Archives par mot-clé : parent

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 15 octobre 2020

Affiche du neuvième atelier

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 15 octobre 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 1080 (9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers. Métro Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Kanako TAKEDA et de Marie-Noëlle DABESTANI.

Kanako Takeda (doctorante en sociologie à l’EHESS, Centre George Simmel) présentera la communication suivante : Anticipations parentales dans les couples transnationaux franco-japonais – Analyse des impacts sur la (re)configuration des rapports conjugaux

Marie-Noëlle Dabestani (doctorante en sciences de l’éducation à
Paris 8, CIRCEFT-ESCOL) présentera la communication suivante : Enquêter sur la relation entre école maternelle et familles. Cas d’un « jouet scolaire » et de son cahier introduits au domicile des parents

L’atelier aura lieu en présentiel et par visioconférence. Le nombre de places en présentiel étant limité, merci de nous informer de votre intention d’assister à l’atelier en personne par mail. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Programmation 2020-2021 des ateliers sur Calenda

Soutenance – L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle par Léa Linconstant (16.07.2020, Aix en Provence)

Léa Linconstant soutiendra sa thèse en anthropologie intitulée :   L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle. Fabriquer des patients pour faire des parents (Lombardie, Italie)  le jeudi 16 juillet 2020 à 14h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence). Dans les conditions actuelles, cette soutenance n’est pas ouverte au public.

Le jury est composé de :
Laurence Hérault, Professeure, AMU (directrice de thèse)
Irène Théry, Directrice d’études, EHESS (Rapporteure)
Séverine Mathieu, Directrice d’études, EPHE (Rapporteure)
Agnès Martial, Directrice de recherche, CNRS, CNE (Examinatrice)
Claudia Mattalucci, Ricercatrice, Università di Milano Bicocca (Examinatrice
Jérôme Courduriès, Maître de conférence, Université Toulouse Jean Jaurès (Examinateur)

Résumé
La loi italienne définit l’assistance médicale à la procréation (AMP) comme un traitement thérapeutique permettant de soigner une maladie, l’infertilité. Les parcours d’AMP donnent à voir une forme d’association particulière entre un environnement médical et la constitution de familles alors même que la grossesse n’est pas encore survenue. Ma recherche s’intéresse aux relations qui se nouent entre les professionnels et les consultants au fil des parcours d’assistance médicale à la procréation. Il s’agit de montrer comment ces relations particulières façonnent les représentations et le vécu de l’infertilité et des technologies reproductives. À travers une exploration inédite des dichotomies qui traversent le champ italien de l’AMP telles que normal/pathologique, thérapeutique/de convenance et privé/public, cette étude contribue à la réflexion sur la place du tiers au sein des techniques de reproduction assistée. Si dans le cadre de mon ethnographie, il n’y a pas de recours à un tiers donneur – les couples bénéficient d’une AMP strictement intraconjugale – le processus de procréation s’inscrit néanmoins dans une « action collective à plusieurs partenaires » (Théry, 2010) au sein de laquelle s’insère un tiers, entendu comme un élément extérieur au couple : le corps médical. Les parcours d’AMP relèvent par conséquent d’un processus au cours duquel chacune des places et des statuts attribués se modifient et évoluent par un travail sur les corps et les relations de l’ensemble des protagonistes. Il s’agit alors de comprendre comment les parcours d’AMP conduisent à une reformulation singulière du soin et de la parenté en Italie.

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lucie Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).

Parution – actes de la journée d’étude « Maternités, paternités »

Les actes de la journée inaugurale du réseau, « Maternités, Paternités : Représentations, Pratiques, Nouvelles perspectives », sont publiés chez Encyclo ! Vous pouvez les lire ici.

Sommaire :

Atelier du RePPaMa : prochaine séance reportée

REPORTE

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 26 mars 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, R19 (RDC) (9 cours des Humanités, Campus Condorcet à Aubervilliers, M12 Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Aden Gaide et Nouri Rupert.

Aden Gaide (doctorant en sociologie à Sciences Po Paris, Observatoire sociologique du changement) nous fera une présentation basée sur son enquête doctorale : Quand son enfant devient parent pendant ses études supérieures. Ce que les réactions des parents révèlent de leur rapport aux études de leur enfant

Nouri Rupert (postdoctorant en sociologie à l’Université d’Angers, ESO-CNRS) nous fera une présentation basée sur sa thèse : Les normes de parentalités hégémoniques à l’épreuve des familles transnationales – Circulation de femmes-mères franco-marocaines entre le Maroc et la France.

Colloque La fabrique des parents – note conclusive

Merci à tou-tes les communicant-es, président-es et modérateur-ices de session et à tou-tes les auditeur-ices qui sont venu-es au colloque La fabrique des parents qui vient de s’achever. Pour information, un live-tweet de l’événement est disponible :
Session 1
Session 2
Session 3
Session 4
Sessions 5 et 6

Un compte-rendu est en préparation.

Au plaisir de vous revoir,
l’équipe de RePPaMa

Colloque – La fabrique des parents (programme actualisé)


La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels

6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

Informations : Nous soutenons vivement les mobilisations en cours et souhaitons apporter notre part au mouvement actuel. Nous avons souhaité le faire en maintenant l’événement, afin de proposer un espace d’échanges. Nous allons dégager un temps pour réfléchir sur les politiques sociales menées et à venir, et en particulier les politiques familiales et éducatives puisque cela touche à des thématiques du colloque.  Nous avons estimé qu’annuler cet événement pénaliserait les personnes ayant un statut précaire (communicant·e·s et organisatrices du colloque). Un report affecterait lourdement les conditions matérielles de tenue du colloque, compte tenu des frais engagés. Nous respectons naturellement la décision des communicant·e·s qui ont annulé leur participation à l’événement en soutien aux actions menées.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 14h30 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2)

  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Myriam Chatot (EHESS) : Les pères en congé parental, une socialisation à la parentalité

14h30-15h30 : Table ronde : Retraites, inégalités de genre, santé (Julie Tréguier, Emmanuelle Cambois ; Ined)

Pause : 15h30 – 16h00

16h00- 16h30 : Présentation du numéro spécial sur la parentalité de la Revue française des affaires sociales (RFAS)

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une « bonne mère » lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée « Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires »

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des « années 1968 »
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h00 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Benoît Hachet (EHESS) : « Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation » : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h00-15h45 : Discussion collective sur la LPPR

15h45 – 16h15 : Pause

16h15 – 17h45 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus

Calenda (programme initial)

Conférence – Who cares for the children ? Gender and transnational families (27.01.2020, Paris)

Rhacel Salazar Parreñas is Professor of Sociology and Gender and Sexuality Studies at the University of Southern California. She is the author of numerous books and articles on gender, family, labor, migration and the political economy of globalization. In 2019, she was honored with the Jessie Bernard Award by the American Sociological Association in recognition of her contributions to our understanding of women in society.

She will address the question of how gender constitutes and is constituted in transnational households. It draws from a two year ethnographic study on children raised from a distance in the Philippines by migrant parents across the diaspora. While the talk empirically establishes the continued relegation of housework and childcare to women, including in the household of migrant mothers, it also engages the implications of such a finding to feminist theory. It explains the stalled gender revolution in the formation of transnational households with migrant mothers and establishes the significance of examining gender from a relational and not solely an identity perspective. The conference will be moderated by Hélène Le Bail and Hélène Thiollet, researchers CNRS at Sciences Po’s Center for International Studies (CERI).

Monday January 27, 2020 5:00 – 7:00 PM
Sciences po, Amphithéâtre Jacques Chapsal, 27 rue Saint Guillaume, 75007 Paris
Contact / inscriptions externes : valerie.richard@sciencespo.fr

Colloque – La fabrique des parents (06.02.2020, Aubervilliers)

La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels 6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

En raison des mouvements sociaux au sein de l’enseignement supérieur en janvier 2020, le programme a connu d’importantes modifications. Merci de vous reporter à l’onglet en haut de la page pour connaitre le programme actualisé.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 15h45 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2) – présentation sur l’usage de la notion de parentalité en sociologie

  • Elsa Boulet (EHESS) : Devenir parent « au bon moment » : l’inscription sociale de la norme procréative
  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus
  • Josiane Tousse-Djou (Université de Yaoundé II Soa) : « Rester sans enfant » ou parent à « tout prix » en Afrique : enquête sur le problème de stérilité et infertilité au Cameroun

Pause : 15h45 – 16h15

16h10- 16h30 : Présentation du numéro spécial de la Revue française des affaires sociales (RFAS) sur la parentalité, avec Marie-Clémence Le Pape, Pauline Virot et Guillemette Buisson

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une « bonne mère » lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée « Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires »

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des « années 1968 »
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.
  • Pauline Proboeuf (Sciences Po): Les incidences biographiques des choix de scolarisation alternative

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h30 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Marie Cartier (Université de Nantes), Anaïs Collet (Université de Strasbourg), Estelle Czerny (Université de Strasbourg), Pierre Gilbert (Paris 8), Marie-Hélène Lechien (EHESS) et Sylvie Monchatre (Université Lyon 2) : Allez les pères ! Les conditions de l’engagement masculin dans les tâches parentales et domestiques
  • Benoît Hachet (EHESS) : « Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation » : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h30 – 16h00 : Pause

16h00 – 17h30 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Amélie Grysole (CNAM) : La fabrique d’enfants redevables
  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?

Calenda

Appel à articles – Penser les « origines » dans les familles contemporaines : perspectives internationales (06.01.2020)

Argumentaire :
La notion d’origines ouvre une perspective inédite pour analyser les reconfigurations contemporaines de la parenté et des liens familiaux. Elle témoigne en effet d’une évolution profonde, liée à la dissociation croissante de la procréation et de la parenté, d’où semblent émerger des relations et des figures « nouvelles » : le recours aux technologies reproductives crée des situations où, comme dans l’adoption, des personnes procréent, mais ne deviennent pas — au sens légal — des parents. Les relations potentiellement liées à l’origine demeurent ainsi aux marges de la parenté. Les contributions attendues pour ce numéro pourront explorer ces marges en éclairant différentes dimensions du rapport aux origines.

Sous la direction de :
Agnès Martial, Centre national de la recherche scientifique (France)
Isabel Côté, Université du Québec en Outaouais (Canada)
Kévin Lavoie, Université Laval (Canada)

Les propositions et les manuscrits doivent être soumis sur notre site :http://www.efg.inrs.ca/formulaire-soumettre-proposition/

Télécharger l’appel

Rencontre – Promotion de la santé et de l’Attachement des Nouveau-nés et de leurs Jeunes parents (04.10.2019, Cahors)

La prochaine Matinale de la recherche du Drapps Occitanie sera consacrée au Programme PAN JO (Promotion de la santé et de l’Attachement des Nouveau-nés et de leurs Jeunes parents. Un outil de renforcement des services de PMI).
Intervenantes :
• Marie TREILHOU, PMI 46.
• Isabelle ESPOSITO, Directrice adjointe Enfance-famille-santé

Les échanges se dérouleront entre 10h30 et 12h30 autour d’un petit-déjeuner :
Préfecture du Lot Cité Bessières – Salle Henri Martin rue Pierre Mendés France – 46 000 CAHORS.

Programme

Appel à contribution – Fabrique des parents efficaces et déterminisme parental (10.09.2019)

Argumentaire

L’idée de « déterminisme parental » a été avancée à la fin des années 1990 par Frank Furedi pour épingler une tendance croissante dès cette époque à faire des pratiques et comportements parentaux la cause première de nombre de problèmes sociaux. Des néologismes sont apparus sensiblement au même moment (parenting, en anglais, parentalité, en français), pour désigner ces pratiques et comportements parentaux et privilégier, en somme, des réflexions sur ce que font les parents, plutôt que sur qui ils sont.

Frank Furedi écrivait ainsi en 2001 : « Le parenting est devenu l’une des questions les plus vivement débattues du 21e siècle. Si la culture occidentale attache une telle importance au parenting, c’est qu’il est considéré potentiellement comme la source de tous les problèmes sociaux qui affectent nos communautés (…). Le déficit de compétence parentale est accusé d’être la cause des problèmes de santé mentale des enfants, des difficultés éducatives, des comportements antisociaux ; les conséquences destructrices de cette mauvaise parentalité produisant leurs effets tout au long de la vie d’un individu ».

Il faut sans doute distinguer cette hypothèse du déterminisme parental de celle de la « reproduction sociale », que l’on pourrait rapprocher au nom d’une commune lecture en termes de détermination sociale, de façonnage des conduites et d’incorporation des habitus. La différence fondamentale réside principalement dans le changement de contexte entre les travaux sur la reproduction sociale des années 1960 et 1970 (Bourdieu et Passeron, 1970), ceux des années 1990 qui décrivent finement les pratiques socialement situées des familles et leurs conséquences en termes d’incorporation de dispositions sociales (Lahire, 1995), et ceux qui apparaissent plus de vingt ans plus tard sur le déterminisme parental. Mais ne faut-il pas souligner une autre différence, à savoir la volonté de souligner les effets de classement et de stratification de la première, par rapport à la critique de la logique individualiste et comportementaliste de la dernière orientation. Les politiques publiques entourant le rôle de parent évoluant aussi pour être moins portées par l’État et ses institutions, l’école par exemple, mais plus souvent promues par des acteurs privés, tels que des fondations, et ciblant d’abord les individus et des acteurs associatifs et communautaires.

Le ciblage des pratiques parentales a conduit à la définition d’un certain nombre d’interventions, de programmes et même à un nouveau pilier des politiques en direction des familles, sous l’appellation de politique de soutien à la parentalité. Cette tendance à responsabiliser les parents a eu entre autres effets d’accorder une place centrale à l’idée de compétences parentales, de parenting skills, avec comme conséquence l’idée que ces compétences peuvent être formalisées, enseignées, d’où le déploiement d’un véritable marché du conseil et du coaching parental. En proposant d’insister sur les conséquences du travail parental sur les enfants, sur leur bien-être, leur adaptation au monde, les experts en parenting sont donc parvenus en même temps à s’imposer pour diagnostiquer les manques et insuffisances du travail parental et à promouvoir leurs méthodes et leurs outils. En réduisant parfois le travail parental à un ensemble de conduites et de comportements efficaces et efficients, ces experts ont aussi souvent privilégié des méthodes d’administration de la preuve fondées sur une certaine conception du travail scientifique : le recours aux essais randomisés contrôlés, socle de l’evidence-base policy, de l’evidence-based education, ou de l’evidence-base parenting program.

À la lumière de ces développements, une jonction s’est peu à peu établie entre certains types de savoirs disciplinaires allant de la psychologie positive à certaines applications en neuroscience, sans parler de l’économie du bonheur et des tentatives de formaliser les méthodes et les dispositifs garantissant l’accès à celui-ci.

Dans le numéro que nous proposons, quatre principales directions nous sembleraient pertinentes :

  • La première pour revenir sur cette hypothèse d’un déterminisme parental, sur son apparition et ses développements. Il s’agirait ici d’analyser les conditions qui ont présidé non seulement à l’apparition de ce type de lecture, mais aussi à sa relative hégémonie dans certains secteurs ou pays. La mise en discussion avec d’autres travaux sur la socialisation serait bienvenue.
  • La deuxième direction pourrait consister à examiner la façon dont des savoirs et résultats issus des neurosciences ont été utilisés par des décideurs publics, voire même littéralement politisés pour concevoir des mesures et des politiques publiques, et même des interventions en direction des familles et des enfants. Une discussion sur les méthodes d’evidence-based dans ce domaine est attendue.
  • La troisième direction pourrait accueillir des contributions portant sur les effets de cette « idéologie » sur les pratiques des professionnels de la petite enfance (infirmiers, puéricultrices, travailleurs sociaux, voire enseignants en maternelle ou primaire), mais aussi sur les parents eux-mêmes. Comment cette idéologie leur est-elle transmise et quels effets a-t-elle sur les pratiques et domaines d’intervention ? A qui s’adresse-t-elle (en termes de différence de genre, de classe) et à quoi sert-elle ? Comment les politiques et programmes à l’attention des parents contribuent-ils à redéfinir leur rôle, à l’intérieur de la cellule familiale, mais aussi au sein de la parenté ? Quelle transformation de rôle et de style parental se dessine et comment recoupe-t-elle les rapports sociaux de genre ?
  • La quatrième direction pourrait concerner le rôle des variables culturelles, négligées, voire littéralement oubliées dans ces modes d’interprétation. Ces composantes culturelles se manifestent non seulement dans les écarts entre normes et représentations des fonctions et des rôles parentaux selon les cultures d’origine, les trajectoires migratoires, mais aussi selon les milieux sociaux, et bien entendu selon les genres et les générations. Cette troisième orientation pourrait ainsi permettre d’ouvrir d’autres pistes d’analyse des liens entre travail de socialisation primaire et secondaire.

Calendrier

Les autrices et auteurs sont invité·e·s à envoyer une proposition de contribution(1 à 2 pages, ou environ 6000 signes), avant le 10 septembre 2019, à l’intention des responsables du numéro (claude.martin@ehesp.fr, Xavier.Leloup@ucs.inrs.ca), en précisant leur affiliation universitaire.

Les autrices et auteurs dont la proposition aura été retenue par le comité de rédactionseront invité·e·s à soumettre un article complet pour le 10 décembre 2019.

Publication prévue à l’automne 2020.

Direction

Sous la direction de : Claude Martin — Directeur de recherche au CNRS,UMR 6051 Arènes Université de Rennes, École des hautes études en santé publique et Xavier Leloup — Professeur agrégé, INRS Urbanisation, Culture et Société.

Calenda

Appel à communication – Tuer les pères : femmes derrière la caméra dans les films de famille (05.07.2019)

9 décembre 2019, IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Organisée par Beatriz Rodovalho & Giuseppina Sapio

La journée d’études « Tuer les pères : Femmes derrière la caméra dans les films de famille » propose une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. En affirmant et en perpétuant l’institution familiale dans sa configuration patriarcale, nucléaire et hétérosexuelle, le film de famille a contribué à reproduire les codes et les hiérarchies de genre et de sexualité de la société bourgeoise. En concevant le cinéma d’amateur comme une « technologie de genre » (De Lauretis, 1987), nous invitons des communications portant sur les images réalisées par des femmes-amatrices afin de découvrir et décortiquer leur propre « regard familial ».

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer conjointement aux coordinatrices, Beatriz Rodovalho et Giuseppina Sapio, à l’adresse : filmsdefamille2019@gmail.com

Elles comporteront : le titre de la communication, un résumé de 500 mots (maximum), une bibliographie indicative, cinq mots clefs et une courte note bio-bibliographique (150 mots maximum).

La date limite de soumission des propositions est fixée au 5 juillet 2019.

Consulter l‘intégralité de l’appel

PhD in Family Sociology – Gendered Care Perspective (Antwerp) (30.06.2019)

The Centre for Population, Family and Health (CPFH) is seeking to fill the following full-time (100%) vacancy: Doctoral Grant (Fonds Voor Wetenschappelijk Onderzoek-Vlaanderen (FWO)) in the area of family sociology

Job description

  • You prepare a doctoral thesis in the field of family sociology, working on a project on family dynamics and upward solidarity (intergenerational care for parents).
  • You work in close collaboration with your supervisors and colleagues studying related research themes.

 

Project abstract

The sociological field of intergenerational solidarity studies the type and intensity of interactions between adult children and their parents. For upward informal caregiving (children looking after their parents), it has been acknowledged that care arrangements are shaped within families. Although it are individual children who care for their parents, the amount of care a child provides is generally the outcome of a collective family decision. Gender stands out as a determinant of the care a child provides. Caregiving is unfairly weighted against women, especially in male-dominated families. An important feature of informal caregiving is its fluidity.

This project examines the extent to which caregiving is subject to change, and how this relates to the gender composition of children and other aspects of the family context. Using a rich longitudinal panel (Share), we pursue 4 aims: (1) to examine to what extent the gender composition of siblings affects the care use of parents, (2) to assess the association between gender composition and stability of the adult-child care network, (3) to study the stability and redistribution of the informal care burden and how this relates to siblings’ gender composition, and (4) to investigate how the care network and distribution of sibling care vary when parents’ care needs change.

Profile and requirements

  • You hold a master degree in social sciences, preferably in sociology, or economic sciences.
  • You can submit outstanding academic results.
  • You have an interest in family sociology and intergenerational solidarity.
  • You are capable of executing quantitative research.
  • You are capable of applying (or learning) advanced statistical analysis techniques (multi-level analysis, structural equation modeling).
  • Your academic English and writing skills allow you to successfully communicate research results.
  • Your academic qualities comply with the requirements stipulated in the university’s policy.
  • You are quality-oriented, conscientious, creative and cooperative.
  • Also master students in the final year of their degree can apply.
  • Foreign candidates are encouraged to apply.

We offer

  • a doctoral scholarship for a period of two years, with the possibility of renewal for a further two-year period after positive evaluation;
  • the start date of scholarship will be September 1st or October 1st 2019;
  • a monthly grant amount ranging from € 2.373,36 – € 2.516.73;
  • a dynamic and stimulating work environment.

How to apply?

  • Applications may only be submitted online, until June 30th 2019.
  • A pre-selection will be made from amongst the submitted applications. The remainder of the selection procedure is specific to the position and will be determined by the selection panel.
  • The interviews will take place on Friday July 5th.
  • More information about the application form can be obtained from vacatures@uantwerpen.be.
  • For questions about the profile and the description of duties, please contact prof. Dimitri Mortelmans (dimitri.mortelmans@uantwerpen.be) or dr. Jorik Vergauwen (jorik.vergauwen@uantwerpen.be).