Archives par mot-clé : divorce

Appel à articles – Diversification des formes familiales et transformations résidentielles : Les enjeux du « Faire famille » dans et par l’espace (03.02.2020)

Argumentaire
Dans ce numéro spécial de Recherches sociologiques et anthropologiques, les coordinatrices souhaitent explorer les dimensions spatiales du ‘faire famille’, dans un contexte de diversification des formes familiales, et de mobilité des personnes qui en découle. Les familles divorcées, recomposées, transnationales… bousculent en effet l’appréhension classique de l’ancrage spatial du « faire famille» dans et autour d’un lieu de résidence fixe et commun, et amènent à repenser ce qui se joue dans, et au-delà des murs de la « maison ». Elles sont tout particulièrement intéressées par les pratiques, discours et narrations que développent les individus – adultes et enfants – dans ce contexte, afin de se distancier de, d’affirmer et/ou de (re)négocier dans un même mouvement leurs relations et appartenances familiales et territoriales. Dans ce numéro spécial, il s’agira d’examiner cette articulation dans une perspective sociologique ou anthropologique, à partir de travaux empiriques mobilisant un matériau qualitatif.

Soumission des propositions et calendrier
Les propositions d’articles, en anglais ou en français, sont à soumettre pour le 3 février 2020 à l’adresse suivante : sandrine.levêque@uclouvain.be. Ces propositions de 500 à 1000 mots présenteront la question de recherche, le cadre théorique, la méthode, et une ébauche d’argumentaire et/ou les principaux résultats pressentis ; ainsi qu’une courte notice biographique. Les auteure·es retenu·es seront invité·es à envoyer leur article final pour le 1er octobre 2020.

Coordinatrices
Laura Merla, Bérengère Nobels, Sarah Murru et Coralie Theys (UCLouvain)

Lien vers l’appel complet

Atelier du 7 mars 2019 : Alexandra Piesen (chercheure associée au CERLIS) – Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alexandra Piesen (chercheuse associée au CERLIS) présentra une partie de sa thèse intitulée (Re)définition du rôle parental au regard de la parentalité solo contemporaine

Résumé : Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alors que l’accroissement du nombre de recherches sur le thème de la conciliation travail/famille s’explique par la hausse de la participation des femmes, et plus particulièrement des mères au marché du travail dans les pays industrialisés (St-Amour et Bourque, 2013), plusieurs interrogations relatives à cette articulation selon les configurations familiales demeurent. En effet, l’articulation vie privée/vie professionnelle se pose différemment pour les parents solos (Algava, 2002, 2005 ; Acs, Lhommeau, et Reynaud, 2015). Au sein de ces familles, où un seul parent assure l’essentiel du  travail parental et de la charge mentale qui l’accompagne, le poids de la conciliation peut sembler plus lourd à porter.

Cette communication issue d’un travail doctoral relatif au quotidien des parents solos, s’appuie sur une enquête qualitative réalisée entre 2015 et 2017. Cinquante-quatre entretiens semi-directifs ont été conduits avec des parents solos (dix-huit pères et trente-six mères). Ces entretiens ont abordé des thématiques variées relative au quotidien (entrée en parentalité solo, conséquences sur l’organisation quotidienne, familiale, professionnelle, amicale et amoureuse notamment). Nous faisons l’hypothèse selon laquelle il existe des difficultés spécifiques au travail parental des parents solos (Martial, 2009 ; Piesen, 2017) : gestion du quotidien plus complexe, charge mentale plus lourde, impossibilité matérielle d’externaliser la prise en charge des enfants, etc.

Dans le cadre de cette communication, nous nous intéresserons plus particulièrement aux façons dont ces parents solos articulent vie familiale et vie professionnelle au quotidien. Comment font les parents qui s’occupent quotidiennement de leur(s) enfant(s) sans médiation maternelle/paternelle ? Comment se sentent-ils/elles perçu.e.s et comment vivent-ils/elles leur parentalité solo au quotidien ? Comment ces parents vivent-ils/elles cette articulation entre travail de care et d’éducation et activité professionnelle ou recherche d’emploi ? Peut-on identifier des trajectoires spécifiques selon le sexe du parent solo ? Son origine sociale ?

Voir le programme de la séance

Appel à communication – Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation : persistances, conflictualités et redéfinition (1.03.2019)

Le Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA EA 3189) de l’Université de Bourgogne Franche-Comté organise un colloque international intitulé “Les relations de parenté dans des mondes contemporains en transformation : persistances, conflictualités et redéfinitions” qui se tiendra à Besançon du 27 au 29 mai 2019
 
Les propositions de communication doivent être envoyées au plus tard le 1 mars 2019 à l’adresse colloque.parente@univ-fcomte.fr
 
L’objectif de ce colloque est d’explorer des points aveugles de la sociologie et de l’anthropologie de la famille en élargissant les regards aux relations familiales dans toutes leurs étendues (collatérales, alliés, lignées…). Il s’agira de s’intéresser notamment aux effets de distance, de présences et d’obligations, de conflictualités, en tenant compte des conditions sociales, matérielles, économiques des groupes, du genre mais aussi des redéfinitions individuelles et collectives des relations de parenté. Nous souhaitons donc réunir des contributions sociologiques, anthropologiques et en sciences humaines concernant autant la France et l’Europe que les autres continents.

Argumentaire

Atelier du 7 mars 2019 : Benoît Hachet (professeur agrégé à l’EHESS) – Refaire famille en situation de résidence alternée

Benoît Hachet (professeur agrégé à l’EHESS) présentera son travail de thèse intitulé La résidence alternée : une sociologie de l’expérience temporelle des parents.

Résumé : Refaire famille en situation de résidence alternée

Quand ils ont des enfants en résidence alternée, les parents séparés partagent le temps de présence de ces derniers entre leurs deux domiciles. Le plus souvent l’alternance se fait selon un rythme hebdomadaire. Cette forme d’organisation post divorce se développe depuis la fin du XXème siècle en parallèle avec la montée des valeurs de coparentalité. Sur les dernières années, la résidence en alternance s’est répandue dans tous les milieux sociaux et elle est par exemple moins fréquente à Paris ou en région Parisienne qu’en province (Insee, 2019). La résidence alternée demeure néanmoins une pratique très minoritaire qui ne concerne que moins de 4 % des enfants d’une génération. L’objectif de la communication est de monter comment les alternants organisent ou réorganisent leur vie familiale dans ce cadre temporellement et géographiquement contraint. Les données mobilisées, issues de ma thèse, sont à la fois qualitatives (55 entretiens) et quantitatives (5 103 questionnaires traités).

Nous montrons que « refaire famille » pour les alternants se conjugue de différentes manières.

  • Ils refont famille avec leurs enfants dans des conditions le plus souvent différentes de celles qui existaient avant la séparation. C’est souvent l’occasion d’affirmer des préférences familiales qui étaient auparavant l’objet de compromis constants. La particularité de cette organisation est de ne refaire famille qu’à mi-temps, même s’il existe des contacts avec les enfants en dehors des périodes de co-résidence.
  • Les parents refont aussi famille avec leurs enfants et leur ex conjoint selon des modalités variables. Certains fêtent les anniversaires ensemble (plutôt dans les classes aisées) et d’autres se voient plus au moment des transitions (plus dans les classes populaires).
  • Les parents refont enfin famille quand ils s’engagent dans une nouvelle relation de couple, qu’elle soit cohabitante ou non. Dans une phase préalable, se pose la question de la désirabilité et de la possibilité (géographique) de reconstruction d’une famille. Nos résultats confirment que les femmes alternantes se remettent plus en couple que les hommes alternants, ce qui particularise cette organisation par rapport aux connaissances que l’on a sur les recompositions familiales post divorces qui sont généralement plus favorables aux hommes. « Les enfants de l’autre » ou les nouveaux enfants qui naissent de ces relations participent à diverses formes de recompositions familiales qui ont en commun qu’une partie des enfants au moins continuent à changer de domicile une semaine sur deux.

Voir le programme de la séance

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 7 mars 2019

Nous avons le plaisir de vous convier à notre septième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 7 mars 2019 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 111 (133 boulevard Davout 75020 Paris métro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Alexandra PIESEN et Benoît HACHET.

Alexandra PIESEN (Docteure en sociologie à l’Université Paris Descartes- Chercheure associée au Cerlis) nous présentera son travail de thèse intitulé : Être parent solo: un exercice d’équilibriste au quotidien?
 
Benoît HACHET (Prag EHESS, IRIS) abordera son travail de thèse intitulé : Refaire famille en situation de résidence alternée