Compte-rendu de la sixième séance de l’atelier RePPaMa (29.11.2018)

La présentation d’Inès Tiab portait sur l’analyse dans une perspective goffmanienne de neuf comptes Instagram de jeunes mères aux influences variables sur ce réseau – la plus suivie comptant environ 20 000 abonné.e.s à son compte contre quelques centaines pour la moins suivie. Dans son travail, Inès Tiab défend la thèse suivante : sur Instagram, les jeunes mères cherchent à se faire reconnaître comme « bonnes-mères » aux yeux de leurs communautés d’abonné.e.s. Ayant à cœur d’être au plus proche des besoins de leurs enfants, les publications – les photos et les légendes qui les accompagnent – « mettent en scène » le quotidien de ces jeunes mères pour beaucoup consacré à des pratiques de « maternage intensif » (allaitement, portage, co-dodo, etc.). Au-delà de la seule reconnaissance en tant que« bonnes-mères », il s’agit également pour ces femmes de se faire reconnaître en tant qu’individues réalisées tant d’un point de vue maternel que personnel. La réalisation maternelle se donne à voir par l’intermédiaire de contenus qui donnent l’image d’une maternité qui se vit sous le mode de la complicité mère/enfants et sans culpabilité ; ces mères y revendiquant avec force et humour le titre de « mères parfaitement imparfaites ». La réalisation personnelle quant à elle trouve son incarnation dans la diffusion de publications où elles s’affichent sous le jour d’une féminité assumée reprenant les codes de l’érotisme (moue, poses lascives etc.) comme pour affirmer qu’être (de bonnes) mères ne les empêche pas d’être des femmes désirables et épanouies.

Les questions ont porté sur la place laissée (ou non) à la question du milieu social dans les analyses. Les aspects méthodologiques renvoyant aux procédures utilisées pour le codage textuel des légendes des photos et à la pertinence d’une poursuite de cette recherche par la conduite d’entretiens ont également fait l’objet des interrogations des personnes en présence.

***  

La présentation de Maya Paltineau était essentiellement méthodologique : à partir de son enquête sur la parentalité (et plus particulièrement du maternage proximal ou intensif) sur les réseaux sociaux (entendus au sens large, comme outils mettant en relation les individu.e.s), elle a exposé les avantages et les inconvénients de différents réseaux (blogs, Twitter, Facebook, Youtube, Instagram, Snapchat)pour l’enquêteur.trice. Les enjeux éthiques d’un terrain de recherche sur Internet ont également été abordés : peut-on analyser du contenu public publié sur Internet sans en informer le ou la producteur.trice ? Comment anonymiser quand on reproduit des textes ou des images extrait.e.s du terrain,tout en respectant la propriété intellectuelle et la rigueur méthodologique de présentation du terrain ? Quels sont les impératifs légaux du chercheur et de la chercheuse sur ces thématiques en cas de publication ? Si le dernier point fait l’objet d’une réponse univoque (en cas de publication de la recherche, l’auteur.trice doit avoir l’accord des enquêté.e.s selon la CNIL), les deux premiers relèvent davantage du « bricolage » de l’enquêteur.trice. La recherche de Maya Paltineau a été abordée de manière périphérique, défendant la thèse que la parentalité relevant du maternage proximal ou intensif (allaitement long et à la demande, co-dodo, portage de l’enfant…) est désormais une norme largement partagée au sein de la société française contemporaine, construite avec et par les réseaux sociaux.

Les questions ont porté sur les enjeux méthodologiques de la recherche de terrain sur Internet et sur l’existence ou non d’une norme du maternage intensive (et si oui, si elle ne concerne qu’une frange de la population, ou si elle est devenue « légitime » et si chaque parent se positionne par rapport à elle).

Voir le programme de la séance

Soutenance – Les lesbiennes en France : représentations du genre et pratiques de résistance à la domination par Camille Frémont (13.12.2018, Caen)

14h à l’Université de Caen Normandie (Campus 1, Bâtiment D (Droit), Salle du Belvédère, 4ème étage)

Résumé de la thèse : En France, dans une société hétéronormative à domination masculine, quelles représentations les mères lesbiennes ont-elles du genre et de la socialisation de genre de leurs enfants ? L’hypothèse principale qui sous-tend la recherche est que la position particulière des lesbiennes dans le système du genre – à la fois dominées et transfuges de la classe des femmes – leur permet un point de vue critique des normes dominantes et les prédispose à transmettre des modèles qui remettent en cause l’ordre du genre. Dans un contexte français d’institutionnalisation progressive de l’homoparentalité marqué par un débat public très houleux (2012-2013), 36 entretiens semi-directifs longs ont été réalisés entre 2011 et 2014 avec des femmes lesbiennes ayant des enfants de moins de douze ans conçus en contexte lesboparental. Malgré une certaine homogénéité des profils qui classent les enquêtées parmi les catégories sociales privilégiées, on constate une hétérogénéité des représentations et des pratiques pour composer avec les normes dominantes. Les mères lesbiennes rencontrées me semblent être des « résistantes ordinaires » à la domination : sans adhésion idéologique aux normes qui les assujettissent, elles sont animées d’une volonté d’intégration. Pragmatiques dans leur lecture du contexte et du contrat social, elles sont attentives à se préserver et à préserver leur famille des effets de l’homophobie. Elles déploient leur résistance du côté de l’infrapolitique pour repousser les limites établies par le cadre contraignant.