Archives de catégorie : Résumés des communications

Atelier du 13 juin 2019 : Anaïs Mary (doctorante au CERLIS) – « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des enfants »

Anaïs Mary présentera les premières résultats de sa thèse intitulée provisoirement “redéfinitions des liens parents/enfants à la suite d’un cancer”

Résumé : « Expériences plurielles du cancer comme reflets des clivages autour des garants de l’équilibre des
enfants »

Dans les trente entretiens menés avec des parents, vingt-cinq mères et cinq pères, ayant eu un cancer, les possibilités de mourir des suites de celui-ci sont largement revenues. Dans le cadre de cette communication, je m’attacherai à montrer que la mort suscite des craintes, moins tournées vers soi que vers les enfants. Ces craintes émergent autour de l’idée que ces derniers risquent de souffrir d’une éducation incomplète faute d’avoir un père ET une mère auprès d’eux. Voyant cette présence double d’un père et d’une mère comme une ressource pour l’équilibre des enfants, les parents interrogés se distinguent néanmoins sur les garants de celui-ci. Pour certain.e.s, l’équilibre des enfants va tenir de leur personne en tant que père ou en tant que mère et pour d’autres, de la fonction paternelle ou maternelle qu’ils.elles exercent. Or, de cette différence de conceptions vont apparaître des rapports très différents à la mort rendant plurielles les expériences faites du cancer. Pour les premier.ère.s, partant de l’idée qu’ils.elles sont irremplaçables auprès de leurs enfants, l’idée de pouvoir mourir du cancer est vécue sous le mode du drame engendrant un rapport combatif à la maladie qui s’entend entre autres éléments dans l’emploi d’un vocabulaire guerrier. Pour les second.e.s, considérant que d’autres personnes qu’eux.elles puissent assurer les mêmes fonctions paternelles ou maternelles auprès de leurs enfants, la mort, bien que non-souhaitée n’est pas vécue aussi dramatiquement que chez leurs homologues. Aussi, vont-ils laisser une place plus grande à la maladie (ex : fatigue qui se donne à voir et se vit sans culpabilité etc.) et ne rien laisser transparaître d’un rapport combatif à cette dernière.

Notice biographique : Doctorante en deuxième année, je mène une thèse en sociologie à l’Université Paris Descartes sous la direction d’Elsa RAMOS, Maître de conférences HDR rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Ma thèse, dont le titre provisoire est « redéfinitions des liens parents/enfants à la
suite d’un cancer », est financée par la Ligue contre le cancer.

Voir le programme de la séance

 

Atelier du 7 mars 2019 : Alexandra Piesen (chercheure associée au CERLIS) – Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alexandra Piesen (chercheuse associée au CERLIS) présentra une partie de sa thèse intitulée (Re)définition du rôle parental au regard de la parentalité solo contemporaine

Résumé : Être parent solo : un exercice d’équilibriste au quotidien ?

Alors que l’accroissement du nombre de recherches sur le thème de la conciliation travail/famille s’explique par la hausse de la participation des femmes, et plus particulièrement des mères au marché du travail dans les pays industrialisés (St-Amour et Bourque, 2013), plusieurs interrogations relatives à cette articulation selon les configurations familiales demeurent. En effet, l’articulation vie privée/vie professionnelle se pose différemment pour les parents solos (Algava, 2002, 2005 ; Acs, Lhommeau, et Reynaud, 2015). Au sein de ces familles, où un seul parent assure l’essentiel du  travail parental et de la charge mentale qui l’accompagne, le poids de la conciliation peut sembler plus lourd à porter.

Cette communication issue d’un travail doctoral relatif au quotidien des parents solos, s’appuie sur une enquête qualitative réalisée entre 2015 et 2017. Cinquante-quatre entretiens semi-directifs ont été conduits avec des parents solos (dix-huit pères et trente-six mères). Ces entretiens ont abordé des thématiques variées relative au quotidien (entrée en parentalité solo, conséquences sur l’organisation quotidienne, familiale, professionnelle, amicale et amoureuse notamment). Nous faisons l’hypothèse selon laquelle il existe des difficultés spécifiques au travail parental des parents solos (Martial, 2009 ; Piesen, 2017) : gestion du quotidien plus complexe, charge mentale plus lourde, impossibilité matérielle d’externaliser la prise en charge des enfants, etc.

Dans le cadre de cette communication, nous nous intéresserons plus particulièrement aux façons dont ces parents solos articulent vie familiale et vie professionnelle au quotidien. Comment font les parents qui s’occupent quotidiennement de leur(s) enfant(s) sans médiation maternelle/paternelle ? Comment se sentent-ils/elles perçu.e.s et comment vivent-ils/elles leur parentalité solo au quotidien ? Comment ces parents vivent-ils/elles cette articulation entre travail de care et d’éducation et activité professionnelle ou recherche d’emploi ? Peut-on identifier des trajectoires spécifiques selon le sexe du parent solo ? Son origine sociale ?

Voir le programme de la séance

Atelier du 7 mars 2019 : Benoît Hachet (professeur agrégé à l’EHESS) – Refaire famille en situation de résidence alternée

Benoît Hachet (professeur agrégé à l’EHESS) présentera son travail de thèse intitulé La résidence alternée : une sociologie de l’expérience temporelle des parents.

Résumé : Refaire famille en situation de résidence alternée

Quand ils ont des enfants en résidence alternée, les parents séparés partagent le temps de présence de ces derniers entre leurs deux domiciles. Le plus souvent l’alternance se fait selon un rythme hebdomadaire. Cette forme d’organisation post divorce se développe depuis la fin du XXème siècle en parallèle avec la montée des valeurs de coparentalité. Sur les dernières années, la résidence en alternance s’est répandue dans tous les milieux sociaux et elle est par exemple moins fréquente à Paris ou en région Parisienne qu’en province (Insee, 2019). La résidence alternée demeure néanmoins une pratique très minoritaire qui ne concerne que moins de 4 % des enfants d’une génération. L’objectif de la communication est de monter comment les alternants organisent ou réorganisent leur vie familiale dans ce cadre temporellement et géographiquement contraint. Les données mobilisées, issues de ma thèse, sont à la fois qualitatives (55 entretiens) et quantitatives (5 103 questionnaires traités).

Nous montrons que « refaire famille » pour les alternants se conjugue de différentes manières.

  • Ils refont famille avec leurs enfants dans des conditions le plus souvent différentes de celles qui existaient avant la séparation. C’est souvent l’occasion d’affirmer des préférences familiales qui étaient auparavant l’objet de compromis constants. La particularité de cette organisation est de ne refaire famille qu’à mi-temps, même s’il existe des contacts avec les enfants en dehors des périodes de co-résidence.
  • Les parents refont aussi famille avec leurs enfants et leur ex conjoint selon des modalités variables. Certains fêtent les anniversaires ensemble (plutôt dans les classes aisées) et d’autres se voient plus au moment des transitions (plus dans les classes populaires).
  • Les parents refont enfin famille quand ils s’engagent dans une nouvelle relation de couple, qu’elle soit cohabitante ou non. Dans une phase préalable, se pose la question de la désirabilité et de la possibilité (géographique) de reconstruction d’une famille. Nos résultats confirment que les femmes alternantes se remettent plus en couple que les hommes alternants, ce qui particularise cette organisation par rapport aux connaissances que l’on a sur les recompositions familiales post divorces qui sont généralement plus favorables aux hommes. « Les enfants de l’autre » ou les nouveaux enfants qui naissent de ces relations participent à diverses formes de recompositions familiales qui ont en commun qu’une partie des enfants au moins continuent à changer de domicile une semaine sur deux.

Voir le programme de la séance

Atelier du 29 novembre : Maya PALTINEAU (Chercheure associée au CRIDIS, à l’Université de Louvain) : La parentalité sur les réseaux sociaux

Maya PALTINEAU (Chercheure associée au CRIDIS, à l’Université de Louvain)  nous présentera son travail sur La parentalité sur les réseaux sociaux

Comment les réseaux sociaux construisent-ils la parentalité contemporaine ?

Nos recherches sur la parentalité contemporaine ont mis à jour des comportements parentaux de type identitaire : les adultes utilisent de plus en plus leur rôle de parent en tant que levier pur un développement personnel, et une affirmation de soi.

Or ce processus actif de parentalisation et de revendication de ses propres valeurs parentales ne serait pas le même sans la place que prennent les parents sur les réseaux sociaux. Les jeunes parents ont multiplié ces dix dernières années l’expression de leur parentalité sur internet : en commençant par les blogs puis par les réseaux sociaux les plus anciens tels que Facebook, jusqu’à inonder plus récemment Instagram et Snapchat d’images et de courtes vidéos de leur quotidien de parent.

Notre travail explique comment l’essor des réseaux sociaux façonne la parentalité moderne : notre hypothèse est que la parentalité contemporaine est de type identitaire, et que sans les réseaux sociaux, elle n’aurait pas pu prendre cette forme. La parentalité contemporaine est intrinsèquement liée à l’utilisation croissante d’internet et des réseaux sociaux, qui lui donnent une signification symbolique particulière en même temps qu’un lieu d’expression privilégié.

 Voir le programme de la séance

Atelier du 29 novembre : Inès TIAB (pré-doctorante en sociologie ENS-EHESS) : Construire la mythologie du soi-mère sur Instagram

Inès TIAB (pré-doctorante en sociologie ENS-EHESS) nous présentera son travail de mémoire intitulé : Construire la mythologie du soi-mère sur Instagram

Résumé :

En cette deuxième décennie des années 2000, plus de dix ans après le lancement de Facebook, la première génération de personnes ayant connu et utilisé les réseaux sociaux dès l’enfance entre dans l’âge social d’adulte et fait l’expérience de la parentalité. Ces individu.e.s illustrent massivement cette transition biographique sur les plateformes virtuelles du web 2.0, et notamment sur Instagram, qui en tant que réseau social de partage d’images semble jouer le rôle d’un album photo contemporain. Le fait de devenir parent est un support de l’expression de soi qui semble particulièrement valorisé à l’heure actuelle : la publication la plus likée de l’application est la première photo que poste le mannequin Kylie Jenner de sa fille Stormi, qui remporte 18 millions de likes. Des milliers d’individu.e.s, et surtout des femmes partagent quotidiennement des images et des textes à propos de leur expérience de la parentalité sur Instagram. Quels types de valeurs cherchent-elles à faire reconnaître en s’exposant comme des mères ? A travers une enquête menée en ligne sur les comptes Instagram de neuf jeunes mères, nous avons tenté d’éclaircir les modalités de l’expression de soi pour des femmes faisant l’expérience d’une des transitions biographiques les plus importantes de leur vie. En repartant des travaux d’Erving Goffman à propos de l’artificialité de la présentation de soi dans les interactions de face à face, nous avons cherché à démontrer, que de la même manière, l’expression de soi sur les réseaux sociaux est construite de manière à faire émerger une image positive de soi auprès d’autrui. Par ailleurs, Instagram, au même titre que les réseaux sociaux dans leur globalité est un dispositif dans lequel s’actualise de manière particulièrement significative les normes sociales, ainsi que leurs appropriations inégales selon les ressources sociales de chacun.e. L’objectif de notre étude est de démontrer que le fait de s’exposer pour ces jeunes femmes revient à lutter pour se faire reconnaître en tant que – bonne – mère mais surtout en tant qu’individue réalisée. Ainsi, entremêlée aux normes de genre qui sont particulièrement prégnantes dans notre objet,
l’injonction individualiste à s’affirmer dans sa singularité est au cœur de la construction de soi en tant que mère qui a cours sur Instagram.

Voir le programme de la séance

Zoé Yadan – La parentalité à l’épreuve du conseil de discipline au collège

Zoé YADAN
Doctorante en sciences de l’éducation
CERLIS

Résumé :

Depuis les années 1990 déjà, l’institution scolaire a amorcé une politique de rapprochement avec les familles. A travers la rhétorique du partenariat, il est souhaité, entre autre, que les parents se constituent partenaires afin de partager les missions de l’école et qu’un dialogue « harmonieux » s’instaure. Cela participe d’une intention plus globale de conduire les parents à s’investir davantage dans la scolarité de leur enfant. Il s’agit, officiellement, d’inclure les parents dans le processus éducatif et, de manière plus tacite, de les faire participer à la résolution des difficultés scolaires de l’enfant. L’école moins encline à appliquer un modèle éducatif autoritaire attend des familles qu’elles collaborent voire qu’elles prennent la relève dans le domaine de la discipline.

L’intervention proposée aura pour visée d’objectiver l’expérience d’un parent dont l’enfant a commis une incivilité sanctionnée par un conseil de discipline au collège. Nous tenterons, tout d’abord, d’analyser les réponses parentales développées lors du conseil de discipline. Ceci afin de mieux comprendre les logiques familiales relatives à la transgression des règles ainsi qu’à l’autorité. Nous reviendrons également sur les relations entre les familles et l’école dans cette situation particulière. Nous entendons ainsi présenter la façon dont les pratiques parentales sont discutées, jugées, remodelées au cours de cette rencontre singulière.

Voir le programme de la séance

Giuseppina Sapio – Jouer aux parents à travers les films de famille

Giuseppina SAPIO
docteure en études cinématographiques et audiovisuelles
IRCAV

Résumé:

La communication vise à exposer les résultats du travail de recherche que j’ai mené sur le cinéma d’amateur et, plus particulièrement, sur la pratique des home movies en France des années 1960 à aujourd’hui. Mobilisant à la fois la sémio-pragmatique et l’interactionnisme goffmanien, cette étude a l’objectif de de révéler comment les individus sont assignés à des positions de sujet dans l’ordre familial. Autrement dit, les expériences de filmage et de visionnage se fondent sur la réitération de rituels et sur une mise en récit de la vie quotidienne qui permettent d’objectiver les processus de subjectivation a l’œuvre au sein des familles. Protéiforme et, à l’apparence, anodine, la pratique des home movies permet d’approfondir la réflexion sur la parentalité sur plusieurs niveaux. Tout d’abord, l’étude de la réalisation et du visionnage de films d’amateur fournit aux chercheur.e.s un accès privilégié aux dynamiques groupales qui caractérisent la mise en récit et en images de la vie des familles. Ensuite, la prise en compte d’une perspective diachronique permet de saisir les transformations culturelles et sociales qui ont affecté la cellule familiale. En effet, l’attribution de rôles (notamment de genre), les interactions et les discours produits lors de la réalisation et du visionnage ont évolué avec les innovations technologiques (Super 8, VHS, numérique) et les techniques employées par les amateurs. Ainsi, l’analyse des récits filmiques dévoile différentes manières d’être ensemble, de faire famille, exprimées à travers les outils cinématographiques (échelles de plans, mouvements de caméra, musiques, etc.). Enfin, l’étude de la pratique des home movies permet de saisir le processus d’autorégulation activé par les familles dans la « mise en scène » de leur vie familiale. En ce sens, les films de famille sont des productions « opaques », que l’on pourrait assimiler à des « récits mythiques », dans lesquels toute forme de conflit est évacuée. Or, la prise en compte de la parole des amateurs, à travers des entretiens qualitatifs, permet, entre autres, de dévoiler les failles et les fissures qui se cachent derrière les sourires et les regards caméra.

Voir le programme de la séance
Calenda

Miyako Hayakawa – Enquête ethnographique sur la « maternité intensive » chez les femmes japonaises

Miyako HAYAKAWA
Doctorante en anthropologie
Centre Norbert Elias, EHESS Marseille

Résumé :

Dans cette communication, je présente les pratiques du maternage intensif entreprises par les mères japonaises et leurs implications sur la vie de famille. Toutes mariées à des Japonais et habitant dans des endroits différents, ces femmes japonaises de la classe moyenne instruite s’engagent au maternage intensif. Appelée aussi maternage « proximal », cette manière d’élever des enfants qui favoriserait l’attachement entre la mère et l’enfant au nom d’un meilleur développement de l’enfant est née aux Etats-Unis et devenue de plus en plus fréquente depuis les années 1990 chez les femmes de la classe moyenne supérieure, notamment en Europe et en Amérique du nord, mais aussi au Japon. Il s’agit des pratiques tels que l’allaitement maternel à la demande et de longue durée, le « co-dodo », qui consiste à dormir avec le bébé dans le lit parental ou à proximité, et le portage de l’enfant contre le dos, etc.

Tandis que ce mode de soin vise à améliorer le bien-être des enfants, plusieurs recherches montrent que cette pratique demande un dévouement parfois excessif des parents et peut provoquer la hausse du stress et l’épuisement chez les mères, surtout lorsque elles ont une activité professionnelle (Damaske 2013 ; Hays 1996). Certains chercheurs constatent que cette tendance à la « surcharge » des jeunes mères est d’autant plus prononcée chez les Japonaises que des facteurs socio-historiques bien spécifiques dans le pays leur demandent un travail parfois trop pénible (Shinada 2004 ; Tanaka 2004). Ainsi, les questions qui se posent sont les suivantes : Quelles sont les pratiques concrètes du maternage proximal effectuées par les mères japonaises dans la vie de tous les jours aujourd’hui ? Compte tenu du contexte socio-historique propre à la société japonaise sur l’évolution du maternage intensif, peut-on identifier des spécificités du maternage « à la japonaise » ? Pourquoi cette manière est-elle partagée chez les enquêtées ? Et quel impact peut-on constater sur la vie de famille ?

Dans le cadre de mon travail doctoral, j’ai réalisé une recherche sur le maternage proximal sur deux terrains différents avec une quinzaine de mères japonaises au total, en 2015 – 2017. Elles sont toutes mariées et mères de famille, de la classe moyenne instruite, entre 32 et 43 ans. Il s’agit d’une enquête ethnographique composée des entretiens et des observations, auprès des femmes qui sont des épouses des expatriés japonais résidant temporairement en France pendant quelques années (normalement entre 2 et 6 ans) dans des grandes villes, comme Paris, Lyon, et Aixen-Provence. Cette recherche a été complétée avec une enquête effectuée au Japon en 2016, principalement dans la région de Tokyo, avec les mêmes profils des enquêtées. La localisation géographique des enquêtées ne semble pas avoir eu un impact sur leur choix et la façon et de la prise en charge des enfants pour les couples non-mixtes, même en cas de l’expatriation.

Au cours de mes enquêtes, j’ai tâché à identifier des pratiques du maternage intensif chez les enquêtées, en me focalisant par la suite à voir comment elles sont arrivées à s’approprier des identités et pratiques maternelles. Une attention particulière a été portée sur certains aspects peu étudiés dans la littérature existante : des impacts de cette pratique sur la vie conjugale, notamment l’absence ou le manque de communication au sein du couple. Par exemple, comme l’allaitement nocturne – combiné avec le co-dodo – fortement répandu chez les Japonais et que la pratique peut durer au moins 1 an et aller sur 3 ans, un grand nombre de couples font chambre à part et la femme mène une vie complètement séparée de son mari, tout en restant avec ses enfants. Comment le couple vivent-ils cette « séparation » ? Contrairement à la période antérieure aux années 1970 où la moitié des mariages étaient arrangés par les parents ou les autres membres de famille, aujourd’hui le mariage constituerait moins une « institution », mais un acte d’amour. Si ces pratiques de maternage intensif « nuisent » à la relation conjugale et à leur intimité, comment les couples les perçoivent-ils cette réalité ?

Après avoir effectué une recherche de terrain, je propose de mener une réflexion sur le maternage intensif « à la japonaise » avec sa propre histoire et métamorphose, tout en mettant l’accent sur ses impacts réels sur la vie de famille et de couple.

Références citées
Damaske, Sarah. 2013. “Work, Family, and Accounts of Mothers’ Lives Using Discourse to Navigate Intensive Mothering Ideals”, Sociology Compass 7/6, pp.436–444. Hays, Sharon. 1996. The cultural contradictions of motherhood. New Haven : Yale University Press, Shinada, Tomomi. 2004. Kosodate hou kakumei. Tokyo : Chuokouron shinsha. Tanaka, Kimiko. 2004. Boshimicchaku to ikuji shougai. Tokyo : Koudansha

Voir le programme de la séance
Calenda

Maeli Saidi – Résister à la “mère parfaite” : une manière pour la femme responsable d’une famille monoparentale de pouvoir être autonome

Maeli Saidi
Doctorante en sociologie
Université Paris Descartes
CERLIS

Résumé :

Dans la continuité de travaux récents de sociologie (De Singly, Klinenberg) sur la valorisation par les femmes de la vie en célibataire pour “se retrouver” ou comme “mode de vie”,  cette communication vise à interroger la question de l’autonomie dans les discours et des pratiques des femmes responsables d’une famille monoparentale. Basé sur un corpus d’une soixantaine d’entretiens réalisée en Ile-de-France auprès de femmes en situation de monoparentalité, il s’agira plus spécifiquement de mettre en lumière les stratégies de ces femmes pour “s’en sortir”.

La communication se concentrera principalement sur deux aspects de ces stratégies : la relation de ces femmes à leur “jardin secret” (notamment en ce qui concerne une nouvelle relation) et leur inversion du stigmate de “bad moms” ou de nouvelle entrante dans le “club des célibs”.

Voir le programme de la séance

Hélène Breda – « Tissage narratif » et représentation des rôles parentaux dans les séries télévisées américaines contemporaines

Hélène BREDA
Docteure en Études Cinématographiques et Audiovisuelles
IRCAV
Université Paris 13

Résumé :

Cette communication visera à s’interroger sur la représentation des figures parentales dans les séries télévisées produites aux États-Unis depuis de début des années 2000. Plus précisément, nous présenterons dans notre intervention une méthodologie originale permettant d’aborder la question des rôles paternels et maternels selon une approche socio-narratologique.

Le postulat de départ de notre étude est le suivant : dans les séries américaines contemporaines, dotées d’une multitude d’intrigues complexes qui s’entrecroisent –phénomène suscitant souvent une comparaison avec un travail de « tissage », les agencements narratifs mettent au jour des enjeux socioculturels. En l’occurrence, il s’agira pour nous d’examiner la manière dont les structures narratives de quelques séries représentatives nous renseignent sur les questions de filiation qui y sont traitées.

Il s’agira dans un premier temps de justifier la pertinence d’un rapprochement entre narratologie et sociologie, en nous adossant à un « vocabulaire textile » partagé entre ces deux champs. La première étape de la démonstration consistera ainsi en une brève présentation de plusieurs modèles heuristiques identifiés au sein de « narrations tissées », à partir desquels sera mis en place un appareil théorique nous permettant de nous livrer à nos analyses ultérieures.

À la suite de cela, cette méthodologie sera appliquée pour traiter de la représentation des rôles parentaux dans un corpus défini. Notre approche socio-narratologique, qui prend en compte la temporalité longue des productions étudiées, a l’avantage de ne pas se réduire à l’analyse de figures figées. À l’inverse, elle permettra de prendre en considération l’évolution des dynamiques relationnelles entre pères, mères et enfants au fil des saisons.

Grâce aux outils analytiques ainsi convoqués, il sera possible de défendre l’idée selon laquelle différentes configurations narratives permettent de représenter des rapports parents/enfants variés. Nous comparerons par exemple la figure patriarcale autoritaire et surannée présente dans The Sopranos, laquelle s’inscrit dans une architecture narrative que nous qualifierons de « pyramidale », à des modèles se rapprochant des « nouveaux pères », dans des récits à la structure réticulaire.

Notre étude socio-narratologique revêtira une dimension genrée, puisqu’elle prendra en compte la différence des positions accordées aux personnages de mères et de pères au sein du « tissu narratif » des séries choisies.

Cette communication aura ainsi pour objectif d’expliquer comment les agencements narratifs complexes des séries télévisées contemporaines contribuent à exprimer des enjeux de filiation, que ce soit en perpétuant des modèles « traditionnels », ou à l’inverse en attestant d’une évolution des rôles parentaux, tant maternels que paternels.

Voir le programme de la séance