Archives par mot-clé : parent

Appel à articles – Penser les “origines” dans les familles contemporaines : perspectives internationales (06.01.2020)

Argumentaire :
La notion d’origines ouvre une perspective inédite pour analyser les reconfigurations contemporaines de la parenté et des liens familiaux. Elle témoigne en effet d’une évolution profonde, liée à la dissociation croissante de la procréation et de la parenté, d’où semblent émerger des relations et des figures « nouvelles » : le recours aux technologies reproductives crée des situations où, comme dans l’adoption, des personnes procréent, mais ne deviennent pas — au sens légal — des parents. Les relations potentiellement liées à l’origine demeurent ainsi aux marges de la parenté. Les contributions attendues pour ce numéro pourront explorer ces marges en éclairant différentes dimensions du rapport aux origines.

Sous la direction de :
Agnès Martial, Centre national de la recherche scientifique (France)
Isabel Côté, Université du Québec en Outaouais (Canada)
Kévin Lavoie, Université Laval (Canada)

Les propositions et les manuscrits doivent être soumis sur notre site :http://www.efg.inrs.ca/formulaire-soumettre-proposition/

Télécharger l’appel

Rencontre – Promotion de la santé et de l’Attachement des Nouveau-nés et de leurs Jeunes parents (04.10.2019, Cahors)

La prochaine Matinale de la recherche du Drapps Occitanie sera consacrée au Programme PAN JO (Promotion de la santé et de l’Attachement des Nouveau-nés et de leurs Jeunes parents. Un outil de renforcement des services de PMI).
Intervenantes :
• Marie TREILHOU, PMI 46.
• Isabelle ESPOSITO, Directrice adjointe Enfance-famille-santé

Les échanges se dérouleront entre 10h30 et 12h30 autour d’un petit-déjeuner :
Préfecture du Lot Cité Bessières – Salle Henri Martin rue Pierre Mendés France – 46 000 CAHORS.

Programme

Appel à contribution – Fabrique des parents efficaces et déterminisme parental (10.09.2019)

Argumentaire

L’idée de « déterminisme parental » a été avancée à la fin des années 1990 par Frank Furedi pour épingler une tendance croissante dès cette époque à faire des pratiques et comportements parentaux la cause première de nombre de problèmes sociaux. Des néologismes sont apparus sensiblement au même moment (parenting, en anglais, parentalité, en français), pour désigner ces pratiques et comportements parentaux et privilégier, en somme, des réflexions sur ce que font les parents, plutôt que sur qui ils sont.

Frank Furedi écrivait ainsi en 2001 : « Le parenting est devenu l’une des questions les plus vivement débattues du 21e siècle. Si la culture occidentale attache une telle importance au parenting, c’est qu’il est considéré potentiellement comme la source de tous les problèmes sociaux qui affectent nos communautés (…). Le déficit de compétence parentale est accusé d’être la cause des problèmes de santé mentale des enfants, des difficultés éducatives, des comportements antisociaux ; les conséquences destructrices de cette mauvaise parentalité produisant leurs effets tout au long de la vie d’un individu ».

Il faut sans doute distinguer cette hypothèse du déterminisme parental de celle de la « reproduction sociale », que l’on pourrait rapprocher au nom d’une commune lecture en termes de détermination sociale, de façonnage des conduites et d’incorporation des habitus. La différence fondamentale réside principalement dans le changement de contexte entre les travaux sur la reproduction sociale des années 1960 et 1970 (Bourdieu et Passeron, 1970), ceux des années 1990 qui décrivent finement les pratiques socialement situées des familles et leurs conséquences en termes d’incorporation de dispositions sociales (Lahire, 1995), et ceux qui apparaissent plus de vingt ans plus tard sur le déterminisme parental. Mais ne faut-il pas souligner une autre différence, à savoir la volonté de souligner les effets de classement et de stratification de la première, par rapport à la critique de la logique individualiste et comportementaliste de la dernière orientation. Les politiques publiques entourant le rôle de parent évoluant aussi pour être moins portées par l’État et ses institutions, l’école par exemple, mais plus souvent promues par des acteurs privés, tels que des fondations, et ciblant d’abord les individus et des acteurs associatifs et communautaires.

Le ciblage des pratiques parentales a conduit à la définition d’un certain nombre d’interventions, de programmes et même à un nouveau pilier des politiques en direction des familles, sous l’appellation de politique de soutien à la parentalité. Cette tendance à responsabiliser les parents a eu entre autres effets d’accorder une place centrale à l’idée de compétences parentales, de parenting skills, avec comme conséquence l’idée que ces compétences peuvent être formalisées, enseignées, d’où le déploiement d’un véritable marché du conseil et du coaching parental. En proposant d’insister sur les conséquences du travail parental sur les enfants, sur leur bien-être, leur adaptation au monde, les experts en parenting sont donc parvenus en même temps à s’imposer pour diagnostiquer les manques et insuffisances du travail parental et à promouvoir leurs méthodes et leurs outils. En réduisant parfois le travail parental à un ensemble de conduites et de comportements efficaces et efficients, ces experts ont aussi souvent privilégié des méthodes d’administration de la preuve fondées sur une certaine conception du travail scientifique : le recours aux essais randomisés contrôlés, socle de l’evidence-base policy, de l’evidence-based education, ou de l’evidence-base parenting program.

À la lumière de ces développements, une jonction s’est peu à peu établie entre certains types de savoirs disciplinaires allant de la psychologie positive à certaines applications en neuroscience, sans parler de l’économie du bonheur et des tentatives de formaliser les méthodes et les dispositifs garantissant l’accès à celui-ci.

Dans le numéro que nous proposons, quatre principales directions nous sembleraient pertinentes :

  • La première pour revenir sur cette hypothèse d’un déterminisme parental, sur son apparition et ses développements. Il s’agirait ici d’analyser les conditions qui ont présidé non seulement à l’apparition de ce type de lecture, mais aussi à sa relative hégémonie dans certains secteurs ou pays. La mise en discussion avec d’autres travaux sur la socialisation serait bienvenue.
  • La deuxième direction pourrait consister à examiner la façon dont des savoirs et résultats issus des neurosciences ont été utilisés par des décideurs publics, voire même littéralement politisés pour concevoir des mesures et des politiques publiques, et même des interventions en direction des familles et des enfants. Une discussion sur les méthodes d’evidence-based dans ce domaine est attendue.
  • La troisième direction pourrait accueillir des contributions portant sur les effets de cette « idéologie » sur les pratiques des professionnels de la petite enfance (infirmiers, puéricultrices, travailleurs sociaux, voire enseignants en maternelle ou primaire), mais aussi sur les parents eux-mêmes. Comment cette idéologie leur est-elle transmise et quels effets a-t-elle sur les pratiques et domaines d’intervention ? A qui s’adresse-t-elle (en termes de différence de genre, de classe) et à quoi sert-elle ? Comment les politiques et programmes à l’attention des parents contribuent-ils à redéfinir leur rôle, à l’intérieur de la cellule familiale, mais aussi au sein de la parenté ? Quelle transformation de rôle et de style parental se dessine et comment recoupe-t-elle les rapports sociaux de genre ?
  • La quatrième direction pourrait concerner le rôle des variables culturelles, négligées, voire littéralement oubliées dans ces modes d’interprétation. Ces composantes culturelles se manifestent non seulement dans les écarts entre normes et représentations des fonctions et des rôles parentaux selon les cultures d’origine, les trajectoires migratoires, mais aussi selon les milieux sociaux, et bien entendu selon les genres et les générations. Cette troisième orientation pourrait ainsi permettre d’ouvrir d’autres pistes d’analyse des liens entre travail de socialisation primaire et secondaire.

Calendrier

Les autrices et auteurs sont invité·e·s à envoyer une proposition de contribution(1 à 2 pages, ou environ 6000 signes), avant le 10 septembre 2019, à l’intention des responsables du numéro (claude.martin@ehesp.fr, Xavier.Leloup@ucs.inrs.ca), en précisant leur affiliation universitaire.

Les autrices et auteurs dont la proposition aura été retenue par le comité de rédactionseront invité·e·s à soumettre un article complet pour le 10 décembre 2019.

Publication prévue à l’automne 2020.

Direction

Sous la direction de : Claude Martin — Directeur de recherche au CNRS,UMR 6051 Arènes Université de Rennes, École des hautes études en santé publique et Xavier Leloup — Professeur agrégé, INRS Urbanisation, Culture et Société.

Calenda

Appel à communication – Tuer les pères : femmes derrière la caméra dans les films de famille (05.07.2019)

9 décembre 2019, IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Organisée par Beatriz Rodovalho & Giuseppina Sapio

La journée d’études « Tuer les pères : Femmes derrière la caméra dans les films de famille » propose une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. En affirmant et en perpétuant l’institution familiale dans sa configuration patriarcale, nucléaire et hétérosexuelle, le film de famille a contribué à reproduire les codes et les hiérarchies de genre et de sexualité de la société bourgeoise. En concevant le cinéma d’amateur comme une « technologie de genre » (De Lauretis, 1987), nous invitons des communications portant sur les images réalisées par des femmes-amatrices afin de découvrir et décortiquer leur propre « regard familial ».

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer conjointement aux coordinatrices, Beatriz Rodovalho et Giuseppina Sapio, à l’adresse : filmsdefamille2019@gmail.com

Elles comporteront : le titre de la communication, un résumé de 500 mots (maximum), une bibliographie indicative, cinq mots clefs et une courte note bio-bibliographique (150 mots maximum).

La date limite de soumission des propositions est fixée au 5 juillet 2019.

Consulter l‘intégralité de l’appel

PhD in Family Sociology – Gendered Care Perspective (Antwerp) (30.06.2019)

The Centre for Population, Family and Health (CPFH) is seeking to fill the following full-time (100%) vacancy: Doctoral Grant (Fonds Voor Wetenschappelijk Onderzoek-Vlaanderen (FWO)) in the area of family sociology

Job description

  • You prepare a doctoral thesis in the field of family sociology, working on a project on family dynamics and upward solidarity (intergenerational care for parents).
  • You work in close collaboration with your supervisors and colleagues studying related research themes.

 

Project abstract

The sociological field of intergenerational solidarity studies the type and intensity of interactions between adult children and their parents. For upward informal caregiving (children looking after their parents), it has been acknowledged that care arrangements are shaped within families. Although it are individual children who care for their parents, the amount of care a child provides is generally the outcome of a collective family decision. Gender stands out as a determinant of the care a child provides. Caregiving is unfairly weighted against women, especially in male-dominated families. An important feature of informal caregiving is its fluidity.

This project examines the extent to which caregiving is subject to change, and how this relates to the gender composition of children and other aspects of the family context. Using a rich longitudinal panel (Share), we pursue 4 aims: (1) to examine to what extent the gender composition of siblings affects the care use of parents, (2) to assess the association between gender composition and stability of the adult-child care network, (3) to study the stability and redistribution of the informal care burden and how this relates to siblings’ gender composition, and (4) to investigate how the care network and distribution of sibling care vary when parents’ care needs change.

Profile and requirements

  • You hold a master degree in social sciences, preferably in sociology, or economic sciences.
  • You can submit outstanding academic results.
  • You have an interest in family sociology and intergenerational solidarity.
  • You are capable of executing quantitative research.
  • You are capable of applying (or learning) advanced statistical analysis techniques (multi-level analysis, structural equation modeling).
  • Your academic English and writing skills allow you to successfully communicate research results.
  • Your academic qualities comply with the requirements stipulated in the university’s policy.
  • You are quality-oriented, conscientious, creative and cooperative.
  • Also master students in the final year of their degree can apply.
  • Foreign candidates are encouraged to apply.

We offer

  • a doctoral scholarship for a period of two years, with the possibility of renewal for a further two-year period after positive evaluation;
  • the start date of scholarship will be September 1st or October 1st 2019;
  • a monthly grant amount ranging from € 2.373,36 – € 2.516.73;
  • a dynamic and stimulating work environment.

How to apply?

  • Applications may only be submitted online, until June 30th 2019.
  • A pre-selection will be made from amongst the submitted applications. The remainder of the selection procedure is specific to the position and will be determined by the selection panel.
  • The interviews will take place on Friday July 5th.
  • More information about the application form can be obtained from vacatures@uantwerpen.be.
  • For questions about the profile and the description of duties, please contact prof. Dimitri Mortelmans (dimitri.mortelmans@uantwerpen.be) or dr. Jorik Vergauwen (jorik.vergauwen@uantwerpen.be).

Compte-rendu de la septième séance de l’atelier RePPaMA (07.03.2019)

Cette séance a constitué en deux présentations sur les parents séparés : celle d’Alexandra Piesen a porté sur les parents ayant la résidence principale de leur.s enfant.s et celle de Benoit Hachet sur les parents pratiquant la garde alternée.

Bien que les deux interventant.es aient opté pour des points d’entrée différents (articulation travail/famille et parentalité pour Alexandra Piesen et « refaire famille » dans le cas de Benoit Hachet), de nombreux parallèles se sont dessinés entre les deux présentations. Tout d’abord, les deux interventant.es ont mentionné l’importance pour les parents séparés de s’investir d’autant plus dans le temps passé avec l’enfant après la séparation, à plein temps pour les parents « solos » et la semaine où ils ont leur.s enfant.s pour les parents alternants. Ensuite, les deux interventant.es ont évoqué la recomposition des rôles suite à la séparation, qu’il s’agisse pour les mères alternantes d’adopter un rôle parental plus « authentique » en n’ayant plus à jouer le rôle de la mère et de la ménagère parfaites (et de ne plus se forcer à faire des activités familiales comme le camping) ; tandis qu’Alexandra Piesen a souligné la volonté (et la difficulté) des parents solos à « jouer les deux rôles », c’est-à-dire être à la fois paternant.es (exercice de l’autorité) et maternant.es (affection). Enfin, les deux communiquant.es ont évoqué le genre de la parentalité solo ou alternante. Du côté des parents solos, on constate par exemple une différence dans les conditions d’entrée dans la situation de parent solo : si quelques mères ont choisi de « faire un bébé toutes seules », ce n’était le cas d’aucun père interrogé (par exemple, en acceptant d’assumer seul un enfant après l’accouchement de la mère). D’autres expliquent qu’elles ont été contraintes à la séparation parce que l’équilibre familial était rompu (par des conflits entre les parents ou un comportement du père comme un adultère ou de l’alcoolisme). A l’inverse, presque tous les pères présentent leur entrée dans cette situation comme étant subie, du fait d’un départ brutal de la mère du domicile. Du côté des parents alternants, on constate des discours différents sur la remise en couple en fonction du sexe : les mères hésitent davantage à reformer un couple (et à plus forte raison cohabitant) et s’inquiètent davantage de la compatibilité entre le nouveau conjoint et les enfants que les hommes.

Par ailleurs, et sans que cette thématique n’ait été abordée frontalement par les interventant.es, on observe un rôle important des ressources dans les conditions d’exercice de la parentalité, comme le soutien de l’environnement amical ou familial (voire un « capital d’autochtonie », pour reprendre le terme de Christelle Avril ?), celles liées à l’environnement professionnel (une bonne insertion dans un emploi permet au parent solo d’aménager son activité professionnelle pour la rendre compatible avec l’exercice de la parentalité en solo, alors que les parents moins bien insérés optent parfois pour le chômage faute de possibilité de rendre leurs horaires compatibles avec la prise en charge des enfants) et à l’entente avec l’ex-conjoint.e. En effet, les deux présentations ont mentionné l’importance de l’entente entre les parents dans les conditions d’exercice de la parentalité solo ou alternante : une bonne entente peut constituer une ressource sur le plan organisationnel (par exemple, le parent non-gardien peut garder ponctuellement l’enfant à la demande du parent gardien) ou matérielle (par exemple, les vêtements circulent plus facilement entre les foyers de parents qui ont gardé de bonnes relations), et dans le cas des parents solo les relations entre les parents séparés conditionnent en partie le maintien du lien entre les enfants et la parent non-gardien.

Une différence importante peut cependant être observée entre les deux groupes : là où les parents solos se sentent stigmatisés et « surveillés » quant à leurs compétences parentales, c’est beaucoup moins vrai pour les parents alternants, signe que la bi-parentalité est une norme encore prégnante malgré le développement de « nouvelles formes de famille ».

Voir le programme de la séance

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 7 mars 2019

Nous avons le plaisir de vous convier à notre septième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 7 mars 2019 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 111 (133 boulevard Davout 75020 Paris métro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Alexandra PIESEN et Benoît HACHET.

Alexandra PIESEN (Docteure en sociologie à l’Université Paris Descartes- Chercheure associée au Cerlis) nous présentera son travail de thèse intitulé : Être parent solo: un exercice d’équilibriste au quotidien?
 
Benoît HACHET (Prag EHESS, IRIS) abordera son travail de thèse intitulé : Refaire famille en situation de résidence alternée
 

Appel à communication – Famille et parenté – permanences, transformations, traitements (5-8.06.2018, Sète)

L’atelier scientifique du CNRS « Famille et parenté : permanences, transformations, traitements »  se tiendra à Sète du 5 au 8 juin 2018.

Argumentaire :

En sciences sociales, les recherches sur la famille et la parenté demeurent disloquées entre différentes traditions disciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire, science politique, géographie), alors même que les questions familiales sont régulièrement placées au cœur de l’agenda politique. Cet atelier scientifique propose de réunir des chercheur-e-s de divers courants et disciplines pour confronter la diversité des regards et des analyses portés sur la famille aujourd’hui.

De l’adoption de la première loi de bioéthique en 1994 à l’ouverture récente du mariage et de la filiation à la diversité des sexualités, les « nouvelles manières » de faire famille n’en finissent pas de nous interroger sur les frontières d’une entité dont la complexité a longtemps été dissimulée derrière la fausse évidence de sa naturalité supposée. Or, à l’heure des fécondations in vitro, des dons de gamètes, de la gestation pour autrui, de l’homoparentalité, mais aussi – plus largement – dans un contexte marqué par une mise en question des manières de faire famille (refonte de l’adoption, de l’accouchement anonyme, accompagnement à la parentalité, etc.) comment appréhender aujourd’hui l’objet « famille » et (re)penser les liens de parenté ?

Comment participer ?

24 participant·e·s sélectionné·e·s tous statuts et toutes disciplines La participation à l’atelier est soumise à sélection par le comité scientifique. Les 24 candidat·e·s retenu·e·s auront des objets de recherche autour des questions familiales et justifieront de leur intérêt pour la thématique. Pour vous porter candidat·e, merci d’adresser un résumé de votre communication (800 mots max) aux organisateurs, avec un titre, le panel auquel vous envisagez de participer et une brève justification de votre intérêt pour l’événement.

Date limite : 15 février 2018

Merci d’adresser cet email aux adresses suivantes : sebastien.roux@ehess.frannesophie.vozari@gmail.com, jerome.courduries@univ-tlse2.fr

Argumentaire complet et informations complémentaires