Archives par mot-clé : Atelier

Compte-rendu de la septième séance de l’atelier RePPaMA (07.03.2019)

Cette séance a constitué en deux présentations sur les parents séparés : celle d’Alexandra Piesen a porté sur les parents ayant la résidence principale de leur.s enfant.s et celle de Benoit Hachet sur les parents pratiquant la garde alternée.

Bien que les deux interventant.es aient opté pour des points d’entrée différents (articulation travail/famille et parentalité pour Alexandra Piesen et « refaire famille » dans le cas de Benoit Hachet), de nombreux parallèles se sont dessinés entre les deux présentations. Tout d’abord, les deux interventant.es ont mentionné l’importance pour les parents séparés de s’investir d’autant plus dans le temps passé avec l’enfant après la séparation, à plein temps pour les parents « solos » et la semaine où ils ont leur.s enfant.s pour les parents alternants. Ensuite, les deux interventant.es ont évoqué la recomposition des rôles suite à la séparation, qu’il s’agisse pour les mères alternantes d’adopter un rôle parental plus « authentique » en n’ayant plus à jouer le rôle de la mère et de la ménagère parfaites (et de ne plus se forcer à faire des activités familiales comme le camping) ; tandis qu’Alexandra Piesen a souligné la volonté (et la difficulté) des parents solos à « jouer les deux rôles », c’est-à-dire être à la fois paternant.es (exercice de l’autorité) et maternant.es (affection). Enfin, les deux communiquant.es ont évoqué le genre de la parentalité solo ou alternante. Du côté des parents solos, on constate par exemple une différence dans les conditions d’entrée dans la situation de parent solo : si quelques mères ont choisi de « faire un bébé toutes seules », ce n’était le cas d’aucun père interrogé (par exemple, en acceptant d’assumer seul un enfant après l’accouchement de la mère). D’autres expliquent qu’elles ont été contraintes à la séparation parce que l’équilibre familial était rompu (par des conflits entre les parents ou un comportement du père comme un adultère ou de l’alcoolisme). A l’inverse, presque tous les pères présentent leur entrée dans cette situation comme étant subie, du fait d’un départ brutal de la mère du domicile. Du côté des parents alternants, on constate des discours différents sur la remise en couple en fonction du sexe : les mères hésitent davantage à reformer un couple (et à plus forte raison cohabitant) et s’inquiètent davantage de la compatibilité entre le nouveau conjoint et les enfants que les hommes.

Par ailleurs, et sans que cette thématique n’ait été abordée frontalement par les interventant.es, on observe un rôle important des ressources dans les conditions d’exercice de la parentalité, comme le soutien de l’environnement amical ou familial (voire un « capital d’autochtonie », pour reprendre le terme de Christelle Avril ?), celles liées à l’environnement professionnel (une bonne insertion dans un emploi permet au parent solo d’aménager son activité professionnelle pour la rendre compatible avec l’exercice de la parentalité en solo, alors que les parents moins bien insérés optent parfois pour le chômage faute de possibilité de rendre leurs horaires compatibles avec la prise en charge des enfants) et à l’entente avec l’ex-conjoint.e. En effet, les deux présentations ont mentionné l’importance de l’entente entre les parents dans les conditions d’exercice de la parentalité solo ou alternante : une bonne entente peut constituer une ressource sur le plan organisationnel (par exemple, le parent non-gardien peut garder ponctuellement l’enfant à la demande du parent gardien) ou matérielle (par exemple, les vêtements circulent plus facilement entre les foyers de parents qui ont gardé de bonnes relations), et dans le cas des parents solo les relations entre les parents séparés conditionnent en partie le maintien du lien entre les enfants et la parent non-gardien.

Une différence importante peut cependant être observée entre les deux groupes : là où les parents solos se sentent stigmatisés et « surveillés » quant à leurs compétences parentales, c’est beaucoup moins vrai pour les parents alternants, signe que la bi-parentalité est une norme encore prégnante malgré le développement de « nouvelles formes de famille ».

Voir le programme de la séance

Compte-rendu de la sixième séance de l’atelier RePPaMa (29.11.2018)

La présentation d’Inès Tiab portait sur l’analyse dans une perspective goffmanienne de neuf comptes Instagram de jeunes mères aux influences variables sur ce réseau – la plus suivie comptant environ 20 000 abonné.e.s à son compte contre quelques centaines pour la moins suivie. Dans son travail, Inès Tiab défend la thèse suivante : sur Instagram, les jeunes mères cherchent à se faire reconnaître comme « bonnes-mères » aux yeux de leurs communautés d’abonné.e.s. Ayant à cœur d’être au plus proche des besoins de leurs enfants, les publications – les photos et les légendes qui les accompagnent – « mettent en scène » le quotidien de ces jeunes mères pour beaucoup consacré à des pratiques de « maternage intensif » (allaitement, portage, co-dodo, etc.). Au-delà de la seule reconnaissance en tant que« bonnes-mères », il s’agit également pour ces femmes de se faire reconnaître en tant qu’individues réalisées tant d’un point de vue maternel que personnel. La réalisation maternelle se donne à voir par l’intermédiaire de contenus qui donnent l’image d’une maternité qui se vit sous le mode de la complicité mère/enfants et sans culpabilité ; ces mères y revendiquant avec force et humour le titre de « mères parfaitement imparfaites ». La réalisation personnelle quant à elle trouve son incarnation dans la diffusion de publications où elles s’affichent sous le jour d’une féminité assumée reprenant les codes de l’érotisme (moue, poses lascives etc.) comme pour affirmer qu’être (de bonnes) mères ne les empêche pas d’être des femmes désirables et épanouies.

Les questions ont porté sur la place laissée (ou non) à la question du milieu social dans les analyses. Les aspects méthodologiques renvoyant aux procédures utilisées pour le codage textuel des légendes des photos et à la pertinence d’une poursuite de cette recherche par la conduite d’entretiens ont également fait l’objet des interrogations des personnes en présence.

***  

La présentation de Maya Paltineau était essentiellement méthodologique : à partir de son enquête sur la parentalité (et plus particulièrement du maternage proximal ou intensif) sur les réseaux sociaux (entendus au sens large, comme outils mettant en relation les individu.e.s), elle a exposé les avantages et les inconvénients de différents réseaux (blogs, Twitter, Facebook, Youtube, Instagram, Snapchat)pour l’enquêteur.trice. Les enjeux éthiques d’un terrain de recherche sur Internet ont également été abordés : peut-on analyser du contenu public publié sur Internet sans en informer le ou la producteur.trice ? Comment anonymiser quand on reproduit des textes ou des images extrait.e.s du terrain,tout en respectant la propriété intellectuelle et la rigueur méthodologique de présentation du terrain ? Quels sont les impératifs légaux du chercheur et de la chercheuse sur ces thématiques en cas de publication ? Si le dernier point fait l’objet d’une réponse univoque (en cas de publication de la recherche, l’auteur.trice doit avoir l’accord des enquêté.e.s selon la CNIL), les deux premiers relèvent davantage du « bricolage » de l’enquêteur.trice. La recherche de Maya Paltineau a été abordée de manière périphérique, défendant la thèse que la parentalité relevant du maternage proximal ou intensif (allaitement long et à la demande, co-dodo, portage de l’enfant…) est désormais une norme largement partagée au sein de la société française contemporaine, construite avec et par les réseaux sociaux.

Les questions ont porté sur les enjeux méthodologiques de la recherche de terrain sur Internet et sur l’existence ou non d’une norme du maternage intensive (et si oui, si elle ne concerne qu’une frange de la population, ou si elle est devenue « légitime » et si chaque parent se positionne par rapport à elle).

Voir le programme de la séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 29 novembre 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre sixième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités  qui aura lieu le 29 novembre 2018 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136 (133 boulevard Davout 75020 Paris, métro : Porte de Bagnolet, tram : Marie de Miribel)

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Inès TAIAB et Maya PALTINEAU.

Inès TIAB (pré-doctorante en sociologie ENS-EHESS) nous présentera son travail de mémoire intitulé : Construire la mythologie du soi-mère sur Instagram

Maya PALTINEAU (Chercheure associée au CRIDIS, à l’Université de Louvain) abordera sa recherche intitulée : La parentalité sur les réseaux sociaux

Rappel : Nous cherchons des communiquant.e.s. pour les prochain ateliers qui se dérouleront entre novembre 2018 et juin 2019. N’hésitez pas à consulter notre page « appel à communication permanent » pour en savoir plus.

Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa

Myriam Chatot (doctorante en sociologie, EHESS)
Anaïs Mary (doctorante en sociologie, Paris Descartes)
Alexandra Piesen (docteure en sociologie, Paris Descartes)
Marine Quennehen (doctorante en sociologie, EHESS)

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 21 juin 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre cinquième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le 21 juin de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136. 

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Rose-Myrlie Joseph et Chloë Cottrell.
 

Rose-Myrlie Joseph, (Docteure en sociologie et en études de genre, membre du Laboratoire de Changement Social et Politique de
L’université Paris-Diderot (LCSP – Paris 7)) – Parentalité en migration : une réactualisation des vieilles pratiques ?

Chloë Cottrell, (Doctorante en civilisation britannique contemporaine à l’Université de Tours (ICD))Être un jeune père : témoignages de jeunes pères en Angleterre.

Adresse de l’INED :
133 boulevard Davout 75020 Paris
M
étro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel
Nous cherchons des communiquant.e.s. pour les prochain ateliers qui se dérouleront entre septembre 2018 et juin 2019

Durant ces ateliers, deux intervenant.e.s disposeront de 45 minutes chacun.e pour présenter leurs recherches et/ou effectuer une communication et/ou soulever des points de méthodologie. Chaque communication sera suivie d’une discussion d’une trentaine de minutes avec le public présent.
Pour organiser au mieux les prochaines séances, nous vous invitons à nous solliciter et à proposer un résumé de communication (au format PDF) sur les thématiques des paternités et des maternités.
Nous souhaitons également, à terme, organiser une journée d’étude. Vous pouvez nous joindre à cette adresse : reppama.contact@gmail.com.
L’objectif de ces ateliers: Ces ateliers et ces journées d’études aborderont notamment les représentations et pratiques liées à la parentalité, aux maternités et paternités – d’un point de vue biologique, légal et/ou social – dans des contextes géographiques, historiques, économiques, sociaux, culturels différents. « Être père » ou « être mère » renvoie à une multitude de pratiques, d’enjeux, de définitions suivant les espaces, les époques et les groupes sociaux. Comment hommes et femmes s’approprient-ils les identités parentales et quelles sont les positions assignées à chacun des deux sexes dans leur rapport à la parentalité ? Quelles sont les manières d’endosser, voire de performer, les rôles perçus comme paternels ou maternels dans une société donnée à un moment donné ?

Nombreuses sont les problématiques liées à l’étude des maternités et des paternités et le REPPaMa souhaite que ces rencontres puissent être pour chacun.e un lieu de réflexion, de débat et d’apprentissage dans une perspective pluridisciplinaire.

Nous souhaitons à la fois  fédérer un réseau structuré de jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s) dans un esprit de pluridisciplinarité et de créer des rendez-vous scientifiques (ateliers et journées d’études) tout au long de l’année.

Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa
Myriam Chatot (doctorante en sociologie, EHESS)
Alexandra Piesen (docteure en sociologie, Paris Descartes)
Marine Quennehen (doctorante en sociologie, EHESS)

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 26 avril 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre quatrième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le 26 avril de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136.

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Constance Schuller et Myriam Chatot.
 

Constance Schuller (Paris 13, IRIS-EHESS), La prise en charge médicale de l’infertilité. – Des conceptions professionnelles normatives du « couple parent » idéal.

Myriam Chatot (EHESS, IRIS et CMH), Des pères empêchés de paternité ? – Engagement professionnel et engagement parental chez les pères.

Adresse de l’INED :
133 boulevard Davout 75020 Paris
M
étro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 14 décembre 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la troisième séance des ateliers du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le jeudi 14 décembre de 14h à 16h30 à l’INED (salle 136).

Lors de cette séance, nous accueillerons :
Zoé Yadan, doctorante en sciences de l’éducation (CERLIS) :  “La parentalité à l’épreuve du conseil de discipline au collège
– Marion Braizaz, docteure en sociologie (CERLIS) : “Devenir mère : une rupture dans le « parcours esthétique » des femmes”

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 1er juin 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la seconde séance des ateliers du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le jeudi 1er juin de 10h à 12h30 à l’INED (salle 433).

Lors de cette séance, nous accueillerons :

 

Accès :

L’atelier aura lieu le jeudi 1er juin à l’INED, 133 Boulevard Davout, 75020 Paris.
Métro : Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet
Tram T3b Marie de Miribel

Contact : reppama.contact@gmail.com

Calenda
Voir le compte-rendu

Atelier inaugural du réseau RePPaMA

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue du 1er atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le vendredi 17 mars de 10h à 12h30 en salle 42 à l’INED, 133 Boulevard Davout, 75020 Paris (Métro : Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet ; TramT3b Marie de Miribel).

Lors de cette séance inaugurale, nous accueillerons :
Hélène Breda (Docteure en études cinématographiques et audiovisuelles, Université Paris 13, IRCAV)
« “Tissage narratif” et représentation des rôles parentaux dans les séries télévisées américaines contemporaines. »

Maeli Saidi (Doctorante en sociologie, Université Paris Descartes, CERLIS)
« Résister à la “mère parfaite” : une manière pour la femme responsable d’une famille monoparentale de pouvoir être autonome. »

Voir l’affiche de la journée
Aller au compte-rendu