Compte-rendu de la troisième séance de l’atelier RePPaMa (14.12.2017)

La présentation de Zoé Yadan portait sur le conseil de discipline. Pour étudier cet objet, elle s’est appuyée sur un corpus d’entretiens avec des parents dont les enfants ont été convoqués à un conseil de discipline et des agents institutionnels et associatifs en lien avec cette pratique. Elle a également observé 15 conseils de discipline dans deux établissements « difficiles ». Ritualisé (et empruntant au registre du tribunal), le conseil de discipline est une forme de sanction pour l’enfant convoqué mais aussi pour les parents. En effet, la méconduite des enfants au regard des attentes scolaires est perçue comme une faillite des parents : si les enfants transgressent les normes et les règlements scolaires, c’est forcément que leurs parents sont « démissionnaires » pour les agents scolaires et le conseil de discipline opère précisément comme un « rappel à l’ordre », moins pour les adolescents convoqués que pour leurs parents. Si les parents sont ainsi « mis en accusation » de manière indirecte dans le conseil de discipline, ils ne sont pas pour autant passifs face à lui. Zoé Yadan relève trois stratégies des parents face au « tribunal » : faire front sans intervenir par peur de desservir l’enfant, chercher du soutien auprès de l’institution ou reconnaitre les faits dans l’espoir d’atténuer les sanctions. La discussion a porté sur l’impact du conseil de discipline sur les parents et leurs représentations concernant leur éducation et leur trajectoire parentale, et sur les choix des établissements parmi le répertoire des sanctions possibles (et l’utilisation stratégique du conseil de discipline pour « tenir » une classe perçue comme difficile).

La communication de Marion Braizaz portait sur l’impact de la maternité sur le rapport au corps et à la beauté des mères. Elle s’est intéressée plus particulièrement à l’injonction contradictoire faite aux mères de tenir leur indépendance esthétique (c’est-à-dire conserver un corps désirable et séduisant) d’une part, et la demande de dévouer le corps à l’enfant (c’est-à-dire faire passer les besoins de l’enfant avant les siens, y compris en matière d’esthétisme). Il s’agit donc à la fois d’éviter l’écueil de la mère qui fait trop attention à son apparence et qui est superficielle, et celui de la mère dévouée qui « ne prend pas soin d’elle ». Pour étudier le rapport des mères à ces normes incompatibles, la chercheuse s’est appuyée sur un corpus d’entretiens auprès d’hommes et de femmes en couple (hétérosexuels et homosexuels) et parents. Elle montre un rapport très différent à l’esthétisme en fonction de l’appartenance sociale. Chez les femmes de classes supérieures, il s’agit de « garder de contrôle de son corps » (par exemple en retrouvant le corps d’avant la grossesse), ce qui peut être interprété à la fois comme la manifestation des normes des classes moyennes-supérieures qui enjoignent les femmes à ne pas être « que » des mères, et la conséquence du regard du milieu professionnel porté sur une femme devenue mère. Du côté des classes populaires, les mères témoignent au contraire d’un changement : il s’agit de mettre son corps au service de la maternité, en privilégiant la praticité (par exemple, avoir les cheveux courts) à l’esthétisme (en partie pour ne pas être stigmatisé comme « coquette »). La discussion a principalement porté sur les différences éventuelles entre les mères en couple hétérosexuel et les mères en couple homosexuel sur le plan du rapport au corps et à l’esthétisme.

Programme de la troisième séance