Archives par mot-clé : parent

Journée d’étude – Secrets de famille (08.04.2021)

Nous avons le plaisir de vous communiquer le programme de la journée d’étude « Secrets de familles. Comment enquêter sur l’espace privé ? », qui aura lieu le 8 avril 2021, de 9h30 à 17h15. Elle se déroulera sur Zoom ou à l’Ined (salle Sauvy sur le campus Condorcet), selon les conditions sanitaires.

Secrets de familles – comment enquêter sur l’espace privé ? 8 avril 2021 de 9h30 à 17h15

Sur Zoom ou à l’Ined (Salle Sauvy)- Campus Condorcet- Aubervilliers –

Ouverture de la journée à 9h30

Session 1 : Entrer dans la confidence – 9h40 – 12h

– Théoxane Camara (Université de Poitiers – Gresco) – De la monographie familiale à l’ethnographie familiale « en pointillés ». Enquêter les familles d’immigrés maliens par-delà les silences
– Amandine Rochedy (Université Toulouse – CERTOP/ISTHIA) – Ethnographie des socialisations alimentaires des enfants présentant des « troubles » du comportement alimentaire
Pause 10 minutes
– Gaëlle Larrieu (EHESS – OSC) – Entrer dans les familles pour étudier les secrets de famille : quand les parents révèlent à l’enquêtrice ce que les enfants ne savent pas
– Camille Masclet (CNRS – CESSP) – Etudier parents et enfants à l’âge adulte : des enjeux spécifiques ?
Pause de 5 minutes et 45 minutes de discussion

Pause repas 12h-13h30

Session 2 : Franchir le seuil (du domicile des familles) – 13h30 – 15h15

– Sarra Mougel (Université de Paris – Cerlis) – Le domicile des enfants malades : quel accès à l’intimité en hospitalisation pédiatrique à domicile ?
– Paule Perron (HEAD) et Fiona Del Puppo (LaSUR – EPFL) – Faire parler le logement – Le dessin d’architecture comme matériel d’enquête ethnographique dans le logement familial.
– Samuel Fely (EHESS) – Observer les enfants au sein de leurs familles : retour réflexif sur les contraintes de genre et de classe dans l’ouverture d’un terrain ethnographique.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

Pause de 15 minutes 

Session 3 : Ce que la famille laisse voir : collecter des matériaux indirects – 15h30 – 17h15

– Louise de Morati (Université Libre de Bruxelles – CHDAJ) – Recherche d’origines chez les personnes adoptées et issues de PMA avec don : usages des réseaux sociaux et enjeux de l’ethnographie numérique.
– Jessica Pothet (Université de Lorraine – 2L2S) Apports et limites de l’observation de mises en scènes de la maternité sur les réseaux sociaux. Réflexions à partir d’une recherche en cours.
– Hélène Malarmey (Université Paris-Dauphine – IRISSO) Pénétrer l’intimité des familles en étudiant leurs relations avec un tiers marchand. Enquête auprès des familles-clientes d’agences de garde d’enfants.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

********

L’inscription est obligatoire via ce lien.

Comité d’organisation (les coordinatrices du REPPaMa et du laboratoire junior : Parentalités plurielles et genre) : 
Inès Anrich (Paris 1 Panthéon-Sorbonne-CRHXIX), Myriam Chatot (EHESS-Iris-CMH), Marie-Caroline Compans (Ined, Paris 1-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (Ined-UVSQ-Printemps), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS). 

Appel à communication – Secrets de familles (20.01.2021)

Le Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités a le plaisir de vous diffuser l’appel à communication : Secrets de familles – comment enquêter sur l’espace privé ?

La famille est un objet difficile à appréhender par le chercheur ou la chercheuse en sciences sociales, dans la mesure où ce qu’il s’y passe et les relations entre ses membres reste de l’ordre de l’intime, dissimulé derrière les murs du foyer. L’ordinaire de la vie familiale ne laisse que peu de traces et de documents. Recueillir des matériaux d’enquête consiste alors souvent à collecter la parole des intéressé.es, par le biais d’entretiens, de sources écrites personnelles ou institutionnelles. Cependant, d’autres méthodes peuvent être mobilisées par les chercheur.ses pour “voir” la famille plutôt que pour l’entendre se raconter. L’objectif de cette journée d’étude est de discuter des difficultés méthodologiques inhérentes aux enquêtes sur l’objet “famille”, d’entrer dans “les cuisines de la recherche” afin de découvrir certaines des méthodes originales mobilisées par des enquêteur.ices pour percer les secrets des familles.

Sont bienvenues toutes propositions de chercheur.euse en sciences humaines portant sur une enquête sur/relative à la famille, qui soit ont mobilisé d’autres matériaux que l’entretien ou les sources souvent utilisées pour écrire l’histoire ou le quotidien de la famille, soit offrent une relecture originale des corpus en question. Trois axes principaux de réflexion sont privilégiés.

1. Ethnographier la famille

L’observation directe des pratiques familiales est souvent exclue d’emblée par le chercheur ou la chercheuse : d’invité.e, iel peut vite devenir intrus.e s’iel s’attarde au domicile pour observer les pratiques familiales. Pourtant, négocier une ethnographie familiale est possible, pour peu que l’enquêteur.ice adapte son enquête aux contraintes de ses informateur.ices. Martine Croteau (2011) a ainsi réalisé plusieurs séances d’observation des repas (de la préparation au rangement) dans les familles. L’enquête peut aussi prendre la forme d’une ethnographie d’une famille unique, comme celle menée par Alain Cottereau et Mokhtar Mohatar Marzok (2012), qui se sont employés à répertorier et à quantifier au jour le jour le mode de vie d’une famille andalouse d’origine marocaine, par des séances d’observation, des entretiens, mais aussi par la reconstitution des dépenses et des emplois du temps des membres de la famille. Plus indirectement, l’ethnographie de la famille peut aussi passer par le recueil de traces des pratiques, qu’elles soient produites par les membres de la famille ou construites à la demande de l’enquêteur.ice (arbres généalogiques, cartes des déplacements, emplois du temps…). Cette récolte peut également prendre la forme de la collecte de sources privées directement auprès des familles pour les historien.nes, qui sont ainsi confronté.es à des enjeux éthiques comme le respect de l’intimité des familles et le devenir du matériau recueilli. Au terme de son étude sur le lien conjugal à l’épreuve de la Grande Guerre, Clémentine Vidal-Naquet (2014) s’interroge ainsi sur le devenir des correspondances entre les soldats et leurs épouses, qu’elle étudie, de l’intime à l’objet d’histoire. Etudier la famille peut enfin prendre la forme d’une ethnographie du domicile, comme le propose Perla Serfaty-Garzon (2003), qu’il s’agisse de rendre compte du rapport des membres de la famille au temps passé chez soi et aux différentes pièces, de leurs trajectoires résidentielles, du caractère “ouvert” ou “fermé” du domicile sur l’extérieur ou encore de la “culture du chez-soi” et du travail d’investissement du domicile (bricolage, rénovations, décoration, etc.) par ses habitant.es.

Comment alors négocier l’ethnographie des familles, selon quelles modalités, et quels sont les avantages et les limites de ce mode d’enquête ? Comment rendre compte du quotidien des familles et des relations qui unissent ses membres autrement que par les discours des intéressé.es sur la question ? Comment prendre en compte la dimension spatiale du domicile dans les enquêtes sur la famille ? Quelle posture adopter lorsque l’on est à la fois étranger et intégré au quotidien familial ? Enquêter sur le domicile peut-il être une porte d’entrée vers l’intimité des familles ? Quels types de traces peuvent être collectés, quels sont les apports et les limites de ces matériaux d’enquête ? Quels en sont les enjeux éthiques ? Comment se positionnent alors les chercheur.ses au sein de ce terrain en milieu privé ?

2. Observer la famille à travers la lentille : méthodologies visuelles, approches matérielles

Un autre moyen d’étudier la famille est de l’observer à travers les supports visuels ou matériels produits par les familles elles-mêmes et pour elles-mêmes, ou pour l’enquête. Ce peut être des photos du domicile ou d’activités quotidiennes, des albums ou des films de famille, etc. Par exemple, Manuel Charpy (2011) a étudié ensemble les images et le journal de Jules-Émile Scrive, patron lillois, en montrant comment les photographies de famille et les objets ayant appartenu à ses membres (jusqu’aux mèches de leurs cheveux) sont investis d’un récit et d’une mémoire familiale et participent de la production des liens familiaux. De même, Marion Braizaz (2019) a demandé à ses enquêtées préadolescentes de prendre en photo quotidiennement leurs repas afin de mieux comprendre leurs rapports au corps et à la nourriture. Une équipe de chercheur.euses a par ailleurs filmé des familles dans leur vie quotidienne pendant une semaine grâce à un ensemble de caméras installés au sein du domicile (Relieu, Zouinar, La Valle, 2007). Cependant, le caractère contraignant et parfois intrusif de ces méthodes peut décourager.

Quels types d’images ou d’objets peuvent alors servir dans le cadre d’une enquête sur la famille ? Comment négocier avec les familles l’accès par l’enquêteur.ice à ces images ou objets intimes ? Comment constituer un corpus de documents privés de familles “ordinaires” dans les enquêtes d’archives ? Comment traiter et classifier ces matériaux ? Comment prendre en compte les contraintes dans la production des photos ou des vidéos par la famille elle-même, en fonction des possibilités techniques et de l’accessibilité matérielle des appareils d’enregistrement ? En prolongeant les réflexions de Jitske Jasperse (2020) sur l’objet comme unique trace d’un pouvoir féminin absent des sources écrites médiévales, on se demandera si les approches visuelles et matérielles peuvent renouveler les questionnements ou compléter les recherches menées à partir de sources écrites et/ou orales.

3. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) comme accès à l’intimité des familles ?

La diffusion d’Internet et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) constitue pour les sciences sociales un nouveau champ de recherche sur la famille, en tant qu’objet et en tant que terrain d’enquête (cyber-ethnographie ou netnographie) (Bjork-James, 2015). Les approches possibles sont multiples : analyse des contenus textuels, photographiques ou vidéos des messages, posts, commentaires ou articles publiés sur des forums en ligne, sur des réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Instagram ou Youtube, sur des blogs ou sur des listes de diffusion. Il peut également s’agir d’analyses de contenus spécifiques à Internet ou aux NTIC comme les hashtags, les métadonnées, les memes, etc. Les blogs, les comptes de réseaux sociaux ou les forums centrés sur la parentalité ont largement été étudiés en tant que mise en scène d’une posture parentale spécifique, de la “réussite” familiale ou domestique ou comme diffuseur/prescripteur de normes parentales (Tiidenberg, Baym, 2017 ; Vincent, 2017). Comment les enquêteur.ices peuvent collecter et constituer une base de données à partir de ce type de sources ? Comment les analyser ? Quels sont les apports de l’utilisation de ce matériau à la compréhension de la famille ?

Internet et les NTIC peuvent également fournir aux enquêteur.ices de nouveaux moyens d’enquête. Il peut s’agir d’un accès plus facile à des catalogues de sources ou de données, ou de contacter le plus largement possible les détenteur.ices de sources privées utiles pour l’historien.nes (voir le projet “Le goût de l’archive à l’ère numérique”). Les chercheur.euses en sciences sociales disposent également de moyens renouvelés de faire de l’ethnographie, par exemple en recrutant des enquêté.es via des annonces en ligne, par le biais des appels vidéos ou par l’utilisation d’applications comme Indeemo qui permettent de faire de “l’ethnographie mobile”, afin que les informateur.ices documentent leur vie de tous les jours en envoyant à l’enquêteur.ice des photos, des vidéos ou des entrées de journaux personnels via l’application. Cette méthodologie d’enquête a par exemple été mise en place pour la recherche Fact-Covid. Comment Internet et les NTIC peuvent-ils renouveler les méthodes et les questionnements des enquêtes ethnographiques ou d’archives ? Permettent-ils l’accès à de nouveaux publics ou de collecter des données sur les aspects les plus difficiles à documenter de la vie des familles ? Quelles sont les limites de l’utilisation de ces outils comme moyen de collecter des matériaux ?

Ces trois axes ne sont que des suggestions et une proposition n’a pas à s’inscrire strictement dans l’un ou l’autre. Toute communication portant sur les difficultés à “entrer” dans les familles peut être proposée, qu’il s’agisse de terrains ou d’objets pour lesquels il est difficile d’accéder au domicile ou à la parole d’un ou de plusieurs membres de la famille, ou encore aux archives de famille en raison d’obstacles politiques, institutionnels, matériels, culturels… Plus largement, toute communication présentant la méthodologie d’une enquête originale sur la famille est bienvenue, par exemple à travers la relecture de matériaux fréquemment utilisés pour étudier la famille, ou l’utilisation de sources ou de matériaux ethnographiques plus inhabituels.

La journée d’étude se déroulera le 8 avril 2021 (sous réserve), en distanciel ou en présentiel suivant l’évolution de la situation sanitaire. Elle aura lieu à l’Ined, au campus Condorcet (Aubervilliers). Si vous souhaitez intervenir, merci d’envoyer à l’adresse de RePPaMa (reppama.contact@gmail.com) une proposition de communication d’une ou deux pages au format Word, OpenOffice ou pdf (intitulé Secrets_Prénom Nom_Titre de la communication) présentant le cadre de la recherche et la nature de l’enquête ou du matériau utilisé, ainsi que la méthodologie de la collecte des matériaux de recherche, ses enjeux, et les questionnements ou difficultés rencontrées avant le 20 janvier 2021. Les propositions en français et en anglais sont les bienvenues. Les réponses aux communicant.es potentiel.les seront envoyées dans le courant du mois de février.

Comité d’organisation (les coordinatrices du REPPaMa et du laboratoire junior : Parentalités plurielles et genre) :
Inès Anrich (Paris 1 Panthéon- Sorbonne), Myriam Chatot (Paris Dauphine, Irisso), Marie-Caroline Compans (Ined, Paris 1-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (Ined-UVSQ-Printemps), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS).

Bibliographie

Braizaz Marion, Préadolescence, rapport au corps et relations familiales : ce que la photo-elicitation apporte à l’enquête qualitative, 8ème Congrès de l’AFS, Aix-en-Provence, 2019.
Bjork-James Sophie, Feminist ethnography in cyberspace: Imagining families in the cloud, Sex Roles 2015, vol. 73, p. 113-124.
Charpy Manuel, Matières et mémoires. Usages des traces de soi et des siens dans une grande famille bourgeoise de la seconde moitié du XIXe siècle, Revue du Nord, vol. 390, n°2, 2011, p. 395-432.
Cottereau Alain et Mohatar Marzok Mokhtar, Une famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible, Paris, Bouchène, 2012.
Croteau Martine, Le repas familial : être en famille autour d’un menu rassembleur : étude de cas des repas familiaux de deux familles de la région de Québec, mémoire présenté à l’université de Laval, 2011.
Jasperse Jitske, Mevieval Women, Material Culture and Power. Matilda Plantagenet and her Sisters, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2020.
Relieu Marc, Zouinar Moustafa,, La Valle Natalia, At home with video cameras, Home Cultures, vol. 4, n°1, 2007, p. 45-68.
Serfaty-Garzon Perla, Chez soi – les territoires de l’intimité, Paris, Armand Colin, 2003.
Tiidenberg Katrin, Baym Nancy, Learn It, Buy It, Work It: Intensive Pregnancy on Instagram, Social Media + Society, 2017.
Vidal-Naquet Clémentine, Couples dans la Grande Guerre : le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Paris, Les Belles Lettres, 2014.
Vincent Justine, Analyse des fils de discussion d’un forum dédié aux beaux-parents : quels apports de l’outil pour saisir les normes en famille recomposée ?, Journée transversale des doctorants du Centre Max Weber, 2017.

Appel à articles – Families and COVID-19: an interactive relationship (07.02.2021)

The deadline for submitting an abstract to the special issue « Families and COVID-19: an interactive relationship » of Frontiers in Sociology is 7th February 2021.
Since the co-editors are eager to follow the progression of this Special issue, they invite you to: 
1. Confirm your interest in this project and/or your intention to submit a paper proposal 
2. Before submitting a proposal on-line, send us the title & names of all the co-authors 

· an indication of the type (theoretical/conceptual analysis), empirical (research report, methods), research/policy review, with estimated and length (4-8,000 words)
· an abstract of 250-350 words maximum
· a time frame indicating the current stage of the work (data collected, project completion date) and the expected article submission date (whether within 6 months of the closing date for abstracts)
As indicated previously, the articles will be published online as soon as they have been reviewed and accepted for publication, and editorials will be written when all the articles have been received.

Please send your responses to Linda Hantrais, who is centralizing the information on their behalf : L.Hantrais@lse.ac.uk

Lien vers l’appel

Appel à chapitres – Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice (31.01.2021)

Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice. Editors: Prof. Marie-Pierre Moreau, Dr Catherine Lee and Dr Cynthia Okpokiri, Anglia Ruskin University, UK.

The Covid-19 pandemic, resurgence of social movements, tensions between the conservative, far-right politics, socialist principles, and neoliberal ideologies have converged to create an unprecedented situation, characterised by acute changes and uncertainties. Set against this context, this edited volume is concerned with the reproduction and transformation of family norms in contemporary times. It is underpinned by two main ambitions. First, we wish to document and question what ‘counts’ as a family in contemporary times. What families are rendered in/visible and mis/recognised and how are these processes of in/visibility and mis/recognition framed by the discourses of power which operate in various institutional and geographical contexts? Second, we want to explore how family forms are changing in the current climate of uncertainties and profound socio-economic, cultural and political shifts. 

We call for contributions which critically explore the following themes: 

  • Family forms:  the diversity of family formations and what makes a family in contemporary times, including work concerned with non-traditional, non-heteronormative, non-Eurocentric definitions of the family, such as single-parent families, one-person families, childless families, families with animal companions, LGBTQ families, families across the Global South, extended families, mixed heritage families, transnational families, step families, blended families and families of ‘choice’. 
  • Power relationships: how power relationships linked to gender, class, ethnicity, sexuality, faith,dis/ability and other in/equalities intersect and or operate in defining what counts as a family. 
  • Family narratives: how individuals and groups negotiate discourses of the family and their implications with regards to power relationships, including how activists and minority and majority groups reproduce or challenge family norms and work towards the promotion of alternative definitions of the family. 
  • Systemic influences on family: contemporary disruptions to prevailing family norms, including the shift in private/public boundaries and the use and impact of traditional and social media on family dynamics. 
  • Family practices: how mundane, everyday activities of family life sustain or negate individual and collective subjectivities. 

While we anticipate that the volume will be sociologically informed, we welcome work informed by a broad range of conceptual and methodological approaches, including ethnographies, autoethnographies, case studies, empirical studies, policy analysis and discussion pieces.  

A range of focuses are expected, with all contributions brought together through: 
1) a shared critical stance towards normative constructions of the family
2) a key concern for diversity, equity and intersectionality.  

We welcome work that concentrates on what happens within the family as well as work concerned with what local, organisational, national, international and transnational policies and discourses ‘do’ to families. We encourage the submission of work documenting and exploring family discourses in multiple fields, including, for example, education, paid and unpaid work, social work and social policy. 

Scholars at various stages of their career and from various parts of the world are welcome, particularly First Nations communities and those in the Global South.  

We have approached Bloomsbury who have expressed an interest in this project. We are now in the process of identifying contributors, before submitting a proposal by Spring 2021. If the proposal is successful, we will expect to receive the draft chapters from contributors by Autumn 2021, with the book published in 2022.  

If you are interested, please do send a 250-word abstract, by 31 January 2021, to marie-pierre.moreau@aru.ac.uk

Lien vers l’appel

Soutenance – Les étudiant-e-s parents – Enquête sur la norme de jeunesse dans l’enseignement supérieur français par Aden Gaide (14.12.2020)

Aden Gaide (OSC) soutiendra sa thèse de doctorat en sociologie intitulée « Les étudiant-e-s parents. Enquête sur la norme de jeunesse dans l’enseignement supérieur français« , sous la direction d’Anne Revillard (associate professor) et d’Agnès van Zanten (directrice de recherche CNRS) le lundi 14 décembre à 14h en visio-conférence. Pour y assister, merci de le contacter par mail : aden.gaide@gmail.com.

Le jury est composé de :

Nathalie Bajos, Directrice de recherche INSERM, IRIS, EHESS
Georges Felouzis, Professeur ordinaire à l’Université de Genève (rapporteur)
Juliette Rennes, Maîtresse de conférences, EHESS, CEMS
Anne Revillard, Associate Professor (HDR), Sciences Po (co-directrice)
Cécile Van de Velde, Professeure agrégée à l’Université de Montréal (rapportrice)
Agnès van Zanten, Directrice de recherche CNRS, Sciences Po, OSC (co-directrice)

Résumé de la thèse :

Qui sont les 4,4% d’étudiant-e-s qui sont parents en France ? Comment expliquer leur situation a priori paradoxale, à la fois jeunes (car étudiant-e-s) et adultes (puisque parents) ? À partir d’une pluralité de matériaux (80 entretiens semi-directifs avec des étudiant-e-s parents, une étude de cas, des sources écrites et l’exploitation de l’enquête OVE 2016), cette thèse adresse ces questions en trois volets complémentaires : les politiques publiques visant les étudiant-e-s parents, leurs parcours et leur quotidien. L’analyse met au jour une norme de jeunesse produite par la politique de l’enseignement supérieur et les établissements. Cette norme assigne aux étudiant-e-s une place de jeunes et non d’adultes, ce qui engendre le paradoxe des étudiant-e-s parents.

L’étudiant pris comme modèle pour élaborer les politiques de l’enseignement supérieur et les modalités d’enseignement au sein des établissements est un étudiant jeune : financièrement dépendant, disponible à plein temps pour ses études et placé sous l’autorité des enseignant-e-s. Face à cette norme, les étudiant-e-s parents se situent dans des configurations hétérogènes qui leur permettent de correspondre plus ou moins bien aux attentes du supérieur, malgré leurs responsabilités familiales. Les pères étudiants issus de classes supérieures atteignent plus facilement la trajectoire linéaire valorisée car ils ont les moyens matériels d’y correspondre. Cette réussite repose largement sur l’exploitation de leur conjointe qui prend en charge le travail domestique, le travail de care et la charge mentale.

Soutenance – L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique par Hélène Malmanche (11.12.2020)

Hélène Malmanche (CESPRA) soutiendra sa thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie intitulée « L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique) », sous la direction d’Irène Théry (directrice d’études à l’EHESS) le vendredi 11 décembre 2020 à 14h00 par visioconférence. Pour y assister, merci de la contacter par mail : h.malmanche@ehess.fr.

Le jury sera composé de :

Laurence Hérault, anthropologue, Aix-Marseille Université, rapporteure
Virginie Rozée, sociologue, Institut national d’études démographiques, rapporteure
Jérôme Courduriès, anthropologue, Université Toulouse Jean Jaurès
Liora Israël, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales
Séverine Mathieu, sociologue, École Pratique des Hautes Études
Rayna Rapp, anthropologue, New-York University
Irène Théry, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales, directrice de thèse

***
Résumé :

Le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) avec tiers donneur est régi en France par les lois dites « de bioéthique » depuis 1994, qui balisent l’organisation des dons de gamètes et d’embryons en les réservant aux seuls couples hétérosexuels en âge de procréer. En raison des restrictions d’accès que pose ce cadre, et des difficultés à trouver un nombre suffisant de donneurs et donneuses pour répondre aux besoins croissants, de nombreuses personnes se tournent vers l’étranger pour bénéficier d’un don de sperme, d’ovocytes, d’embryon ou de gestation. Pour les Françaises et les Français, la Belgique représente le premier pays de destination pour le recours à une AMP transfrontières.

Appréhendés dans leur globalité, les dons de gamètes et d’embryon mais aussi les dons de gestation (la gestation pour autrui) sont autant des pratiques médicales que des pratiques de parenté en tant qu’ils créent une nouvelle forme familiale : la famille issue de don. Cette thèse vise à décrire la pratique de l’engendrement avec tiers donneur, à la fois du point de vue des parents d’intention qui sont engagés dans des parcours d’AMP avec tiers donneur, et du point de vue des praticiens qui accompagnent la construction de cette parenté par le don. Pour cela une double enquête a été réalisée. Premièrement une enquête par entretiens a été menée auprès de parents d’intention ayant eu recours à une AMP avec tiers donneur, qui s’articule en trois volets ; ils permettent chacun d’éclairer respectivement le don d’ovocytes, le don de sperme à des couples de femmes, le don de gestation à des couples d’hommes, des hommes seuls ou des couples de sexe opposé. Deuxièmement une enquête ethnographique de deux ans dans un centre de procréation médicalement assistée en Belgique accueillant des ressortissants français a permis de rendre compte d’une pratique médicale d’engendrement avec tiers donneur.

Dans un contexte où l’engendrement avec tiers donneur est dans une situation d’ « institution incomplète » en France comme en Belgique chacune à des titres différents, cette recherche permet d’éclairer le changement social en train de se faire à travers la question de l’institution de normes émergentes de cette nouvelle manière de faire une famille. Les résultats de l’enquête mettent en exergue le caractère processuel de l’acquisition des places de chaque protagoniste – parents d’intention, donneurs, enfant issu du don – pendant le temps de l’engendrement, qui s’étend depuis l’élaboration du projet parental jusqu’à l’après naissance ; ils rendent comptent de la façon dont des professionnels du soin accompagnent cet engendrement avec tiers donneur à travers un travail relationnel qui prend en compte l’ensemble des dimensions de l’engendrement, de sa composante biologique à la parenté, en passant par la filiation. Enfin ces pratiques médicales et de parenté doivent être replacées dans le contexte global des transformations de l’institution de la famille, ouvrant ainsi à un éclairage, par les sciences sociales, des débats bioéthiques les plus contemporains.

Projection-débat – Ma famille sans frontière (17.12.2020)

Le jeudi 17 Décembre 2020 de 16h à 18h, 1er événement « grand public » organisé par le Réseau de recherche Migrations de l’Asie de l’Est et du Sud-Est en France (MAF) :

Projection-débat autour du film de Minju Song « Ma Famille Sans Frontières »

Avec une table ronde sur le thème : Les dynamiques au sein de familles franco-est asiatique en France.

Inscription requise : https://forms.gle/MvFWytcpWxwNvQgd8

Intervenant∙e∙s 

Minju Song (Réalisatrice)
Beate Collet (Sorbonne Université)
Zongnan Wang (Université de Poitiers)
Kanako Takeda (EHESS/Sorbonne Université, doctorante associée à l’IAO)

Comité d’organisation

Sophie Haas (Diplômée de l’INALCO), Meng Kou (ENS)
Kanako Takeda (EHESS/Sorbonne Université, doctorante associée à l’IAO)
Simeng Wang (CNRS)

Contact
migrations.asiatiques@gmail.com
https://www.migrations-asiatiques-en-france.cnrs.fr/actualites/204-1er-evenement-grand-public-organise-par-maf-projection-debat

Séminaire – Droit, justice et parentés LGBTQ (26.11.2020)

La prochaine séance du séminaire JustineS (Justice et inégalités au prisme des sciences sociales) aura lieu ce jeudi 26 novembre 2020 à 14h en visioconférence. Elle sera consacrée au thème « Droit, justice et parentés LGBTQ », avec deux interventions :

  • Lucie PRAUTHOIS (Univ. Paris-Dauphine, IRISSO) : « Des avocat·e·s au service des parents non-hétérosexuels : combattre, contourner et renforcer les inégalités juridiques »
  • Émilie BILAND (Sciences Po, CSO, IUF) : « Entre rapports ordinaires au droit et activisme judiciaire. Enquêtes en cours auprès de parents non-hétérosexuels dans les Amériques »

Le séminaire est ouvert à tou·tes. Pour assister à la visioconférence, merci d’écrire à seminaire.justines@gmail.com.

Le programme complet du séminaire pour l’année 2020-2021 est en pièce jointe et disponible ici.

Parution – Les économies de la procréation médicalement assistée

Le dernier numéro de Nouvelles questions féministes porte sur Les économies de la procréation médicalement assistée. Il est coordonné par Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet.

Présentation du numéro

La procréation médicalement assistée (PMA) s’inscrit dans un marché globalisé qui est traversé et organisé par différents types d’économies –financière, morale, biologique et affective. Bien que profondément imbriquées, ces économies reposent sur des forces de travail, des modalités d’échange et des biens ou valeurs qui sont distincts. En proposant d’étudier les dynamiques économiques à l’œuvre dans la PMA, ce numéro de Nouvelles Questions Féministes met en lumière les processus matériels et symboliques qui contribuent à reproduire et produire d’anciennes et nouvelles formes d’inégalités. Les articles du Grand angle du numéro révèlent les reconfigurations du système de genre en revisitant le travail procréatif soumis aux logiques économiques d’un marché globalisé. Les auteures analysent ainsi les enchevêtrements complexes de cette chaîne mondiale de la procréation et sa stratification selon des lignes sexistes, racistes et classistes.

Sommaire

Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet
La production biomédicale d’enfants : entre stratification et globalisation

Claire Grino
Quand congeler revient déjà à genrer : une étude comparative du développement des techniques biomédicales de cryopréservation des gamètes humains mâles et femelles

Marie Mesnil
Des ovocytes sous contrôle. Regards franco-suisses sur l’encadrement juridique du don et de l’autoconservation d’ovocytes

Marlène Jouan et Clémence Clos
Le privé est politique… et économique ! Pour une économie politique du travail de gestation pour autrui

Carolin Schurr
De la biopolitique aux bioéconomies : PMA et (re)production de la blanchité sur le marché de la GPA au Mexique

Venetia Kantsa
Investissements futurs : Loi, technologies et l’ordre de la parenté en Grèce

Présentation du numéro
Edito
Résumés

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 26 novembre 2020

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 15 octobre 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 1080 (9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers. Métro Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Virginie Loizeau et d’Aden Gaide.

Virginie Loizeau (doctorante en sociologie à Rennes 2) présentera une communication intitulée : Maladie respiratoire chronique de l’enfant et dimension genrée des rôles parentaux : le cas de la mucoviscidose

Aden Gaide (doctorant en sociologie à Sciences Po) présentera une communication intitulée : Quand son enfant devient parent pendant ses études supérieures. Ce que les réactions des parents révèlent de leur rapport aux études de leur enfant (indisponible)

Myriam Chatot (postdoctorante en sociologie à l’IRISSO) présentera une communication intitulée : Enquêtes confinées – Enjeux méthodologiques de l’enquête à distance

Latelier aura lieu par visioconférence. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Programmation 2020-2021 des ateliers sur Calenda

Journée d’étude – Les domesticités en 2020

La journée d’étude Domesticités en 2020 s’inscrit dans la continuité de trois ans de discussions dédiées aux domesticités à travers l’histoire et le monde. Il s’agit d’interroger les domesticités contemporaines – définies en tant qu’activités qui consistent à être rémunéré-e en faisant des tâches domestiques pour des ménages autres que le sien – en portant l’attention sur les formes qu’elles prennent dans différents espaces nationaux et en situant ces variations nationales dans l’histoire de chacun des pays concernés. Cette journée d’étude est l’occasion d’appréhender la complexité du travail rémunéré chez autrui et vise à contribuer à des réflexions et des débats qui concernent la sociologie du travail, de l’emploi et des professions, ou encore la sociologie des mouvements sociaux et les études de genre. Quelques interventions portent sur les enjeux de garde d’enfant et sur la relation entre parents et travailleuses gardant des enfants (nourrices, assistantes maternelles, au pair).

Lien vers la journée d’étude

Programme

Inscription

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 15 octobre 2020

Affiche du neuvième atelier

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 15 octobre 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 1080 (9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers. Métro Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Kanako TAKEDA et de Marie-Noëlle DABESTANI.

Kanako Takeda (doctorante en sociologie à l’EHESS, Centre George Simmel) présentera la communication suivante : Anticipations parentales dans les couples transnationaux franco-japonais – Analyse des impacts sur la (re)configuration des rapports conjugaux

Marie-Noëlle Dabestani (doctorante en sciences de l’éducation à
Paris 8, CIRCEFT-ESCOL) présentera la communication suivante : Enquêter sur la relation entre école maternelle et familles. Cas d’un « jouet scolaire » et de son cahier introduits au domicile des parents

L’atelier aura lieu en présentiel et par visioconférence. Le nombre de places en présentiel étant limité, merci de nous informer de votre intention d’assister à l’atelier en personne par mail. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Programmation 2020-2021 des ateliers sur Calenda

Soutenance – L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle par Léa Linconstant (16.07.2020, Aix en Provence)

Léa Linconstant soutiendra sa thèse en anthropologie intitulée :   L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle. Fabriquer des patients pour faire des parents (Lombardie, Italie)  le jeudi 16 juillet 2020 à 14h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence). Dans les conditions actuelles, cette soutenance n’est pas ouverte au public.

Le jury est composé de :
Laurence Hérault, Professeure, AMU (directrice de thèse)
Irène Théry, Directrice d’études, EHESS (Rapporteure)
Séverine Mathieu, Directrice d’études, EPHE (Rapporteure)
Agnès Martial, Directrice de recherche, CNRS, CNE (Examinatrice)
Claudia Mattalucci, Ricercatrice, Università di Milano Bicocca (Examinatrice
Jérôme Courduriès, Maître de conférence, Université Toulouse Jean Jaurès (Examinateur)

Résumé
La loi italienne définit l’assistance médicale à la procréation (AMP) comme un traitement thérapeutique permettant de soigner une maladie, l’infertilité. Les parcours d’AMP donnent à voir une forme d’association particulière entre un environnement médical et la constitution de familles alors même que la grossesse n’est pas encore survenue. Ma recherche s’intéresse aux relations qui se nouent entre les professionnels et les consultants au fil des parcours d’assistance médicale à la procréation. Il s’agit de montrer comment ces relations particulières façonnent les représentations et le vécu de l’infertilité et des technologies reproductives. À travers une exploration inédite des dichotomies qui traversent le champ italien de l’AMP telles que normal/pathologique, thérapeutique/de convenance et privé/public, cette étude contribue à la réflexion sur la place du tiers au sein des techniques de reproduction assistée. Si dans le cadre de mon ethnographie, il n’y a pas de recours à un tiers donneur – les couples bénéficient d’une AMP strictement intraconjugale – le processus de procréation s’inscrit néanmoins dans une « action collective à plusieurs partenaires » (Théry, 2010) au sein de laquelle s’insère un tiers, entendu comme un élément extérieur au couple : le corps médical. Les parcours d’AMP relèvent par conséquent d’un processus au cours duquel chacune des places et des statuts attribués se modifient et évoluent par un travail sur les corps et les relations de l’ensemble des protagonistes. Il s’agit alors de comprendre comment les parcours d’AMP conduisent à une reformulation singulière du soin et de la parenté en Italie.

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lus Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).

Parution – actes de la journée d’étude « Maternités, paternités »

Les actes de la journée inaugurale du réseau, « Maternités, Paternités : Représentations, Pratiques, Nouvelles perspectives », sont publiés chez Encyclo ! Vous pouvez les lire ici.

Sommaire :