiale, divers programmes de soutien à la parentalité…). 

A d’autres temps du cours de la vie, des parents sont amenés à intervenir durablement dans l’accompagnement et les soins de longue durée de leurs proches (ascendant.e.s, conjoint.e.s, enfants adultes). Leurs activités dépendent des conditions de « défamilialisation » d’une part de ce travail, de sa répartition, entre parents et professionnel.le.s, variable selon les dispositifs de solidarité publique, selon l’offre professionnelle et les régulations du marché des services. Ce travail familial de soutien les conduit à être placés dans une ou plusieurs fonctions : personne à contacter, producteur ou organisateur de soins profanes, personne de confiance, curateur ou tuteur familial, personne à former dans le cadre de l’aide aux aidants… Définis en tant qu’« aidants familiaux » par la loi n° 2015-1776 du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement, ces parents sont potentiellement en place de coordinateurs, de médiateurs, de porte-voix de leur proche à l’égard de professionnels, dans l’organisation des services à domicile ou en établissement médico-social. Les conditions de leur légitimité à intervenir dans différents dispositifs de promotion de formes de démocratie en santé, et d’individualisation des parcours, pourront faire l’objet de contributions (plan d’aide ou de compensation, plans de soins individualisés, coordination ou intégration du soin, partage d’informations/décisions sur les modes de vie et de soin). 

À la faveur de ces reconfigurations relationnelles, pourront être présentées dans des contextes variés des situations où des logiques de négociation, d’alliance et de partenariat sont à l’œuvre, aux plans formel et informel. Les conditions de faisabilité et de viabilité de ces modalités partenariales (dans les écoles, tribunaux, hôpitaux, associations d’usagers…) pourront être discutées, en mobilisant les sujets controversés de l’expertise parentale ou encore de la décision thérapeutique partagée, qui questionnent diversement, d’une part, la reconnaissance effective des compétences et savoirs profanes et, d’autre part, le sujet de l’autonomie de la personne et de sa capacité /possibilité de décider pour elle-même en toute circonstance. 

Pour exemple, le sujet des espaces dédiés aux échanges entre familles et professionnel.les, qui viendraient accueillir la parole plurielle des acteurs sur une expérience de type traumatique (mais pas seulement), pourrait être également investigué afin de mieux comprendre comment s’organise l’actualisation d’un travail de liens aux dimensions multiples. Ici, les rapports d’égalité, l’élaboration d’un cadre ainsi que le partage des décisions entre professionnel.les, patients, entourage familial et discours institutionnels pourraient être analysés à travers les enjeux politiques et institutionnels mais aussi sociaux et culturels. 

Parce que les relations entre familles et professionnels s’inscrivent dans une visée heuristique, où il s’agit de faire circuler des savoirs, des compétences et des pratiques aux ancrages divers, le savoir d’expérience, issu des sciences de l’éducation, aujourd’hui réifié en expertise, est le lieu où s’incarnent des connaissances et des pratiques issues du quotidien dont les familles sont les principales détentrices. Les échanges qui y résident peuvent être notamment facilités par la médiation scientifique, dispositif en plein essor qui participe au transfert de savoirs théoriques et expérientiels entre les différents acteurs de la rencontre. Dans ce contexte, la médiation représente en elle-même un vecteur d’interrelations entre parents et professionnels dont l’efficacité pourrait être interrogée dans ce dossier.

Les articles entièrement rédigés sont à proposer au Comité de lecture de Recherches Familiales avant le 15 mai 2021. La revue paraîtra en janvier 2022.

Pour mieux connaître la revue : http://www.unaf.fr/spip.php?rubrique181

Pour consulter le règlement intérieur : http://www.unaf.fr/spip.php?article16501

Indications techniques :

1- Article :

40 000 signes, notes de bas de page et espaces compris. L’article doit être accompagné d’un résumé de 700 à 900 caractères, espaces compris.

2- Références :

Ne pas utiliser le système américain (nom de l’auteur(e) et page entre parenthèses), mais le système « français » de référence intégrale en note de bas de page. Pour ce référencement, voir les articles de la revue déjà publiés sur le site http://www.unaf.fr/spip.php?rubrique181 ou sur https://www.cairn.info/revue-recherches-familiales.htm

La revue Recherches Familiales est publiée en version papier et en version électronique sur les sites Portail Doc de l’Unaf etCairn. La revue fait l’objet de plus de 25 000 téléchargements d’articles par mois. 

La revue Recherche Familiale fonctionne selon des principes stricts de lutte contre le plagiat, y compris d’autoplagiat. L’auteur(e) doit s’engager sur l’honneur à garantir que l’article proposé est un travail original, fruit d’un travail personnel. Ce travail a été rédigé de manière autonome, sans recourir à d’autres sources ou outils que ceux que l’auteur(e) a explicitement déclarés comme tels. Ce travail ne comporte pas de plagiat, ni d’autoplagiat. Tous les développements repris d’une source extérieure sont cités entre guillemets avec un renvoi précis à la source dûment identifiée (y compris Internet). Le fait de ne pas citer une source, ou de ne pas la citer correctement, est constitutif de plagiat. Le plagiat est considéré comme une faute grave par le comité de rédaction de la revue Recherches Familiales, qui se réserve la possibilité de la dénoncer.

Envoyez votre article (fichier en format Word ou Rtf) par courrier électronique à recherches.familiales@unaf.fr. Date limite d’envoi : 15 mai 2021. Un accusé de réception vous sera envoyé. 

A noter : Si l’article est susceptible d’être publié (décision du comité de rédaction), il sera demandé à l’auteur(e) de signer deux documents : une autorisation de reproduction/cession de droits et une déclaration sur l’honneur assurant que l’article présenté ne comporte pas de plagiat. 

Séminaire – Droit, justice et parentés LGBTQ (26.11.2020)

La prochaine séance du séminaire JustineS (Justice et inégalités au prisme des sciences sociales) aura lieu ce jeudi 26 novembre 2020 à 14h en visioconférence. Elle sera consacrée au thème « Droit, justice et parentés LGBTQ », avec deux interventions :

  • Lucie PRAUTHOIS (Univ. Paris-Dauphine, IRISSO) : « Des avocat·e·s au service des parents non-hétérosexuels : combattre, contourner et renforcer les inégalités juridiques »
  • Émilie BILAND (Sciences Po, CSO, IUF) : « Entre rapports ordinaires au droit et activisme judiciaire. Enquêtes en cours auprès de parents non-hétérosexuels dans les Amériques »

Le séminaire est ouvert à tou·tes. Pour assister à la visioconférence, merci d’écrire à seminaire.justines@gmail.com.

Le programme complet du séminaire pour l’année 2020-2021 est en pièce jointe et disponible ici.

Parution – Les économies de la procréation médicalement assistée

Le dernier numéro de Nouvelles questions féministes porte sur Les économies de la procréation médicalement assistée. Il est coordonné par Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet.

Présentation du numéro

La procréation médicalement assistée (PMA) s’inscrit dans un marché globalisé qui est traversé et organisé par différents types d’économies –financière, morale, biologique et affective. Bien que profondément imbriquées, ces économies reposent sur des forces de travail, des modalités d’échange et des biens ou valeurs qui sont distincts. En proposant d’étudier les dynamiques économiques à l’œuvre dans la PMA, ce numéro de Nouvelles Questions Féministes met en lumière les processus matériels et symboliques qui contribuent à reproduire et produire d’anciennes et nouvelles formes d’inégalités. Les articles du Grand angle du numéro révèlent les reconfigurations du système de genre en revisitant le travail procréatif soumis aux logiques économiques d’un marché globalisé. Les auteures analysent ainsi les enchevêtrements complexes de cette chaîne mondiale de la procréation et sa stratification selon des lignes sexistes, racistes et classistes.

Sommaire

Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet
La production biomédicale d’enfants : entre stratification et globalisation

Claire Grino
Quand congeler revient déjà à genrer : une étude comparative du développement des techniques biomédicales de cryopréservation des gamètes humains mâles et femelles

Marie Mesnil
Des ovocytes sous contrôle. Regards franco-suisses sur l’encadrement juridique du don et de l’autoconservation d’ovocytes

Marlène Jouan et Clémence Clos
Le privé est politique… et économique ! Pour une économie politique du travail de gestation pour autrui

Carolin Schurr
De la biopolitique aux bioéconomies : PMA et (re)production de la blanchité sur le marché de la GPA au Mexique

Venetia Kantsa
Investissements futurs : Loi, technologies et l’ordre de la parenté en Grèce

Présentation du numéro
Edito
Résumés

Colloque – Famille, pouvoir et inégalités (30.11.20, visioconférence)

Le colloque Famille, pouvoir et inégalités, organisé par l’unité « Genre sexualité et inégalités » de l’Ined, se tiendra lundi 30/11 par visioconférence. Veuillez trouver le programme ci-dessous et ci-joint.Pour participer au colloque, il est nécessaire de s’inscrire au préalable. Après inscriptions, vous recevrez un émail de confirmation avec les informations nécessaires pour se connecter le 30/11. Le nombre de places est limité à 100 participant.e.s.

9H15 : OUVERTURE

Ouverture : Magda Tomasini, directrice de l’Ined

Introduction : Marie Bergström & Mathieu Trachman (Ined)

9H30-11H : LA PLACE DES MINORITÉS SEXUELLES AU SEIN DES FAMILLES
Discutant : Wifried Rault (Ined)

Camille Masclet (CESSP, CNRS) : Coming-out familiaux, et après ? Des processus d’acceptation parentale contrastés

Tania Lejbowicz (Ined, Université Paris Nanterre) : Détresse psychologique des femmes lesbiennes et bisexuelles : quels liens avec la connaissance et acceptation parentales de leur identification minoritaire ?

11H15-12H45 : INÉGALITÉS ET ENFANCE
Discutante : Lidia Panico (Ined)

Sébastien Roux (LISST, CNRS) : Le coeur et ses raisons. Amour, altérité et préparation dans le monde de l’adoption

Kevin Diter (EHESP) : “C’est quand qu’on va où ?” : les rapports socialement différenciés au temps des adolescent.e.s et de leurs parents

14H-15H30 : INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES, INÉGALITÉS DE GENRE
Discutante : Hélène Périvier (Sciences Po)

Angèle Jannot (Ined, Université Paris 8) : Des inégalités de revenus aux inégalités de richesse dans la famille : le rôle du genre dans les transactions économiques quotidiennes au sein des couples parentaux hétérosexuels

Anne Lambert (Ined) : Emploi, télétravail et conditions de vie : une analyse des dissensions conjugales à l’heure de la pandémie de covid-19

15H45-17H15 : VIOLENCES AU SEIN DE LA FAMILLE : LES APPORTS DES ENQUÊTES VIRAGE
Discutante : Pauline Delage (CSU, CNRS)

Amélie Charruault (Ined, Univiersité Paris 1) : Les réactions des filles et des garçons suite aux violences subies dans la famille et son entourage: se taire, parler ou dénoncer ?

Stéphanie Condon et l’équipe Virage Outre-mer (Ined) : Genre et contextes relationnels des violences dans l’entourage familial à La Réunion

17H15 18H00 : CONFÉRENCE DE CLÔTURE
Présidence : Michel Bozon (Ined)

Céline Bessière (Université Paris Dauphine) & Sibylle Gollac (CSU, CNRS) : Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités

Journée organisée par Marie Bergström, Marie Digoix, Tania Lejbowicz, Mathieu Trachman & Lucie Wicky

Programme

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 26 novembre 2020

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 15 octobre 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 1080 (9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers. Métro Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Virginie Loizeau et d’Aden Gaide.

Virginie Loizeau (doctorante en sociologie à Rennes 2) présentera une communication intitulée : Maladie respiratoire chronique de l’enfant et dimension genrée des rôles parentaux : le cas de la mucoviscidose

Aden Gaide (doctorant en sociologie à Sciences Po) présentera une communication intitulée : Quand son enfant devient parent pendant ses études supérieures. Ce que les réactions des parents révèlent de leur rapport aux études de leur enfant (indisponible)

Myriam Chatot (postdoctorante en sociologie à l’IRISSO) présentera une communication intitulée : Enquêtes confinées – Enjeux méthodologiques de l’enquête à distance

Latelier aura lieu par visioconférence. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Programmation 2020-2021 des ateliers sur Calenda

Soutenance – L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle par Léa Linconstant (16.07.2020, Aix en Provence)

Léa Linconstant soutiendra sa thèse en anthropologie intitulée :   L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle. Fabriquer des patients pour faire des parents (Lombardie, Italie)  le jeudi 16 juillet 2020 à 14h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence). Dans les conditions actuelles, cette soutenance n’est pas ouverte au public.

Le jury est composé de :
Laurence Hérault, Professeure, AMU (directrice de thèse)
Irène Théry, Directrice d’études, EHESS (Rapporteure)
Séverine Mathieu, Directrice d’études, EPHE (Rapporteure)
Agnès Martial, Directrice de recherche, CNRS, CNE (Examinatrice)
Claudia Mattalucci, Ricercatrice, Università di Milano Bicocca (Examinatrice
Jérôme Courduriès, Maître de conférence, Université Toulouse Jean Jaurès (Examinateur)

Résumé
La loi italienne définit l’assistance médicale à la procréation (AMP) comme un traitement thérapeutique permettant de soigner une maladie, l’infertilité. Les parcours d’AMP donnent à voir une forme d’association particulière entre un environnement médical et la constitution de familles alors même que la grossesse n’est pas encore survenue. Ma recherche s’intéresse aux relations qui se nouent entre les professionnels et les consultants au fil des parcours d’assistance médicale à la procréation. Il s’agit de montrer comment ces relations particulières façonnent les représentations et le vécu de l’infertilité et des technologies reproductives. À travers une exploration inédite des dichotomies qui traversent le champ italien de l’AMP telles que normal/pathologique, thérapeutique/de convenance et privé/public, cette étude contribue à la réflexion sur la place du tiers au sein des techniques de reproduction assistée. Si dans le cadre de mon ethnographie, il n’y a pas de recours à un tiers donneur – les couples bénéficient d’une AMP strictement intraconjugale – le processus de procréation s’inscrit néanmoins dans une « action collective à plusieurs partenaires » (Théry, 2010) au sein de laquelle s’insère un tiers, entendu comme un élément extérieur au couple : le corps médical. Les parcours d’AMP relèvent par conséquent d’un processus au cours duquel chacune des places et des statuts attribués se modifient et évoluent par un travail sur les corps et les relations de l’ensemble des protagonistes. Il s’agit alors de comprendre comment les parcours d’AMP conduisent à une reformulation singulière du soin et de la parenté en Italie.

Parution – Revenir vivre en famille. Devenir adulte autrement

Les éditions du bord de l’eau publient Revenir Vivre En Famille. Devenir Adulte Autrement, de Sandra Gaviria (sociologue).

Résumé :

Pourquoi et comment les jeunes reviennent-ils vivre au domicile de leurs parents ? En quoi ce retour est-il ou non la marque d’un échec sur la voie de l’indépendance ?
Auparavant, lorsque les jeunes quittaient le domicile parental pour voler de leurs propres ailes, il s’agissait d’un départ définitif qui marquait l’entrée dans l’âge adulte. Tel était du moins le modèle français.

En quoi le retour est-il significatif d’un changement dans ce modèle ?
Comment décrire, comprendre et analyser ce changement dans le parcours des jeunes ? En quoi le retour remet-il en question la capacité d’autonomie des individus concernés ?

L’auteure apporte un éclairage nouveau sur ce phénomène pour trois raisons essentielles :
Premièrement, elle situe le phénomène français dans le contexte international. Deuxièmement, elle met en lumière des parcours sous-tendus par des logiques, non seulement économiques, mais aussi affectives, en décrivant les processus vécus au moment des retours du point de vue des jeunes et de leurs parents. Ressentent-ils les uns et les autres un sentiment d’échec ? Comment les jeunes s’autonomisent-ils ? Comment se passe la cohabitation intergénérationnelle ? Enfin, le livre s’interroge sur la considération que les politiques publiques devraient accorder à ce phénomène qui met en lumière les inégalités sociales au sein de la jeunesse.

RPSF-AAC Instituer la famille, entre parenté et parentalité. Résumé d’article pour le 1er juillet 2020

La Revue des politiques sociales et familiales (RPSF) lance un appel à articles scientifiques pour son numéro thématique Instituer la famille, entre parenté et parentalité.

Présentation du numéro thématique

La parentalité est souvent pensée comme relevant de la sphère “privée”. Pourtant, elle n’en est pas moins surveillée et encadrée par un ensemble d’institutions, que Jacques Donzelot (1977) qualifie de “police des familles”. Les institutions légales par exemple régulent l’accès au statut de parent (la parenté) et l’établissement de la filiation, tandis que les institutions médicales encadrent l’engendrement, notamment dans le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) ou aux moyens de contraception. De même, l’exercice du rôle de parent (la parentalité) fait intervenir un ensemble d’agents institutionnels : des professionnels de l’enfance à ceux de l’éducation, en passant par les services sociaux.

Ces institutions sont aussi porteuses de normes dominantes quant à la famille.Les institutions peuvent être entendues comme d’une part l’incarnation physique et organisationnelle dans des lieux dédiés à la prise en charge des individus (soin, école, justice) d’une organisation sociale formelle possédant une certaine légitimité, voire exerçant une contrainte sur les individus. Les agents institutionnels, de par leur rôle, sont soumis au fonctionnement de l’institution. Ils agissent alors en prescripteurs de normes auprès des usagers de l’institution. Toutefois, une prise d’autonomie par rapport à l’institution est possible de la part des professionnels institutionnels, ou encore des usager.ères qui peuvent adhérer ou non aux discours portés par les institutions. Une marge de manœuvre existe et peut être étudiée quant aux rôles et aux injonctions préconisés. D’autre part, dans une seconde approche, nous pouvons penser l’institution comme plus diffuse, moins incarnée dans des lieux que dans des individus ou des groupes (famille, religion, médias, etc.). Pour autant, des agents s’y trouvent également être prescripteurs d’une morale ou de normes invitant les individus à moduler leurs pratiques ou leurs croyances. Dans ces deux approches, les « travailleurs sur autrui » (Dubet, 2002) ont une influence manifeste sur les individus (et en l’occurrence sur les parents ou parents potentiels) en ce qui concerne leur projet d’enfant, leurs pratiques et leurs représentations. Nous porterons donc notre attention sur les relations entre ces protagonistes.


Les sciences sociales distinguent trois dimensions sur lesquelles ces normes peuvent agir : l’engendrement biologique, la parenté légale, et la parentalité quotidienne. Ces aspects ont pu être abordés à partir de “cas limites” dans lesquelles ces dimensions sont dissociées. Ces parentalités “par les marges” sont éclairantes pour mettre en évidence les représentations des professionnels, et comprendre par exemple comment la norme de biparentalité (devenir et exercer son rôle de parent dans un couple hétérosexuel) limite la possibilité pour les agents institutionnels et les individus de penser une pluriparentalité de formes familiales (familles homoparentales, monoparentales, recomposées, etc.). Toutefois, l’intérêt de ces objets de recherche ne doit pas pour autant laisser de côté l’étude de parentalités “ordinaires” pour saisir le rapport entre individus et institutions, quant à la formulation d’un projet d’enfant, l’établissement de la filiation, et l’exercice du rôle de parent.

Les enjeux de “soutien à la parentalité” ont par ailleurs été largement étudiés, mais les résistances éventuelles des familles face aux normes institutionnelles le sont moins souvent. Ce numéro s’attachera à mettre en lumière les stratégies de retrait vis-à-vis des institutions (entendues au sens large du terme) de certains parents au nom de conceptions alternatives de l’engendrement, de la filiation ou de la parentalité aux normes dominantes. Enfin, l’emploi du terme de “parent”, sans distinction de sexe, dissimule les déclinaisons de cette fonction ou de ce statut suivant que le parent est un homme ou une femme. Ce numéro souhaite aussi interroger la façon dont les injonctions portées par les expert.es et les pratiques des (futurs) parents se déclinent entre paternité et maternité.

Ce numéro questionnera l’articulation entre les institutions et d’une part la parenté, d’autre part la parentalité, à travers deux axes (détaillés dans l’appel) :
– Axe 1 : Qui a le droit de devenir parent ? Les projets d’enfants encadrés par les institutions.
– Axe 2 : Quelles collaborations entre parents et institutions dans l’éducation des enfants ?

Axe 1 : Qui a le droit de devenir parent ? Les projets d’enfants encadrés par les institutions

Le numéro propose d’approfondir les réflexions autour de la question suivante : qui peut devenir parent et dans quelles conditions ? Quelles sont les normes portées par des cadres institutionnels désignant qui peut devenir ou être considéré comme parent ? Le “devenir parent” est souvent envisagé comme une affaire privée, auquel tout individu adulte aurait accès. Or, cet accès est encadré par un ensemble d’institutions, qu’elles soient médicales, judiciaires, etc., et ce d’autant plus lorsque cela concerne un désir d’enfant empêché ou contrarié (infertilité, célibat, relation de couple homosexuelle, etc.). Le parcours du “devenir parent” est en effet soumis à un ensemble de normes socialement définies ; les “bonnes” conditions étant souvent pensées sous l’angle de la stabilité conjugale, professionnelle et économique, et dans une tranche d’âge donnée (Bajos, Ferrand, 2006). Ceci est particulièrement visible au sein de dispositifs encadrant l’engendrement ou l’accès au statut de parent, comme dans le cas de l’AMP en France (Löwy, 2006) ou encore dans l’accès à l’adoption, dans lesquels les agents institutionnels ont un rôle d’écoute ou d’accompagnateur et délivrent un agrément autorisant l’adoption. Les professionnels (médicaux, juridiques, sociaux) se font aussi le relai des normes dominantes de parenté et de parentalité en sélectionnant et en écartant par exemple des couples de protocoles en AMP (Tain, 2005 ; Schuller, 2018), en évaluant les individus candidats à l’adoption (Ramos, Kertudo, 2014), en évaluant leur conformité aux “bonnes conditions” pour devenir parent, et selon leur genre.

Cet axe vise donc à interroger les conditions d’accès des individus au statut de parent, en négociation avec les institutions. Réciproquement, nous pouvons nous attacher aux cas où l’accès au statut de parent constitue un impensé de la part des agents institutionnels, en raison des caractéristiques particulières de l’individu (par exemple en cas de maladie ou de handicap). Plus largement aussi, il existe des configurations dans lesquelles les individus endossent le rôle de parent sans pour autant être reconnus comme tels (aîné d’une fratrie, grands-parents, etc.), ou à travers le statut de beau-parent suite à une recomposition familiale (Cadolle, 2013).

Axe 2 : Quelles collaborations entre parents et institutions dans l’éducation des enfants ?

Depuis la fin des années 1990, un volet de soutien à la parentalité est intégré aux politiques familiales. Son objet premier est d’accompagner les parents dans leur rôle d’éducateur (Neyrand, 2011). Au-delà d’une guidance relative des fonctions éducatives, le soutien à la parentalité peut parfois être perçu comme une injonction adressée aux parents pour qu’ils exercent leur responsabilité et leur autoritéparentale selon des modalités définies par les normes dominantes, intériorisées par les agents institutionnels. C’est au travers de des actions plurielles d’acteurs de l’éducation et du travail social que les parentalités sont permises, modulées et orientées. Les parentalités se pensent donc et se vivent en relation et en référence aux institutions et à ses experts. Ainsi, par le biais d’échanges avec des professionnels surtout, et avec d’autres parents parfois, des normes sont transmises afin d’orienter les comportements des parents et de corriger un certain nombre de pratiques éducatives. Ce sont également des rôles genrés qui sont co-construits en interaction avec les institutions. Les agents institutionnels, lorsqu’ils s’adressent à des pères et/ou des mère s, vont ainsi adapter leur comportement, leurs attentes ou leurs discours en fonction du genre de leur interlocuteur ou interlocutrice. De la même façon, les pères et les mères ne s’adressent peut- être pas aux mêmes institutions et ne s’en saisissent probablement pas de la même manière. Il s’agira de comprendre comment les parents composent avec les prescriptions institutionnelles multiples et parfois contradictoires qui leur sont renvoyées : comment affectent-elles l’exercice de leur parentalité ? De quelles marges de manœuvre les parents disposent-ils ? Quelles résistances opposent-ils ?

Ces questions peuvent être étudiées dans plusieurs cadres. L’école est une institution qui structure fortement la famille (Terrail, 1997). D’autres institutions, telles que les organismes de santé (en imposant des normes d’hygiènes et de soins, notamment pour la petite enfance) ou des institutions juridiques (faisant évoluer les structures et schémas familiaux) façonnent également le vécu parental. En nous situant du point de vue des structures et de ses usagers, nous pouvons en premier lieu nous demander à quel type de parents s’adressent spécifiquement les injonctions normatives (familles populaires, homoparentales ou adoptantes) ou encore les offres de soutien àla parentalité. Elsa Ramos et Pauline Kertudo (2014) ont par exemple montré comment les professionnels de l’adoption promeuvent auprès des parents une norme de la disponibilité parentale mais aussi la nécessité de s’adapter aux “spécificités” de l’enfant. En second lieu, nous pouvons questionner les effets des institutions sur les bénéficiaires (les parents et leurs familles) dans leur possibilité d’exercer un rôle de parent, et dans la latitude laissée aux parents pour l’exercer hors des normes prescrites. Dans certaines institutions, le statut de parent n’est en effetpaspensé,commel’amontréMarineQuennehen(2019)auseindel’institutioncarcérale qui n’envisage pas les détenus hommes comme des pères pouvant avoir recours à des dispositifs spécifiques pour passer du temps avec leurs enfants et jouer un rôle dans l’éducation de ces derniers.

À travers ces deux axes, l’objectif général de ce numéro est de saisir comment un ensemble d’acteurs institutionnels sont amené·es à intervenir dans l’exercice du rôle de parent, soit en tant que prescripteurs de normes éducatives ou de soin, soit en prenant en compte ou en excluant la possibilité pour les individus de devenir parent ou d’exercer le rôle de parent.

Le numéro thématique comporte 3 parties (les articles de « Synthèses et statistiques » seront particulièrement appréciées) :  – les « Articles scientifiques » (60 000 signes espaces compris maximum). Il s’agit de contributions originales fondées sur un matériau empirique ;-  les articles de « Synthèses et statistiques » (30 000 signes) proposent des analyses de littérature grise, de synthèses de recherche ou d’études quantitatives ou qualitatives problématisées qui se situent dans le champ couvert par la RPSF ;- les « Comptes rendus » sont des présentations d’ouvrages (8 000 signes) et de colloques (20 000 signes), problématisées en rapport avec les domaines d’intérêt de la revue.


Modalités de proposition
Les auteur·es envoient d’ici le 1er juillet 2020 un résumé (200 mots env.) et ses mots-clés en indiquant si l’article est proposé pour la première ou la deuxième partie de la revue, dans quel axe il s’inscrit, ainsi qu’une brève note biographique. Si la proposition de résumé est acceptée, l’article est à envoyer pour le 1er septembre 2020 pour au plus tard pour être expertisé (double évaluation) et discuté en Comité de rédaction. Les articles de synthèse ou d’études statistiques doivent être envoyées pour le 1er octobre 2020. Il n’y a donc pas de garantie de publication de l’article avant validation par les experts scientifiques et acceptation de l’article en Comité de rédaction, au premier semestre 2021.Les résumés sont à envoyer au reppama.contact@gmail.com et rpsf@cnaf.frVoici les consignes aux auteurs de la revue à respecter pour tous les articles soumis :http://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Documents/Dser/PSF/RPSF%20_%20Recommandations%20auteurs.pdf


Calendrier
– 1er juillet 2020 : Soumission des résumés d’articles
– 15 juillet 2020 : Retour aux auteur.es
– 1er septembre 2020 : Soumission des articles scientifiques
– 1er octobre 2020 : Soumission des articles de synthèse ou d’études statistiques

Histoire de la revue

Créée en 1985, la Revue des politiques sociales et familiales (Recherches et Prévisions de 1985 à 2009, puis Politiques sociales et familiales jusqu’en mars 2015) est une publication scientifique trimestrielle et pluridisciplinaire à comité de lecture. Elle publie des travaux de recherches originaux dans le champ des politiques familiales et sociales (dispositifs d’action publique, prestations, offres de services, acteurs de ces politiques, publics visés, etc.) ainsi que sur les évolutions touchant à la famille, l’enfance, la jeunesse et la parentalité. La revue accepte des articles de toute discipline en sciences humaines et sociales. Son caractère pluridisciplinaire oblige les auteurs à adopter un langage clair et à préciser ce qui ne relève pas du langage courant (présentation de dispositifs, de concepts théoriques, de méthodes d’enquêtes particulières, etc.).

N’hésitez pas à diffuser l’information dans vos réseaux


Myriam Chatot, Marie-Caroline Compans, Marine Quennehen et Zoé Yadan