Archives de catégorie : Actualité du réseau

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 21 juin 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre cinquième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le 21 juin de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136. 

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Rose-Myrlie Joseph et Chloë Cottrell.
 

Rose-Myrlie Joseph, (Docteure en sociologie et en études de genre, membre du Laboratoire de Changement Social et Politique de
L’université Paris-Diderot (LCSP – Paris 7)) – Parentalité en migration : une réactualisation des vieilles pratiques ?

Chloë Cottrell, (Doctorante en civilisation britannique contemporaine à l’Université de Tours (ICD))Être un jeune père : témoignages de jeunes pères en Angleterre.

Adresse de l’INED :
133 boulevard Davout 75020 Paris
M
étro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel
Nous cherchons des communiquant.e.s. pour les prochain ateliers qui se dérouleront entre septembre 2018 et juin 2019

Durant ces ateliers, deux intervenant.e.s disposeront de 45 minutes chacun.e pour présenter leurs recherches et/ou effectuer une communication et/ou soulever des points de méthodologie. Chaque communication sera suivie d’une discussion d’une trentaine de minutes avec le public présent.
Pour organiser au mieux les prochaines séances, nous vous invitons à nous solliciter et à proposer un résumé de communication (au format PDF) sur les thématiques des paternités et des maternités.
Nous souhaitons également, à terme, organiser une journée d’étude. Vous pouvez nous joindre à cette adresse : reppama.contact@gmail.com.
L’objectif de ces ateliers: Ces ateliers et ces journées d’études aborderont notamment les représentations et pratiques liées à la parentalité, aux maternités et paternités – d’un point de vue biologique, légal et/ou social – dans des contextes géographiques, historiques, économiques, sociaux, culturels différents. « Être père » ou « être mère » renvoie à une multitude de pratiques, d’enjeux, de définitions suivant les espaces, les époques et les groupes sociaux. Comment hommes et femmes s’approprient-ils les identités parentales et quelles sont les positions assignées à chacun des deux sexes dans leur rapport à la parentalité ? Quelles sont les manières d’endosser, voire de performer, les rôles perçus comme paternels ou maternels dans une société donnée à un moment donné ?

Nombreuses sont les problématiques liées à l’étude des maternités et des paternités et le REPPaMa souhaite que ces rencontres puissent être pour chacun.e un lieu de réflexion, de débat et d’apprentissage dans une perspective pluridisciplinaire.

Nous souhaitons à la fois  fédérer un réseau structuré de jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s) dans un esprit de pluridisciplinarité et de créer des rendez-vous scientifiques (ateliers et journées d’études) tout au long de l’année.

Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa
Myriam Chatot (doctorante en sociologie, EHESS)
Alexandra Piesen (docteure en sociologie, Paris Descartes)
Marine Quennehen (doctorante en sociologie, EHESS)

Compte-rendu de la quatrième séance de RePPaMa (26.04.2018)

La présentation de Constance Schuller portait sur l’impact des conceptions des professionnels en matière de procréation et de parentalité sur la prise en charge de patients dans l’assistance médicale à la procréation (AMP). A partir de deux enquêtes, menées pendant plus de deux ans au sein de plusieurs centres d’AMP de la région parisienne, comprenant des observations de consultations et de réunions pluridisciplinaires, et des entretiens avec des patients et des spécialistes de l’infertilité ; elle a montré le poids important des représentations des soignants en matière d’accès à l’AMP. En effet, les critères légaux (caractère « pathologique » de l’infertilité, couple « stable et motivé », « en âge de procréer ») sont flous et laissent donc une place à l’interprétation du soignant. Or, les soignants mobilisent des conceptions normatives des capacités reproductives des hommes et des femmes (par exemple, les risques d’une paternité à un âge avancé sont peu évoqués, contrairement à ceux d’une maternité à un âge avancé) et de la parentalité. Ainsi, la maternité est « naturalisée » (l’accès d’une femme à la procédure dépend de la bonne capacité de son corps à mener la grossesse à terme), alors que la paternité est évaluée en fonction de critères sociaux (espérance de vie du géniteur potentiel, compétences éducatives). Ces visions normatives compliquent l’accès à la procédure pour des couples perçus comme « atypiques » (non-cohabitants, dits « sans sexualité » c’est-à-dire sans coït, homme et compagne non-officielle…) ou perçus comme ne permettant pas d’offrir les meilleures conditions de vie à l’enfant potentiellement né de la procédure (couples précaires, ayant une faible rémunération…). Le flou des conditions d’accès pose dès lors question quant à l’égalité d’accès aux soins, dans la mesure où un couple n’aura pas le même accès à l’AMP en fonction du centre (et de sa culture locale, de son attention aux taux de réussite ou non), de l’équipe, du médecin etc.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur l’influence du sexe des soignants sur les critères d’accès à l’AMP, le choix des techniques (fécondation in vitro, insémination artificielle…) et sur la connaissance par les patients des politiques de chaque centre.

 

Myriam Chatot commence sa présentation en présentant l’un des résultats de l’enquête UNAF : parmi les 46% de pères qui estiment manquer de temps avec leurs enfants, ¾ évoquent le travail comme le premier facteur qui les empêchent d’être présents et disponibles avec leurs enfants. Son intervention se base sur un corpus de 75 pères ayant au moins un enfant de moins de trois ans, dont 42 qui ont pris un congé parental (en savoir plus).  Les enquêtés rencontrés appartiennent en majorité aux classes moyennes et supérieures. La problématique de la présentation est :  comment les pères justifient les arbitrages concernant leur engagement professionnel et leur engagement parental ? Dans tous les entretiens, l’engagement professionnel (c’est-à-dire le fait de s’impliquer dans son activité professionnelle, tant sur le plan subjectif que temporel) est présenté comme incompatible avec l’engagement parental. Autrement dit, les pères qui sont impliqués dans leur travail (soit parce que leur conjointe est au foyer ou en congé parental ; soit parce que les deux parents sont cadres) expliquent que leur engagement parental (notamment en termes de temps passé avec les enfants) est limité. A l’inverse, les pères qui donnent la priorité à l’engagement parental (notamment les pères en congé parental, mais aussi des pères en couples hypogames) déclarent n’avoir jamais été impliqués dans leur travail (emploi « alimentaire ») ou s’en être désengagés pour être plus présents pour leurs enfants. Cette description de l’engagement parental et professionnel comme étant des vases communicants (si on est engagé dans une sphère, on ne peut être engagé dans l’autre) pose alors la question des motivations des pères à s’engager dans la parentalité : la paternité est-elle un moyen de se valoriser quand le travail fait défaut ?

La discussion a porté principalement sur la définition et les indicateurs concernant le concept d' »engagement ».

Programme de la quatrième séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 26 avril 2018

Nous avons le plaisir de vous convier à notre quatrième atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités – REPPaMa qui aura lieu le 26 avril de 14h00 à 16h30 à l’Ined, salle 136.

Dans le cadre de cet atelier, nous aurons le plaisir d’écouter les présentations de Constance Schuller et Myriam Chatot.
 

Constance Schuller (Paris 13, IRIS-EHESS), La prise en charge médicale de l’infertilité. – Des conceptions professionnelles normatives du « couple parent » idéal.

Myriam Chatot (EHESS, IRIS et CMH), Des pères empêchés de paternité ? – Engagement professionnel et engagement parental chez les pères.

Adresse de l’INED :
133 boulevard Davout 75020 Paris
M
étro : Porte de Bagnolet, Tram: Marie de Miribel

Compte-rendu de la troisième séance de l’atelier RePPaMa (14.12.2017)

La présentation de Zoé Yadan portait sur le conseil de discipline. Pour étudier cet objet, elle s’est appuyée sur un corpus d’entretiens avec des parents dont les enfants ont été convoqués à un conseil de discipline et des agents institutionnels et associatifs en lien avec cette pratique. Elle a également observé 15 conseils de discipline dans deux établissements « difficiles ». Ritualisé (et empruntant au registre du tribunal), le conseil de discipline est une forme de sanction pour l’enfant convoqué mais aussi pour les parents. En effet, la méconduite des enfants au regard des attentes scolaires est perçue comme une faillite des parents : si les enfants transgressent les normes et les règlements scolaires, c’est forcément que leurs parents sont « démissionnaires » pour les agents scolaires et le conseil de discipline opère précisément comme un « rappel à l’ordre », moins pour les adolescents convoqués que pour leurs parents. Si les parents sont ainsi « mis en accusation » de manière indirecte dans le conseil de discipline, ils ne sont pas pour autant passifs face à lui. Zoé Yadan relève trois stratégies des parents face au « tribunal » : faire front sans intervenir par peur de desservir l’enfant, chercher du soutien auprès de l’institution ou reconnaitre les faits dans l’espoir d’atténuer les sanctions. La discussion a porté sur l’impact du conseil de discipline sur les parents et leurs représentations concernant leur éducation et leur trajectoire parentale, et sur les choix des établissements parmi le répertoire des sanctions possibles (et l’utilisation stratégique du conseil de discipline pour « tenir » une classe perçue comme difficile).

La communication de Marion Braizaz portait sur l’impact de la maternité sur le rapport au corps et à la beauté des mères. Elle s’est intéressée plus particulièrement à l’injonction contradictoire faite aux mères de tenir leur indépendance esthétique (c’est-à-dire conserver un corps désirable et séduisant) d’une part, et la demande de dévouer le corps à l’enfant (c’est-à-dire faire passer les besoins de l’enfant avant les siens, y compris en matière d’esthétisme). Il s’agit donc à la fois d’éviter l’écueil de la mère qui fait trop attention à son apparence et qui est superficielle, et celui de la mère dévouée qui « ne prend pas soin d’elle ». Pour étudier le rapport des mères à ces normes incompatibles, la chercheuse s’est appuyée sur un corpus d’entretiens auprès d’hommes et de femmes en couple (hétérosexuels et homosexuels) et parents. Elle montre un rapport très différent à l’esthétisme en fonction de l’appartenance sociale. Chez les femmes de classes supérieures, il s’agit de « garder de contrôle de son corps » (par exemple en retrouvant le corps d’avant la grossesse), ce qui peut être interprété à la fois comme la manifestation des normes des classes moyennes-supérieures qui enjoignent les femmes à ne pas être « que » des mères, et la conséquence du regard du milieu professionnel porté sur une femme devenue mère. Du côté des classes populaires, les mères témoignent au contraire d’un changement : il s’agit de mettre son corps au service de la maternité, en privilégiant la praticité (par exemple, avoir les cheveux courts) à l’esthétisme (en partie pour ne pas être stigmatisé comme « coquette »). La discussion a principalement porté sur les différences éventuelles entre les mères en couple hétérosexuel et les mères en couple homosexuel sur le plan du rapport au corps et à l’esthétisme.

Programme de la troisième séance

Zoé Yadan – La parentalité à l’épreuve du conseil de discipline au collège

Zoé YADAN
Doctorante en sciences de l’éducation
CERLIS

Résumé :

Depuis les années 1990 déjà, l’institution scolaire a amorcé une politique de rapprochement avec les familles. A travers la rhétorique du partenariat, il est souhaité, entre autre, que les parents se constituent partenaires afin de partager les missions de l’école et qu’un dialogue « harmonieux » s’instaure. Cela participe d’une intention plus globale de conduire les parents à s’investir davantage dans la scolarité de leur enfant. Il s’agit, officiellement, d’inclure les parents dans le processus éducatif et, de manière plus tacite, de les faire participer à la résolution des difficultés scolaires de l’enfant. L’école moins encline à appliquer un modèle éducatif autoritaire attend des familles qu’elles collaborent voire qu’elles prennent la relève dans le domaine de la discipline.

L’intervention proposée aura pour visée d’objectiver l’expérience d’un parent dont l’enfant a commis une incivilité sanctionnée par un conseil de discipline au collège. Nous tenterons, tout d’abord, d’analyser les réponses parentales développées lors du conseil de discipline. Ceci afin de mieux comprendre les logiques familiales relatives à la transgression des règles ainsi qu’à l’autorité. Nous reviendrons également sur les relations entre les familles et l’école dans cette situation particulière. Nous entendons ainsi présenter la façon dont les pratiques parentales sont discutées, jugées, remodelées au cours de cette rencontre singulière.

Voir le programme de la séance

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 14 décembre 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la troisième séance des ateliers du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le jeudi 14 décembre de 14h à 16h30 à l’INED (salle 136).

Lors de cette séance, nous accueillerons :
Zoé Yadan, doctorante en sciences de l’éducation (CERLIS) :  « La parentalité à l’épreuve du conseil de discipline au collège »
– Marion Braizaz, docteure en sociologie (CERLIS) : « Devenir mère : une rupture dans le « parcours esthétique » des femmes »

Compte-rendu de la deuxième séance de l’atelier RePPaMa (01.06.2017)

La deuxième séance de l’atelier RePPama a consisté en deux présentations, la première de Miyako Hayakawa, doctorante en anthropologie, et la seconde de Giuseppina Sapio, docteure en Arts et médias.

La présentation de Miyako Hayakawa, portant sur 15 entretiens avec des femmes japonaises expatriées en France et des observations, a mis en lumière la pratique de la maternité intensive.

Pour nous décrire la maternité intensive, la chercheuse s’appuie sur le concept de Maternal proximal (maternage proximal)  qui consiste à :
– l’allaitement maternel de longue durée à la demande de l’enfant
– le co-dodo
– le portage de l’enfant contre le dos

Cette pratique du maternage existait déjà au Japon : toutefois, elle consistait surtout à protéger la famille des gênes engendrées par l’enfant. En effet, l’allaitement tardif avait une fonction de contraception, le co-dodo évitait de réveiller toute la maisonnée et le portage permettait de continuer à travailler dans les champs. Or, depuis les années 70, ce maternage a pris un sens nouveau tourné vers l’enfant et ses besoins, visant à renforcer le lien mère-enfant.

Malgré le choix de la chercheuse de ne pas sélectionner les enquêtées selon leurs pratiques de maternage, elle a retrouvé une grande similarité entre ces femmes. La maternité intensive est apparue comme un des résultats de sa thèse tandis qu’elle cherchait à comprendre le modèle familial des migrants japonais en France et les rapports sociaux de genre.Or, ce choix de modèle familial a des effets à la fois sur le bien-être des femmes et le couple. En effet, le maternage proximal semble à l’origine d’un renforcement du lien mère-enfant au détriment du lien conjugal : le père est exclu de la relation parentale, y compris spatialement (la mère dort avec l’enfant, le père dans une autre pièce), ce qui contribue à limiter les rapports sexuels conjugaux.

Contrairement à ce qu’on aurait pu supposer, les enquêtées présentent une assez faible acculturation au maternage « à la française », construit dans l’exposé en miroir du maternage intensif : autonomie de l’enfant et distance mère/enfant, par l’allaitement de courte durée ou recours au biberon, le berceau et le recours à des modes de garde autre que la mère. En effet, les Japonaises expatriées ont peu de liens avec des Français(e)s et ont « importé » leurs pratiques maternelles, sans envisager d’opter pour un autre modèle de maternage.

La discussion qui a suivi la présentation a porté sur la mise en relation du concept de maternage avec d’autres pays, la conciliation entre maternité intensive et travail et la place des pères dans la famille.

La présentation de Giuseppina Sapio portait sur les films de famille des années 60 à aujourd’hui. L’originalité de sa thèse était de regarder ces films avec les acteurs eux-mêmes et de réaliser des entretiens avec les parents d’un côté et les enfants de l’autre pour revenir sur le contexte de production. La chercheuse a ainsi suivi six familles dont les modèles étaient diversifiés (famille nucléaire, adoptante et recomposée).

La première partie de la présentation portait sur les concepts utilisés pour décrire les films de famille : cinéma d’amateur, home movie mais aussi la théorie semio-pragmatique et la notion d’espace de communication.

Une fois le cadre posé, la chercheuse nous a montré l’évolution des films de famille des années 1960 à aujourd’hui à travers les limites techniques mais surtout l’évolution des pratiques. Le premier aspect abordé est le mode ludique. Filmer est un jeu individuel ou collectif où l’on va faire « comme si »  on était dans la « réalité ». On passe donc du game qui avait un but précis et où les rôles étaient définis notamment par le père de famille (dans les années 1960) vers le play où l’activité est créative, les interactions plus libre et où la camera tourne entre les acteurs (depuis les années 1980).

Concernant le niveau énonciatif, la première période (les années 1960) correspond à un je individuel, celui qui filme fait l’histoire. Le but étant d’avoir une image satisfaisante de la famille qui se conformait au modèle familial de l’époque et tout ça dans un temps très court. Les films sont réalisés pendant des événements déjà ritualisés comme les fêtes de famille. La deuxième période (années 1980) est le collectif. Ce qui compte est de montrer la famille unie mais avec les spécificités de chacun des membres, en laissant plus de place à la spontanéité et à la parole individuelle. Enfin, la troisième période (celle du numérique) est tournée vers la reconnaissance de l’autre. L’idée étant que sur un même événement, il est possible d’avoir plusieurs points de vue, par exemple par le recours à plusieurs caméras (avec les téléphones portables). La nouveauté est de voir la place de l’enfant reconnu en tant qu’acteur et créateur.

Le cœur de la présentation porte sur le point de vue des acteurs sur la production de ces films. L’effet lissé des plans ne permet pas de voir les failles et les conflits de la famille. C’est donc le retour réflexif des acteurs sur ces films qui les autorise à se situer, à critiquer, à croire ou à refuser l’image de la famille heureuse immortalisée pendant ce laps de temps. Les films opèrent donc sur la présentation de soi et autorisent à performer son rôle mais c’est véritablement les acteurs qui vont donner les codes d’interprétation au chercheur.

Giuseppina Sapio souligne également l’effet de l’évolution des techniques sur les films de famille. Dans les années 1960, la caméra est un appareil cher (qui est donc accaparé par le père de famille, perçu comme le seul à même de le manipuler correctement), qui impose une pratique de montage (du fait du recours aux pellicules) et une forme de ritualisation du visionnage, puisque le film est projeté. Avec la diffusion de la VSH puis le numérique et la démocratisation de la caméra (en termes de prix et d’inclusion de ces équipements dans la vie quotidienne avec les téléphones portables), les pratiques entourant la production et le visionnage des films de famille se transforment, d’une part parce que la production de film est plus simple et moins coûteuse (d’où la moindre mise en scène dans les films : les maladresses dans le tournage sont perçues comme une preuve d’authenticité et non comme du gâchis), et d’autre part par une réduction du temps entre production et visionnage (qui convergent : dans les années 2000, on regarde le film juste après le tournage, mais pas forcément après).

La discussion qui a suivi la présentation portait sur l’accès à ce matériau, la place du père dans les films des années 1960 et de son absence dans les films, puis sur les effets de la technique dans les choix filmiques et la présentation de soi et, pour conclure, l’évolution des rituels de visionnage.

Voir le programme de la séance

Giuseppina Sapio – Jouer aux parents à travers les films de famille

Giuseppina SAPIO
docteure en études cinématographiques et audiovisuelles
IRCAV

Résumé:

La communication vise à exposer les résultats du travail de recherche que j’ai mené sur le cinéma d’amateur et, plus particulièrement, sur la pratique des home movies en France des années 1960 à aujourd’hui. Mobilisant à la fois la sémio-pragmatique et l’interactionnisme goffmanien, cette étude a l’objectif de de révéler comment les individus sont assignés à des positions de sujet dans l’ordre familial. Autrement dit, les expériences de filmage et de visionnage se fondent sur la réitération de rituels et sur une mise en récit de la vie quotidienne qui permettent d’objectiver les processus de subjectivation a l’œuvre au sein des familles. Protéiforme et, à l’apparence, anodine, la pratique des home movies permet d’approfondir la réflexion sur la parentalité sur plusieurs niveaux. Tout d’abord, l’étude de la réalisation et du visionnage de films d’amateur fournit aux chercheur.e.s un accès privilégié aux dynamiques groupales qui caractérisent la mise en récit et en images de la vie des familles. Ensuite, la prise en compte d’une perspective diachronique permet de saisir les transformations culturelles et sociales qui ont affecté la cellule familiale. En effet, l’attribution de rôles (notamment de genre), les interactions et les discours produits lors de la réalisation et du visionnage ont évolué avec les innovations technologiques (Super 8, VHS, numérique) et les techniques employées par les amateurs. Ainsi, l’analyse des récits filmiques dévoile différentes manières d’être ensemble, de faire famille, exprimées à travers les outils cinématographiques (échelles de plans, mouvements de caméra, musiques, etc.). Enfin, l’étude de la pratique des home movies permet de saisir le processus d’autorégulation activé par les familles dans la « mise en scène » de leur vie familiale. En ce sens, les films de famille sont des productions « opaques », que l’on pourrait assimiler à des « récits mythiques », dans lesquels toute forme de conflit est évacuée. Or, la prise en compte de la parole des amateurs, à travers des entretiens qualitatifs, permet, entre autres, de dévoiler les failles et les fissures qui se cachent derrière les sourires et les regards caméra.

Voir le programme de la séance
Calenda

Miyako Hayakawa – Enquête ethnographique sur la « maternité intensive » chez les femmes japonaises

Miyako HAYAKAWA
Doctorante en anthropologie
Centre Norbert Elias, EHESS Marseille

Résumé :

Dans cette communication, je présente les pratiques du maternage intensif entreprises par les mères japonaises et leurs implications sur la vie de famille. Toutes mariées à des Japonais et habitant dans des endroits différents, ces femmes japonaises de la classe moyenne instruite s’engagent au maternage intensif. Appelée aussi maternage « proximal », cette manière d’élever des enfants qui favoriserait l’attachement entre la mère et l’enfant au nom d’un meilleur développement de l’enfant est née aux Etats-Unis et devenue de plus en plus fréquente depuis les années 1990 chez les femmes de la classe moyenne supérieure, notamment en Europe et en Amérique du nord, mais aussi au Japon. Il s’agit des pratiques tels que l’allaitement maternel à la demande et de longue durée, le « co-dodo », qui consiste à dormir avec le bébé dans le lit parental ou à proximité, et le portage de l’enfant contre le dos, etc.

Tandis que ce mode de soin vise à améliorer le bien-être des enfants, plusieurs recherches montrent que cette pratique demande un dévouement parfois excessif des parents et peut provoquer la hausse du stress et l’épuisement chez les mères, surtout lorsque elles ont une activité professionnelle (Damaske 2013 ; Hays 1996). Certains chercheurs constatent que cette tendance à la « surcharge » des jeunes mères est d’autant plus prononcée chez les Japonaises que des facteurs socio-historiques bien spécifiques dans le pays leur demandent un travail parfois trop pénible (Shinada 2004 ; Tanaka 2004). Ainsi, les questions qui se posent sont les suivantes : Quelles sont les pratiques concrètes du maternage proximal effectuées par les mères japonaises dans la vie de tous les jours aujourd’hui ? Compte tenu du contexte socio-historique propre à la société japonaise sur l’évolution du maternage intensif, peut-on identifier des spécificités du maternage « à la japonaise » ? Pourquoi cette manière est-elle partagée chez les enquêtées ? Et quel impact peut-on constater sur la vie de famille ?

Dans le cadre de mon travail doctoral, j’ai réalisé une recherche sur le maternage proximal sur deux terrains différents avec une quinzaine de mères japonaises au total, en 2015 – 2017. Elles sont toutes mariées et mères de famille, de la classe moyenne instruite, entre 32 et 43 ans. Il s’agit d’une enquête ethnographique composée des entretiens et des observations, auprès des femmes qui sont des épouses des expatriés japonais résidant temporairement en France pendant quelques années (normalement entre 2 et 6 ans) dans des grandes villes, comme Paris, Lyon, et Aixen-Provence. Cette recherche a été complétée avec une enquête effectuée au Japon en 2016, principalement dans la région de Tokyo, avec les mêmes profils des enquêtées. La localisation géographique des enquêtées ne semble pas avoir eu un impact sur leur choix et la façon et de la prise en charge des enfants pour les couples non-mixtes, même en cas de l’expatriation.

Au cours de mes enquêtes, j’ai tâché à identifier des pratiques du maternage intensif chez les enquêtées, en me focalisant par la suite à voir comment elles sont arrivées à s’approprier des identités et pratiques maternelles. Une attention particulière a été portée sur certains aspects peu étudiés dans la littérature existante : des impacts de cette pratique sur la vie conjugale, notamment l’absence ou le manque de communication au sein du couple. Par exemple, comme l’allaitement nocturne – combiné avec le co-dodo – fortement répandu chez les Japonais et que la pratique peut durer au moins 1 an et aller sur 3 ans, un grand nombre de couples font chambre à part et la femme mène une vie complètement séparée de son mari, tout en restant avec ses enfants. Comment le couple vivent-ils cette « séparation » ? Contrairement à la période antérieure aux années 1970 où la moitié des mariages étaient arrangés par les parents ou les autres membres de famille, aujourd’hui le mariage constituerait moins une « institution », mais un acte d’amour. Si ces pratiques de maternage intensif « nuisent » à la relation conjugale et à leur intimité, comment les couples les perçoivent-ils cette réalité ?

Après avoir effectué une recherche de terrain, je propose de mener une réflexion sur le maternage intensif « à la japonaise » avec sa propre histoire et métamorphose, tout en mettant l’accent sur ses impacts réels sur la vie de famille et de couple.

Références citées
Damaske, Sarah. 2013. “Work, Family, and Accounts of Mothers’ Lives Using Discourse to Navigate Intensive Mothering Ideals”, Sociology Compass 7/6, pp.436–444. Hays, Sharon. 1996. The cultural contradictions of motherhood. New Haven : Yale University Press, Shinada, Tomomi. 2004. Kosodate hou kakumei. Tokyo : Chuokouron shinsha. Tanaka, Kimiko. 2004. Boshimicchaku to ikuji shougai. Tokyo : Koudansha

Voir le programme de la séance
Calenda

Atelier du REPPaMa : prochaine séance le 1er juin 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la seconde séance des ateliers du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le jeudi 1er juin de 10h à 12h30 à l’INED (salle 433).

Lors de cette séance, nous accueillerons :

 

Accès :

L’atelier aura lieu le jeudi 1er juin à l’INED, 133 Boulevard Davout, 75020 Paris.
Métro : Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet
Tram T3b Marie de Miribel

Contact : reppama.contact@gmail.com

Calenda
Voir le compte-rendu

Compte-rendu de la séance inaugurale de l’atelier RePPaMa (17.03.2017)

La première séance de l’atelier RePPaMa a consisté en deux présentations, la première d’Hélène Breda et la seconde de Maeli Saidi.

La présentation d’Hélène Breda, portant sur un corpus de six séries télévisées (Six feet under, Desperate Housewives, les Sopranos, Lost, the West Wing, 24h chrono), a mis en lumière des rôles parentaux différenciés en fonction du sexe du personnage au sein du corpus.

Les personnages de pères (Tony Soprano dans les Sopranos, Jack Bauer dans 24h chrono) se situent d’un point de vue narratif à la pointe d’une pyramide, dans la mesure où ils sont le centre des différentes intrigues et que ce sont les personnages qui ont le plus d’influence sur le déroulement de l’intrigue et les lignes d’action des autres personnages (pour ce dernier point, c’est également le cas de Nathaniel Fisher sénior, dans Six Feet Under). Leurs rôles parentaux illustrent l’ambivalence des modèles de paternité ; entre patriarche qui dirige la famille (Nathaniel Fisher sénior, Tony Soprano), endosse le rôle d’apporteur de ressources (Tony Soprano) et de protecteur (Jack Bauer) d’une part et « nouveau père » jouant un rôle affectif auprès de ses enfants (esquissé avec plus ou moins de succès par Tony Soprano, incarné avec plus de réussite par Jack Bauer) d’autre part.

A l’inverse, les personnages de mère sont souvent décentrés de la narration et se situent dans des configurations narratives qualifiées de « molécule ». Là où les pères ont généralement un ascendant vertical sur les autres membres de la famille, les mères se situent davantage dans une configuration de circulation horizontale, jouant le rôle de rassembleuse et de liant entre les personnages (comme les héroïnes de Desperate Housewives, Ruth Fisher dans  Six Feet Under et CJ Cregg dans the West Wing qui est l’attachée de presse du président et qui joue un rôle maternel dans la « famille professionnelle » que constitue le staff du président).

L’intérêt de l’approche méthodologique d’Hélène Breda, qui étudie les trames narratives des séries de son corpus en s’appuyant sur la métaphore du tissu (tressage et tissage narratifs, patchwork, etc.), est de mettre en évidence les parallèles entre la place du personnage dans la narration et son rôle parental auprès de sa famille.

La discussion qui a suivi la présentation a porté d’une part sur la méthodologie et d’autres parts sur des parallèles avec d’autres séries plus récentes.

 

La présentation de Maeli Saidi est basée sur un corpus d’une soixantaine d’entretiens avec des mères en situation de monoparentalité, réalisés en Île-de-France. Elles sont dans cette situation de monoparentalité depuis des durées variables (entre deux mois et trente ans), pour la plupart suite à un divorce et ont en moyenne deux enfants. Elles ont en moyenne entre 45 et 50 ans, et s’inscrivent dans des contextes socioculturels variés. L’exposé portait sur la capacité de ces femmes à « s’en sortir » après la séparation, notamment sur leur capacité à se construire une vie qui ne soit pas orientée uniquement vers la famille.

Trois étapes dans l’émancipation de ces femmes peuvent être identifiées, par rapport aux stigmates qui pèsent sur elles en tant que mères « solos » : se protéger, s’affirmer et lâcher prise. Ainsi, dans un premier temps, les mères ont à cœur de consolider la nouvelle cellule familiale après la séparation et se consacrent entièrement à leurs enfants, en recourant à l’aide de leurs familles pour surmonter cette épreuve. Dans un second temps, elles s’affirment, c’est-à-dire qu’elles prennent de la distance avec leurs familles et plus largement avec l’image de la mère « parfaite » qu’elles tentaient d’incarner, en négociant l’image d’elles-mêmes qu’elles projettent suivant leurs interlocuteurs. Dans un troisième temps, les mères lâchent prise et affichent leur vie personnelle au même titre que leur vie familiale. Pour mener à bien cette émancipation par rapport à une vie entièrement consacrée à la maternité, elles disposent de quatre supports : l’indépendance financière, un « jardin secret » (notamment des nouvelles relations affectives), un bon entourage et du temps pour soi.

La présentation s’est principalement concentrée sur le « jardin secret » et le réseau de sociabilité des mères. Il s’agissait d’une part de mettre en évidence les stratégies mises en œuvre par rapport dans la dissimulation ou la révélation de nouvelles relations conjugales (par exemple, prétendre à ses enfants qu’on va faire du sport pour aller voir son compagnon). D’autre part, on observe une recomposition du réseau amical des mères en situation de monoparentalité. Cette recomposition passe par un double mécanisme. Tout d’abord, les mères minorent leurs liens avec les anciennes amies et leurs familles (proches perçus comme ne comprenant pas la situation de la mère seule voire intrusifs). Ensuite, elles se construisent un nouveau cercle amical, constitué de femmes ayant une situation personnelle similaire (monoparentales, célibataires ou en difficultés), constituant une ressource sur le plan affectif mais aussi matériel.

La discussion après la présentation a porté sur les éléments déclencheurs du passage d’une étape à l’autre (événement, âge des enfants, effet de génération ou de socialisation…), sur la comparaison entre mères et pères en situation de monoparentalité et sur le choix des critères de réussite.

Voir le programme de la séance

Maeli Saidi – Résister à la « mère parfaite » : une manière pour la femme responsable d’une famille monoparentale de pouvoir être autonome

Maeli Saidi
Doctorante en sociologie
Université Paris Descartes
CERLIS

Résumé :

Dans la continuité de travaux récents de sociologie (De Singly, Klinenberg) sur la valorisation par les femmes de la vie en célibataire pour « se retrouver » ou comme « mode de vie »,  cette communication vise à interroger la question de l’autonomie dans les discours et des pratiques des femmes responsables d’une famille monoparentale. Basé sur un corpus d’une soixantaine d’entretiens réalisée en Ile-de-France auprès de femmes en situation de monoparentalité, il s’agira plus spécifiquement de mettre en lumière les stratégies de ces femmes pour « s’en sortir ».

La communication se concentrera principalement sur deux aspects de ces stratégies : la relation de ces femmes à leur « jardin secret » (notamment en ce qui concerne une nouvelle relation) et leur inversion du stigmate de « bad moms » ou de nouvelle entrante dans le « club des célibs ».

Voir le programme de la séance

Hélène Breda – « Tissage narratif » et représentation des rôles parentaux dans les séries télévisées américaines contemporaines

Hélène BREDA
Docteure en Études Cinématographiques et Audiovisuelles
IRCAV
Université Paris 13

Résumé :

Cette communication visera à s’interroger sur la représentation des figures parentales dans les séries télévisées produites aux États-Unis depuis de début des années 2000. Plus précisément, nous présenterons dans notre intervention une méthodologie originale permettant d’aborder la question des rôles paternels et maternels selon une approche socio-narratologique.

Le postulat de départ de notre étude est le suivant : dans les séries américaines contemporaines, dotées d’une multitude d’intrigues complexes qui s’entrecroisent –phénomène suscitant souvent une comparaison avec un travail de « tissage », les agencements narratifs mettent au jour des enjeux socioculturels. En l’occurrence, il s’agira pour nous d’examiner la manière dont les structures narratives de quelques séries représentatives nous renseignent sur les questions de filiation qui y sont traitées.

Il s’agira dans un premier temps de justifier la pertinence d’un rapprochement entre narratologie et sociologie, en nous adossant à un « vocabulaire textile » partagé entre ces deux champs. La première étape de la démonstration consistera ainsi en une brève présentation de plusieurs modèles heuristiques identifiés au sein de « narrations tissées », à partir desquels sera mis en place un appareil théorique nous permettant de nous livrer à nos analyses ultérieures.

À la suite de cela, cette méthodologie sera appliquée pour traiter de la représentation des rôles parentaux dans un corpus défini. Notre approche socio-narratologique, qui prend en compte la temporalité longue des productions étudiées, a l’avantage de ne pas se réduire à l’analyse de figures figées. À l’inverse, elle permettra de prendre en considération l’évolution des dynamiques relationnelles entre pères, mères et enfants au fil des saisons.

Grâce aux outils analytiques ainsi convoqués, il sera possible de défendre l’idée selon laquelle différentes configurations narratives permettent de représenter des rapports parents/enfants variés. Nous comparerons par exemple la figure patriarcale autoritaire et surannée présente dans The Sopranos, laquelle s’inscrit dans une architecture narrative que nous qualifierons de « pyramidale », à des modèles se rapprochant des « nouveaux pères », dans des récits à la structure réticulaire.

Notre étude socio-narratologique revêtira une dimension genrée, puisqu’elle prendra en compte la différence des positions accordées aux personnages de mères et de pères au sein du « tissu narratif » des séries choisies.

Cette communication aura ainsi pour objectif d’expliquer comment les agencements narratifs complexes des séries télévisées contemporaines contribuent à exprimer des enjeux de filiation, que ce soit en perpétuant des modèles « traditionnels », ou à l’inverse en attestant d’une évolution des rôles parentaux, tant maternels que paternels.

Voir le programme de la séance

Atelier inaugural du réseau RePPaMA

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue du 1er atelier du Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités (REPPaMa) le vendredi 17 mars de 10h à 12h30 en salle 42 à l’INED, 133 Boulevard Davout, 75020 Paris (Métro : Porte de Montreuil et Porte de Bagnolet ; TramT3b Marie de Miribel).

Lors de cette séance inaugurale, nous accueillerons :
Hélène Breda (Docteure en études cinématographiques et audiovisuelles, Université Paris 13, IRCAV)
« « Tissage narratif » et représentation des rôles parentaux dans les séries télévisées américaines contemporaines. »

Maeli Saidi (Doctorante en sociologie, Université Paris Descartes, CERLIS)
« Résister à la « mère parfaite » : une manière pour la femme responsable d’une famille monoparentale de pouvoir être autonome. »

Voir l’affiche de la journée
Aller au compte-rendu