Archives par mot-clé : domicile

Journée d’étude – Secrets de famille (08.04.2021)

Nous avons le plaisir de vous communiquer le programme de la journée d’étude « Secrets de familles. Comment enquêter sur l’espace privé ? », qui aura lieu le 8 avril 2021, de 9h30 à 17h15. Elle se déroulera sur Zoom ou à l’Ined (salle Sauvy sur le campus Condorcet), selon les conditions sanitaires.

Secrets de familles – comment enquêter sur l’espace privé ? 8 avril 2021 de 9h30 à 17h15

Sur Zoom ou à l’Ined (Salle Sauvy)- Campus Condorcet- Aubervilliers –

Ouverture de la journée à 9h30

Session 1 : Entrer dans la confidence – 9h40 – 12h

– Théoxane Camara (Université de Poitiers – Gresco) – De la monographie familiale à l’ethnographie familiale « en pointillés ». Enquêter les familles d’immigrés maliens par-delà les silences
– Amandine Rochedy (Université Toulouse – CERTOP/ISTHIA) – Ethnographie des socialisations alimentaires des enfants présentant des « troubles » du comportement alimentaire
Pause 10 minutes
– Gaëlle Larrieu (EHESS – OSC) – Entrer dans les familles pour étudier les secrets de famille : quand les parents révèlent à l’enquêtrice ce que les enfants ne savent pas
– Camille Masclet (CNRS – CESSP) – Etudier parents et enfants à l’âge adulte : des enjeux spécifiques ?
Pause de 5 minutes et 45 minutes de discussion

Pause repas 12h-13h30

Session 2 : Franchir le seuil (du domicile des familles) – 13h30 – 15h15

– Sarra Mougel (Université de Paris – Cerlis) – Le domicile des enfants malades : quel accès à l’intimité en hospitalisation pédiatrique à domicile ?
– Paule Perron (HEAD) et Fiona Del Puppo (LaSUR – EPFL) – Faire parler le logement – Le dessin d’architecture comme matériel d’enquête ethnographique dans le logement familial.
– Samuel Fely (EHESS) – Observer les enfants au sein de leurs familles : retour réflexif sur les contraintes de genre et de classe dans l’ouverture d’un terrain ethnographique.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

Pause de 15 minutes 

Session 3 : Ce que la famille laisse voir : collecter des matériaux indirects – 15h30 – 17h15

– Louise de Morati (Université Libre de Bruxelles – CHDAJ) – Recherche d’origines chez les personnes adoptées et issues de PMA avec don : usages des réseaux sociaux et enjeux de l’ethnographie numérique.
– Jessica Pothet (Université de Lorraine – 2L2S) Apports et limites de l’observation de mises en scènes de la maternité sur les réseaux sociaux. Réflexions à partir d’une recherche en cours.
– Hélène Malarmey (Université Paris-Dauphine – IRISSO) Pénétrer l’intimité des familles en étudiant leurs relations avec un tiers marchand. Enquête auprès des familles-clientes d’agences de garde d’enfants.
Pause de 10 minutes et 35 minutes de discussion

********

L’inscription est obligatoire via ce lien.

Comité d’organisation (les coordinatrices du REPPaMa et du laboratoire junior : Parentalités plurielles et genre) : 
Inès Anrich (Paris 1 Panthéon-Sorbonne-CRHXIX), Myriam Chatot (EHESS-Iris-CMH), Marie-Caroline Compans (Ined, Paris 1-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (Ined-UVSQ-Printemps), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS). 

Parution – Revenir vivre en famille. Devenir adulte autrement

Les éditions du bord de l’eau publient Revenir Vivre En Famille. Devenir Adulte Autrement, de Sandra Gaviria (sociologue).

Résumé :

Pourquoi et comment les jeunes reviennent-ils vivre au domicile de leurs parents ? En quoi ce retour est-il ou non la marque d’un échec sur la voie de l’indépendance ?
Auparavant, lorsque les jeunes quittaient le domicile parental pour voler de leurs propres ailes, il s’agissait d’un départ définitif qui marquait l’entrée dans l’âge adulte. Tel était du moins le modèle français.

En quoi le retour est-il significatif d’un changement dans ce modèle ?
Comment décrire, comprendre et analyser ce changement dans le parcours des jeunes ? En quoi le retour remet-il en question la capacité d’autonomie des individus concernés ?

L’auteure apporte un éclairage nouveau sur ce phénomène pour trois raisons essentielles :
Premièrement, elle situe le phénomène français dans le contexte international. Deuxièmement, elle met en lumière des parcours sous-tendus par des logiques, non seulement économiques, mais aussi affectives, en décrivant les processus vécus au moment des retours du point de vue des jeunes et de leurs parents. Ressentent-ils les uns et les autres un sentiment d’échec ? Comment les jeunes s’autonomisent-ils ? Comment se passe la cohabitation intergénérationnelle ? Enfin, le livre s’interroge sur la considération que les politiques publiques devraient accorder à ce phénomène qui met en lumière les inégalités sociales au sein de la jeunesse.