Archives par mot-clé : Filiation

Parution – Aux frontières de la parenté. Un éclairage par les marges

Le dernier numéro de la revue Émulations porte sur les « frontières de la parenté ». Ce numéro thématique est le fruit des réflexions du groupe de recherche EnCoRe en anthropologie et sociologie du corps, de la parenté, des seuils, des techniques de reproduction assistée et du genre, depuis 2018.

Résumé :
Que peut nous apprendre la question des marges sur la parenté ? Réciproquement, comment les études sur la parenté contribuent-elles à éclairer le rapport des marges à la norme ? Comment les notions de marge, confins, frontières ou limites sont-elles comprises et opérantes selon les époques et les espaces géographiques ? À travers cinq articles originaux et un double entretien, ce numéro éclaire la diversité des acceptions de ces notions par la description des pratiques, des représentations et des normes qui leurs sont associées. Il est une invitation à réinterroger des thématiques classiques de l’anthropologie telles que l’alliance, le rapport entre vivant·e·s et défunt·e·s, le genre et la filiation.

Appel à articles – Les « états » de la famille suite à la séparation du couple (01.05.2020)

Revue Recherches familiales n° 18, à paraître en janvier 2021

Le dossier du numéro 18 de la revue scientifique Recherches Familiales, à paraître en janvier 2021, est consacré à la famille et aux liens familiaux après une séparation, qu’elle prenne la forme d’un divorce, d’une rupture de PACS ou d’une désunion informelle d’un couple non institué par un acte juridique.

Alors qu’aujourd’hui, dans les pays occidentaux, nombre de couples sont amenés à se séparer, comment les familles font-elles face à une rupture ou à un divorce ? Que reste-t-il de la famille après une séparation ? Comment se reconfigure-t-elle ? Que deviennent les liens familiaux, par exemple, entre les membres des ex-familles alliées ou éventuellement entre les membres des nouvelles familles recomposées ? 

Jusqu’à présent, l’intérêt de la recherche et des politiques publiques s’est principalement porté sur les familles « monoparentales », en raison des risques de pauvreté et de précarité engendrés par une rupture ; sur la continuité des liens entre le père dit couramment « non-gardien » et son ou ses enfants ; ou encore sur les conséquences du divorce et de la séparation s’agissant du bien-être et du devenir des enfants. La plupart de ces travaux – dont certains sont déjà datés – n’ont guère été renouvelés, alors que le droit a considérablement transformé les conditions des ruptures. 

Dans ce dossier thématique, nous souhaitons approfondir notre compréhension des manières dont les collectifs familiaux se confrontent à la rupture conjugale : quelles dynamiques les traversent et quelles ressources mobilisent-ils dans ces situations de changement ? Au-delà des questions toujours d’actualité – comment se répartir les ressources ou gérer les comptes lorsque l’on se sépare ou encore comment décider de la résidence de l’enfant – d’autres apparaissent d’une importance croissante : Que se passe-t-il lorsque la séparation survient au moment du passage à la retraite ou après ? Comment les relations entre grands-parents et petits-enfants, oncles et tantes, etc. se poursuivent-elles ? Dans un contexte où il est possible qu’un individu connaisse plusieurs ruptures conjugales au cours de sa vie, quels arrangements prévalent pour maintenir des liens avec une pluralité de personnes (beaux-parents, mais aussi demi- ou quasi-frères et sœurs) alors que l’alliance conjugale ne les justifie plus ? Comment les individus concernés, ainsi que le droit, gèrent-ils ces relations familiales – parfois sans statut légal –, mais qui peuvent impliquer des relations affectives, des engagements et des responsabilités économiques ou de soins importants ? Dans quelle mesure les situations diffèrent-elles selon qu’il s’agisse de la rupture d’un mariage ou d’une union informelle ? Quelles sont les obligations ou les possibilités de recourir à des tiers régulateurs, médiateurs ou à des institutions lors des prises de décisions inhérentes à la séparation ? Quels sont les traitements juridico-administratifs réservés à ces (quasi) beaux-parents et (quasi) beaux-enfants séparés, ainsi qu’aux quasi-frères et sœurs ? Comment les politiques familiales se saisissent-elles de ces problématiques ? Quels sont les enjeux pour les dispositifs d’intervention sociale et pour les professionnel·le·s qui les mettent en œuvre ? Les questions ouvertes par ce champ de recherche sont nombreuses.

Suggestion d’approches et de thématiques

Les dynamiques familiales et individuelles liées à la séparation peuvent être abordées en termes de coûts économiques ou psychologiques, mais aussi en termes d’avantages et de bénéfices, de dépendance, d’émancipation ou de reconstruction identitaire. Une séparation peut tout autant signifier un saut dans l’inconnu et des ruptures qui ne concernent pas uniquement le lien conjugal, qu’impliquer la possibilité d’inventer de nouvelles formes de relations et de modes de faire famille en un sens jusque-là inédit. Les contributions qui abordent la séparation comme un processus s’inscrivant dans la durée et l’espace sont encouragées. Elles peuvent se pencher sur les principales personnes intéressées, le couple et les enfants, mais aussi – surtout ? – ouvrir aux autres acteurs et actrices de la constellation familiale, liés par la lignée, l’alliance ou la parenté pratique. Les contributions peuvent également réfléchir aux conséquences et aux implications de la séparation par le biais d’événements révélateurs comme le remariage ou la remise en couple des « ex », les transformations de la grand-parentalité, le décès et le deuil d’un membre de la famille ou d’autres événements qui concernent les enfants des ex-conjoints : anniversaire, naissance ou mariage. En ce sens, nous suggérons cinq axes d’exploration des enjeux d’une séparation ou d’un divorce.

Les enjeux de filiation et d’alliance : quid des anciens et des nouveaux alliés ?

Cet axe porte sur les relations (sociales, économiques, pratiques, etc.) qu’entretiennent les membres des anciennes familles avec les nouveaux alliés qui apparaissent lors des recompositions familiales : quelles relations maintiennent les grands-parents avec leurs petits-enfants une fois les parents séparés ? Des relations se développent-elles entre les oncles et tantes et les enfants d’un « second lit » des ex-partenaires et si oui, de quelle nature ? Comment vivent les quasi-, ex- demi-frères et sœurs au quotidien des recompositions familiales ? Peu de recherches portent sur ces questions qui se trouvent pourtant au cœur des nouvelles configurations familiales post-séparation et pour lesquelles aucune politique publique n’existe aujourd’hui.

Les enjeux de la division sexuée du travail après la rupture

On connaît déjà relativement bien les conséquences économiques et de départage des enfants lors d’une séparation, mais l’on sait peu de choses des processus qui les ont précédées. Comment les négociations ont-elles été conduites ? Comment les rapports de pouvoir se sont-ils restructurés ? Quels enjeux ont guidé les choix ? Dans cet axe, nous interrogeons également la division sexuée du travail, ainsi que la reconnaissance du travail domestique en général – et de soin en particulier – effectué par des (quasi) mères et pères pour les jeunes enfants, mais aussi par des (quasi) filles ou fils envers les membres des générations aînées devenus dépendants. Peu de recherches traitent de ces questions, et les politiques publiques sont à cet égard très peu présentes.

Les enjeux juridiques : héritage, résolution des questions patrimoniales entre ex-époux, résidence, modalités de prise en charge de l’enfant par chacun des deux parents, attribution des contributions

Des constellations familiales inédites et complexes se constituent après une séparation. Que les couples soient ou non reconnus institutionnellement, quels (nouveaux) enjeux juridiques pose la séparation, en particulier lors des héritages par exemple ? Comment et jusqu’où le droit protège-t-il les personnes concernées par une, voire plusieurs séparations successives ? Les contributions favorisant une approche en droit comparé sont les bienvenues.

Les enjeux politiques et sociaux : pauvreté, politique du logement, aide sociale, intervention sociale, politique familiale

Comment penser les dispositifs, encore inexistants ou balbutiants, qui seraient susceptibles de prendre en compte la diversité des configurations familiales actuelles ? Quelles politiques publiques ou modèles d’interventions sociales peuvent être identifiées ? Quelles sont les initiatives prises jusqu’ici ? Des études de cas et des réflexions provenant de recherches de terrain seraient particulièrement appréciées.

Les différents enjeux symboliques, affectifs ou électifs

Alors que le premier axe porte sur l’émergence ou la persistance des liens sociaux après la séparation, le dernier axe aborde la définition et la perception subjective de ces liens. En ce sens, ces deux perspectives peuvent être traitées conjointement. Comment se modifient les places affectives ou symboliques de chacun et chacune, autrement dit, comment les séparations agissent-elles sur la perception et la représentation de ces liens ? La pérennité de certaines relations relève-t-elle des sentiments affectifs ou du devoir et de l’obligation ? Et qu’est-ce que cela implique concrètement ? 

Indications techniques

Les articles entièrement rédigés sont à proposer au Comité de lecture de Recherches Familiales avant le 1er mai 2020. La revue paraîtra en janvier 2021.

Pour mieux connaître la revue : http://www.unaf.fr/spip.php?rubrique181

Pour consulter le règlement intérieur : http://www.unaf.fr/spip.php?article16501

Anonymat

Il appartient aux auteur.e.s de rendre anonyme leur article. Lorsqu’ils.elles citent leur propre référence, ils.elles doivent indiquer « XXX » à la place de leur nom.

En revanche, le message d’accompagnement doit indiquer l’ensemble des auteur.e.s, l’institution de rattachement el le texte originel qui paraîtra dans la version finale à la place des « XXX » sus-mentionnés, en cas de diffusion. 

Article

40 000 caractères, notes de bas de page et espaces compris. L’article doit être accompagné d’un résumé de 700 à 900 caractères, espaces compris.

Références

Ne pas utiliser le système américain (nom de l’auteur(e) et page entre parenthèses), mais le système « français » de référence intégrale en note de bas de page. Pour le référencement, voir les articles de la revue déjà publiés. 

La revue Recherche Familiale fonctionne selon des principes stricts de lutte contre le plagiat, y compris d’autoplagiat. L’auteur.e doit s’engager sur l’honneur que l’article proposé est un travail original, fruit d’un travail personnel. Ce travail a été rédigé de manière autonome, sans recourir à d’autres sources ou outils que ceux que l’auteur.e a explicitement déclarés comme tels. Ce travail ne comporte pas de plagiat ni d’autoplagiat. Tous les développements repris d’une source extérieure sont cités entre guillemets avec un renvoi précis à la source dûment identifiée (y compris Internet). Le fait de ne pas citer une source, ou de ne pas la citer correctement, est constitutif de plagiat. Le plagiat est considéré comme une faute grave par le comité de rédaction de la revue Recherches Familiales, qui se réserve la possibilité de la dénoncer. 

Envoyez votre article (fichier en format Word ou Rtf) par courrier électronique à recherches.familiales@unaf.fr. Date limite d’envoi : 1er mai 2020. Un accusé de réception vous sera envoyé. 

Appel à articles – Penser les « origines » dans les familles contemporaines : perspectives internationales (06.01.2020)

Argumentaire :
La notion d’origines ouvre une perspective inédite pour analyser les reconfigurations contemporaines de la parenté et des liens familiaux. Elle témoigne en effet d’une évolution profonde, liée à la dissociation croissante de la procréation et de la parenté, d’où semblent émerger des relations et des figures « nouvelles » : le recours aux technologies reproductives crée des situations où, comme dans l’adoption, des personnes procréent, mais ne deviennent pas — au sens légal — des parents. Les relations potentiellement liées à l’origine demeurent ainsi aux marges de la parenté. Les contributions attendues pour ce numéro pourront explorer ces marges en éclairant différentes dimensions du rapport aux origines.

Sous la direction de :
Agnès Martial, Centre national de la recherche scientifique (France)
Isabel Côté, Université du Québec en Outaouais (Canada)
Kévin Lavoie, Université Laval (Canada)

Les propositions et les manuscrits doivent être soumis sur notre site :http://www.efg.inrs.ca/formulaire-soumettre-proposition/

Télécharger l’appel

Appel à communication – Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté (05.11.2019)

Colloque Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté
28, 29 et, sous réserve, 30 avril 2020, Toulouse

Appel à communications
Le colloque « Produire des personnes et des liens : ce que l’absence d’enfants fait à la parenté » s’interrogera sur la façon dont partout les sociétés ont fait face au problème que pose l’absence d’enfants, notamment du point de vue des logiques de parenté. Croisant différentes perspectives théoriques et méthodologiques de l’anthropologie de la parenté, du genre et des techniques de procréation, ce colloque propose un dialogue entre des approches dites « classiques » et « nouvelles » dans l’étude de la parenté. Il s’agit en d’autres termes de faire dialoguer les travaux menés dans des contextes sociaux et culturels marqués par le développement des biotechnologies dans le domaine de la procréation et ceux conduits dans des sociétés et des groupes sociaux où la médecine procréative est peu, voire pas diffusée. Nous prenons ainsi le parti de considérer les techniques de procréation médicalement assistée comme des techniques de parenté parmi d’autres, disponibles pour pallier l’absence d’enfants.

Au-delà, ce colloque contribuera à comprendre, du point de vue de l’anthropologie et des sciences sociales en général, ce que cela fait de ne pas réussir à avoir d’enfants, dans nombre de sociétés, croisant à la fois l’étude de la parenté, mais aussi les sciences studies, l’anthropologie du genre et de la personne. Les sociétés euro-américaines sont traversées par des discussions nombreuses quant aux formes que prennent les familles contemporaines et à l’aide attendue par les personnes en manque d’enfant. L’analyse comparative que proposera ce colloque consistera à prendre un peu de recul avec ces discussions politiques et contribuera, notamment, à éclairer autrement ces enjeux.

Depuis les années 1980, les études en anthropologie de la parenté ont eu tendance à se scinder en deux grands courants, reproduisant le grand partage entre « the West and the rest ». Depuis le développement des techniques de procréation assistée à la fin des années 1970, mais aussi la crise des études de parenté provoquée en partie par le travail de D. Schneider dans les années 1980, un nouveau courant des études de parenté a vu le jour, les new kinship studies (Carsten 2000; Stone 2002; Franklin and McKinnon 2000). Des manifestations scientifiques ainsi que des publications se sont attachées à interroger la partition entre « l’Ouest et le reste », mais aussi entre le « Nord et le Sud », en étudiant notamment l’utilisation des techniques de procréation assistée dans différents pays  (Bonnet et Duchesne 2016; Anderson and Hecht 2002).

L’objectif du colloque est de proposer un espace de dialogue entre les différentes traditions dans les études de parenté en anthropologie et, au-delà, dans les sciences sociales. Loin de se centrer uniquement sur les techniques de procréation assistée, qui ont fait l’objet de nombreuses manifestations scientifiques ces dernières années, il s’agira d’élargir les questionnements à l’ensemble des pratiques sociales mobilisées autour de l’absence d’enfant. Partout en effet, l’absence d’enfant pose des problèmes du point de vue des logiques de parenté. Qu’un membre de la lignée tarde à avoir un enfant à son tour, voire qu’il n’en ait pas du tout, hypothèque sa perpétuation. La menace pour le groupe est d’autant plus importante dans les familles où les fratries sont réduites. Elle est par ailleurs plus ou moins prégnante selon le genre. Ici, que les fils restent sans enfant est particulièrement problématique. Là, c’est surtout sur les femmes que pèse l’absence d’enfants, que ce soit lorsqu’on attend d’elles qu’elles mettent au monde des enfants pour la lignée de leur mari, ou lorsqu’elles sont enjointes à devenir mères pour être tout à fait accomplies (Bonnet 1988).

Partout, des solutions ont été imaginées pour remédier à cette absence. La mise en œuvre de ces techniques de parenté est envisagée tantôt comme un droit des individus, tantôt comme un devoir auquel les personnes dépourvues d’enfant, comme les tiers aidants, ne peuvent se soustraire. Des solutions hautement technologiques ont été mises en œuvre dans les sociétés industrielles et post-industrielles. Elles se sont diffusées sur tous les continents avec un accès parfois très inégal selon leur coût (Ginsburg and Rapp 1995) et les équipements disponibles localement. Leur niveau de sophistication a introduit des nouveautés importantes : une femme peut porter un embryon conçu grâce à l’ovocyte d’une autre femme (Teman 2010; Roca i Escoda 2016) ou même porter l’embryon conçu par un autre couple (Cromer 2018; Mathieu 2017) ; les gamètes et embryons peuvent être cryoconservés pendant des années ; on peut prélever l’ADN mitochondrial et le remplacer grâce à une donneuse (Herbrand and Dimond 2018). Dans l’histoire des sociétés humaines, ces solutions sont d’une nouveauté radicale et alimentent de nombreuses questions quant à la constitution des personnes et leur origine. Cependant, si on excepte cette hypertechnicité, elles s’inscrivent dans le continuum de celles destinées à remédier à l’infertilité et déjà à l’œuvre dans de nombreuses sociétés (Héritier 1996). Un homme proche ou au contraire aussi éloigné que possible se substitue à un autre pour la procréation. Une femme, déjà mère, porte un enfant pour sa sœur ou sa co-épouse qui ne peut en avoir. Un couple déjà parents de plusieurs enfants donne un enfant, pour un temps limité ou pour toute la vie, à un autre couple dans leur groupe de parenté ou dans le proche voisinage qui en est dépourvu. Une institution confie un enfant en adoption. Partout, des tiers, souvent parmi les proches, mais pas toujours, interviennent et pallient l’absence d’enfant chez un couple en situation d’infertilité, quelle que soit l’origine de cette infertilité. Mais cette absence d’enfant peut également être volontaire (Gotman 2017), et peser tout autant sur les personnes.

Dans le cadre de cet appel à communication, nous proposons trois axes qui pourront être traités de manière transversale.

Personne et parenté
L’étude de la personne est un des éléments qui a joué un rôle crucial dans la revitalisation des études de parenté dans les années 1980 (Carsten 2014, 269) car elle permet de rassembler différents aspects du social qui avaient été jusqu’alors étudiés séparément : la parenté, le corps, les substances, les conceptions du soi, la maison, le genre, les relations dans lesquelles la personne est prise. Cet axe visera à continuer ce travail entamé dans les années 1980 sur la façon dont les études sur la personne peuvent nous renseigner sur notre conception de la parenté, et inversement, dans des moments où cette parenté se trouve menacée par l’absence d’enfant, qu’elle soit subie ou voulue.

Techniques de fertilité et d’infertilité
Cet axe accueillera des propositions venant explorer les différents savoirs et techniques utilisés pour assurer la venue d’un enfant, ou au contraire pour l’en empêcher. Dans cet axe les communications aborderont aussi bien les techniques les plus « traditionnelles » (rituels de fécondité, pèlerinages, prières, etc.), que les plus « modernes » (FIV, Time-Lapse, éclosion assistée, etc.) sans présupposer que ces différents dispositifs ne peuvent se mêler ni que certains seraient nécessairement plus ritualisés que d’autres. Il s’agira d’analyser la manière dont ces techniques, quelle qu’en soit la nature, permettent aux hommes et aux femmes d’agir sur le cours de leur existence mais aussi la façon dont elles peuvent être mobilisées pour renforcer l’assignation à un destin de parents.

Les tiers procréateurs
L’intervention de tiers procréateurs (Godelier 2004; Weiner 1978) est partout et toujours nécessaire à la venue d’un enfant. Ces tiers sont de divers ordres. Ils peuvent prendre la forme d’un donneur ou donneuse de gamètes, d’un amant de circonstance, d’une femme qui va porter un enfant pour autrui, mais cela peut également être des tiers non-humains. Ces derniers incluent non seulement les techniques elles-mêmes, c’est-à-dire l’ensemble des techniques et savoirs nécessaires pour réaliser par exemple une fécondation in vitro (Thompson 2005) ou permettre le bon déroulement d’un rituel de fécondité. Ils incluent également des esprits, des dieux, tout aussi nécessaires à la venue d’un enfant (Collard 2011), mais aussi la chance, la nature ou encore les hasards de la génétique (Porqueres i Gené 2014, 20).

Les propositions de communication devront se limiter à 3000 signes et devront nécessairement s’appuyer sur des matériaux empiriques. Elles détailleront le propos qui sera présenté, le terrain et la nature des données empiriques analysées. Les autrices et auteurs préciseront leurs appartenances disciplinaire et institutionnelle, leur statut et leur adresse électronique. Au-delà de l’anthropologie, les autres disciplines engagées dans les études de parenté sont également attendues. La langue principale du colloque sera le français, même si ponctuellement des communications pourront être en anglais.

Les propositions de communication devront être envoyées avant le 5 novembre 2019 à l’adresse suivante : colloque.absence.enfants@gmail.com
Une réponse sera envoyée pour chaque proposition avant mi-décembre 2019.

Lieu du colloque :
Université Toulouse Jean Jaurès, campus du Mirail, Maison de la recherche, Toulouse.

Appel en version PDF

Appel à communication – La famille au Moyen Âge entre normes et pratiques (03.05.2019)

Ces journées d’étude auront pour ambition d’aborder le thème de la famille dans les sociétés médiévales chrétiennes et musulmanes. Elles porteront sur les décalages qui pouvaient exister à une même époque et dans un espace donné entre les normes et les pratiques associées à la famille. En effet, les modèles normatifs – qu’il s’agisse de règles contraignantes ou de prescriptions morales – établissent une définition dominante du groupe familial qui ne se recoupe pas forcément avec les réalités observées dans les actes de la pratique ou les représentations véhiculées par les sources littéraires. Dans l’esprit du laboratoire, ces journées sont ouvertes aux historiens, aux littéraires et aux archéologues travaillant sur les mondes chrétiens et musulmans médiévaux.

Argumentaire

Les doctorants du CIHAM (Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux) vous invitent à participer à leurs journées d’étude intitulées La famille au Moyen Âge entre normes et pratiques. Elles se tiendront à Lyon les 24 et 25 octobre 2019. Les propositions de communication sont à envoyer pour le 3 mai 2019 à l’adresse cihamjournees@gmail.com

Incluant tout type de normes, juridiques, morales, religieuses, on se posera la question du rôle de la pratique dans l’élaboration des modèles normatifs familiaux. Dans la sphère juridique, par exemple, l’étude de l’émergence de nouvelles règles à travers l’évolution de la jurisprudence ou la diffusion du droit romain et la confrontation avec d’autres pratiques, pourra montrer comment ces modèles se recomposent. Plus largement on questionnera les mutations des règles morales et religieuses en rapport avec la pratique, comme l’assouplissement de la définition de l’inceste par l’Eglise en réponse à l’endogamie de la haute noblesse.

Le décalage entre normes et pratiques pourra également être étudié à travers les productions culturelles, qu’elles soient littéraires, iconographiques ou emblématiques. On s’intéressera particulièrement à la production littéraire ou artistique, qui peut aussi bien renforcer et fonder un cadre prescriptif que le remettre en cause. Comment les auteurs jouent-ils avec la vision de l’inceste, de la bâtardise, ou au contraire entérinent-t-ils des modèles familiaux plus traditionnels ? Il sera pertinent de rendre compte des diverses modalités de représentation de la famille dans ses rapports avec les normes lorsqu’ils sont, par exemple, moteurs de l’intrigue et ressorts du tragique ou du comique. Plus largement, nous invitons les participants à se pencher sur la représentation de l’affiliation familiale par les systèmes de signes, qu’il s’agisse des enluminures, de la peinture, mais aussi de la généalogie, de l’héraldique ou de l’emblématique. Cela peut permettre de mesurer le conformisme ou l’originalité de la représentation de la famille par elle-même.

L’étude des sources matérielles – architecturales et archéologiques – sera l’occasion d’illustrer un autre aspect des pratiques familiales. Par exemple, les traces de l’organisation spatiale et symbolique de l’habitat ou bien celle des sépultures peuvent renseigner sur l’écart entre les normes et les modes de vie.

Cette discordance permet également d’aborder la famille comme une construction culturelle plurielle, et place au centre de l’analyse les acteurs en questionnant le rapport à la norme conçu comme générateur de stratégies. Ainsi, un des axes principaux de réflexion ouvert par ces journées d’étude sera centré sur la manière dont les individus ou les groupes familiaux appréhendent, interprètent ou contournent les règles morales, religieuses ou juridiques. On pourra examiner comment les stratégies matrimoniales ou successorales entrent en conflit avec les normes les plus répandues telles que les règles d’héritage, la prohibition de l’inceste ou bien la définition d’une parenté légitime (qui suppose a contrario d’interroger la place de la parenté naturelle ou filiation illégitime dans la famille médiévale).

Enfin, seront éminemment appréciées les propositions de communication analysant l’évolution des pratiques familiales dans le contexte d’une pluralité de modèles normatifs, notamment dans les aires de contacts religieux et culturels, par exemple les aires de contact entre l’islam et la chrétienté.

Modalités de soumission

Les propositions de communication, d’une page maximum (résumé et titre de la présentation), accompagnées de renseignements pratiques (statut, situation institutionnelle, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF

avant le 3 mai 2019

à l’adresse suivante : cihamjournees@gmail.com

En savoir plus

Colloque – Instituer la famille (21-22.02.2019, Toulouse)

Ethopol organise son colloque conclusif les 21 et 22 février prochains, à l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Gouvernement, subjectivité, engendrement

Il n’y aurait rien de plus naturel que la reproduction ; marque de notre existence biologique, elle s’imposerait à nous comme une pulsion, une nécessité, voire une finalité. Pourtant, derrière la fausse évidence de sa naturalité supposée, la reproduction fait l’objet d’attentions politiques et sociales particulièrement vives. Une multitude d’agents interviennent pour définir et encadrer la manière dont nous faisons famille aujourd’hui. Professionnel·le·s de l’action sociale, médecins, biologistes, juristes, éthicien·ne·s, psychologues… autant d’expert·e·s dont les savoirs sont mobilisés pour édicter les possibles familiaux, définir l’acceptabilité relative des projets reproductifs et mettre en place les conditions de leur réalisation. Or, si ces interventions peuvent se déployer sur un format coercitif ou restrictif (limitation de l’accès légal à l’adoption ou aux technologies d’assistance à la reproduction, par exemple), elles fonctionnent aussi sur le mode de l’invite à la réforme de soi. Les institutions ne font pas que permettre, interdire ou contraindre des projets familiaux : elles encouragent aussi les individus à transformer leurs désirs, réformer leurs attentes ou repenser leurs existences pour devenir – par et pour la prise en charge – de bons parents et de meilleurs sujets.

Pour clôturer son programme de recherche, l’équipe ETHOPOL invite, au cours de deux journées de colloque, d’autres chercheur·e·s à penser avec elle ces formes d’intervention pour renouveler, ensemble, l’appréhension du gouvernement des familles et de soi.

Programme

21 FEVRIER 2019

9h00 › 9h30 Accueil des participant·e·s, par Sébastien Roux & Anne-Sophie Vozari

9h30 › 12h30 Session 1 – CONDUITES ET FRONTIÈRES

Présidence : Rose-Marie Lagrave (EHESS, Iris)

Sarah Mazouz (CNRS, Ceraps) : Allégeance ou loyauté ? Affiliations citoyennes et anxiétés nationales en France et en Allemagne.

Mélanie Gourarier (CNRS, Legs) : Attestation familiale. L’administration des tests ADN de paternité aux États-Unis.

Jérôme Courduriès (Université de Toulouse Jean Jaurès, Lisst) : Les bonnes intentions. Être parent d’un enfant né d’une GPA en dépit de la loi.

Discussion : Annalisa Lendaro (CNRS, Certop).

14h00 › 17h00 Session 2 – RE/DIRIGER LA FAMILLE

Présidence Marc-Henry Soulet (Université de Fribourg)

Michela Villani (Université de Fribourg) : Les arts du renoncement. Sociologie de l’échec procréatif.

Anne-Sophie Vozari (EHESS, Iris) : De la félicité maternelle. Le traitement des dépressions périnatales.

Aurélie Fillod-Chabaud (Centre Norbert Elias) : « Ces enfants, au moins, on connaît leur histoire. » Les nouveaux territoires de l’adoption.

Discussion : Caroline Touraut (Ministère de la Justice)

22 FÉVRIER 2019

9h30 › 12h30 Session 3 – (S’)APPARENTER

Présidence Michael Stambolis-Ruhstorfer (Université Bordeaux Montaigne, Climas)

Sébastien Roux (CNRS, Lisst) : En conformité. Allocation d’enfants et hiérarchies adoptives.

Charlotte Faircloth (University College London) : “Identity work” and narratives of the natural in accounts of “attachment” parenting.

Anne-Sophie Giraud (CNRS, Lisst) : Les mystères de la procréation. Les tiers procréateurs à l’oeuvre dans l’engendrement.

Discussion Dominique Memmi (CNRS, Cresspa)

14h00 › 16h00 Session 4 – L’ORDRE DES FAMILLES. Table-ronde.

Agnès Fine (EHESS, Lisst)

Samuel Lezé (École Normale Supérieure de Lyon)

Marianne Modak (EESP)

Infos pratiques
Amphithéâtre F417
Maison de la recherche
Université Toulouse Jean Jaurès

Entrée libre

En savoir plus : Ethopol

Compte-rendu du colloque « Famille et parenté » (Sète, 06.2018)

L’atelier du CNRS « Famille et parenté » a eu lieu à Sète du 5 au 8 juin 2018. Organisé par le réseau Ethopole (et plus particulièrement par Sébastien Roux, Jérôme Courduriès, Anne-Sophie Vozari et  Marie-Ange Parisot), ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses de différents horizons disciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire…) et géographiques (Français, Suisses, Espagnols, Brésiliens,…). La conférence inaugurale de Sébastien Roux intitulée « vérités familiales » a introduit trois thématiques récurrentes dans les conférences et les communications qui ont été données pendant ce colloque, à savoir l’importance du droit, du médical (« vulgate psy » incluse) et de la mobilité géographique dans la manière dont on fait (ou non) famille ; thématiques qui s’articulent entre elles.

Différentes interventions ont montré l’actualité du traitement de l’articulation entre parenté biologique, légale et quotidienne, dans le cas des techniques de reproduction médicalement assistées (procréation médicalement assistée (PMA), gestation pour autrui (GPA)) et des procédures d’adoption. Comme le souligne Diana Marre, ces deux types de procédures présentent plusieurs points communs : elles sont considérées comme non-naturelles (par opposition à la procréation découlant d’un coït hétérosexuel), sont assistées par des tiers et sont encadrées par des normes.

Il s’agit pour le chercheur ou la chercheuse d’identifier « ce que charrie la chair » pour reprendre l’expression de Marie Le Clainche-Piel, comme dans l’intervention de Solène Brun (sur l’adoption par des parents blancs d’enfants non-blancs) qui illustre la manière dont la racialisation ne dérive pas automatiquement de la couleur de peau mais inclut des « manières » d’être pour reprendre les termes d’une enquêtée ; dans la conférence de Dominique Memmi sur l’importance croissante accordée au corps (par l’allaitement, le peau-à-peau ou le coupage du cordon ombilical par le père) dans la mise en place du lien parent-enfant suite à une naissance ; ou encore la naturalisation du désir d’enfant (Elsa Boulet). Dans certains cas, les individus utilisent la chair pour renforcer le lien de filiation, par exemple dans le cas de couples lesbiens espagnols ayant recours au même donneur pour plusieurs procédures de PMA ou « distribuant » la maternité techniquement avec une des conjointes qui porte le fœtus issus des ovocytes de l’autre conjointe (Marta Roca i Escoda). En effet, selon Charlotte Faircloth, avoir un enfant biologique est devenu d’autant plus important dans les représentations que les liens familiaux sont pensés comme fondés principalement sur l’affectivité, supposée temporaire.

Avec le développement des techniques médicales comme les tests ADN, les « liens de sang » fondent de plus en plus ce qui constitue la « vérité » du lien familial dans les pays occidentaux, selon les autorités (par exemple, les services de l’immigration états-uniens, qui présentent les tests ADN comme une pièce utile pour obtenir un regroupement familial, dans la communication de Mélanie Gourarier) et les adoptés (comme dans le cas d’une informatrice interrogée par Sébastien Roux, à la recherche de sa famille biologique en Ethiopie). Or, d’autres techniques médicales induisent un « trouble dans la filiation », comme les méthodes de reproductions médicalement assistées, d’où la disparition dans l’état civil du donneur de gamètes dans le cas d’une PMA avec don en France ou de la gestatrice dans le cas d’une GPA au Brésil. Dans une moindre mesure, ces techniques peuvent impacter la manière dont les individus créent leurs familles, par exemple par les tests prénataux supposés identifier les maladies génétiques des fœtus (Rayna Rapp).

Loin d’être passifs vis-à-vis des attentes étatiques en matière de filiation, les individus peuvent jouer des différences de législation d’un pays à l’autre (Diana Marre) ou sur les règles légales de leur propre pays afin de faire attester par la loi de leurs liens familiaux (Jérôme Courdurières, dans le cas de parents ayant eu recours à la GPA). C’était par exemple l’objet de la conférence de Claudia Fonseca sur la « circulation des enfants » au Brésil : en 1990, l’Etat brésilien s’inquiète de la prévalence d’adoptions formelles ou informelles décidées entre les individus (et non par l’intermédiaire de l’Etat) et met en place des moyens légaux (notamment l’établissement d’un acte de naissance suite aux accouchements à l’hôpital) pour établir la filiation. Or, les mères non-mariées déclarent rarement le géniteur et ce dernier se déclare rarement auprès de l’état civil (le mari de la mère est quant à lui automatiquement inscrit comme le père), ce qui permet l’adoption légale d’enfant lorsqu’un homme se déclare comme le géniteur de l’enfant. Dans un autre registre, la « loi de la parenté » telle qu’elle a pu être interprétée à partir des travaux de Claude Lévy-Strauss (prohibition de l’inceste comme fondement de la culture) ou de Lacan (« loi du père ») a pu être mobilisée par les opposants au « mariage pour tous » pour contester le droit aux personnes en couples de même sexe de « faire famille » légalement (Camille Robcis).

Le développement des théories psychanalytiques chez les experts et les autorités ont contribué à accorder une importance croissante à « l’authenticité » des liens familiaux, authenticité déterminée par les liens de filiation légaux ou biologiques (Sébastien Roux, Mélanie Gourarier) ou par les sentiments d’affection parent-enfant (Anne-Sophie Vozari). Ainsi, différents exposés ont montré le poids des autorités dans la « bonne » manière de faire famille, qui demandent aux parents de rendre des comptes de leurs pratiques de parenté ou de parentalité (Charlotte Faircloth). En effet, si les technologies et le droit par le biais de l’adoption offrent aux individus qui veulent ou ont des enfants différentes manières d’être parent, les experts et les agents de l’Etat les limitent en capturant les parents ou les futurs parents dans un faisceau d’attentes normatives. Ces attentes sont de différents ordres :
– remise en cause « l’authenticité » de la famille lorsque les liens du sang et les liens affectifs sont disjoints (par exemple dans le cas des demandes de regroupements familiaux aux Etats-Unis quand le père du requérant ou de la requérante n’est pas son père biologique, selon Mélanie Gourarier)
– nouvelles normes de la parentalité et des exigences croissantes quant à la disponibilité des mères à l’enfant (Anne-Sophie Vozari, Charlotte Faircloth)
– attentes normatives accrues de la part des intervenants quand l’arrivée de l’enfant ne découle pas d’une procréation hétérosexuelle autonome, qu’il s’agisse de juger si le couple requérant une procédure de PMA est suffisamment stable et « en âge de procréer » (Constance Schuller), d’amener les futurs parents à construire un « projet d’adoption » (Solène Brun)  ou les géniteurs (ou la génitrice) d’un enfant mise en adoption à élaborer un « projet de vie » pour ce dernier (Louise de Morati).

Deux autres thématiques ont été abordées de manière plus périphérique. D’une part, quelques communications portaient sur la parentalité à proprement parler, comme la communication de Marion Doe sur la suspicion d’incompétence parentale des mères aveugles, celle de Myriam Chatot sur l’articulation entre disponibilité et paternité dans le cas des pères en congé parental à plein temps et celle de Caroline Henchoz sur la circulation de l’argent dans les familles « transnationales ». D’autre part, deux communications ont abordé la question de l’articulation entre recherche et militantisme dans le cas de l’étude des « familles arc-en-ciel » (homoparentales) (Massimo Prearo, Virginie Descoutures).

Cet atelier a donc permis de montrer l’actualité des recherches sur la famille et la parenté, parfois perçues comme « passées de mode », et la fécondité de l’approche interdisciplinaire, du fait du développement des nouvelles techniques de procréation (médicalement assistées) et de la persistance du symbolique et des représentations sociales dans les manières de faire famille.

Notons que ce compte-rendu ne mentionne pas les interventions des sessions « Résistances politiques », « Présences à l’enfant », « Savoir/s » et « Liens », qui avaient lieu en parallèle d’une autre session.