Archives par mot-clé : Italie

Soutenance – Le jeu de la pourpre et du bâtard : Les enfants illégitimes de patriciens face à l’aristocratie vénitienne à travers cinq procès en justice civile au dernier siècle de la République (1694-1780) par Marie Malherbe (18.12.2020)

Mme Marie Malherbe soutiendra sa thèse d’histoire le 18 décembre 2020, à l’Université de Rouen Normandie (soutenance ‘en distanciel’), réalisée en cotutelle internationale Université de Rouen Normandie et Università degli Studi di Padova (Italie) :

« Le jeu de la pourpre et du bâtard : Les enfants illégitimes de patriciens face à l’aristocratie vénitienne à travers cinq procès en justice civile au dernier siècle de la République (1694-1780) »

RÉSUMÉ
Le régime politique original de la République aristocratique de Venise a produit un « système patricien » dans lequel familles et gouvernement sont intrinsèquement liés. De façon non surprenante, l’accès exclusif au pouvoir politique a généré des règles strictes d’hypodescendance. À partir de la moitié du XVIIe siècle, les défis économiques et politiques de la République ont à la fois remis en question et exacerbé la rigidité de ce modèle de parenté au bord de la rupture. Les enfants illégitimes de pères patriciens incarnent toute cette tension. Le statut successoral de ces êtres hybrides reflète la place que ceux-ci étaient censés occuper -ou ne pas occuper- dans la famille et la société, la marge de manœuvre laissée par les normes juridiques donnant lieu à une variété de cas de figure, mais aussi à des conflits.  
Les archives vénitiennes ont révélé des factums destinés à des procès intentés par des enfants illégitimes devenus adultes contre les héritiers patriciens de leur père, entre 1694 et 1783. Cette thèse est la première recherche basée sur les factums vénitiens d’Ancien Régime en justice civile, ou stampe in causa.  
Ces affaires mettent en scène des protagonistes variés, hommes et femmes, patriciens et non patriciens, bien-nés et mal-nés, essayant de faire le meilleur usage possible de la matière juridique et des procédures à leur disposition pour faire entendre leur voix. Ces voix discordantes, autant que celles des juges des diverses cours compétentes, prouvent la coexistence d’interprétations contradictoires de la parenté. Ce travail se propose d’analyser ces affrontements dans une perspective d’anthropologie juridique afin de dégager les « règles » complexes et inattendues de ce qui, dans un système judiciaire sophistiqué, apparaît comme un subtil ‘jeu de la pourpre et du bâtard’.

JURY
• Prof. Anna Bellavitis, Professeure d’histoire moderne, GRHIS-Université de Rouen, directrice de thèse
• Prof. Luciano Pezzolo, Professore ordinario di storia moderna, Università Ca’Foscari (Venise), codirecteur de thèse
• Prof. Claire Châtelain, chargée de recherches HDR/CNRS, Centre R. Mousnier/Sorbonne Université (Paris), examinatrice
• Prof. Roberto Bizzocchi, Professore ordinario di storia moderna, Università di Pisa (Pise), examinateur
• Prof. Margareth Lanzinger, Professorin für Wirtschafts- und Sozialgeschichte des 16. bis 19. Jahrhunderts, Universität Wien (Vienne), rapporteure
• Prof. Francisco García González, Profesor Catedratico de Historia moderna, Universidad de Castilla-La Mancha (Albacete), rapporteur

Plus d’informations

Soutenance – L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle par Léa Linconstant (16.07.2020, Aix en Provence)

Léa Linconstant soutiendra sa thèse en anthropologie intitulée :   L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle. Fabriquer des patients pour faire des parents (Lombardie, Italie)  le jeudi 16 juillet 2020 à 14h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence). Dans les conditions actuelles, cette soutenance n’est pas ouverte au public.

Le jury est composé de :
Laurence Hérault, Professeure, AMU (directrice de thèse)
Irène Théry, Directrice d’études, EHESS (Rapporteure)
Séverine Mathieu, Directrice d’études, EPHE (Rapporteure)
Agnès Martial, Directrice de recherche, CNRS, CNE (Examinatrice)
Claudia Mattalucci, Ricercatrice, Università di Milano Bicocca (Examinatrice
Jérôme Courduriès, Maître de conférence, Université Toulouse Jean Jaurès (Examinateur)

Résumé
La loi italienne définit l’assistance médicale à la procréation (AMP) comme un traitement thérapeutique permettant de soigner une maladie, l’infertilité. Les parcours d’AMP donnent à voir une forme d’association particulière entre un environnement médical et la constitution de familles alors même que la grossesse n’est pas encore survenue. Ma recherche s’intéresse aux relations qui se nouent entre les professionnels et les consultants au fil des parcours d’assistance médicale à la procréation. Il s’agit de montrer comment ces relations particulières façonnent les représentations et le vécu de l’infertilité et des technologies reproductives. À travers une exploration inédite des dichotomies qui traversent le champ italien de l’AMP telles que normal/pathologique, thérapeutique/de convenance et privé/public, cette étude contribue à la réflexion sur la place du tiers au sein des techniques de reproduction assistée. Si dans le cadre de mon ethnographie, il n’y a pas de recours à un tiers donneur – les couples bénéficient d’une AMP strictement intraconjugale – le processus de procréation s’inscrit néanmoins dans une « action collective à plusieurs partenaires » (Théry, 2010) au sein de laquelle s’insère un tiers, entendu comme un élément extérieur au couple : le corps médical. Les parcours d’AMP relèvent par conséquent d’un processus au cours duquel chacune des places et des statuts attribués se modifient et évoluent par un travail sur les corps et les relations de l’ensemble des protagonistes. Il s’agit alors de comprendre comment les parcours d’AMP conduisent à une reformulation singulière du soin et de la parenté en Italie.