Archives par mot-clé : cancer

Revue – Des parentalités bousculées

Début de l’avant-propos du numéro de la Revue Française des Affaires Sociales intitulé “des parentalités bousculées” :

La famille est au cœur de transformations importantes. Les situations familiales se complexifient et la place de l’enfant est devenue centrale dans les sociétés occidentales (Déchaux, 2014). Les normes familiales se sont multipliées : cette diversification des modes de vie familiaux témoigne de l’autonomisation des individus dans leur vie privée (Singly, 2003). Parallèlement, l’injonction à être un « bon parent » (Le Pape, 2012 ; Martin, 2014) s’est renforcée, la relation parent-enfant étant de plus en plus présentée comme un facteur d’épanouissement et de réalisation personnelle. D’ailleurs, les nouvelles politiques de soutien à la parentalité sont axées sur la qualité de cette relation, comme l’explique ici Pierre Mazet dans son point de vue sur la politique de soutien à la parentalité (p. 237). On note ainsi une tension entre, d’une part, une plus grande liberté d’élever ses enfants en sortant d’un dogme familial unique et, d’autre part, la multiplication de normes qui, pour être moins coercitives, n’en sont pas, pour autant, moins contraignantes. Comme le souligne Gérard Neyrand dans son point de vue sur le dossier (p. 247), ces tensions induisent ainsi, chez certains parents, un sentiment de perte de repères. Le début du xxie siècle est donc celui du doute sur la parentalité.

Dans ce contexte, les recherches sur la « parentalité » se sont multipliées en sciences sociales depuis les années 1990 (Martin, 2018). Si certains de ces travaux s’attachent à analyser les normes et pratiques parentales, d’autres s’intéressent aux politiques familiales ou encore aux professionnels qui gravitent autour de l’enfant. Cependant, l’état des savoirs est essentiellement centré sur certains moments de la vie de l’enfant, sur certaines pratiques et sur certaines catégories de parents. Pour un état des lieux plus complet des connaissances sur la parentalité, nous renvoyons ici le lecteur à l’appel à contribution qui initiait le dossier (p. 263).

À l’origine, cet appel avait l’ambition de porter un regard nouveau sur la parentalité en la considérant davantage comme un processus dynamique que comme un état. Deux axes avaient été envisagés afin d’analyser des trajectoires de parentalité : un premier centré sur la parentalité aux différents âges de l’enfant ; un second axe portant sur les incidents biographiques dans la parentalité (séparation conjugale, maladie, deuil…). L’idée était de considérer la parentalité comme étant non linéaire : elle évolue en fonction de l’âge des enfants, elle varie d’un enfant à l’autre, elle se construit et se réajuste en fonction du regard des autres.

Au bout du compte, les articles que nous avons retenus pour composer ce dossier traitent d’incidents biographiques ou de situations particulières d’une grande diversité. Plusieurs articles portent sur la naissance d’un enfant dans des contextes spécifiques : arrivée d’un deuxième enfant (Clément, Hamelin, Paillet et al.), deuil périnatal (Charrier et Clavandier), entrée en parentalité en famille recomposée (Vincent), en sortant de l’Aide sociale à l’enfance (Ganne, Dietrich-Ragon, Frechon) ou en situation de handicap visuel (Doé). D’autres articles s’intéressent à un incident biographique, au sens large, dans la trajectoire parentale : survenue d’un cancer (Mary), incarcération (Quennehen), séparation conjugale (Le Pape et Virot), convocation d’un enfant devant un conseil de discipline (Yadan).

Ces différents articles reçus en réponse à notre appel à contribution nous ont amenés à repenser ce dossier, de la notion de trajectoires de parentalité à celle de parentalités « bousculées ». [suite]

Les articles sont disponibles sur Cairn.

Compte-rendu de la huitième séance de l’atelier RePPaMA (13.06.2019)

Lors de ce huitième atelier du REPPAMA, nous avons entendu deux communications.

La première intitulée « Être une mère moderne : la maternité dans Marie-Claire en 1954 » est issue du travail de thèse d’Alexie Geers mêlant histoire et sociologie du genre, de la culture et des classes sociales. Lors de son passage, Alexie Geers a montré que dans le magazine Marie-Claire s’adressant à cette époque à des femmes des milieux moyens et supérieurs, la maternité était traitée narrativement et visuellement comme un métier. Par ce biais, il s’agissait d’en faire une sphère de valorisation identitaire à diffuser un modèle de féminité, basé sur la maternité (par opposition à la période 1937-1944, où Marie Claire est centré sur la beauté). La chercheuse met en avant la mise en texte et image de l’amour dans la famille pensé comme le socle de sa stabilité. En outre, rappelant l’essor du taylorisme à cette époque, Alexie Geers s’est attachée à décrire les ressorts de la mission de modernisation des foyers confiée à ces femmes et largement relayée par Marie-Claire auprès d’elles. Pour ce faire, des campagnes publicitaires et des articles incitent les mères à se munir et à utiliser de nouveaux objets industriels (berceaux, chauffe-biberons etc.) et/ou issus de l’industrie agro-alimentaire naissante (lait infantile, etc.). Il s’agissait également de promouvoir les connaissances nouvelles issues de la psychologie du développement promouvant une éducation des enfants résolument moderne au service de leur épanouissement. Enfin, dans un dernier temps de son intervention, Alexie Geers a conclu sur la forte propension du magazine Marie-Claire à valoriser des modèles de féminité traversés par les codes de l’érotisme et de la séduction. Á cet égard, les mères modernes et professionnelles dépeintes dans ses pages n’en restaient pas moins représentées sous l’angle d’une grande importance accordée à leur apparence portant talons et tabliers laissant deviner leur taille affinée.

Les questions de fin de séance ont principalement porté sur la méthodologie adoptée pour le recueil des données (modalités d’accès aux archives, d’observation des images et des textes, de l’analyse des contenus, prise en considération du courrier des lecteurs dans les analyses). Des questions ont également été soulevées au sujet d’une lecture décoloniale et masculine (paternelle) des données et l’influence que celle-ci aurait pu avoir sur les résultats obtenus.

La deuxième communication intitulée « Combattre la mort ou la préparer pour « préserver » ses enfants » a été donnée par Anaïs Mary d’après trente entretiens menés dans le cadre de sa thèse en sociologie avec des parents (vingt-cinq mères et cinq pères) ayant eu un cancer. Après avoir rappelé les différences de différences et de pratiques concernant la parentalité en fonction du sexe du parent, la doctorante s’est intéressée à l’impact de la maladie sur la conception du rôle de parent des enquêtés. Le risque de mourir des suites de cette maladie est largement revenu dans les discours des personnes interrogées. Bien davantage pensé pour les enfants que pour soi, il suscite nombre de craintes qui émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions du rôle de parent est à l’origine de positionnements différents au sujet de la maladie. Pour les premier.ère.s, se pensant comme irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie et la mobilisation d’un vocabulaire guerrier (utilisation récurrente de termes ou expressions tels que « combat », « se battre » etc.). Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort est moins appréhendée en termes de tragédie familiale, mais comme un risque qui doit être anticipé.

Les questions adressées en fin de séance ont porté sur les possibilités de redéfinition du rôle du parent survivant pensées en fonction du genre, l’annonce du cancer, l’influence du type de cancer (notamment cancers du sein/de la prostate) sur les redéfinitions de la parentalité pendant la maladie…

Programme de la séance

Atelier du 13 juin 2019 : Anaïs Mary (doctorante au CERLIS) – « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants »

Anaïs Mary présentera les premières résultats de sa thèse intitulée provisoirement “redéfinitions des liens parents/enfants à la suite d’un cancer”

Résumé : « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des
enfants »

Dans les trente entretiens menés avec des parents, vingt-cinq mères et cinq pères, ayant eu un cancer, les possibilités de mourir des suites de celui-ci sont largement revenues. Dans le cadre de cette communication, je m’attacherai à montrer que la mort suscite des craintes, moins tournées vers soi que vers les enfants. Ces craintes émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions vont apparaître des rapports très différents à la mort rendant plurielles les expériences faites du cancer. Pour les premier.ère.s, partant de l’idée qu’ils.elles sont irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie qui s’entend entre autres éléments dans l’emploi d’un vocabulaire guerrier. Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort, bien que non-souhaitée n’est pas vécue aussi dramatiquement que chez leurs homologues. Aussi, vont-ils laisser une place plus grande à la maladie (ex : fatigue qui se donne à voir et se vit sans culpabilité etc.) et ne rien laisser transparaître d’un rapport combatif à cette dernière.

Notice biographique : Doctorante en deuxième année, je mène une thèse en sociologie à l’Université Paris Descartes sous la direction d’Elsa RAMOS, Maître de conférences HDR rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Ma thèse, dont le titre provisoire est « redéfinitions des liens parents/enfants à la
suite d’un cancer », est financée par la Ligue contre le cancer.

Voir le programme de la séance

 

Atelier du RePPaMa : prochaine séance le 13 juin 2019

Nous avons le plaisir de vous convier à notre huitième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 13 juin 2019 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 42 (rez-de-jardin) (133 boulevard Davout 75020 Paris métro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Alexie Geers et Anaïs Mary.

Alexie Geers (Docteure de l’EHESS et chercheuse
associée au CEREP de l’Université de Reims) nous présentera son travail de thèse intitulé : Être une mère moderne : la maternité dans Marie-Claire en 1954
 
Anaïs Mary (Doctorante en sociologie, Université Paris Descartes au Cerlis) nous présentera sa recherche doctorale en cours : Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants (résumé)
 
Nous vous invitons également à consulter notre appel à communication pour le deuxième colloque du RePPaMa “La fabrique des parents” sur la parentalité.