Soutenance – La résidence alternée : une sociologie de l’expérience temporelle des parents par Benoit Hachet (09.11.2018, Paris)

9h à 13h en salle 13 à l’EHESS, au 105 Bd Raspail, 75006 Paris

Résumé :
La résidence alternée, légalisée en France en 2002, est une pratique minoritaire qui touche toutes les catégories de la population des parents séparés. Elle est entendue de manière stricte comme une organisation qui sépare de façon égale les temps de résidence des enfants entre leurs deux parents. Sous ce principe de symétrie coparentale, le temps vécu par les parents est bichronique, marqué par la succession réitérée de temps de même dimension, les uns avec enfants et les autres sans. Nous explorons l’expérience temporelle de cette parentalité alternée à partir d’une méthode mixte qui croise l’analyse de 55 entretiens avec le traitement de 5 103 questionnaires passés auprès des allocataires de la Caisse d’allocations familiales qui ont des enfants en résidence alternée. Dans une première partie, nous contextualisons la question de la résidence alternée dans la France contemporaine. Nous présentons une cartographie des polémiques qu’elle soulève, précisons les évolutions juridiques et les modalités judiciaires de sa mise en place, avant de remarquer que les études existantes sur cet objet sont peu nombreuses et souvent partielles. Si les déterminants socio-économiques du choix de la résidence alternée sont assez bien connus, le fonctionnement concret des alternances est peu étudié. Notre contribution consiste à ouvrir cette boîte noire. Nous inscrivons notre recherche dans une perspective temporaliste qui consiste à interroger les temps différenciés de l’expérience humaine. Dans la deuxième partie, nous caractérisons l’économie générale du cadre temporel de la résidence alternée, en montrant que le partage égal des temps de résidence ne peut se soustraire au temps calendaire dominant. Les deux espaces créés dans ces conditions se constituent en territoires temporels sur lesquels chacun des parents exerce une souveraineté relative selon des règles qui se construisent à l’usage. Nous proposons une topologie des territoires de l’alternance, attentive à leur structure et à leur plasticité. Dans la troisième partie, nous envisageons l’expérience parentale de la succession des temps avec et sans enfant en commençant par préciser les différences de texture temporelle, avant de décrire les modalités de la concordance de ces temps. Nous terminons en changeant d’échelle temporelle pour interroger l’évolution de l’expérience parentale de l’alternance dans la durée, quand elle est confrontée à la survenance de divers événements comme la recomposition familiale ou la mobilité professionnelle. Dans l’ensemble de la thèse, nous sommes attentifs aux variations dans l’organisation et l’expérience temporelle de la résidence alternée selon les variables lourdes de la sociologie, le sexe, l’âge, le milieu social ou le lieu de résidence des parents.

Atelier du 29 novembre : Inès TIAB (pré-doctorante en sociologie ENS-EHESS) : Construire la mythologie du soi-mère sur Instagram

Inès TIAB (pré-doctorante en sociologie ENS-EHESS) nous présentera son travail de mémoire intitulé : Construire la mythologie du soi-mère sur Instagram

Résumé :

En cette deuxième décennie des années 2000, plus de dix ans après le lancement de Facebook, la première génération de personnes ayant connu et utilisé les réseaux sociaux dès l’enfance entre dans l’âge social d’adulte et fait l’expérience de la parentalité. Ces individu.e.s illustrent massivement cette transition biographique sur les plateformes virtuelles du web 2.0, et notamment sur Instagram, qui en tant que réseau social de partage d’images semble jouer le rôle d’un album photo contemporain. Le fait de devenir parent est un support de l’expression de soi qui semble particulièrement valorisé à l’heure actuelle : la publication la plus likée de l’application est la première photo que poste le mannequin Kylie Jenner de sa fille Stormi, qui remporte 18 millions de likes. Des milliers d’individu.e.s, et surtout des femmes partagent quotidiennement des images et des textes à propos de leur expérience de la parentalité sur Instagram. Quels types de valeurs cherchent-elles à faire reconnaître en s’exposant comme des mères ? A travers une enquête menée en ligne sur les comptes Instagram de neuf jeunes mères, nous avons tenté d’éclaircir les modalités de l’expression de soi pour des femmes faisant l’expérience d’une des transitions biographiques les plus importantes de leur vie. En repartant des travaux d’Erving Goffman à propos de l’artificialité de la présentation de soi dans les interactions de face à face, nous avons cherché à démontrer, que de la même manière, l’expression de soi sur les réseaux sociaux est construite de manière à faire émerger une image positive de soi auprès d’autrui. Par ailleurs, Instagram, au même titre que les réseaux sociaux dans leur globalité est un dispositif dans lequel s’actualise de manière particulièrement significative les normes sociales, ainsi que leurs appropriations inégales selon les ressources sociales de chacun.e. L’objectif de notre étude est de démontrer que le fait de s’exposer pour ces jeunes femmes revient à lutter pour se faire reconnaître en tant que – bonne – mère mais surtout en tant qu’individue réalisée. Ainsi, entremêlée aux normes de genre qui sont particulièrement prégnantes dans notre objet,
l’injonction individualiste à s’affirmer dans sa singularité est au cœur de la construction de soi en tant que mère qui a cours sur Instagram.

Voir le programme de la séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 29 novembre 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre sixième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités  qui aura lieu le 29 novembre 2018 de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136 (133 boulevard Davout 75020 Paris, métro : Porte de Bagnolet, tram : Marie de Miribel)

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations d’Inès TAIAB et Maya PALTINEAU.

Inès TIAB (pré-doctorante en sociologie ENS-EHESS) nous présentera son travail de mémoire intitulé : Construire la mythologie du soi-mère sur Instagram

Maya PALTINEAU (Chercheure associée au CRIDIS, à l’Université de Louvain) abordera sa recherche intitulée : La parentalité sur les réseaux sociaux

Rappel : Nous cherchons des communiquant.e.s. pour les prochain ateliers qui se dérouleront entre novembre 2018 et juin 2019. N’hésitez pas à consulter notre page « appel à communication permanent » pour en savoir plus.

Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa

Myriam Chatot (doctorante en sociologie, EHESS)
Anaïs Mary (doctorante en sociologie, Paris Descartes)
Alexandra Piesen (docteure en sociologie, Paris Descartes)
Marine Quennehen (doctorante en sociologie, EHESS)