Archives par mot-clé : france

Soutenance – Le jeu de la pourpre et du bâtard : Les enfants illégitimes de patriciens face à l’aristocratie vénitienne à travers cinq procès en justice civile au dernier siècle de la République (1694-1780) par Marie Malherbe (18.12.2020)

Mme Marie Malherbe soutiendra sa thèse d’histoire le 18 décembre 2020, à l’Université de Rouen Normandie (soutenance ‘en distanciel’), réalisée en cotutelle internationale Université de Rouen Normandie et Università degli Studi di Padova (Italie) :

« Le jeu de la pourpre et du bâtard : Les enfants illégitimes de patriciens face à l’aristocratie vénitienne à travers cinq procès en justice civile au dernier siècle de la République (1694-1780) »

RÉSUMÉ
Le régime politique original de la République aristocratique de Venise a produit un « système patricien » dans lequel familles et gouvernement sont intrinsèquement liés. De façon non surprenante, l’accès exclusif au pouvoir politique a généré des règles strictes d’hypodescendance. À partir de la moitié du XVIIe siècle, les défis économiques et politiques de la République ont à la fois remis en question et exacerbé la rigidité de ce modèle de parenté au bord de la rupture. Les enfants illégitimes de pères patriciens incarnent toute cette tension. Le statut successoral de ces êtres hybrides reflète la place que ceux-ci étaient censés occuper -ou ne pas occuper- dans la famille et la société, la marge de manœuvre laissée par les normes juridiques donnant lieu à une variété de cas de figure, mais aussi à des conflits.  
Les archives vénitiennes ont révélé des factums destinés à des procès intentés par des enfants illégitimes devenus adultes contre les héritiers patriciens de leur père, entre 1694 et 1783. Cette thèse est la première recherche basée sur les factums vénitiens d’Ancien Régime en justice civile, ou stampe in causa.  
Ces affaires mettent en scène des protagonistes variés, hommes et femmes, patriciens et non patriciens, bien-nés et mal-nés, essayant de faire le meilleur usage possible de la matière juridique et des procédures à leur disposition pour faire entendre leur voix. Ces voix discordantes, autant que celles des juges des diverses cours compétentes, prouvent la coexistence d’interprétations contradictoires de la parenté. Ce travail se propose d’analyser ces affrontements dans une perspective d’anthropologie juridique afin de dégager les « règles » complexes et inattendues de ce qui, dans un système judiciaire sophistiqué, apparaît comme un subtil ‘jeu de la pourpre et du bâtard’.

JURY
• Prof. Anna Bellavitis, Professeure d’histoire moderne, GRHIS-Université de Rouen, directrice de thèse
• Prof. Luciano Pezzolo, Professore ordinario di storia moderna, Università Ca’Foscari (Venise), codirecteur de thèse
• Prof. Claire Châtelain, chargée de recherches HDR/CNRS, Centre R. Mousnier/Sorbonne Université (Paris), examinatrice
• Prof. Roberto Bizzocchi, Professore ordinario di storia moderna, Università di Pisa (Pise), examinateur
• Prof. Margareth Lanzinger, Professorin für Wirtschafts- und Sozialgeschichte des 16. bis 19. Jahrhunderts, Universität Wien (Vienne), rapporteure
• Prof. Francisco García González, Profesor Catedratico de Historia moderna, Universidad de Castilla-La Mancha (Albacete), rapporteur

Plus d’informations

Soutenance – L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique par Hélène Malmanche (11.12.2020)

Hélène Malmanche (CESPRA) soutiendra sa thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie intitulée « L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique) », sous la direction d’Irène Théry (directrice d’études à l’EHESS) le vendredi 11 décembre 2020 à 14h00 par visioconférence. Pour y assister, merci de la contacter par mail : h.malmanche@ehess.fr.

Le jury sera composé de :

Laurence Hérault, anthropologue, Aix-Marseille Université, rapporteure
Virginie Rozée, sociologue, Institut national d’études démographiques, rapporteure
Jérôme Courduriès, anthropologue, Université Toulouse Jean Jaurès
Liora Israël, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales
Séverine Mathieu, sociologue, École Pratique des Hautes Études
Rayna Rapp, anthropologue, New-York University
Irène Théry, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales, directrice de thèse

***
Résumé :

Le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) avec tiers donneur est régi en France par les lois dites « de bioéthique » depuis 1994, qui balisent l’organisation des dons de gamètes et d’embryons en les réservant aux seuls couples hétérosexuels en âge de procréer. En raison des restrictions d’accès que pose ce cadre, et des difficultés à trouver un nombre suffisant de donneurs et donneuses pour répondre aux besoins croissants, de nombreuses personnes se tournent vers l’étranger pour bénéficier d’un don de sperme, d’ovocytes, d’embryon ou de gestation. Pour les Françaises et les Français, la Belgique représente le premier pays de destination pour le recours à une AMP transfrontières.

Appréhendés dans leur globalité, les dons de gamètes et d’embryon mais aussi les dons de gestation (la gestation pour autrui) sont autant des pratiques médicales que des pratiques de parenté en tant qu’ils créent une nouvelle forme familiale : la famille issue de don. Cette thèse vise à décrire la pratique de l’engendrement avec tiers donneur, à la fois du point de vue des parents d’intention qui sont engagés dans des parcours d’AMP avec tiers donneur, et du point de vue des praticiens qui accompagnent la construction de cette parenté par le don. Pour cela une double enquête a été réalisée. Premièrement une enquête par entretiens a été menée auprès de parents d’intention ayant eu recours à une AMP avec tiers donneur, qui s’articule en trois volets ; ils permettent chacun d’éclairer respectivement le don d’ovocytes, le don de sperme à des couples de femmes, le don de gestation à des couples d’hommes, des hommes seuls ou des couples de sexe opposé. Deuxièmement une enquête ethnographique de deux ans dans un centre de procréation médicalement assistée en Belgique accueillant des ressortissants français a permis de rendre compte d’une pratique médicale d’engendrement avec tiers donneur.

Dans un contexte où l’engendrement avec tiers donneur est dans une situation d’ « institution incomplète » en France comme en Belgique chacune à des titres différents, cette recherche permet d’éclairer le changement social en train de se faire à travers la question de l’institution de normes émergentes de cette nouvelle manière de faire une famille. Les résultats de l’enquête mettent en exergue le caractère processuel de l’acquisition des places de chaque protagoniste – parents d’intention, donneurs, enfant issu du don – pendant le temps de l’engendrement, qui s’étend depuis l’élaboration du projet parental jusqu’à l’après naissance ; ils rendent comptent de la façon dont des professionnels du soin accompagnent cet engendrement avec tiers donneur à travers un travail relationnel qui prend en compte l’ensemble des dimensions de l’engendrement, de sa composante biologique à la parenté, en passant par la filiation. Enfin ces pratiques médicales et de parenté doivent être replacées dans le contexte global des transformations de l’institution de la famille, ouvrant ainsi à un éclairage, par les sciences sociales, des débats bioéthiques les plus contemporains.

Projection-débat – Ma famille sans frontière (17.12.2020)

Le jeudi 17 Décembre 2020 de 16h à 18h, 1er événement « grand public » organisé par le Réseau de recherche Migrations de l’Asie de l’Est et du Sud-Est en France (MAF) :

Projection-débat autour du film de Minju Song « Ma Famille Sans Frontières »

Avec une table ronde sur le thème : Les dynamiques au sein de familles franco-est asiatique en France.

Inscription requise : https://forms.gle/MvFWytcpWxwNvQgd8

Intervenant∙e∙s 

Minju Song (Réalisatrice)
Beate Collet (Sorbonne Université)
Zongnan Wang (Université de Poitiers)
Kanako Takeda (EHESS/Sorbonne Université, doctorante associée à l’IAO)

Comité d’organisation

Sophie Haas (Diplômée de l’INALCO), Meng Kou (ENS)
Kanako Takeda (EHESS/Sorbonne Université, doctorante associée à l’IAO)
Simeng Wang (CNRS)

Contact
migrations.asiatiques@gmail.com
https://www.migrations-asiatiques-en-france.cnrs.fr/actualites/204-1er-evenement-grand-public-organise-par-maf-projection-debat

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 15 octobre 2020

Affiche du neuvième atelier

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 15 octobre 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 1080 (9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers. Métro Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Kanako TAKEDA et de Marie-Noëlle DABESTANI.

Kanako Takeda (doctorante en sociologie à l’EHESS, Centre George Simmel) présentera la communication suivante : Anticipations parentales dans les couples transnationaux franco-japonais – Analyse des impacts sur la (re)configuration des rapports conjugaux

Marie-Noëlle Dabestani (doctorante en sciences de l’éducation à
Paris 8, CIRCEFT-ESCOL) présentera la communication suivante : Enquêter sur la relation entre école maternelle et familles. Cas d’un « jouet scolaire » et de son cahier introduits au domicile des parents

L’atelier aura lieu en présentiel et par visioconférence. Le nombre de places en présentiel étant limité, merci de nous informer de votre intention d’assister à l’atelier en personne par mail. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Programmation 2020-2021 des ateliers sur Calenda

Atelier du RePPaMa : prochaine séance reportée

REPORTE

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 26 mars 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, R19 (RDC) (9 cours des Humanités, Campus Condorcet à Aubervilliers, M12 Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Aden Gaide et Nouri Rupert.

Aden Gaide (doctorant en sociologie à Sciences Po Paris, Observatoire sociologique du changement) nous fera une présentation basée sur son enquête doctorale : Quand son enfant devient parent pendant ses études supérieures. Ce que les réactions des parents révèlent de leur rapport aux études de leur enfant

Nouri Rupert (postdoctorant en sociologie à l’Université d’Angers, ESO-CNRS) nous fera une présentation basée sur sa thèse : Les normes de parentalités hégémoniques à l’épreuve des familles transnationales – Circulation de femmes-mères franco-marocaines entre le Maroc et la France.

Soutenance – Les lesbiennes en France : représentations du genre et pratiques de résistance à la domination par Camille Frémont (13.12.2018, Caen)

14h à l’Université de Caen Normandie (Campus 1, Bâtiment D (Droit), Salle du Belvédère, 4ème étage)

Résumé de la thèse : En France, dans une société hétéronormative à domination masculine, quelles représentations les mères lesbiennes ont-elles du genre et de la socialisation de genre de leurs enfants ? L’hypothèse principale qui sous-tend la recherche est que la position particulière des lesbiennes dans le système du genre – à la fois dominées et transfuges de la classe des femmes – leur permet un point de vue critique des normes dominantes et les prédispose à transmettre des modèles qui remettent en cause l’ordre du genre. Dans un contexte français d’institutionnalisation progressive de l’homoparentalité marqué par un débat public très houleux (2012-2013), 36 entretiens semi-directifs longs ont été réalisés entre 2011 et 2014 avec des femmes lesbiennes ayant des enfants de moins de douze ans conçus en contexte lesboparental. Malgré une certaine homogénéité des profils qui classent les enquêtées parmi les catégories sociales privilégiées, on constate une hétérogénéité des représentations et des pratiques pour composer avec les normes dominantes. Les mères lesbiennes rencontrées me semblent être des « résistantes ordinaires » à la domination : sans adhésion idéologique aux normes qui les assujettissent, elles sont animées d’une volonté d’intégration. Pragmatiques dans leur lecture du contexte et du contrat social, elles sont attentives à se préserver et à préserver leur famille des effets de l’homophobie. Elles déploient leur résistance du côté de l’infrapolitique pour repousser les limites établies par le cadre contraignant.