Archives par mot-clé : classe sociale

Colloque – Féminismes Matérialistes 15-16.10.2020, Paris)

Le colloque « Féminismes Matérialistes : Héritages épistémologiques et politiques, Réappropriations contemporaines » aura lieu les 15 et 16 octobre prochains à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. Compte-tenu de la situation sanitaire actuelle, le nombre de places est limité : les personnes intéressées sont priées de s’inscrire par mail à l’adresse suivante : Philo-recherche@univ-paris1.fr 
En raison du nombre de places limitées, une captation audio des interventions est prévue ; les podcasts seront mis en ligne sur le site de l’ISJPS après le colloque.

Organisation : Audrey Benoit, Marie Garrau, Mona Gérardin-Laverge et Mickaëlle Provost 
Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. 

Jeudi 15 octobre
9h30 : Accueil et introduction des organisatrices 

10h-12h30. Session 1 : Travail et oppression 
(Présidence : Isabelle Aubert, U. Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Aurore KOECHLIN (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le concept de travail reproductif : enjeux théoriques et politiques »
Alexis CUKIER (U. de Poitiers) : « Travail, capitalisme et patriarcat dans les féminismes matérialistes en France et en Italie »
Marie GARRAU (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Travail de care ou travail reproductif ? » 

12h-14h : Pause déjeuner

14h-16h30. Session 2 : Le constructivisme matérialiste en question
(Présidence : Magali Bessone, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Marlène JOUAN (U. Grenoble Alpes) : « Penser le travail de gestation pour autrui : un enjeu féministe de réconciliation des « ancien » et « nouveau » matérialismes ? »
Claire GRINO (U. de Genève) : « Remue-ménage dans les théories féministes autour de la conception du corps : qu’en est-il de la perspective matérialiste aujourd’hui ? »
Mickaëlle PROVOST (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Tensions matérialistes à propos de l’expérience vécue de la domination » 

Vendredi 16 octobre 
9h30-12h. Session 3 : Peut-on encore parler de classe des femmes ?
(Présidence : Mona Gérardin-Laverge, U. Paris Ouest Nanterre, Audrey Benoit, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Isabelle CLAIR (CNRS, IRIS) : « Le féminisme matérialiste face au féminisme poststructuraliste »
Pauline CLOCHEC (U. Picardie Jules Verne) : « Classes de sexe et transsexualité »
Elsa DORLIN (U. Paris 8) : « L’idéologie du genre » 

12h-14h : Pause déjeuner 

14h-16h. Session 4 : Perspectives d’articulations théoriques et politiques
(Présidence : Alexandrine Guyard-Nédélec, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 
Sophie NOYE (SciencesPo Paris) : « Penser le sujet féministe entre classe et multitudes »
Vanina MOZZICONACCI (U. Paul Valéry-Montpellier) : « Des institutions utopiques. Articuler care et matérialisme à l’endroit de l’éducation féministe » 

Conclusion des organisatrices.

Programme en ligne

Appel à communication – Intersectionality, Families and Relationships (31.08.2019)

CRFR International Conference: Intersectionality, Families and Relationships,
22 – 24 June 2020
University of Edinburg

We are pleased to announce the call for papers for our 6th International conference on Intersectionality, Families and Relationships. Leading social theorist and activist Patricia Hill Collins will open the conference, providing the platform for an exciting and vibrant dialogue on how intersectionality, past and present, can deepen our understandings of families and relationships and the power relations within.  We welcome papers reporting empirical research findings, methodological approaches to researching intersectionality, as well as those more theoretical in orientation. We are especially keen to include the experiences and perspectives of those working outside academia, in policy and practice settings, and would welcome papers from professionals working in these contexts.
Contributions may include, but are not limited to, the role of intersectionality in families and/or relationships in the following areas:
– RACE & ETHNICITY
– SEXUALITY & GENDER
– SOCIAL CLASS AND INEQUALITIES
– INTERSECTIONAL CHILDHOODS & YOUTHS
– SPATIAL MOBILITIES, FAMILIES & COMMUNITY
– DISABILITY STUDIES
– HEALTH & ILLNESS
– OLDER PEOPLE
– ENVIRONMENT, SUSTAINABILITY & CLIMATE CHANGE
– INTERSECTIONALITY, PRACTICE & PROFESSIONAL PERSPECTIVE
– DIGITAL DOMAINS, INTERSECTIONALITY, FAMILIES & RELATIONSHIPS
– INTERSECTIONAL METHODS & ETHICAL ISSUES

The call for papers is open until 31st August 2019.Abstracts received after this date will not be considered. The link to submit your abstract is here.

En savoir plus

Compte-rendu de la troisième séance de l’atelier RePPaMa (14.12.2017)

La présentation de Zoé Yadan portait sur le conseil de discipline. Pour étudier cet objet, elle s’est appuyée sur un corpus d’entretiens avec des parents dont les enfants ont été convoqués à un conseil de discipline et des agents institutionnels et associatifs en lien avec cette pratique. Elle a également observé 15 conseils de discipline dans deux établissements « difficiles ». Ritualisé (et empruntant au registre du tribunal), le conseil de discipline est une forme de sanction pour l’enfant convoqué mais aussi pour les parents. En effet, la méconduite des enfants au regard des attentes scolaires est perçue comme une faillite des parents : si les enfants transgressent les normes et les règlements scolaires, c’est forcément que leurs parents sont « démissionnaires » pour les agents scolaires et le conseil de discipline opère précisément comme un « rappel à l’ordre », moins pour les adolescents convoqués que pour leurs parents. Si les parents sont ainsi « mis en accusation » de manière indirecte dans le conseil de discipline, ils ne sont pas pour autant passifs face à lui. Zoé Yadan relève trois stratégies des parents face au « tribunal » : faire front sans intervenir par peur de desservir l’enfant, chercher du soutien auprès de l’institution ou reconnaitre les faits dans l’espoir d’atténuer les sanctions. La discussion a porté sur l’impact du conseil de discipline sur les parents et leurs représentations concernant leur éducation et leur trajectoire parentale, et sur les choix des établissements parmi le répertoire des sanctions possibles (et l’utilisation stratégique du conseil de discipline pour « tenir » une classe perçue comme difficile).

La communication de Marion Braizaz portait sur l’impact de la maternité sur le rapport au corps et à la beauté des mères. Elle s’est intéressée plus particulièrement à l’injonction contradictoire faite aux mères de tenir leur indépendance esthétique (c’est-à-dire conserver un corps désirable et séduisant) d’une part, et la demande de dévouer le corps à l’enfant (c’est-à-dire faire passer les besoins de l’enfant avant les siens, y compris en matière d’esthétisme). Il s’agit donc à la fois d’éviter l’écueil de la mère qui fait trop attention à son apparence et qui est superficielle, et celui de la mère dévouée qui « ne prend pas soin d’elle ». Pour étudier le rapport des mères à ces normes incompatibles, la chercheuse s’est appuyée sur un corpus d’entretiens auprès d’hommes et de femmes en couple (hétérosexuels et homosexuels) et parents. Elle montre un rapport très différent à l’esthétisme en fonction de l’appartenance sociale. Chez les femmes de classes supérieures, il s’agit de « garder de contrôle de son corps » (par exemple en retrouvant le corps d’avant la grossesse), ce qui peut être interprété à la fois comme la manifestation des normes des classes moyennes-supérieures qui enjoignent les femmes à ne pas être « que » des mères, et la conséquence du regard du milieu professionnel porté sur une femme devenue mère. Du côté des classes populaires, les mères témoignent au contraire d’un changement : il s’agit de mettre son corps au service de la maternité, en privilégiant la praticité (par exemple, avoir les cheveux courts) à l’esthétisme (en partie pour ne pas être stigmatisé comme « coquette »). La discussion a principalement porté sur les différences éventuelles entre les mères en couple hétérosexuel et les mères en couple homosexuel sur le plan du rapport au corps et à l’esthétisme.

Programme de la troisième séance