Archives par mot-clé : éducation

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 26 novembre 2020

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 15 octobre 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 1080 (9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers. Métro Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Virginie Loizeau et d’Aden Gaide.

Virginie Loizeau (doctorante en sociologie à Rennes 2) présentera une communication intitulée : Maladie respiratoire chronique de l’enfant et dimension genrée des rôles parentaux : le cas de la mucoviscidose

Aden Gaide (doctorant en sociologie à Sciences Po) présentera une communication intitulée : Quand son enfant devient parent pendant ses études supérieures. Ce que les réactions des parents révèlent de leur rapport aux études de leur enfant (indisponible)

Myriam Chatot (postdoctorante en sociologie à l’IRISSO) présentera une communication intitulée : Enquêtes confinées – Enjeux méthodologiques de l’enquête à distance

Latelier aura lieu par visioconférence. Si vous souhaitez assister à l’atelier par Zoom, merci de remplir le formulaire dédié afin d’obtenir le lien de la réunion.

Programmation 2020-2021 des ateliers sur Calenda

Appel à communications : Maternités alternatives choix scolaires alternatifs ? Journée d’étude sur les liens entre condition maternelle et éducation des enfants – 23 juin 2020 PARIS

23 juin 2020 – Paris

Comment la situation scolaire de son ou ses enfant(s) affecte-t-elle les mères, et réciproquement ? Pour élucider les formes, déterminations et enjeux de cette question, la journée d’étude se concentre sur le cas spécifique des terrains « alternatifs ». Ces terrains renvoient, dans le champ du couple et de la famille, à des méthodes ou rhétoriques qui, « positives », « bienveillantes » ou encore « non violentes », revendiquent de nouvelles approches des relations de pouvoir entre adultes et enfants (Spirale, 2019). Ces terrains alternatifs renvoient, d’autre part, cette fois dans le champ de l’éducation, aux « pédagogies alternatives », aux établissements privés hors contrat ou à l’instruction en famille, qui connaissent actuellement un intérêt sensible (Allam, Wagnon, 2018 ; Bongrand, 2018). Ces parentalités et éducations alternatives, respectivement très hétérogènes, ne coïncident pas nécessairement : s’approprier une approche « différente » de la parentalité n’impose pas de recourir à des scolarisations alternatives, tandis que les établissements hors contrat ou « l’école à la maison » peuvent être investis dans une perspective explicitement « traditionnelle ». Cependant, ces parentalités et éducations alternatives, parce qu’elles revendiquent le changement et/ou désignent des formes déviantes, se situent explicitement relativement à des figures dominantes. De plus, les pratiques de parentalité sont principalement assumées par les femmes et, parmi elles, les mères. Elles permettent dès lors d’examiner si et comment les actrices qui endossent ces alternatives en font un espace pour renégocier, simultanément, leur condition de femme. Un objectif de cette journée d’étude est de réunir et faire dialoguer des travaux relevant des sociologies de l’éducation, du genre et de la famille. Les communications, fondées sur des travaux de recherche inédits ou en cours, pourront notamment interroger les axes suivants :


Axe 1 : L’« alternatif » comme occasion de (re-)négocier la division genrée des rôles au sein du ménage.
Les pratiques scolaires ordinaires placent communément les mères en première ligne du suivi de la scolarité (Lahire, 1995 ; Garcia, 2018). L’éducation est, plus généralement, un objet d’investissement central de la « maternité intensive » (Hays, 1995). Cette division genrée du travail éducatif et affectif au sein des familles pourrait sembler être exacerbée par les éducations alternatives. Celles-ci nécessitent a priori un investissement supplémentaire dans ces tâches perçues comme féminines : présence accrue au domicile dans le cas de l’instruction en famille, responsabilité de diverses tâches au sein des écoles parentales, participation à la vie quotidienne des établissements (préparation des repas, ménage, organisation et participation à des activités pédagogiques, etc.). L’instruction en famille a par exemple été analysée comme un cas paradigmatique de maternité intensive (Lois, 2013). Pourtant, ces alternatives peuvent être endossées en lien avec des pères a contrario plus impliqués. Elles peuvent également être revendiquées par des mères féministes (Faircloth, 2013). Reconstituer les trajectoires de ménages peut dès lors éclairer la (re)négociation que le recours à l’alternatif peut, éventuellement, avoir mise en jeu. Comment la division genrée des rôles en matière d’éducation a-t-elle évolué au fil de ces trajectoires ?


Axe 2 : La figure de la mère dans les modèles de parentalité et de scolarisation alternatives
Les choix alternatifs peuvent s’adosser à des productions commerciales, ressources associatives ou publications expertes spécifiquement conçues pour accompagner la parentalité, l’éducation ou la scolarité. Quelles sont les figures exemplaires, modélisantes, de mère qui apparaissent sur les sites web spécialisés ou sur les blogs de parents, dans les modes que consacrent la « presse féminine », dans le matériel pédagogique commercialisé à l’usage de parents, dans les pratiques et les soutiens que donnent à voir les réseaux sociaux numériques ? Contribuent-elles à consacrer des normes susceptibles de disqualifier plus facilement des pratiques de milieux populaires (Garcia, 2011) ? Dans ces productions, la récurrence des termes « parent » ou « famille » pourrait dissimuler la recomposition de
la division genrée du travail éducatif. Certains discours pourraient promouvoir en particulier la naturalisation, voire la biologisation des rôles parentaux (définitions corporelles de la famille, valorisation des pratiques telles que l’allaitement intensif et le maternage proximal) (Iacub, 2004 ; Memmi, 2014). L’insistance sur les questions pratiques peut détourner l’attention des rapports de pouvoir (Déplaude, Navarro-Rodríguez, 2018). Analyser ces corpus peut également mettre en lumière la tension, évoquée supra, entre les maternités et les scolarités alternatives : comment les normes de maternité se présentent-elles au fur et à mesure de l’avancée en âge des enfants, et en particulier lorsque ceux-ci arrivent à « l’âge scolaire » ? La norme scolaire conduit-elle à recomposer le positionnement des mères et à déplacer les termes de « l’alternatif » ?


Axe 3 : Des conflits de normes
L’endossement de choix alternatifs conduit les mères à se définir dans la (re)-négociation conjugale des tâches domestiques et éducatives (axe 1), en s’appropriant certaines ressources (axe 2) : en pratique, comment les mères travaillent-elles à mettre ces éléments en cohérence ? Comment articulent-elles expériences subjectives et injonctions normatives (Cardi, Odier, Villani, Vozari, 2016) ? Ces « carrières d’investissement maternel » (Gojard, 2010 : 178-186) dans l’alternatif sont-elles vécues comme adhésion à un modèle identifié et revendiqué de la “bonne mère”, ou bien dans une situation d’incertitude relativement à différents repères inaccessibles ou en tension (Martin, 2014) ? Pour en rendre compte, on peut, d’une part, apprécier comment des mères articulent leur position éducative alternative à certaines valeurs, à l’image des parents qui ont opté pour le retrait de l’école en raison de leur perception d’une incompatibilité avec des croyances religieuses ou politiques (Massei, 2017). On peut, d’autre part, étudier comment ces croyances sont mobilisées pour rendre compte non plus de l’éducation, mais de l’organisation de la vie domestique et de l’éventuelle activité professionnelle. L’articulation entre les aspirations, temporalités et expériences familiales et professionnelles permet de situer les identités maternelles relativement aux conséquences qu’emportent des choix scolaires alternatifs. Quelles sont les épreuves éventuellement rencontrées par ces mères pour concilier les injonctions professionnelles et l’investissement qu’elles estiment normal dans la sphère familiale (Landour, 2019) ? Par contrepoint, l’étude de trajectoires de pères pourrait être intéressante, afin d’éclairer les conflictualités et recompositions de ces normes.


Modalités de soumission
Les propositions de communication, d’une page maximum, seront accompagnées d’une courte présentation des auteur·e·s (statut, institution de rattachement). Elles devront parvenir à chacun·e des organisateur·trices avant le 30 mars 2020. Merci de préciser dans quel(s) axe(s) s’inscrit votre communication. Les propositions hors axes thématiques seront également prises en compte.
En cas de réponse positive, les autrices et auteurs feront parvenir aux organisateurs un texte permettant de préparer la discussion pour le 1er juin 2020. Lors de la journée, les textes seront discutés dans la perspective de les rassembler en projet de publication.
La journée d’étude aura lieu le mardi 23 juin 2020 dans les locaux de l’Institut d’études politiques de Paris.


Propositions à envoyer à :
anneclaire.collier@gmail.com
pauline.proboeuf@sciencespo.fr
philippe.bongrand@u-cergy.fr


Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter.
Comité d’organisation :
Philippe Bongrand, ÉMA, CY Cergy Paris Université.
Anne-Claire Collier, Sophiapol, Conservatoire National des Arts et Métiers.
Pauline Proboeuf, Observatoire Sociologique du Changement, Sciences Po.


Comité scientifique :
Françoise Carraud (ECP, Lyon 2)
Marta Dominguez (OSC, Sciences Po)
Sandrine Garcia (Université de Bourgogne, IREDU)
Dominique Glasman (Université Savoie Mont Blanc, LLSETI)
Julie Landour (IRISSO, Université Paris Dauphine)
Claude Martin (Université de Rennes, EHESP, CNRS, Arènes)
Julie Pagis (IRIS, EHESS)
Agnès Van Zanten (OSC, Sciences Po)


Bibliographie citée
Allam M.-C., Wagnon, S. (coord.) (2018). « L’essor des pédagogies alternatives en France. Débats et perspectives », Tréma. Revue internationale en sciences de l’éducation, 50, https://journals.openedition.org/trema/4131.
Ben Soussan P. (coord.) (2019). « La parentalité positive ?! », Spirale, 91.
Bongrand P. (dir.) (2018). « Instruction(s) en famille. Explorations sociologiques d’un phénomène émergent », Revue française de pédagogie, 205.
Cardi C., Odier L., Villanni M., Vozari A.-S. (2016), « Penser les maternités d’un point de vue féministe », Genre, sexualité & société, 16, http://journals.openedition.org/gss/391.
Déplaude M.-O., Navarro-Rodríguez T. (2018). « Soutenir des mères des classes moyennes. Les groupes d’entraide à l’allaitement maternel en France », Sociologie, 9, p. 19-36.
Faircloth C. (2013). Militant Lactivism : Attachement parenting and intensive motherhood in the UK and France, New-York : Berghahn Books.
Garcia S. (2011). Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris : La Découverte.
Garcia S. (2018). Le goût de l’effort. La construction familiale des inégalités scolaires, Paris : PUF.
Hays S. (1995). The Cultural Contradictions of Motherhood. New Haven : Yale University Press.
Iacub M. (2004). L’empire du ventre. Pour une autre histoire de la maternité, Paris, Fayard.
Lahire B. (1995). Tableaux de famille, Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris : Seuil.
Landour J. (2019). Sociologie des Mompreneurs. Entreprendre pour concilier travail et famille ? Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.
Lois J. (2013). Home Is Where the School Is. The Logic of Home-schooling and the Emotional Labor of Mothering, New York : New York University Press.
Martin C. (dir.) (2014). Être un bon parent : une injonction contemporaine, Rennes : Presses de l’EHESP.
Massei S. (2017). « S’engager contre l’enseignement de la « théorie du genre ». Trajectoires sociales et carrières militantes dans les mouvements anti-ABCD Egalité », Genre, sexualité & société, 18, en ligne : http://journals.openedition.org/gss/4095
Memmi, D. (2014). La revanche de la chair. Essai sur les nouveaux supports de l’identité, Paris : Seuil.

Revue – Des parentalités bousculées

Début de l’avant-propos du numéro de la Revue Française des Affaires Sociales intitulé « des parentalités bousculées » :

La famille est au cœur de transformations importantes. Les situations familiales se complexifient et la place de l’enfant est devenue centrale dans les sociétés occidentales (Déchaux, 2014). Les normes familiales se sont multipliées : cette diversification des modes de vie familiaux témoigne de l’autonomisation des individus dans leur vie privée (Singly, 2003). Parallèlement, l’injonction à être un « bon parent » (Le Pape, 2012 ; Martin, 2014) s’est renforcée, la relation parent-enfant étant de plus en plus présentée comme un facteur d’épanouissement et de réalisation personnelle. D’ailleurs, les nouvelles politiques de soutien à la parentalité sont axées sur la qualité de cette relation, comme l’explique ici Pierre Mazet dans son point de vue sur la politique de soutien à la parentalité (p. 237). On note ainsi une tension entre, d’une part, une plus grande liberté d’élever ses enfants en sortant d’un dogme familial unique et, d’autre part, la multiplication de normes qui, pour être moins coercitives, n’en sont pas, pour autant, moins contraignantes. Comme le souligne Gérard Neyrand dans son point de vue sur le dossier (p. 247), ces tensions induisent ainsi, chez certains parents, un sentiment de perte de repères. Le début du xxie siècle est donc celui du doute sur la parentalité.

Dans ce contexte, les recherches sur la « parentalité » se sont multipliées en sciences sociales depuis les années 1990 (Martin, 2018). Si certains de ces travaux s’attachent à analyser les normes et pratiques parentales, d’autres s’intéressent aux politiques familiales ou encore aux professionnels qui gravitent autour de l’enfant. Cependant, l’état des savoirs est essentiellement centré sur certains moments de la vie de l’enfant, sur certaines pratiques et sur certaines catégories de parents. Pour un état des lieux plus complet des connaissances sur la parentalité, nous renvoyons ici le lecteur à l’appel à contribution qui initiait le dossier (p. 263).

À l’origine, cet appel avait l’ambition de porter un regard nouveau sur la parentalité en la considérant davantage comme un processus dynamique que comme un état. Deux axes avaient été envisagés afin d’analyser des trajectoires de parentalité : un premier centré sur la parentalité aux différents âges de l’enfant ; un second axe portant sur les incidents biographiques dans la parentalité (séparation conjugale, maladie, deuil…). L’idée était de considérer la parentalité comme étant non linéaire : elle évolue en fonction de l’âge des enfants, elle varie d’un enfant à l’autre, elle se construit et se réajuste en fonction du regard des autres.

Au bout du compte, les articles que nous avons retenus pour composer ce dossier traitent d’incidents biographiques ou de situations particulières d’une grande diversité. Plusieurs articles portent sur la naissance d’un enfant dans des contextes spécifiques : arrivée d’un deuxième enfant (Clément, Hamelin, Paillet et al.), deuil périnatal (Charrier et Clavandier), entrée en parentalité en famille recomposée (Vincent), en sortant de l’Aide sociale à l’enfance (Ganne, Dietrich-Ragon, Frechon) ou en situation de handicap visuel (Doé). D’autres articles s’intéressent à un incident biographique, au sens large, dans la trajectoire parentale : survenue d’un cancer (Mary), incarcération (Quennehen), séparation conjugale (Le Pape et Virot), convocation d’un enfant devant un conseil de discipline (Yadan).

Ces différents articles reçus en réponse à notre appel à contribution nous ont amenés à repenser ce dossier, de la notion de trajectoires de parentalité à celle de parentalités « bousculées ». [suite]

Les articles sont disponibles sur Cairn.

Appel à contribution – Fabrique des parents efficaces et déterminisme parental (10.09.2019)

Argumentaire

L’idée de « déterminisme parental » a été avancée à la fin des années 1990 par Frank Furedi pour épingler une tendance croissante dès cette époque à faire des pratiques et comportements parentaux la cause première de nombre de problèmes sociaux. Des néologismes sont apparus sensiblement au même moment (parenting, en anglais, parentalité, en français), pour désigner ces pratiques et comportements parentaux et privilégier, en somme, des réflexions sur ce que font les parents, plutôt que sur qui ils sont.

Frank Furedi écrivait ainsi en 2001 : « Le parenting est devenu l’une des questions les plus vivement débattues du 21e siècle. Si la culture occidentale attache une telle importance au parenting, c’est qu’il est considéré potentiellement comme la source de tous les problèmes sociaux qui affectent nos communautés (…). Le déficit de compétence parentale est accusé d’être la cause des problèmes de santé mentale des enfants, des difficultés éducatives, des comportements antisociaux ; les conséquences destructrices de cette mauvaise parentalité produisant leurs effets tout au long de la vie d’un individu ».

Il faut sans doute distinguer cette hypothèse du déterminisme parental de celle de la « reproduction sociale », que l’on pourrait rapprocher au nom d’une commune lecture en termes de détermination sociale, de façonnage des conduites et d’incorporation des habitus. La différence fondamentale réside principalement dans le changement de contexte entre les travaux sur la reproduction sociale des années 1960 et 1970 (Bourdieu et Passeron, 1970), ceux des années 1990 qui décrivent finement les pratiques socialement situées des familles et leurs conséquences en termes d’incorporation de dispositions sociales (Lahire, 1995), et ceux qui apparaissent plus de vingt ans plus tard sur le déterminisme parental. Mais ne faut-il pas souligner une autre différence, à savoir la volonté de souligner les effets de classement et de stratification de la première, par rapport à la critique de la logique individualiste et comportementaliste de la dernière orientation. Les politiques publiques entourant le rôle de parent évoluant aussi pour être moins portées par l’État et ses institutions, l’école par exemple, mais plus souvent promues par des acteurs privés, tels que des fondations, et ciblant d’abord les individus et des acteurs associatifs et communautaires.

Le ciblage des pratiques parentales a conduit à la définition d’un certain nombre d’interventions, de programmes et même à un nouveau pilier des politiques en direction des familles, sous l’appellation de politique de soutien à la parentalité. Cette tendance à responsabiliser les parents a eu entre autres effets d’accorder une place centrale à l’idée de compétences parentales, de parenting skills, avec comme conséquence l’idée que ces compétences peuvent être formalisées, enseignées, d’où le déploiement d’un véritable marché du conseil et du coaching parental. En proposant d’insister sur les conséquences du travail parental sur les enfants, sur leur bien-être, leur adaptation au monde, les experts en parenting sont donc parvenus en même temps à s’imposer pour diagnostiquer les manques et insuffisances du travail parental et à promouvoir leurs méthodes et leurs outils. En réduisant parfois le travail parental à un ensemble de conduites et de comportements efficaces et efficients, ces experts ont aussi souvent privilégié des méthodes d’administration de la preuve fondées sur une certaine conception du travail scientifique : le recours aux essais randomisés contrôlés, socle de l’evidence-base policy, de l’evidence-based education, ou de l’evidence-base parenting program.

À la lumière de ces développements, une jonction s’est peu à peu établie entre certains types de savoirs disciplinaires allant de la psychologie positive à certaines applications en neuroscience, sans parler de l’économie du bonheur et des tentatives de formaliser les méthodes et les dispositifs garantissant l’accès à celui-ci.

Dans le numéro que nous proposons, quatre principales directions nous sembleraient pertinentes :

  • La première pour revenir sur cette hypothèse d’un déterminisme parental, sur son apparition et ses développements. Il s’agirait ici d’analyser les conditions qui ont présidé non seulement à l’apparition de ce type de lecture, mais aussi à sa relative hégémonie dans certains secteurs ou pays. La mise en discussion avec d’autres travaux sur la socialisation serait bienvenue.
  • La deuxième direction pourrait consister à examiner la façon dont des savoirs et résultats issus des neurosciences ont été utilisés par des décideurs publics, voire même littéralement politisés pour concevoir des mesures et des politiques publiques, et même des interventions en direction des familles et des enfants. Une discussion sur les méthodes d’evidence-based dans ce domaine est attendue.
  • La troisième direction pourrait accueillir des contributions portant sur les effets de cette « idéologie » sur les pratiques des professionnels de la petite enfance (infirmiers, puéricultrices, travailleurs sociaux, voire enseignants en maternelle ou primaire), mais aussi sur les parents eux-mêmes. Comment cette idéologie leur est-elle transmise et quels effets a-t-elle sur les pratiques et domaines d’intervention ? A qui s’adresse-t-elle (en termes de différence de genre, de classe) et à quoi sert-elle ? Comment les politiques et programmes à l’attention des parents contribuent-ils à redéfinir leur rôle, à l’intérieur de la cellule familiale, mais aussi au sein de la parenté ? Quelle transformation de rôle et de style parental se dessine et comment recoupe-t-elle les rapports sociaux de genre ?
  • La quatrième direction pourrait concerner le rôle des variables culturelles, négligées, voire littéralement oubliées dans ces modes d’interprétation. Ces composantes culturelles se manifestent non seulement dans les écarts entre normes et représentations des fonctions et des rôles parentaux selon les cultures d’origine, les trajectoires migratoires, mais aussi selon les milieux sociaux, et bien entendu selon les genres et les générations. Cette troisième orientation pourrait ainsi permettre d’ouvrir d’autres pistes d’analyse des liens entre travail de socialisation primaire et secondaire.

Calendrier

Les autrices et auteurs sont invité·e·s à envoyer une proposition de contribution(1 à 2 pages, ou environ 6000 signes), avant le 10 septembre 2019, à l’intention des responsables du numéro (claude.martin@ehesp.fr, Xavier.Leloup@ucs.inrs.ca), en précisant leur affiliation universitaire.

Les autrices et auteurs dont la proposition aura été retenue par le comité de rédactionseront invité·e·s à soumettre un article complet pour le 10 décembre 2019.

Publication prévue à l’automne 2020.

Direction

Sous la direction de : Claude Martin — Directeur de recherche au CNRS,UMR 6051 Arènes Université de Rennes, École des hautes études en santé publique et Xavier Leloup — Professeur agrégé, INRS Urbanisation, Culture et Société.

Calenda

Atelier du 13 juin 2019 : Anaïs Mary (doctorante au CERLIS) – « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants »

Anaïs Mary présentera les premières résultats de sa thèse intitulée provisoirement « redéfinitions des liens parents/enfants à la suite d’un cancer »

Résumé : « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des
enfants »

Dans les trente entretiens menés avec des parents, vingt-cinq mères et cinq pères, ayant eu un cancer, les possibilités de mourir des suites de celui-ci sont largement revenues. Dans le cadre de cette communication, je m’attacherai à montrer que la mort suscite des craintes, moins tournées vers soi que vers les enfants. Ces craintes émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions vont apparaître des rapports très différents à la mort rendant plurielles les expériences faites du cancer. Pour les premier.ère.s, partant de l’idée qu’ils.elles sont irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie qui s’entend entre autres éléments dans l’emploi d’un vocabulaire guerrier. Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort, bien que non-souhaitée n’est pas vécue aussi dramatiquement que chez leurs homologues. Aussi, vont-ils laisser une place plus grande à la maladie (ex : fatigue qui se donne à voir et se vit sans culpabilité etc.) et ne rien laisser transparaître d’un rapport combatif à cette dernière.

Notice biographique : Doctorante en deuxième année, je mène une thèse en sociologie à l’Université Paris Descartes sous la direction d’Elsa RAMOS, Maître de conférences HDR rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Ma thèse, dont le titre provisoire est « redéfinitions des liens parents/enfants à la
suite d’un cancer », est financée par la Ligue contre le cancer.

Voir le programme de la séance