Archives par mot-clé : Maroc

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 26 mars 2020

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuxième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 26 mars 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, R19 (RDC) (9 cours des Humanités, Campus Condorcet à Aubervilliers, M12 Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Aden Gaide et Nouri Rupert.

Aden Gaide (doctorant en sociologie à Sciences Po Paris, Observatoire sociologique du changement) nous fera une présentation basée sur son enquête doctorale : Quand son enfant devient parent pendant ses études supérieures. Ce que les réactions des parents révèlent de leur rapport aux études de leur enfant

Nouri Rupert (postdoctorant en sociologie à l’Université d’Angers, ESO-CNRS) nous fera une présentation basée sur sa thèse : Les normes de parentalités hégémoniques à l’épreuve des familles transnationales – Circulation de femmes-mères franco-marocaines entre le Maroc et la France.

Soutenance – Le traitement social des mères célibataires par des associations en Tunisie et au Maroc : mobilisation, compassion et défense de l’ordre moral par Iris Funk (04.10.2019, Paris)

14h00 à l’EHESS (105 boulevard Raspail 75006 Paris, salle 1)

Résumé de la thèse : En Tunisie et au Maroc, les tournants sociopolitiques, depuis 2011, confèrent une nouvelle force au mouvement associatif. Ils contribuent en effet à faire émerger et rendre visibles des questions sociales, autrefois passées sous silence. Ainsi, les « mères célibataires » deviennent, par la mobilisation associative, non seulement une catégorie d’intervention mais également un problème public. Or, l’État, en refusant de s’investir directement « pour ne pas encourager des conduites déviantes », délègue à ce secteur la contention du problème moral des femmes pauvres ayant des enfants illégitimes. Le traitement social des mères non mariées, conduit par ces associations avec leur interface internationale, prend alors la forme de care fondé sur le maternalisme et la normativité. De surcroît, ces organisations s’engagent dans la “réinsertion” des femmes qui, sans soutien familial, sont en marge de la protection sociale et juridique. En utilisant une sémantique compassionnelle sur la vulnérabilité et le besoin, elles veulent gagner l’opinion publique afin de produire des droits et des politiques publiques, montrant ainsi l’intentionnalité politique du care. Toutefois, ces actions reproduisent et creusent des inégalités le long des lignes de genre, de classe et de statut.

Grâce à une ethnographie de longue durée auprès d’organisations de protection de l’enfance et d’associations de soutien aux mères célibataires, ainsi que par une approche sociohistorique, cette thèse permet de suivre l’évolution du droit de la famille et des processus qui participent à la transformation des rapports sociaux entre les sexes dans ces sociétés du Maghreb. La comparaison entre les deux pays montrera les similitudes, les différences et les injonctions aussi bien morales que politiques propres à chacun en ce qui concerne le traitement social des femmes et des enfants en dehors du cadre du mariage.