Archives par mot-clé : monoparental

Parution – Maternités célibataires en Tunisie et en Algérie

Le numéro 24 des cahiers de CERDEF contient deux articles sur les maternités célibataires :

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lucie Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).

Parution – actes de la journée d’étude « Maternités, paternités »

Les actes de la journée inaugurale du réseau, « Maternités, Paternités : Représentations, Pratiques, Nouvelles perspectives », sont publiés chez Encyclo ! Vous pouvez les lire ici.

Sommaire :

Appel à articles – Les « états » de la famille suite à la séparation du couple (01.05.2020)

Revue Recherches familiales n° 18, à paraître en janvier 2021

Le dossier du numéro 18 de la revue scientifique Recherches Familiales, à paraître en janvier 2021, est consacré à la famille et aux liens familiaux après une séparation, qu’elle prenne la forme d’un divorce, d’une rupture de PACS ou d’une désunion informelle d’un couple non institué par un acte juridique.

Alors qu’aujourd’hui, dans les pays occidentaux, nombre de couples sont amenés à se séparer, comment les familles font-elles face à une rupture ou à un divorce ? Que reste-t-il de la famille après une séparation ? Comment se reconfigure-t-elle ? Que deviennent les liens familiaux, par exemple, entre les membres des ex-familles alliées ou éventuellement entre les membres des nouvelles familles recomposées ? 

Jusqu’à présent, l’intérêt de la recherche et des politiques publiques s’est principalement porté sur les familles « monoparentales », en raison des risques de pauvreté et de précarité engendrés par une rupture ; sur la continuité des liens entre le père dit couramment « non-gardien » et son ou ses enfants ; ou encore sur les conséquences du divorce et de la séparation s’agissant du bien-être et du devenir des enfants. La plupart de ces travaux – dont certains sont déjà datés – n’ont guère été renouvelés, alors que le droit a considérablement transformé les conditions des ruptures. 

Dans ce dossier thématique, nous souhaitons approfondir notre compréhension des manières dont les collectifs familiaux se confrontent à la rupture conjugale : quelles dynamiques les traversent et quelles ressources mobilisent-ils dans ces situations de changement ? Au-delà des questions toujours d’actualité – comment se répartir les ressources ou gérer les comptes lorsque l’on se sépare ou encore comment décider de la résidence de l’enfant – d’autres apparaissent d’une importance croissante : Que se passe-t-il lorsque la séparation survient au moment du passage à la retraite ou après ? Comment les relations entre grands-parents et petits-enfants, oncles et tantes, etc. se poursuivent-elles ? Dans un contexte où il est possible qu’un individu connaisse plusieurs ruptures conjugales au cours de sa vie, quels arrangements prévalent pour maintenir des liens avec une pluralité de personnes (beaux-parents, mais aussi demi- ou quasi-frères et sœurs) alors que l’alliance conjugale ne les justifie plus ? Comment les individus concernés, ainsi que le droit, gèrent-ils ces relations familiales – parfois sans statut légal –, mais qui peuvent impliquer des relations affectives, des engagements et des responsabilités économiques ou de soins importants ? Dans quelle mesure les situations diffèrent-elles selon qu’il s’agisse de la rupture d’un mariage ou d’une union informelle ? Quelles sont les obligations ou les possibilités de recourir à des tiers régulateurs, médiateurs ou à des institutions lors des prises de décisions inhérentes à la séparation ? Quels sont les traitements juridico-administratifs réservés à ces (quasi) beaux-parents et (quasi) beaux-enfants séparés, ainsi qu’aux quasi-frères et sœurs ? Comment les politiques familiales se saisissent-elles de ces problématiques ? Quels sont les enjeux pour les dispositifs d’intervention sociale et pour les professionnel·le·s qui les mettent en œuvre ? Les questions ouvertes par ce champ de recherche sont nombreuses.

Suggestion d’approches et de thématiques

Les dynamiques familiales et individuelles liées à la séparation peuvent être abordées en termes de coûts économiques ou psychologiques, mais aussi en termes d’avantages et de bénéfices, de dépendance, d’émancipation ou de reconstruction identitaire. Une séparation peut tout autant signifier un saut dans l’inconnu et des ruptures qui ne concernent pas uniquement le lien conjugal, qu’impliquer la possibilité d’inventer de nouvelles formes de relations et de modes de faire famille en un sens jusque-là inédit. Les contributions qui abordent la séparation comme un processus s’inscrivant dans la durée et l’espace sont encouragées. Elles peuvent se pencher sur les principales personnes intéressées, le couple et les enfants, mais aussi – surtout ? – ouvrir aux autres acteurs et actrices de la constellation familiale, liés par la lignée, l’alliance ou la parenté pratique. Les contributions peuvent également réfléchir aux conséquences et aux implications de la séparation par le biais d’événements révélateurs comme le remariage ou la remise en couple des « ex », les transformations de la grand-parentalité, le décès et le deuil d’un membre de la famille ou d’autres événements qui concernent les enfants des ex-conjoints : anniversaire, naissance ou mariage. En ce sens, nous suggérons cinq axes d’exploration des enjeux d’une séparation ou d’un divorce.

Les enjeux de filiation et d’alliance : quid des anciens et des nouveaux alliés ?

Cet axe porte sur les relations (sociales, économiques, pratiques, etc.) qu’entretiennent les membres des anciennes familles avec les nouveaux alliés qui apparaissent lors des recompositions familiales : quelles relations maintiennent les grands-parents avec leurs petits-enfants une fois les parents séparés ? Des relations se développent-elles entre les oncles et tantes et les enfants d’un « second lit » des ex-partenaires et si oui, de quelle nature ? Comment vivent les quasi-, ex- demi-frères et sœurs au quotidien des recompositions familiales ? Peu de recherches portent sur ces questions qui se trouvent pourtant au cœur des nouvelles configurations familiales post-séparation et pour lesquelles aucune politique publique n’existe aujourd’hui.

Les enjeux de la division sexuée du travail après la rupture

On connaît déjà relativement bien les conséquences économiques et de départage des enfants lors d’une séparation, mais l’on sait peu de choses des processus qui les ont précédées. Comment les négociations ont-elles été conduites ? Comment les rapports de pouvoir se sont-ils restructurés ? Quels enjeux ont guidé les choix ? Dans cet axe, nous interrogeons également la division sexuée du travail, ainsi que la reconnaissance du travail domestique en général – et de soin en particulier – effectué par des (quasi) mères et pères pour les jeunes enfants, mais aussi par des (quasi) filles ou fils envers les membres des générations aînées devenus dépendants. Peu de recherches traitent de ces questions, et les politiques publiques sont à cet égard très peu présentes.

Les enjeux juridiques : héritage, résolution des questions patrimoniales entre ex-époux, résidence, modalités de prise en charge de l’enfant par chacun des deux parents, attribution des contributions

Des constellations familiales inédites et complexes se constituent après une séparation. Que les couples soient ou non reconnus institutionnellement, quels (nouveaux) enjeux juridiques pose la séparation, en particulier lors des héritages par exemple ? Comment et jusqu’où le droit protège-t-il les personnes concernées par une, voire plusieurs séparations successives ? Les contributions favorisant une approche en droit comparé sont les bienvenues.

Les enjeux politiques et sociaux : pauvreté, politique du logement, aide sociale, intervention sociale, politique familiale

Comment penser les dispositifs, encore inexistants ou balbutiants, qui seraient susceptibles de prendre en compte la diversité des configurations familiales actuelles ? Quelles politiques publiques ou modèles d’interventions sociales peuvent être identifiées ? Quelles sont les initiatives prises jusqu’ici ? Des études de cas et des réflexions provenant de recherches de terrain seraient particulièrement appréciées.

Les différents enjeux symboliques, affectifs ou électifs

Alors que le premier axe porte sur l’émergence ou la persistance des liens sociaux après la séparation, le dernier axe aborde la définition et la perception subjective de ces liens. En ce sens, ces deux perspectives peuvent être traitées conjointement. Comment se modifient les places affectives ou symboliques de chacun et chacune, autrement dit, comment les séparations agissent-elles sur la perception et la représentation de ces liens ? La pérennité de certaines relations relève-t-elle des sentiments affectifs ou du devoir et de l’obligation ? Et qu’est-ce que cela implique concrètement ? 

Indications techniques

Les articles entièrement rédigés sont à proposer au Comité de lecture de Recherches Familiales avant le 1er mai 2020. La revue paraîtra en janvier 2021.

Pour mieux connaître la revue : http://www.unaf.fr/spip.php?rubrique181

Pour consulter le règlement intérieur : http://www.unaf.fr/spip.php?article16501

Anonymat

Il appartient aux auteur.e.s de rendre anonyme leur article. Lorsqu’ils.elles citent leur propre référence, ils.elles doivent indiquer « XXX » à la place de leur nom.

En revanche, le message d’accompagnement doit indiquer l’ensemble des auteur.e.s, l’institution de rattachement el le texte originel qui paraîtra dans la version finale à la place des « XXX » sus-mentionnés, en cas de diffusion. 

Article

40 000 caractères, notes de bas de page et espaces compris. L’article doit être accompagné d’un résumé de 700 à 900 caractères, espaces compris.

Références

Ne pas utiliser le système américain (nom de l’auteur(e) et page entre parenthèses), mais le système « français » de référence intégrale en note de bas de page. Pour le référencement, voir les articles de la revue déjà publiés. 

La revue Recherche Familiale fonctionne selon des principes stricts de lutte contre le plagiat, y compris d’autoplagiat. L’auteur.e doit s’engager sur l’honneur que l’article proposé est un travail original, fruit d’un travail personnel. Ce travail a été rédigé de manière autonome, sans recourir à d’autres sources ou outils que ceux que l’auteur.e a explicitement déclarés comme tels. Ce travail ne comporte pas de plagiat ni d’autoplagiat. Tous les développements repris d’une source extérieure sont cités entre guillemets avec un renvoi précis à la source dûment identifiée (y compris Internet). Le fait de ne pas citer une source, ou de ne pas la citer correctement, est constitutif de plagiat. Le plagiat est considéré comme une faute grave par le comité de rédaction de la revue Recherches Familiales, qui se réserve la possibilité de la dénoncer. 

Envoyez votre article (fichier en format Word ou Rtf) par courrier électronique à recherches.familiales@unaf.fr. Date limite d’envoi : 1er mai 2020. Un accusé de réception vous sera envoyé. 

Soutenance – Le traitement social des mères célibataires par des associations en Tunisie et au Maroc : mobilisation, compassion et défense de l’ordre moral par Iris Funk (04.10.2019, Paris)

14h00 à l’EHESS (105 boulevard Raspail 75006 Paris, salle 1)

Résumé de la thèse : En Tunisie et au Maroc, les tournants sociopolitiques, depuis 2011, confèrent une nouvelle force au mouvement associatif. Ils contribuent en effet à faire émerger et rendre visibles des questions sociales, autrefois passées sous silence. Ainsi, les « mères célibataires » deviennent, par la mobilisation associative, non seulement une catégorie d’intervention mais également un problème public. Or, l’État, en refusant de s’investir directement « pour ne pas encourager des conduites déviantes », délègue à ce secteur la contention du problème moral des femmes pauvres ayant des enfants illégitimes. Le traitement social des mères non mariées, conduit par ces associations avec leur interface internationale, prend alors la forme de care fondé sur le maternalisme et la normativité. De surcroît, ces organisations s’engagent dans la “réinsertion” des femmes qui, sans soutien familial, sont en marge de la protection sociale et juridique. En utilisant une sémantique compassionnelle sur la vulnérabilité et le besoin, elles veulent gagner l’opinion publique afin de produire des droits et des politiques publiques, montrant ainsi l’intentionnalité politique du care. Toutefois, ces actions reproduisent et creusent des inégalités le long des lignes de genre, de classe et de statut.

Grâce à une ethnographie de longue durée auprès d’organisations de protection de l’enfance et d’associations de soutien aux mères célibataires, ainsi que par une approche sociohistorique, cette thèse permet de suivre l’évolution du droit de la famille et des processus qui participent à la transformation des rapports sociaux entre les sexes dans ces sociétés du Maghreb. La comparaison entre les deux pays montrera les similitudes, les différences et les injonctions aussi bien morales que politiques propres à chacun en ce qui concerne le traitement social des femmes et des enfants en dehors du cadre du mariage.

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 7 mars 2019

Nous avons le plaisir de vous convier à notre septième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 7 mars 2019 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 111 (133 boulevard Davout 75020 Paris métro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Alexandra PIESEN et Benoît HACHET.

Alexandra PIESEN (Docteure en sociologie à l’Université Paris Descartes- Chercheure associée au Cerlis) nous présentera son travail de thèse intitulé : Être parent solo: un exercice d’équilibriste au quotidien?
 
Benoît HACHET (Prag EHESS, IRIS) abordera son travail de thèse intitulé : Refaire famille en situation de résidence alternée
 

Appel à projet – Monoparentalité et discriminations (30.11.2018)

Le service du droit des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes (SDFE) lance un appel à projet de recherche “Monoparentalité et discriminations”. Cet appel à projet est doté d’un budget de 40 000€ et comporte deux axes :
– Les discriminations vécues par les familles monoparentales
– Les parcours professionnels des mères et pères à la tête de foyers monoparentaux.
Les dossiers de réponse doivent être envoyés avant le 30 novembre 2018 à la DGCS. Vous pouvez retrouver l’ensemble des informations ainsi que le dossier de réponse ici.

Soutenance – La résidence alternée : une sociologie de l’expérience temporelle des parents par Benoit Hachet (09.11.2018, Paris)

9h à 13h en salle 13 à l’EHESS, au 105 Bd Raspail, 75006 Paris

Résumé :
La résidence alternée, légalisée en France en 2002, est une pratique minoritaire qui touche toutes les catégories de la population des parents séparés. Elle est entendue de manière stricte comme une organisation qui sépare de façon égale les temps de résidence des enfants entre leurs deux parents. Sous ce principe de symétrie coparentale, le temps vécu par les parents est bichronique, marqué par la succession réitérée de temps de même dimension, les uns avec enfants et les autres sans. Nous explorons l’expérience temporelle de cette parentalité alternée à partir d’une méthode mixte qui croise l’analyse de 55 entretiens avec le traitement de 5 103 questionnaires passés auprès des allocataires de la Caisse d’allocations familiales qui ont des enfants en résidence alternée. Dans une première partie, nous contextualisons la question de la résidence alternée dans la France contemporaine. Nous présentons une cartographie des polémiques qu’elle soulève, précisons les évolutions juridiques et les modalités judiciaires de sa mise en place, avant de remarquer que les études existantes sur cet objet sont peu nombreuses et souvent partielles. Si les déterminants socio-économiques du choix de la résidence alternée sont assez bien connus, le fonctionnement concret des alternances est peu étudié. Notre contribution consiste à ouvrir cette boîte noire. Nous inscrivons notre recherche dans une perspective temporaliste qui consiste à interroger les temps différenciés de l’expérience humaine. Dans la deuxième partie, nous caractérisons l’économie générale du cadre temporel de la résidence alternée, en montrant que le partage égal des temps de résidence ne peut se soustraire au temps calendaire dominant. Les deux espaces créés dans ces conditions se constituent en territoires temporels sur lesquels chacun des parents exerce une souveraineté relative selon des règles qui se construisent à l’usage. Nous proposons une topologie des territoires de l’alternance, attentive à leur structure et à leur plasticité. Dans la troisième partie, nous envisageons l’expérience parentale de la succession des temps avec et sans enfant en commençant par préciser les différences de texture temporelle, avant de décrire les modalités de la concordance de ces temps. Nous terminons en changeant d’échelle temporelle pour interroger l’évolution de l’expérience parentale de l’alternance dans la durée, quand elle est confrontée à la survenance de divers événements comme la recomposition familiale ou la mobilité professionnelle. Dans l’ensemble de la thèse, nous sommes attentifs aux variations dans l’organisation et l’expérience temporelle de la résidence alternée selon les variables lourdes de la sociologie, le sexe, l’âge, le milieu social ou le lieu de résidence des parents.

Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Le 2 avril, Libération a publié un article sur les pères monoparentaux ou « pères solos », s’appuyant entre autres sur un article d’Alexandra Piesen, publié dans la Revue des politiques sociales et familiales.

Le titre provocateur de l’article de Libération (« Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ? ») soulève un point important pour l’étude des maternités et des paternités : dans quelle mesure ce qui est considéré comme le « propre » de la maternité ou de la paternité est en fait produit par les rôles généralement endossés par les parents en fonction de leur sexe ? Les enquêtes sur les situations d’inversion du genre interrogent les changements induits sur les rôles genrés, mais aussi les résistances, quand un homme endosse un rôle traditionnellement féminin (ou inversement).

Pour lire l’article de Libération : Les pères solos sont-ils des mères comme les autres ?

Compte-rendu de la séance inaugurale de l’atelier RePPaMa (17.03.2017)

La première séance de l’atelier RePPaMa a consisté en deux présentations, la première d’Hélène Breda et la seconde de Maeli Saidi.

La présentation d’Hélène Breda, portant sur un corpus de six séries télévisées (Six feet under, Desperate Housewives, les Sopranos, Lost, the West Wing, 24h chrono), a mis en lumière des rôles parentaux différenciés en fonction du sexe du personnage au sein du corpus.

Les personnages de pères (Tony Soprano dans les Sopranos, Jack Bauer dans 24h chrono) se situent d’un point de vue narratif à la pointe d’une pyramide, dans la mesure où ils sont le centre des différentes intrigues et que ce sont les personnages qui ont le plus d’influence sur le déroulement de l’intrigue et les lignes d’action des autres personnages (pour ce dernier point, c’est également le cas de Nathaniel Fisher sénior, dans Six Feet Under). Leurs rôles parentaux illustrent l’ambivalence des modèles de paternité ; entre patriarche qui dirige la famille (Nathaniel Fisher sénior, Tony Soprano), endosse le rôle d’apporteur de ressources (Tony Soprano) et de protecteur (Jack Bauer) d’une part et « nouveau père » jouant un rôle affectif auprès de ses enfants (esquissé avec plus ou moins de succès par Tony Soprano, incarné avec plus de réussite par Jack Bauer) d’autre part.

A l’inverse, les personnages de mère sont souvent décentrés de la narration et se situent dans des configurations narratives qualifiées de « molécule ». Là où les pères ont généralement un ascendant vertical sur les autres membres de la famille, les mères se situent davantage dans une configuration de circulation horizontale, jouant le rôle de rassembleuse et de liant entre les personnages (comme les héroïnes de Desperate Housewives, Ruth Fisher dans  Six Feet Under et CJ Cregg dans the West Wing qui est l’attachée de presse du président et qui joue un rôle maternel dans la « famille professionnelle » que constitue le staff du président).

L’intérêt de l’approche méthodologique d’Hélène Breda, qui étudie les trames narratives des séries de son corpus en s’appuyant sur la métaphore du tissu (tressage et tissage narratifs, patchwork, etc.), est de mettre en évidence les parallèles entre la place du personnage dans la narration et son rôle parental auprès de sa famille.

La discussion qui a suivi la présentation a porté d’une part sur la méthodologie et d’autres parts sur des parallèles avec d’autres séries plus récentes.

 

La présentation de Maeli Saidi est basée sur un corpus d’une soixantaine d’entretiens avec des mères en situation de monoparentalité, réalisés en Île-de-France. Elles sont dans cette situation de monoparentalité depuis des durées variables (entre deux mois et trente ans), pour la plupart suite à un divorce et ont en moyenne deux enfants. Elles ont en moyenne entre 45 et 50 ans, et s’inscrivent dans des contextes socioculturels variés. L’exposé portait sur la capacité de ces femmes à « s’en sortir » après la séparation, notamment sur leur capacité à se construire une vie qui ne soit pas orientée uniquement vers la famille.

Trois étapes dans l’émancipation de ces femmes peuvent être identifiées, par rapport aux stigmates qui pèsent sur elles en tant que mères « solos » : se protéger, s’affirmer et lâcher prise. Ainsi, dans un premier temps, les mères ont à cœur de consolider la nouvelle cellule familiale après la séparation et se consacrent entièrement à leurs enfants, en recourant à l’aide de leurs familles pour surmonter cette épreuve. Dans un second temps, elles s’affirment, c’est-à-dire qu’elles prennent de la distance avec leurs familles et plus largement avec l’image de la mère « parfaite » qu’elles tentaient d’incarner, en négociant l’image d’elles-mêmes qu’elles projettent suivant leurs interlocuteurs. Dans un troisième temps, les mères lâchent prise et affichent leur vie personnelle au même titre que leur vie familiale. Pour mener à bien cette émancipation par rapport à une vie entièrement consacrée à la maternité, elles disposent de quatre supports : l’indépendance financière, un « jardin secret » (notamment des nouvelles relations affectives), un bon entourage et du temps pour soi.

La présentation s’est principalement concentrée sur le « jardin secret » et le réseau de sociabilité des mères. Il s’agissait d’une part de mettre en évidence les stratégies mises en œuvre par rapport dans la dissimulation ou la révélation de nouvelles relations conjugales (par exemple, prétendre à ses enfants qu’on va faire du sport pour aller voir son compagnon). D’autre part, on observe une recomposition du réseau amical des mères en situation de monoparentalité. Cette recomposition passe par un double mécanisme. Tout d’abord, les mères minorent leurs liens avec les anciennes amies et leurs familles (proches perçus comme ne comprenant pas la situation de la mère seule voire intrusifs). Ensuite, elles se construisent un nouveau cercle amical, constitué de femmes ayant une situation personnelle similaire (monoparentales, célibataires ou en difficultés), constituant une ressource sur le plan affectif mais aussi matériel.

La discussion après la présentation a porté sur les éléments déclencheurs du passage d’une étape à l’autre (événement, âge des enfants, effet de génération ou de socialisation…), sur la comparaison entre mères et pères en situation de monoparentalité et sur le choix des critères de réussite.

Voir le programme de la séance

« Suis-je un bon père ? » : une question qui ne se pose pas ?

“Hayden and Daddy” by Michael Crane is licensed under CC BY 2.0

Ni trop ni pas assez disponible. Etre aimante, mais pas étouffante. Protéger les enfants, mais les laisser faire leurs propres expériences. Les faire progresser, mais ne pas les forcer. Tout en prescriptions contradictoires, être une « bonne mère » est une injonction qui pèse fortement sur les femmes. Il ne s’agit pas seulement des « rappels à l’ordre » ou des conseils prodigués par l’entourage de la mère, mais aussi de l’image de la « bonne mère » que se forgent les femmes elles-mêmes. En témoigne cette déclaration d’une mère qui a pris un congé parental presque malgré elle :

Pendant ma grossesse, j’ai décidé que j’allais prendre un congé parental, pour mon premier. Mais ce n’était pas parce qu’il n’y avait pas de place en crèche, c’était parce que je voulais faire la bonne mère. Pour moi, la bonne mère, ça prend un congé parental. C’est pas parce que j’en avais vraiment envie ou que… Pour moi, une bonne mère prend un congé parental. […] J’étais en dépression post-natale. Parce que rester à la maison, c’est pas mon truc. Je les aime, mes enfants, mais passer toute la journée avec des gamins qui ne parlent pas, changer des couches, les biberons, pour moi c’était… La perte de liberté, je ne me sentais pas bien. Mais par contre j’aime mes enfants. Je le dis parce que… [rire] J’ai culpabilisé un moment en me disant « t’es une mauvaise mère, c’est pas possible », je les aime mais c’est pas mon truc.

Plus largement, Sarah Lécossais (2015) montre, à partir de l’étude de séries télévisées françaises de type « chroniques familiales », qu’il n’y a pour ainsi dire qu’un seul modèle de mères représenté dans ces séries : à l’écoute, disponibles, aimantes, mais surtout culpabilisées. Se demander si on est une « bonne mère » (ou se reprocher de ne pas l’être assez) semble à ce titre considéré comme le lot commun des femmes.

Qu’en est-il pour les pères ? Se demandent-ils s’ils sont des bons pères ? A partir de deux enquêtes sociologiques, l’une menée auprès de 39 pères qui ont pris un congé parental à temps plein ou à temps partiel en couple hétérosexuel et 18 pères en situation de monoparentalité, nous tenterons, sinon de répondre à cette question, au moins d’apporter quelques pistes de réponse.

Ce qui ressort des entretiens avec les pères en congé parental, c’est que la « bonne paternité » est largement une non-question pour eux. Certes, certains d’entre eux reconnaissent se poser de la question de temps en temps, notamment lorsque les pères se sentent en « échec éducatif » (par exemple, si l’enfant refuse d’obéir). Cependant, dans l’ensemble, ces hommes semblent plutôt sûrs de leurs compétences parentales. Par exemple, Hugo (en congé parental pendant 3 ans et demi) déclare :

[En tant que père,] je vais essayer de mieux que je peux. Je ne me mets pas une barrière, genre « Untel a dit ça, Untel a dit ça, Dolto a dit ça », non, j’en ai rien à foutre. Enfin, c’est intéressant, mais moi, ce que je peux donner, le meilleur de moi, je vais lui donner. Après, ça aura ses failles, ses qualités, ses défauts, mais voilà, moi je lui ai donné le mieux de ce que je pouvais. Et je continue.

S’ils se posent des questions, c’est plutôt sur la meilleure méthode à adopter que sur la pertinence de leurs choix ou de leur attitude avec les enfants. Par exemple, Fabien (en congé parental pendant 6 mois) se rappelle :

Au début, quand les deux garçons sont nés, c’est l’éternelle question, « est-ce que je le laisse pleurer, est-ce que je le laisse pas pleurer ? ». Et on a appris énormément de choses avec ça, et en même temps, ma conjointe a eu du mal à les laisser pleurer, moi je pensais qu’il fallait les laisser s’exprimer… On a trouvé un bon système, on a trouvé un équilibre, sur ce point crucial quand tu es parent, de ta parentalité, c’est le nerf de la guerre parce que tu veux que ton enfant il dorme etc., on a trouvé à nous deux, en puisant chacun de notre côté… Je ne sais pas si c’est du hasard, de l’inné, de l’acquis, par rapport aux enfants… Je trouve qu’on fait un bon duo.

A l’inverse, les pères solos semblent raisonner différemment. Conscients de la dimension atypique de leur paternité solo, les pères rencontrés évoquent régulièrement leurs inquiétudes quant à leurs compétences pour être un « bon » parent et un « bon » père. Il s’agit alors pour eux, non plus d’exercer au quotidien des pratiques parentales données mais de faire en sorte que ces dernières soient conformes aux discours relatifs à la « bonne » parentalité. Les pères solos rencontrés ne cherchent pas à être uniquement des pères mais à être de « bons » pères voire des pères parfaits.

Cette volonté semble liée à deux éléments principaux, d’une part, les circonstances ayant conduit ces hommes à la paternité solo et d’autre part, l’idée selon laquelle la mère est le parent « principal » (entendu comme le parent légitime par les institutions car le plus apte en termes de compétences parentales). En effet, pour la plupart des enquêtés, la paternité solo a été subie, la mère étant partie « du jour au lendemain ». Le père s’est alors retrouvé seul au quotidien avec ses enfants. Cette déstabilisation soudaine et souvent non anticipée amène ces pères à opérer un travail réflexif sur leur rôle parental. Alors qu’auparavant ils pouvaient être plus ou moins investis auprès de leur(s) enfant(s), il semble que l’entrée en parentalité solo entraîne des « reformulations » (Martial, 2016) de leur paternité. Désormais, ces pères mènent un travail constant au quotidien sur leurs pratiques afin que ces dernières s’inscrivent dans les normes de la « bonne » paternité.

Ainsi, plusieurs pères enquêtés font part de l’importance accrue qu’ils apportent à des activités telle que la préparation du repas, qui fait désormais l’objet de nombreuses réflexions: volonté de préparer des repas équilibrés, à partir de produits frais et variés, demande de conseils à des femmes considérées comme de « bonnes » cuisinières, etc.

Pour les pères solos enquêtés, un leitmotiv semble constant : être un « bon » parent c’est faire de l’enfant une priorité. Il s’agit alors de se consacrer pleinement à lui, quitte à mettre en retrait sa vie amicale et amoureuse jusqu’à ce que les enfants soient considérés comme « assez grands » pour être autonomes.

A l’inverse, pour les pères en congé parental, être un « bon » parent, c’est avant tout être présent, mais pas forcément au détriment d’autres dimensions de leurs vies. En effet, plusieurs d’entre eux insistent sur l’importance de se garder du temps pour soi, et du temps de couple, pour ne pas être seulement un parent.

A partir de cette comparaison de deux groupes de pères assez minoritaires (pères en congé parental et pères en situation monoparentale), on voit donc se dessiner l’importance de la relation de couple dans le sentiment de compétence en tant que père. En effet, les pères en congé parental manifestent une certaine assurance dans l’exercice de leur paternité, là où les pères solos semblent se considérer comme des parents moins bons que les mères, même s’ils tentent de les égaler. Est-ce parce que la présence de la mère (et la possibilité de l’imiter) prodigue au père un sentiment de confiance dans ses propres capacités, ou parce que le « bon père » est celui qui seconde la mère ? Nous laissons soin à d’autres recherches que les nôtres de répondre à cette question.

Myriam Chatot
Alexandra Piesen

Quelques recensions de livres parus récemment sur Lectures

Maeli Saidi – Résister à la « mère parfaite » : une manière pour la femme responsable d’une famille monoparentale de pouvoir être autonome

Maeli Saidi
Doctorante en sociologie
Université Paris Descartes
CERLIS

Résumé :

Dans la continuité de travaux récents de sociologie (De Singly, Klinenberg) sur la valorisation par les femmes de la vie en célibataire pour « se retrouver » ou comme « mode de vie »,  cette communication vise à interroger la question de l’autonomie dans les discours et des pratiques des femmes responsables d’une famille monoparentale. Basé sur un corpus d’une soixantaine d’entretiens réalisée en Ile-de-France auprès de femmes en situation de monoparentalité, il s’agira plus spécifiquement de mettre en lumière les stratégies de ces femmes pour « s’en sortir ».

La communication se concentrera principalement sur deux aspects de ces stratégies : la relation de ces femmes à leur « jardin secret » (notamment en ce qui concerne une nouvelle relation) et leur inversion du stigmate de « bad moms » ou de nouvelle entrante dans le « club des célibs ».

Voir le programme de la séance

Atelier inaugural du réseau RePPaMA

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue du 1er atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le vendredi 17 mars de 10h à 12h30 en salle 42 à l’INED, 133 Boulevard Davout, 75020 Paris (Métro : Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet ; TramT3b Marie de Miribel).

Lors de cette séance inaugurale, nous accueillerons :
Hélène Breda (Docteure en études cinématographiques et audiovisuelles, Université Paris 13, IRCAV)
« « Tissage narratif » et représentation des rôles parentaux dans les séries télévisées américaines contemporaines. »

Maeli Saidi (Doctorante en sociologie, Université Paris Descartes, CERLIS)
« Résister à la « mère parfaite » : une manière pour la femme responsable d’une famille monoparentale de pouvoir être autonome. »

Voir l’affiche de la journée
Aller au compte-rendu