Archives par mot-clé : obstétrique

Colloque – Le corps maternel à l’épreuve du « progrès » : perspectives internationales sur la techno-obstétrique et ses critiques (05.03.2021)

Le colloque Le corps maternel à l’épreuve du « progrès » : perspectives internationales sur la techno-obstétrique et ses critiques aura lieu le 5 mars de 10h à 16h en distanciel. Pour recevoir l’accès Zoom, merci de vous inscrire auprès de Jennifer Gadenne.

En savoir plus sur l’ANR Hypmedpro.

Atelier – La naissance en France (04.12.2020)

Le réseau doctoral en santé publique organise un atelier intitulé « Une perspective pluridisciplinaire sur la naissance » le 4 décembre 2020.

Présentation
La prise de contrôle de la médecine clinique sur la naissance a débuté dans la seconde moitié du 18ème siècle. L’obstétrique scientifique masculine s’impose alors dans un domaine traditionnellement occupé par les sages-femmes.
Dès la seconde moitié du 19e siècle, ce sont plus de 50% des accouchements qui se déroulent à l’hôpital sous la tutelle des médecins.
Héritière de cette histoire, la naissance est toujours sujet de préoccupation dans la société française.
A l’heure où les violences gynécologiques et obstétricales sont dénoncées, où des alternatives se dessinent difficilement pour une prise en charge moins médicalisée des naissances, un éclairage pluridsiciplinaire s’impose.
Le 4 décembre 2020, de 9h à 13h, nous aborderons par l’écoute et le débat le vaste sujet de la naissance en France. Nous sommes honoré.e.s de pouvoir réunir, lors de ce séminaire en ligne, des expertes du sujet qui nous apporterons leurs éclairages scientifiques et pratiques sur les enjeux et dynamiques autour de la naissance en France.

Le programme et les modalités d’inscription sont à retrouver sur le site de l’atelier.

Conférence – Violences Obstetricales : enjeux épistémologiques et controverses (Paris, 06.12.2019)

Organisatrices : Virginie Rozée (Ined) et Clémence Schantz Inguenault (EHESS)

Cette conférence internationale vise à analyser les violences obstétricales biomédicales qui s’exercent sur le corps reproducteur des femmes, et à réfléchir aux enjeux épistémologiques et aux controverses qu’elles soulèvent. Parmi les enjeux, les réflexions porteront sur la dimension structurelle et symbolique de ces violences et la façon dont leur analyse permet de repenser le genre. Quant aux controverses, seront interrogées les raisons de ces violences et les solutions envisagées. La biomédicalisation du corps reproducteur sera ainsi appréhendée au prisme de la tension qui peut exister entre une possible émancipation et le risque de glisser vers une représentation essentialiste du corps des femmes. Cette journée permettra de documenter de façon empirique un sujet largement médiatisé et pourtant peu étudié en sciences sociales. Nous souhaitons interroger le terme même de violence obstétricale, et espérons par la suite motiver davantage de recherches sur le sujet, en s’inspirant à la fois des études de genre sur la biomédicalisation et les violences. Enfin, cette journée souhaite constituer un espace d’échanges et de réflexions sur cette thématique entre chercheur.e.s, professionnel.le.s de santé et usager.ère.s.

L’inscription est obligatoire.

Séminaire – Contraception en post-partum (11.10.2019, Paris)

Le Laboratoire Contraception&Genre vous convie à la dixième séance de son séminaire, qui aura lieu le vendredi 11 octobre 2019 à l’Institut National d’Études Démographiques (Ined), 133 Boulevard Davout, 75020 Paris de 14h à 17h.

Thème de la séance : Contraception en post-partum

  • Carole Brugeilles, Démographe, professeure à l’université Paris 10 Nanterre, directrice adjointe du Cresppa, pour une présentation intitulée Trajectoires obstétricales et planification familiale au Mexique. Au début des années 1970, le Mexique s’est doté d’une politique démographique néo-malthusienne qui a révolutionné les comportements et les normes procréatives et contraceptives. Le nombre moyen d’enfants par femme est passé de plus de 6 à 2,1 en 2018 ; la prévalence contraceptive chez les femmes en union de 12 % à 73,1 %. La stérilisation est désormais la 1ere méthode contraceptive. La grossesse, l’accouchement et le post-partum sont rapidement devenus les moments privilégiés de la mise en œuvre des programmes de planification familiale par le corps médical. Dans cette communication, en nous appuyant sur différentes enquêtes quantitatives et qualitatives, nous analyserons comment ce temps est devenu stratégique dans la promotion et la prescription de contraceptifs, les conséquences sur le choix de la méthode. Une attention particulière sera portée aux relations entre trajectoires obstétricales et usage des différents contraceptifs, dans un contexte où le taux de césarienne est passé de 12 % des accouchements en 1987 à 46 % en 2018. 
     
  • Nicola Boydell, Sociologue, chercheuse au Usher Institute, Université d’Edimbourg pour une présentation sur la fourniture d’une contraception intra-utérine post-partum (PPIUC) dans un service public de maternité en Ecosse. La PPIUC implique la fourniture d’une contraception intra-utérine aux femmes qui choisissent cette méthode dans les 48 heures qui suivent l’accouchement. Cette recherche qualitative présentera les modalités d’offre de la PPIUC et l’expérience qui en est faite, du point de vue des femmes et des professionnel.le.s de santé, à partir d’une étude dans deux maternités britanniques.

 L’entrée est libre mais nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire préalablement, pour des raisons d’accès au bâtiment : contraception.genre@gmail.com