Archives par mot-clé : autorité

Compte-rendu du colloque « La fabrique des parents » (Aubervilliers, 06-07.02.2020)

Le colloque La fabrique des parents a eu lieu les 6 et 7 février 2020 à Aubervilliers (Campus Condorcet). Organisé par RePPaMa, ces journées avaient pour vocation de réunir des chercheurs et des chercheuses appartenant à différentes disciplines des sciences humaines (notamment sociologie, histoire et sciences de l’éducation).

Les communications portant sur l’accès à la parenté ont mis en évidence la difficulté pour les professionnels de la santé ou les services sociaux à penser la non-convergence entre parenté biologique, légale et quotidienne. Par exemple, les travailleur.euses sociaux tendent (selon les parents adoptant.es) à encourager les candidat.es blanc.hes à l’agrément à l’adoption à formuler des « préférences géographiques ou ethnique » pour « des enfants qui leur ressemblent », c’est-à-dire pour des enfant.es blanc.hes (Solène Brun). En effet, les professionnel.les anticiperaient qu’une différence de couleur de peau entre parents et enfants poserait hypothétiquement problème à l’adolescence.

La difficulté à dissocier procréation et parentalité touche les parents eux-mêmes. Par exemple, dans les familles lesboparentales ayant eu recours à un donneur connu : la place de ce dernier dans la vie de l’enfant a souvent été convenu entre les mères et le donneur avant la conception, mais ce rôle peut évoluer à mesure que l’enfant grandi (Martine Gross). En effet, les donneurs et les mères semblent éprouver des difficultés à distinguer les rôles de géniteur et de père.

À ce titre, il n’y a pas opposition entre les normes de parenté et de parentalité dans les familles homoparentales et hétéroparentales, mais plutôt recomposition de ces normes. C’est par exemple l’objet de la présentation de Lucie Prauthois sur des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : il y a convergence entre certaines normes procréatives de ces personnes et celles des personnes hétérosexuelles (comme la norme d’âge ou du projet parental). C’est également le cas en ce qui concerne l’éducation proprement dite : les mères lesbiennes interrogées par Camille Frémont adhèrent implicitement à la norme de la famille nucléaire (deux parents et pas un de plus) et ont une attitude ambivalente vis-à-vis de des normes de genre dans l’éducation, entre envie d’y résister et peur de la sanction sociale en cas de transgression sociale trop voyante.

De plus, les professionnel.les de santé auraient du mal à envisager un éventuel désir d’enfant de la part de jeunes femmes célibataires sans enfant, ce désir étant pensé comme inséparable d’une relation de couple, comme dans le cas de jeunes patientes atteintes de cancer sans enfant. Ces dernières disent avoir été peu informées des possibilités médicales de préservation de la fertilité, alors même que le traitement de leur maladie est susceptible de les rendre stériles (Manon Vialle).

Plus largement, quelques interventions ont mis en évidence le contrôle exercé par les professionnel.les de santé sur l’accès à la parenté ou l’exercice du rôle de parent dans le cas de personnes étiquetées comme malades, qu’il s’agisse de patient.es atteint.es du cancer, ou d’adolescent.es diagnostiqué.es comme anorexiques (Alice Feyeux) ou de femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle (Estelle Veyron Lacroix). Dans le cas des adolescentes « anorexiques », les thérapeutes de l’unité psychiatrique étudiée par Alice Feyeux s’efforcent de « rééduquer » la famille (parents et fratries) des adolescent.es en leur rappelant les « bonnes pratiques » en matière de parentalité, entre parentalité relationnelle (verbalisation des émotions) et exercice de l’autorité. Concernant les femmes diagnostiquées comme souffrant de déficience intellectuelle, le contrôle exercé par les professionnel.les de santé est plus grand encore, puisque la contraception de la résidente est obligatoire dans certains centres et dans tous les centres étudiés iels promeuvent un interdit implicite de procréation pour les résidentes (Estelle Veyron Lacroix). La déviance (au sens de Becker) d’un individu semble donc le discréditer en tant que parent, que cette déviance prenne la forme d’un handicap (déficience intellectuelle ou visuelle dans le cas des parents non-voyant.es étudié.es par Marion Doé) ou d’une non-conformité aux normes du couple parental hétérosexuel (familles homoparentales, parents « solos » ou ayant opté pour la résidence alternée ; Alexandra Piesen et Benoît Hachet).

Si la parentalité est souvent pensée comme liée à l’arrivée d’un enfant dans la famille, deux communications ont illustré que ce rôle peut être préparé ou anticipé, comme dans le cas du rite de parrainage ou marrainage en pays kabyè (Togo) (Marie Daugey) mais aussi de l’importance pour les futurs parents d’assigner un sexe au fœtus pendant la grossesse pour se projeter dans leur rôle à venir (Gaëlle Larrieu).

Plusieurs interventions se sont penchées sur le caractère « intensif » de la parentalité en tant que nouvelle modalité d’exercice du rôle de parent, du moins dans les classes supérieures. Lidia Panico a ainsi mis en évidence la plus grande fréquence de pratiques parentales de lecture ou de dessin par les mères les plus diplômées. De même, Manon Laurent a montré que les normes de parentalité peuvent amener certaines mères à devenir des « managers » de leurs enfants afin de leur offrir les meilleures ressources éducatives possibles, en Chine urbaine. La parentalité intensive semble donc croiser ressources culturelles détenues par les parents et compétences temporelles, dans la mesure où ces pratiques parentales demandent de la part des parents une organisation optimisée de la vie familiale afin de faire face au manque de temps dans les couples bi-actifs (Anne-Gaëlle Picart). Du côté des pères, le congé parental peut être l’occasion pour ses bénéficiaires hommes d’une « rééducation temporelle » : être responsable d’un enfant à plein temps en journée et en l’absence de leurs conjointes conduit ces hommes à développer les compétences idoines pour se rendre disponibles pour leurs enfants (Myriam Chatot). Ces normes de la parentalité intensive s’inscrivent dans la continuité de celles de la parentalité relationnelle, dont Elsa Neuville constate déjà l’émergence dans le cas de crèches parallèles fondées dans les années 1970 : l’émergence de ces collectifs est basée sur le refus de la garde des enfants en bas-âge dans un environnement « aseptisé » et des rôles parentaux différenciés (autorité paternelle et soumission des femmes).

Cette remise en cause de l’autorité paternelle ne date pas des années 1970 : deux communications historiques ont montré comment ce principe a pu être défié dans le cas des femmes entrées en religion contre l’avis de leurs parents (Inès Anrich) ou lorsque le père est éloigné durablement de sa famille parce qu’il est prisonnier de guerre (Juliette Minard de Guertechin). Dans la seconde situation, exercer le rôle de parent « en solitaire » a été l’occasion pour certaines mères de devenir autoritaires ou de développer une « personnalité » pendant cette période, ce qui a pu entrainer des divorces après le retour du père. De même, la séparation conjugale est l’occasion d’une recomposition du rôle de parent pour les pères et les mères alternant.es : ces parents se sentent à la fois plus impliqués dans la parentalité et moins affectés (dans le cas des mères) par certaines normes intériorisées de « bonne » parentalité (Benoît Hachet).

Colloque – La fabrique des parents (programme actualisé)


La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels

6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

Informations : Nous soutenons vivement les mobilisations en cours et souhaitons apporter notre part au mouvement actuel. Nous avons souhaité le faire en maintenant l’événement, afin de proposer un espace d’échanges. Nous allons dégager un temps pour réfléchir sur les politiques sociales menées et à venir, et en particulier les politiques familiales et éducatives puisque cela touche à des thématiques du colloque.  Nous avons estimé qu’annuler cet événement pénaliserait les personnes ayant un statut précaire (communicant·e·s et organisatrices du colloque). Un report affecterait lourdement les conditions matérielles de tenue du colloque, compte tenu des frais engagés. Nous respectons naturellement la décision des communicant·e·s qui ont annulé leur participation à l’événement en soutien aux actions menées.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 14h30 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2)

  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Myriam Chatot (EHESS) : Les pères en congé parental, une socialisation à la parentalité

14h30-15h30 : Table ronde : Retraites, inégalités de genre, santé (Julie Tréguier, Emmanuelle Cambois ; Ined)

Pause : 15h30 – 16h00

16h00- 16h30 : Présentation du numéro spécial sur la parentalité de la Revue française des affaires sociales (RFAS)

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une « bonne mère » lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée « Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires »

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des « années 1968 »
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h00 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Benoît Hachet (EHESS) : « Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation » : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h00-15h45 : Discussion collective sur la LPPR

15h45 – 16h15 : Pause

16h15 – 17h45 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus

Calenda (programme initial)

Colloque – La fabrique des parents (06.02.2020, Aubervilliers)

La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels 6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

En raison des mouvements sociaux au sein de l’enseignement supérieur en janvier 2020, le programme a connu d’importantes modifications. Merci de vous reporter à l’onglet en haut de la page pour connaitre le programme actualisé.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 15h45 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2) – présentation sur l’usage de la notion de parentalité en sociologie

  • Elsa Boulet (EHESS) : Devenir parent « au bon moment » : l’inscription sociale de la norme procréative
  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus
  • Josiane Tousse-Djou (Université de Yaoundé II Soa) : « Rester sans enfant » ou parent à « tout prix » en Afrique : enquête sur le problème de stérilité et infertilité au Cameroun

Pause : 15h45 – 16h15

16h10- 16h30 : Présentation du numéro spécial de la Revue française des affaires sociales (RFAS) sur la parentalité, avec Marie-Clémence Le Pape, Pauline Virot et Guillemette Buisson

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une « bonne mère » lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée « Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires »

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des « années 1968 »
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.
  • Pauline Proboeuf (Sciences Po): Les incidences biographiques des choix de scolarisation alternative

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h30 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Marie Cartier (Université de Nantes), Anaïs Collet (Université de Strasbourg), Estelle Czerny (Université de Strasbourg), Pierre Gilbert (Paris 8), Marie-Hélène Lechien (EHESS) et Sylvie Monchatre (Université Lyon 2) : Allez les pères ! Les conditions de l’engagement masculin dans les tâches parentales et domestiques
  • Benoît Hachet (EHESS) : « Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation » : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h30 – 16h00 : Pause

16h00 – 17h30 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Amélie Grysole (CNAM) : La fabrique d’enfants redevables
  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?

Calenda

Compte-rendu de la troisième séance de l’atelier RePPaMa (14.12.2017)

La présentation de Zoé Yadan portait sur le conseil de discipline. Pour étudier cet objet, elle s’est appuyée sur un corpus d’entretiens avec des parents dont les enfants ont été convoqués à un conseil de discipline et des agents institutionnels et associatifs en lien avec cette pratique. Elle a également observé 15 conseils de discipline dans deux établissements « difficiles ». Ritualisé (et empruntant au registre du tribunal), le conseil de discipline est une forme de sanction pour l’enfant convoqué mais aussi pour les parents. En effet, la méconduite des enfants au regard des attentes scolaires est perçue comme une faillite des parents : si les enfants transgressent les normes et les règlements scolaires, c’est forcément que leurs parents sont « démissionnaires » pour les agents scolaires et le conseil de discipline opère précisément comme un « rappel à l’ordre », moins pour les adolescents convoqués que pour leurs parents. Si les parents sont ainsi « mis en accusation » de manière indirecte dans le conseil de discipline, ils ne sont pas pour autant passifs face à lui. Zoé Yadan relève trois stratégies des parents face au « tribunal » : faire front sans intervenir par peur de desservir l’enfant, chercher du soutien auprès de l’institution ou reconnaitre les faits dans l’espoir d’atténuer les sanctions. La discussion a porté sur l’impact du conseil de discipline sur les parents et leurs représentations concernant leur éducation et leur trajectoire parentale, et sur les choix des établissements parmi le répertoire des sanctions possibles (et l’utilisation stratégique du conseil de discipline pour « tenir » une classe perçue comme difficile).

La communication de Marion Braizaz portait sur l’impact de la maternité sur le rapport au corps et à la beauté des mères. Elle s’est intéressée plus particulièrement à l’injonction contradictoire faite aux mères de tenir leur indépendance esthétique (c’est-à-dire conserver un corps désirable et séduisant) d’une part, et la demande de dévouer le corps à l’enfant (c’est-à-dire faire passer les besoins de l’enfant avant les siens, y compris en matière d’esthétisme). Il s’agit donc à la fois d’éviter l’écueil de la mère qui fait trop attention à son apparence et qui est superficielle, et celui de la mère dévouée qui « ne prend pas soin d’elle ». Pour étudier le rapport des mères à ces normes incompatibles, la chercheuse s’est appuyée sur un corpus d’entretiens auprès d’hommes et de femmes en couple (hétérosexuels et homosexuels) et parents. Elle montre un rapport très différent à l’esthétisme en fonction de l’appartenance sociale. Chez les femmes de classes supérieures, il s’agit de « garder de contrôle de son corps » (par exemple en retrouvant le corps d’avant la grossesse), ce qui peut être interprété à la fois comme la manifestation des normes des classes moyennes-supérieures qui enjoignent les femmes à ne pas être « que » des mères, et la conséquence du regard du milieu professionnel porté sur une femme devenue mère. Du côté des classes populaires, les mères témoignent au contraire d’un changement : il s’agit de mettre son corps au service de la maternité, en privilégiant la praticité (par exemple, avoir les cheveux courts) à l’esthétisme (en partie pour ne pas être stigmatisé comme « coquette »). La discussion a principalement porté sur les différences éventuelles entre les mères en couple hétérosexuel et les mères en couple homosexuel sur le plan du rapport au corps et à l’esthétisme.

Programme de la troisième séance

Zoé Yadan – La parentalité à l’épreuve du conseil de discipline au collège

Zoé YADAN
Doctorante en sciences de l’éducation
CERLIS

Résumé :

Depuis les années 1990 déjà, l’institution scolaire a amorcé une politique de rapprochement avec les familles. A travers la rhétorique du partenariat, il est souhaité, entre autre, que les parents se constituent partenaires afin de partager les missions de l’école et qu’un dialogue « harmonieux » s’instaure. Cela participe d’une intention plus globale de conduire les parents à s’investir davantage dans la scolarité de leur enfant. Il s’agit, officiellement, d’inclure les parents dans le processus éducatif et, de manière plus tacite, de les faire participer à la résolution des difficultés scolaires de l’enfant. L’école moins encline à appliquer un modèle éducatif autoritaire attend des familles qu’elles collaborent voire qu’elles prennent la relève dans le domaine de la discipline.

L’intervention proposée aura pour visée d’objectiver l’expérience d’un parent dont l’enfant a commis une incivilité sanctionnée par un conseil de discipline au collège. Nous tenterons, tout d’abord, d’analyser les réponses parentales développées lors du conseil de discipline. Ceci afin de mieux comprendre les logiques familiales relatives à la transgression des règles ainsi qu’à l’autorité. Nous reviendrons également sur les relations entre les familles et l’école dans cette situation particulière. Nous entendons ainsi présenter la façon dont les pratiques parentales sont discutées, jugées, remodelées au cours de cette rencontre singulière.

Voir le programme de la séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 14 décembre 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la troisième séance des ateliers du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le jeudi 14 décembre de 14h à 16h30 à l’INED (salle 136).

Lors de cette séance, nous accueillerons :
Zoé Yadan, doctorante en sciences de l’éducation (CERLIS) :  « La parentalité à l’épreuve du conseil de discipline au collège »
– Marion Braizaz, docteure en sociologie (CERLIS) : « Devenir mère : une rupture dans le « parcours esthétique » des femmes »