Archives par mot-clé : homoparentalité

Appel à articles – Penser les “origines” dans les familles contemporaines : perspectives internationales (06.01.2020)

Argumentaire :
La notion d’origines ouvre une perspective inédite pour analyser les reconfigurations contemporaines de la parenté et des liens familiaux. Elle témoigne en effet d’une évolution profonde, liée à la dissociation croissante de la procréation et de la parenté, d’où semblent émerger des relations et des figures « nouvelles » : le recours aux technologies reproductives crée des situations où, comme dans l’adoption, des personnes procréent, mais ne deviennent pas — au sens légal — des parents. Les relations potentiellement liées à l’origine demeurent ainsi aux marges de la parenté. Les contributions attendues pour ce numéro pourront explorer ces marges en éclairant différentes dimensions du rapport aux origines.

Sous la direction de :
Agnès Martial, Centre national de la recherche scientifique (France)
Isabel Côté, Université du Québec en Outaouais (Canada)
Kévin Lavoie, Université Laval (Canada)

Les propositions et les manuscrits doivent être soumis sur notre site :http://www.efg.inrs.ca/formulaire-soumettre-proposition/

Télécharger l’appel

Article – PMA et homoparentalité : que sait-on vraiment du développement des enfants de mères lesbiennes ?

La revue La Conversation a publié un article recensant les résultats des études menées ces trente dernières années sur les familles homoparentales, et en particulier sur les enfants issus de couples de femmes ayant eu recours à la procréation médicalement assistée (PMA) : la structure familiale semble moins prédictive du développement de l’enfant (mesuré par des critères comme des problèmes de comportements internalisés ou externalisés comme l’anxiété ou la délinquance, l’estime de soi, les compétences sociales) que d’autres facteurs, notamment la qualité des relations au sein du couple parental. A lire ici.

Colloque – Les nouvelles familles nées par la gestation pour autrui (12.11.2019, Bruxelles)

Le colloque « Les nouvelles familles nées par la gestation pour autrui » aura lieu le 12 Novembre 2019 à l’Université Libre de Bruxelles, Campus du Solbosch-Bâtiment S-Salle Dupréel sise à l’Avenue Jeanne 44 1050 Bruxelles.

Accéder au programme

Pour toute information : colloquegpaulb2019@gmail.com

Séminaire – Nouvelles perspectives sur les maternités : Regards croisés des sciences et de la littérature (Luxembourg)

 

La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au xxesiècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoïliés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

Programme

Vendredi 26 octobre 2018

Donner naissance : Penser la maternité

  • L’accouchement et son influence dans la littérature, Michel Clees, Médecin gynécologue (CHEM) et auteur luxembourgeois, Luxembourg 
  • L’illusion de la fusion : naissance, maternité et infanticide dans L’Obéissancede Suzanne Jacob, Andrea Oberhuber, Professeure des Universités en littératures française et québécoise (XIXe-XXIe siècles), Université de Montréal, Canada

Vendredi 23 novembre 2018  

Être mère au Moyen Âge, avis de la science et résistance de femmes

  • Être mère à la fin du Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) Didier Lett, Professeur des Universités en histoire médiévale, Université Paris-Diderot, France
  • Soin de la mère et de l’enfant dans les traités d’art médical en ancien occitan, Marjolaine Raguin, Marie-Curie Co-fund fellow, Université de Liège, Belgique
  • Conférence-lecture de Laura Freixas, auteure

Vendredi 25 janvier 2019

Corps des femmes et allaitement : le sein 

  • Le lait des femmes  Martine Sagaert, Professeure émérite en littérature, Université du Sud – Toulon-Var, France.
  • Représentations sociales et politiques du corps maternel dans la littérature marocaine : repenser les espaces hétérotopiques. Jean Zaganiaris, Enseignant-chercheur en sociologie, Université Mohammed-VI, Maroc

Vendredi 15 mars 2019

Éthique et maternités

  • Grossesse et accouchement interpellent toute l’éthique du soin Martin Winckler (Dr. Marc Zaffran), Médecin généraliste et auteur, Canada
  • Maternité et responsabilité. Réflexions sur la pensée de Levinas Anne Coignard,Docteure en philosophie de l’École polytechnique et chargée de cours au département de philosophie de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, France                               

Vendredi 26 avril 2019

Violence des mères

  • Quand la maternité engendre la mort : la violence des mères dans les romans policiers contemporains, Fabienne Soldini, Chargée de recherche en sociologie de la littérature, Laboratoire méditerranéen de sociologie – UMR 7305, CNRS / Aix-Marseille Universités, France
  • Regards sociologiques sur la violence maternelleColine Cardi, Maîtresse de conférences en sociologie et anthropologie, Université Paris-VIII, France

Vendredi 24 mai 2019

Maternités et homosexualité féminine : pour une réflexion sur les polémiques actuelles

  • La maternité par les marges : le point de vue des mères lesbiennesVirginie Descoutures, Maîtresse de conférences en sociologue, Université de Picardie – Jules-Verne 
  • Maternité pour tou.te.s – éclairée par le concept de ContinuumChristel Baltes-Löhr, Associate Professor en littérature, Université du Luxembourg

Avec le soutien de l’Université du Luxembourg, l’Université de Liège, l’Institut d’études romanes, médias et arts (IRMA), l’Unité de recherche « Identités. Politiques, Sociétés, Espaces » (IPSE), l’Unité de recherche « Transitions », l’Institut français du Luxembourg, Marie Sklodowska-Curie Actions – European Commission, et le FerULG.  

Renseignements

Entrée libre

  • Lieu : Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg
  • Horaires : de 15h à 17h30

En savoir plus

Soutenance – Les lesbiennes en France : représentations du genre et pratiques de résistance à la domination par Camille Frémont (13.12.2018, Caen)

14h à l’Université de Caen Normandie (Campus 1, Bâtiment D (Droit), Salle du Belvédère, 4ème étage)

Résumé de la thèse : En France, dans une société hétéronormative à domination masculine, quelles représentations les mères lesbiennes ont-elles du genre et de la socialisation de genre de leurs enfants ? L’hypothèse principale qui sous-tend la recherche est que la position particulière des lesbiennes dans le système du genre – à la fois dominées et transfuges de la classe des femmes – leur permet un point de vue critique des normes dominantes et les prédispose à transmettre des modèles qui remettent en cause l’ordre du genre. Dans un contexte français d’institutionnalisation progressive de l’homoparentalité marqué par un débat public très houleux (2012-2013), 36 entretiens semi-directifs longs ont été réalisés entre 2011 et 2014 avec des femmes lesbiennes ayant des enfants de moins de douze ans conçus en contexte lesboparental. Malgré une certaine homogénéité des profils qui classent les enquêtées parmi les catégories sociales privilégiées, on constate une hétérogénéité des représentations et des pratiques pour composer avec les normes dominantes. Les mères lesbiennes rencontrées me semblent être des « résistantes ordinaires » à la domination : sans adhésion idéologique aux normes qui les assujettissent, elles sont animées d’une volonté d’intégration. Pragmatiques dans leur lecture du contexte et du contrat social, elles sont attentives à se préserver et à préserver leur famille des effets de l’homophobie. Elles déploient leur résistance du côté de l’infrapolitique pour repousser les limites établies par le cadre contraignant.

Compte-rendu du colloque “Famille et parenté” (Sète, 06.2018)

L’atelier du CNRS « Famille et parenté » a eu lieu à Sète du 5 au 8 juin 2018. Organisé par le réseau Ethopole (et plus particulièrement par Sébastien Roux, Jérôme Courduriès, Anne-Sophie Vozari et  Marie-Ange Parisot), ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses de différents horizons disciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire…) et géographiques (Français, Suisses, Espagnols, Brésiliens,…). La conférence inaugurale de Sébastien Roux intitulée « vérités familiales » a introduit trois thématiques récurrentes dans les conférences et les communications qui ont été données pendant ce colloque, à savoir l’importance du droit, du médical (« vulgate psy » incluse) et de la mobilité géographique dans la manière dont on fait (ou non) famille ; thématiques qui s’articulent entre elles.

Différentes interventions ont montré l’actualité du traitement de l’articulation entre parenté biologique, légale et quotidienne, dans le cas des techniques de reproduction médicalement assistées (procréation médicalement assistée (PMA), gestation pour autrui (GPA)) et des procédures d’adoption. Comme le souligne Diana Marre, ces deux types de procédures présentent plusieurs points communs : elles sont considérées comme non-naturelles (par opposition à la procréation découlant d’un coït hétérosexuel), sont assistées par des tiers et sont encadrées par des normes.

Il s’agit pour le chercheur ou la chercheuse d’identifier « ce que charrie la chair » pour reprendre l’expression de Marie Le Clainche-Piel, comme dans l’intervention de Solène Brun (sur l’adoption par des parents blancs d’enfants non-blancs) qui illustre la manière dont la racialisation ne dérive pas automatiquement de la couleur de peau mais inclut des « manières » d’être pour reprendre les termes d’une enquêtée ; dans la conférence de Dominique Memmi sur l’importance croissante accordée au corps (par l’allaitement, le peau-à-peau ou le coupage du cordon ombilical par le père) dans la mise en place du lien parent-enfant suite à une naissance ; ou encore la naturalisation du désir d’enfant (Elsa Boulet). Dans certains cas, les individus utilisent la chair pour renforcer le lien de filiation, par exemple dans le cas de couples lesbiens espagnols ayant recours au même donneur pour plusieurs procédures de PMA ou « distribuant » la maternité techniquement avec une des conjointes qui porte le fœtus issus des ovocytes de l’autre conjointe (Marta Roca i Escoda). En effet, selon Charlotte Faircloth, avoir un enfant biologique est devenu d’autant plus important dans les représentations que les liens familiaux sont pensés comme fondés principalement sur l’affectivité, supposée temporaire.

Avec le développement des techniques médicales comme les tests ADN, les « liens de sang » fondent de plus en plus ce qui constitue la « vérité » du lien familial dans les pays occidentaux, selon les autorités (par exemple, les services de l’immigration états-uniens, qui présentent les tests ADN comme une pièce utile pour obtenir un regroupement familial, dans la communication de Mélanie Gourarier) et les adoptés (comme dans le cas d’une informatrice interrogée par Sébastien Roux, à la recherche de sa famille biologique en Ethiopie). Or, d’autres techniques médicales induisent un « trouble dans la filiation », comme les méthodes de reproductions médicalement assistées, d’où la disparition dans l’état civil du donneur de gamètes dans le cas d’une PMA avec don en France ou de la gestatrice dans le cas d’une GPA au Brésil. Dans une moindre mesure, ces techniques peuvent impacter la manière dont les individus créent leurs familles, par exemple par les tests prénataux supposés identifier les maladies génétiques des fœtus (Rayna Rapp).

Loin d’être passifs vis-à-vis des attentes étatiques en matière de filiation, les individus peuvent jouer des différences de législation d’un pays à l’autre (Diana Marre) ou sur les règles légales de leur propre pays afin de faire attester par la loi de leurs liens familiaux (Jérôme Courdurières, dans le cas de parents ayant eu recours à la GPA). C’était par exemple l’objet de la conférence de Claudia Fonseca sur la « circulation des enfants » au Brésil : en 1990, l’Etat brésilien s’inquiète de la prévalence d’adoptions formelles ou informelles décidées entre les individus (et non par l’intermédiaire de l’Etat) et met en place des moyens légaux (notamment l’établissement d’un acte de naissance suite aux accouchements à l’hôpital) pour établir la filiation. Or, les mères non-mariées déclarent rarement le géniteur et ce dernier se déclare rarement auprès de l’état civil (le mari de la mère est quant à lui automatiquement inscrit comme le père), ce qui permet l’adoption légale d’enfant lorsqu’un homme se déclare comme le géniteur de l’enfant. Dans un autre registre, la « loi de la parenté » telle qu’elle a pu être interprétée à partir des travaux de Claude Lévy-Strauss (prohibition de l’inceste comme fondement de la culture) ou de Lacan (« loi du père ») a pu être mobilisée par les opposants au « mariage pour tous » pour contester le droit aux personnes en couples de même sexe de « faire famille » légalement (Camille Robcis).

Le développement des théories psychanalytiques chez les experts et les autorités ont contribué à accorder une importance croissante à « l’authenticité » des liens familiaux, authenticité déterminée par les liens de filiation légaux ou biologiques (Sébastien Roux, Mélanie Gourarier) ou par les sentiments d’affection parent-enfant (Anne-Sophie Vozari). Ainsi, différents exposés ont montré le poids des autorités dans la « bonne » manière de faire famille, qui demandent aux parents de rendre des comptes de leurs pratiques de parenté ou de parentalité (Charlotte Faircloth). En effet, si les technologies et le droit par le biais de l’adoption offrent aux individus qui veulent ou ont des enfants différentes manières d’être parent, les experts et les agents de l’Etat les limitent en capturant les parents ou les futurs parents dans un faisceau d’attentes normatives. Ces attentes sont de différents ordres :
– remise en cause « l’authenticité » de la famille lorsque les liens du sang et les liens affectifs sont disjoints (par exemple dans le cas des demandes de regroupements familiaux aux Etats-Unis quand le père du requérant ou de la requérante n’est pas son père biologique, selon Mélanie Gourarier)
– nouvelles normes de la parentalité et des exigences croissantes quant à la disponibilité des mères à l’enfant (Anne-Sophie Vozari, Charlotte Faircloth)
– attentes normatives accrues de la part des intervenants quand l’arrivée de l’enfant ne découle pas d’une procréation hétérosexuelle autonome, qu’il s’agisse de juger si le couple requérant une procédure de PMA est suffisamment stable et « en âge de procréer » (Constance Schuller), d’amener les futurs parents à construire un « projet d’adoption » (Solène Brun)  ou les géniteurs (ou la génitrice) d’un enfant mise en adoption à élaborer un « projet de vie » pour ce dernier (Louise de Morati).

Deux autres thématiques ont été abordées de manière plus périphérique. D’une part, quelques communications portaient sur la parentalité à proprement parler, comme la communication de Marion Doe sur la suspicion d’incompétence parentale des mères aveugles, celle de Myriam Chatot sur l’articulation entre disponibilité et paternité dans le cas des pères en congé parental à plein temps et celle de Caroline Henchoz sur la circulation de l’argent dans les familles « transnationales ». D’autre part, deux communications ont abordé la question de l’articulation entre recherche et militantisme dans le cas de l’étude des « familles arc-en-ciel » (homoparentales) (Massimo Prearo, Virginie Descoutures).

Cet atelier a donc permis de montrer l’actualité des recherches sur la famille et la parenté, parfois perçues comme « passées de mode », et la fécondité de l’approche interdisciplinaire, du fait du développement des nouvelles techniques de procréation (médicalement assistées) et de la persistance du symbolique et des représentations sociales dans les manières de faire famille.

Notons que ce compte-rendu ne mentionne pas les interventions des sessions « Résistances politiques », « Présences à l’enfant », « Savoir/s » et « Liens », qui avaient lieu en parallèle d’une autre session.