Archives par mot-clé : féminisme

Colloque – Féminismes Matérialistes 15-16.10.2020, Paris)

Le colloque « Féminismes Matérialistes : Héritages épistémologiques et politiques, Réappropriations contemporaines » aura lieu les 15 et 16 octobre prochains à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. Compte-tenu de la situation sanitaire actuelle, le nombre de places est limité : les personnes intéressées sont priées de s’inscrire par mail à l’adresse suivante : Philo-recherche@univ-paris1.fr 
En raison du nombre de places limitées, une captation audio des interventions est prévue ; les podcasts seront mis en ligne sur le site de l’ISJPS après le colloque.

Organisation : Audrey Benoit, Marie Garrau, Mona Gérardin-Laverge et Mickaëlle Provost 
Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. 

Jeudi 15 octobre
9h30 : Accueil et introduction des organisatrices 

10h-12h30. Session 1 : Travail et oppression 
(Présidence : Isabelle Aubert, U. Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Aurore KOECHLIN (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le concept de travail reproductif : enjeux théoriques et politiques »
Alexis CUKIER (U. de Poitiers) : « Travail, capitalisme et patriarcat dans les féminismes matérialistes en France et en Italie »
Marie GARRAU (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Travail de care ou travail reproductif ? » 

12h-14h : Pause déjeuner

14h-16h30. Session 2 : Le constructivisme matérialiste en question
(Présidence : Magali Bessone, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Marlène JOUAN (U. Grenoble Alpes) : « Penser le travail de gestation pour autrui : un enjeu féministe de réconciliation des « ancien » et « nouveau » matérialismes ? »
Claire GRINO (U. de Genève) : « Remue-ménage dans les théories féministes autour de la conception du corps : qu’en est-il de la perspective matérialiste aujourd’hui ? »
Mickaëlle PROVOST (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Tensions matérialistes à propos de l’expérience vécue de la domination » 

Vendredi 16 octobre 
9h30-12h. Session 3 : Peut-on encore parler de classe des femmes ?
(Présidence : Mona Gérardin-Laverge, U. Paris Ouest Nanterre, Audrey Benoit, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Isabelle CLAIR (CNRS, IRIS) : « Le féminisme matérialiste face au féminisme poststructuraliste »
Pauline CLOCHEC (U. Picardie Jules Verne) : « Classes de sexe et transsexualité »
Elsa DORLIN (U. Paris 8) : « L’idéologie du genre » 

12h-14h : Pause déjeuner 

14h-16h. Session 4 : Perspectives d’articulations théoriques et politiques
(Présidence : Alexandrine Guyard-Nédélec, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Sophie NOYE (SciencesPo Paris) : « Penser le sujet féministe entre classe et multitudes »
Vanina MOZZICONACCI (U. Paul Valéry-Montpellier) : « Des institutions utopiques. Articuler care et matérialisme à l’endroit de l’éducation féministe » 

Conclusion des organisatrices.

Programme en ligne

Parution – Maternités célibataires en Tunisie et en Algérie

Le numéro 24 des cahiers de CERDEF contient deux articles sur les maternités célibataires :

Séminaire – Santé reproductive, technopouvoirs et féminisme (Paris, 2019-2020)

1er et 5e lundis du mois de 13 h à 16 h (salle AS1_24, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2019 au 4 mai 2020. Séance supplémentaire le 8 juin 2020 (salle AS1_23, même horaire, même adresse)

Ce séminaire de recherche vise à enquêter sur les rapports des mouvements féministes au progrès technique et biomédical, et ce dans une perspective à la fois transnationale, socio-historique et intersectionnelle. Nous analyserons les relations en constante mutation entre genre, santé et action collective en nous appuyant sur la grande variété d’expériences, réflexions et actions  féminines. Nous chercherons à saisir les controverses, débats et contestations relatifs aux technologies reproductives en lien avec les transformations des conceptions féministes de la nature, du biologique et du médical. Nous nous intéresserons également aux dénonciations, parfois croisées, des ‘dégâts’  de la société industrielle et de la biomédecine reproductive, décriés en tant que manifestations de multiples (in)justices reproductives et/ou environnementales. Seront ainsi mobilisées une kyrielle d’études empiriques allant des mouvements self-help d’avortement et d’accouchement aux réseaux internationaux d’opposition aux technologies reproductives lancés dès les années 1970 en passant par les ‘épidémiologies populaires’ engagées autour des effets secondaires de la pilule ou encore des médicaments consommés pendant la grossesse.

Programme détaillé

Ce séminaire de recherche fait partie du projet ANR « Hypmedpro » coordonné par Sezin Topçu. Pour plus d’information sur le projet : https://hypmedpro.hypotheses.org

Appel à communication – Famille et parenté – permanences, transformations, traitements (5-8.06.2018, Sète)

L’atelier scientifique du CNRS « Famille et parenté : permanences, transformations, traitements »  se tiendra à Sète du 5 au 8 juin 2018.

Argumentaire :

En sciences sociales, les recherches sur la famille et la parenté demeurent disloquées entre différentes traditions disciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire, science politique, géographie), alors même que les questions familiales sont régulièrement placées au cœur de l’agenda politique. Cet atelier scientifique propose de réunir des chercheur-e-s de divers courants et disciplines pour confronter la diversité des regards et des analyses portés sur la famille aujourd’hui.

De l’adoption de la première loi de bioéthique en 1994 à l’ouverture récente du mariage et de la filiation à la diversité des sexualités, les « nouvelles manières » de faire famille n’en finissent pas de nous interroger sur les frontières d’une entité dont la complexité a longtemps été dissimulée derrière la fausse évidence de sa naturalité supposée. Or, à l’heure des fécondations in vitro, des dons de gamètes, de la gestation pour autrui, de l’homoparentalité, mais aussi – plus largement – dans un contexte marqué par une mise en question des manières de faire famille (refonte de l’adoption, de l’accouchement anonyme, accompagnement à la parentalité, etc.) comment appréhender aujourd’hui l’objet « famille » et (re)penser les liens de parenté ?

Comment participer ?

24 participant·e·s sélectionné·e·s tous statuts et toutes disciplines La participation à l’atelier est soumise à sélection par le comité scientifique. Les 24 candidat·e·s retenu·e·s auront des objets de recherche autour des questions familiales et justifieront de leur intérêt pour la thématique. Pour vous porter candidat·e, merci d’adresser un résumé de votre communication (800 mots max) aux organisateurs, avec un titre, le panel auquel vous envisagez de participer et une brève justification de votre intérêt pour l’événement.

Date limite : 15 février 2018

Merci d’adresser cet email aux adresses suivantes : sebastien.roux@ehess.frannesophie.vozari@gmail.com, jerome.courduries@univ-tlse2.fr

Argumentaire complet et informations complémentaires