Archives par mot-clé : articulation

Compte-rendu de la dixième séance de l’atelier REPPaMa (26.11.2020)

Le 26 novembre 2020 a eu lieu à l’Ined le dixième atelier du REPPaMa, au cours duquel deux communications ont été présentées.

Virginie Loizeau (doctorante en sociologie à Rennes 2) a présenté une communication intitulée : Maladie respiratoire chronique de l’enfant et dimension genrée des rôles parentaux : le cas de la mucoviscidose. Les parents d’enfants atteints de mucoviscidose sont enjoints par le corps médical à réaliser un travail domestique conséquent afin de prévenir les risques d’infections respiratoires de leurs enfants malades, afin de préserver leur capital pulmonaire. En examinant comment ce travail de prévention spécifique est réparti entre le père et la mère, Virginie Loizeau établit une typologie adaptée de l’analyse culturelle de Mary Douglas et fondée sur deux critères : la distinction entre groupe et grid (individu) et la distinction entre rôles prescrits et rôles construits. Dès lors, Virginie Loizeau identifie quatre types de familles parmi ses enquêté.es : les familles hiérarchiques, individualistes, égalitaires et fatalistes. Les trois premiers types sont répartis de manière égale au sein de l’échantillon. Les familles fatalistes ne concernent qu’une minorité d’enquêté.es et il s’agit de familles présentant des parcours biographiques spécifiques, marqué par un cumul des difficultés. La doctorante a ensuite présenté les trois types principaux de familles en mettant l’accent sur la spécialisation ou non des rôles des parents en fonction de leur sexe. Dans les familles hiérarchiques, les mères sont souvent au foyer ou travaillent à temps partiel et responsables des soins et du travail domestique de la santé, tandis que les pères sont responsables des conditions matérielles (par exemple investir pour rénover le lieu d’habitation dans un objectif de prévention des risques respiratoires). Dans les familles individualistes, le rôle du père et de la mère sont présentés comme coconstruits en fonction des qualités personnelles de chacun des parents ou comme interchangeables. Enfin, dans les couples égalitaires, chaque parent devient « expert » de son domaine de compétence traditionnelle (mère « fée du logis » et père « roi du bricolage »), mais cette spécialisation peut amener à un décloisonnement des savoirs genrés dans la mesure où les parents peuvent se suppléer en cas de besoin (par exemple, la mère connait les informations techniques et le père les informations relatives au ménage). Les questions ont porté sur la méthodologie de l’enquête et sur des précisions quant au rapport des enquêté.es au travail domestique.

Myriam Chatot, post-doctorante à l’Irisso, a présenté une communication intitulée : Familles confinées – Enjeux méthodologiques de l’enquête à distance. Sur la base de deux recherches en cours sur l’articulation travail-famille pendant le confinement de mars-mai 2020 réalisées par le réseau de l’association française de sociologie Articulation des temps sociaux, elle a présenté comment la crise sanitaire a impacté les manières de faire de la recherche de terrain, en s’intéressant à trois thématiques : la conception d’une enquête pendant et sur le confinement, les entretiens par téléphone et visioconférence et les enjeux qu’il y a à enquêter sur un « événement ». Il s’agissait de mettre en évidence les gains et les pertes pour le recueil de matériaux dans ces conditions particulières, en montrant comment cette situation exceptionnelle a permis de recueillir des données qualitatives sur la vie quotidienne des familles, qui sont parfois difficiles à collecter, mais nécessite une flexibilité de la part de l’enquêteur et de l’enquêtrice qui maitrise peu les conditions de passation des entretiens. Elle a également abordé la question du « travail de mémoire », observable par le biais de la confrontation des deux enquêtes (l’une ayant eu lieu pendant le confinement et l’autre retrospective) : lors de la deuxième enquête, les détails concrets sur le quotidien sont difficilement remémorables par les enquêté.es. De même, pour certain.es enquêté.es, l’entretien participe au travail de structuration des souvenirs, ce qui se traduit dans le récit par des contradictions. Les remarques ont porté sur des pistes d’analyse possibles de ces entretiens.

Annexe : méthodologie de l’entretien par téléphone

  • Block, E. S., & Erskine, L. (2012). Interviewing by telephone: Specific considerations, opportunities, and challenges. International journal of qualitative methods, 11(4), 428-445.
  • Burke, L. A., & Miller, M. K. (2001). Phone interviewing as a means of data collection: Lessons learned and practical recommendations. In Forum Qualitative Sozialforschung/Forum: Qualitative Social Research (Vol. 2, No. 2).
  • Drabble, L., Trocki, K. F., Salcedo, B., Walker, P. C., & Korcha, R. A. (2016). Conducting qualitative interviews by telephone: Lessons learned from a study of alcohol use among sexual minority and heterosexual women. Qualitative Social Work, 15(1), 118-133.
  • Holt, A. (2010). Using the telephone for narrative interviewing: a research note. Qualitative research, 10(1), 113-121.
  • Shuy, R. W. (2002). In-person versus telephone interviewing. Handbook of interview research: Context and method, 537-555.
  • Sturges, J. E., & Hanrahan, K. J. (2004). Comparing telephone and face-to-face qualitative interviewing: a research note. Qualitative research, 4(1), 107-118.

Méthodologie de l’entretien par visio

  • Lo Iacono, V., Symonds, P., & Brown, D. H. K. (2016). Skype as a Tool for Qualitative Research Interviews, Sociological Research Online, 21(2), 103–117.
  • Seitz, S. (2016). Pixilated partnerships, overcoming obstacles in qualitative interviews via Skype: a research note., Qualitative Research, 16(2), 229–235.
  • Deakin, H., & Wakefield, K. (2014). Skype interviewing: reflections of two PhD researchers. Qualitative Research, 14(5), 603–616.
  • Soyer, L. & Tanda, N. (2016). Skype, un média innovant pour optimiser la coopération à distance entre chercheur et participants à la recherche. », Innovations Pédagogiques, nous partageons et vous? Oser l’innovation pédagogique. Analyse, 3(1), 27-42.

Journée d’étude – Doctorat et vie privée : quelles articulations ? (12.12.2019, Paris)

La neuvième journée d’étude des doctorant.es du Cerlis aura pour thème cette année « Doctorat et vie privée : quelles articulations ? » . Elle se déroulera le jeudi 12 décembre 2019 en salle Claude Simon de la Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris. La journée s’articulera autour de trois thématiques :
– Être le sujet de sa thèse ?
– Vie privée, ruptures et continuités des temporalités de la thèse
– Les doctorant.es en situation de mobilité sociale, « l’enfer c’est les autres » ?
La question des maternités et des paternités sera notamment abordée dans la deuxième session.

Programme

Appel à communication – Approches de l’articulation des Temps Sociaux (31.01.2020)

Les Doctoriales du RT48 auront lieu le 28 et 29 mai 2020 à Paris et proposent d’accompagner les travaux de publication de doctorant.e.s et/ou jeunes docteur.e.s qui travaillent sur des objets ayant trait à l’articulation des temps sociaux et aux activités qui les accompagnent à savoir : l’emploi, les activités familiales, les solidarités de proximité, les engagements civiques et politiques, les loisirs … Ces Doctoriales proposent ainsi de donner à voir l’actualité de la recherche autour de cette dimension transversale de la question sociale, qu’elle soit saisie selon des approches propres à la science politique ou à la sociologie.

Le principe de cette journée est de donner la parole à des jeunes chercheur.e.s dans un cadre bienveillant, stimulant et respectueux de la confidentialité des travaux en cours. Des premières versions d’articles ou de chapitres d’ouvrage seront ainsi discutées par des sociologues et politistes s’intéressant à ces problématiques. Les Doctoriales sont ouvertes à tout.e.s doctorant.e.s déjà avancé.e.s dans leur travail, à partir de la deuxième année de thèse et aux jeunes docteur.e.s ayant soutenu leur thèse de doctorat à partir du 1er janvier 2018.

Modalités de participation

Pour participer à cette journée, les personnes intéressées devront faire parvenir pour le 31 janvier 2020 à rt48.afs@gmail.com une note d’intention de l’article qui sera discuté en mai. Il s’agira notamment de préciser dans une proposition de 5000 à 8000 signes : le terrain empirique mobilisé, l’angle de réflexion qui sera mis en discussion, les méthodes utilisées et la place de cet article dans l’économie générale de la thèse.

Sur la base de ces propositions, les personnes sélectionnées devront envoyer la version de l’article à discuter d’ici au 4 mai 2020, date impérative afin que les rapporteur.e.s puissent faire leur travail de relecture. La proposition fera l’objet d’une discussion par deux chercheur.e.s confirmé.e.s, dont l’un est membre du bureau du RT48.

Consulter l’appel sur le site du RT48