Archives par mot-clé : engagement

Colloque – Care-Practices of Fathers in International Comparison: Do Policies Matter? (16.01.2020, Landshut en Allemagne)

January 16-18, 2020 – University of Applied Sciences Landshut, Germany #fatherresearch2020

Ce colloque réunit un ensemble de chercheurs de sciences sociales travaillant sur la paternité dans différents pays européens, en Chine et aux Etats-Unis pour étudier les pratiques de care des pères dans une perspective internationale. Il s’agit particulièrement d’étudier l’articulation entre les pratiques de care des pères dans la vie quotidienne, les structures de l’État-providence dans leur dimension genrée et les politiques ciblant spécifiquement les pères. Les sessions mettront l’accent sur l’influence des politiques publiques, de la diversité des formes de famille et des événements de la vie sur l’engagement parental des pères, dans différents contextes nationaux.

L’objectif du colloque est également d’initier un réseau de recherche international sur les pères.

Programme et informations ici
Inscription avant le 1 décembre : 60 euros
Inscription à partir du 2 décembre : 100 euros

Compte-rendu de la quatrième séance de RePPaMa (26.04.2018)

La présentation de Constance Schuller portait sur l’impact des conceptions des professionnels en matière de procréation et de parentalité sur la prise en charge de patients dans l’assistance médicale à la procréation (AMP). A partir de deux enquêtes, menées pendant plus de deux ans au sein de plusieurs centres d’AMP de la région parisienne, comprenant des observations de consultations et de réunions pluridisciplinaires, et des entretiens avec des patients et des spécialistes de l’infertilité ; elle a montré le poids important des représentations des soignants en matière d’accès à l’AMP. En effet, les critères légaux (caractère « pathologique » de l’infertilité, couple « stable et motivé », « en âge de procréer ») sont flous et laissent donc une place à l’interprétation du soignant. Or, les soignants mobilisent des conceptions normatives des capacités reproductives des hommes et des femmes (par exemple, les risques d’une paternité à un âge avancé sont peu évoqués, contrairement à ceux d’une maternité à un âge avancé) et de la parentalité. Ainsi, la maternité est « naturalisée » (l’accès d’une femme à la procédure dépend de la bonne capacité de son corps à mener la grossesse à terme), alors que la paternité est évaluée en fonction de critères sociaux (espérance de vie du géniteur potentiel, compétences éducatives). Ces visions normatives compliquent l’accès à la procédure pour des couples perçus comme « atypiques » (non-cohabitants, dits « sans sexualité » c’est-à-dire sans coït, homme et compagne non-officielle…) ou perçus comme ne permettant pas d’offrir les meilleures conditions de vie à l’enfant potentiellement né de la procédure (couples précaires, ayant une faible rémunération…). Le flou des conditions d’accès pose dès lors question quant à l’égalité d’accès aux soins, dans la mesure où un couple n’aura pas le même accès à l’AMP en fonction du centre (et de sa culture locale, de son attention aux taux de réussite ou non), de l’équipe, du médecin etc.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur l’influence du sexe des soignants sur les critères d’accès à l’AMP, le choix des techniques (fécondation in vitro, insémination artificielle…) et sur la connaissance par les patients des politiques de chaque centre.

 

Myriam Chatot commence sa présentation en présentant l’un des résultats de l’enquête UNAF : parmi les 46% de pères qui estiment manquer de temps avec leurs enfants, ¾ évoquent le travail comme le premier facteur qui les empêchent d’être présents et disponibles avec leurs enfants. Son intervention se base sur un corpus de 75 pères ayant au moins un enfant de moins de trois ans, dont 42 qui ont pris un congé parental (en savoir plus).  Les enquêtés rencontrés appartiennent en majorité aux classes moyennes et supérieures. La problématique de la présentation est :  comment les pères justifient les arbitrages concernant leur engagement professionnel et leur engagement parental ? Dans tous les entretiens, l’engagement professionnel (c’est-à-dire le fait de s’impliquer dans son activité professionnelle, tant sur le plan subjectif que temporel) est présenté comme incompatible avec l’engagement parental. Autrement dit, les pères qui sont impliqués dans leur travail (soit parce que leur conjointe est au foyer ou en congé parental ; soit parce que les deux parents sont cadres) expliquent que leur engagement parental (notamment en termes de temps passé avec les enfants) est limité. A l’inverse, les pères qui donnent la priorité à l’engagement parental (notamment les pères en congé parental, mais aussi des pères en couples hypogames) déclarent n’avoir jamais été impliqués dans leur travail (emploi “alimentaire”) ou s’en être désengagés pour être plus présents pour leurs enfants. Cette description de l’engagement parental et professionnel comme étant des vases communicants (si on est engagé dans une sphère, on ne peut être engagé dans l’autre) pose alors la question des motivations des pères à s’engager dans la parentalité : la paternité est-elle un moyen de se valoriser quand le travail fait défaut ?

La discussion a porté principalement sur la définition et les indicateurs concernant le concept d'”engagement”.

Programme de la quatrième séance