Compte-rendu de la douzième séance de l’atelier REPPaMa (25.03.2021)

Amélie Keyser-Verreault, chercheure postdoctorale à l’Institut Simone de Beauvoir, Université Concordia et Global Asia Research center, National Taiwan University a présenté une communication intitulée : « On ne naît pas belle, on le devient : devoir maternel et formation trans-individuelle de l’entrepreneure de l’esthétique à Taïwan ». Ayant mené soixante-dix entretiens semi-directifs et des observations participantes aux côtés de mères issues de milieux urbains favorisés, Amélie Keyser-Verreault a mis en exergue une forte prégnance des normes de beauté qui s’imposent aux femmes qui les incarnent et se les transmettent dans un cadre de « modernité compressée ». Cette expression marque la cohabitation de plusieurs ontologies oscillant entre confucianisme et néo-libéralisme dans le cadre desquelles les valeurs de compétition sont particulièrement valorisées. Celles-ci s’incarnent notamment dans une « anxiété dans la parentalité » dont tous les efforts vont être orientés vers la « production » d’enfants compétitifs. Ces derniers sont investis comme « capital humain » grâce auquel ils tireront des bénéfices d’ordre socio-économique dans le futur. La nature de ce capital est fortement dépendant de leur sexe. Pour les filles, il s’agit de la capacité à se conformer à un canon de beauté hégémonique (minceur, peau claire, apparence jeune, grands yeux, cheveux longs et soyeux, attitude “mignonne”), qui leur permettra de jouir d’avantages sociaux dans le cadre des institutions maritale et professionnelle.  Son acquisition implique un très fort investissement de la part des mères dès leur grossesse. À cet égard, ces dernières se voient enjointes de respecter un régime alimentaire censé promouvoir la blancheur de la peau de leurs filles. Demeurant dans le futur, ce souci sera conjugué à d’autres tenant de la transmission d’une attitude « mignonne » et d’une très grande attention portée à leur alimentation. La minceur constituant le gage primordial de la beauté à Taïwan, les mères, sous peine d’être dépréciées par leur entourage féminin et, dans une moindre mesure, masculin, sont incitées à « dresser l’appétit » de leurs enfants filles ou à les décourager de consommer des aliments réputés pour faire grossir. À contrario, des réprimandes, voire des châtiments corporels, peuvent être observés lorsque leurs comportements alimentaires contreviennent ou pourraient contrevenir aux normes sociales de minceur en vigueur faisant promotion d’un IMC inférieur à 18. Ne se vérifiant pas pour les garçons, Amélie Keyser-Verreault souligne cependant qu’il n’est pas souhaitable de lire ces données à la lumière d’un discours psychologisant occidental à orientation féministe. En effet, l’éducation de Taïwan ne semble en rien contradictoire avec l’épanouissement des enfants, garçons comme filles qui, une fois adultes, utilisent leur beauté à leur avantage. Elle n’y voit donc en rien une question d’aliénation ou de soumission au mythe de la beauté. Par ailleurs, ce contrôle social exercé sur l’apparence des filles (en particulier concernant leur poids) notamment par le biais de remarques est particulièrement important dans la société taïwanaise et dépasse les seules relations mère-fille.

Les questions adressées à Amélie Keyseur-Verreault portaient 1) sur la comparaison des gains tirés de la beauté pour les filles et ceux relevant des études pour les garçons, 2) sur le poids que prenaient les injonctions à la beauté pour les garçons et sur ce qu’ils pouvaient en tirer à l’âge adulte, 3) sur l’influence de la classe sociale sur la transmission de ces normes de beauté, 4) sur le rôle des hommes dans cette transmission, 5) sur la perception de l’enquêtrice par les enquêtées en perspective des canons de beauté Taïwanais, 6) sur la conciliation des différents types d’approches féministes et enfin 7) sur la pertinence d’un dispositif méthodologique qui aurait pu intégrer les enfants sur lesque(le)s pèsent ces normes de beauté ou les mères des femmes interrogées.

Laura Verquere, doctorante en sciences de la communication et de l’information à Sorbonne Université a présenté une communication intitulée : « Recomposition d’une masculinité hégémonique dans le cadre du problème public du congé paternité ». Sa recherche a pour objectif de saisir la structuration d’un problème public relevant du congé paternel afin de montrer, comment derrière l’objectif affiché de réduire les inégalités de genre, il contribue in fine à les reproduire. Pour en faire démonstration, elle mène une enquête de terrain auprès d’associations, de collectifs féministes et de pères, notamment certains d’entre eux qui ont connu un écho médiatique important à l’occasion de la parution d’une tribune parue en juin 2020 en faveur de l’allongement du congé paternité, mais aussi d’un corpus de presse (médias généralistes et presse “féminine”). Faisant porter sa communication sur cinq de ces pères “engagés”, Laura Verqueur a montré que derrière une rhétorique de paternité heureuse et moderne dont ils se font les porte-paroles, ces hommes contribuent à reconduire les structures de genre qui pourraient être qualifiées de « traditionnelles ». Ces hommes occupent une position sociale susceptible que leur parole soit relayée dans les médias : ils sont blancs, citadins, en couple hétérosexuel et mariés avec la mère de leurs enfants, et possèdent par ailleurs un capital culturel et économique important (diplômés de grandes écoles). Leur engagement se fonde sur des expériences parentales heureuses et positives et justifient leur prise de parole dans l’espace médiatique par le constat d’une absence de la voix des pères sur la parentalité. Leur engagement dans la parentalité est de nature lucrative et fortement individualisée, là où celui des femmes dans ce domaine est collectivisé et n’engage à aucune rémunération. En effet, leur expertise repose principalement sur la mise en récit de leur expérience parentale, par le biais de récits autobiographiques (publiés sous forme de livres ou de billets de blog) et peut donner lieu à une activité rémunérée de conseiller aux entreprises sur la paternité. En s’appuyant sur la figure du “nouveau père”, ils enjoignent les hommes à “oser faire autrement” que ce que prescrivent les modèles traditionnels de paternité. Cependant, le contenu donné à ce nouveau modèle de “super papa” n’est jamais explicité. S’ils affirment bousculer les stéréotypes de sexe, l’analyse de leurs discours et des codes visuels auxquels ils ont recours montre au contraire la prégnance d’une binarité de genre. Ainsi, leurs “emprunts” au féminin se limitent à la réappropriation de quelques traits qui lui seraient propres tels que l’amour porté à l’enfant, la douceur vis-à-vis de lui etc. La masculinité est à l’inverse prégnante par une rhétorique de la performance, du courage, et à la valorisation d’une paternité dont le pouvoir est au fondement. Cet élément prend forme dans le lexique utilisé dans les ouvrages de parentalité dont ils sont les auteurs dans lesquels les pères sont présentés sous les traits de « vikings », de « rois » ou encore de « dieux ».

Les questions adressées à Laura Verqueur portaient sur : 1) les mères engagées dans des collectifs féministes sur la parentalité 2) sur les congés (parentaux ou paternités) de ces hommes 3) sur la place des mères de leurs enfants dans leurs discours 4) sur l’étude par la chercheuse des pratiques parentales de ces hommes.