Giuseppina Sapio – Jouer aux parents à travers les films de famille

Giuseppina SAPIO
docteure en études cinématographiques et audiovisuelles
IRCAV

Résumé:

La communication vise à exposer les résultats du travail de recherche que j’ai mené sur le cinéma d’amateur et, plus particulièrement, sur la pratique des home movies en France des années 1960 à aujourd’hui. Mobilisant à la fois la sémio-pragmatique et l’interactionnisme goffmanien, cette étude a l’objectif de de révéler comment les individus sont assignés à des positions de sujet dans l’ordre familial. Autrement dit, les expériences de filmage et de visionnage se fondent sur la réitération de rituels et sur une mise en récit de la vie quotidienne qui permettent d’objectiver les processus de subjectivation a l’œuvre au sein des familles. Protéiforme et, à l’apparence, anodine, la pratique des home movies permet d’approfondir la réflexion sur la parentalité sur plusieurs niveaux. Tout d’abord, l’étude de la réalisation et du visionnage de films d’amateur fournit aux chercheur.e.s un accès privilégié aux dynamiques groupales qui caractérisent la mise en récit et en images de la vie des familles. Ensuite, la prise en compte d’une perspective diachronique permet de saisir les transformations culturelles et sociales qui ont affecté la cellule familiale. En effet, l’attribution de rôles (notamment de genre), les interactions et les discours produits lors de la réalisation et du visionnage ont évolué avec les innovations technologiques (Super 8, VHS, numérique) et les techniques employées par les amateurs. Ainsi, l’analyse des récits filmiques dévoile différentes manières d’être ensemble, de faire famille, exprimées à travers les outils cinématographiques (échelles de plans, mouvements de caméra, musiques, etc.). Enfin, l’étude de la pratique des home movies permet de saisir le processus d’autorégulation activé par les familles dans la « mise en scène » de leur vie familiale. En ce sens, les films de famille sont des productions « opaques », que l’on pourrait assimiler à des « récits mythiques », dans lesquels toute forme de conflit est évacuée. Or, la prise en compte de la parole des amateurs, à travers des entretiens qualitatifs, permet, entre autres, de dévoiler les failles et les fissures qui se cachent derrière les sourires et les regards caméra.

Voir le programme de la séance
Calenda

Miyako Hayakawa – Enquête ethnographique sur la « maternité intensive » chez les femmes japonaises

Miyako HAYAKAWA
Doctorante en anthropologie
Centre Norbert Elias, EHESS Marseille

Résumé :

Dans cette communication, je présente les pratiques du maternage intensif entreprises par les mères japonaises et leurs implications sur la vie de famille. Toutes mariées à des Japonais et habitant dans des endroits différents, ces femmes japonaises de la classe moyenne instruite s’engagent au maternage intensif. Appelée aussi maternage « proximal », cette manière d’élever des enfants qui favoriserait l’attachement entre la mère et l’enfant au nom d’un meilleur développement de l’enfant est née aux Etats-Unis et devenue de plus en plus fréquente depuis les années 1990 chez les femmes de la classe moyenne supérieure, notamment en Europe et en Amérique du nord, mais aussi au Japon. Il s’agit des pratiques tels que l’allaitement maternel à la demande et de longue durée, le « co-dodo », qui consiste à dormir avec le bébé dans le lit parental ou à proximité, et le portage de l’enfant contre le dos, etc.

Tandis que ce mode de soin vise à améliorer le bien-être des enfants, plusieurs recherches montrent que cette pratique demande un dévouement parfois excessif des parents et peut provoquer la hausse du stress et l’épuisement chez les mères, surtout lorsque elles ont une activité professionnelle (Damaske 2013 ; Hays 1996). Certains chercheurs constatent que cette tendance à la « surcharge » des jeunes mères est d’autant plus prononcée chez les Japonaises que des facteurs socio-historiques bien spécifiques dans le pays leur demandent un travail parfois trop pénible (Shinada 2004 ; Tanaka 2004). Ainsi, les questions qui se posent sont les suivantes : Quelles sont les pratiques concrètes du maternage proximal effectuées par les mères japonaises dans la vie de tous les jours aujourd’hui ? Compte tenu du contexte socio-historique propre à la société japonaise sur l’évolution du maternage intensif, peut-on identifier des spécificités du maternage « à la japonaise » ? Pourquoi cette manière est-elle partagée chez les enquêtées ? Et quel impact peut-on constater sur la vie de famille ?

Dans le cadre de mon travail doctoral, j’ai réalisé une recherche sur le maternage proximal sur deux terrains différents avec une quinzaine de mères japonaises au total, en 2015 – 2017. Elles sont toutes mariées et mères de famille, de la classe moyenne instruite, entre 32 et 43 ans. Il s’agit d’une enquête ethnographique composée des entretiens et des observations, auprès des femmes qui sont des épouses des expatriés japonais résidant temporairement en France pendant quelques années (normalement entre 2 et 6 ans) dans des grandes villes, comme Paris, Lyon, et Aixen-Provence. Cette recherche a été complétée avec une enquête effectuée au Japon en 2016, principalement dans la région de Tokyo, avec les mêmes profils des enquêtées. La localisation géographique des enquêtées ne semble pas avoir eu un impact sur leur choix et la façon et de la prise en charge des enfants pour les couples non-mixtes, même en cas de l’expatriation.

Au cours de mes enquêtes, j’ai tâché à identifier des pratiques du maternage intensif chez les enquêtées, en me focalisant par la suite à voir comment elles sont arrivées à s’approprier des identités et pratiques maternelles. Une attention particulière a été portée sur certains aspects peu étudiés dans la littérature existante : des impacts de cette pratique sur la vie conjugale, notamment l’absence ou le manque de communication au sein du couple. Par exemple, comme l’allaitement nocturne – combiné avec le co-dodo – fortement répandu chez les Japonais et que la pratique peut durer au moins 1 an et aller sur 3 ans, un grand nombre de couples font chambre à part et la femme mène une vie complètement séparée de son mari, tout en restant avec ses enfants. Comment le couple vivent-ils cette « séparation » ? Contrairement à la période antérieure aux années 1970 où la moitié des mariages étaient arrangés par les parents ou les autres membres de famille, aujourd’hui le mariage constituerait moins une « institution », mais un acte d’amour. Si ces pratiques de maternage intensif « nuisent » à la relation conjugale et à leur intimité, comment les couples les perçoivent-ils cette réalité ?

Après avoir effectué une recherche de terrain, je propose de mener une réflexion sur le maternage intensif « à la japonaise » avec sa propre histoire et métamorphose, tout en mettant l’accent sur ses impacts réels sur la vie de famille et de couple.

Références citées
Damaske, Sarah. 2013. “Work, Family, and Accounts of Mothers’ Lives Using Discourse to Navigate Intensive Mothering Ideals”, Sociology Compass 7/6, pp.436–444. Hays, Sharon. 1996. The cultural contradictions of motherhood. New Haven : Yale University Press, Shinada, Tomomi. 2004. Kosodate hou kakumei. Tokyo : Chuokouron shinsha. Tanaka, Kimiko. 2004. Boshimicchaku to ikuji shougai. Tokyo : Koudansha

Voir le programme de la séance
Calenda

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 1er juin 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la seconde séance des ateliers du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le jeudi 1er juin de 10h à 12h30 à l’INED (salle 433).

Lors de cette séance, nous accueillerons :

 

Accès :

L’atelier aura lieu le jeudi 1er juin à l’INED, 133 Boulevard Davout, 75020 Paris.
Métro : Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet
Tram T3b Marie de Miribel

Contact : reppama.contact@gmail.com

Calenda
Voir le compte-rendu