Archives par mot-clé : inégalités sociales de santé

Appel à communication – Intersectionality, Families and Relationships (31.08.2019)

CRFR International Conference: Intersectionality, Families and Relationships,
22 – 24 June 2020
University of Edinburg

We are pleased to announce the call for papers for our 6th International conference on Intersectionality, Families and Relationships. Leading social theorist and activist Patricia Hill Collins will open the conference, providing the platform for an exciting and vibrant dialogue on how intersectionality, past and present, can deepen our understandings of families and relationships and the power relations within.  We welcome papers reporting empirical research findings, methodological approaches to researching intersectionality, as well as those more theoretical in orientation. We are especially keen to include the experiences and perspectives of those working outside academia, in policy and practice settings, and would welcome papers from professionals working in these contexts.
Contributions may include, but are not limited to, the role of intersectionality in families and/or relationships in the following areas:
– RACE & ETHNICITY
– SEXUALITY & GENDER
– SOCIAL CLASS AND INEQUALITIES
– INTERSECTIONAL CHILDHOODS & YOUTHS
– SPATIAL MOBILITIES, FAMILIES & COMMUNITY
– DISABILITY STUDIES
– HEALTH & ILLNESS
– OLDER PEOPLE
– ENVIRONMENT, SUSTAINABILITY & CLIMATE CHANGE
– INTERSECTIONALITY, PRACTICE & PROFESSIONAL PERSPECTIVE
– DIGITAL DOMAINS, INTERSECTIONALITY, FAMILIES & RELATIONSHIPS
– INTERSECTIONAL METHODS & ETHICAL ISSUES

The call for papers is open until 31st August 2019.Abstracts received after this date will not be considered. The link to submit your abstract is here.

En savoir plus

Colloque – Regards socio-anthropologiques autour de la naissance. Comment étudier les discriminations? Quels retours au terrain par les chercheur.e.s ? (26.03.2019, Paris)

Lieu : Paris Diderot, 8 rue Albert Einstein 75013 Paris, bâtiment Olympe de Gouge, 8ème étage, salle 870
Date : 26 mars 2019, 9h-17h30

Organisée par Priscille Sauvegrain (Sociologue, chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme), Mounia El Kotni (Fondation de France, Cems-EHESS) et Aurélie Racioppi (Doctorante en sociologie, Urmis)

L’inscription est gratuite mais obligatoire, sur le lien suivant :http://bit.ly/jeperinat19

9h – 9h30 : Accueil et mot des organisatrices Priscille Sauvegrain, Mounia El Kotni, Aurélie Racioppi

9h30-11h : Table ronde 1 – Grossesse et soins différenciés en Ile-de- France
« Une frontière de médecine négociée : Des pratiques de santé pendant la périnatalité chez des femmes d’origine chinoise à Paris », Simeng Wang (Sociologue, Cermes3, CNRS)
« Soins différenciés aux patientes perçues comme Africaines en périnatalité : une approche en méthodes mixtes », Priscille Sauvegrain (Sociologue, chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme)
« L’organisation institutionnelle protectrice ou productrice de discriminations ? Le cas du suivi du diabète de grossesse », Aurélie Racioppi (Doctorante en sociologie, Urmis)
Modératrice : Patricia Vasseur (Anthropologue et sage-femme, Conseil départemental de Seine-Saint-Denis)

11h15-12h45 : Table ronde 2 – Discriminations institutionnelles dans l’accès aux soins
« Une lecture pragmatiste des obstacles au suivi médical de grossesse », Raquel Rico Berrocal (Doctorante en sociologie, Cems, EHESS)
« Femmes enceintes migrantes à Lampedusa : accès à l’IVG, accouchements (hyper)médicalisés », Chiara Quagliariello (Socio-anthropologue, post-doctorante, HYPMEDPRO)
« Discriminer en toute légalité. L’accès au suivi de grossesse de femmes primo-arrivantes en Ile-de-France », Louise Virole-Mezouar (Sociologue, ATER à l’Ecole de Santé Publique – APEMAC)
Modératice : Mireille Eberhard (Sociologue, Université Denis Diderot)

12h45 – 14h15 : Déjeuner prévu sur place *** (sur inscription)

14h30-16h : Table ronde 3 – Médicalisation de la santé reproductive : regards internationaux
« De la médecine paternaliste à la sante néolibérale : épidémie de la césarienne en Turquie », Sezin Topçu (Historienne, sociologue des techniques, Cems,CNRS)
« Mettre la main sur le corps des femmes : hyperbiomédicalisation et accouchement à Phnom Penh, Cambodge », Clémence Schantz (Sociodémographe, post-doctorante, INED et Sage-femme)
« La naissance humanisée et la stratification de l’accès aux soins au Mexique », Mounia El Kotni (Anthropologue, post-doctorante, Fondation de France et Cems)
Modératrice : Elsa Boulet (Doctorante en sociologie, Centre Max Weber, Iris)

16h15-17h15 : Table ronde 4 – Restitution au terrain : questionnements éthiques et moraux
« Restituer des résultats : attentes, enjeux et décalages », Hélène Bretin (Sociologue, IRIS, Université Paris 13) et Karima Guenfoud (Sociologue, IRIS, Université Paris 13)
« Penser une éthique de la restitution face aux discriminations en santé reproductive», Laurence Kotobi (Anthropologue, UMR Passages CNRS, Université de Bordeaux)
Modératrice : Priscille Sauvegrain (Sociologue, Chercheure associée, EPOPé, Inserm, et sage-femme)

17h15-17h30 Mot de conclusion des organisatrices

Soutenance – Des grossesses catastrophiques. Une sociologie des logiques reproductives dans les mises en récit judiciaires et biographiques de néonaticide par Julie Ancian (19.11.2018, Paris)

14h, à l’université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères 75006, en Salle des Thèses (5ème étage du bâtiment Jacob)

Résumé de la thèse :
Le terme d’infanticide recouvre des homicides divers, souvent appréhendés de manière indifférenciée. Parmi eux, le néonaticide désigne le meurtre d’un nouveau-né dans les vingt-quatre heures qui suivent sa naissance. Dans les pays connaissant une forte diffusion de la contraception et de l’accès à l’avortement, cette conduite – anciennement associée à un mode de régulation des naissances – est devenue marginale. Cette recherche propose une approche sociologique de la pratique du néonaticide fondée sur ses mises en récits par la justice et par les auteures elles-mêmes en France (2005-2015). L’enquête s’est appuyée sur des séries d’entretiens approfondis avec cinq femmes jugées pour ces faits et l’observation de cinq procès en cour d’assises. Ces matériaux ont été complétés par l’analyse d’entretiens avec des avocat·e·s et magistrat·e·s, de dossiers judiciaires et d’un corpus d’articles de presse portant sur 75 affaires jugées sur la même période. Les récits judiciaires dévoilent la prégnance d’une approche essentialiste de la maternité et de la procréation qui pèse sur les efforts de mise en intelligibilité déployés par les professionnel·le·s. L’analyse des parcours de ces femmes, de leurs processus de socialisation, de leurs situations conjugales et familiales et de leurs ressources, permet d’identifier les obstacles rencontrés pour mettre en œuvre une contraception efficace ou accéder à l’IVG. En appréhendant le néonaticide comme l’ultime moyen d’éviter une naissance jugée catastrophique, cette étude s’éloigne de la lecture individualisante imposée par le traitement judiciaire et documente l’agentivité reproductive des femmes.