Archives par mot-clé : enfant

Atelier du 13 juin 2019 : Anaïs Mary (doctorante au CERLIS) – « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants »

Anaïs Mary présentera les premières résultats de sa thèse intitulée provisoirement « redéfinitions des liens parents/enfants à la suite d’un cancer »

Résumé : « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des
enfants »

Dans les trente entretiens menés avec des parents, vingt-cinq mères et cinq pères, ayant eu un cancer, les possibilités de mourir des suites de celui-ci sont largement revenues. Dans le cadre de cette communication, je m’attacherai à montrer que la mort suscite des craintes, moins tournées vers soi que vers les enfants. Ces craintes émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions vont apparaître des rapports très différents à la mort rendant plurielles les expériences faites du cancer. Pour les premier.ère.s, partant de l’idée qu’ils.elles sont irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie qui s’entend entre autres éléments dans l’emploi d’un vocabulaire guerrier. Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort, bien que non-souhaitée n’est pas vécue aussi dramatiquement que chez leurs homologues. Aussi, vont-ils laisser une place plus grande à la maladie (ex : fatigue qui se donne à voir et se vit sans culpabilité etc.) et ne rien laisser transparaître d’un rapport combatif à cette dernière.

Notice biographique : Doctorante en deuxième année, je mène une thèse en sociologie à l’Université Paris Descartes sous la direction d’Elsa RAMOS, Maître de conférences HDR rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Ma thèse, dont le titre provisoire est « redéfinitions des liens parents/enfants à la
suite d’un cancer », est financée par la Ligue contre le cancer.

Voir le programme de la séance

 

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 13 juin 2019

Nous avons le plaisir de vous convier à notre huitième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 13 juin 2019 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 42 (rez-de-jardin) (133 boulevard Davout 75020 Paris métro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Alexie Geers et Anaïs Mary.

Alexie Geers (Docteure de l’EHESS et chercheuse
associée au CEREP de l’Université de Reims) nous présentera son travail de thèse intitulé : Être une mère moderne : la maternité dans Marie-Claire en 1954
 
Anaïs Mary (Doctorante en sociologie, Université Paris Descartes au Cerlis) nous présentera sa recherche doctorale en cours : Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants (résumé)
 
Nous vous invitons également à consulter notre appel à communication pour le deuxième colloque du RePPaMa « La fabrique des parents » sur la parentalité.
 

PhD in Family Sociology – Gendered Care Perspective (Antwerp) (30.06.2019)

The Centre for Population, Family and Health (CPFH) is seeking to fill the following full-time (100%) vacancy: Doctoral Grant (Fonds Voor Wetenschappelijk Onderzoek-Vlaanderen (FWO)) in the area of family sociology

Job description

  • You prepare a doctoral thesis in the field of family sociology, working on a project on family dynamics and upward solidarity (intergenerational care for parents).
  • You work in close collaboration with your supervisors and colleagues studying related research themes.

 

Project abstract

The sociological field of intergenerational solidarity studies the type and intensity of interactions between adult children and their parents. For upward informal caregiving (children looking after their parents), it has been acknowledged that care arrangements are shaped within families. Although it are individual children who care for their parents, the amount of care a child provides is generally the outcome of a collective family decision. Gender stands out as a determinant of the care a child provides. Caregiving is unfairly weighted against women, especially in male-dominated families. An important feature of informal caregiving is its fluidity.

This project examines the extent to which caregiving is subject to change, and how this relates to the gender composition of children and other aspects of the family context. Using a rich longitudinal panel (Share), we pursue 4 aims: (1) to examine to what extent the gender composition of siblings affects the care use of parents, (2) to assess the association between gender composition and stability of the adult-child care network, (3) to study the stability and redistribution of the informal care burden and how this relates to siblings’ gender composition, and (4) to investigate how the care network and distribution of sibling care vary when parents’ care needs change.

Profile and requirements

  • You hold a master degree in social sciences, preferably in sociology, or economic sciences.
  • You can submit outstanding academic results.
  • You have an interest in family sociology and intergenerational solidarity.
  • You are capable of executing quantitative research.
  • You are capable of applying (or learning) advanced statistical analysis techniques (multi-level analysis, structural equation modeling).
  • Your academic English and writing skills allow you to successfully communicate research results.
  • Your academic qualities comply with the requirements stipulated in the university’s policy.
  • You are quality-oriented, conscientious, creative and cooperative.
  • Also master students in the final year of their degree can apply.
  • Foreign candidates are encouraged to apply.

We offer

  • a doctoral scholarship for a period of two years, with the possibility of renewal for a further two-year period after positive evaluation;
  • the start date of scholarship will be September 1st or October 1st 2019;
  • a monthly grant amount ranging from € 2.373,36 – € 2.516.73;
  • a dynamic and stimulating work environment.

How to apply?

  • Applications may only be submitted online, until June 30th 2019.
  • A pre-selection will be made from amongst the submitted applications. The remainder of the selection procedure is specific to the position and will be determined by the selection panel.
  • The interviews will take place on Friday July 5th.
  • More information about the application form can be obtained from vacatures@uantwerpen.be.
  • For questions about the profile and the description of duties, please contact prof. Dimitri Mortelmans (dimitri.mortelmans@uantwerpen.be) or dr. Jorik Vergauwen (jorik.vergauwen@uantwerpen.be).

Atelier – Se soustraire à la maternité (18.03.2019, Paris)

Le lundi 18 mars 2019, de 13h30 à 16h30, le groupe Genre, normes procréatives et parentalité (GNP) vous convie en salle 311, sur le site Pouchet au 59-61 rue Pouchet, Paris (métro Guy Môquet / Brochant / Porte de Clichy) pour le 5ème rendez-vous de l’année.

Les intervenantes :
– Vanessa BRANDALESI (doctorante, UNIGE): « « Je ne suis pas un utérus sur pattes ». Comment les femmes sans enfant en Suisse expérimentent les normes de genre»
– Laurine THIZY (doctorante, Université Paris 8/CSU-CRESPPA ; chargée de cours à l’ENS de Lyon) : « L’IVG, entre remise en cause et renouvellement de l’injonction à la maternité »
Leurs communications seront discutées par Coline CARDI (MCF, Univ. Paris 8, CSU)

Nous vous rappelons que l’atelier est ouvert à tou.tes (masterantes, doctorantes et docteures), aucune inscription préalable n’est nécessaire.

En savoir plus

Appel à article – « Les trajectoires de parentalité » (1.04.201)

La revue française des affaires sociales lance un appel à contribution sur « les trajectoires de parentalité ». Il s’adresse aux chercheurs en sociologie, sciences de l’éducation, anthropologie, sciences politiques, démographie, économie, philosophie, histoire. Deux axes sont proposés :
– La parentalité aux différents âges de l’enfant
– Les incidents biographiques dans la parentalité
Ce dossier sera coordonné par la DREES, les articles sont attendus avant le lundi 1er avril 2019. Vous pouvez retrouver l’ensemble des informations et contacts ici.

Soutenance – La résidence alternée : une sociologie de l’expérience temporelle des parents par Benoit Hachet (09.11.2018, Paris)

9h à 13h en salle 13 à l’EHESS, au 105 Bd Raspail, 75006 Paris

Résumé :
La résidence alternée, légalisée en France en 2002, est une pratique minoritaire qui touche toutes les catégories de la population des parents séparés. Elle est entendue de manière stricte comme une organisation qui sépare de façon égale les temps de résidence des enfants entre leurs deux parents. Sous ce principe de symétrie coparentale, le temps vécu par les parents est bichronique, marqué par la succession réitérée de temps de même dimension, les uns avec enfants et les autres sans. Nous explorons l’expérience temporelle de cette parentalité alternée à partir d’une méthode mixte qui croise l’analyse de 55 entretiens avec le traitement de 5 103 questionnaires passés auprès des allocataires de la Caisse d’allocations familiales qui ont des enfants en résidence alternée. Dans une première partie, nous contextualisons la question de la résidence alternée dans la France contemporaine. Nous présentons une cartographie des polémiques qu’elle soulève, précisons les évolutions juridiques et les modalités judiciaires de sa mise en place, avant de remarquer que les études existantes sur cet objet sont peu nombreuses et souvent partielles. Si les déterminants socio-économiques du choix de la résidence alternée sont assez bien connus, le fonctionnement concret des alternances est peu étudié. Notre contribution consiste à ouvrir cette boîte noire. Nous inscrivons notre recherche dans une perspective temporaliste qui consiste à interroger les temps différenciés de l’expérience humaine. Dans la deuxième partie, nous caractérisons l’économie générale du cadre temporel de la résidence alternée, en montrant que le partage égal des temps de résidence ne peut se soustraire au temps calendaire dominant. Les deux espaces créés dans ces conditions se constituent en territoires temporels sur lesquels chacun des parents exerce une souveraineté relative selon des règles qui se construisent à l’usage. Nous proposons une topologie des territoires de l’alternance, attentive à leur structure et à leur plasticité. Dans la troisième partie, nous envisageons l’expérience parentale de la succession des temps avec et sans enfant en commençant par préciser les différences de texture temporelle, avant de décrire les modalités de la concordance de ces temps. Nous terminons en changeant d’échelle temporelle pour interroger l’évolution de l’expérience parentale de l’alternance dans la durée, quand elle est confrontée à la survenance de divers événements comme la recomposition familiale ou la mobilité professionnelle. Dans l’ensemble de la thèse, nous sommes attentifs aux variations dans l’organisation et l’expérience temporelle de la résidence alternée selon les variables lourdes de la sociologie, le sexe, l’âge, le milieu social ou le lieu de résidence des parents.

Appel à communication – Famille et parenté – permanences, transformations, traitements (5-8.06.2018, Sète)

L’atelier scientifique du CNRS « Famille et parenté : permanences, transformations, traitements »  se tiendra à Sète du 5 au 8 juin 2018.

Argumentaire :

En sciences sociales, les recherches sur la famille et la parenté demeurent disloquées entre différentes traditions disciplinaires (sociologie, anthropologie, histoire, science politique, géographie), alors même que les questions familiales sont régulièrement placées au cœur de l’agenda politique. Cet atelier scientifique propose de réunir des chercheur-e-s de divers courants et disciplines pour confronter la diversité des regards et des analyses portés sur la famille aujourd’hui.

De l’adoption de la première loi de bioéthique en 1994 à l’ouverture récente du mariage et de la filiation à la diversité des sexualités, les « nouvelles manières » de faire famille n’en finissent pas de nous interroger sur les frontières d’une entité dont la complexité a longtemps été dissimulée derrière la fausse évidence de sa naturalité supposée. Or, à l’heure des fécondations in vitro, des dons de gamètes, de la gestation pour autrui, de l’homoparentalité, mais aussi – plus largement – dans un contexte marqué par une mise en question des manières de faire famille (refonte de l’adoption, de l’accouchement anonyme, accompagnement à la parentalité, etc.) comment appréhender aujourd’hui l’objet « famille » et (re)penser les liens de parenté ?

Comment participer ?

24 participant·e·s sélectionné·e·s tous statuts et toutes disciplines La participation à l’atelier est soumise à sélection par le comité scientifique. Les 24 candidat·e·s retenu·e·s auront des objets de recherche autour des questions familiales et justifieront de leur intérêt pour la thématique. Pour vous porter candidat·e, merci d’adresser un résumé de votre communication (800 mots max) aux organisateurs, avec un titre, le panel auquel vous envisagez de participer et une brève justification de votre intérêt pour l’événement.

Date limite : 15 février 2018

Merci d’adresser cet email aux adresses suivantes : sebastien.roux@ehess.frannesophie.vozari@gmail.com, jerome.courduries@univ-tlse2.fr

Argumentaire complet et informations complémentaires