Archives par mot-clé : assistante familiale

Compte-rendu de la onzième séance de l’atelier REPPaMa (28.01.2021)

Le 28 janvier 2021 a eu lieu le onzième atelier du REPPaMa au cours duquel nous avons entendu deux communications présentées par Lissell Quiroz et Camille Roudaut.

Enseignante-chercheure à l’Université de Cergy-Pontoise, Lissell Quiroz a réalisé une communication intitulée « La maternité des femmes autochtones à partir des cas des stérilisations forcées au Pérou (1996-2000) ». À cette occasion, elle est revenue sur la situation de 300 000 femmes qui ont subi des stérilisations forcées qui ont pris forme dans la réalisation d’opérations invalidantes voire létales menées sous la menace et/ou sans leur consentement éclairé. Très majoritairement originaires des zones Andaine et Amazonienne du pays, la chercheure a démontré que les femmes victimes de ces opérations n’avaient pas été ciblées au hasard par le gouvernement en place à cette période. En effet, les aires géographiques d’où elles sont originaires se distinguent par la présence de mouvements politiques d’extrême-gauche considérés comme des opposants au régime présidentiel d’Alberto Fujimori (1990-2000). En dépit de l’argument avancé de lutte contre la pauvreté justifiant cette « politique de planification familiale », il s’agissait dans les faits d’un instrument de répression lancé à l’encontre de ces « ennemis d’État ». En outre, croisant les questions de race et de genre et s’appuyant sur les travaux du sociologue Anibal Quijana et de la philosophe Maria Lugones qui ont théorisé le concept de « colonialité du genre », Lissel Quiroz a montré que cette campagne de stérilisations forcées était une incarnation moderne des formes de colonisation initiées par les découvertes de 1492. À cette date comme à l’aube du XXIe siècle, les populations autochtones, et plus encore particulièrement les femmes, étaient considérées comme inférieures et indignes du statut de mère tel qu’il est conçu en occident et duquel se réclamait le pouvoir installé à cette époque. Ces stérilisations étaient donc investies comme un moyen censé pallier les défaillances maternelles de ces mères autochtones qui n’ont pas été sans se défendre depuis. Ainsi de nombreuses femmes ont rendu publiques les dérives psychologiques et mortelles de cette « politique de planification familiale » entraînant la chute d’Alberte Fujimori reconnu coupable de crime contre l’humanité. 

Doctorante à l’Université de Paris et réalisant sa thèse dans le cadre d’un CIFRE avec le Conseil Départemental du Finistère, Camille Roudaut a effectué une communication intitulée « Qui est-ce ? Les désignations utilisées par les anciens enfants placés pour comprendre la place de leurs proches ». Camille Roudaut a interrogé vingt-et-un·e ancien·ne·s placé·e·s âgé·e·s en moyenne de vingt-cinq ans. Parmi eux·elles, neuf ont été placé·e·s en famille d’accueil, cinq en foyer et sept ont connu un « parcours hybride » alternant les placements en familles d’accueil et en foyers. La doctorante a d’abord mis en exergue quatre appellations – la famille de sang / la famille de cœur / la famille atypique / la famille naturelle – qui recouvrent différentes définitions que donnent ses enquêté·e·s de ce qu’est « la famille ». Le « sang » qui est un référentiel pour chacun·e désigne sa dimension biologique. Sous cette conception, font famille, toutes les personnes qui partagent le même sang. Si cette donnée biologique constitue un élément nécessaire pour la définir, elle n’est cependant pas une condition suffisante. Ainsi, le « cœur » qui exprime l’importance donnée à la qualité des relations entre les membres peut venir s’ajouter au biologique, voire avoir la priorité sur lui dans ce qui sert à définir une famille. Cette appréciation se retrouve également parmi les enquêté·e·s qui font usage de l’expression « famille atypique ». Cependant, pour eux·elles, viennent s’ajouter d’autres considérations d’ordres biologique et quotidien. En effet, dans une « famille atypique » sont intégré·e·s des membres de sa famille d’accueil, de sa famille biologique, des ami·e·s et les parents de ces dernier·ère·s. Ici, la famille est conçue comme un espace dans lequel des individus peuvent partager le même sang. Surtout, il va s’agir de donner un rôle prépondérant à l’éducation des enfants au quotidien, ainsi qu’à la qualité des relations entre ses membres. Enfin, la « famille naturelle » se compose de toutes les personnes avec lesquelles les enquêté·e·s vont se sentir la possibilité d’être authentiques. Au-delà de la qualité des relations, cette conception de la famille privilégie l’angle de la « révélation de soi » qui constitue l’une des fonctions des familles contemporaines telles qu’elles sont théorisées par le sociologue François de Singly.

Dans une seconde partie de son exposé, Camille Roudaut s’est consacrée aux appellations utilisées par les enfants placé·e·s pour désigner leurs assistantes familiales. Le corpus de Camille Roudaut n’étant composé que des ancien·ne·s enfants placé·e·s avec des assistantes familiales, nous utiliserons uniquement le féminin pour désigner cette profession. La prégnance du biologique se donne ici à voir sous l’interdiction formelle qui est faite par ces dernières, ainsi que par les institutions (Aide Sociale à l’Enfance – ASE), aux enfants placé·e·s de se servir de « papa » et « maman » ; l’usage de ces deux termes étant réservé aux parents.  Le plus souvent, Camille Roudaut a remarqué que les assistantes familiales sont appelées « tata », ce qui donne un aspect familial aux relations entretenues entre elles et les (ancien·ne·s) enfants placé·e·s tout en rappelant leur dimension professionnelle. Enfin, dans certains cas, le prénom va constituer la formule d’adresse privilégiée par les unes et les autres, faute de familiarisation préalable en raison d’un placement effectué dans l’urgence. Cela peut également résulter d’une réduction de la relation à ses seules orientations professionnelles.