Appel à communications : Maternités alternatives choix scolaires alternatifs ? Journée d’étude sur les liens entre condition maternelle et éducation des enfants – 23 juin 2020 PARIS

23 juin 2020 – Paris

Comment la situation scolaire de son ou ses enfant(s) affecte-t-elle les mères, et réciproquement ? Pour élucider les formes, déterminations et enjeux de cette question, la journée d’étude se concentre sur le cas spécifique des terrains « alternatifs ». Ces terrains renvoient, dans le champ du couple et de la famille, à des méthodes ou rhétoriques qui, « positives », « bienveillantes » ou encore « non violentes », revendiquent de nouvelles approches des relations de pouvoir entre adultes et enfants (Spirale, 2019). Ces terrains alternatifs renvoient, d’autre part, cette fois dans le champ de l’éducation, aux « pédagogies alternatives », aux établissements privés hors contrat ou à l’instruction en famille, qui connaissent actuellement un intérêt sensible (Allam, Wagnon, 2018 ; Bongrand, 2018). Ces parentalités et éducations alternatives, respectivement très hétérogènes, ne coïncident pas nécessairement : s’approprier une approche « différente » de la parentalité n’impose pas de recourir à des scolarisations alternatives, tandis que les établissements hors contrat ou « l’école à la maison » peuvent être investis dans une perspective explicitement « traditionnelle ». Cependant, ces parentalités et éducations alternatives, parce qu’elles revendiquent le changement et/ou désignent des formes déviantes, se situent explicitement relativement à des figures dominantes. De plus, les pratiques de parentalité sont principalement assumées par les femmes et, parmi elles, les mères. Elles permettent dès lors d’examiner si et comment les actrices qui endossent ces alternatives en font un espace pour renégocier, simultanément, leur condition de femme. Un objectif de cette journée d’étude est de réunir et faire dialoguer des travaux relevant des sociologies de l’éducation, du genre et de la famille. Les communications, fondées sur des travaux de recherche inédits ou en cours, pourront notamment interroger les axes suivants :


Axe 1 : L’« alternatif » comme occasion de (re-)négocier la division genrée des rôles au sein du ménage.
Les pratiques scolaires ordinaires placent communément les mères en première ligne du suivi de la scolarité (Lahire, 1995 ; Garcia, 2018). L’éducation est, plus généralement, un objet d’investissement central de la « maternité intensive » (Hays, 1995). Cette division genrée du travail éducatif et affectif au sein des familles pourrait sembler être exacerbée par les éducations alternatives. Celles-ci nécessitent a priori un investissement supplémentaire dans ces tâches perçues comme féminines : présence accrue au domicile dans le cas de l’instruction en famille, responsabilité de diverses tâches au sein des écoles parentales, participation à la vie quotidienne des établissements (préparation des repas, ménage, organisation et participation à des activités pédagogiques, etc.). L’instruction en famille a par exemple été analysée comme un cas paradigmatique de maternité intensive (Lois, 2013). Pourtant, ces alternatives peuvent être endossées en lien avec des pères a contrario plus impliqués. Elles peuvent également être revendiquées par des mères féministes (Faircloth, 2013). Reconstituer les trajectoires de ménages peut dès lors éclairer la (re)négociation que le recours à l’alternatif peut, éventuellement, avoir mise en jeu. Comment la division genrée des rôles en matière d’éducation a-t-elle évolué au fil de ces trajectoires ?


Axe 2 : La figure de la mère dans les modèles de parentalité et de scolarisation alternatives
Les choix alternatifs peuvent s’adosser à des productions commerciales, ressources associatives ou publications expertes spécifiquement conçues pour accompagner la parentalité, l’éducation ou la scolarité. Quelles sont les figures exemplaires, modélisantes, de mère qui apparaissent sur les sites web spécialisés ou sur les blogs de parents, dans les modes que consacrent la « presse féminine », dans le matériel pédagogique commercialisé à l’usage de parents, dans les pratiques et les soutiens que donnent à voir les réseaux sociaux numériques ? Contribuent-elles à consacrer des normes susceptibles de disqualifier plus facilement des pratiques de milieux populaires (Garcia, 2011) ? Dans ces productions, la récurrence des termes « parent » ou « famille » pourrait dissimuler la recomposition de
la division genrée du travail éducatif. Certains discours pourraient promouvoir en particulier la naturalisation, voire la biologisation des rôles parentaux (définitions corporelles de la famille, valorisation des pratiques telles que l’allaitement intensif et le maternage proximal) (Iacub, 2004 ; Memmi, 2014). L’insistance sur les questions pratiques peut détourner l’attention des rapports de pouvoir (Déplaude, Navarro-Rodríguez, 2018). Analyser ces corpus peut également mettre en lumière la tension, évoquée supra, entre les maternités et les scolarités alternatives : comment les normes de maternité se présentent-elles au fur et à mesure de l’avancée en âge des enfants, et en particulier lorsque ceux-ci arrivent à « l’âge scolaire » ? La norme scolaire conduit-elle à recomposer le positionnement des mères et à déplacer les termes de « l’alternatif » ?


Axe 3 : Des conflits de normes
L’endossement de choix alternatifs conduit les mères à se définir dans la (re)-négociation conjugale des tâches domestiques et éducatives (axe 1), en s’appropriant certaines ressources (axe 2) : en pratique, comment les mères travaillent-elles à mettre ces éléments en cohérence ? Comment articulent-elles expériences subjectives et injonctions normatives (Cardi, Odier, Villani, Vozari, 2016) ? Ces « carrières d’investissement maternel » (Gojard, 2010 : 178-186) dans l’alternatif sont-elles vécues comme adhésion à un modèle identifié et revendiqué de la “bonne mère”, ou bien dans une situation d’incertitude relativement à différents repères inaccessibles ou en tension (Martin, 2014) ? Pour en rendre compte, on peut, d’une part, apprécier comment des mères articulent leur position éducative alternative à certaines valeurs, à l’image des parents qui ont opté pour le retrait de l’école en raison de leur perception d’une incompatibilité avec des croyances religieuses ou politiques (Massei, 2017). On peut, d’autre part, étudier comment ces croyances sont mobilisées pour rendre compte non plus de l’éducation, mais de l’organisation de la vie domestique et de l’éventuelle activité professionnelle. L’articulation entre les aspirations, temporalités et expériences familiales et professionnelles permet de situer les identités maternelles relativement aux conséquences qu’emportent des choix scolaires alternatifs. Quelles sont les épreuves éventuellement rencontrées par ces mères pour concilier les injonctions professionnelles et l’investissement qu’elles estiment normal dans la sphère familiale (Landour, 2019) ? Par contrepoint, l’étude de trajectoires de pères pourrait être intéressante, afin d’éclairer les conflictualités et recompositions de ces normes.


Modalités de soumission
Les propositions de communication, d’une page maximum, seront accompagnées d’une courte présentation des auteur·e·s (statut, institution de rattachement). Elles devront parvenir à chacun·e des organisateur·trices avant le 30 mars 2020. Merci de préciser dans quel(s) axe(s) s’inscrit votre communication. Les propositions hors axes thématiques seront également prises en compte.
En cas de réponse positive, les autrices et auteurs feront parvenir aux organisateurs un texte permettant de préparer la discussion pour le 1er juin 2020. Lors de la journée, les textes seront discutés dans la perspective de les rassembler en projet de publication.
La journée d’étude aura lieu le mardi 23 juin 2020 dans les locaux de l’Institut d’études politiques de Paris.


Propositions à envoyer à :
anneclaire.collier@gmail.com
pauline.proboeuf@sciencespo.fr
philippe.bongrand@u-cergy.fr


Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter.
Comité d’organisation :
Philippe Bongrand, ÉMA, CY Cergy Paris Université.
Anne-Claire Collier, Sophiapol, Conservatoire National des Arts et Métiers.
Pauline Proboeuf, Observatoire Sociologique du Changement, Sciences Po.


Comité scientifique :
Françoise Carraud (ECP, Lyon 2)
Marta Dominguez (OSC, Sciences Po)
Sandrine Garcia (Université de Bourgogne, IREDU)
Dominique Glasman (Université Savoie Mont Blanc, LLSETI)
Julie Landour (IRISSO, Université Paris Dauphine)
Claude Martin (Université de Rennes, EHESP, CNRS, Arènes)
Julie Pagis (IRIS, EHESS)
Agnès Van Zanten (OSC, Sciences Po)


Bibliographie citée
Allam M.-C., Wagnon, S. (coord.) (2018). « L’essor des pédagogies alternatives en France. Débats et perspectives », Tréma. Revue internationale en sciences de l’éducation, 50, https://journals.openedition.org/trema/4131.
Ben Soussan P. (coord.) (2019). « La parentalité positive ?! », Spirale, 91.
Bongrand P. (dir.) (2018). « Instruction(s) en famille. Explorations sociologiques d’un phénomène émergent », Revue française de pédagogie, 205.
Cardi C., Odier L., Villanni M., Vozari A.-S. (2016), « Penser les maternités d’un point de vue féministe », Genre, sexualité & société, 16, http://journals.openedition.org/gss/391.
Déplaude M.-O., Navarro-Rodríguez T. (2018). « Soutenir des mères des classes moyennes. Les groupes d’entraide à l’allaitement maternel en France », Sociologie, 9, p. 19-36.
Faircloth C. (2013). Militant Lactivism : Attachement parenting and intensive motherhood in the UK and France, New-York : Berghahn Books.
Garcia S. (2011). Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris : La Découverte.
Garcia S. (2018). Le goût de l’effort. La construction familiale des inégalités scolaires, Paris : PUF.
Hays S. (1995). The Cultural Contradictions of Motherhood. New Haven : Yale University Press.
Iacub M. (2004). L’empire du ventre. Pour une autre histoire de la maternité, Paris, Fayard.
Lahire B. (1995). Tableaux de famille, Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris : Seuil.
Landour J. (2019). Sociologie des Mompreneurs. Entreprendre pour concilier travail et famille ? Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.
Lois J. (2013). Home Is Where the School Is. The Logic of Home-schooling and the Emotional Labor of Mothering, New York : New York University Press.
Martin C. (dir.) (2014). Être un bon parent : une injonction contemporaine, Rennes : Presses de l’EHESP.
Massei S. (2017). « S’engager contre l’enseignement de la « théorie du genre ». Trajectoires sociales et carrières militantes dans les mouvements anti-ABCD Egalité », Genre, sexualité & société, 18, en ligne : http://journals.openedition.org/gss/4095
Memmi, D. (2014). La revanche de la chair. Essai sur les nouveaux supports de l’identité, Paris : Seuil.

Soutenance de thèse d’Edouard Leport – 13 mars 2020 – Quand les pères montent la garde

Quand les pères montent la garde.
Discours, pratiques et conscience de domination dans les mobilisations collectives de pères séparés.

Elle se tiendra le *vendredi 13 mars 2020 à 14h* dans la salle de
conférences du CRESPPA, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris.
Le jury est composé de:

**Laure BERENI*, Directrice de recherche au CNRS (Centre Maurice
Halbwachs – ENS) Rapporteure
*Anne-Marie DEVREUX*, Directrice de recherche émérite au CNRS
(CRESPPA-CSU) Directrice de thèse
*Francis DUPUIS-DÉRI*, Professeur (IREF-REQEF Université du Québec à Montréal) Rapporteur
*Sibylle GOLLAC*, Chargée de recherche au CNRS (CRESPPA-CSU)**Examinatrice
*Lilian MATHIEU*, Directeur de recherche CNRS (Centre Max Weber – ENS) Examinateur
*Pascale MOLINIER*, Professeure des Universités (UTRPP-EA – Paris 13) Examinatrice

La soutenance est publique et sera suivie d’un pot auquel vous êtes
cordialement invité-e-s. Afin d’en faciliter l’organisation, merci de
m’indiquer votre présence à cette adresse : edouardleport@herbesfolles.org

*Résumé de la thèse*

Cette thèse analyse les modalités et les conséquences de la
mobilisation d’hommes en tant que pères dans la partie la plus
active du mouvement masculiniste français, les associations de pères séparés et divorcés.

Ce travail est fondé sur une enquête qualitative constituée de 24
entretiens semi-directifs approfondis avec des militants et des
bénéficiaires de 7 associations différentes, ainsi que 32
observations de permanences d’accueil et de conseil menées dans 3
de ces associations, terrain qui s’enrichit de l’analyse de
nombreuses sources écrites produites par le mouvement. Ces matériaux permettent d’étudier le discours construit et diffusé par les associations afin d’en comprendre la construction argumentative, d’analyser ses effets sur les pratiques collectives et
individuelles des pères concernés ainsi que sur leur subjectivité.

Dans une première partie, la structuration actuelle du mouvement
français pour les droits des pères est reconstituée dans une
cartographie insistant sur ses spécificités dans l’espace des
mouvements sociaux mais aussi dans l’espace international. Les
revendications et les répertoires d’action mobilisés sont étudiés
en lien avec leur rôle dans la production sociale d’un groupe de
« pères séparés, injustement privés de leurs enfants ».

La seconde partie de la thèse analyse la construction de la
structure argumentative du mouvement en insistant sur les
conséquences matérielles des conseils fournis aux pères venus
consulter les associations, et la portée des analyses et des
revendications diffusées. Les discriminations dénoncées par les
pères de ces associations révèlent leur attachement à la position
socialement dominante qu’ils occupent dans les rapports sociaux de
sexe et qui se trouve partiellement écornée par le divorce ou la
séparation.

Enfin, la troisième partie analyse le rôle du mouvement pour les
droits des pères dans la production et le renforcement de leur
subjectivité de dominants et montre comment ce mouvement incitent
les pères à dissimuler la conscience masculine de domination.

Cette thèse articule ainsi la sociologie des mouvements sociaux et
celle des groupes dominants avec l’étude des rapports sociaux de
sexe et le féminisme matérialiste.

Conférence – Having it all – How couples around the world create equality at home (26.02.2020, Paris)

Portrait of Professor Francine Deutsch ©Mount Holyoke College

Francine M. Deutsch, Professor Emerita of Psychology at Mount Holyoke College (Massachusetts, USA), will present her forthcoming book, Creating Equality at Home: How 25 Couples around the World Share Housework and Childcare. Creating Equality at Home tells the fascinating stories of couples around the world today who are thwarting social norms and achieving equality. Their everyday decisions about who cooks the food, washes the dishes, diapers the baby, helps with homework, and whose career is compromised to make time for family life, add up to a gender revolution. Often driven by either what they admired or rejected in their own mothers and fathers, these couples reject the prescription that men’s identities are determined by paid work, and women’s by motherhood. They show that men can put family first and are as capable of nurturing as women, and that women can pursue careers as seriously as their husbands do. Equally-sharing couples go beyond lip service to gender equality by building a new kind of family. They demonstrate that equality can provide profound rewards for men, women, marriage, and children.

Marta Dominguez Folgueras, Associate Professor at OSC-Sciences Po andd Director of the Department of Sociology, will initiate a discussion of the issues raised in the presentation.

Wednesday February 26, 2020, 5:00 – 7:00 PM Amphithéâtre Simone Veil, 28 rue des Saints-Pères, 75007 Paris Contact: valerie.richard@sciencespo.fr

REGISTRATION IS MANDATORY

Podcast – Môme

Laura Boit a créé un podcast sur le désir ou le non-désir d’enfant : môme. On y parle de nulliparité, de maternité, de paternité, de stérilisation, de contraception, d’avortement, de famille, de regret, de PMA, de GPA… A écouter par exemple sur Anchor.

Parution – actes de la journée d’étude « Maternités, paternités »

Les actes de la journée inaugurale du réseau, « Maternités, Paternités : Représentations, Pratiques, Nouvelles perspectives », sont publiés chez Encyclo ! Vous pouvez les lire ici.

Sommaire :

Atelier du RePPaMa : prochaine séance reportée

REPORTE

Nous avons le plaisir de vous convier à notre neuvième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le jeudi 26 mars 2020 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, R19 (RDC) (9 cours des Humanités, Campus Condorcet à Aubervilliers, M12 Front Populaire).

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Aden Gaide et Nouri Rupert.

Aden Gaide (doctorant en sociologie à Sciences Po Paris, Observatoire sociologique du changement) nous fera une présentation basée sur son enquête doctorale : Quand son enfant devient parent pendant ses études supérieures. Ce que les réactions des parents révèlent de leur rapport aux études de leur enfant

Nouri Rupert (postdoctorant en sociologie à l’Université d’Angers, ESO-CNRS) nous fera une présentation basée sur sa thèse : Les normes de parentalités hégémoniques à l’épreuve des familles transnationales – Circulation de femmes-mères franco-marocaines entre le Maroc et la France.

Colloque La fabrique des parents – note conclusive

Merci à tou-tes les communicant-es, président-es et modérateur-ices de session et à tou-tes les auditeur-ices qui sont venu-es au colloque La fabrique des parents qui vient de s’achever. Pour information, un live-tweet de l’événement est disponible :
Session 1
Session 2
Session 3
Session 4
Sessions 5 et 6

Un compte-rendu est en préparation.

Au plaisir de vous revoir,
l’équipe de RePPaMa

Séminaire – Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614) (06.02.2020, Paris)

Séminaire Histoire et anthropologie de la famille et de la parenté

 Organisé par Laurent Barry (ehess, las), Claire Chatelain (cnrs, crm), Isabelle Daillant (cnrs, erea-lesc) et Michaël Gasperoni (cnrs, crm)

 1er et 3e jeudis du mois de 13 h à 15 h (salle 6, 105 bd Raspail, Paris), 

du 7 novembre 2019 au 4 juin 2020

Séance du 6 février 2020

Régine Maritz (fnrs/Centre Roland Mousnier)

Père et mère d’un territoire : la genréisation de la pratique du pouvoir à la cour princière de Wurtemberg (1582-1614)

Cette contribution porte sur la cour princière de Wurtemberg dans le Saint Empire germanique sur une période d’environ trente ans à compter de 1580. Les rôles de parenté genrés du duc et de la duchesse, qui ont facilité la pratique du pouvoir de multiples façons, seront au cœur de l’exposé. La place de la duchesse dans le couple et dans la famille ducale était enracinée dans une pratique éducative plus large qui visait à enseigner aux femmes de la haute aristocratie à s’adapter au caractère de leur mari afin de stabiliser les mariages dynastiques en privilégiant le travail émotionnel féminin. Nous verrons combien l’ensemble de la structure administrative de la cour princière a été conçue pour se conformer à une sorte de macro-foyer domestique dominé par le duc et la duchesse. Les hommes et les femmes de la cour se sont vu attribuer des rôles spécifiques dans leur entourage, ancrant de fait chaque individu dans un système genré de parenté virtuelle avec la dynastie au pouvoir. Les groupes homosociaux de la cour ont ainsi favorisé un sentiment d’appartenance spécifique chez de nombreux courtisans. De manière plus générale, nous verrons que la réélaboration permanente de la catégorie du genre et de son contenu était en soi une pratique importante du pouvoir, qui a contribué à créer une cohésion entre les différents groupes de la société de cour et qui a préservé des zones de flexibilité au sein du système dynastique.

Colloque – La fabrique des parents (programme actualisé)


La fabrique des parents – Devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels

6 et 7 février 2020, Condorcet (Aubervilliers)

Informations : Nous soutenons vivement les mobilisations en cours et souhaitons apporter notre part au mouvement actuel. Nous avons souhaité le faire en maintenant l’événement, afin de proposer un espace d’échanges. Nous allons dégager un temps pour réfléchir sur les politiques sociales menées et à venir, et en particulier les politiques familiales et éducatives puisque cela touche à des thématiques du colloque.  Nous avons estimé qu’annuler cet événement pénaliserait les personnes ayant un statut précaire (communicant·e·s et organisatrices du colloque). Un report affecterait lourdement les conditions matérielles de tenue du colloque, compte tenu des frais engagés. Nous respectons naturellement la décision des communicant·e·s qui ont annulé leur participation à l’événement en soutien aux actions menées.

Jour 1 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30-9h45 : Introduction Magda Tomasini (directrice de l’Ined)

9h40 – 12h : Session 1 : Parentalité face au handicap et à la maladie
Modération : Anaïs Mary (Université de Paris)                                  

  • Marion Doé (EHESS) : La maternité à l’épreuve de la déficience visuelle, expériences et pratiques d’une parentalité bousculée
  • Alice Feyeux (Paris Dauphine) : Sortir son enfant de l’anorexie en (re)devenant un bon parent ? Thérapies familiales et normes de parentalité au sein d’une unité psychiatrique pour enfants.
  • Estelle Veyron Lacroix (Université Lyon 2) : Maternités empêchées : destins du désir d’enfant chez des femmes hébergées en établissement médico-social pour adultes avec déficience intellectuelle et troubles associés
  • Manon Vialle (EHESS) : Accès à la parenté post-cancer : l’autonomie procréative des patient·es entre désintérêt médical et systématisation de la prise en charge

12h – 13h30 : Déjeuner

13h30 – 14h30 : Session 2 : Parents en devenir ?
Présidence : Marie-Clémence Le Pape (Université Lyon 2)

  • Marie Daugey (Université de Liège) : Devenir parrain pour devenir parent (pays kabyè, Togo)
  • Myriam Chatot (EHESS) : Les pères en congé parental, une socialisation à la parentalité

14h30-15h30 : Table ronde : Retraites, inégalités de genre, santé (Julie Tréguier, Emmanuelle Cambois ; Ined)

Pause : 15h30 – 16h00

16h00- 16h30 : Présentation du numéro spécial sur la parentalité de la Revue française des affaires sociales (RFAS)

16h30 – 18h00 : Session 3 : Homoparentalités, entre lois et normes
Modération : Marine Quennehen (EHESS, Ined)

  • Camille Frémont (Université du Havre) : Être une « bonne mère » lesbienne en pleine controverse sur le mariage pour tou-tes
  • Martine Gross (EHESS), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Kevin Lavoie (Université de Laval), Line Chamberland (Université du Québec à Montréal) : Regards croisés de mères, de donneurs et d’enfants de familles lesboparentales en France
  • Lucie Prauthois (Paris Dauphine) : Devenir parent en marges de l’hétérosexualité : comment les personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles s’approprient les normes procréatives

18h00 : Cocktail

**

Jour 2 :

9h-9h30 : Accueil et café

9h30– 12h00 : Session 4 : Rapports des familles aux institutions
Présidence : Agnès Martial (CNRS) – présentation intitulée « Devenir parents aujourd’hui : une pluralité d’itinéraires »

  • Inès Anrich (Université Paris 1) : Les oppositions des parents à la vocation religieuse de leur fille : un observatoire de l’autorité paternelle, de son cadre normatif et de son exercice (France, Espagne, XIXe siècle)
  • Elsa Neuville (Université Lyon 2) : Choisir d’élever ses enfants à plusieurs : les groupes de parents dans les crèches parallèles des « années 1968 »
  • Anne-Gaëlle Picart (Université Paris Ouest Nanterre): Pratique et expérience de la parentalité chez les mères et les pères d’enfants à l’école maternelle : le point de vue de parents de CSP+ en REP.

12h – 13H30 : Déjeuner

13h30 – 15h00 : Session 5 : Apprendre à être parents
Modération : Arnaud-Regnier Loilier (Ined)

  • Solène Brun (Sciences Po) : Devenir parent blanc d’un enfant non blanc : se préparer et être préparé à la parentalité adoptive à travers les frontières raciales en France
  • Benoît Hachet (EHESS) : « Beaucoup de parents deviennent parents au moment de la séparation » : quand la séparation conjugale fabrique des parents
  • Manon Laurent (Paris 7) : Être mère professionnelle en Chine urbaine

15h00-15h45 : Discussion collective sur la LPPR

15h45 – 16h15 : Pause

16h15 – 17h45 : Session 6 : Socialisation de l’enfant
Modération : Marie Caroline Compans (Paris I, Ined)

  • Morgan Kitzmann (Ined, Sorbonne) et Lidia Panico (Ined) : Une approche comparative de l’acculturation concertée
  • Juliette Linard de Guertechin (Université Catholique de Louvain) : Enfances en guerre, enfances sans père (1939-1945). Quelle place accordée aux grands-parents dans l’univers parental des fils et filles de prisonniers de guerre en Belgique francophone ?
  • Gaëlle Larrieu (Sciences Po) : Devenir mère ou père d’un garçon ou d’une fille : co-construction des identités parentales et fœtales pendant la grossesse au travers de la sexuation du fœtus

Calenda (programme initial)