Archives par mot-clé : genre

Colloque – Famille, pouvoir et inégalités (30.11.2020, Aubervilliers)

Famille, pouvoir et inégalités
Journée de l’unité Genre, sexualité et inégalités de l’Ined
30 novembre 2020
Campus Condorcet, Centre des colloques, Auditorium 150

Les sciences sociales qui ont abordé la famille – démographie, sociologie, économie – se sont intéressées aux relations intergénérationnelles, aux solidarités et aux dépendances, à la division du travail domestique et parental, aux modèles éducatifs et conjugaux. Les liens qui unissent ses membres, les évolutions des modèles familiaux et conjugaux, la spécificité des relations qui s’y nouent ont fait l’objet de plusieurs travaux. Si certains d’entre eux tendent à brosser une image protectrice et heureuse de la famille, d’autres s’attachent aux disputes qui y ont lieu et aux asymétries entre ses membres. La famille apparaît alors comme un espace conflictuel, voire une chambre d’écho des inégalités sociales : elle n’est pas seulement, comme l’ont montré de nombreuses enquêtes, une structure qui reproduit les inégalités, mais un espace social inégalitaire. C’est une piste tracée de longue date par les études féministes qui ont montré que la famille comme sphère privée pouvait être un espace de violence, et en tous cas un des lieux de production des inégalités de genre. Plusieurs recherches récentes reprennent ces interrogations et en diversifient les objets dans un contexte de multiplication des normes familiales. La famille apparaît alors comme un espace où femmes et hommes, enfants et adultes ont des statuts et des positions distinctes. Consacrée à ces inégalités qui traversent et structurent la famille, la journée en interroge leurs formes spécifiques.

9H15 : OUVERTURE

Ouverture : Magda Tomasini, directrice de l’Ined

Introduction : Marie Bergström & Mathieu Trachman (Ined)

9H30-11H : LA PLACE DES MINORITÉS SEXUELLES AU SEIN DES FAMILLES
Discutant : Wifried Rault (Ined)

Camille Masclet (CESSP, CNRS) : Coming-out familiaux, et après ? Des processus d’acceptation parentale contrastés

Tania Lejbowicz (Ined, Université Paris Nanterre) : Détresse psychologique des femmes lesbiennes et bisexuelles : quels liens avec la connaissance et acceptation parentales de leur identification minoritaire ?

11H15-12H45 : INÉGALITÉS ET ENFANCE
Discutante : Lidia Panico (Ined)

Sébastien Roux (LISST, CNRS) : Le coeur et ses raisons. Amour, altérité et préparation dans le monde de l’adoption

Kevin Diter (EHESP) : “C’est quand qu’on va où ?” : les rapports socialement différenciés au temps des adolescent.e.s et de leurs parents

14H-15H30 : INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES, INÉGALITÉS DE GENRE
Discutante : Hélène Périvier (Sciences Po)

Angèle Jannot (Ined, Université Paris 8) : Des inégalités de revenus aux inégalités de richesse dans la famille : le rôle du genre dans les transactions économiques quotidiennes au sein des couples parentaux hétérosexuels

Anne Lambert (Ined) : Emploi, télétravail et conditions de vie : une analyse des dissensions conjugales à l’heure de la pandémie de covid-19

15H45-17H15 : VIOLENCES AU SEIN DE LA FAMILLE : LES APPORTS DES ENQUÊTES VIRAGE
Discutante : Pauline Delage (CSU, CNRS)

Amélie Charruault (Ined, Univiersité Paris 1) : Les réactions des filles et des garçons suite aux violences subies dans la famille et son entourage: se taire, parler ou dénoncer ?

Stéphanie Condon et l’équipe Virage Outre-mer (Ined) : Genre et contextes relationnels des violences dans l’entourage familial à La Réunion

17H15 18H00 : CONFÉRENCE DE CLÔTURE
Présidence : Michel Bozon (Ined)

Céline Bessière (Université Paris Dauphine) & Sibylle Gollac (CSU, CNRS) : Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités

Journée organisée par Marie Bergström, Marie Digoix, Tania Lejbowicz, Mathieu Trachman & Lucie Wicky

Page de l’événement

Inscription

Colloque – Féminismes Matérialistes 15-16.10.2020, Paris)

Le colloque « Féminismes Matérialistes : Héritages épistémologiques et politiques, Réappropriations contemporaines » aura lieu les 15 et 16 octobre prochains à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. Compte-tenu de la situation sanitaire actuelle, le nombre de places est limité : les personnes intéressées sont priées de s’inscrire par mail à l’adresse suivante : Philo-recherche@univ-paris1.fr 
En raison du nombre de places limitées, une captation audio des interventions est prévue ; les podcasts seront mis en ligne sur le site de l’ISJPS après le colloque.

Organisation : Audrey Benoit, Marie Garrau, Mona Gérardin-Laverge et Mickaëlle Provost 
Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. 

Jeudi 15 octobre
9h30 : Accueil et introduction des organisatrices 

10h-12h30. Session 1 : Travail et oppression 
(Présidence : Isabelle Aubert, U. Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Aurore KOECHLIN (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le concept de travail reproductif : enjeux théoriques et politiques »
Alexis CUKIER (U. de Poitiers) : « Travail, capitalisme et patriarcat dans les féminismes matérialistes en France et en Italie »
Marie GARRAU (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Travail de care ou travail reproductif ? » 

12h-14h : Pause déjeuner

14h-16h30. Session 2 : Le constructivisme matérialiste en question
(Présidence : Magali Bessone, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Marlène JOUAN (U. Grenoble Alpes) : « Penser le travail de gestation pour autrui : un enjeu féministe de réconciliation des « ancien » et « nouveau » matérialismes ? »
Claire GRINO (U. de Genève) : « Remue-ménage dans les théories féministes autour de la conception du corps : qu’en est-il de la perspective matérialiste aujourd’hui ? »
Mickaëlle PROVOST (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Tensions matérialistes à propos de l’expérience vécue de la domination » 

Vendredi 16 octobre 
9h30-12h. Session 3 : Peut-on encore parler de classe des femmes ?
(Présidence : Mona Gérardin-Laverge, U. Paris Ouest Nanterre, Audrey Benoit, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Isabelle CLAIR (CNRS, IRIS) : « Le féminisme matérialiste face au féminisme poststructuraliste »
Pauline CLOCHEC (U. Picardie Jules Verne) : « Classes de sexe et transsexualité »
Elsa DORLIN (U. Paris 8) : « L’idéologie du genre » 

12h-14h : Pause déjeuner 

14h-16h. Session 4 : Perspectives d’articulations théoriques et politiques
(Présidence : Alexandrine Guyard-Nédélec, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Sophie NOYE (SciencesPo Paris) : « Penser le sujet féministe entre classe et multitudes »
Vanina MOZZICONACCI (U. Paul Valéry-Montpellier) : « Des institutions utopiques. Articuler care et matérialisme à l’endroit de l’éducation féministe » 

Conclusion des organisatrices.

Programme en ligne

RPSF-AAC Instituer la famille, entre parenté et parentalité. Résumé d’article pour le 1er juillet 2020

La Revue des politiques sociales et familiales (RPSF) lance un appel à articles scientifiques pour son numéro thématique Instituer la famille, entre parenté et parentalité.

Présentation du numéro thématique

La parentalité est souvent pensée comme relevant de la sphère “privée”. Pourtant, elle n’en est pas moins surveillée et encadrée par un ensemble d’institutions, que Jacques Donzelot (1977) qualifie de “police des familles”. Les institutions légales par exemple régulent l’accès au statut de parent (la parenté) et l’établissement de la filiation, tandis que les institutions médicales encadrent l’engendrement, notamment dans le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) ou aux moyens de contraception. De même, l’exercice du rôle de parent (la parentalité) fait intervenir un ensemble d’agents institutionnels : des professionnels de l’enfance à ceux de l’éducation, en passant par les services sociaux.

Ces institutions sont aussi porteuses de normes dominantes quant à la famille.Les institutions peuvent être entendues comme d’une part l’incarnation physique et organisationnelle dans des lieux dédiés à la prise en charge des individus (soin, école, justice) d’une organisation sociale formelle possédant une certaine légitimité, voire exerçant une contrainte sur les individus. Les agents institutionnels, de par leur rôle, sont soumis au fonctionnement de l’institution. Ils agissent alors en prescripteurs de normes auprès des usagers de l’institution. Toutefois, une prise d’autonomie par rapport à l’institution est possible de la part des professionnels institutionnels, ou encore des usager.ères qui peuvent adhérer ou non aux discours portés par les institutions. Une marge de manœuvre existe et peut être étudiée quant aux rôles et aux injonctions préconisés. D’autre part, dans une seconde approche, nous pouvons penser l’institution comme plus diffuse, moins incarnée dans des lieux que dans des individus ou des groupes (famille, religion, médias, etc.). Pour autant, des agents s’y trouvent également être prescripteurs d’une morale ou de normes invitant les individus à moduler leurs pratiques ou leurs croyances. Dans ces deux approches, les « travailleurs sur autrui » (Dubet, 2002) ont une influence manifeste sur les individus (et en l’occurrence sur les parents ou parents potentiels) en ce qui concerne leur projet d’enfant, leurs pratiques et leurs représentations. Nous porterons donc notre attention sur les relations entre ces protagonistes.


Les sciences sociales distinguent trois dimensions sur lesquelles ces normes peuvent agir : l’engendrement biologique, la parenté légale, et la parentalité quotidienne. Ces aspects ont pu être abordés à partir de “cas limites” dans lesquelles ces dimensions sont dissociées. Ces parentalités “par les marges” sont éclairantes pour mettre en évidence les représentations des professionnels, et comprendre par exemple comment la norme de biparentalité (devenir et exercer son rôle de parent dans un couple hétérosexuel) limite la possibilité pour les agents institutionnels et les individus de penser une pluriparentalité de formes familiales (familles homoparentales, monoparentales, recomposées, etc.). Toutefois, l’intérêt de ces objets de recherche ne doit pas pour autant laisser de côté l’étude de parentalités “ordinaires” pour saisir le rapport entre individus et institutions, quant à la formulation d’un projet d’enfant, l’établissement de la filiation, et l’exercice du rôle de parent.

Les enjeux de “soutien à la parentalité” ont par ailleurs été largement étudiés, mais les résistances éventuelles des familles face aux normes institutionnelles le sont moins souvent. Ce numéro s’attachera à mettre en lumière les stratégies de retrait vis-à-vis des institutions (entendues au sens large du terme) de certains parents au nom de conceptions alternatives de l’engendrement, de la filiation ou de la parentalité aux normes dominantes. Enfin, l’emploi du terme de “parent”, sans distinction de sexe, dissimule les déclinaisons de cette fonction ou de ce statut suivant que le parent est un homme ou une femme. Ce numéro souhaite aussi interroger la façon dont les injonctions portées par les expert.es et les pratiques des (futurs) parents se déclinent entre paternité et maternité.

Ce numéro questionnera l’articulation entre les institutions et d’une part la parenté, d’autre part la parentalité, à travers deux axes (détaillés dans l’appel) :
– Axe 1 : Qui a le droit de devenir parent ? Les projets d’enfants encadrés par les institutions.
– Axe 2 : Quelles collaborations entre parents et institutions dans l’éducation des enfants ?

Axe 1 : Qui a le droit de devenir parent ? Les projets d’enfants encadrés par les institutions

Le numéro propose d’approfondir les réflexions autour de la question suivante : qui peut devenir parent et dans quelles conditions ? Quelles sont les normes portées par des cadres institutionnels désignant qui peut devenir ou être considéré comme parent ? Le “devenir parent” est souvent envisagé comme une affaire privée, auquel tout individu adulte aurait accès. Or, cet accès est encadré par un ensemble d’institutions, qu’elles soient médicales, judiciaires, etc., et ce d’autant plus lorsque cela concerne un désir d’enfant empêché ou contrarié (infertilité, célibat, relation de couple homosexuelle, etc.). Le parcours du “devenir parent” est en effet soumis à un ensemble de normes socialement définies ; les “bonnes” conditions étant souvent pensées sous l’angle de la stabilité conjugale, professionnelle et économique, et dans une tranche d’âge donnée (Bajos, Ferrand, 2006). Ceci est particulièrement visible au sein de dispositifs encadrant l’engendrement ou l’accès au statut de parent, comme dans le cas de l’AMP en France (Löwy, 2006) ou encore dans l’accès à l’adoption, dans lesquels les agents institutionnels ont un rôle d’écoute ou d’accompagnateur et délivrent un agrément autorisant l’adoption. Les professionnels (médicaux, juridiques, sociaux) se font aussi le relai des normes dominantes de parenté et de parentalité en sélectionnant et en écartant par exemple des couples de protocoles en AMP (Tain, 2005 ; Schuller, 2018), en évaluant les individus candidats à l’adoption (Ramos, Kertudo, 2014), en évaluant leur conformité aux “bonnes conditions” pour devenir parent, et selon leur genre.

Cet axe vise donc à interroger les conditions d’accès des individus au statut de parent, en négociation avec les institutions. Réciproquement, nous pouvons nous attacher aux cas où l’accès au statut de parent constitue un impensé de la part des agents institutionnels, en raison des caractéristiques particulières de l’individu (par exemple en cas de maladie ou de handicap). Plus largement aussi, il existe des configurations dans lesquelles les individus endossent le rôle de parent sans pour autant être reconnus comme tels (aîné d’une fratrie, grands-parents, etc.), ou à travers le statut de beau-parent suite à une recomposition familiale (Cadolle, 2013).

Axe 2 : Quelles collaborations entre parents et institutions dans l’éducation des enfants ?

Depuis la fin des années 1990, un volet de soutien à la parentalité est intégré aux politiques familiales. Son objet premier est d’accompagner les parents dans leur rôle d’éducateur (Neyrand, 2011). Au-delà d’une guidance relative des fonctions éducatives, le soutien à la parentalité peut parfois être perçu comme une injonction adressée aux parents pour qu’ils exercent leur responsabilité et leur autoritéparentale selon des modalités définies par les normes dominantes, intériorisées par les agents institutionnels. C’est au travers de des actions plurielles d’acteurs de l’éducation et du travail social que les parentalités sont permises, modulées et orientées. Les parentalités se pensent donc et se vivent en relation et en référence aux institutions et à ses experts. Ainsi, par le biais d’échanges avec des professionnels surtout, et avec d’autres parents parfois, des normes sont transmises afin d’orienter les comportements des parents et de corriger un certain nombre de pratiques éducatives. Ce sont également des rôles genrés qui sont co-construits en interaction avec les institutions. Les agents institutionnels, lorsqu’ils s’adressent à des pères et/ou des mère s, vont ainsi adapter leur comportement, leurs attentes ou leurs discours en fonction du genre de leur interlocuteur ou interlocutrice. De la même façon, les pères et les mères ne s’adressent peut- être pas aux mêmes institutions et ne s’en saisissent probablement pas de la même manière. Il s’agira de comprendre comment les parents composent avec les prescriptions institutionnelles multiples et parfois contradictoires qui leur sont renvoyées : comment affectent-elles l’exercice de leur parentalité ? De quelles marges de manœuvre les parents disposent-ils ? Quelles résistances opposent-ils ?

Ces questions peuvent être étudiées dans plusieurs cadres. L’école est une institution qui structure fortement la famille (Terrail, 1997). D’autres institutions, telles que les organismes de santé (en imposant des normes d’hygiènes et de soins, notamment pour la petite enfance) ou des institutions juridiques (faisant évoluer les structures et schémas familiaux) façonnent également le vécu parental. En nous situant du point de vue des structures et de ses usagers, nous pouvons en premier lieu nous demander à quel type de parents s’adressent spécifiquement les injonctions normatives (familles populaires, homoparentales ou adoptantes) ou encore les offres de soutien àla parentalité. Elsa Ramos et Pauline Kertudo (2014) ont par exemple montré comment les professionnels de l’adoption promeuvent auprès des parents une norme de la disponibilité parentale mais aussi la nécessité de s’adapter aux “spécificités” de l’enfant. En second lieu, nous pouvons questionner les effets des institutions sur les bénéficiaires (les parents et leurs familles) dans leur possibilité d’exercer un rôle de parent, et dans la latitude laissée aux parents pour l’exercer hors des normes prescrites. Dans certaines institutions, le statut de parent n’est en effetpaspensé,commel’amontréMarineQuennehen(2019)auseindel’institutioncarcérale qui n’envisage pas les détenus hommes comme des pères pouvant avoir recours à des dispositifs spécifiques pour passer du temps avec leurs enfants et jouer un rôle dans l’éducation de ces derniers.

À travers ces deux axes, l’objectif général de ce numéro est de saisir comment un ensemble d’acteurs institutionnels sont amené·es à intervenir dans l’exercice du rôle de parent, soit en tant que prescripteurs de normes éducatives ou de soin, soit en prenant en compte ou en excluant la possibilité pour les individus de devenir parent ou d’exercer le rôle de parent.

Le numéro thématique comporte 3 parties (les articles de « Synthèses et statistiques » seront particulièrement appréciées) :  – les « Articles scientifiques » (60 000 signes espaces compris maximum). Il s’agit de contributions originales fondées sur un matériau empirique ;-  les articles de « Synthèses et statistiques » (30 000 signes) proposent des analyses de littérature grise, de synthèses de recherche ou d’études quantitatives ou qualitatives problématisées qui se situent dans le champ couvert par la RPSF ;- les « Comptes rendus » sont des présentations d’ouvrages (8 000 signes) et de colloques (20 000 signes), problématisées en rapport avec les domaines d’intérêt de la revue.


Modalités de proposition
Les auteur·es envoient d’ici le 1er juillet 2020 un résumé (200 mots env.) et ses mots-clés en indiquant si l’article est proposé pour la première ou la deuxième partie de la revue, dans quel axe il s’inscrit, ainsi qu’une brève note biographique. Si la proposition de résumé est acceptée, l’article est à envoyer pour le 1er septembre 2020 pour au plus tard pour être expertisé (double évaluation) et discuté en Comité de rédaction. Les articles de synthèse ou d’études statistiques doivent être envoyées pour le 1er octobre 2020. Il n’y a donc pas de garantie de publication de l’article avant validation par les experts scientifiques et acceptation de l’article en Comité de rédaction, au premier semestre 2021.Les résumés sont à envoyer au reppama.contact@gmail.com et rpsf@cnaf.frVoici les consignes aux auteurs de la revue à respecter pour tous les articles soumis :http://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Documents/Dser/PSF/RPSF%20_%20Recommandations%20auteurs.pdf


Calendrier
– 1er juillet 2020 : Soumission des résumés d’articles
– 15 juillet 2020 : Retour aux auteur.es
– 1er septembre 2020 : Soumission des articles scientifiques
– 1er octobre 2020 : Soumission des articles de synthèse ou d’études statistiques

Histoire de la revue

Créée en 1985, la Revue des politiques sociales et familiales (Recherches et Prévisions de 1985 à 2009, puis Politiques sociales et familiales jusqu’en mars 2015) est une publication scientifique trimestrielle et pluridisciplinaire à comité de lecture. Elle publie des travaux de recherches originaux dans le champ des politiques familiales et sociales (dispositifs d’action publique, prestations, offres de services, acteurs de ces politiques, publics visés, etc.) ainsi que sur les évolutions touchant à la famille, l’enfance, la jeunesse et la parentalité. La revue accepte des articles de toute discipline en sciences humaines et sociales. Son caractère pluridisciplinaire oblige les auteurs à adopter un langage clair et à préciser ce qui ne relève pas du langage courant (présentation de dispositifs, de concepts théoriques, de méthodes d’enquêtes particulières, etc.).

N’hésitez pas à diffuser l’information dans vos réseaux


Myriam Chatot, Marie-Caroline Compans, Marine Quennehen et Zoé Yadan

Parution – Aux frontières de la parenté. Un éclairage par les marges

Le dernier numéro de la revue Émulations porte sur les « frontières de la parenté ». Ce numéro thématique est le fruit des réflexions du groupe de recherche EnCoRe en anthropologie et sociologie du corps, de la parenté, des seuils, des techniques de reproduction assistée et du genre, depuis 2018.

Résumé :
Que peut nous apprendre la question des marges sur la parenté ? Réciproquement, comment les études sur la parenté contribuent-elles à éclairer le rapport des marges à la norme ? Comment les notions de marge, confins, frontières ou limites sont-elles comprises et opérantes selon les époques et les espaces géographiques ? À travers cinq articles originaux et un double entretien, ce numéro éclaire la diversité des acceptions de ces notions par la description des pratiques, des représentations et des normes qui leurs sont associées. Il est une invitation à réinterroger des thématiques classiques de l’anthropologie telles que l’alliance, le rapport entre vivant·e·s et défunt·e·s, le genre et la filiation.

Conférence – Having it all – How couples around the world create equality at home (26.02.2020, Paris)

Portrait of Professor Francine Deutsch ©Mount Holyoke College

Francine M. Deutsch, Professor Emerita of Psychology at Mount Holyoke College (Massachusetts, USA), will present her forthcoming book, Creating Equality at Home: How 25 Couples around the World Share Housework and Childcare. Creating Equality at Home tells the fascinating stories of couples around the world today who are thwarting social norms and achieving equality. Their everyday decisions about who cooks the food, washes the dishes, diapers the baby, helps with homework, and whose career is compromised to make time for family life, add up to a gender revolution. Often driven by either what they admired or rejected in their own mothers and fathers, these couples reject the prescription that men’s identities are determined by paid work, and women’s by motherhood. They show that men can put family first and are as capable of nurturing as women, and that women can pursue careers as seriously as their husbands do. Equally-sharing couples go beyond lip service to gender equality by building a new kind of family. They demonstrate that equality can provide profound rewards for men, women, marriage, and children.

Marta Dominguez Folgueras, Associate Professor at OSC-Sciences Po andd Director of the Department of Sociology, will initiate a discussion of the issues raised in the presentation.

Wednesday February 26, 2020, 5:00 – 7:00 PM Amphithéâtre Simone Veil, 28 rue des Saints-Pères, 75007 Paris Contact: valerie.richard@sciencespo.fr

REGISTRATION IS MANDATORY

Séminaire – La carrière scientifique au croisement de deux institutions « gourmandes »: l’université et la famille (31.01.2020, Aubervilliers)

Le séminaire à l’EHESS « Présences sociales: Genre, care et temporalités » se mobilise à sa manière contre la réforme inique des retraites et contre ce qui nous attend avec la LPPR dans l’ESR. Ainsi, la sociologie des présences sociales est ici appréhendée pour penser le mouvement social et ses enjeux. C’est une approche féministe, temporaliste et pragmatique du care, pour comprendre les temporalités du travail académique, les logiques genrées des carrières et des retraites, la division du travail et le rôle déterminant des présences sociales dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Dans cette optique, sera menée le Vendredi 31 janvier 2020, de 13H à 15h au Campus Condorcet,  salle 0.018, bâtiment Recherche Sud, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers, une discussion sur la régulation de la recherche, les tensions que cela génère, les mécanismes d’évaporation des femmes, le problème de l’articulation entre parcours de vie et engagement dans une carrière scientifique, les questions sociologiques que posent la réforme…

Elle sera introduite par un exposé des recherches menées sur les temporalités et l’expérience des post-doctorants, par Pascal Barbier, sociologue, Maître de conférences à l’Université Paris 1, CESSP & Bernard Fusulier, sociologue, Directeur de recherches au FNSR et Professeur à l’Université Catholique de Louvain : « La carrière scientifique au croisement de deux institutions « gourmandes »: l’université et la famille »
Avec sous réserve de leur disponibilité, la participation de membres du collectif des précaires de l’ESR.

Conférence – Who cares for the children ? Gender and transnational families (27.01.2020, Paris)

Rhacel Salazar Parreñas is Professor of Sociology and Gender and Sexuality Studies at the University of Southern California. She is the author of numerous books and articles on gender, family, labor, migration and the political economy of globalization. In 2019, she was honored with the Jessie Bernard Award by the American Sociological Association in recognition of her contributions to our understanding of women in society.

She will address the question of how gender constitutes and is constituted in transnational households. It draws from a two year ethnographic study on children raised from a distance in the Philippines by migrant parents across the diaspora. While the talk empirically establishes the continued relegation of housework and childcare to women, including in the household of migrant mothers, it also engages the implications of such a finding to feminist theory. It explains the stalled gender revolution in the formation of transnational households with migrant mothers and establishes the significance of examining gender from a relational and not solely an identity perspective. The conference will be moderated by Hélène Le Bail and Hélène Thiollet, researchers CNRS at Sciences Po’s Center for International Studies (CERI).

Monday January 27, 2020 5:00 – 7:00 PM
Sciences po, Amphithéâtre Jacques Chapsal, 27 rue Saint Guillaume, 75007 Paris
Contact / inscriptions externes : valerie.richard@sciencespo.fr

Séminaire – Des hommes et des contraceptions (04.02.2020, Paris)

Le Laboratoire Contraception&Genre vous convie à la douzième séance de son séminaire, qui aura lieu le mardi 4 février 2020, de 14h à 17h, sur le nouveau site de l’INED, au campus Condorcet (9 cours des Humanités, à Aubervilliers). La salle exacte sera communiquée en janvier, lorsque l’INED sera installé dans ses nouveaux locaux.

  • Mireille Le Guen, démographe, en post-doctorat à l’UCLouvain et associée à l’Ined, pour une présentation intitulée : « Étudier les pratiques contraceptives des hommes : révéler la norme contraceptive genrée et interroger les masculinités »    
  • Cécile Thomé, docteure en sociologie, ATER à Sciences Po Grenoble, pour une présentation intitulée : « Étudier la contraception à travers les discours des hommes : une pratique « féminine » entre mises à distance et appropriations »

 La discussion sera assurée par des membres de l’ARDECOM
L’entrée est libre mais nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire préalablement, pour des raisons d’accès au bâtiment : contraception.genre@gmail.com

Appel à communication – Approches de l’articulation des Temps Sociaux (31.01.2020)

Les Doctoriales du RT48 auront lieu le 28 et 29 mai 2020 à Paris et proposent d’accompagner les travaux de publication de doctorant.e.s et/ou jeunes docteur.e.s qui travaillent sur des objets ayant trait à l’articulation des temps sociaux et aux activités qui les accompagnent à savoir : l’emploi, les activités familiales, les solidarités de proximité, les engagements civiques et politiques, les loisirs … Ces Doctoriales proposent ainsi de donner à voir l’actualité de la recherche autour de cette dimension transversale de la question sociale, qu’elle soit saisie selon des approches propres à la science politique ou à la sociologie.

Le principe de cette journée est de donner la parole à des jeunes chercheur.e.s dans un cadre bienveillant, stimulant et respectueux de la confidentialité des travaux en cours. Des premières versions d’articles ou de chapitres d’ouvrage seront ainsi discutées par des sociologues et politistes s’intéressant à ces problématiques. Les Doctoriales sont ouvertes à tout.e.s doctorant.e.s déjà avancé.e.s dans leur travail, à partir de la deuxième année de thèse et aux jeunes docteur.e.s ayant soutenu leur thèse de doctorat à partir du 1er janvier 2018.

Modalités de participation

Pour participer à cette journée, les personnes intéressées devront faire parvenir pour le 31 janvier 2020 à rt48.afs@gmail.com une note d’intention de l’article qui sera discuté en mai. Il s’agira notamment de préciser dans une proposition de 5000 à 8000 signes : le terrain empirique mobilisé, l’angle de réflexion qui sera mis en discussion, les méthodes utilisées et la place de cet article dans l’économie générale de la thèse.

Sur la base de ces propositions, les personnes sélectionnées devront envoyer la version de l’article à discuter d’ici au 4 mai 2020, date impérative afin que les rapporteur.e.s puissent faire leur travail de relecture. La proposition fera l’objet d’une discussion par deux chercheur.e.s confirmé.e.s, dont l’un est membre du bureau du RT48.

Consulter l’appel sur le site du RT48

Soutenance – La sexualité aux temps de la contraception : Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 – années 2010) par Cécile Thomé (18.11.2019, Paris)

14h à l’Ined, salle Alfred Sauvy (133, boulevard Davout, 75020 Paris)

Résumé de la thèse
Ce travail de thèse porte sur les recompositions de la sexualité hétérosexuelle et des rapports de genre en France, depuis les années 1960, dans un contexte de généralisation de l’utilisation de la contraception médicale. Il vise à faire la sociogenèse des scripts de la sexualité « contraceptée », que cette contraception soit assurée par des moyens « médicaux » (méthodes hormonales, stérilet au cuivre, stérilisation), des méthodes barrières (préservatif masculin ou féminin, diaphragme, spermicides) ou encore par des méthodes alternatives souvent qualifiées de « naturelles », comme le retrait ou les méthodes d’auto-observation (méthode Ogino, méthode des températures, méthode Billings, méthode symptothermique). Le travail s’appuie sur trois types de matériaux : des données d’archives et des témoignages écrits, une analyse secondaire de données quantitatives et 71 entretiens semi-directifs avec des hommes et des femmes ayant entre 20 et 84 ans. Il s’agit, à partir de ces matériaux, de rendre compte des représentations naturalisées de la sexualité, du désir et du plaisir sexuels, ainsi que des rapports de pouvoir qui sont mis au jour par l’étude concrète des pratiques contraceptives et sexuelles. La thèse restitue d’abord la construction et le déroulement de l’enquête, en interrogeant épistémologiquement la sexualité aux différentes ères de la contraception. Il s’agit de réfléchir à la construction d’un objet qui ne va pas « de soi », ainsi que de mener une réflexion méthodologique sur les conditions de possibilité d’une telle recherche sur la sexualité. Puis c’est une démarche sociohistorique qui est adoptée, avec l’étude de l’évolution de l’articulation entre sexualité et contraception, en particulier autour de la diffusion de la contraception médicale (années 1960-1970) et de celle du préservatif (années 1980-1990). La recherche montre que le plaisir sexuel des femmes n’est pas né avec la pilule, mais également que les rapports de genre autour de la sexualité se sont largement recomposés dans cette période, alors que la contraception passait du statut de compétence masculine à celui de responsabilité féminine. En se centrant ensuite sur le milieu des années 2010, la thèse s’appuie sur l’étude détaillée des pratiques contraceptives, pour approcher la sexualité et les réflexivités sexuelles créées par chaque méthode. Revenant successivement sur les méthodes médicales, les méthodes barrières et les méthodes alternatives de contraception, elle met au jour trois types de réflexivité sur la sexualité (attentive, obligatoire et amplifiée). Le travail contraceptif impliqué par chaque méthode y est également interrogé, de même que ses effets en matière de désirs, de plaisirs et de pratiques sexuelles. Enfin, ce travail met en évidence, grâce à l’étude de la contraception, certains fondements de la sexualité hétérosexuelle contemporaine. Ce sont en particulier la force de la réciprocité, la centralité de la pénétration pénovaginale et la nécessité des disponibilités physique et émotionnelle pour le bon déroulement du script « banal » qui sont mises en évidence, ainsi que le travail des femmes sur la sexualité pour produire la spontanéité de ce script.

Live-tweet de la soutenance

Séminaire – Santé reproductive, technopouvoirs et féminisme (Paris, 2019-2020)

1er et 5e lundis du mois de 13 h à 16 h (salle AS1_24, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2019 au 4 mai 2020. Séance supplémentaire le 8 juin 2020 (salle AS1_23, même horaire, même adresse)

Ce séminaire de recherche vise à enquêter sur les rapports des mouvements féministes au progrès technique et biomédical, et ce dans une perspective à la fois transnationale, socio-historique et intersectionnelle. Nous analyserons les relations en constante mutation entre genre, santé et action collective en nous appuyant sur la grande variété d’expériences, réflexions et actions  féminines. Nous chercherons à saisir les controverses, débats et contestations relatifs aux technologies reproductives en lien avec les transformations des conceptions féministes de la nature, du biologique et du médical. Nous nous intéresserons également aux dénonciations, parfois croisées, des ‘dégâts’  de la société industrielle et de la biomédecine reproductive, décriés en tant que manifestations de multiples (in)justices reproductives et/ou environnementales. Seront ainsi mobilisées une kyrielle d’études empiriques allant des mouvements self-help d’avortement et d’accouchement aux réseaux internationaux d’opposition aux technologies reproductives lancés dès les années 1970 en passant par les ‘épidémiologies populaires’ engagées autour des effets secondaires de la pilule ou encore des médicaments consommés pendant la grossesse.

Programme détaillé

Ce séminaire de recherche fait partie du projet ANR « Hypmedpro » coordonné par Sezin Topçu. Pour plus d’information sur le projet : https://hypmedpro.hypotheses.org

Groupe de travail – Contraception et Genre (15.11.2019)

Vous êtes masterant·e, doctorant·e, post-docorant·e ou jeune chercheur·se.
Vous travaillez sur des questions relatives à la contraception dans une perspective de genre.
Vous souhaitez échanger sur votre recherche avec d’autres personnes travaillant sur la contraception, dans une ambiance bienveillante.
Rejoignez le laboratoire junior Contraception&Genre !
Envoyez-nous un mail à contraception.genre@gmail.com avant le 15 novembre 2019 en nous précisant votre statut (master, doc, post-doc,…) et votre sujet de recherche, les membres du laboratoire vous recontacterons.

Appel à communication – Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté (05.11.2019)

Colloque Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté
28, 29 et, sous réserve, 30 avril 2020, Toulouse

Appel à communications
Le colloque « Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté » s’interrogera sur la façon dont partout les sociétés ont fait face au problème que pose l’absence d’enfants, notamment du point de vue des logiques de parenté. Croisant différentes perspectives théoriques et méthodologiques de l’anthropologie de la parenté, du genre et des techniques de procréation, ce colloque propose un dialogue entre des approches dites « classiques » et « nouvelles » dans l’étude de la parenté. Il s’agit en d’autres termes de faire dialoguer les travaux menés dans des contextes sociaux et culturels marqués par le développement des biotechnologies dans le domaine de la procréation et ceux conduits dans des sociétés et des groupes sociaux où la médecine procréative est peu, voire pas diffusée. Nous prenons ainsi le parti de considérer les techniques de procréation médicalement assistée comme des techniques de parenté parmi d’autres, disponibles pour pallier l’absence d’enfants.

Au-delà, ce colloque contribuera à comprendre, du point de vue de l’anthropologie et des sciences sociales en général, ce que cela fait de ne pas réussir à avoir d’enfants, dans nombre de sociétés, croisant à la fois l’étude de la parenté, mais aussi les sciences studies, l’anthropologie du genre et de la personne. Les sociétés euro-américaines sont traversées par des discussions nombreuses quant aux formes que prennent les familles contemporaines et à l’aide attendue par les personnes en manque d’enfant. L’analyse comparative que proposera ce colloque consistera à prendre un peu de recul avec ces discussions politiques et contribuera, notamment, à éclairer autrement ces enjeux.

Depuis les années 1980, les études en anthropologie de la parenté ont eu tendance à se scinder en deux grands courants, reproduisant le grand partage entre « the West and the rest ». Depuis le développement des techniques de procréation assistée à la fin des années 1970, mais aussi la crise des études de parenté provoquée en partie par le travail de D. Schneider dans les années 1980, un nouveau courant des études de parenté a vu le jour, les new kinship studies (Carsten 2000; Stone 2002; Franklin and McKinnon 2000). Des manifestations scientifiques ainsi que des publications se sont attachées à interroger la partition entre « l’Ouest et le reste », mais aussi entre le « Nord et le Sud », en étudiant notamment l’utilisation des techniques de procréation assistée dans différents pays  (Bonnet et Duchesne 2016; Anderson and Hecht 2002).

L’objectif du colloque est de proposer un espace de dialogue entre les différentes traditions dans les études de parenté en anthropologie et, au-delà, dans les sciences sociales. Loin de se centrer uniquement sur les techniques de procréation assistée, qui ont fait l’objet de nombreuses manifestations scientifiques ces dernières années, il s’agira d’élargir les questionnements à l’ensemble des pratiques sociales mobilisées autour de l’absence d’enfant. Partout en effet, l’absence d’enfant pose des problèmes du point de vue des logiques de parenté. Qu’un membre de la lignée tarde à avoir un enfant à son tour, voire qu’il n’en ait pas du tout, hypothèque sa perpétuation. La menace pour le groupe est d’autant plus importante dans les familles où les fratries sont réduites. Elle est par ailleurs plus ou moins prégnante selon le genre. Ici, que les fils restent sans enfant est particulièrement problématique. Là, c’est surtout sur les femmes que pèse l’absence d’enfants, que ce soit lorsqu’on attend d’elles qu’elles mettent au monde des enfants pour la lignée de leur mari, ou lorsqu’elles sont enjointes à devenir mères pour être tout à fait accomplies (Bonnet 1988).

Partout, des solutions ont été imaginées pour remédier à cette absence. La mise en œuvre de ces techniques de parenté est envisagée tantôt comme un droit des individus, tantôt comme un devoir auquel les personnes dépourvues d’enfant, comme les tiers aidants, ne peuvent se soustraire. Des solutions hautement technologiques ont été mises en œuvre dans les sociétés industrielles et post-industrielles. Elles se sont diffusées sur tous les continents avec un accès parfois très inégal selon leur coût (Ginsburg and Rapp 1995) et les équipements disponibles localement. Leur niveau de sophistication a introduit des nouveautés importantes : une femme peut porter un embryon conçu grâce à l’ovocyte d’une autre femme (Teman 2010; Roca i Escoda 2016) ou même porter l’embryon conçu par un autre couple (Cromer 2018; Mathieu 2017) ; les gamètes et embryons peuvent être cryoconservés pendant des années ; on peut prélever l’ADN mitochondrial et le remplacer grâce à une donneuse (Herbrand and Dimond 2018). Dans l’histoire des sociétés humaines, ces solutions sont d’une nouveauté radicale et alimentent de nombreuses questions quant à la constitution des personnes et leur origine. Cependant, si on excepte cette hypertechnicité, elles s’inscrivent dans le continuum de celles destinées à remédier à l’infertilité et déjà à l’œuvre dans de nombreuses sociétés (Héritier 1996). Un homme proche ou au contraire aussi éloigné que possible se substitue à un autre pour la procréation. Une femme, déjà mère, porte un enfant pour sa sœur ou sa co-épouse qui ne peut en avoir. Un couple déjà parents de plusieurs enfants donne un enfant, pour un temps limité ou pour toute la vie, à un autre couple dans leur groupe de parenté ou dans le proche voisinage qui en est dépourvu. Une institution confie un enfant en adoption. Partout, des tiers, souvent parmi les proches, mais pas toujours, interviennent et pallient l’absence d’enfant chez un couple en situation d’infertilité, quelle que soit l’origine de cette infertilité. Mais cette absence d’enfant peut également être volontaire (Gotman 2017), et peser tout autant sur les personnes.

Dans le cadre de cet appel à communication, nous proposons trois axes qui pourront être traités de manière transversale.

Personne et parenté
L’étude de la personne est un des éléments qui a joué un rôle crucial dans la revitalisation des études de parenté dans les années 1980 (Carsten 2014, 269) car elle permet de rassembler différents aspects du social qui avaient été jusqu’alors étudiés séparément : la parenté, le corps, les substances, les conceptions du soi, la maison, le genre, les relations dans lesquelles la personne est prise. Cet axe visera à continuer ce travail entamé dans les années 1980 sur la façon dont les études sur la personne peuvent nous renseigner sur notre conception de la parenté, et inversement, dans des moments où cette parenté se trouve menacée par l’absence d’enfant, qu’elle soit subie ou voulue.

Techniques de fertilité et d’infertilité
Cet axe accueillera des propositions venant explorer les différents savoirs et techniques utilisés pour assurer la venue d’un enfant, ou au contraire pour l’en empêcher. Dans cet axe les communications aborderont aussi bien les techniques les plus « traditionnelles » (rituels de fécondité, pèlerinages, prières, etc.), que les plus « modernes » (FIV, Time-Lapse, éclosion assistée, etc.) sans présupposer que ces différents dispositifs ne peuvent se mêler ni que certains seraient nécessairement plus ritualisés que d’autres. Il s’agira d’analyser la manière dont ces techniques, quelle qu’en soit la nature, permettent aux hommes et aux femmes d’agir sur le cours de leur existence mais aussi la façon dont elles peuvent être mobilisées pour renforcer l’assignation à un destin de parents.

Les tiers procréateurs
L’intervention de tiers procréateurs (Godelier 2004; Weiner 1978) est partout et toujours nécessaire à la venue d’un enfant. Ces tiers sont de divers ordres. Ils peuvent prendre la forme d’un donneur ou donneuse de gamètes, d’un amant de circonstance, d’une femme qui va porter un enfant pour autrui, mais cela peut également être des tiers non-humains. Ces derniers incluent non seulement les techniques elles-mêmes, c’est-à-dire l’ensemble des techniques et savoirs nécessaires pour réaliser par exemple une fécondation in vitro (Thompson 2005) ou permettre le bon déroulement d’un rituel de fécondité. Ils incluent également des esprits, des dieux, tout aussi nécessaires à la venue d’un enfant (Collard 2011), mais aussi la chance, la nature ou encore les hasards de la génétique (Porqueres i Gené 2014, 20).

Les propositions de communication devront se limiter à 3000 signes et devront nécessairement s’appuyer sur des matériaux empiriques. Elles détailleront le propos qui sera présenté, le terrain et la nature des données empiriques analysées. Les autrices et auteurs préciseront leurs appartenances disciplinaire et institutionnelle, leur statut et leur adresse électronique. Au-delà de l’anthropologie, les autres disciplines engagées dans les études de parenté sont également attendues. La langue principale du colloque sera le français, même si ponctuellement des communications pourront être en anglais.

Les propositions de communication devront être envoyées avant le 5 novembre 2019 à l’adresse suivante : colloque.absence.enfants@gmail.com
Une réponse sera envoyée pour chaque proposition avant mi-décembre 2019.

Lieu du colloque :
Université Toulouse Jean Jaurès, campus du Mirail, Maison de la recherche, Toulouse.

Appel en version PDF

Conférence – Quel congé paternité pour une réelle égalité ? (09.10.2019, Paris)

Mercredi 9 octobre 2019, de 17h00 à 19h00
Amphithéâtre Simone Veil – 28 rue des Saints-Pères 75007 Paris

Le « congé second parent », congé de paternité et d’accueil de l’enfant, est-il satisfaisant dans ses modalités actuelles ? Comment le réformer pour atteindre l’égalité entre les deux parents ?

Aujourd’hui, en France, le congé de paternité est facultatif. Sa durée maximale est fixée à 11 jours, 18 jours en cas de naissances multiples.
L’Inspection générale des affaires sociales et le Haut conseil de la famille se sont prononcés pour un allongement du congé second parent à quatre semaines. Cette proposition bénéficie d’un accueil plutôt favorable de l’opinion publique : 38% des françaises et français trouvent le congé de paternité trop court et 63% des 18-24 ans souhaitent qu’il soit allongé (Baromètre DREES, 2019). Pourtant, depuis sa création en 2002, le congé de paternité n’a pas évolué.
Des féministes relancent le débat : Le PA.F, collectif pour une PArentalité Féministe, réclame un congé garanti et égal en durée pour les deux parents.

Pourquoi et comment réformer le congé deuxième parent ? Faut-il défendre cette réforme comme un levier de justice sociale, de performance économique, ou d’urgence sanitaire ?

Une discussion avec :
• 𝗠𝗲𝗿𝗰𝗲𝗱𝗲𝘀 𝗘𝗿𝗿𝗮, présidente exécutive d’Havas Worldwide, fondatrice de BETC
• 𝗘𝗺𝗺𝗮𝗻𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗝𝗼𝘀𝘀𝗲, présidente Le PA.F – collectif pour une PArentalité Féministe
• 𝗛𝗲́𝗹𝗲̀𝗻𝗲 𝗣𝗲́𝗿𝗶𝘃𝗶𝗲𝗿, économiste à l’OFCE, directrice du Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre de Sciences Po, membre du Haut Conseil de la Famille.
• 𝗕𝗼𝗿𝗶𝘀 𝗩𝗮𝗹𝗹𝗮𝘂𝗱, député Parti Socialiste de la troisième circonscription des Landes, membre de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale.
𝗠𝗼𝗱𝗲́𝗿𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 : 𝗩𝗶𝗻𝗰𝗲𝗻𝘁 𝗘𝗱𝗶𝗻, journaliste indépendant.

Inscription obligatoire
Contact

Séminaire – Contraception en post-partum (11.10.2019, Paris)

Le Laboratoire Contraception&Genre vous convie à la dixième séance de son séminaire, qui aura lieu le vendredi 11 octobre 2019 à l’Institut National d’Études Démographiques (Ined), 133 Boulevard Davout, 75020 Paris de 14h à 17h.

Thème de la séance : Contraception en post-partum

  • Carole Brugeilles, Démographe, professeure à l’université Paris 10 Nanterre, directrice adjointe du Cresppa, pour une présentation intitulée Trajectoires obstétricales et planification familiale au Mexique. Au début des années 1970, le Mexique s’est doté d’une politique démographique néo-malthusienne qui a révolutionné les comportements et les normes procréatives et contraceptives. Le nombre moyen d’enfants par femme est passé de plus de 6 à 2,1 en 2018 ; la prévalence contraceptive chez les femmes en union de 12 % à 73,1 %. La stérilisation est désormais la 1ere méthode contraceptive. La grossesse, l’accouchement et le post-partum sont rapidement devenus les moments privilégiés de la mise en œuvre des programmes de planification familiale par le corps médical. Dans cette communication, en nous appuyant sur différentes enquêtes quantitatives et qualitatives, nous analyserons comment ce temps est devenu stratégique dans la promotion et la prescription de contraceptifs, les conséquences sur le choix de la méthode. Une attention particulière sera portée aux relations entre trajectoires obstétricales et usage des différents contraceptifs, dans un contexte où le taux de césarienne est passé de 12 % des accouchements en 1987 à 46 % en 2018. 
     
  • Nicola Boydell, Sociologue, chercheuse au Usher Institute, Université d’Edimbourg pour une présentation sur la fourniture d’une contraception intra-utérine post-partum (PPIUC) dans un service public de maternité en Ecosse. La PPIUC implique la fourniture d’une contraception intra-utérine aux femmes qui choisissent cette méthode dans les 48 heures qui suivent l’accouchement. Cette recherche qualitative présentera les modalités d’offre de la PPIUC et l’expérience qui en est faite, du point de vue des femmes et des professionnel.le.s de santé, à partir d’une étude dans deux maternités britanniques.

 L’entrée est libre mais nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire préalablement, pour des raisons d’accès au bâtiment : contraception.genre@gmail.com