Archives par mot-clé : hétérosexualité

Soutenance – La sexualité aux temps de la contraception : Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 – années 2010) par Cécile Thomé (18.11.2019, Paris)

14h à l’Ined, salle Alfred Sauvy (133, boulevard Davout, 75020 Paris)

Résumé de la thèse
Ce travail de thèse porte sur les recompositions de la sexualité hétérosexuelle et des rapports de genre en France, depuis les années 1960, dans un contexte de généralisation de l’utilisation de la contraception médicale. Il vise à faire la sociogenèse des scripts de la sexualité « contraceptée », que cette contraception soit assurée par des moyens « médicaux » (méthodes hormonales, stérilet au cuivre, stérilisation), des méthodes barrières (préservatif masculin ou féminin, diaphragme, spermicides) ou encore par des méthodes alternatives souvent qualifiées de « naturelles », comme le retrait ou les méthodes d’auto-observation (méthode Ogino, méthode des températures, méthode Billings, méthode symptothermique). Le travail s’appuie sur trois types de matériaux : des données d’archives et des témoignages écrits, une analyse secondaire de données quantitatives et 71 entretiens semi-directifs avec des hommes et des femmes ayant entre 20 et 84 ans. Il s’agit, à partir de ces matériaux, de rendre compte des représentations naturalisées de la sexualité, du désir et du plaisir sexuels, ainsi que des rapports de pouvoir qui sont mis au jour par l’étude concrète des pratiques contraceptives et sexuelles. La thèse restitue d’abord la construction et le déroulement de l’enquête, en interrogeant épistémologiquement la sexualité aux différentes ères de la contraception. Il s’agit de réfléchir à la construction d’un objet qui ne va pas « de soi », ainsi que de mener une réflexion méthodologique sur les conditions de possibilité d’une telle recherche sur la sexualité. Puis c’est une démarche sociohistorique qui est adoptée, avec l’étude de l’évolution de l’articulation entre sexualité et contraception, en particulier autour de la diffusion de la contraception médicale (années 1960-1970) et de celle du préservatif (années 1980-1990). La recherche montre que le plaisir sexuel des femmes n’est pas né avec la pilule, mais également que les rapports de genre autour de la sexualité se sont largement recomposés dans cette période, alors que la contraception passait du statut de compétence masculine à celui de responsabilité féminine. En se centrant ensuite sur le milieu des années 2010, la thèse s’appuie sur l’étude détaillée des pratiques contraceptives, pour approcher la sexualité et les réflexivités sexuelles créées par chaque méthode. Revenant successivement sur les méthodes médicales, les méthodes barrières et les méthodes alternatives de contraception, elle met au jour trois types de réflexivité sur la sexualité (attentive, obligatoire et amplifiée). Le travail contraceptif impliqué par chaque méthode y est également interrogé, de même que ses effets en matière de désirs, de plaisirs et de pratiques sexuelles. Enfin, ce travail met en évidence, grâce à l’étude de la contraception, certains fondements de la sexualité hétérosexuelle contemporaine. Ce sont en particulier la force de la réciprocité, la centralité de la pénétration pénovaginale et la nécessité des disponibilités physique et émotionnelle pour le bon déroulement du script « banal » qui sont mises en évidence, ainsi que le travail des femmes sur la sexualité pour produire la spontanéité de ce script.

Live-tweet de la soutenance

Appel à communication – Tuer les pères : femmes derrière la caméra dans les films de famille (05.07.2019)

9 décembre 2019, IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Organisée par Beatriz Rodovalho & Giuseppina Sapio

La journée d’études « Tuer les pères : Femmes derrière la caméra dans les films de famille » propose une réflexion collective autour des images d’amateur tournées en famille. En affirmant et en perpétuant l’institution familiale dans sa configuration patriarcale, nucléaire et hétérosexuelle, le film de famille a contribué à reproduire les codes et les hiérarchies de genre et de sexualité de la société bourgeoise. En concevant le cinéma d’amateur comme une « technologie de genre » (De Lauretis, 1987), nous invitons des communications portant sur les images réalisées par des femmes-amatrices afin de découvrir et décortiquer leur propre « regard familial ».

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer conjointement aux coordinatrices, Beatriz Rodovalho et Giuseppina Sapio, à l’adresse : filmsdefamille2019@gmail.com

Elles comporteront : le titre de la communication, un résumé de 500 mots (maximum), une bibliographie indicative, cinq mots clefs et une courte note bio-bibliographique (150 mots maximum).

La date limite de soumission des propositions est fixée au 5 juillet 2019.

Consulter l‘intégralité de l’appel

Compte-rendu de la cinquième séance de l’atelier RePPaMa (21.06.2018)

La présentation de Chloë Cottrell portait sur des hommes devenus pères jeunes (avant 25 ans) en Angleterre. Elle s’appuyait sur un corpus d’entretiens avec 35 pères rencontrés par le biais de centres pour parents qui organisaient des groupes de discussion pour les jeunes pères. Ces pères appartiennent pour la majorité d’entre eux aux catégories « ouvriers » et « employés », et ont pour une partie d’entre eux un passé de délinquant. Dans la majorité des cas, la grossesse de la partenaire n’est pas prévue et est décrite comme un « choc » par les enquêtés. Cette arrivée imprévue d’un enfant les amène à revoir leur trajectoire future, de façon à le prendre en compte dans leurs projets. Rétrospectivement, l’enfant est cependant perçu comme une opportunité par une partie des interrogés, en leur permettant de sortir de la délinquance. Cependant, le maintien du lien père-enfant est souvent compromis par la séparation conjugale des parents, voire dans certains cas par des décisions de justice. L’hypothèse de Chloë Cottrell est que ces hommes ont des représentations et des pratiques en matière de paternité similaires à celles de la majorité des pères, mais que ces jeunes pères étaient sur des trajectoires biographiques qui les ont amenés à devenir père à un âge jugé « jeune » dans la société britannique contemporaine.

Les questions ont principalement porté sur la méthodologie et son impact sur les données collectées (comme le fait que rencontrer les pères par des centres et par le biais de travailleurs sociaux produit probablement des effets de sélection) et le choix des catégories (d’âge, du terme « jeune père »).

La communication de Rose-Myrlie Joseph portait sur la maternité en Haïti. Elle s’appuyait sur une enquête par entretiens répétés (un par an pendant trois ans) avec des femmes haïtiennes en Haïti et en France. L’absence de moyens de contraception et l’illégalité de l’avortement contribuent à ce que la grossesse soit perçue comme la conséquence inévitable de la sexualité (hétérosexuelle) dans les représentations notamment féminines. Or, si les femmes « assument » l’arrivée de l’enfant, les hommes se défaussent généralement de cette responsabilité en arguant que l’enfant n’est pas le leur et n’endossent pas un rôle de conjoint de la mère, ni de père de l’enfant après la naissance, attitude qualifiée de « paternité au rabais » par la chercheuse. Or, les soins concernant la grossesse, l’accouchement, et les coûts de l’éducation de l’enfant appauvrissent la mère, d’autant que la garde d’un enfant en bas-âge rend plus difficile pour la mère l’exercice d’une activité rémunérée. Faute d’alternative pour assurer leur survie et celle de leur(s) enfant(s), les mères prennent un amant pour les aider économiquement, mais cette nouvelle relation débouche généralement sur une nouvelle grossesse, qui provoque à son tour le départ du géniteur. Ainsi, les comportements féminins et masculins face à la procréation débouchent sur une polyandrie (basée sur un échange économico-sexuel) et une maternité en série pour les femmes haïtiennes.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la marge de manœuvre dont disposent éventuellement les femmes (recours à un réseau d’entraide féminin, possibilité d’avoir une activité rémunérée), le projet migratoire des informatrices et leurs attentes romantiques concernant une nouvelle relation conjugale en France, la chaîne internationale du care, le rapport aux aides financières en France auxquelles ces femmes peuvent avoir accès et la question de l’éducation des garçons.

Programme de la cinquième séance

Préférer son mari à ses enfants, un tabou ?

Dans un essai paru en 2009, la romancière Ayelet Waldman explique “J’adore ma fille, mais je ne suis pas amoureuse d’elle”. Pareil pour ses trois autres enfants. Elle explique ainsi que contrairement à ce que voudrait la norme de la maternité intensive, elle pourrait imaginer vivre sans ses enfants, mais pas sans son mari. Le compte-rendu qu’en fait le magazine Books permet aux lecteurs non-anglophones de découvrir les grandes lignes de l’essai de Waldman et de réfléchir aux contradictions contemporaines concernant les normes de la maternité. Si l’amour hétérosexuel est présenté comme constitutif de l’identité féminine, son prolongement “naturel”, la maternité, est censé permettre leur plein accomplissement, comme en témoigne en creux la stigmatisation dont sont victimes les femmes qui désirent ne pas être mères. Une réflexion en lien avec le tabou concernant le regret d’être mère. Pourquoi attend-on davantage des femmes de s’épanouir dans la maternité qu’aux hommes dans la paternité ? La sociologue Eva Illouz répondrait sans doute que les hommes ont davantage la possibilité de tirer de la satisfaction et de l’estime de soi de leur activité professionnelle, là où les femmes voient leurs possibilités professionnelles limitées par un certain nombre de facteurs liés justement à la famille et au fait d’avoir des enfants. Peut-être cette question mériterait qu’on se la pose plus souvent, sans recourir trop rapidement à la fiction de l’instinct maternel.