Archives par mot-clé : genre

Compte-rendu de la Dixième séance de l’atelier REPPaMa (26.11.2020)

Le 26 novembre 2020 a eu lieu à l’Ined le dixième atelier du REPPaMa, au cours duquel deux communications ont été présentées.

Virginie Loizeau (doctorante en sociologie à Rennes 2) a présenté une communication intitulée : Maladie respiratoire chronique de l’enfant et dimension genrée des rôles parentaux : le cas de la mucoviscidose. Les parents d’enfants atteints de mucoviscidose sont enjoints par le corps médical à réaliser un travail domestique conséquent afin de prévenir les risques d’infections respiratoires de leurs enfants malades, afin de préserver leur capital pulmonaire. En examinant comment ce travail de prévention spécifique est réparti entre le père et la mère, Virginie Loizeau établit une typologie adaptée de l’analyse culturelle de Mary Douglas et fondée sur deux critères : la distinction entre groupe et grid (individu) et la distinction entre rôles prescrits et rôles construits. Dès lors, Virginie Loizeau identifie quatre types de familles parmi ses enquêté.es : les familles hiérarchiques, individualistes, égalitaires et fatalistes. Les trois premiers types sont répartis de manière égale au sein de l’échantillon. Les familles fatalistes ne concernent qu’une minorité d’enquêté.es et il s’agit de familles présentant des parcours biographiques spécifiques, marqué par un cumul des difficultés. La doctorante a ensuite présenté les trois types principaux de familles en mettant l’accent sur la spécialisation ou non des rôles des parents en fonction de leur sexe. Dans les familles hiérarchiques, les mères sont souvent au foyer ou travaillent à temps partiel et responsables des soins et du travail domestique de la santé, tandis que les pères sont responsables des conditions matérielles (par exemple investir pour rénover le lieu d’habitation dans un objectif de prévention des risques respiratoires). Dans les familles individualistes, le rôle du père et de la mère sont présentés comme coconstruits en fonction des qualités personnelles de chacun des parents ou comme interchangeables. Enfin, dans les couples égalitaires, chaque parent devient « expert » de son domaine de compétence traditionnelle (mère « fée du logis » et père « roi du bricolage »), mais cette spécialisation peut amener à un décloisonnement des savoirs genrés dans la mesure où les parents peuvent se suppléer en cas de besoin (par exemple, la mère connait les informations techniques et le père les informations relatives au ménage). Les questions ont porté sur la méthodologie de l’enquête et sur des précisions quant au rapport des enquêté.es au travail domestique.

Myriam Chatot, post-doctorante à l’Irisso, a présenté une communication intitulée : Familles confinées – Enjeux méthodologiques de l’enquête à distance. Sur la base de deux recherches en cours sur l’articulation travail-famille pendant le confinement de mars-mai 2020 réalisées par le réseau de l’association française de sociologie Articulation des temps sociaux, elle a présenté comment la crise sanitaire a impacté les manières de faire de la recherche de terrain, en s’intéressant à trois thématiques : la conception d’une enquête pendant et sur le confinement, les entretiens par téléphone et visioconférence et les enjeux qu’il y a à enquêter sur un « événement ». Il s’agissait de mettre en évidence les gains et les pertes pour le recueil de matériaux dans ces conditions particulières, en montrant comment cette situation exceptionnelle a permis de recueillir des données qualitatives sur la vie quotidienne des familles, qui sont parfois difficiles à collecter, mais nécessite une flexibilité de la part de l’enquêteur et de l’enquêtrice qui maitrise peu les conditions de passation des entretiens. Elle a également abordé la question du « travail de mémoire », observable par le biais de la confrontation des deux enquêtes (l’une ayant eu lieu pendant le confinement et l’autre retrospective) : lors de la deuxième enquête, les détails concrets sur le quotidien sont difficilement remémorables par les enquêté.es. De même, pour certain.es enquêté.es, l’entretien participe au travail de structuration des souvenirs, ce qui se traduit dans le récit par des contradictions. Les remarques ont porté sur des pistes d’analyse possibles de ces entretiens.

Annexe : méthodologie de l’entretien par téléphone
•Block, E. S., & Erskine, L. (2012). Interviewing by telephone: Specific considerations, opportunities, and challenges. International journal of qualitative methods, 11(4), 428-445.
•Burke, L. A., & Miller, M. K. (2001). Phone interviewing as a means of data collection: Lessons learned and practical recommendations. In Forum Qualitative Sozialforschung/Forum: Qualitative Social Research (Vol. 2, No. 2).
•Drabble, L., Trocki, K. F., Salcedo, B., Walker, P. C., & Korcha, R. A. (2016). Conducting qualitative interviews by telephone: Lessons learned from a study of alcohol use among sexual minority and heterosexual women. Qualitative Social Work, 15(1), 118-133.
•Holt, A. (2010). Using the telephone for narrative interviewing: a research note. Qualitative research, 10(1), 113-121.
•Shuy, R. W. (2002). In-person versus telephone interviewing. Handbook of interview research: Context and method, 537-555.
•Sturges, J. E., & Hanrahan, K. J. (2004). Comparing telephone and face-to-face qualitative interviewing: a research note. Qualitative research, 4(1), 107-118.

Atelier – La naissance en France (04.12.2020)

Le réseau doctoral en santé publique organise un atelier intitulé « Une perspective pluridisciplinaire sur la naissance » le 4 décembre 2020.

Présentation
La prise de contrôle de la médecine clinique sur la naissance a débuté dans la seconde moitié du 18ème siècle. L’obstétrique scientifique masculine s’impose alors dans un domaine traditionnellement occupé par les sages-femmes.
Dès la seconde moitié du 19e siècle, ce sont plus de 50% des accouchements qui se déroulent à l’hôpital sous la tutelle des médecins.
Héritière de cette histoire, la naissance est toujours sujet de préoccupation dans la société française.
A l’heure où les violences gynécologiques et obstétricales sont dénoncées, où des alternatives se dessinent difficilement pour une prise en charge moins médicalisée des naissances, un éclairage pluridsiciplinaire s’impose.
Le 4 décembre 2020, de 9h à 13h, nous aborderons par l’écoute et le débat le vaste sujet de la naissance en France. Nous sommes honoré.e.s de pouvoir réunir, lors de ce séminaire en ligne, des expertes du sujet qui nous apporterons leurs éclairages scientifiques et pratiques sur les enjeux et dynamiques autour de la naissance en France.

Le programme et les modalités d’inscription sont à retrouver sur le site de l’atelier.

Parution – Les économies de la procréation médicalement assistée

Le dernier numéro de Nouvelles questions féministes porte sur Les économies de la procréation médicalement assistée. Il est coordonné par Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet.

Présentation du numéro

La procréation médicalement assistée (PMA) s’inscrit dans un marché globalisé qui est traversé et organisé par différents types d’économies –financière, morale, biologique et affective. Bien que profondément imbriquées, ces économies reposent sur des forces de travail, des modalités d’échange et des biens ou valeurs qui sont distincts. En proposant d’étudier les dynamiques économiques à l’œuvre dans la PMA, ce numéro de Nouvelles Questions Féministes met en lumière les processus matériels et symboliques qui contribuent à reproduire et produire d’anciennes et nouvelles formes d’inégalités. Les articles du Grand angle du numéro révèlent les reconfigurations du système de genre en revisitant le travail procréatif soumis aux logiques économiques d’un marché globalisé. Les auteures analysent ainsi les enchevêtrements complexes de cette chaîne mondiale de la procréation et sa stratification selon des lignes sexistes, racistes et classistes.

Sommaire

Nolwenn Bühler, Irène-Lucile Hertzog, Marta Roca i Escoda et Véronique Boillet
La production biomédicale d’enfants : entre stratification et globalisation

Claire Grino
Quand congeler revient déjà à genrer : une étude comparative du développement des techniques biomédicales de cryopréservation des gamètes humains mâles et femelles

Marie Mesnil
Des ovocytes sous contrôle. Regards franco-suisses sur l’encadrement juridique du don et de l’autoconservation d’ovocytes

Marlène Jouan et Clémence Clos
Le privé est politique… et économique ! Pour une économie politique du travail de gestation pour autrui

Carolin Schurr
De la biopolitique aux bioéconomies : PMA et (re)production de la blanchité sur le marché de la GPA au Mexique

Venetia Kantsa
Investissements futurs : Loi, technologies et l’ordre de la parenté en Grèce

Présentation du numéro
Edito
Résumés

Colloque – Famille, pouvoir et inégalités (30.11.20, visioconférence)

Le colloque Famille, pouvoir et inégalités, organisé par l’unité « Genre sexualité et inégalités » de l’Ined, se tiendra lundi 30/11 par visioconférence. Veuillez trouver le programme ci-dessous et ci-joint.Pour participer au colloque, il est nécessaire de s’inscrire au préalable. Après inscriptions, vous recevrez un émail de confirmation avec les informations nécessaires pour se connecter le 30/11. Le nombre de places est limité à 100 participant.e.s.

9H15 : OUVERTURE

Ouverture : Magda Tomasini, directrice de l’Ined

Introduction : Marie Bergström & Mathieu Trachman (Ined)

9H30-11H : LA PLACE DES MINORITÉS SEXUELLES AU SEIN DES FAMILLES
Discutant : Wifried Rault (Ined)

Camille Masclet (CESSP, CNRS) : Coming-out familiaux, et après ? Des processus d’acceptation parentale contrastés

Tania Lejbowicz (Ined, Université Paris Nanterre) : Détresse psychologique des femmes lesbiennes et bisexuelles : quels liens avec la connaissance et acceptation parentales de leur identification minoritaire ?

11H15-12H45 : INÉGALITÉS ET ENFANCE
Discutante : Lidia Panico (Ined)

Sébastien Roux (LISST, CNRS) : Le coeur et ses raisons. Amour, altérité et préparation dans le monde de l’adoption

Kevin Diter (EHESP) : “C’est quand qu’on va où ?” : les rapports socialement différenciés au temps des adolescent.e.s et de leurs parents

14H-15H30 : INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES, INÉGALITÉS DE GENRE
Discutante : Hélène Périvier (Sciences Po)

Angèle Jannot (Ined, Université Paris 8) : Des inégalités de revenus aux inégalités de richesse dans la famille : le rôle du genre dans les transactions économiques quotidiennes au sein des couples parentaux hétérosexuels

Anne Lambert (Ined) : Emploi, télétravail et conditions de vie : une analyse des dissensions conjugales à l’heure de la pandémie de covid-19

15H45-17H15 : VIOLENCES AU SEIN DE LA FAMILLE : LES APPORTS DES ENQUÊTES VIRAGE
Discutante : Pauline Delage (CSU, CNRS)

Amélie Charruault (Ined, Univiersité Paris 1) : Les réactions des filles et des garçons suite aux violences subies dans la famille et son entourage: se taire, parler ou dénoncer ?

Stéphanie Condon et l’équipe Virage Outre-mer (Ined) : Genre et contextes relationnels des violences dans l’entourage familial à La Réunion

17H15 18H00 : CONFÉRENCE DE CLÔTURE
Présidence : Michel Bozon (Ined)

Céline Bessière (Université Paris Dauphine) & Sibylle Gollac (CSU, CNRS) : Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités

Journée organisée par Marie Bergström, Marie Digoix, Tania Lejbowicz, Mathieu Trachman & Lucie Wicky

Programme

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 26 novembre 2020

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 15 octobre 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 1080 (9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers. Métro Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Virginie Loizeau et d’Aden Gaide.

Virginie Loizeau (doctorante en sociologie à Rennes 2) présentera une communication intitulée : Maladie respiratoire chronique de l’enfant et dimension genrée des rôles parentaux : le cas de la mucoviscidose

Aden Gaide (doctorant en sociologie à Sciences Po) présentera une communication intitulée : Quand son enfant devient parent pendant ses études supérieures. Ce que les réactions des parents révèlent de leur rapport aux études de leur enfant (indisponible)

Myriam Chatot (postdoctorante en sociologie à l’IRISSO) présentera une communication intitulée : Enquêtes confinées – Enjeux méthodologiques de l’enquête à distance

Latelier aura lieu par visioconférence. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Programmation 2020-2021 des ateliers sur Calenda

Colloque – Féminismes Matérialistes 15-16.10.2020, Paris)

Le colloque « Féminismes Matérialistes : Héritages épistémologiques et politiques, Réappropriations contemporaines » aura lieu les 15 et 16 octobre prochains à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. Compte-tenu de la situation sanitaire actuelle, le nombre de places est limité : les personnes intéressées sont priées de s’inscrire par mail à l’adresse suivante : Philo-recherche@univ-paris1.fr 
En raison du nombre de places limitées, une captation audio des interventions est prévue ; les podcasts seront mis en ligne sur le site de l’ISJPS après le colloque.

Organisation : Audrey Benoit, Marie Garrau, Mona Gérardin-Laverge et Mickaëlle Provost 
Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. 

Jeudi 15 octobre
9h30 : Accueil et introduction des organisatrices 

10h-12h30. Session 1 : Travail et oppression 
(Présidence : Isabelle Aubert, U. Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Aurore KOECHLIN (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le concept de travail reproductif : enjeux théoriques et politiques »
Alexis CUKIER (U. de Poitiers) : « Travail, capitalisme et patriarcat dans les féminismes matérialistes en France et en Italie »
Marie GARRAU (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Travail de care ou travail reproductif ? » 

12h-14h : Pause déjeuner

14h-16h30. Session 2 : Le constructivisme matérialiste en question
(Présidence : Magali Bessone, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Marlène JOUAN (U. Grenoble Alpes) : « Penser le travail de gestation pour autrui : un enjeu féministe de réconciliation des « ancien » et « nouveau » matérialismes ? »
Claire GRINO (U. de Genève) : « Remue-ménage dans les théories féministes autour de la conception du corps : qu’en est-il de la perspective matérialiste aujourd’hui ? »
Mickaëlle PROVOST (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Tensions matérialistes à propos de l’expérience vécue de la domination » 

Vendredi 16 octobre 
9h30-12h. Session 3 : Peut-on encore parler de classe des femmes ?
(Présidence : Mona Gérardin-Laverge, U. Paris Ouest Nanterre, Audrey Benoit, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Isabelle CLAIR (CNRS, IRIS) : « Le féminisme matérialiste face au féminisme poststructuraliste »
Pauline CLOCHEC (U. Picardie Jules Verne) : « Classes de sexe et transsexualité »
Elsa DORLIN (U. Paris 8) : « L’idéologie du genre » 

12h-14h : Pause déjeuner 

14h-16h. Session 4 : Perspectives d’articulations théoriques et politiques
(Présidence : Alexandrine Guyard-Nédélec, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Sophie NOYE (SciencesPo Paris) : « Penser le sujet féministe entre classe et multitudes »
Vanina MOZZICONACCI (U. Paul Valéry-Montpellier) : « Des institutions utopiques. Articuler care et matérialisme à l’endroit de l’éducation féministe » 

Conclusion des organisatrices.

Programme en ligne

RPSF-AAC Instituer la famille, entre parenté et parentalité. Résumé d’article pour le 1er juillet 2020

La Revue des politiques sociales et familiales (RPSF) lance un appel à articles scientifiques pour son numéro thématique Instituer la famille, entre parenté et parentalité.

Présentation du numéro thématique

La parentalité est souvent pensée comme relevant de la sphère “privée”. Pourtant, elle n’en est pas moins surveillée et encadrée par un ensemble d’institutions, que Jacques Donzelot (1977) qualifie de “police des familles”. Les institutions légales par exemple régulent l’accès au statut de parent (la parenté) et l’établissement de la filiation, tandis que les institutions médicales encadrent l’engendrement, notamment dans le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) ou aux moyens de contraception. De même, l’exercice du rôle de parent (la parentalité) fait intervenir un ensemble d’agents institutionnels : des professionnels de l’enfance à ceux de l’éducation, en passant par les services sociaux.

Ces institutions sont aussi porteuses de normes dominantes quant à la famille.Les institutions peuvent être entendues comme d’une part l’incarnation physique et organisationnelle dans des lieux dédiés à la prise en charge des individus (soin, école, justice) d’une organisation sociale formelle possédant une certaine légitimité, voire exerçant une contrainte sur les individus. Les agents institutionnels, de par leur rôle, sont soumis au fonctionnement de l’institution. Ils agissent alors en prescripteurs de normes auprès des usagers de l’institution. Toutefois, une prise d’autonomie par rapport à l’institution est possible de la part des professionnels institutionnels, ou encore des usager.ères qui peuvent adhérer ou non aux discours portés par les institutions. Une marge de manœuvre existe et peut être étudiée quant aux rôles et aux injonctions préconisés. D’autre part, dans une seconde approche, nous pouvons penser l’institution comme plus diffuse, moins incarnée dans des lieux que dans des individus ou des groupes (famille, religion, médias, etc.). Pour autant, des agents s’y trouvent également être prescripteurs d’une morale ou de normes invitant les individus à moduler leurs pratiques ou leurs croyances. Dans ces deux approches, les « travailleurs sur autrui » (Dubet, 2002) ont une influence manifeste sur les individus (et en l’occurrence sur les parents ou parents potentiels) en ce qui concerne leur projet d’enfant, leurs pratiques et leurs représentations. Nous porterons donc notre attention sur les relations entre ces protagonistes.


Les sciences sociales distinguent trois dimensions sur lesquelles ces normes peuvent agir : l’engendrement biologique, la parenté légale, et la parentalité quotidienne. Ces aspects ont pu être abordés à partir de “cas limites” dans lesquelles ces dimensions sont dissociées. Ces parentalités “par les marges” sont éclairantes pour mettre en évidence les représentations des professionnels, et comprendre par exemple comment la norme de biparentalité (devenir et exercer son rôle de parent dans un couple hétérosexuel) limite la possibilité pour les agents institutionnels et les individus de penser une pluriparentalité de formes familiales (familles homoparentales, monoparentales, recomposées, etc.). Toutefois, l’intérêt de ces objets de recherche ne doit pas pour autant laisser de côté l’étude de parentalités “ordinaires” pour saisir le rapport entre individus et institutions, quant à la formulation d’un projet d’enfant, l’établissement de la filiation, et l’exercice du rôle de parent.

Les enjeux de “soutien à la parentalité” ont par ailleurs été largement étudiés, mais les résistances éventuelles des familles face aux normes institutionnelles le sont moins souvent. Ce numéro s’attachera à mettre en lumière les stratégies de retrait vis-à-vis des institutions (entendues au sens large du terme) de certains parents au nom de conceptions alternatives de l’engendrement, de la filiation ou de la parentalité aux normes dominantes. Enfin, l’emploi du terme de “parent”, sans distinction de sexe, dissimule les déclinaisons de cette fonction ou de ce statut suivant que le parent est un homme ou une femme. Ce numéro souhaite aussi interroger la façon dont les injonctions portées par les expert.es et les pratiques des (futurs) parents se déclinent entre paternité et maternité.

Ce numéro questionnera l’articulation entre les institutions et d’une part la parenté, d’autre part la parentalité, à travers deux axes (détaillés dans l’appel) :
– Axe 1 : Qui a le droit de devenir parent ? Les projets d’enfants encadrés par les institutions.
– Axe 2 : Quelles collaborations entre parents et institutions dans l’éducation des enfants ?

Axe 1 : Qui a le droit de devenir parent ? Les projets d’enfants encadrés par les institutions

Le numéro propose d’approfondir les réflexions autour de la question suivante : qui peut devenir parent et dans quelles conditions ? Quelles sont les normes portées par des cadres institutionnels désignant qui peut devenir ou être considéré comme parent ? Le “devenir parent” est souvent envisagé comme une affaire privée, auquel tout individu adulte aurait accès. Or, cet accès est encadré par un ensemble d’institutions, qu’elles soient médicales, judiciaires, etc., et ce d’autant plus lorsque cela concerne un désir d’enfant empêché ou contrarié (infertilité, célibat, relation de couple homosexuelle, etc.). Le parcours du “devenir parent” est en effet soumis à un ensemble de normes socialement définies ; les “bonnes” conditions étant souvent pensées sous l’angle de la stabilité conjugale, professionnelle et économique, et dans une tranche d’âge donnée (Bajos, Ferrand, 2006). Ceci est particulièrement visible au sein de dispositifs encadrant l’engendrement ou l’accès au statut de parent, comme dans le cas de l’AMP en France (Löwy, 2006) ou encore dans l’accès à l’adoption, dans lesquels les agents institutionnels ont un rôle d’écoute ou d’accompagnateur et délivrent un agrément autorisant l’adoption. Les professionnels (médicaux, juridiques, sociaux) se font aussi le relai des normes dominantes de parenté et de parentalité en sélectionnant et en écartant par exemple des couples de protocoles en AMP (Tain, 2005 ; Schuller, 2018), en évaluant les individus candidats à l’adoption (Ramos, Kertudo, 2014), en évaluant leur conformité aux “bonnes conditions” pour devenir parent, et selon leur genre.

Cet axe vise donc à interroger les conditions d’accès des individus au statut de parent, en négociation avec les institutions. Réciproquement, nous pouvons nous attacher aux cas où l’accès au statut de parent constitue un impensé de la part des agents institutionnels, en raison des caractéristiques particulières de l’individu (par exemple en cas de maladie ou de handicap). Plus largement aussi, il existe des configurations dans lesquelles les individus endossent le rôle de parent sans pour autant être reconnus comme tels (aîné d’une fratrie, grands-parents, etc.), ou à travers le statut de beau-parent suite à une recomposition familiale (Cadolle, 2013).

Axe 2 : Quelles collaborations entre parents et institutions dans l’éducation des enfants ?

Depuis la fin des années 1990, un volet de soutien à la parentalité est intégré aux politiques familiales. Son objet premier est d’accompagner les parents dans leur rôle d’éducateur (Neyrand, 2011). Au-delà d’une guidance relative des fonctions éducatives, le soutien à la parentalité peut parfois être perçu comme une injonction adressée aux parents pour qu’ils exercent leur responsabilité et leur autoritéparentale selon des modalités définies par les normes dominantes, intériorisées par les agents institutionnels. C’est au travers de des actions plurielles d’acteurs de l’éducation et du travail social que les parentalités sont permises, modulées et orientées. Les parentalités se pensent donc et se vivent en relation et en référence aux institutions et à ses experts. Ainsi, par le biais d’échanges avec des professionnels surtout, et avec d’autres parents parfois, des normes sont transmises afin d’orienter les comportements des parents et de corriger un certain nombre de pratiques éducatives. Ce sont également des rôles genrés qui sont co-construits en interaction avec les institutions. Les agents institutionnels, lorsqu’ils s’adressent à des pères et/ou des mère s, vont ainsi adapter leur comportement, leurs attentes ou leurs discours en fonction du genre de leur interlocuteur ou interlocutrice. De la même façon, les pères et les mères ne s’adressent peut- être pas aux mêmes institutions et ne s’en saisissent probablement pas de la même manière. Il s’agira de comprendre comment les parents composent avec les prescriptions institutionnelles multiples et parfois contradictoires qui leur sont renvoyées : comment affectent-elles l’exercice de leur parentalité ? De quelles marges de manœuvre les parents disposent-ils ? Quelles résistances opposent-ils ?

Ces questions peuvent être étudiées dans plusieurs cadres. L’école est une institution qui structure fortement la famille (Terrail, 1997). D’autres institutions, telles que les organismes de santé (en imposant des normes d’hygiènes et de soins, notamment pour la petite enfance) ou des institutions juridiques (faisant évoluer les structures et schémas familiaux) façonnent également le vécu parental. En nous situant du point de vue des structures et de ses usagers, nous pouvons en premier lieu nous demander à quel type de parents s’adressent spécifiquement les injonctions normatives (familles populaires, homoparentales ou adoptantes) ou encore les offres de soutien àla parentalité. Elsa Ramos et Pauline Kertudo (2014) ont par exemple montré comment les professionnels de l’adoption promeuvent auprès des parents une norme de la disponibilité parentale mais aussi la nécessité de s’adapter aux “spécificités” de l’enfant. En second lieu, nous pouvons questionner les effets des institutions sur les bénéficiaires (les parents et leurs familles) dans leur possibilité d’exercer un rôle de parent, et dans la latitude laissée aux parents pour l’exercer hors des normes prescrites. Dans certaines institutions, le statut de parent n’est en effetpaspensé,commel’amontréMarineQuennehen(2019)auseindel’institutioncarcérale qui n’envisage pas les détenus hommes comme des pères pouvant avoir recours à des dispositifs spécifiques pour passer du temps avec leurs enfants et jouer un rôle dans l’éducation de ces derniers.

À travers ces deux axes, l’objectif général de ce numéro est de saisir comment un ensemble d’acteurs institutionnels sont amené·es à intervenir dans l’exercice du rôle de parent, soit en tant que prescripteurs de normes éducatives ou de soin, soit en prenant en compte ou en excluant la possibilité pour les individus de devenir parent ou d’exercer le rôle de parent.

Le numéro thématique comporte 3 parties (les articles de « Synthèses et statistiques » seront particulièrement appréciées) :  – les « Articles scientifiques » (60 000 signes espaces compris maximum). Il s’agit de contributions originales fondées sur un matériau empirique ;-  les articles de « Synthèses et statistiques » (30 000 signes) proposent des analyses de littérature grise, de synthèses de recherche ou d’études quantitatives ou qualitatives problématisées qui se situent dans le champ couvert par la RPSF ;- les « Comptes rendus » sont des présentations d’ouvrages (8 000 signes) et de colloques (20 000 signes), problématisées en rapport avec les domaines d’intérêt de la revue.


Modalités de proposition
Les auteur·es envoient d’ici le 1er juillet 2020 un résumé (200 mots env.) et ses mots-clés en indiquant si l’article est proposé pour la première ou la deuxième partie de la revue, dans quel axe il s’inscrit, ainsi qu’une brève note biographique. Si la proposition de résumé est acceptée, l’article est à envoyer pour le 1er septembre 2020 pour au plus tard pour être expertisé (double évaluation) et discuté en Comité de rédaction. Les articles de synthèse ou d’études statistiques doivent être envoyées pour le 1er octobre 2020. Il n’y a donc pas de garantie de publication de l’article avant validation par les experts scientifiques et acceptation de l’article en Comité de rédaction, au premier semestre 2021.Les résumés sont à envoyer au reppama.contact@gmail.com et rpsf@cnaf.frVoici les consignes aux auteurs de la revue à respecter pour tous les articles soumis :http://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Documents/Dser/PSF/RPSF%20_%20Recommandations%20auteurs.pdf


Calendrier
– 1er juillet 2020 : Soumission des résumés d’articles
– 15 juillet 2020 : Retour aux auteur.es
– 1er septembre 2020 : Soumission des articles scientifiques
– 1er octobre 2020 : Soumission des articles de synthèse ou d’études statistiques

Histoire de la revue

Créée en 1985, la Revue des politiques sociales et familiales (Recherches et Prévisions de 1985 à 2009, puis Politiques sociales et familiales jusqu’en mars 2015) est une publication scientifique trimestrielle et pluridisciplinaire à comité de lecture. Elle publie des travaux de recherches originaux dans le champ des politiques familiales et sociales (dispositifs d’action publique, prestations, offres de services, acteurs de ces politiques, publics visés, etc.) ainsi que sur les évolutions touchant à la famille, l’enfance, la jeunesse et la parentalité. La revue accepte des articles de toute discipline en sciences humaines et sociales. Son caractère pluridisciplinaire oblige les auteurs à adopter un langage clair et à préciser ce qui ne relève pas du langage courant (présentation de dispositifs, de concepts théoriques, de méthodes d’enquêtes particulières, etc.).

N’hésitez pas à diffuser l’information dans vos réseaux


Myriam Chatot, Marie-Caroline Compans, Marine Quennehen et Zoé Yadan

Parution – Aux frontières de la parenté. Un éclairage par les marges

Le dernier numéro de la revue Émulations porte sur les « frontières de la parenté ». Ce numéro thématique est le fruit des réflexions du groupe de recherche EnCoRe en anthropologie et sociologie du corps, de la parenté, des seuils, des techniques de reproduction assistée et du genre, depuis 2018.

Résumé :
Que peut nous apprendre la question des marges sur la parenté ? Réciproquement, comment les études sur la parenté contribuent-elles à éclairer le rapport des marges à la norme ? Comment les notions de marge, confins, frontières ou limites sont-elles comprises et opérantes selon les époques et les espaces géographiques ? À travers cinq articles originaux et un double entretien, ce numéro éclaire la diversité des acceptions de ces notions par la description des pratiques, des représentations et des normes qui leurs sont associées. Il est une invitation à réinterroger des thématiques classiques de l’anthropologie telles que l’alliance, le rapport entre vivant·e·s et défunt·e·s, le genre et la filiation.

Conférence – Having it all – How couples around the world create equality at home (26.02.2020, Paris)

Portrait of Professor Francine Deutsch ©Mount Holyoke College

Francine M. Deutsch, Professor Emerita of Psychology at Mount Holyoke College (Massachusetts, USA), will present her forthcoming book, Creating Equality at Home: How 25 Couples around the World Share Housework and Childcare. Creating Equality at Home tells the fascinating stories of couples around the world today who are thwarting social norms and achieving equality. Their everyday decisions about who cooks the food, washes the dishes, diapers the baby, helps with homework, and whose career is compromised to make time for family life, add up to a gender revolution. Often driven by either what they admired or rejected in their own mothers and fathers, these couples reject the prescription that men’s identities are determined by paid work, and women’s by motherhood. They show that men can put family first and are as capable of nurturing as women, and that women can pursue careers as seriously as their husbands do. Equally-sharing couples go beyond lip service to gender equality by building a new kind of family. They demonstrate that equality can provide profound rewards for men, women, marriage, and children.

Marta Dominguez Folgueras, Associate Professor at OSC-Sciences Po andd Director of the Department of Sociology, will initiate a discussion of the issues raised in the presentation.

Wednesday February 26, 2020, 5:00 – 7:00 PM Amphithéâtre Simone Veil, 28 rue des Saints-Pères, 75007 Paris Contact: valerie.richard@sciencespo.fr

REGISTRATION IS MANDATORY

Séminaire – La carrière scientifique au croisement de deux institutions « gourmandes »: l’université et la famille (31.01.2020, Aubervilliers)

Le séminaire à l’EHESS « Présences sociales: Genre, care et temporalités » se mobilise à sa manière contre la réforme inique des retraites et contre ce qui nous attend avec la LPPR dans l’ESR. Ainsi, la sociologie des présences sociales est ici appréhendée pour penser le mouvement social et ses enjeux. C’est une approche féministe, temporaliste et pragmatique du care, pour comprendre les temporalités du travail académique, les logiques genrées des carrières et des retraites, la division du travail et le rôle déterminant des présences sociales dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Dans cette optique, sera menée le Vendredi 31 janvier 2020, de 13H à 15h au Campus Condorcet,  salle 0.018, bâtiment Recherche Sud, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers, une discussion sur la régulation de la recherche, les tensions que cela génère, les mécanismes d’évaporation des femmes, le problème de l’articulation entre parcours de vie et engagement dans une carrière scientifique, les questions sociologiques que posent la réforme…

Elle sera introduite par un exposé des recherches menées sur les temporalités et l’expérience des post-doctorants, par Pascal Barbier, sociologue, Maître de conférences à l’Université Paris 1, CESSP & Bernard Fusulier, sociologue, Directeur de recherches au FNSR et Professeur à l’Université Catholique de Louvain : « La carrière scientifique au croisement de deux institutions « gourmandes »: l’université et la famille »
Avec sous réserve de leur disponibilité, la participation de membres du collectif des précaires de l’ESR.

Conférence – Who cares for the children ? Gender and transnational families (27.01.2020, Paris)

Rhacel Salazar Parreñas is Professor of Sociology and Gender and Sexuality Studies at the University of Southern California. She is the author of numerous books and articles on gender, family, labor, migration and the political economy of globalization. In 2019, she was honored with the Jessie Bernard Award by the American Sociological Association in recognition of her contributions to our understanding of women in society.

She will address the question of how gender constitutes and is constituted in transnational households. It draws from a two year ethnographic study on children raised from a distance in the Philippines by migrant parents across the diaspora. While the talk empirically establishes the continued relegation of housework and childcare to women, including in the household of migrant mothers, it also engages the implications of such a finding to feminist theory. It explains the stalled gender revolution in the formation of transnational households with migrant mothers and establishes the significance of examining gender from a relational and not solely an identity perspective. The conference will be moderated by Hélène Le Bail and Hélène Thiollet, researchers CNRS at Sciences Po’s Center for International Studies (CERI).

Monday January 27, 2020 5:00 – 7:00 PM
Sciences po, Amphithéâtre Jacques Chapsal, 27 rue Saint Guillaume, 75007 Paris
Contact / inscriptions externes : valerie.richard@sciencespo.fr

Séminaire – Des hommes et des contraceptions (04.02.2020, Paris)

Le Laboratoire Contraception&Genre vous convie à la douzième séance de son séminaire, qui aura lieu le mardi 4 février 2020, de 14h à 17h, sur le nouveau site de l’INED, au campus Condorcet (9 cours des Humanités, à Aubervilliers). La salle exacte sera communiquée en janvier, lorsque l’INED sera installé dans ses nouveaux locaux.

  • Mireille Le Guen, démographe, en post-doctorat à l’UCLouvain et associée à l’Ined, pour une présentation intitulée : « Étudier les pratiques contraceptives des hommes : révéler la norme contraceptive genrée et interroger les masculinités »    
  • Cécile Thomé, docteure en sociologie, ATER à Sciences Po Grenoble, pour une présentation intitulée : « Étudier la contraception à travers les discours des hommes : une pratique « féminine » entre mises à distance et appropriations »

 La discussion sera assurée par des membres de l’ARDECOM
L’entrée est libre mais nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire préalablement, pour des raisons d’accès au bâtiment : contraception.genre@gmail.com

Appel à communication – Approches de l’articulation des Temps Sociaux (31.01.2020)

Les Doctoriales du RT48 auront lieu le 28 et 29 mai 2020 à Paris et proposent d’accompagner les travaux de publication de doctorant.e.s et/ou jeunes docteur.e.s qui travaillent sur des objets ayant trait à l’articulation des temps sociaux et aux activités qui les accompagnent à savoir : l’emploi, les activités familiales, les solidarités de proximité, les engagements civiques et politiques, les loisirs … Ces Doctoriales proposent ainsi de donner à voir l’actualité de la recherche autour de cette dimension transversale de la question sociale, qu’elle soit saisie selon des approches propres à la science politique ou à la sociologie.

Le principe de cette journée est de donner la parole à des jeunes chercheur.e.s dans un cadre bienveillant, stimulant et respectueux de la confidentialité des travaux en cours. Des premières versions d’articles ou de chapitres d’ouvrage seront ainsi discutées par des sociologues et politistes s’intéressant à ces problématiques. Les Doctoriales sont ouvertes à tout.e.s doctorant.e.s déjà avancé.e.s dans leur travail, à partir de la deuxième année de thèse et aux jeunes docteur.e.s ayant soutenu leur thèse de doctorat à partir du 1er janvier 2018.

Modalités de participation

Pour participer à cette journée, les personnes intéressées devront faire parvenir pour le 31 janvier 2020 à rt48.afs@gmail.com une note d’intention de l’article qui sera discuté en mai. Il s’agira notamment de préciser dans une proposition de 5000 à 8000 signes : le terrain empirique mobilisé, l’angle de réflexion qui sera mis en discussion, les méthodes utilisées et la place de cet article dans l’économie générale de la thèse.

Sur la base de ces propositions, les personnes sélectionnées devront envoyer la version de l’article à discuter d’ici au 4 mai 2020, date impérative afin que les rapporteur.e.s puissent faire leur travail de relecture. La proposition fera l’objet d’une discussion par deux chercheur.e.s confirmé.e.s, dont l’un est membre du bureau du RT48.

Consulter l’appel sur le site du RT48

Soutenance – La sexualité aux temps de la contraception : Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 – années 2010) par Cécile Thomé (18.11.2019, Paris)

14h à l’Ined, salle Alfred Sauvy (133, boulevard Davout, 75020 Paris)

Résumé de la thèse
Ce travail de thèse porte sur les recompositions de la sexualité hétérosexuelle et des rapports de genre en France, depuis les années 1960, dans un contexte de généralisation de l’utilisation de la contraception médicale. Il vise à faire la sociogenèse des scripts de la sexualité « contraceptée », que cette contraception soit assurée par des moyens « médicaux » (méthodes hormonales, stérilet au cuivre, stérilisation), des méthodes barrières (préservatif masculin ou féminin, diaphragme, spermicides) ou encore par des méthodes alternatives souvent qualifiées de « naturelles », comme le retrait ou les méthodes d’auto-observation (méthode Ogino, méthode des températures, méthode Billings, méthode symptothermique). Le travail s’appuie sur trois types de matériaux : des données d’archives et des témoignages écrits, une analyse secondaire de données quantitatives et 71 entretiens semi-directifs avec des hommes et des femmes ayant entre 20 et 84 ans. Il s’agit, à partir de ces matériaux, de rendre compte des représentations naturalisées de la sexualité, du désir et du plaisir sexuels, ainsi que des rapports de pouvoir qui sont mis au jour par l’étude concrète des pratiques contraceptives et sexuelles. La thèse restitue d’abord la construction et le déroulement de l’enquête, en interrogeant épistémologiquement la sexualité aux différentes ères de la contraception. Il s’agit de réfléchir à la construction d’un objet qui ne va pas « de soi », ainsi que de mener une réflexion méthodologique sur les conditions de possibilité d’une telle recherche sur la sexualité. Puis c’est une démarche sociohistorique qui est adoptée, avec l’étude de l’évolution de l’articulation entre sexualité et contraception, en particulier autour de la diffusion de la contraception médicale (années 1960-1970) et de celle du préservatif (années 1980-1990). La recherche montre que le plaisir sexuel des femmes n’est pas né avec la pilule, mais également que les rapports de genre autour de la sexualité se sont largement recomposés dans cette période, alors que la contraception passait du statut de compétence masculine à celui de responsabilité féminine. En se centrant ensuite sur le milieu des années 2010, la thèse s’appuie sur l’étude détaillée des pratiques contraceptives, pour approcher la sexualité et les réflexivités sexuelles créées par chaque méthode. Revenant successivement sur les méthodes médicales, les méthodes barrières et les méthodes alternatives de contraception, elle met au jour trois types de réflexivité sur la sexualité (attentive, obligatoire et amplifiée). Le travail contraceptif impliqué par chaque méthode y est également interrogé, de même que ses effets en matière de désirs, de plaisirs et de pratiques sexuelles. Enfin, ce travail met en évidence, grâce à l’étude de la contraception, certains fondements de la sexualité hétérosexuelle contemporaine. Ce sont en particulier la force de la réciprocité, la centralité de la pénétration pénovaginale et la nécessité des disponibilités physique et émotionnelle pour le bon déroulement du script « banal » qui sont mises en évidence, ainsi que le travail des femmes sur la sexualité pour produire la spontanéité de ce script.

Live-tweet de la soutenance

Séminaire – Santé reproductive, technopouvoirs et féminisme (Paris, 2019-2020)

1er et 5e lundis du mois de 13 h à 16 h (salle AS1_24, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2019 au 4 mai 2020. Séance supplémentaire le 8 juin 2020 (salle AS1_23, même horaire, même adresse)

Ce séminaire de recherche vise à enquêter sur les rapports des mouvements féministes au progrès technique et biomédical, et ce dans une perspective à la fois transnationale, socio-historique et intersectionnelle. Nous analyserons les relations en constante mutation entre genre, santé et action collective en nous appuyant sur la grande variété d’expériences, réflexions et actions  féminines. Nous chercherons à saisir les controverses, débats et contestations relatifs aux technologies reproductives en lien avec les transformations des conceptions féministes de la nature, du biologique et du médical. Nous nous intéresserons également aux dénonciations, parfois croisées, des ‘dégâts’  de la société industrielle et de la biomédecine reproductive, décriés en tant que manifestations de multiples (in)justices reproductives et/ou environnementales. Seront ainsi mobilisées une kyrielle d’études empiriques allant des mouvements self-help d’avortement et d’accouchement aux réseaux internationaux d’opposition aux technologies reproductives lancés dès les années 1970 en passant par les ‘épidémiologies populaires’ engagées autour des effets secondaires de la pilule ou encore des médicaments consommés pendant la grossesse.

Programme détaillé

Ce séminaire de recherche fait partie du projet ANR « Hypmedpro » coordonné par Sezin Topçu. Pour plus d’information sur le projet : https://hypmedpro.hypotheses.org