Soutenance – Des grossesses catastrophiques. Une sociologie des logiques reproductives dans les mises en récit judiciaires et biographiques de néonaticide par Julie Ancian (19.11.2018, Paris)

14h, à l’université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères 75006, en Salle des Thèses (5ème étage du bâtiment Jacob)

Résumé de la thèse :
Le terme d’infanticide recouvre des homicides divers, souvent appréhendés de manière indifférenciée. Parmi eux, le néonaticide désigne le meurtre d’un nouveau-né dans les vingt-quatre heures qui suivent sa naissance. Dans les pays connaissant une forte diffusion de la contraception et de l’accès à l’avortement, cette conduite – anciennement associée à un mode de régulation des naissances – est devenue marginale. Cette recherche propose une approche sociologique de la pratique du néonaticide fondée sur ses mises en récits par la justice et par les auteures elles-mêmes en France (2005-2015). L’enquête s’est appuyée sur des séries d’entretiens approfondis avec cinq femmes jugées pour ces faits et l’observation de cinq procès en cour d’assises. Ces matériaux ont été complétés par l’analyse d’entretiens avec des avocat·e·s et magistrat·e·s, de dossiers judiciaires et d’un corpus d’articles de presse portant sur 75 affaires jugées sur la même période. Les récits judiciaires dévoilent la prégnance d’une approche essentialiste de la maternité et de la procréation qui pèse sur les efforts de mise en intelligibilité déployés par les professionnel·le·s. L’analyse des parcours de ces femmes, de leurs processus de socialisation, de leurs situations conjugales et familiales et de leurs ressources, permet d’identifier les obstacles rencontrés pour mettre en œuvre une contraception efficace ou accéder à l’IVG. En appréhendant le néonaticide comme l’ultime moyen d’éviter une naissance jugée catastrophique, cette étude s’éloigne de la lecture individualisante imposée par le traitement judiciaire et documente l’agentivité reproductive des femmes.

Appel à article – « Les trajectoires de parentalité » (1.04.201)

La revue française des affaires sociales lance un appel à contribution sur “les trajectoires de parentalité”. Il s’adresse aux chercheurs en sociologie, sciences de l’éducation, anthropologie, sciences politiques, démographie, économie, philosophie, histoire. Deux axes sont proposés :
– La parentalité aux différents âges de l’enfant
– Les incidents biographiques dans la parentalité
Ce dossier sera coordonné par la DREES, les articles sont attendus avant le lundi 1er avril 2019. Vous pouvez retrouver l’ensemble des informations et contacts ici.

Appel à projet – Monoparentalité et discriminations (30.11.2018)

Le service du droit des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes (SDFE) lance un appel à projet de recherche “Monoparentalité et discriminations”. Cet appel à projet est doté d’un budget de 40 000€ et comporte deux axes :
– Les discriminations vécues par les familles monoparentales
– Les parcours professionnels des mères et pères à la tête de foyers monoparentaux.
Les dossiers de réponse doivent être envoyés avant le 30 novembre 2018 à la DGCS. Vous pouvez retrouver l’ensemble des informations ainsi que le dossier de réponse ici.

Colloque – De la reconnaissance des droits de l’enfant aux nouveaux enjeux de la parentalité (6, 7 et 8.12.2018, Paris)

La Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale organise les 6, 7 et 8 décembre 2018 à Paris à la Fondation Biermans-Lapôtre (7 boulevard Jourdan) un colloque dont l’objectif est de permettre à des opérateur.trice.s de terrain et des chercheur.euse.s bruxellois.es et français.es de pouvoir confronter leurs pratiques et de mettre en perspective leurs points de vue sur le thème : ” De la reconnaissance des droits de l’enfant aux nouveaux enjeux de la parentalité ».

La matinée du 7 décembre 2018 permettra à des intellectuels (chercheurs et/ou enseignants reconnus de nationalité belge et française) de pouvoir échanger leurs points de vue au cours d’une rencontre plurielle qui sera animée par un.e journaliste.

L’après-midi permettra à une centaine d’opérateur.trice.s bruxellois.es et de professionnel.le.s francilien.ne.s de débattre de ces questions dans le cadre de tables rondes.

5 tables rondes seront organisées :
Atelier 1 : Parentalité à 360° & monde du travail
Atelier 2 : Responsabilité parentale & co-éducation
Atelier 3 : Droits des familles & politiques publiques
Atelier 4 : Hyperparentalité & compétences parentales
Atelier 5 : Soutien à la parentalité & accompagnement des familles

Vous pouvez télécharger le programme de l’événement en cliquant ici et vous inscrire en cliquant ici (colloque gratuit).

Atelier du 29 novembre : Maya PALTINEAU (Chercheure associée au CRIDIS, à l’Université de Louvain) : La parentalité sur les réseaux sociaux

Maya PALTINEAU (Chercheure associée au CRIDIS, à l’Université de Louvain)  nous présentera son travail sur La parentalité sur les réseaux sociaux

Comment les réseaux sociaux construisent-ils la parentalité contemporaine ?

Nos recherches sur la parentalité contemporaine ont mis à jour des comportements parentaux de type identitaire : les adultes utilisent de plus en plus leur rôle de parent en tant que levier pur un développement personnel, et une affirmation de soi.

Or ce processus actif de parentalisation et de revendication de ses propres valeurs parentales ne serait pas le même sans la place que prennent les parents sur les réseaux sociaux. Les jeunes parents ont multiplié ces dix dernières années l’expression de leur parentalité sur internet : en commençant par les blogs puis par les réseaux sociaux les plus anciens tels que Facebook, jusqu’à inonder plus récemment Instagram et Snapchat d’images et de courtes vidéos de leur quotidien de parent.

Notre travail explique comment l’essor des réseaux sociaux façonne la parentalité moderne : notre hypothèse est que la parentalité contemporaine est de type identitaire, et que sans les réseaux sociaux, elle n’aurait pas pu prendre cette forme. La parentalité contemporaine est intrinsèquement liée à l’utilisation croissante d’internet et des réseaux sociaux, qui lui donnent une signification symbolique particulière en même temps qu’un lieu d’expression privilégié.

 Voir le programme de la séance