Archives par mot-clé : homoparentalité

Parution – Aux frontières de la parenté. Un éclairage par les marges

Le dernier numéro de la revue Émulations porte sur les « frontières de la parenté ». Ce numéro thématique est le fruit des réflexions du groupe de recherche EnCoRe en anthropologie et sociologie du corps, de la parenté, des seuils, des techniques de reproduction assistée et du genre, depuis 2018.

Résumé :
Que peut nous apprendre la question des marges sur la parenté ? Réciproquement, comment les études sur la parenté contribuent-elles à éclairer le rapport des marges à la norme ? Comment les notions de marge, confins, frontières ou limites sont-elles comprises et opérantes selon les époques et les espaces géographiques ? À travers cinq articles originaux et un double entretien, ce numéro éclaire la diversité des acceptions de ces notions par la description des pratiques, des représentations et des normes qui leurs sont associées. Il est une invitation à réinterroger des thématiques classiques de l’anthropologie telles que l’alliance, le rapport entre vivant·e·s et défunt·e·s, le genre et la filiation.

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lucie Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).

Parution – actes de la journée d’étude « Maternités, paternités »

Les actes de la journée inaugurale du réseau, « Maternités, Paternités : Représentations, Pratiques, Nouvelles perspectives », sont publiés chez Encyclo ! Vous pouvez les lire ici.

Sommaire :

Colloque – La fabrique des parents (programme actualisé)


La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels

6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

Informations : Nous soutenons vivement les mobilisations en cours et souhaitons apporter notre part au mouvement actuel. Nous avons souhaité le faire en maintenant l’événement, afin de proposer un espace d’échanges. Nous allons dégager un temps pour réfléchir sur les politiques sociales menées et à venir, et en particulier les politiques familiales et éducatives puisque cela touche à des thématiques du colloque.  Nous avons estimé qu’annuler cet événement pénaliserait les personnes ayant un statut précaire (communicant·e·s et organisatrices du colloque). Un report affecterait lourdement les conditions matérielles de tenue du colloque, compte tenu des frais engagés. Nous respectons naturellement la décision des communicant·e·s qui ont annulé leur participation à l’événement en soutien aux actions menées.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 14h30 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2)

  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Myriam Chatot (EHESS) : Les pères en congé parental, une socialisation à la parentalité

14h30-15h30 : Table ronde : Retraites, inégalités de genre, santé (Julie Tréguier, Emmanuelle Cambois ; Ined)

Pause : 15h30 – 16h00

16h00- 16h30 : Présentation du numéro spécial sur la parentalité de la Revue française des affaires sociales (RFAS)

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une « bonne mère » lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée « Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires »

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des « années 1968 »
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h00 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Benoît Hachet (EHESS) : « Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation » : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h00-15h45 : Discussion collective sur la LPPR

15h45 – 16h15 : Pause

16h15 – 17h45 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus

Calenda (programme initial)

Livre – Homoparentalités – La famille en question ?

En 2012-2013, alors que la loi du « mariage pour tous » s’apprête à être votée, la France connaît une longue période de polémiques : comme en 1999 au moment de l’adoption du PACS, les oppositions se cristallisent autour d’un mouvement conservateur, qui entend défendre ce qu’il nomme la « famille naturelle ». Et, plus récemment, à l’automne 2019, l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules a de nouveau secoué l’actualité…
Que signifient ces résistances ? Certains craignent que l’homoparentalité marque un bouleversement anthropologique majeur, une crise civilisationnelle qui modifierait profondément la structure familiale traditionnelle, transformant l’enfant en marchandise et le privant de la présence d’un couple formé d’un père et d’une mère qui serait indispensable à son développement. Mais qu’en est-il réellement de ces nouvelles formes familiales ? Sont-elles si révolutionnaires ? Et qu’en disent les concernés ?
C’est à ces questions que répondent ici deux anthropologues. À travers une enquête nourrie de nombreux témoignages, ils retracent les évolutions qu’ont connues les familles occidentales ces quarante dernières années et nous invitent à penser sous un jour neuf la filiation et la parenté.

Jérôme Courduries et Flavio Luiz Tarnovski, Homoparentalités – La famille en question ? , Editions François Bourin, Genre !

Livre – Familles : nouvelle génération

Il n’y aurait rien de plus naturel que la reproduction ; marque de notre existence biologique, elle s’imposerait à nous comme une pulsion, voire une finalité. Pourtant, derrière sa fausse évidence, la reproduction fait l’objet de vives attentions politiques et sociales. Une multitude d’agents interviennent pour définir et encadrer la manière dont nous faisons famille aujourd’hui. Professionnels de l’action sociale, médecins, biologistes, juristes, éthiciens, psychologues… autant d’experts dont les savoirs et les actions édictent les possibles familiaux, définissent l’acceptabilité relative des projets reproductifs et mettent en place les conditions de leur réalisation.
Ces interventions fonctionnent aussi sur le mode de l’invite à la réforme de soi. Les institutions encouragent les individus à transformer leurs désirs, réformer leurs attentes ou repenser leurs existences. Familles, nouvelle génération apporte un éclairage empirique et informé sur ces processus et les enjeux politiques qu’ils soulèvent, tout en proposant une réflexion critique d’ampleur sur la manière dont on gouverne aujourd’hui la vie.

Sébastien Roux et Anne-Sophie Vozari, dir., Familles : nouvelle génération, PUF, La vie des idées. Ont contribué à cet ouvrage : Jérôme Courduries, Mélanie Gourarier, Sébastien Roux, Michela Villani, Anne-Sophie Vozari.

Sommaire

Colloque – La fabrique des parents (06.02.2020, Aubervilliers)

La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels 6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

En raison des mouvements sociaux au sein de l’enseignement supérieur en janvier 2020, le programme a connu d’importantes modifications. Merci de vous reporter à l’onglet en haut de la page pour connaitre le programme actualisé.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 15h45 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2) – présentation sur l’usage de la notion de parentalité en sociologie

  • Elsa Boulet (EHESS) : Devenir parent « au bon moment » : l’inscription sociale de la norme procréative
  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus
  • Josiane Tousse-Djou (Université de Yaoundé II Soa) : « Rester sans enfant » ou parent à « tout prix » en Afrique : enquête sur le problème de stérilité et infertilité au Cameroun

Pause : 15h45 – 16h15

16h10- 16h30 : Présentation du numéro spécial de la Revue française des affaires sociales (RFAS) sur la parentalité, avec Marie-Clémence Le Pape, Pauline Virot et Guillemette Buisson

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une « bonne mère » lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée « Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires »

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des « années 1968 »
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.
  • Pauline Proboeuf (Sciences Po): Les incidences biographiques des choix de scolarisation alternative

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h30 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Marie Cartier (Université de Nantes), Anaïs Collet (Université de Strasbourg), Estelle Czerny (Université de Strasbourg), Pierre Gilbert (Paris 8), Marie-Hélène Lechien (EHESS) et Sylvie Monchatre (Université Lyon 2) : Allez les pères ! Les conditions de l’engagement masculin dans les tâches parentales et domestiques
  • Benoît Hachet (EHESS) : « Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation » : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h30 – 16h00 : Pause

16h00 – 17h30 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Amélie Grysole (CNAM) : La fabrique d’enfants redevables
  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?

Calenda

Appel à articles – Penser les « origines » dans les familles contemporaines : perspectives internationales (06.01.2020)

Argumentaire :
La notion d’origines ouvre une perspective inédite pour analyser les reconfigurations contemporaines de la parenté et des liens familiaux. Elle témoigne en effet d’une évolution profonde, liée à la dissociation croissante de la procréation et de la parenté, d’où semblent émerger des relations et des figures « nouvelles » : le recours aux technologies reproductives crée des situations où, comme dans l’adoption, des personnes procréent, mais ne deviennent pas — au sens légal — des parents. Les relations potentiellement liées à l’origine demeurent ainsi aux marges de la parenté. Les contributions attendues pour ce numéro pourront explorer ces marges en éclairant différentes dimensions du rapport aux origines.

Sous la direction de :
Agnès Martial, Centre national de la recherche scientifique (France)
Isabel Côté, Université du Québec en Outaouais (Canada)
Kévin Lavoie, Université Laval (Canada)

Les propositions et les manuscrits doivent être soumis sur notre site :http://www.efg.inrs.ca/formulaire-soumettre-proposition/

Télécharger l’appel

Article – PMA et homoparentalité : que sait-on vraiment du développement des enfants de mères lesbiennes ?

La revue La Conversation a publié un article recensant les résultats des études menées ces trente dernières années sur les familles homoparentales, et en particulier sur les enfants issus de couples de femmes ayant eu recours à la procréation médicalement assistée (PMA) : la structure familiale semble moins prédictive du développement de l’enfant (mesuré par des critères comme des problèmes de comportements internalisés ou externalisés comme l’anxiété ou la délinquance, l’estime de soi, les compétences sociales) que d’autres facteurs, notamment la qualité des relations au sein du couple parental. A lire ici.

Colloque – Les nouvelles familles nées par la gestation pour autrui (12.11.2019, Bruxelles)

Le colloque « Les nouvelles familles nées par la gestation pour autrui » aura lieu le 12 Novembre 2019 à l’Université Libre de Bruxelles, Campus du Solbosch-Bâtiment S-Salle Dupréel sise à l’Avenue Jeanne 44 1050 Bruxelles.

Accéder au programme

Pour toute information : colloquegpaulb2019@gmail.com

Séminaire – Nouvelles perspectives sur les maternités : Regards croisés des sciences et de la littérature (Luxembourg)

 

La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au xxesiècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoïliés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

Programme

Vendredi 26 octobre 2018

Donner naissance : Penser la maternité

  • L’accouchement et son influence dans la littérature, Michel Clees, Médecin gynécologue (CHEM) et auteur luxembourgeois, Luxembourg 
  • L’illusion de la fusion : naissance, maternité et infanticide dans L’Obéissancede Suzanne Jacob, Andrea Oberhuber, Professeure des Universités en littératures française et québécoise (XIXe-XXIe siècles), Université de Montréal, Canada

Vendredi 23 novembre 2018  

Être mère au Moyen Âge, avis de la science et résistance de femmes

  • Être mère à la fin du Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) Didier Lett, Professeur des Universités en histoire médiévale, Université Paris-Diderot, France
  • Soin de la mère et de l’enfant dans les traités d’art médical en ancien occitan, Marjolaine Raguin, Marie-Curie Co-fund fellow, Université de Liège, Belgique
  • Conférence-lecture de Laura Freixas, auteure

Vendredi 25 janvier 2019

Corps des femmes et allaitement : le sein 

  • Le lait des femmes  Martine Sagaert, Professeure émérite en littérature, Université du Sud – Toulon-Var, France.
  • Représentations sociales et politiques du corps maternel dans la littérature marocaine : repenser les espaces hétérotopiques. Jean Zaganiaris, Enseignant-chercheur en sociologie, Université Mohammed-VI, Maroc

Vendredi 15 mars 2019

Éthique et maternités

  • Grossesse et accouchement interpellent toute l’éthique du soin Martin Winckler (Dr. Marc Zaffran), Médecin généraliste et auteur, Canada
  • Maternité et responsabilité. Réflexions sur la pensée de Levinas Anne Coignard,Docteure en philosophie de l’École polytechnique et chargée de cours au département de philosophie de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, France                               

Vendredi 26 avril 2019

Violence des mères

  • Quand la maternité engendre la mort : la violence des mères dans les romans policiers contemporains, Fabienne Soldini, Chargée de recherche en sociologie de la littérature, Laboratoire méditerranéen de sociologie – UMR 7305, CNRS / Aix-Marseille Universités, France
  • Regards sociologiques sur la violence maternelleColine Cardi, Maîtresse de conférences en sociologie et anthropologie, Université Paris-VIII, France

Vendredi 24 mai 2019

Maternités et homosexualité féminine : pour une réflexion sur les polémiques actuelles

  • La maternité par les marges : le point de vue des mères lesbiennesVirginie Descoutures, Maîtresse de conférences en sociologue, Université de Picardie – Jules-Verne 
  • Maternité pour tou.te.s – éclairée par le concept de ContinuumChristel Baltes-Löhr, Associate Professor en littérature, Université du Luxembourg

Avec le soutien de l’Université du Luxembourg, l’Université de Liège, l’Institut d’études romanes, médias et arts (IRMA), l’Unité de recherche « Identités. Politiques, Sociétés, Espaces » (IPSE), l’Unité de recherche « Transitions », l’Institut français du Luxembourg, Marie Sklodowska-Curie Actions – European Commission, et le FerULG.  

Renseignements

Entrée libre

  • Lieu : Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg
  • Horaires : de 15h à 17h30

En savoir plus

Soutenance – Les lesbiennes en France : représentations du genre et pratiques de résistance à la domination par Camille Frémont (13.12.2018, Caen)

14h à l’Université de Caen Normandie (Campus 1, Bâtiment D (Droit), Salle du Belvédère, 4ème étage)

Résumé de la thèse : En France, dans une société hétéronormative à domination masculine, quelles représentations les mères lesbiennes ont-elles du genre et de la socialisation de genre de leurs enfants ? L’hypothèse principale qui sous-tend la recherche est que la position particulière des lesbiennes dans le système du genre – à la fois dominées et transfuges de la classe des femmes – leur permet un point de vue critique des normes dominantes et les prédispose à transmettre des modèles qui remettent en cause l’ordre du genre. Dans un contexte français d’institutionnalisation progressive de l’homoparentalité marqué par un débat public très houleux (2012-2013), 36 entretiens semi-directifs longs ont été réalisés entre 2011 et 2014 avec des femmes lesbiennes ayant des enfants de moins de douze ans conçus en contexte lesboparental. Malgré une certaine homogénéité des profils qui classent les enquêtées parmi les catégories sociales privilégiées, on constate une hétérogénéité des représentations et des pratiques pour composer avec les normes dominantes. Les mères lesbiennes rencontrées me semblent être des « résistantes ordinaires » à la domination : sans adhésion idéologique aux normes qui les assujettissent, elles sont animées d’une volonté d’intégration. Pragmatiques dans leur lecture du contexte et du contrat social, elles sont attentives à se préserver et à préserver leur famille des effets de l’homophobie. Elles déploient leur résistance du côté de l’infrapolitique pour repousser les limites établies par le cadre contraignant.

Compte-rendu du colloque « Famille et parenté » (Sète, 06.2018)

L’atelier du CNRS « Famille et parenté » a eu lieu à Sète du 5 au 8 juin 2018. Organisé par le réseau Ethopole (et plus particulièrement par Sébastien Roux, Jérôme Courduriès, Anne-Sophie Vozari et  Marie-Ange Parisot), ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses de différents horizons disciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire…) et géographiques (Français, Suisses, Espagnols, Brésiliens,…). La conférence inaugurale de Sébastien Roux intitulée « vérités familiales » a introduit trois thématiques récurrentes dans les conférences et les communications qui ont été données pendant ce colloque, à savoir l’importance du droit, du médical (« vulgate psy » incluse) et de la mobilité géographique dans la manière dont on fait (ou non) famille ; thématiques qui s’articulent entre elles.

Différentes interventions ont montré l’actualité du traitement de l’articulation entre parenté biologique, légale et quotidienne, dans le cas des techniques de reproduction médicalement assistées (procréation médicalement assistée (PMA), gestation pour autrui (GPA)) et des procédures d’adoption. Comme le souligne Diana Marre, ces deux types de procédures présentent plusieurs points communs : elles sont considérées comme non-naturelles (par opposition à la procréation découlant d’un coït hétérosexuel), sont assistées par des tiers et sont encadrées par des normes.

Il s’agit pour le chercheur ou la chercheuse d’identifier « ce que charrie la chair » pour reprendre l’expression de Marie Le Clainche-Piel, comme dans l’intervention de Solène Brun (sur l’adoption par des parents blancs d’enfants non-blancs) qui illustre la manière dont la racialisation ne dérive pas automatiquement de la couleur de peau mais inclut des « manières » d’être pour reprendre les termes d’une enquêtée ; dans la conférence de Dominique Memmi sur l’importance croissante accordée au corps (par l’allaitement, le peau-à-peau ou le coupage du cordon ombilical par le père) dans la mise en place du lien parent-enfant suite à une naissance ; ou encore la naturalisation du désir d’enfant (Elsa Boulet). Dans certains cas, les individus utilisent la chair pour renforcer le lien de filiation, par exemple dans le cas de couples lesbiens espagnols ayant recours au même donneur pour plusieurs procédures de PMA ou « distribuant » la maternité techniquement avec une des conjointes qui porte le fœtus issus des ovocytes de l’autre conjointe (Marta Roca i Escoda). En effet, selon Charlotte Faircloth, avoir un enfant biologique est devenu d’autant plus important dans les représentations que les liens familiaux sont pensés comme fondés principalement sur l’affectivité, supposée temporaire.

Avec le développement des techniques médicales comme les tests ADN, les « liens de sang » fondent de plus en plus ce qui constitue la « vérité » du lien familial dans les pays occidentaux, selon les autorités (par exemple, les services de l’immigration états-uniens, qui présentent les tests ADN comme une pièce utile pour obtenir un regroupement familial, dans la communication de Mélanie Gourarier) et les adoptés (comme dans le cas d’une informatrice interrogée par Sébastien Roux, à la recherche de sa famille biologique en Ethiopie). Or, d’autres techniques médicales induisent un « trouble dans la filiation », comme les méthodes de reproductions médicalement assistées, d’où la disparition dans l’état civil du donneur de gamètes dans le cas d’une PMA avec don en France ou de la gestatrice dans le cas d’une GPA au Brésil. Dans une moindre mesure, ces techniques peuvent impacter la manière dont les individus créent leurs familles, par exemple par les tests prénataux supposés identifier les maladies génétiques des fœtus (Rayna Rapp).

Loin d’être passifs vis-à-vis des attentes étatiques en matière de filiation, les individus peuvent jouer des différences de législation d’un pays à l’autre (Diana Marre) ou sur les règles légales de leur propre pays afin de faire attester par la loi de leurs liens familiaux (Jérôme Courdurières, dans le cas de parents ayant eu recours à la GPA). C’était par exemple l’objet de la conférence de Claudia Fonseca sur la « circulation des enfants » au Brésil : en 1990, l’Etat brésilien s’inquiète de la prévalence d’adoptions formelles ou informelles décidées entre les individus (et non par l’intermédiaire de l’Etat) et met en place des moyens légaux (notamment l’établissement d’un acte de naissance suite aux accouchements à l’hôpital) pour établir la filiation. Or, les mères non-mariées déclarent rarement le géniteur et ce dernier se déclare rarement auprès de l’état civil (le mari de la mère est quant à lui automatiquement inscrit comme le père), ce qui permet l’adoption légale d’enfant lorsqu’un homme se déclare comme le géniteur de l’enfant. Dans un autre registre, la « loi de la parenté » telle qu’elle a pu être interprétée à partir des travaux de Claude Lévy-Strauss (prohibition de l’inceste comme fondement de la culture) ou de Lacan (« loi du père ») a pu être mobilisée par les opposants au « mariage pour tous » pour contester le droit aux personnes en couples de même sexe de « faire famille » légalement (Camille Robcis).

Le développement des théories psychanalytiques chez les experts et les autorités ont contribué à accorder une importance croissante à « l’authenticité » des liens familiaux, authenticité déterminée par les liens de filiation légaux ou biologiques (Sébastien Roux, Mélanie Gourarier) ou par les sentiments d’affection parent-enfant (Anne-Sophie Vozari). Ainsi, différents exposés ont montré le poids des autorités dans la « bonne » manière de faire famille, qui demandent aux parents de rendre des comptes de leurs pratiques de parenté ou de parentalité (Charlotte Faircloth). En effet, si les technologies et le droit par le biais de l’adoption offrent aux individus qui veulent ou ont des enfants différentes manières d’être parent, les experts et les agents de l’Etat les limitent en capturant les parents ou les futurs parents dans un faisceau d’attentes normatives. Ces attentes sont de différents ordres :
– remise en cause « l’authenticité » de la famille lorsque les liens du sang et les liens affectifs sont disjoints (par exemple dans le cas des demandes de regroupements familiaux aux Etats-Unis quand le père du requérant ou de la requérante n’est pas son père biologique, selon Mélanie Gourarier)
– nouvelles normes de la parentalité et des exigences croissantes quant à la disponibilité des mères à l’enfant (Anne-Sophie Vozari, Charlotte Faircloth)
– attentes normatives accrues de la part des intervenants quand l’arrivée de l’enfant ne découle pas d’une procréation hétérosexuelle autonome, qu’il s’agisse de juger si le couple requérant une procédure de PMA est suffisamment stable et « en âge de procréer » (Constance Schuller), d’amener les futurs parents à construire un « projet d’adoption » (Solène Brun)  ou les géniteurs (ou la génitrice) d’un enfant mise en adoption à élaborer un « projet de vie » pour ce dernier (Louise de Morati).

Deux autres thématiques ont été abordées de manière plus périphérique. D’une part, quelques communications portaient sur la parentalité à proprement parler, comme la communication de Marion Doe sur la suspicion d’incompétence parentale des mères aveugles, celle de Myriam Chatot sur l’articulation entre disponibilité et paternité dans le cas des pères en congé parental à plein temps et celle de Caroline Henchoz sur la circulation de l’argent dans les familles « transnationales ». D’autre part, deux communications ont abordé la question de l’articulation entre recherche et militantisme dans le cas de l’étude des « familles arc-en-ciel » (homoparentales) (Massimo Prearo, Virginie Descoutures).

Cet atelier a donc permis de montrer l’actualité des recherches sur la famille et la parenté, parfois perçues comme « passées de mode », et la fécondité de l’approche interdisciplinaire, du fait du développement des nouvelles techniques de procréation (médicalement assistées) et de la persistance du symbolique et des représentations sociales dans les manières de faire famille.

Notons que ce compte-rendu ne mentionne pas les interventions des sessions « Résistances politiques », « Présences à l’enfant », « Savoir/s » et « Liens », qui avaient lieu en parallèle d’une autre session.