Archives par mot-clé : congé parental

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lucie Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).

Conférence – Quel congé paternité pour une réelle égalité ? (09.10.2019, Paris)

Mercredi 9 octobre 2019, de 17h00 à 19h00
Amphithéâtre Simone Veil – 28 rue des Saints-Pères 75007 Paris

Le « congé second parent », congé de paternité et d’accueil de l’enfant, est-il satisfaisant dans ses modalités actuelles ? Comment le réformer pour atteindre l’égalité entre les deux parents ?

Aujourd’hui, en France, le congé de paternité est facultatif. Sa durée maximale est fixée à 11 jours, 18 jours en cas de naissances multiples.
L’Inspection générale des affaires sociales et le Haut conseil de la famille se sont prononcés pour un allongement du congé second parent à quatre semaines. Cette proposition bénéficie d’un accueil plutôt favorable de l’opinion publique : 38% des françaises et français trouvent le congé de paternité trop court et 63% des 18-24 ans souhaitent qu’il soit allongé (Baromètre DREES, 2019). Pourtant, depuis sa création en 2002, le congé de paternité n’a pas évolué.
Des féministes relancent le débat : Le PA.F, collectif pour une PArentalité Féministe, réclame un congé garanti et égal en durée pour les deux parents.

Pourquoi et comment réformer le congé deuxième parent ? Faut-il défendre cette réforme comme un levier de justice sociale, de performance économique, ou d’urgence sanitaire ?

Une discussion avec :
• 𝗠𝗲𝗿𝗰𝗲𝗱𝗲𝘀 𝗘𝗿𝗿𝗮, présidente exécutive d’Havas Worldwide, fondatrice de BETC
• 𝗘𝗺𝗺𝗮𝗻𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗝𝗼𝘀𝘀𝗲, présidente Le PA.F – collectif pour une PArentalité Féministe
• 𝗛𝗲́𝗹𝗲̀𝗻𝗲 𝗣𝗲́𝗿𝗶𝘃𝗶𝗲𝗿, économiste à l’OFCE, directrice du Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre de Sciences Po, membre du Haut Conseil de la Famille.
• 𝗕𝗼𝗿𝗶𝘀 𝗩𝗮𝗹𝗹𝗮𝘂𝗱, député Parti Socialiste de la troisième circonscription des Landes, membre de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale.
𝗠𝗼𝗱𝗲́𝗿𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 : 𝗩𝗶𝗻𝗰𝗲𝗻𝘁 𝗘𝗱𝗶𝗻, journaliste indépendant.

Inscription obligatoire
Contact

Compte-rendu de la quatrième séance de RePPaMa (26.04.2018)

La présentation de Constance Schuller portait sur l’impact des conceptions des professionnels en matière de procréation et de parentalité sur la prise en charge de patients dans l’assistance médicale à la procréation (AMP). A partir de deux enquêtes, menées pendant plus de deux ans au sein de plusieurs centres d’AMP de la région parisienne, comprenant des observations de consultations et de réunions pluridisciplinaires, et des entretiens avec des patients et des spécialistes de l’infertilité ; elle a montré le poids important des représentations des soignants en matière d’accès à l’AMP. En effet, les critères légaux (caractère « pathologique » de l’infertilité, couple « stable et motivé », « en âge de procréer ») sont flous et laissent donc une place à l’interprétation du soignant. Or, les soignants mobilisent des conceptions normatives des capacités reproductives des hommes et des femmes (par exemple, les risques d’une paternité à un âge avancé sont peu évoqués, contrairement à ceux d’une maternité à un âge avancé) et de la parentalité. Ainsi, la maternité est « naturalisée » (l’accès d’une femme à la procédure dépend de la bonne capacité de son corps à mener la grossesse à terme), alors que la paternité est évaluée en fonction de critères sociaux (espérance de vie du géniteur potentiel, compétences éducatives). Ces visions normatives compliquent l’accès à la procédure pour des couples perçus comme « atypiques » (non-cohabitants, dits « sans sexualité » c’est-à-dire sans coït, homme et compagne non-officielle…) ou perçus comme ne permettant pas d’offrir les meilleures conditions de vie à l’enfant potentiellement né de la procédure (couples précaires, ayant une faible rémunération…). Le flou des conditions d’accès pose dès lors question quant à l’égalité d’accès aux soins, dans la mesure où un couple n’aura pas le même accès à l’AMP en fonction du centre (et de sa culture locale, de son attention aux taux de réussite ou non), de l’équipe, du médecin etc.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur l’influence du sexe des soignants sur les critères d’accès à l’AMP, le choix des techniques (fécondation in vitro, insémination artificielle…) et sur la connaissance par les patients des politiques de chaque centre.

 

Myriam Chatot commence sa présentation en présentant l’un des résultats de l’enquête UNAF : parmi les 46% de pères qui estiment manquer de temps avec leurs enfants, ¾ évoquent le travail comme le premier facteur qui les empêchent d’être présents et disponibles avec leurs enfants. Son intervention se base sur un corpus de 75 pères ayant au moins un enfant de moins de trois ans, dont 42 qui ont pris un congé parental (en savoir plus).  Les enquêtés rencontrés appartiennent en majorité aux classes moyennes et supérieures. La problématique de la présentation est :  comment les pères justifient les arbitrages concernant leur engagement professionnel et leur engagement parental ? Dans tous les entretiens, l’engagement professionnel (c’est-à-dire le fait de s’impliquer dans son activité professionnelle, tant sur le plan subjectif que temporel) est présenté comme incompatible avec l’engagement parental. Autrement dit, les pères qui sont impliqués dans leur travail (soit parce que leur conjointe est au foyer ou en congé parental ; soit parce que les deux parents sont cadres) expliquent que leur engagement parental (notamment en termes de temps passé avec les enfants) est limité. A l’inverse, les pères qui donnent la priorité à l’engagement parental (notamment les pères en congé parental, mais aussi des pères en couples hypogames) déclarent n’avoir jamais été impliqués dans leur travail (emploi « alimentaire ») ou s’en être désengagés pour être plus présents pour leurs enfants. Cette description de l’engagement parental et professionnel comme étant des vases communicants (si on est engagé dans une sphère, on ne peut être engagé dans l’autre) pose alors la question des motivations des pères à s’engager dans la parentalité : la paternité est-elle un moyen de se valoriser quand le travail fait défaut ?

La discussion a porté principalement sur la définition et les indicateurs concernant le concept d' »engagement ».

Programme de la quatrième séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 26 avril 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre quatrième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le 26 avril de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136.

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Constance Schuller et Myriam Chatot.
 

Constance Schuller (Paris 13, IRIS-EHESS), La prise en charge médicale de l’infertilité. – Des conceptions professionnelles normatives du « couple parent » idéal.

Myriam Chatot (EHESS, IRIS et CMH), Des pères empêchés de paternité ? – Engagement professionnel et engagement parental chez les pères.

Adresse de l’INED :
133 boulevard Davout 75020 Paris
M
étro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel

« Suis-je un bon père ? » : une question qui ne se pose pas ?

“Hayden and Daddy” by Michael Crane is licensed under CC BY 2.0

Ni trop ni pas assez disponible. Etre aimante, mais pas étouffante. Protéger les enfants, mais les laisser faire leurs propres expériences. Les faire progresser, mais ne pas les forcer. Tout en prescriptions contradictoires, être une « bonne mère » est une injonction qui pèse fortement sur les femmes. Il ne s’agit pas seulement des « rappels à l’ordre » ou des conseils prodigués par l’entourage de la mère, mais aussi de l’image de la « bonne mère » que se forgent les femmes elles-mêmes. En témoigne cette déclaration d’une mère qui a pris un congé parental presque malgré elle :

Pendant ma grossesse, j’ai décidé que j’allais prendre un congé parental, pour mon premier. Mais ce n’était pas parce qu’il n’y avait pas de place en crèche, c’était parce que je voulais faire la bonne mère. Pour moi, la bonne mère, ça prend un congé parental. C’est pas parce que j’en avais vraiment envie ou que… Pour moi, une bonne mère prend un congé parental. […] J’étais en dépression post-natale. Parce que rester à la maison, c’est pas mon truc. Je les aime, mes enfants, mais passer toute la journée avec des gamins qui ne parlent pas, changer des couches, les biberons, pour moi c’était… La perte de liberté, je ne me sentais pas bien. Mais par contre j’aime mes enfants. Je le dis parce que… [rire] J’ai culpabilisé un moment en me disant « t’es une mauvaise mère, c’est pas possible », je les aime mais c’est pas mon truc.

Plus largement, Sarah Lécossais (2015) montre, à partir de l’étude de séries télévisées françaises de type « chroniques familiales », qu’il n’y a pour ainsi dire qu’un seul modèle de mères représenté dans ces séries : à l’écoute, disponibles, aimantes, mais surtout culpabilisées. Se demander si on est une « bonne mère » (ou se reprocher de ne pas l’être assez) semble à ce titre considéré comme le lot commun des femmes.

Qu’en est-il pour les pères ? Se demandent-ils s’ils sont des bons pères ? A partir de deux enquêtes sociologiques, l’une menée auprès de 39 pères qui ont pris un congé parental à temps plein ou à temps partiel en couple hétérosexuel et 18 pères en situation de monoparentalité, nous tenterons, sinon de répondre à cette question, au moins d’apporter quelques pistes de réponse.

Ce qui ressort des entretiens avec les pères en congé parental, c’est que la « bonne paternité » est largement une non-question pour eux. Certes, certains d’entre eux reconnaissent se poser de la question de temps en temps, notamment lorsque les pères se sentent en « échec éducatif » (par exemple, si l’enfant refuse d’obéir). Cependant, dans l’ensemble, ces hommes semblent plutôt sûrs de leurs compétences parentales. Par exemple, Hugo (en congé parental pendant 3 ans et demi) déclare :

[En tant que père,] je vais essayer de mieux que je peux. Je ne me mets pas une barrière, genre « Untel a dit ça, Untel a dit ça, Dolto a dit ça », non, j’en ai rien à foutre. Enfin, c’est intéressant, mais moi, ce que je peux donner, le meilleur de moi, je vais lui donner. Après, ça aura ses failles, ses qualités, ses défauts, mais voilà, moi je lui ai donné le mieux de ce que je pouvais. Et je continue.

S’ils se posent des questions, c’est plutôt sur la meilleure méthode à adopter que sur la pertinence de leurs choix ou de leur attitude avec les enfants. Par exemple, Fabien (en congé parental pendant 6 mois) se rappelle :

Au début, quand les deux garçons sont nés, c’est l’éternelle question, « est-ce que je le laisse pleurer, est-ce que je le laisse pas pleurer ? ». Et on a appris énormément de choses avec ça, et en même temps, ma conjointe a eu du mal à les laisser pleurer, moi je pensais qu’il fallait les laisser s’exprimer… On a trouvé un bon système, on a trouvé un équilibre, sur ce point crucial quand tu es parent, de ta parentalité, c’est le nerf de la guerre parce que tu veux que ton enfant il dorme etc., on a trouvé à nous deux, en puisant chacun de notre côté… Je ne sais pas si c’est du hasard, de l’inné, de l’acquis, par rapport aux enfants… Je trouve qu’on fait un bon duo.

A l’inverse, les pères solos semblent raisonner différemment. Conscients de la dimension atypique de leur paternité solo, les pères rencontrés évoquent régulièrement leurs inquiétudes quant à leurs compétences pour être un « bon » parent et un « bon » père. Il s’agit alors pour eux, non plus d’exercer au quotidien des pratiques parentales données mais de faire en sorte que ces dernières soient conformes aux discours relatifs à la « bonne » parentalité. Les pères solos rencontrés ne cherchent pas à être uniquement des pères mais à être de « bons » pères voire des pères parfaits.

Cette volonté semble liée à deux éléments principaux, d’une part, les circonstances ayant conduit ces hommes à la paternité solo et d’autre part, l’idée selon laquelle la mère est le parent « principal » (entendu comme le parent légitime par les institutions car le plus apte en termes de compétences parentales). En effet, pour la plupart des enquêtés, la paternité solo a été subie, la mère étant partie « du jour au lendemain ». Le père s’est alors retrouvé seul au quotidien avec ses enfants. Cette déstabilisation soudaine et souvent non anticipée amène ces pères à opérer un travail réflexif sur leur rôle parental. Alors qu’auparavant ils pouvaient être plus ou moins investis auprès de leur(s) enfant(s), il semble que l’entrée en parentalité solo entraîne des « reformulations » (Martial, 2016) de leur paternité. Désormais, ces pères mènent un travail constant au quotidien sur leurs pratiques afin que ces dernières s’inscrivent dans les normes de la « bonne » paternité.

Ainsi, plusieurs pères enquêtés font part de l’importance accrue qu’ils apportent à des activités telle que la préparation du repas, qui fait désormais l’objet de nombreuses réflexions: volonté de préparer des repas équilibrés, à partir de produits frais et variés, demande de conseils à des femmes considérées comme de « bonnes » cuisinières, etc.

Pour les pères solos enquêtés, un leitmotiv semble constant : être un « bon » parent c’est faire de l’enfant une priorité. Il s’agit alors de se consacrer pleinement à lui, quitte à mettre en retrait sa vie amicale et amoureuse jusqu’à ce que les enfants soient considérés comme « assez grands » pour être autonomes.

A l’inverse, pour les pères en congé parental, être un « bon » parent, c’est avant tout être présent, mais pas forcément au détriment d’autres dimensions de leurs vies. En effet, plusieurs d’entre eux insistent sur l’importance de se garder du temps pour soi, et du temps de couple, pour ne pas être seulement un parent.

A partir de cette comparaison de deux groupes de pères assez minoritaires (pères en congé parental et pères en situation monoparentale), on voit donc se dessiner l’importance de la relation de couple dans le sentiment de compétence en tant que père. En effet, les pères en congé parental manifestent une certaine assurance dans l’exercice de leur paternité, là où les pères solos semblent se considérer comme des parents moins bons que les mères, même s’ils tentent de les égaler. Est-ce parce que la présence de la mère (et la possibilité de l’imiter) prodigue au père un sentiment de confiance dans ses propres capacités, ou parce que le « bon père » est celui qui seconde la mère ? Nous laissons soin à d’autres recherches que les nôtres de répondre à cette question.

Myriam Chatot
Alexandra Piesen

Quelques recensions de livres parus récemment sur Lectures