Archives par mot-clé : maternité

Livre – Familles : nouvelle génération

Il n’y aurait rien de plus naturel que la reproduction ; marque de notre existence biologique, elle s’imposerait à nous comme une pulsion, voire une finalité. Pourtant, derrière sa fausse évidence, la reproduction fait l’objet de vives attentions politiques et sociales. Une multitude d’agents interviennent pour définir et encadrer la manière dont nous faisons famille aujourd’hui. Professionnels de l’action sociale, médecins, biologistes, juristes, éthiciens, psychologues… autant d’experts dont les savoirs et les actions édictent les possibles familiaux, définissent l’acceptabilité relative des projets reproductifs et mettent en place les conditions de leur réalisation.
Ces interventions fonctionnent aussi sur le mode de l’invite à la réforme de soi. Les institutions encouragent les individus à transformer leurs désirs, réformer leurs attentes ou repenser leurs existences. Familles, nouvelle génération apporte un éclairage empirique et informé sur ces processus et les enjeux politiques qu’ils soulèvent, tout en proposant une réflexion critique d’ampleur sur la manière dont on gouverne aujourd’hui la vie.

Sébastien Roux et Anne-Sophie Vozari, dir., Familles : nouvelle génération, PUF, La vie des idées. Ont contribué à cet ouvrage : Jérôme Courduries, Mélanie Gourarier, Sébastien Roux, Michela Villani, Anne-Sophie Vozari.

Sommaire

Tribune – Les femmes divorcées, grandes perdantes de la réforme des retraites

Dans une tribune au « Monde », un collectif de chercheurs et d’universitaires suggère au gouvernement d’établir un vrai partage des droits à retraite au sein des couples.

Contrairement aux affirmations du Premier Ministre, les femmes ne seraient pas les « grandes gagnantes » de la réforme des retraites. En prenant en compte l’ensemble de la carrière plutôt que les « meilleures années », le passage à la retraite à points entraînerait une baisse de leur pension plus importante que pour les hommes. L’ensemble des inégalités (de carrière, de salaire, de temps de travail rémunéré…) qu’elles connaissent tout au long de leur vie professionnelle serait intégralement répercuté sur le montant de leur retraite.

La réforme des retraites renforcerait aussi les inégalités économiques entre femmes et hommes en s’attaquant au dispositif des pensions de réversion. Alors que 99 % du montant des pensions touchées par les hommes est constitué de leurs droits propres, un quart de celles des femmes est issu de ce qu’on appelle des droits dérivés, essentiellement des pensions de réversion. Ces pensions sont actuellement attribuées aux femmes qui ont été mariées, après le décès de leur époux ou ex-époux, en fonction des droits à la retraite acquis par ce dernier. Il ne s’agit pas de cas particuliers : en 2017, presque la moitié (42 %) des femmes touchant des droits à la retraite percevait une pension de réversion. Son montant moyen était de 700 euros. En France, ce dispositif a permis de réduire significativement la pauvreté des femmes âgées. Il faut rappeler que les femmes de plus de 65 ans touchent des pensions de droits propres inférieures de 38 % en moyenne à celles des hommes. Cet écart de revenu est ramené à 25 % grâce aux droits dérivés.

Il y a dix-huit mois, Emmanuel Macron affirmait : « Il n’est pas question de supprimer les pensions de réversion pour les futurs retraités » (Le Monde, 27/06/2018). Or, la dernière version du projet de réforme des retraites prévoit la suppression, après 2025, de la pension de réversion pour les femmes divorcées. Jusqu’ici, en cas de divorce, l’ex-épouse peut percevoir la pension de réversion, ou la partager au prorata du nombre d’années de mariage si son ex-époux a été marié plusieurs fois.

Le gouvernement a prévu d’agir par ordonnance sur ce point ; il envisage de remplacer la pension de réversion pour les femmes divorcées par une augmentation de ce que l’on nomme la prestation compensatoire. Ceci traduit une méconnaissance complète de la justice familiale et de ses évolutions.

Déterminée au moment du divorce, la prestation compensatoire est un capital versé par un ex-conjoint à l’autre, en cas de disparité importante dans leurs conditions de vie respectives à l’issue de la vie commune. La prestation compensatoire est censée compenser les sacrifices professionnels réalisés par un des époux (presque toujours la femme) du fait de la prise en charge du travail domestique et parental. Dans les faits, ce dispositif de compensation a été très affaibli ces vingt dernières années, depuis qu’il n’est plus versé sous forme de rente mais d’un capital pour solde de tout compte.

Pour qu’une femme bénéficie d’une prestation compensatoire, il faut aujourd’hui que son ex-époux détienne, au moment du divorce, un capital disponible important. Seul un divorce sur cinq donne ainsi lieu à une telle prestation : les femmes qui l’obtiennent appartiennent à des milieux plus aisés que celles qui touchent une pension de réversion. Et même quand il y a prestation compensatoire, les sommes fixées sont bien loin de compenser les inégalités économiques entre ex-conjoints. Imaginer que le montant de ces prestations compenserait la disparition de la pension de réversion est totalement irréaliste.

En juillet 2019, Jean-Paul Delevoye affirmait, dans le cadre de la consultation citoyenne sur les retraites : « il appartiendra au juge des affaires familiales d’intégrer la question des droits à retraite dans les divorces, en particulier dans le cadre des prestations compensatoires qui pourront être majorées ». C’est ignorer que les juges aux affaires familiales expriment déjà des difficultés pour calculer les prestations compensatoires, car ils et elles manquent du temps et des moyens nécessaires pour évaluer précisément les situations économiques des ex-conjoints au moment de leur divorce.

C’est aussi ignorer que, depuis 2017, les juges aux affaires familiales ne prononcent plus les divorces par consentement mutuel, soit plus de la moitié des divorces. Ces divorces sont négociés entre avocats ou avocates et enregistrés par les notaires. Les femmes divorcées qui, aujourd’hui, ne parviennent pas à obtenir de prestation compensatoire ne parviendront pas plus, dans un bras de fer entre avocates ou avocats, à y inclure le calcul de leurs droits dérivés.

Loi après loi, la justice se retire au moment des séparations conjugales, au profit d’une négociation privée. Avec la suppression des pensions de réversion pour les femmes divorcées, l’État abandonne son ambition de protéger les plus vulnérables et d’organiser les mécanismes de la solidarité publique, au profit de la loi du plus fort au sein des couples.

La même logique est à l’œuvre pour la prise en compte des enfants dans le calcul des retraites. Aujourd’hui, les mères ont droit à une majoration de leur durée de cotisation (jusqu’à huit trimestres par enfant dans le privé). Demain, celle-ci sera remplacée par une majoration du montant de la pension, à hauteur de 5% par enfant (et 7% pour le troisième enfant) ; le gouvernement prévoyant de laisser aux parents la responsabilité de décider lequel des deux bénéficiera de cette majoration.

Or, le gouvernement oublie par là une réalité tenace statistiquement démontrée : la maternité pénalise les carrières alors que la paternité les « booste ». On pourrait s’attendre à ce que les femmes divorcées soient défendues par la Secrétaire d’État chargée de « l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations ». Hélas, non. Marlène Schiappa a déclaré au magazine Elle (13/12/2019) : « J’appelle chaque couple à réfléchir et à respecter l’autonomie financière des femmes. À un moment, l’État peut mettre en place des politiques publiques, on ne peut pas prendre les décisions à la place des couples. (…) Et donc on en appelle simplement à la responsabilité de chacun ». Ceci reviendrait à avaliser les décisions issues d’une négociation entre des partenaires inégaux. Du fait des écarts de revenus très importants au sein des couples (les hommes gagnent 42 % de plus que leur conjointe selon l’INSEE), on peut légitimement s’inquiéter que les couples ne choisissent d’attribuer les 5 % au père pour majorer cette bonification. Si le couple se sépare, les parents seront-ils en mesure de revenir sur leur décision initiale et dans quelles conditions se fera cette « négociation » ? Les femmes ont peu de chance de remporter ce bras de fer à huis clos.

Le gouvernement a pourtant annoncé un nouveau système de retraite plus juste, dont les femmes seraient les grandes gagnantes. Pour cela, il aurait fallu ouvrir des discussions sur de toutes autres bases. Quand on prétend réduire les inégalités économiques entre les hommes et les femmes, accentuées par les séparations conjugales, pourquoi supprimer les quelques dispositifs qui compensent partiellement ces inégalités ? Pourquoi ne pas réfléchir, comme l’ont fait d’autres pays, à un véritable partage des droits à retraite au sein des couples, qui tienne compte des inégalités de genre et encourage un partage égalitaire de la prise en charge du travail domestique gratuit ?

Aujourd’hui, une jeune retraitée sur cinq est divorcée. Dans les générations ciblées par la réforme des retraites, les femmes ayant connu un divorce et, surtout, la rupture d’une union libre seront bien plus nombreuses. Il est plus que temps que la puissance publique se saisisse de la situation des couples non-mariés, qui ne sont concernés ni par la pension de réversion ni par la prestation compensatoire. Ce seraient alors de nombreuses femmes qui accéderaient, enfin, à des conditions de vie à la hauteur du travail quotidien qu’elles accomplissent. Mariées ou non, elles continuent en effet d’assurer l’essentiel du travail domestique tandis qu’elles accumulent moins de richesse que leur conjoint tout au long de la vie.

Le projet de réforme des retraites présenté par le gouvernement d’Edouard Philippe ne se soucie guère de ces enjeux. Il renvoie, en pratique, les femmes séparées à la loi du plus fort. Et l’on continue à se demander de quel souci de justice ou d’égalité il peut bien se prévaloir.

Colloque – La fabrique des parents (06.02.2020, Aubervilliers)

La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels 6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

En raison des mouvements sociaux au sein de l’enseignement supérieur en janvier 2020, le programme a connu d’importantes modifications. Merci de vous reporter à l’onglet en haut de la page pour connaitre le programme actualisé.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 15h45 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2) – présentation sur l’usage de la notion de parentalité en sociologie

  • Elsa Boulet (EHESS) : Devenir parent « au bon moment » : l’inscription sociale de la norme procréative
  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus
  • Josiane Tousse-Djou (Université de Yaoundé II Soa) : « Rester sans enfant » ou parent à « tout prix » en Afrique : enquête sur le problème de stérilité et infertilité au Cameroun

Pause : 15h45 – 16h15

16h10- 16h30 : Présentation du numéro spécial de la Revue française des affaires sociales (RFAS) sur la parentalité, avec Marie-Clémence Le Pape, Pauline Virot et Guillemette Buisson

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une « bonne mère » lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée « Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires »

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des « années 1968 »
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.
  • Pauline Proboeuf (Sciences Po): Les incidences biographiques des choix de scolarisation alternative

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h30 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Marie Cartier (Université de Nantes), Anaïs Collet (Université de Strasbourg), Estelle Czerny (Université de Strasbourg), Pierre Gilbert (Paris 8), Marie-Hélène Lechien (EHESS) et Sylvie Monchatre (Université Lyon 2) : Allez les pères ! Les conditions de l’engagement masculin dans les tâches parentales et domestiques
  • Benoît Hachet (EHESS) : « Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation » : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h30 – 16h00 : Pause

16h00 – 17h30 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Amélie Grysole (CNAM) : La fabrique d’enfants redevables
  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?

Calenda

Journée d’étude – Doctorat et vie privée : quelles articulations ? (12.12.2019, Paris)

La neuvième journée d’étude des doctorant.es du Cerlis aura pour thème cette année « Doctorat et vie privée : quelles articulations ? » . Elle se déroulera le jeudi 12 décembre 2019 en salle Claude Simon de la Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris. La journée s’articulera autour de trois thématiques :
– Être le sujet de sa thèse ?
– Vie privée, ruptures et continuités des temporalités de la thèse
– Les doctorant.es en situation de mobilité sociale, « l’enfer c’est les autres » ?
La question des maternités et des paternités sera notamment abordée dans la deuxième session.

Programme

Rencontre – Être mère, est-ce si naturel que ça ? (26.11.2019, Paris)

Le collectif pour une parentalité féministe (PA.F) organise une rencontre le 26 novembre à 19h, au Pavillon des canaux (Paris, 19ème)

« On nous l’avait promis, ce serait simple, évident même. Nous étions faites pour ça. Et puis l’enfant est arrivé et avec lui du bonheur, mais aussi un grand vertige et beaucoup de doutes. Sans que personne ne nous ait prévenues. Où se cache donc le miraculeux instinct maternel des femmes que nous sommes ? Qu’est ce que la maternité a de réellement naturel ? Quelles normes la société fait elle peser sur toutes celles qui donnent la vie, et plus largement sur tous ceux qui deviennent parents ? »

Pour sa 3e soirée débat, le PA.F a invité :
– Elsa Boulet (sociologue),
– Caroline Duval (psychologue en PMI),
– Renée Greusard (journaliste et autrice de « Enceinte, tout est possible »)
pour une discussion sur la construction sociale de la maternité.

De 19 h à 21 h
Participation libre
Possibilité de se restaurer sur place à l’issue de la rencontre

INFOS PRATIQUES
Le Pavillon des Canaux
39 quai de la Loire 75019 Paris
Ⓜ 5 : Laumière
Ⓜ 7 : Crimée
Événement Facebook

Séminaire – Technologies biomédicales et avortement (Aubervilliers, 18.11.2019)

Technologies biomédicales et avortement

Pour notre deuxième séance, l’équipe de l’atelier doctoral « Genre et féminismes dans les Amériques latines » a le plaisir d’accueillir Mariana PITTA LIMA, doctorante en santé publique (Université Fédérale de Bahia) qui présentera une communication intitulée « Technologies biomédicales et avortement dans le cas d’une maternité publique à Salvador, Bahia, Brésil : étude ethnographique », discutée par Virginie ROZÉE, chercheuse spécialiste en santé et droits reproductifs, chargée de recherche à l’Ined et HDR.

Quand ?
Le lundi 18 novembre 2019 de 18h à 20h
Où ?
Salle 0.033 (Rez-de-chaussé du bâtiment de recherche Sud) 
Campus Condorcet (12 rue des Fillettes 93322), Aubervilliers.

GeFemLat* (Genre et féminismes dans les Amériques latines) est un atelier de doctorant.e.s gratuit et ouvert à tout public. Aucune inscription au préalable n’est requise. Une attestation d’assistance peut être octroyée.

Séminaire – Santé reproductive, technopouvoirs et féminisme (Paris, 2019-2020)

1er et 5e lundis du mois de 13 h à 16 h (salle AS1_24, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2019 au 4 mai 2020. Séance supplémentaire le 8 juin 2020 (salle AS1_23, même horaire, même adresse)

Ce séminaire de recherche vise à enquêter sur les rapports des mouvements féministes au progrès technique et biomédical, et ce dans une perspective à la fois transnationale, socio-historique et intersectionnelle. Nous analyserons les relations en constante mutation entre genre, santé et action collective en nous appuyant sur la grande variété d’expériences, réflexions et actions  féminines. Nous chercherons à saisir les controverses, débats et contestations relatifs aux technologies reproductives en lien avec les transformations des conceptions féministes de la nature, du biologique et du médical. Nous nous intéresserons également aux dénonciations, parfois croisées, des ‘dégâts’  de la société industrielle et de la biomédecine reproductive, décriés en tant que manifestations de multiples (in)justices reproductives et/ou environnementales. Seront ainsi mobilisées une kyrielle d’études empiriques allant des mouvements self-help d’avortement et d’accouchement aux réseaux internationaux d’opposition aux technologies reproductives lancés dès les années 1970 en passant par les ‘épidémiologies populaires’ engagées autour des effets secondaires de la pilule ou encore des médicaments consommés pendant la grossesse.

Programme détaillé

Ce séminaire de recherche fait partie du projet ANR « Hypmedpro » coordonné par Sezin Topçu. Pour plus d’information sur le projet : https://hypmedpro.hypotheses.org

Article – PMA et homoparentalité : que sait-on vraiment du développement des enfants de mères lesbiennes ?

La revue La Conversation a publié un article recensant les résultats des études menées ces trente dernières années sur les familles homoparentales, et en particulier sur les enfants issus de couples de femmes ayant eu recours à la procréation médicalement assistée (PMA) : la structure familiale semble moins prédictive du développement de l’enfant (mesuré par des critères comme des problèmes de comportements internalisés ou externalisés comme l’anxiété ou la délinquance, l’estime de soi, les compétences sociales) que d’autres facteurs, notamment la qualité des relations au sein du couple parental. A lire ici.

Soutenance – Le traitement social des mères célibataires par des associations en Tunisie et au Maroc : mobilisation, compassion et défense de l’ordre moral par Iris Funk (04.10.2019, Paris)

14h00 à l’EHESS (105 boulevard Raspail 75006 Paris, salle 1)

Résumé de la thèse : En Tunisie et au Maroc, les tournants sociopolitiques, depuis 2011, confèrent une nouvelle force au mouvement associatif. Ils contribuent en effet à faire émerger et rendre visibles des questions sociales, autrefois passées sous silence. Ainsi, les « mères célibataires » deviennent, par la mobilisation associative, non seulement une catégorie d’intervention mais également un problème public. Or, l’État, en refusant de s’investir directement « pour ne pas encourager des conduites déviantes », délègue à ce secteur la contention du problème moral des femmes pauvres ayant des enfants illégitimes. Le traitement social des mères non mariées, conduit par ces associations avec leur interface internationale, prend alors la forme de care fondé sur le maternalisme et la normativité. De surcroît, ces organisations s’engagent dans la “réinsertion” des femmes qui, sans soutien familial, sont en marge de la protection sociale et juridique. En utilisant une sémantique compassionnelle sur la vulnérabilité et le besoin, elles veulent gagner l’opinion publique afin de produire des droits et des politiques publiques, montrant ainsi l’intentionnalité politique du care. Toutefois, ces actions reproduisent et creusent des inégalités le long des lignes de genre, de classe et de statut.

Grâce à une ethnographie de longue durée auprès d’organisations de protection de l’enfance et d’associations de soutien aux mères célibataires, ainsi que par une approche sociohistorique, cette thèse permet de suivre l’évolution du droit de la famille et des processus qui participent à la transformation des rapports sociaux entre les sexes dans ces sociétés du Maghreb. La comparaison entre les deux pays montrera les similitudes, les différences et les injonctions aussi bien morales que politiques propres à chacun en ce qui concerne le traitement social des femmes et des enfants en dehors du cadre du mariage.

Article – La maternité comme pouvoir des faibles : comment la maternité est devenue une injonction

La revue Simonae a publié un article donnant quelques éléments sur l’histoire de les changements intervenus dans la perception de l’amour maternel, d’un sentiment étrange à une émotion encensée et obligatoire. A lire ici.

Appel à articles – Fécondité et accouchement au Cameroun et en Afrique d’hier à demain (10.07.2019)

Publication envisagée en décembre 2020

Résumé : Donner la vie ! C’est un acte multimillénaire qui entretient la perpétuation des êtres sur la terre. La fécondité humaine est donc au cœur de la présence continue de l’homme dans le cycle de la vie. La fécondité, élément qui rend possible la grossesse, entraine à son tour l’accouchement. Malgré que l’accouchement soit un acte naturel, il n’en demeure pas moins qu’à travers le temps et l’espace, les hommes aient développé des rites, des savoirs, des connaissances s’élevant au stade de science pour comprendre les mécanismes, les contraintes et les exigences de la conception et de la mise au monde de l’enfant.

Propositions de résumés

Elles doivent être écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots avec cinq mots clés, et envoyées simultanément aux adresses enokapaul@yahoo.fr et kep_son2003@yahoo.fr.

  • Date de publication de l’appel : 10 juin 2019;
  • Date limite de recevabilité des résumés : 10 juillet 2019;
  • Notification aux auteurs dont les résumés seront retenus : 10 août 2019;
  • Envoi du texte complet : 20 décembre 2019 ;
  • Retour aux auteurs pour corrections éventuelles : 31 mars 2020

En savoir plus

Compte-rendu de la huitième séance de l’atelier RePPaMA (13.06.2019)

Lors de ce huitième atelier du REPPAMA, nous avons entendu deux communications.

La première intitulée « Être une mère moderne : la maternité dans Marie-Claire en 1954 » est issue du travail de thèse d’Alexie Geers mêlant histoire et sociologie du genre, de la culture et des classes sociales. Lors de son passage, Alexie Geers a montré que dans le magazine Marie-Claire s’adressant à cette époque à des femmes des milieux moyens et supérieurs, la maternité était traitée narrativement et visuellement comme un métier. Par ce biais, il s’agissait d’en faire une sphère de valorisation identitaire à diffuser un modèle de féminité, basé sur la maternité (par opposition à la période 1937-1944, où Marie Claire est centré sur la beauté). La chercheuse met en avant la mise en texte et image de l’amour dans la famille pensé comme le socle de sa stabilité. En outre, rappelant l’essor du taylorisme à cette époque, Alexie Geers s’est attachée à décrire les ressorts de la mission de modernisation des foyers confiée à ces femmes et largement relayée par Marie-Claire auprès d’elles. Pour ce faire, des campagnes publicitaires et des articles incitent les mères à se munir et à utiliser de nouveaux objets industriels (berceaux, chauffe-biberons etc.) et/ou issus de l’industrie agro-alimentaire naissante (lait infantile, etc.). Il s’agissait également de promouvoir les connaissances nouvelles issues de la psychologie du développement promouvant une éducation des enfants résolument moderne au service de leur épanouissement. Enfin, dans un dernier temps de son intervention, Alexie Geers a conclu sur la forte propension du magazine Marie-Claire à valoriser des modèles de féminité traversés par les codes de l’érotisme et de la séduction. Á cet égard, les mères modernes et professionnelles dépeintes dans ses pages n’en restaient pas moins représentées sous l’angle d’une grande importance accordée à leur apparence portant talons et tabliers laissant deviner leur taille affinée.

Les questions de fin de séance ont principalement porté sur la méthodologie adoptée pour le recueil des données (modalités d’accès aux archives, d’observation des images et des textes, de l’analyse des contenus, prise en considération du courrier des lecteurs dans les analyses). Des questions ont également été soulevées au sujet d’une lecture décoloniale et masculine (paternelle) des données et l’influence que celle-ci aurait pu avoir sur les résultats obtenus.

La deuxième communication intitulée « Combattre la mort ou la préparer pour « préserver » ses enfants » a été donnée par Anaïs Mary d’après trente entretiens menés dans le cadre de sa thèse en sociologie avec des parents (vingt-cinq mères et cinq pères) ayant eu un cancer. Après avoir rappelé les différences de différences et de pratiques concernant la parentalité en fonction du sexe du parent, la doctorante s’est intéressée à l’impact de la maladie sur la conception du rôle de parent des enquêtés. Le risque de mourir des suites de cette maladie est largement revenu dans les discours des personnes interrogées. Bien davantage pensé pour les enfants que pour soi, il suscite nombre de craintes qui émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions du rôle de parent est à l’origine de positionnements différents au sujet de la maladie. Pour les premier.ère.s, se pensant comme irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie et la mobilisation d’un vocabulaire guerrier (utilisation récurrente de termes ou expressions tels que « combat », « se battre » etc.). Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort est moins appréhendée en termes de tragédie familiale, mais comme un risque qui doit être anticipé.

Les questions adressées en fin de séance ont porté sur les possibilités de redéfinition du rôle du parent survivant pensées en fonction du genre, l’annonce du cancer, l’influence du type de cancer (notamment cancers du sein/de la prostate) sur les redéfinitions de la parentalité pendant la maladie…

Programme de la séance

Appel à communication – Ateliers RePPaMa 2019-2020

Le Réseau Pluridisciplinaire sur les Paternités et les Maternités (RePPaMa) cherche des intervenant.es pour ses ateliers de 2019-2020, qui auront lieu à l’INED (Paris). Durant ces ateliers, deux intervenante.s disposent de 45 minutes chacun.e  pour présenter leurs recherches et/ou effectuer une communication et/ou soulever des points de méthodologie. Chaque communication sera suivie d’une discussion d’une trentaine de minutes avec le public présent. Ces ateliers sont une occasion d’échanges dans un cadre bienveillant entre jeunes chercheur.euses travaillant sur les maternités et/ou les paternités appartenant à différentes disciplines des sciences humaines.

Si vous souhaitez intervenir, nous vous invitons à proposer une proposition de communication d’une page ou deux (au format PDF, ou traitement de texte comme Word ou OpenOffice) sur les thématiques des paternités et des maternités, à l’adresse suivante : reppama.contact@gmail.com. Le titre devra prendre la forme : RePPaMa2019 – Prénom Nom – Titre de la communication.

 Les dates d’ateliers pour 2019-2020 sont les suivantes :
– 24 octobre 2019
– 5 décembre 2019
– 26 juin 2020

Pour en savoir plus

Atelier du 13 juin 2019 : Anaïs Mary (doctorante au CERLIS) – « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants »

Anaïs Mary présentera les premières résultats de sa thèse intitulée provisoirement « redéfinitions des liens parents/enfants à la suite d’un cancer »

Résumé : « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des
enfants »

Dans les trente entretiens menés avec des parents, vingt-cinq mères et cinq pères, ayant eu un cancer, les possibilités de mourir des suites de celui-ci sont largement revenues. Dans le cadre de cette communication, je m’attacherai à montrer que la mort suscite des craintes, moins tournées vers soi que vers les enfants. Ces craintes émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions vont apparaître des rapports très différents à la mort rendant plurielles les expériences faites du cancer. Pour les premier.ère.s, partant de l’idée qu’ils.elles sont irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie qui s’entend entre autres éléments dans l’emploi d’un vocabulaire guerrier. Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort, bien que non-souhaitée n’est pas vécue aussi dramatiquement que chez leurs homologues. Aussi, vont-ils laisser une place plus grande à la maladie (ex : fatigue qui se donne à voir et se vit sans culpabilité etc.) et ne rien laisser transparaître d’un rapport combatif à cette dernière.

Notice biographique : Doctorante en deuxième année, je mène une thèse en sociologie à l’Université Paris Descartes sous la direction d’Elsa RAMOS, Maître de conférences HDR rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Ma thèse, dont le titre provisoire est « redéfinitions des liens parents/enfants à la
suite d’un cancer », est financée par la Ligue contre le cancer.

Voir le programme de la séance

 

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 13 juin 2019

Nous avons le plaisir de vous convier à notre huitième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 13 juin 2019 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 42 (rez-de-jardin) (133 boulevard Davout 75020 Paris métro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Alexie Geers et Anaïs Mary.

Alexie Geers (Docteure de l’EHESS et chercheuse
associée au CEREP de l’Université de Reims) nous présentera son travail de thèse intitulé : Être une mère moderne : la maternité dans Marie-Claire en 1954
 
Anaïs Mary (Doctorante en sociologie, Université Paris Descartes au Cerlis) nous présentera sa recherche doctorale en cours : Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants (résumé)
 
Nous vous invitons également à consulter notre appel à communication pour le deuxième colloque du RePPaMa « La fabrique des parents » sur la parentalité.