Archives par mot-clé : famille

Journée d’étude – Secrets de famille (08.04.2021)

Nous avons le plaisir de vous communiquer le programme de la journée d’étude « Secrets de familles. Comment enquêter sur l’espace privé ? », qui aura lieu le 8 avril 2021, de 9h30 à 17h15. Elle se déroulera sur Zoom ou à l’Ined (salle Sauvy sur le campus Condorcet), selon les conditions sanitaires.

Secrets de familles – comment enquêter sur l’espace privé ? 8 avril 2021 de 9h30 à 17h15

Sur Zoom ou à l’Ined (Salle Sauvy)- Campus Condorcet- Aubervilliers –

Ouverture de la journée à 9h30

Session 1 : Entrer dans la confidence – 9h40 – 12h

– Théoxane Camara (Université de Poitiers – Gresco) – De la monographie familiale à l’ethnographie familiale « en pointillés ». Enquêter les familles d’immigrés maliens par-delà les silences
– Amandine Rochedy (Université Toulouse – CERTOP/ISTHIA) – Ethnographie des socialisations alimentaires des enfants présentant des « troubles » du comportement alimentaire
Pause 10 minutes
– Gaëlle Larrieu (EHESS – OSC) – Entrer dans les familles pour étudier les secrets de famille : quand les parents révèlent à l’enquêtrice ce que les enfants ne savent pas
– Camille Masclet (CNRS – CESSP) – Etudier parents et enfants à l’âge adulte : des enjeux spécifiques ?
Pause de 5 minutes et 45 minutes de discussion

Pause repas 12h-13h30

Session 2 : Franchir le seuil (du domicile des familles) – 13h30 – 15h15

– Sarra Mougel (Université de Paris – Cerlis) – Le domicile des enfants malades : quel accès à l’intimité en hospitalisation pédiatrique à domicile ?
– Paule Perron (HEAD) et Fiona Del Puppo (LaSUR – EPFL) – Faire parler le logement – Le dessin d’architecture comme matériel d’enquête ethnographique dans le logement familial.
– Samuel Fely (EHESS) – Observer les enfants au sein de leurs familles : retour réflexif sur les contraintes de genre et de classe dans l’ouverture d’un terrain ethnographique.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

Pause de 15 minutes 

Session 3 : Ce que la famille laisse voir : collecter des matériaux indirects – 15h30 – 17h15

– Louise de Morati (Université Libre de Bruxelles – CHDAJ) – Recherche d’origines chez les personnes adoptées et issues de PMA avec don : usages des réseaux sociaux et enjeux de l’ethnographie numérique.
– Jessica Pothet (Université de Lorraine – 2L2S) Apports et limites de l’observation de mises en scènes de la maternité sur les réseaux sociaux. Réflexions à partir d’une recherche en cours.
– Hélène Malarmey (Université Paris-Dauphine – IRISSO) Pénétrer l’intimité des familles en étudiant leurs relations avec un tiers marchand. Enquête auprès des familles-clientes d’agences de garde d’enfants.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

********

L’inscription est obligatoire via ce lien.

Comité d’organisation (les coordinatrices du REPPaMa et du laboratoire junior : Parentalités plurielles et genre) : 
Inès Anrich (Paris 1 Panthéon-Sorbonne-CRHXIX), Myriam Chatot (EHESS-Iris-CMH), Marie-Caroline Compans (Ined, Paris 1-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (Ined-UVSQ-Printemps), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS). 

Nouveau Carnet Hypothèses : Same-sex families

Un carnet Hypothèses intitulé Same-sex families, portant sur les recherches comparatives en sciences sociales sur les familles homoparentales, vient d’être mis en ligne.

Ce carnet de recherche est proposé par une équipe composée d’anthropologues, chercheurs confirmés et doctorantes, spécialistes des études de parenté et de genre et de l’homoparentalité : Chloé Chassagnac (doctorante, UT2J, LISST-Cas), Jérôme Courduriès (maître de conférences en anthropologie, UT2J, LISST-Cas), Flávio Luiz Tarnovski (professeur, Universidade Federal de Mato Grosso, Cuiabá-Brésil), Estelle Tzotzis (doctorante, UT2J, LISST-Cas). Tous les quatre ont été formés au sein de l’équipe de recherche en anthropologie toulousaine spécialisée dans l’étude de la parenté et du genre dans les sociétés occidentales contemporaines.

Le carnet Same-sex families contribuera à diffuser les résultats des travaux menés en France et dans d’autres contextes nationaux en sciences sociales sur l’homoparentalité et qui, malgré l’omniprésence du sujet dans les médias, restent relativement peu accessibles du grand public.

A bientôt sur https://families.hypotheses.org/ !

Compte-rendu de la onzième séance de l’atelier REPPaMa (28.01.2021)

Le 28 janvier 2021 a eu lieu le onzième atelier du REPPaMa au cours duquel nous avons entendu deux communications présentées par Lissell Quiroz et Camille Roudaut.

Enseignante-chercheure à l’Université de Cergy-Pontoise, Lissell Quiroz a réalisé une communication intitulée « La maternité des femmes autochtones à partir des cas des stérilisations forcées au Pérou (1996-2000) ». À cette occasion, elle est revenue sur la situation de 300 000 femmes qui ont subi des stérilisations forcées qui ont pris forme dans la réalisation d’opérations invalidantes voire létales menées sous la menace et/ou sans leur consentement éclairé. Très majoritairement originaires des zones Andaine et Amazonienne du pays, la chercheure a démontré que les femmes victimes de ces opérations n’avaient pas été ciblées au hasard par le gouvernement en place à cette période. En effet, les aires géographiques d’où elles sont originaires se distinguent par la présence de mouvements politiques d’extrême-gauche considérés comme des opposants au régime présidentiel d’Alberto Fujimori (1990-2000). En dépit de l’argument avancé de lutte contre la pauvreté justifiant cette « politique de planification familiale », il s’agissait dans les faits d’un instrument de répression lancé à l’encontre de ces « ennemis d’État ». En outre, croisant les questions de race et de genre et s’appuyant sur les travaux du sociologue Anibal Quijana et de la philosophe Maria Lugones qui ont théorisé le concept de « colonialité du genre », Lissel Quiroz a montré que cette campagne de stérilisations forcées était une incarnation moderne des formes de colonisation initiées par les découvertes de 1492. À cette date comme à l’aube du XXIe siècle, les populations autochtones, et plus encore particulièrement les femmes, étaient considérées comme inférieures et indignes du statut de mère tel qu’il est conçu en occident et duquel se réclamait le pouvoir installé à cette époque. Ces stérilisations étaient donc investies comme un moyen censé pallier les défaillances maternelles de ces mères autochtones qui n’ont pas été sans se défendre depuis. Ainsi de nombreuses femmes ont rendu publiques les dérives psychologiques et mortelles de cette « politique de planification familiale » entraînant la chute d’Alberte Fujimori reconnu coupable de crime contre l’humanité. 

Doctorante à l’Université de Paris et réalisant sa thèse dans le cadre d’un CIFRE avec le Conseil Départemental du Finistère, Camille Roudaut a effectué une communication intitulée « Qui est-ce ? Les désignations utilisées par les anciens enfants placés pour comprendre la place de leurs proches ». Camille Roudaut a interrogé vingt-et-un·e ancien·ne·s placé·e·s âgé·e·s en moyenne de vingt-cinq ans. Parmi eux·elles, neuf ont été placé·e·s en famille d’accueil, cinq en foyer et sept ont connu un « parcours hybride » alternant les placements en familles d’accueil et en foyers. La doctorante a d’abord mis en exergue quatre appellations – la famille de sang / la famille de cœur / la famille atypique / la famille naturelle – qui recouvrent différentes définitions que donnent ses enquêté·e·s de ce qu’est « la famille ». Le « sang » qui est un référentiel pour chacun·e désigne sa dimension biologique. Sous cette conception, font famille, toutes les personnes qui partagent le même sang. Si cette donnée biologique constitue un élément nécessaire pour la définir, elle n’est cependant pas une condition suffisante. Ainsi, le « cœur » qui exprime l’importance donnée à la qualité des relations entre les membres peut venir s’ajouter au biologique, voire avoir la priorité sur lui dans ce qui sert à définir une famille. Cette appréciation se retrouve également parmi les enquêté·e·s qui font usage de l’expression « famille atypique ». Cependant, pour eux·elles, viennent s’ajouter d’autres considérations d’ordres biologique et quotidien. En effet, dans une « famille atypique » sont intégré·e·s des membres de sa famille d’accueil, de sa famille biologique, des ami·e·s et les parents de ces dernier·ère·s. Ici, la famille est conçue comme un espace dans lequel des individus peuvent partager le même sang. Surtout, il va s’agir de donner un rôle prépondérant à l’éducation des enfants au quotidien, ainsi qu’à la qualité des relations entre ses membres. Enfin, la « famille naturelle » se compose de toutes les personnes avec lesquelles les enquêté·e·s vont se sentir la possibilité d’être authentiques. Au-delà de la qualité des relations, cette conception de la famille privilégie l’angle de la « révélation de soi » qui constitue l’une des fonctions des familles contemporaines telles qu’elles sont théorisées par le sociologue François de Singly.

Dans une seconde partie de son exposé, Camille Roudaut s’est consacrée aux appellations utilisées par les enfants placé·e·s pour désigner leurs assistantes familiales. Le corpus de Camille Roudaut n’étant composé que des ancien·ne·s enfants placé·e·s avec des assistantes familiales, nous utiliserons uniquement le féminin pour désigner cette profession. La prégnance du biologique se donne ici à voir sous l’interdiction formelle qui est faite par ces dernières, ainsi que par les institutions (Aide Sociale à l’Enfance – ASE), aux enfants placé·e·s de se servir de « papa » et « maman » ; l’usage de ces deux termes étant réservé aux parents.  Le plus souvent, Camille Roudaut a remarqué que les assistantes familiales sont appelées « tata », ce qui donne un aspect familial aux relations entretenues entre elles et les (ancien·ne·s) enfants placé·e·s tout en rappelant leur dimension professionnelle. Enfin, dans certains cas, le prénom va constituer la formule d’adresse privilégiée par les unes et les autres, faute de familiarisation préalable en raison d’un placement effectué dans l’urgence. Cela peut également résulter d’une réduction de la relation à ses seules orientations professionnelles.

Appel à communication – Secrets de familles (20.01.2021)

Le Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités a le plaisir de vous diffuser l’appel à communication : Secrets de familles – comment enquêter sur l’espace privé ?

La famille est un objet difficile à appréhender par le chercheur ou la chercheuse en sciences sociales, dans la mesure où ce qu’il s’y passe et les relations entre ses membres reste de l’ordre de l’intime, dissimulé derrière les murs du foyer. L’ordinaire de la vie familiale ne laisse que peu de traces et de documents. Recueillir des matériaux d’enquête consiste alors souvent à collecter la parole des intéressé.es, par le biais d’entretiens, de sources écrites personnelles ou institutionnelles. Cependant, d’autres méthodes peuvent être mobilisées par les chercheur.ses pour “voir” la famille plutôt que pour l’entendre se raconter. L’objectif de cette journée d’étude est de discuter des difficultés méthodologiques inhérentes aux enquêtes sur l’objet “famille”, d’entrer dans “les cuisines de la recherche” afin de découvrir certaines des méthodes originales mobilisées par des enquêteur.ices pour percer les secrets des familles.

Sont bienvenues toutes propositions de chercheur.euse en sciences humaines portant sur une enquête sur/relative à la famille, qui soit ont mobilisé d’autres matériaux que l’entretien ou les sources souvent utilisées pour écrire l’histoire ou le quotidien de la famille, soit offrent une relecture originale des corpus en question. Trois axes principaux de réflexion sont privilégiés.

1. Ethnographier la famille

L’observation directe des pratiques familiales est souvent exclue d’emblée par le chercheur ou la chercheuse : d’invité.e, iel peut vite devenir intrus.e s’iel s’attarde au domicile pour observer les pratiques familiales. Pourtant, négocier une ethnographie familiale est possible, pour peu que l’enquêteur.ice adapte son enquête aux contraintes de ses informateur.ices. Martine Croteau (2011) a ainsi réalisé plusieurs séances d’observation des repas (de la préparation au rangement) dans les familles. L’enquête peut aussi prendre la forme d’une ethnographie d’une famille unique, comme celle menée par Alain Cottereau et Mokhtar Mohatar Marzok (2012), qui se sont employés à répertorier et à quantifier au jour le jour le mode de vie d’une famille andalouse d’origine marocaine, par des séances d’observation, des entretiens, mais aussi par la reconstitution des dépenses et des emplois du temps des membres de la famille. Plus indirectement, l’ethnographie de la famille peut aussi passer par le recueil de traces des pratiques, qu’elles soient produites par les membres de la famille ou construites à la demande de l’enquêteur.ice (arbres généalogiques, cartes des déplacements, emplois du temps…). Cette récolte peut également prendre la forme de la collecte de sources privées directement auprès des familles pour les historien.nes, qui sont ainsi confronté.es à des enjeux éthiques comme le respect de l’intimité des familles et le devenir du matériau recueilli. Au terme de son étude sur le lien conjugal à l’épreuve de la Grande Guerre, Clémentine Vidal-Naquet (2014) s’interroge ainsi sur le devenir des correspondances entre les soldats et leurs épouses, qu’elle étudie, de l’intime à l’objet d’histoire. Etudier la famille peut enfin prendre la forme d’une ethnographie du domicile, comme le propose Perla Serfaty-Garzon (2003), qu’il s’agisse de rendre compte du rapport des membres de la famille au temps passé chez soi et aux différentes pièces, de leurs trajectoires résidentielles, du caractère “ouvert” ou “fermé” du domicile sur l’extérieur ou encore de la “culture du chez-soi” et du travail d’investissement du domicile (bricolage, rénovations, décoration, etc.) par ses habitant.es.

Comment alors négocier l’ethnographie des familles, selon quelles modalités, et quels sont les avantages et les limites de ce mode d’enquête ? Comment rendre compte du quotidien des familles et des relations qui unissent ses membres autrement que par les discours des intéressé.es sur la question ? Comment prendre en compte la dimension spatiale du domicile dans les enquêtes sur la famille ? Quelle posture adopter lorsque l’on est à la fois étranger et intégré au quotidien familial ? Enquêter sur le domicile peut-il être une porte d’entrée vers l’intimité des familles ? Quels types de traces peuvent être collectés, quels sont les apports et les limites de ces matériaux d’enquête ? Quels en sont les enjeux éthiques ? Comment se positionnent alors les chercheur.ses au sein de ce terrain en milieu privé ?

2. Observer la famille à travers la lentille : méthodologies visuelles, approches matérielles

Un autre moyen d’étudier la famille est de l’observer à travers les supports visuels ou matériels produits par les familles elles-mêmes et pour elles-mêmes, ou pour l’enquête. Ce peut être des photos du domicile ou d’activités quotidiennes, des albums ou des films de famille, etc. Par exemple, Manuel Charpy (2011) a étudié ensemble les images et le journal de Jules-Émile Scrive, patron lillois, en montrant comment les photographies de famille et les objets ayant appartenu à ses membres (jusqu’aux mèches de leurs cheveux) sont investis d’un récit et d’une mémoire familiale et participent de la production des liens familiaux. De même, Marion Braizaz (2019) a demandé à ses enquêtées préadolescentes de prendre en photo quotidiennement leurs repas afin de mieux comprendre leurs rapports au corps et à la nourriture. Une équipe de chercheur.euses a par ailleurs filmé des familles dans leur vie quotidienne pendant une semaine grâce à un ensemble de caméras installés au sein du domicile (Relieu, Zouinar, La Valle, 2007). Cependant, le caractère contraignant et parfois intrusif de ces méthodes peut décourager.

Quels types d’images ou d’objets peuvent alors servir dans le cadre d’une enquête sur la famille ? Comment négocier avec les familles l’accès par l’enquêteur.ice à ces images ou objets intimes ? Comment constituer un corpus de documents privés de familles “ordinaires” dans les enquêtes d’archives ? Comment traiter et classifier ces matériaux ? Comment prendre en compte les contraintes dans la production des photos ou des vidéos par la famille elle-même, en fonction des possibilités techniques et de l’accessibilité matérielle des appareils d’enregistrement ? En prolongeant les réflexions de Jitske Jasperse (2020) sur l’objet comme unique trace d’un pouvoir féminin absent des sources écrites médiévales, on se demandera si les approches visuelles et matérielles peuvent renouveler les questionnements ou compléter les recherches menées à partir de sources écrites et/ou orales.

3. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) comme accès à l’intimité des familles ?

La diffusion d’Internet et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) constitue pour les sciences sociales un nouveau champ de recherche sur la famille, en tant qu’objet et en tant que terrain d’enquête (cyber-ethnographie ou netnographie) (Bjork-James, 2015). Les approches possibles sont multiples : analyse des contenus textuels, photographiques ou vidéos des messages, posts, commentaires ou articles publiés sur des forums en ligne, sur des réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Instagram ou Youtube, sur des blogs ou sur des listes de diffusion. Il peut également s’agir d’analyses de contenus spécifiques à Internet ou aux NTIC comme les hashtags, les métadonnées, les memes, etc. Les blogs, les comptes de réseaux sociaux ou les forums centrés sur la parentalité ont largement été étudiés en tant que mise en scène d’une posture parentale spécifique, de la “réussite” familiale ou domestique ou comme diffuseur/prescripteur de normes parentales (Tiidenberg, Baym, 2017 ; Vincent, 2017). Comment les enquêteur.ices peuvent collecter et constituer une base de données à partir de ce type de sources ? Comment les analyser ? Quels sont les apports de l’utilisation de ce matériau à la compréhension de la famille ?

Internet et les NTIC peuvent également fournir aux enquêteur.ices de nouveaux moyens d’enquête. Il peut s’agir d’un accès plus facile à des catalogues de sources ou de données, ou de contacter le plus largement possible les détenteur.ices de sources privées utiles pour l’historien.nes (voir le projet “Le goût de l’archive à l’ère numérique”). Les chercheur.euses en sciences sociales disposent également de moyens renouvelés de faire de l’ethnographie, par exemple en recrutant des enquêté.es via des annonces en ligne, par le biais des appels vidéos ou par l’utilisation d’applications comme Indeemo qui permettent de faire de “l’ethnographie mobile”, afin que les informateur.ices documentent leur vie de tous les jours en envoyant à l’enquêteur.ice des photos, des vidéos ou des entrées de journaux personnels via l’application. Cette méthodologie d’enquête a par exemple été mise en place pour la recherche Fact-Covid. Comment Internet et les NTIC peuvent-ils renouveler les méthodes et les questionnements des enquêtes ethnographiques ou d’archives ? Permettent-ils l’accès à de nouveaux publics ou de collecter des données sur les aspects les plus difficiles à documenter de la vie des familles ? Quelles sont les limites de l’utilisation de ces outils comme moyen de collecter des matériaux ?

Ces trois axes ne sont que des suggestions et une proposition n’a pas à s’inscrire strictement dans l’un ou l’autre. Toute communication portant sur les difficultés à “entrer” dans les familles peut être proposée, qu’il s’agisse de terrains ou d’objets pour lesquels il est difficile d’accéder au domicile ou à la parole d’un ou de plusieurs membres de la famille, ou encore aux archives de famille en raison d’obstacles politiques, institutionnels, matériels, culturels… Plus largement, toute communication présentant la méthodologie d’une enquête originale sur la famille est bienvenue, par exemple à travers la relecture de matériaux fréquemment utilisés pour étudier la famille, ou l’utilisation de sources ou de matériaux ethnographiques plus inhabituels.

La journée d’étude se déroulera le 8 avril 2021 (sous réserve), en distanciel ou en présentiel suivant l’évolution de la situation sanitaire. Elle aura lieu à l’Ined, au campus Condorcet (Aubervilliers). Si vous souhaitez intervenir, merci d’envoyer à l’adresse de RePPaMa (reppama.contact@gmail.com) une proposition de communication d’une ou deux pages au format Word, OpenOffice ou pdf (intitulé Secrets_Prénom Nom_Titre de la communication) présentant le cadre de la recherche et la nature de l’enquête ou du matériau utilisé, ainsi que la méthodologie de la collecte des matériaux de recherche, ses enjeux, et les questionnements ou difficultés rencontrées avant le 20 janvier 2021. Les propositions en français et en anglais sont les bienvenues. Les réponses aux communicant.es potentiel.les seront envoyées dans le courant du mois de février.

Comité d’organisation (les coordinatrices du REPPaMa et du laboratoire junior : Parentalités plurielles et genre) :
Inès Anrich (Paris 1 Panthéon- Sorbonne), Myriam Chatot (Paris Dauphine, Irisso), Marie-Caroline Compans (Ined, Paris 1-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (Ined-UVSQ-Printemps), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS).

Bibliographie

Braizaz Marion, Préadolescence, rapport au corps et relations familiales : ce que la photo-elicitation apporte à l’enquête qualitative, 8ème Congrès de l’AFS, Aix-en-Provence, 2019.
Bjork-James Sophie, Feminist ethnography in cyberspace: Imagining families in the cloud, Sex Roles 2015, vol. 73, p. 113-124.
Charpy Manuel, Matières et mémoires. Usages des traces de soi et des siens dans une grande famille bourgeoise de la seconde moitié du XIXe siècle, Revue du Nord, vol. 390, n°2, 2011, p. 395-432.
Cottereau Alain et Mohatar Marzok Mokhtar, Une famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible, Paris, Bouchène, 2012.
Croteau Martine, Le repas familial : être en famille autour d’un menu rassembleur : étude de cas des repas familiaux de deux familles de la région de Québec, mémoire présenté à l’université de Laval, 2011.
Jasperse Jitske, Mevieval Women, Material Culture and Power. Matilda Plantagenet and her Sisters, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2020.
Relieu Marc, Zouinar Moustafa,, La Valle Natalia, At home with video cameras, Home Cultures, vol. 4, n°1, 2007, p. 45-68.
Serfaty-Garzon Perla, Chez soi – les territoires de l’intimité, Paris, Armand Colin, 2003.
Tiidenberg Katrin, Baym Nancy, Learn It, Buy It, Work It: Intensive Pregnancy on Instagram, Social Media + Society, 2017.
Vidal-Naquet Clémentine, Couples dans la Grande Guerre : le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Paris, Les Belles Lettres, 2014.
Vincent Justine, Analyse des fils de discussion d’un forum dédié aux beaux-parents : quels apports de l’outil pour saisir les normes en famille recomposée ?, Journée transversale des doctorants du Centre Max Weber, 2017.

Appel à articles – Families and COVID-19: an interactive relationship (07.02.2021)

The deadline for submitting an abstract to the special issue « Families and COVID-19: an interactive relationship » of Frontiers in Sociology is 7th February 2021.
Since the co-editors are eager to follow the progression of this Special issue, they invite you to: 
1. Confirm your interest in this project and/or your intention to submit a paper proposal 
2. Before submitting a proposal on-line, send us the title & names of all the co-authors 

· an indication of the type (theoretical/conceptual analysis), empirical (research report, methods), research/policy review, with estimated and length (4-8,000 words)
· an abstract of 250-350 words maximum
· a time frame indicating the current stage of the work (data collected, project completion date) and the expected article submission date (whether within 6 months of the closing date for abstracts)
As indicated previously, the articles will be published online as soon as they have been reviewed and accepted for publication, and editorials will be written when all the articles have been received.

Please send your responses to Linda Hantrais, who is centralizing the information on their behalf : L.Hantrais@lse.ac.uk

Lien vers l’appel

Appel à chapitres – Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice (31.01.2021)

Reinventing ‘the family’ in uncertain times: education, policy and social justice. Editors: Prof. Marie-Pierre Moreau, Dr Catherine Lee and Dr Cynthia Okpokiri, Anglia Ruskin University, UK.

The Covid-19 pandemic, resurgence of social movements, tensions between the conservative, far-right politics, socialist principles, and neoliberal ideologies have converged to create an unprecedented situation, characterised by acute changes and uncertainties. Set against this context, this edited volume is concerned with the reproduction and transformation of family norms in contemporary times. It is underpinned by two main ambitions. First, we wish to document and question what ‘counts’ as a family in contemporary times. What families are rendered in/visible and mis/recognised and how are these processes of in/visibility and mis/recognition framed by the discourses of power which operate in various institutional and geographical contexts? Second, we want to explore how family forms are changing in the current climate of uncertainties and profound socio-economic, cultural and political shifts. 

We call for contributions which critically explore the following themes: 

  • Family forms:  the diversity of family formations and what makes a family in contemporary times, including work concerned with non-traditional, non-heteronormative, non-Eurocentric definitions of the family, such as single-parent families, one-person families, childless families, families with animal companions, LGBTQ families, families across the Global South, extended families, mixed heritage families, transnational families, step families, blended families and families of ‘choice’. 
  • Power relationships: how power relationships linked to gender, class, ethnicity, sexuality, faith,dis/ability and other in/equalities intersect and or operate in defining what counts as a family. 
  • Family narratives: how individuals and groups negotiate discourses of the family and their implications with regards to power relationships, including how activists and minority and majority groups reproduce or challenge family norms and work towards the promotion of alternative definitions of the family. 
  • Systemic influences on family: contemporary disruptions to prevailing family norms, including the shift in private/public boundaries and the use and impact of traditional and social media on family dynamics. 
  • Family practices: how mundane, everyday activities of family life sustain or negate individual and collective subjectivities. 

While we anticipate that the volume will be sociologically informed, we welcome work informed by a broad range of conceptual and methodological approaches, including ethnographies, autoethnographies, case studies, empirical studies, policy analysis and discussion pieces.  

A range of focuses are expected, with all contributions brought together through: 
1) a shared critical stance towards normative constructions of the family
2) a key concern for diversity, equity and intersectionality.  

We welcome work that concentrates on what happens within the family as well as work concerned with what local, organisational, national, international and transnational policies and discourses ‘do’ to families. We encourage the submission of work documenting and exploring family discourses in multiple fields, including, for example, education, paid and unpaid work, social work and social policy. 

Scholars at various stages of their career and from various parts of the world are welcome, particularly First Nations communities and those in the Global South.  

We have approached Bloomsbury who have expressed an interest in this project. We are now in the process of identifying contributors, before submitting a proposal by Spring 2021. If the proposal is successful, we will expect to receive the draft chapters from contributors by Autumn 2021, with the book published in 2022.  

If you are interested, please do send a 250-word abstract, by 31 January 2021, to marie-pierre.moreau@aru.ac.uk

Lien vers l’appel

Appel à articles – Familles et professionnel.le.s (15.05.2021)

Familles et professionnel.le.s

Appels à articles

Revue Recherches familiales n° 19

L’intervention des professionnel.le.s auprès des familles interroge d’emblée le sujet de la rencontre de ces protagonistes ainsi que la question de leurs places, positions et compétences respectives. Les missions professionnelles des intervenant.e.s sont multiples et s’inscrivent dans différents domaines de la vie quotidienne en lien avec l’éducation, la santé, la justice, le logement, l’économie… Dans ce champ professionnel élargi et toujours plus difficile à délimiter, on trouve les métiers de l’intervention sociale, de la protection juridique, de la santé, du care… les professionnel.le.s proposant aide, assistance, soin, accompagnement, éducation spécialisée, accueil à domicile, répit, avec en toile de fond des valeurs et normes à défendre et à préserver, telles que l’intimité, le respect, ou encore la dignité et l’autonomie des personnes.

Comme en témoignent un certain nombre de textes législatifs, fondateurs au regard de la présence et des droits des proches dans le paysage institutionnel (cf. notamment la loi du 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale), la famille, bien qu’elle ne soit pas une personne morale dotée de la personnalité juridique, est appelée à occuper de plus en plus une place d’acteur, de « co-partenaire » auprès des organisations et des professionnel.les. Cette participation active de la famille, qu’elle corresponde à une volonté d’intégration de la part d’instances décisionnelles ou qu’elle soit le fait de mobilisations collectives (associations d’usagers et de malades, de parents d’enfant placés ou d’anciens enfants placés, de parents apportant du soutien auprès de jeunes adultes en situation de handicap et de personnes âgées rencontrant des limitations …), implique de facto, une recomposition des rapports de pouvoirs et de savoirs entre les acteurs engagés. Elle interroge en outre, à travers les discours en situation, la nature et la qualité de leur relation ainsi que les différents niveaux d’interactions.

Dans ce numéro 19 de Recherches Familiales, nous souhaitons observer les enjeux actuels soulevés par les rapports qu’entretiennent familles, organisations et professionnel.le.s au regard de l’évolution et l’institutionnalisation de leurs liens. Autour d’une famille et de son accompagnement par les professionnel.les, ce questionnement pourra être étendu d’une part aux relations inter-professionnelles et, d’autre part, aux postures des intervenants dans les cadres institutionnels qui encadrent leurs pratiques.

Comme le montre l’évolution des pratiques parentales notamment avec l’apparition et l’usage du terme de parentalité en milieux professionnels, vocable que l’on retrouve dans le discours éducatif et social au cours des années 90, en requalifiant notamment la fonction de parent, ce terme a favorisé la mise en place de nombreuses mesures de soutien à destination des familles, portées par différents réseaux d’acteurs accompagnés par les pouvoirs publics. La transformation des relations professionnels-familles, dans le cadre du soutien à la parentalité, témoigne ici de la volonté de promouvoir des relations de coopération avec et entre les familles et interroge de fait le champ des responsabilités partagées entre organisations, professionnels et parents, ce qui donne lieu à l’apparition ou au développement de nouveaux métiers et dispositifs d’accompagnement et de soutien (Reaap, LAEP, Clas, médiation familiale, divers programmes de soutien à la parentalité…). 

A d’autres temps du cours de la vie, des parents sont amenés à intervenir durablement dans l’accompagnement et les soins de longue durée de leurs proches (ascendant.e.s, conjoint.e.s, enfants adultes). Leurs activités dépendent des conditions de « défamilialisation » d’une part de ce travail, de sa répartition, entre parents et professionnel.le.s, variable selon les dispositifs de solidarité publique, selon l’offre professionnelle et les régulations du marché des services. Ce travail familial de soutien les conduit à être placés dans une ou plusieurs fonctions : personne à contacter, producteur ou organisateur de soins profanes, personne de confiance, curateur ou tuteur familial, personne à former dans le cadre de l’aide aux aidants… Définis en tant qu’« aidants familiaux » par la loi n° 2015-1776 du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement, ces parents sont potentiellement en place de coordinateurs, de médiateurs, de porte-voix de leur proche à l’égard de professionnels, dans l’organisation des services à domicile ou en établissement médico-social. Les conditions de leur légitimité à intervenir dans différents dispositifs de promotion de formes de démocratie en santé, et d’individualisation des parcours, pourront faire l’objet de contributions (plan d’aide ou de compensation, plans de soins individualisés, coordination ou intégration du soin, partage d’informations/décisions sur les modes de vie et de soin). 

À la faveur de ces reconfigurations relationnelles, pourront être présentées dans des contextes variés des situations où des logiques de négociation, d’alliance et de partenariat sont à l’œuvre, aux plans formel et informel. Les conditions de faisabilité et de viabilité de ces modalités partenariales (dans les écoles, tribunaux, hôpitaux, associations d’usagers…) pourront être discutées, en mobilisant les sujets controversés de l’expertise parentale ou encore de la décision thérapeutique partagée, qui questionnent diversement, d’une part, la reconnaissance effective des compétences et savoirs profanes et, d’autre part, le sujet de l’autonomie de la personne et de sa capacité /possibilité de décider pour elle-même en toute circonstance. 

Pour exemple, le sujet des espaces dédiés aux échanges entre familles et professionnel.les, qui viendraient accueillir la parole plurielle des acteurs sur une expérience de type traumatique (mais pas seulement), pourrait être également investigué afin de mieux comprendre comment s’organise l’actualisation d’un travail de liens aux dimensions multiples. Ici, les rapports d’égalité, l’élaboration d’un cadre ainsi que le partage des décisions entre professionnel.les, patients, entourage familial et discours institutionnels pourraient être analysés à travers les enjeux politiques et institutionnels mais aussi sociaux et culturels. 

Parce que les relations entre familles et professionnels s’inscrivent dans une visée heuristique, où il s’agit de faire circuler des savoirs, des compétences et des pratiques aux ancrages divers, le savoir d’expérience, issu des sciences de l’éducation, aujourd’hui réifié en expertise, est le lieu où s’incarnent des connaissances et des pratiques issues du quotidien dont les familles sont les principales détentrices. Les échanges qui y résident peuvent être notamment facilités par la médiation scientifique, dispositif en plein essor qui participe au transfert de savoirs théoriques et expérientiels entre les différents acteurs de la rencontre. Dans ce contexte, la médiation représente en elle-même un vecteur d’interrelations entre parents et professionnels dont l’efficacité pourrait être interrogée dans ce dossier.

Les articles entièrement rédigés sont à proposer au Comité de lecture de Recherches Familiales avant le 15 mai 2021. La revue paraîtra en janvier 2022.

Pour mieux connaître la revue : http://www.unaf.fr/spip.php?rubrique181

Pour consulter le règlement intérieur : http://www.unaf.fr/spip.php?article16501

Indications techniques :

1- Article :

40 000 signes, notes de bas de page et espaces compris. L’article doit être accompagné d’un résumé de 700 à 900 caractères, espaces compris.

2- Références :

Ne pas utiliser le système américain (nom de l’auteur(e) et page entre parenthèses), mais le système « français » de référence intégrale en note de bas de page. Pour ce référencement, voir les articles de la revue déjà publiés sur le site http://www.unaf.fr/spip.php?rubrique181 ou sur https://www.cairn.info/revue-recherches-familiales.htm

La revue Recherches Familiales est publiée en version papier et en version électronique sur les sites Portail Doc de l’Unaf etCairn. La revue fait l’objet de plus de 25 000 téléchargements d’articles par mois. 

La revue Recherche Familiale fonctionne selon des principes stricts de lutte contre le plagiat, y compris d’autoplagiat. L’auteur(e) doit s’engager sur l’honneur à garantir que l’article proposé est un travail original, fruit d’un travail personnel. Ce travail a été rédigé de manière autonome, sans recourir à d’autres sources ou outils que ceux que l’auteur(e) a explicitement déclarés comme tels. Ce travail ne comporte pas de plagiat, ni d’autoplagiat. Tous les développements repris d’une source extérieure sont cités entre guillemets avec un renvoi précis à la source dûment identifiée (y compris Internet). Le fait de ne pas citer une source, ou de ne pas la citer correctement, est constitutif de plagiat. Le plagiat est considéré comme une faute grave par le comité de rédaction de la revue Recherches Familiales, qui se réserve la possibilité de la dénoncer.

Envoyez votre article (fichier en format Word ou Rtf) par courrier électronique à recherches.familiales@unaf.fr. Date limite d’envoi : 15 mai 2021. Un accusé de réception vous sera envoyé. 

A noter : Si l’article est susceptible d’être publié (décision du comité de rédaction), il sera demandé à l’auteur(e) de signer deux documents : une autorisation de reproduction/cession de droits et une déclaration sur l’honneur assurant que l’article présenté ne comporte pas de plagiat. 

Soutenance – L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique par Hélène Malmanche (11.12.2020)

Hélène Malmanche (CESPRA) soutiendra sa thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie intitulée « L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique) », sous la direction d’Irène Théry (directrice d’études à l’EHESS) le vendredi 11 décembre 2020 à 14h00 par visioconférence. Pour y assister, merci de la contacter par mail : h.malmanche@ehess.fr.

Le jury sera composé de :

Laurence Hérault, anthropologue, Aix-Marseille Université, rapporteure
Virginie Rozée, sociologue, Institut national d’études démographiques, rapporteure
Jérôme Courduriès, anthropologue, Université Toulouse Jean Jaurès
Liora Israël, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales
Séverine Mathieu, sociologue, École Pratique des Hautes Études
Rayna Rapp, anthropologue, New-York University
Irène Théry, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales, directrice de thèse

***
Résumé :

Le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) avec tiers donneur est régi en France par les lois dites « de bioéthique » depuis 1994, qui balisent l’organisation des dons de gamètes et d’embryons en les réservant aux seuls couples hétérosexuels en âge de procréer. En raison des restrictions d’accès que pose ce cadre, et des difficultés à trouver un nombre suffisant de donneurs et donneuses pour répondre aux besoins croissants, de nombreuses personnes se tournent vers l’étranger pour bénéficier d’un don de sperme, d’ovocytes, d’embryon ou de gestation. Pour les Françaises et les Français, la Belgique représente le premier pays de destination pour le recours à une AMP transfrontières.

Appréhendés dans leur globalité, les dons de gamètes et d’embryon mais aussi les dons de gestation (la gestation pour autrui) sont autant des pratiques médicales que des pratiques de parenté en tant qu’ils créent une nouvelle forme familiale : la famille issue de don. Cette thèse vise à décrire la pratique de l’engendrement avec tiers donneur, à la fois du point de vue des parents d’intention qui sont engagés dans des parcours d’AMP avec tiers donneur, et du point de vue des praticiens qui accompagnent la construction de cette parenté par le don. Pour cela une double enquête a été réalisée. Premièrement une enquête par entretiens a été menée auprès de parents d’intention ayant eu recours à une AMP avec tiers donneur, qui s’articule en trois volets ; ils permettent chacun d’éclairer respectivement le don d’ovocytes, le don de sperme à des couples de femmes, le don de gestation à des couples d’hommes, des hommes seuls ou des couples de sexe opposé. Deuxièmement une enquête ethnographique de deux ans dans un centre de procréation médicalement assistée en Belgique accueillant des ressortissants français a permis de rendre compte d’une pratique médicale d’engendrement avec tiers donneur.

Dans un contexte où l’engendrement avec tiers donneur est dans une situation d’ « institution incomplète » en France comme en Belgique chacune à des titres différents, cette recherche permet d’éclairer le changement social en train de se faire à travers la question de l’institution de normes émergentes de cette nouvelle manière de faire une famille. Les résultats de l’enquête mettent en exergue le caractère processuel de l’acquisition des places de chaque protagoniste – parents d’intention, donneurs, enfant issu du don – pendant le temps de l’engendrement, qui s’étend depuis l’élaboration du projet parental jusqu’à l’après naissance ; ils rendent comptent de la façon dont des professionnels du soin accompagnent cet engendrement avec tiers donneur à travers un travail relationnel qui prend en compte l’ensemble des dimensions de l’engendrement, de sa composante biologique à la parenté, en passant par la filiation. Enfin ces pratiques médicales et de parenté doivent être replacées dans le contexte global des transformations de l’institution de la famille, ouvrant ainsi à un éclairage, par les sciences sociales, des débats bioéthiques les plus contemporains.

Projection-débat – Ma famille sans frontière (17.12.2020)

Le jeudi 17 Décembre 2020 de 16h à 18h, 1er événement « grand public » organisé par le Réseau de recherche Migrations de l’Asie de l’Est et du Sud-Est en France (MAF) :

Projection-débat autour du film de Minju Song « Ma Famille Sans Frontières »

Avec une table ronde sur le thème : Les dynamiques au sein de familles franco-est asiatique en France.

Inscription requise : https://forms.gle/MvFWytcpWxwNvQgd8

Intervenant∙e∙s 

Minju Song (Réalisatrice)
Beate Collet (Sorbonne Université)
Zongnan Wang (Université de Poitiers)
Kanako Takeda (EHESS/Sorbonne Université, doctorante associée à l’IAO)

Comité d’organisation

Sophie Haas (Diplômée de l’INALCO), Meng Kou (ENS)
Kanako Takeda (EHESS/Sorbonne Université, doctorante associée à l’IAO)
Simeng Wang (CNRS)

Contact
migrations.asiatiques@gmail.com
https://www.migrations-asiatiques-en-france.cnrs.fr/actualites/204-1er-evenement-grand-public-organise-par-maf-projection-debat

Colloque – Famille, pouvoir et inégalités (30.11.20, visioconférence)

Le colloque Famille, pouvoir et inégalités, organisé par l’unité « Genre sexualité et inégalités » de l’Ined, se tiendra lundi 30/11 par visioconférence. Veuillez trouver le programme ci-dessous et ci-joint.Pour participer au colloque, il est nécessaire de s’inscrire au préalable. Après inscriptions, vous recevrez un émail de confirmation avec les informations nécessaires pour se connecter le 30/11. Le nombre de places est limité à 100 participant.e.s.

9H15 : OUVERTURE

Ouverture : Magda Tomasini, directrice de l’Ined

Introduction : Marie Bergström & Mathieu Trachman (Ined)

9H30-11H : LA PLACE DES MINORITÉS SEXUELLES AU SEIN DES FAMILLES
Discutant : Wifried Rault (Ined)

Camille Masclet (CESSP, CNRS) : Coming-out familiaux, et après ? Des processus d’acceptation parentale contrastés

Tania Lejbowicz (Ined, Université Paris Nanterre) : Détresse psychologique des femmes lesbiennes et bisexuelles : quels liens avec la connaissance et acceptation parentales de leur identification minoritaire ?

11H15-12H45 : INÉGALITÉS ET ENFANCE
Discutante : Lidia Panico (Ined)

Sébastien Roux (LISST, CNRS) : Le coeur et ses raisons. Amour, altérité et préparation dans le monde de l’adoption

Kevin Diter (EHESP) : “C’est quand qu’on va où ?” : les rapports socialement différenciés au temps des adolescent.e.s et de leurs parents

14H-15H30 : INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES, INÉGALITÉS DE GENRE
Discutante : Hélène Périvier (Sciences Po)

Angèle Jannot (Ined, Université Paris 8) : Des inégalités de revenus aux inégalités de richesse dans la famille : le rôle du genre dans les transactions économiques quotidiennes au sein des couples parentaux hétérosexuels

Anne Lambert (Ined) : Emploi, télétravail et conditions de vie : une analyse des dissensions conjugales à l’heure de la pandémie de covid-19

15H45-17H15 : VIOLENCES AU SEIN DE LA FAMILLE : LES APPORTS DES ENQUÊTES VIRAGE
Discutante : Pauline Delage (CSU, CNRS)

Amélie Charruault (Ined, Univiersité Paris 1) : Les réactions des filles et des garçons suite aux violences subies dans la famille et son entourage: se taire, parler ou dénoncer ?

Stéphanie Condon et l’équipe Virage Outre-mer (Ined) : Genre et contextes relationnels des violences dans l’entourage familial à La Réunion

17H15 18H00 : CONFÉRENCE DE CLÔTURE
Présidence : Michel Bozon (Ined)

Céline Bessière (Université Paris Dauphine) & Sibylle Gollac (CSU, CNRS) : Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités

Journée organisée par Marie Bergström, Marie Digoix, Tania Lejbowicz, Mathieu Trachman & Lucie Wicky

Programme

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 15 octobre 2020

Affiche du neuvième atelier

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 15 octobre 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 1080 (9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers. Métro Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Kanako TAKEDA et de Marie-Noëlle DABESTANI.

Kanako Takeda (doctorante en sociologie à l’EHESS, Centre George Simmel) présentera la communication suivante : Anticipations parentales dans les couples transnationaux franco-japonais – Analyse des impacts sur la (re)configuration des rapports conjugaux

Marie-Noëlle Dabestani (doctorante en sciences de l’éducation à
Paris 8, CIRCEFT-ESCOL) présentera la communication suivante : Enquêter sur la relation entre école maternelle et familles. Cas d’un « jouet scolaire » et de son cahier introduits au domicile des parents

L’atelier aura lieu en présentiel et par visioconférence. Le nombre de places en présentiel étant limité, merci de nous informer de votre intention d’assister à l’atelier en personne par mail. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Programmation 2020-2021 des ateliers sur Calenda

Appel à Articles – Recherches Familiales N° 18 (30.09.2020)

Le comité de rédaction de la revue Recherches Familiales a décidé, exceptionnellement de reculer les dates limites de réception des articles (pour un dossier thématique ou pour la partie Varia) ou d’une proposition de thèmes à titre exceptionnel. Vous avez jusqu’au mercredi 30 septembre 2020 pour proposer un texte.

Appel à articles exceptionnel et complémentaire pour Recherches Familiales n°18 (janvier 2021) : Familles et luttes politiques et sociales : https://www.unaf.fr/spip.php?article25830

Appel à articles  pour Recherches familiales n°18 (janvier 2021) : Les « états » de la famille suite à la séparation du couple : https://www.unaf.fr/spip.php?article25543

Appel à thèmes : Coordonateurs.trices invité.e.s

Dans le but d’être plus étroitement en prise avec les préoccupations actuelles de la recherche dans le domaine de la famille et de contribuer à donner une plus grande visibilité aux thèmes émergents, le comité de rédaction de la revue Recherches Familiales souhaite associer la communauté des chercheur.e.s à l’élaboration des prochains dossiers thématiques.

Aussi, tout.e.s chercheur.e.s intéressé.e.s à devenir coordonnateur.trice.s scientifique.s peu.ven.t nous faire une proposition de thème. A cette fin, il est nécessaire d’envoyer au comité de rédaction (recherches.familiales@unaf.fr) un argumentaire de 2000 signes.

Si le thème est retenu, il s’agira : de rédiger l’appel à articles dans les normes de la revue (appel qui sera ensuite validé par le comité) ; d’évaluer avec les membres du comité de rédaction l’ensemble des articles proposés dans le cadre de ce thème (dans l’année précédant la publication, le/la chercheur.e fera partie du comité) et de rédiger/signer l’introduction du dossier thématique lors de sa publication.

Parution – Revenir vivre en famille. Devenir adulte autrement

Les éditions du bord de l’eau publient Revenir Vivre En Famille. Devenir Adulte Autrement, de Sandra Gaviria (sociologue).

Résumé :

Pourquoi et comment les jeunes reviennent-ils vivre au domicile de leurs parents ? En quoi ce retour est-il ou non la marque d’un échec sur la voie de l’indépendance ?
Auparavant, lorsque les jeunes quittaient le domicile parental pour voler de leurs propres ailes, il s’agissait d’un départ définitif qui marquait l’entrée dans l’âge adulte. Tel était du moins le modèle français.

En quoi le retour est-il significatif d’un changement dans ce modèle ?
Comment décrire, comprendre et analyser ce changement dans le parcours des jeunes ? En quoi le retour remet-il en question la capacité d’autonomie des individus concernés ?

L’auteure apporte un éclairage nouveau sur ce phénomène pour trois raisons essentielles :
Premièrement, elle situe le phénomène français dans le contexte international. Deuxièmement, elle met en lumière des parcours sous-tendus par des logiques, non seulement économiques, mais aussi affectives, en décrivant les processus vécus au moment des retours du point de vue des jeunes et de leurs parents. Ressentent-ils les uns et les autres un sentiment d’échec ? Comment les jeunes s’autonomisent-ils ? Comment se passe la cohabitation intergénérationnelle ? Enfin, le livre s’interroge sur la considération que les politiques publiques devraient accorder à ce phénomène qui met en lumière les inégalités sociales au sein de la jeunesse.

Appel à article – Réalités familiales contemporaines et pratiques sociales auprès des familles (15.06.2020)

Réalités familiales contemporaines et pratiques sociales auprès des familles : des savoirs enracinés dans les expériences vécues

Contemporary family realities and social practices among families: knowledge rooted in lived experience

Revue « Service social » (vol. 67, 2021)

Résumé
Dans le cadre de ce numéro thématique de la revue Service social, nous souhaitons réunir des contributions visant à restituer la parole des membres de divers réseaux familiaux complexes (parents, tuteurs et tutrices, enfants, grands-parents, tiers de procréation, etc.) et des professionnel·le·s qui les accompagnent au quotidien ou à certaines périodes charnières de leur parcours. Ces savoirs émergents peuvent, entre autres, s’enraciner dans les expériences individuelles, mais aussi porter davantage sur les processus et les dynamiques familiales ou encore, documenter les pratiques sociales et la collaboration interprofessionnelle dans le champ de la famille. En ce sens, les contributions attendues peuvent présenter des résultats empiriques, retracer les choix méthodologiques ayant présidé à la construction de la démarche de recherche et leur pertinence au regard du projet de connaissances, ou encore rendre compte de manière critique d’interventions novatrices auprès des familles.

Direction du numéro

  • Kévin Lavoie, École de travail social et de criminologie Université Laval
  • Geneviève Pagé, Département de travail social Université du Québec en Outaouais

Argumentaire

Depuis quelques décennies, on assiste à une transformation rapide des configurations familiales. En effet, les changements sociaux et normatifs ayant ponctué l’histoire récente de l’institution familiale ont permis l’émergence de modèles inédits, bouleversant nos représentations des rôles parentaux et des liens de parenté. « Faire famille » à l’aube du 21e siècle se conjugue désormais au pluriel : recomposition familiale, adoption, accueil familial, relation charnelle, procréation assistée, coparentalité planifiée, pluriparentalité, famille « choisie » sont autant de modalités permettant de concrétiser le désir d’enfant ou de tisser une trame relationnelle entre les personnes concernées. Cette diversité familiale s’observe tant dans la structure de la famille, sa composition et ses frontières, que dans la qualité des liens qui unissent ses membres. Ces changements nous obligent à revoir nos manières d’analyser les réalités familiales contemporaines, mais aussi d’intervenir auprès des familles.

Dans le cadre de ce numéro thématique de la revue Service social, nous souhaitons réunir des contributions visant à restituer la parole des membres de divers réseaux familiaux complexes (parents, tuteurs et tutrices, enfants, grands-parents, tiers de procréation, etc.) et des professionnel·le·s qui les accompagnent au quotidien ou à certaines périodes charnières de leur parcours. Ces savoirs émergents peuvent, entre autres, s’enraciner dans les expériences individuelles, mais aussi porter davantage sur les processus et les dynamiques familiales ou encore, documenter les pratiques sociales et la collaboration interprofessionnelle dans le champ de la famille. En ce sens, les contributions attendues peuvent présenter des résultats empiriques, retracer les choix méthodologiques ayant présidé à la construction de la démarche de recherche et leur pertinence au regard du projet de connaissances, ou encore rendre compte de manière critique d’interventions novatrices auprès des familles.

Axe 1 : Mieux connaître les réalités et les dynamiques familiales contemporaines

Le premier axe réunira des articles permettant de mieux comprendre la diversité familiale et les parent(alit)és émergentes, à travers des résultats de recherches empiriques. Les contributions pourront témoigner tant des expériences vécues au Québec par les familles natives ou immigrantes que celles vécues dans d’autres contextes culturels et nationaux à l’échelle internationale. Les questions de recherche pourront être explorées à travers différentes lorgnettes théoriques permettant de mettre à jour, voire de renouveler le champ des études familiales en sciences sociales.

Axe 2 : Recueillir la parole des personnes concernées

Au-delà des recherche positivistes et quantitatives visant à décrire ou à expliquer certains phénomènes familiaux, les approches inductives et interprétatives représentent une avenue féconde pour cerner la pluralisation des expériences vécues par les familles, consolidant par le fait même l’arrimage des modèles d’intervention avec leurs besoins. Les contributions de cet axe pourront par exemple décrire des démarches de recherche qualitatives et compréhensives, où les méthodes et les outils de collecte de données ont permis de recueillir de manière originale la parole des personnes directement concernées. De même, les articles pourront aborder les considérations épistémologiques de la recherche avec les familles selon différentes postures, ou offrir des analyses critiques sur des méthodologies déployées, soulignant leurs apports et leurs écueils dans le processus de construction de connaissances.

Axe 3 : Documenter les pratiques d’intervention novatrices auprès des familles

Le travail social comme discipline pratique tournée vers l’action offre un terreau fertile pour construire des savoirs sur les approches et les dispositifs d’intervention. Il en est de même pour les autres métiers de la relation d’aide telles les sciences infirmières, la psychoéducation, la psychologie et l’ergothérapie. Les articles s’inscrivant dans le troisième axe documenteront les pratiques professionnelles et les programmes développés pour soutenir les pluralités familiales ou défendre leurs droits, tout en dégageant les fondements théoriques sous-jacents.

À propos de la revue

Service social est une revue à caractère scientifique et professionnel qui s’adresse aux intervenant·e·s et chercheur·se·s du service/travail social et aux autres disciplines qui s’intéressent aux pratiques sociales. On y retrouve des études sur le service social professionnel, des analyses fondées sur les disciplines de base du service social, des résultats de recherche dans différents domaines du bien-être, des études sur les méthodologies fondamentales du service social, une information sur la législation sociale ainsi que des comptes rendus d’ouvrages récents.

Professeur·e·s, chercheur·se·s, praticien·ne·s, et étudiant·e·s y publient régulièrement dans cette revue des travaux empiriques, des analyses scientifiques, des comptes rendus d’ouvrages et d’autres articles qui font état de l’évolution des idées et des pratiques dans leurs champs d’intérêt respectifs. La revue Service social est une revue arbitrée évaluée par les pairs à double insu. La publication se fait en français uniquement.

Calendrier

  • Remise des lettres d’intention (résumés) : 15 juin 2020
  • Retour aux autrices et aux auteurs : au plus tard le 23 juin 2020
  • Remise des manuscrits complets : 1er novembre 2020

Modalités de proposition

Nous demandons aux autrices et aux auteurs qui prévoient soumettre un texte de rédiger une lettre d’intention et de l’acheminer en format Word au comité directeur du numéro, au plus tard le 15 juin 2020. Une réponse sera transmise au plus tard le 23 juin.

La lettre d’intention doit contenir les informations suivantes : 1) les noms et les coordonnées de l’ensemble des personnes contributrices (département, université d’attache, courriel) ; 2) le titre provisoire de l’article ; 3) un résumé de la proposition (300 à 500 mots maximum) et 4) l’axe dans lequel s’inscrit la contribution.

Les manuscrits complets (20 pages maximum, incluant les tableaux, les graphiques, les références et les notes de bas de page) des propositions retenues devront être soumis au plus tard le 1er novembre 2020. Pour les directives aux autrices et aux auteurs (normes éditoriales, bibliographie, etc.), consultez le site web de la revue : https://www.fss.ulaval.ca/travail-social-et-criminologie/recherche/revue-service-social

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lus Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).