Archives par mot-clé : engendrement

Soutenance – L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique par Hélène Malmanche (11.12.2020)

Hélène Malmanche (CESPRA) soutiendra sa thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie intitulée « L’engendrement avec tiers donneur. Genre, bioéthique et pratiques transfrontières (France, Belgique) », sous la direction d’Irène Théry (directrice d’études à l’EHESS) le vendredi 11 décembre 2020 à 14h00 par visioconférence. Pour y assister, merci de la contacter par mail : h.malmanche@ehess.fr.

Le jury sera composé de :

Laurence Hérault, anthropologue, Aix-Marseille Université, rapporteure
Virginie Rozée, sociologue, Institut national d’études démographiques, rapporteure
Jérôme Courduriès, anthropologue, Université Toulouse Jean Jaurès
Liora Israël, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales
Séverine Mathieu, sociologue, École Pratique des Hautes Études
Rayna Rapp, anthropologue, New-York University
Irène Théry, sociologue, École des Hautes Études en Sciences Sociales, directrice de thèse

***
Résumé :

Le recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) avec tiers donneur est régi en France par les lois dites « de bioéthique » depuis 1994, qui balisent l’organisation des dons de gamètes et d’embryons en les réservant aux seuls couples hétérosexuels en âge de procréer. En raison des restrictions d’accès que pose ce cadre, et des difficultés à trouver un nombre suffisant de donneurs et donneuses pour répondre aux besoins croissants, de nombreuses personnes se tournent vers l’étranger pour bénéficier d’un don de sperme, d’ovocytes, d’embryon ou de gestation. Pour les Françaises et les Français, la Belgique représente le premier pays de destination pour le recours à une AMP transfrontières.

Appréhendés dans leur globalité, les dons de gamètes et d’embryon mais aussi les dons de gestation (la gestation pour autrui) sont autant des pratiques médicales que des pratiques de parenté en tant qu’ils créent une nouvelle forme familiale : la famille issue de don. Cette thèse vise à décrire la pratique de l’engendrement avec tiers donneur, à la fois du point de vue des parents d’intention qui sont engagés dans des parcours d’AMP avec tiers donneur, et du point de vue des praticiens qui accompagnent la construction de cette parenté par le don. Pour cela une double enquête a été réalisée. Premièrement une enquête par entretiens a été menée auprès de parents d’intention ayant eu recours à une AMP avec tiers donneur, qui s’articule en trois volets ; ils permettent chacun d’éclairer respectivement le don d’ovocytes, le don de sperme à des couples de femmes, le don de gestation à des couples d’hommes, des hommes seuls ou des couples de sexe opposé. Deuxièmement une enquête ethnographique de deux ans dans un centre de procréation médicalement assistée en Belgique accueillant des ressortissants français a permis de rendre compte d’une pratique médicale d’engendrement avec tiers donneur.

Dans un contexte où l’engendrement avec tiers donneur est dans une situation d’ « institution incomplète » en France comme en Belgique chacune à des titres différents, cette recherche permet d’éclairer le changement social en train de se faire à travers la question de l’institution de normes émergentes de cette nouvelle manière de faire une famille. Les résultats de l’enquête mettent en exergue le caractère processuel de l’acquisition des places de chaque protagoniste – parents d’intention, donneurs, enfant issu du don – pendant le temps de l’engendrement, qui s’étend depuis l’élaboration du projet parental jusqu’à l’après naissance ; ils rendent comptent de la façon dont des professionnels du soin accompagnent cet engendrement avec tiers donneur à travers un travail relationnel qui prend en compte l’ensemble des dimensions de l’engendrement, de sa composante biologique à la parenté, en passant par la filiation. Enfin ces pratiques médicales et de parenté doivent être replacées dans le contexte global des transformations de l’institution de la famille, ouvrant ainsi à un éclairage, par les sciences sociales, des débats bioéthiques les plus contemporains.

Soutenance – L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle par Léa Linconstant (16.07.2020, Aix en Provence)

Léa Linconstant soutiendra sa thèse en anthropologie intitulée :   L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle. Fabriquer des patients pour faire des parents (Lombardie, Italie)  le jeudi 16 juillet 2020 à 14h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence). Dans les conditions actuelles, cette soutenance n’est pas ouverte au public.

Le jury est composé de :
Laurence Hérault, Professeure, AMU (directrice de thèse)
Irène Théry, Directrice d’études, EHESS (Rapporteure)
Séverine Mathieu, Directrice d’études, EPHE (Rapporteure)
Agnès Martial, Directrice de recherche, CNRS, CNE (Examinatrice)
Claudia Mattalucci, Ricercatrice, Università di Milano Bicocca (Examinatrice
Jérôme Courduriès, Maître de conférence, Université Toulouse Jean Jaurès (Examinateur)

Résumé
La loi italienne définit l’assistance médicale à la procréation (AMP) comme un traitement thérapeutique permettant de soigner une maladie, l’infertilité. Les parcours d’AMP donnent à voir une forme d’association particulière entre un environnement médical et la constitution de familles alors même que la grossesse n’est pas encore survenue. Ma recherche s’intéresse aux relations qui se nouent entre les professionnels et les consultants au fil des parcours d’assistance médicale à la procréation. Il s’agit de montrer comment ces relations particulières façonnent les représentations et le vécu de l’infertilité et des technologies reproductives. À travers une exploration inédite des dichotomies qui traversent le champ italien de l’AMP telles que normal/pathologique, thérapeutique/de convenance et privé/public, cette étude contribue à la réflexion sur la place du tiers au sein des techniques de reproduction assistée. Si dans le cadre de mon ethnographie, il n’y a pas de recours à un tiers donneur – les couples bénéficient d’une AMP strictement intraconjugale – le processus de procréation s’inscrit néanmoins dans une « action collective à plusieurs partenaires » (Théry, 2010) au sein de laquelle s’insère un tiers, entendu comme un élément extérieur au couple : le corps médical. Les parcours d’AMP relèvent par conséquent d’un processus au cours duquel chacune des places et des statuts attribués se modifient et évoluent par un travail sur les corps et les relations de l’ensemble des protagonistes. Il s’agit alors de comprendre comment les parcours d’AMP conduisent à une reformulation singulière du soin et de la parenté en Italie.

Séminaire – Nouvelles perspectives sur les maternités : Regards croisés des sciences et de la littérature (Luxembourg)

 

La maternité est un sujet qui divise. Largement investie par les stéréotypes, l’image des mères est prise dans un faisceau de représentations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Tantôt source d’oppression, tantôt source de pouvoir, la maternité est indissociable de la construction sociale des. La procréation se place ainsi comme la pierre angulaire de la féminité, essentialisant le genre féminin et les corps des femmes. Ces derniers se font les réceptacles des constructions sociales : accepter ou refuser la procréation, être fertile ou être stérile, autant de faits qui conditionnent la manière dont la féminité est socialement construite et perçue.

Penser la maternité convoque tous les aspects de la vie biologique et sociale, mêlant étroitement des pratiques (sociales, médicales, anthropologiques, etc.) et des représentations que les arts ont investi. Si la grossesse, l’accession à la maternité ont pu quitter au xxesiècle le domaine du tabou littéraire et social (Détrez, Simon 2006), reste que les œuvres artistiques témoignent de la difficulté à s’extraire d’une pensée binaire de la maternité, tout en mettant en mots des enjeux contemporains qui déchaînent les passions. Ces questionnements sociaux et juridiques, qui nourrissent les œuvres artistiques, renvoient également aux pratiques médicales entourant la maternité, et donc les corps des femmes. Bien avant notre époque contemporaine d’ailleurs, le Moyen Âge occidental, pour ancrer notre réflexion dans le temps et l’espace, voit la maternité (grossesse, accouchement, allaitement, mise en nourrice, et prime éducation du nourrisson puis du bébé) comme objet du développement d’un discours médical prescriptif.

Ce cycle de séminaire est l’occasion de faire dialoguer humanités et sciences autour de ce que le concept de maternité implique tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations, de manière à déconstruire les discours traditionnels qui s’articulent autour de normalité / anormalité. Il s’agira d’explorer, au-delà de tout système d’opposition, les grands topoïliés à la maternité : le fait de donner naissance, la maternité à travers les âges, les corps des femmes et l’allaitement, la maternité et l’éthique, la violence des mères et l’homoparentalité féminine.

Programme

Vendredi 26 octobre 2018

Donner naissance : Penser la maternité

  • L’accouchement et son influence dans la littérature, Michel Clees, Médecin gynécologue (CHEM) et auteur luxembourgeois, Luxembourg 
  • L’illusion de la fusion : naissance, maternité et infanticide dans L’Obéissancede Suzanne Jacob, Andrea Oberhuber, Professeure des Universités en littératures française et québécoise (XIXe-XXIe siècles), Université de Montréal, Canada

Vendredi 23 novembre 2018  

Être mère au Moyen Âge, avis de la science et résistance de femmes

  • Être mère à la fin du Moyen Âge (XIIe – XVe siècle) Didier Lett, Professeur des Universités en histoire médiévale, Université Paris-Diderot, France
  • Soin de la mère et de l’enfant dans les traités d’art médical en ancien occitan, Marjolaine Raguin, Marie-Curie Co-fund fellow, Université de Liège, Belgique
  • Conférence-lecture de Laura Freixas, auteure

Vendredi 25 janvier 2019

Corps des femmes et allaitement : le sein 

  • Le lait des femmes  Martine Sagaert, Professeure émérite en littérature, Université du Sud – Toulon-Var, France.
  • Représentations sociales et politiques du corps maternel dans la littérature marocaine : repenser les espaces hétérotopiques. Jean Zaganiaris, Enseignant-chercheur en sociologie, Université Mohammed-VI, Maroc

Vendredi 15 mars 2019

Éthique et maternités

  • Grossesse et accouchement interpellent toute l’éthique du soin Martin Winckler (Dr. Marc Zaffran), Médecin généraliste et auteur, Canada
  • Maternité et responsabilité. Réflexions sur la pensée de Levinas Anne Coignard,Docteure en philosophie de l’École polytechnique et chargée de cours au département de philosophie de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, France                               

Vendredi 26 avril 2019

Violence des mères

  • Quand la maternité engendre la mort : la violence des mères dans les romans policiers contemporains, Fabienne Soldini, Chargée de recherche en sociologie de la littérature, Laboratoire méditerranéen de sociologie – UMR 7305, CNRS / Aix-Marseille Universités, France
  • Regards sociologiques sur la violence maternelleColine Cardi, Maîtresse de conférences en sociologie et anthropologie, Université Paris-VIII, France

Vendredi 24 mai 2019

Maternités et homosexualité féminine : pour une réflexion sur les polémiques actuelles

  • La maternité par les marges : le point de vue des mères lesbiennesVirginie Descoutures, Maîtresse de conférences en sociologue, Université de Picardie – Jules-Verne 
  • Maternité pour tou.te.s – éclairée par le concept de ContinuumChristel Baltes-Löhr, Associate Professor en littérature, Université du Luxembourg

Avec le soutien de l’Université du Luxembourg, l’Université de Liège, l’Institut d’études romanes, médias et arts (IRMA), l’Unité de recherche « Identités. Politiques, Sociétés, Espaces » (IPSE), l’Unité de recherche « Transitions », l’Institut français du Luxembourg, Marie Sklodowska-Curie Actions – European Commission, et le FerULG.  

Renseignements

Entrée libre

  • Lieu : Institut Pierre Werner, 28 rue Münster, 2160 Luxembourg
  • Horaires : de 15h à 17h30

En savoir plus

Colloque – Instituer la famille (21-22.02.2019, Toulouse)

Ethopol organise son colloque conclusif les 21 et 22 février prochains, à l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Gouvernement, subjectivité, engendrement

Il n’y aurait rien de plus naturel que la reproduction ; marque de notre existence biologique, elle s’imposerait à nous comme une pulsion, une nécessité, voire une finalité. Pourtant, derrière la fausse évidence de sa naturalité supposée, la reproduction fait l’objet d’attentions politiques et sociales particulièrement vives. Une multitude d’agents interviennent pour définir et encadrer la manière dont nous faisons famille aujourd’hui. Professionnel·le·s de l’action sociale, médecins, biologistes, juristes, éthicien·ne·s, psychologues… autant d’expert·e·s dont les savoirs sont mobilisés pour édicter les possibles familiaux, définir l’acceptabilité relative des projets reproductifs et mettre en place les conditions de leur réalisation. Or, si ces interventions peuvent se déployer sur un format coercitif ou restrictif (limitation de l’accès légal à l’adoption ou aux technologies d’assistance à la reproduction, par exemple), elles fonctionnent aussi sur le mode de l’invite à la réforme de soi. Les institutions ne font pas que permettre, interdire ou contraindre des projets familiaux : elles encouragent aussi les individus à transformer leurs désirs, réformer leurs attentes ou repenser leurs existences pour devenir – par et pour la prise en charge – de bons parents et de meilleurs sujets.

Pour clôturer son programme de recherche, l’équipe ETHOPOL invite, au cours de deux journées de colloque, d’autres chercheur·e·s à penser avec elle ces formes d’intervention pour renouveler, ensemble, l’appréhension du gouvernement des familles et de soi.

Programme

21 FEVRIER 2019

9h00 › 9h30 Accueil des participant·e·s, par Sébastien Roux & Anne-Sophie Vozari

9h30 › 12h30 Session 1 – CONDUITES ET FRONTIÈRES

Présidence : Rose-Marie Lagrave (EHESS, Iris)

Sarah Mazouz (CNRS, Ceraps) : Allégeance ou loyauté ? Affiliations citoyennes et anxiétés nationales en France et en Allemagne.

Mélanie Gourarier (CNRS, Legs) : Attestation familiale. L’administration des tests ADN de paternité aux États-Unis.

Jérôme Courduriès (Université de Toulouse Jean Jaurès, Lisst) : Les bonnes intentions. Être parent d’un enfant né d’une GPA en dépit de la loi.

Discussion : Annalisa Lendaro (CNRS, Certop).

14h00 › 17h00 Session 2 – RE/DIRIGER LA FAMILLE

Présidence Marc-Henry Soulet (Université de Fribourg)

Michela Villani (Université de Fribourg) : Les arts du renoncement. Sociologie de l’échec procréatif.

Anne-Sophie Vozari (EHESS, Iris) : De la félicité maternelle. Le traitement des dépressions périnatales.

Aurélie Fillod-Chabaud (Centre Norbert Elias) : « Ces enfants, au moins, on connaît leur histoire. » Les nouveaux territoires de l’adoption.

Discussion : Caroline Touraut (Ministère de la Justice)

22 FÉVRIER 2019

9h30 › 12h30 Session 3 – (S’)APPARENTER

Présidence Michael Stambolis-Ruhstorfer (Université Bordeaux Montaigne, Climas)

Sébastien Roux (CNRS, Lisst) : En conformité. Allocation d’enfants et hiérarchies adoptives.

Charlotte Faircloth (University College London) : “Identity work” and narratives of the natural in accounts of “attachment” parenting.

Anne-Sophie Giraud (CNRS, Lisst) : Les mystères de la procréation. Les tiers procréateurs à l’oeuvre dans l’engendrement.

Discussion Dominique Memmi (CNRS, Cresspa)

14h00 › 16h00 Session 4 – L’ORDRE DES FAMILLES. Table-ronde.

Agnès Fine (EHESS, Lisst)

Samuel Lezé (École Normale Supérieure de Lyon)

Marianne Modak (EESP)

Infos pratiques
Amphithéâtre F417
Maison de la recherche
Université Toulouse Jean Jaurès

Entrée libre

En savoir plus : Ethopol